Navigation – Plan du site
2009
465

Évolution des paysages de la plaine de Macédoine centrale : entre géographie historique et approche paléoenvironnementale

Landscape evolution of the Central Macedonia Plain (Greece) : combining the historical geography and the palaeoenvironmental approach
Matthieu Ghilardi, Éric Fouache, George Syrides, Mike Styllas, Stathis Stiros et Zisis Kozlakidis

Résumés

Le but de cet article est de présenter l’intérêt qu’il y a, dans un espace comme la plaine de Thessalonique, à croiser l’étude géomorphologique et l’approche paléoenvironnementale pour résoudre des questions de géographie historique.
L’exégèse des sources documentaires anciennes met en évidence un colmatage rapide d’un ancien golfe marin mais elle ne permet pas de reconstituer précisément les rythmes de l’avancée du littoral depuis la période antique. Pour les 1500 dernières années, l’étude est encore plus compliquée car il y a très peu de sources décrivant les paysages pendant les époques byzantine et ottomane. Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que les récits de voyages et les cartes régionales fournissent de nouveau une information paysagère.
Ces lacunes dans l’information historique obligent à pallier cette absence de renseignements en recourant à des études paléoenvironnementales. Dans le cas précis de la plaine de Thessalonique, huit sondages ont été réalisés dans l’actuelle plaine de Macédoine centrale et couvrent la portion de territoire comprise entre Pella, l’ancienne capitale du Royaume de Macédoine et le littoral actuel. L’interprétation chronostratigraphique des archives sédimentaires prélevées puis analysées en laboratoire permet de préciser les différentes étapes de la création du plus vaste complexe deltaïque de Grèce.

Haut de page

Texte intégral

Les carottages et les analyses de laboratoire ont été rendus possibles grâce au soutien financier du programme « MALRHO » (Ministère des Affaires Etrangères, responsables : Rémy Dalongeville et Éric Fouache) étudiant les variations de ligne de rivage.L’École française d’Athènes a fourni un soutien financier qui a notamment permis la consultation des sources documentaires mentionnées dans ce travail.Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Theodoros Paraschou et David Psomiadis, géologues de l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce) pour leur implication et l’aide substantielle qu’ils ont offerte.

Introduction

1Au cours des trente dernières années, les recherches géoarchéologiques se sont intensifiées autour du bassin méditerranéen (Bertoncello et Devillers, 2006 ; Burnouf et Leveau, 2004 ; Fouache, 2003 ; Fouache et Pavlopoulos, 2005 ; Vella, 1999)  et dans les aires deltaïques des littoraux grecs, pour tenter de cerner l’évolution du trait de côte en relation avec l’occupation humaine (Kraft et al., 1977 ; Fouache, 1999 ; Fouache et al., 2005 ; Vött, 2007 ; Vött et al., 2003, 2004 ; Pavlopoulos et al., 2007). Malgré de nombreuses études historiques, l’évolution de la plaine de Thessalonique demeure assez mal connue (Strück, 1908 ; Bottema, 1974 ; Bintliff, 1976).

2Les tentatives de reconstitutions paléogéographiques de la plus vaste plaine littorale de Grèce (2 200 km²), élaborées au cours du XXe siècle (Strück, 1908), ont très rapidement montré des contradictions : ces dernières, fondées sur une interprétation des sources écrites et cartographiques, ne satisfont toujours pas les attentes des spécialistes en archéologie et en géomorphologie. En effet, l’exégèse des sources documentaires met en évidence un important colmatage d’un ancien golfe marin peu profond, depuis 2 500 ans environ. Les textes délivrés par Hérodote, Thucydide, le Pseudo-Skylax, Tite-Live et Strabon sont à ce titre de précieuses sources d’information sur l’évolution du trait de côte du golfe Thermaïque et les changements répétés du réseau hydrographique. Si la période antique a, d’une manière générale, livré de nombreuses descriptions, les périodes byzantine et ottomane n’ont laissé que peu de témoignages. Il faudra attendre le XIXe siècle pour disposer de nouvelles sources décrivant les paysages de la plaine de Macédoine centrale ; les récits de voyage de P. Lucas (1712), d’H. Holland (1815), de E.M. Cousinéry (1831), de W.M. Leake (1835), de A. Delacoulonche (1859), de L. Heuzey (1860, 1862, 1872) et de T.A. Desvises-du-Dézert (1862), ainsi que l’essor de la cartographie ont permis une représentation spatiale précise de l’environnement.

3La question du rythme et des étapes de progradation des deltas de l’Axios et de l’Aliakmon reste donc posée notamment dans le secteur de Pella, l’ancienne capitale du Royaume de Macédoine, ancien port maritime pendant le règne d’Alexandre Le Grand (336-323) et aujourd’hui située à 28 km à l’intérieur des terres.

Inventaire des sources écrites et cartographiques mentionnant la mobilité des paysages

Sources documentaires mentionnant une mobilité du trait de côte

La période antique

4La volonté d’étudier les sources écrites anciennes a été particulièrement motivée par un manque évident de connaissances relatif à l’étude paléogéographique de la vaste plaine qui occupe aujourd’hui l’espace. En effet, les ouvrages généraux consultés (Talbert, 2000) se révèlent être imprécis pour estimer notamment la position successive de la ligne de rivage et pour évaluer les évolutions du tracé des principaux cours d’eau de la région de Macédoine centrale durant l’Antiquité. Il convient donc de détailler les passages suggérant le colmatage d’un ancien golfe marin entre le Ve siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C. :

Hérodote : un vaste golfe marin au pied de la ville de Pella

5Les premières descriptions précises des paysages de Macédoine centrale sont tout d’abord redevables à Hérodote : celui-ci relate l’avancée des troupes terrestres et navales du roi perse Xerxès à travers les territoires de Thrace et de Macédoine, puis leur stationnement à proximité du fleuve Axios. Hérodote mentionne la présence des villes de Pella et d’Ichnae sur une étroite bande de terre le long de la mer, situées sur un territoire rattaché à la Bottiée :

  • 1  Hérodote, Histoires (VII, 123, 124). Trad. Ph-E. Legrand, CUF (2003), du texte grec suivant :
    « ς (...)

(Trad.1) «  (…) sur le fleuve Axios, qui délimite la Mygdonie et la Bottiée, dont le canton situé près de la mer, territoire étroit, est occupé par les villes d’Ichnai et de Pella. L’armée navale stationna en ces lieux près du fleuve Axios, de la ville de Thermé et des villes situées entre les deux, et attendit le roi. »

Thucydide : confirmation de la description d’Hérodote

6L’auteur grec relate l’avancée du roi de Thrace  Sitalcès depuis la ville de Dobéros (que F. Papazoglou (1988) localise de manière conventionnelle au nord du territoire de Macédoine), jusqu’en Bottiée et à l’est de la ville de Thermé, située sur la marge orientale du golfe marin éponyme :

  • 2  Thucydide, La guerre du Péloponnèse (T.2, II, 99). Trad. J. de Romilly, CUF (2003), du texte grec (...)

(Trad.2) « [4] En Péonie, ils annexèrent une étroite bande de terre descendant, le long de l’Axios, jusqu’à Pella et à la mer ; et ils occupent, sur l’autre rive de l’Axios, jusqu’au Strymon, le pays appelé Mygdonie, dont ils chassèrent les Edones. »

Le Pseudo-Skylax : Pella est située dans l’intérieur des terres

7Le Périple attribué au Pseudo-Skylax, géographe grec de la première moitié du IVe siècle av. J.-C, a permis de livrer une description des côtes de la Méditerranée et de la mer Noire et le chapitre soixante-six décrit en particulier la Macédoine. On peut y suivre la progression du navigateur depuis le fleuve Pénée jusqu’à la presqu’île de Pallène (aujourd’hui Kassandra), en passant par Thermé (figure 1) :

[66] (Trad.) « Et à partir du fleuve Pénée commence le territoire de la Macédoine, jusqu’au golfe de Thermé. Nous rencontrons en premier lieu la ville appartenant à la Macédoine appelée Hérakleion, puis Dion, Pydna, une ville grecque, Méthoné, une ville grecque et le fleuve Aliakmon ; Aloros, une ville sur le fleuve Loudias ; Pella, une ville avec un siège royal, et il y a un passage dans les terres qui y mène en empruntant le Loudias ; le fleuve Axios… »

Figure 1 : Itinéraire du périple du Pseudo-Skylax (première moitié du IVe siècle av. J.-C.).

8De toute évidence, Pella ne semble plus localisée dans la première moitié du IVe siècle av. J.-C. En effet, l’indication selon laquelle Methoni de Piérie (lire Méthone sur la figure 1) est considérée comme une ville grecque, laisse suggérer que le passage du Pseudo-Skylax se serait effectué avant juin-juillet 354 av. J.-C., date à laquelle la ville fut prise puis détruite par les armées de Philippe II (Hatzopoulos et al., 1990 ; Ghilardi, 2006).

Tite-Live : mention de la ville de Pella sur les marges d’un lac

9Le chapitre XLVI (46) du livre 44 de l’Histoire romaine rend compte de l’arrivée de Paul-Émile à Pella, puis de son départ pour la ville d’Amphipolis, en Macédoine orientale.

10Tite-Live renseigne sur la localisation de la forteresse royale de Pella, construite sur une île dénommée Phacos (en raison de sa forme lenticulaire), au milieu d’une zone marécageuse et séparée du reste de la ville par un canal.

11Paul Émile, au lendemain de sa victoire sur les armées macédoniennes à Pydna (168 av. J.-C.) admira la position de la citadelle et s’aperçut que cette place forte était protégée naturellement de tout accès en raison de la présence de marais si profonds, en toute saison, qu’il était impossible de s’y rendre à pied ou à cheval. Voici les passages relatant la configuration paysagère de Pella :

  • 3  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 4). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
    « Co (...)

(Trad.3) « Parti de Pydna avec toute son armée, le consul (Paul- Emile) parvint le lendemain à Pella ; ayant établi son camp à mille pas de là, il y tint ses quartiers pendant quelques jours, observant de tous les côtés la situation de la ville, et se rendit compte que ce n’était pas sans raison qu’elle avait été choisie comme résidence royale. »

  • 4  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 5). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
    « Si (...)

(Trad.4) « Elle est située sur la pente sud-ouest d’une colline ; l’entourent des marais d’une profondeur qui les rend infranchissables en été comme en hiver ; ils forment une nappe d’eau alimentée par les rivières. »

  • 5  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 6). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
    « Ph (...)

(Trad.5) « La citadelle de Phacos émerge comme une île au milieu même du marais, là où il est le plus proche de la ville ; elle se dresse sur une digue réalisée au prix de travaux considérables et qui, tout en soutenant le mur, n’a nullement à souffrir des dégradations éventuellement causées par l’eau du marais qui l’entoure. »

Strabon : Pella est toujours accessible par la mer mais se localise en marge du lac Loudias

12L’information capitale du récit de Strabon est la présence d’une vaste étendue lacustre qui occupe la région au pied de Pella. Ce lac est relié à la mer par le fleuve Loudias et est alimenté par un défluent de l’Axios :

  • 6  Strabon, Géographie (VII, 23). Trad. R. Baladié, CUF (2003), du texte grec suivant :
    « τι τν Πλ (...)

(Trad.6) « Pella, qui n’était auparavant qu’une petite ville, connut un développement considérable grâce à Philippe, qui avait été élevé là. Elle a devant elle un lac d’où s’écoule le fleuve Loudias et qui est alimenté par un bras de l’Axios. »

La période XVIIIe – XIXe siècles

13L’importance des sources documentaires attestée pendant l’Antiquité contraste singulièrement avec la période qui couvre les époques byzantine et ottomane, entre les Ve et XVIIIe siècles. Peu de témoignages et de documents iconographiques datant de cette période renseignent sur la configuration paléogéographique de la région de Macédoine centrale.

Figure 2 : Macédoine centrale au milieu du XIXe siècle (Arrowsmith, 1844)

Une faible avancée du trait de côte depuis la fin de l’époque impériale

14Les descriptions faites par les voyageurs du XIXe siècle à propos de la portion de littoral comprise entre la ville de Thessalonique et l’embouchure de l’Aliakmon (figures 2 et 3) permettent de juger de la faible avancée du trait de côte depuis la fin de l’Antiquité romaine.

15Au XIXe siècle, des bois et des prairies verdoyantes dominent à proximité du trait de côte, à l’arrière d’un cordon littoral sableux où subsistent des lagunes ; c’est la vision que nous propose Leake (1835, figure 3). Félix de Beaujour vante à ce sujet le charme des paysages des zones marécageuses qui alternent avec de vastes pâtures (de Beaujour, 1829, p. 195) :

« Le chemin de Thessalonique se dirige au nord-est, passe l’Haliacmon entre le village de Milova et celui de Kapsochorion, et traverse une plage basse et marécageuse, qui s’étend, comme une ceinture, autour du golfe Therméen : c’est l’ancienne Bottiée. Cette plage paraît être une terre d’alluvions, et elle est coupée, ici par des mares d’eau, là par des prairies naturelles, qui paraissent comme des îles, au milieu de la mer ; mais en avançant, la terre devient moins nue, se couvre d’arbres et le paysage s’embellit. »

Présence d’une étendue lacustre au pied de l’ancienne Pella

16L’ancien lac de Giannitsa (Gianitsa, Gianitza et Iannitza en slave, Jenidsche et Yénidjé en turc) occupait la partie centrale de la plaine de Macédoine centrale, au pied des villes de Pella et de Giannitsa dont il prenait l’appellation (figure 3). Toutes les sources documentaires consultées confirment la présence de ce lac dont les variations spatiales ont modifié ses limites au cours de l’histoire.

17Les contours de cette vaste étendue d’eau peu profonde sont difficilement délimitables en raison de l’abondante végétation hygrophile qui en couvre les bords (Delacoulonche, 1859, p. 56-57) :

« C’est moins un lac qu’un vaste marais. Il faut le regarder du haut du plateau de Niausta (ndlr. Naoussa) pour apercevoir une nappe d’eau d’une teinte sombre et jaunâtre. Jamais on ne le voit moins qu’en approchant de ses bords. Point de rivages, point de limites précises : il se termine partout par des marécages cachés sous les  herbes et où il serait dangereux de pénétrer. En en faisant le tour, on n’aperçoit que de petites flaques d’eau encombrées de roseaux et de plantes de toute espèce : parfois aussi des saignées ou des canaux pratiqués au milieu des herbes et qu’on appelle les échelles du lac. »

Figure 3 : Présence du lac de Giannitsa au centre de la plaine (Leake, 1835).

18L’inventaire des sources écrites et cartographiques montre l’existence d’unités physiques bien distinctes : un cordon littoral, des lagunes, des marécages, des chenaux fluviaux, lesquels ont clairement évolué dans leur extension spatiale, avec le temps.

19Le seul moyen de reconstituer le plus précisément possible l’extension spatiale de ces unités géographiques et les rythmes de leur déplacement consiste à effectuer des carottages afin d’étudier les archives sédimentaires du passé et de reconstituer les paléoenvironnements (Ghilardi, 2007 ; Ghilardi et al., 2008a et 2008b ; Fouache et al., 2007).

Méthodes d’étude paléoenvironnementale

20Huit sondages d’une profondeur maximale de 11 m (figure 4) ont été réalisés en mai-juin 2005 et leur altitude précisément calculée grâce aux données topographiques du service géographique de l’armée grecque (H.M.G.S.). Le matériel utilisé est constitué d’un carottier à percussion de marque Makita et les sédiments ont été prélevés dans des tubes P.V.C. hermétiquement fermés d’une longueur de 46 cm. L’ouverture des carottes a été réalisée au Laboratoire de Géographie Physique Pierre Birot de Meudon (C.N.RS. / U.M.R. 8591, Dir. Charles Le Cœur).

Sédimentologie

21Les analyses sédimentologiques ont été effectuées au département de sédimentologie du LGP de Meudon (collaboration avec Stéphane Kunesch) : un prélèvement systématique selon un intervalle régulier de 5 cm a été pratiqué et l’ensemble des échantillons a été analysé grâce à un granulomètre LASER de marque Beckman Coulter et de type LS 230. Pour tous les échantillons, une solution contenant 0,5 % d’héxamétaphosphate a été ajoutée avant chaque mesure afin d’éviter toute floculation des particules les plus fines. Pour les échantillons à texture argileuse, une opération préalable de destruction de la matière organique et une agitation dans une solution d’eau distillée et d’héxamétaphosphate (1 %) a été nécessaire, dans le but d’obtenir une bonne distribution granulométrique.

22Les indices granulométriques retenus sont le mode et la médiane, capables de nous renseigner de manière précise sur les variations de la taille des particules en lien, notamment, avec l’énergie de transport des cours d’eau et leur débit.

Identification malacologique

23L’étude malacologique a été réalisée par le Pr. George Syrides, paléontologue au département de géologie de l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce). Des espèces de milieux marin (gastéropodes et bivalves), lagunaire, lacustre (gastéropodes) et continental (gastéropodes) ont été clairement identifiées et ont permis de préciser le milieu de vie.

Datations des séquences sédimentaires

24Dix-sept datations par le radiocarbone ont été effectuées grâce à la méthode A.M.S. dans le laboratoire de datation par le radiocarbone de Poznan (Pologne), de Lyon et de Gif-sur-Yvette (France). Les échantillons prélevés pour datation se composent de mollusques marins et de dépôts de matière organique (tableau 1). Les datations ont ensuite été calibrées grâce au Logiciel Intcal04.14c, (Stuiver et Reimer, 1993 ; Hughen et al., 2004 ; Reimer et al., 2004) ; la correction de l’effet réservoir marin a également été appliquée (Siani et al., 2000 ; Reimer et Mccormac, 2002).

Figure 4 : Localisation des sondages (S1 à S8).

Sondage

Profondeur par rapport au niveau moyen de la mer (m)

Matériel daté

Méthode de datation

Code laboratoire

δ13C

Âge
(14C BP)

±

Cal. BC / AD
(1σ max/min)1

S1

2.35

Sédiment organique

AMS

Poz-16762

-18,8

8400

50

7570 - 7353 BC2

S2

3.80

Matière organique (partie inférieure)

AMS

Poz-16759

-26,8

3605

35

2039 BC - 1883 BC²

S2

5.50

Mollusque marin (Cyclope neritea)

AMS

Poz-14362

-43,9

4735

35

2993 BC - 2677 BC3

S2

6.05

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

Poz-14363

-20,3

4995

35

3294 BC - 3113 BC3

S3

0.55

Matière organique (partie inférieure)

AMS

Poz-16763

-28,1

2090

35

201 BC - 37 BC²

S3

3.40

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

Poz-14366

-9,7

4985

35

3281-3097 BC3

S3

5.15

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

Poz-14368

0,1

4920

35

3183 BC - 2975 BC3

S3

6.45

Mollusque marin (Modiolus)

AMS

Poz-16092

3

5730

35

4083 BC - 3947 BC3

S4

4.50

Matière organique (partie inférieure)

AMS

Poz-16764

-23,3

1950

35

5 AD - 82 AD²

S4

6.15

Mollusque marin (Cyclope neritea)

AMS

Poz-16091

-0,5

5100

40

3454 BC - 3281 BC3

S5

1.22

Matière organique (partie inférieure)

AMS

Poz-16831

-23,2

900

30

1046 AD - 1183 AD²

S5

2.42

Matière organique (partie inférieure)

AMS

Poz-16758

-20,3

2480

30

769 BC - 503 BC²

S5

5.08

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

Poz-14364

-0,7

5190

35

3497 BC - 3367 BC3

S6

4.35

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

CEN-002661

-3,1

3390

45

1205 BC - 1018 BC3

S6

4.58

Mollusque marin (Cerastoderma edule)

AMS

CEN-002662

-5,3

3400

45

1220 BC - 1033 BC3

S6

4.70

Mollusque marin (Cerithium vulgatum)

Conven-
tionnelle

Ly-13243

-1,58

3900

70

1823 BC - 1648 BC3

S7

3.37

Mollusque marin (Cyclope neritea)

AMS

Poz-14365

-1,3

2855

30

520 BC - 379 BC3

Tableau 1 : Résultats des datations par le radiocarbone.

1 : Logiciel de calibration Intcal04.14c, d’après Stuiver et Reimer, 1993.
2 : Reimer et al., 2004.
3 : Hughen et al., 2004.

Résultats

Stratigraphie générale

25Cinq unités principales de dépôt peuvent être caractérisées grâce à l’identification malacologique et aux analyses granulométriques ; elles peuvent être décrites de la manière suivante :

26- Unité A : À la base du sondage S3, sur une épaisseur de 35 cm (figure 5), on retrouve des sédiments de couleur orangé, fortement oxydés, dont la granulométrie présente une forte hétérogénéité : des graviers (taille comprise entre 2 mm et 1 cm) sont englobés dans une matrice sableuse. Il faut également relever la présence de concrétions carbonatées et l’absence de mollusques. Cette strate n’a été retrouvée que dans le seul sondage S3.

27- Unité B : À la base des sondages S2, S4, S5, S6 et 7 et au-dessus de la strate orangée de S3, on retrouve une couche dont l’épaisseur varie entre 10 cm (S4) et 3,87 m (S3), caractérisée par une abondante faune marine (figures 5 et 6). On note la présence en grande quantité des bivalves de type Cerastoderma edule et Loripes Lacteus ainsi que des gastéropodes de type Bittium reticulatum et Nassarius reticulatum. La granulométrie se caractérise par une forte représentation des argiles et des limons (90 %), et de faibles variations dans le mode granulométrique (entre 2 et 40 µm). L’ensemble des caractéristiques malacologiques et granulométriques indiquent la présence d’un milieu de vie et de dépôt exclusivement marins. Il est à noter que, surmontant les sédiments marins du sondage S2, des dépôts grossiers (graviers et sables très grossiers) associés à des débris coquilliers d’origine marine (Cerastoderma edule et Cyclope neritea) laissent supposer un milieu de forte énergie. Le sondage S5 indique la présence de dépôts supratidaux (épaisseur : 1,22 m) au-dessus des sédiments marins : ce sont essentiellement des sables moyens très bien triés auxquels sont associés des fragments coquilliers (dont il est impossible de déterminer l’espèce en raison de leur taille très réduite), et à des charbons.

28- Unité C : Le troisième type de milieu de sédimentation, situé au-dessus du stade marin et relativement bref, n’excède pas 10 cm d’épaisseur dans les sondages S2 à S7 ; il s’agit de sédiments limoneux présentant une forte variabilité granulométrique. En effet, le mode varie entre 15 (limons) et 75 µm (sables fins), mais les conditions de dépôt restent tout de même caractérisées par une faible énergie. D’une manière générale, la diversité du milieu en termes de mollusques tend à s’appauvrir et seules quelques espèces sont bien représentées. La malacofaune identifiée est essentiellement composée de gastéropodes de type Cyclope neritea affectionnant tout particulièrement les eaux saumâtres et les fonds sableux. Cette fine strate correspond vraisemblablement à un court stade lagunaire.

29- Unité D : Le quatrième type de dépôt est présent dans les huit sondages étudiés et traduit le passage d’un milieu de sédimentation marin à continental. En effet, au-dessus du stade lagunaire, on retrouve des sédiments de type limons (mode granulométrique à 40 µm) sur des épaisseurs variant entre 2,40 m (S4) et 3,31 m (S3). L’identification malacologique a révélé la présence exclusive de gastéropodes de type Helicidae sp. et de Valvata sp., ce qui confirme un milieu de vie continental, de type lacustre. De fréquents passages de matière organique, relevés dans tous les sondages, indiquent une variation spatiale des marges lacustres et l’apparition de secteurs palustres, où les eaux sont moins profondes et la malacofaune relativement pauvre.

30- Unité E : La cinquième unité se trouve au sommet des sondages, au-dessus de la série lacustre, et est composée de particules limoneuses à sableuses ; le mode granulométrique affiche des valeurs entre 45 (limons) et 300 µm (sables grossiers) ; des intercalations de graviers émoussés sont également attestées dans plusieurs sondages, à proximité de la surface (S2 et S4). Aucun mollusque n’a pu être observé en parfait état de conservation, seuls quelques fragments épars de gastéropodes de type Helicidae sp. ont été retrouvés dans les séries les plus grossières. Entre la surface et environ un mètre de profondeur, les activités agricoles et notamment le labourage des champs ont contribué à modifier sensiblement la structure sédimentaire.

Figure 5 : Chronostratigraphie des faciès sédimentaires des sondages S1, S2, S3, S4.

Figure 5 : Chronostratigraphie des faciès sédimentaires des sondages S1, S2, S3, S4.

Figure 6 : Chronostratigraphie des faciès sédimentaires des sondages S5, S6, S7.

Chronostratigraphie des séquences sédimentaires

31Dix-sept datations par le radiocarbone (tableau 1) permettent de dater précisément la mise en place de chaque phase de sédimentation et de retracer ainsi l’évolution paléoenvironnementale de la plaine de Macédoine centrale depuis 6000 ans environ (figure 7).

32L’unité B, composée de sédiments marins, a fait l’objet de huit datations réalisées sur des gastéropodes et bivalves marins, principalement de type Cerastoderma edule. Les résultats indiquent la présence d’un stade marin entre 4000 et approximativement 3000-2500 av. J.-C. dans la majeure partie de la plaine actuelle. La surface pré-transgressive (unité A) identifiée dans le seul sondage S3 peut donc être datée de manière relative aux alentours de 4500 av. J.-C et plus sûrement de l’Holocène ancien.

33L’unité C a également pu être datée, grâce à des analyses effectuées sur des gastéropodes de type Cerithium vulgatum et Cyclope neritea (3 datations). Le stade lagunaire apparaît relativement bref et peut être daté aux alentours de 2500 av. J.-C. dans la partie orientale de la plaine, à proximité du site néolithique de Nea Nikomideia, et de 2000-1800 av. J.-C. au pied de la ville de Pella.

34L’unité D, composée de sédiments lacustres / palustres, a fait l’objet de cinq datations sur des dépôts de matière organique. Les résultats indiquent l’existence d’un lac, approximativement entre 1600 av. J.-C. et 1200 ap. J.-C dans les parties occidentale et centrale de la plaine actuelle. Une étude attentive des sondages S2, S3 et S4 révèle un stade palustre récent au pied la ville de Pella, probablement relatif à la présence du lac de Giannitsa drainé dans le premier quart du XXe siècle.

35En l’absence de datations des dépôts fluviatiles récents, une chronologie relative de dépôt de l’unité E peut cependant être fournie. Dans le secteur de Pella (sondage S4), il semble que la sédimentation soit attribuable au seul fleuve Axios, comme le confirment certains travaux (Ghilardi, 2007 ; Ghilardi et al., 2008a, 2008b).

Reconstitutions paléogéographiques

36Les sources littéraires datant de l’Antiquité, essentiellement réparties entre le Ve siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., témoignent d’une mobilité importante des paysages. Le trait de côte s’est ainsi progressivement déplacé vers le sud-est, colmatant une vaste baie marine. L’étude diachronique des textes d’Hérodote, de Thucydide, du Pseudo-Skylax, de Tite-Live et de Strabon permet de juger efficacement ces changements morphologiques. La fin du royaume de Macédoine en 168 av. J.-C. et le déclin de l’occupation du territoire par l’Empire romain au Ve siècle de notre ère marquent la raréfaction des témoignages sur la configuration des paysages de Macédoine. Il faudra attendre le XVIIIe, mais surtout le XIXe siècle, pour avoir de nouvelles descriptions des paysages sur la région. Les descriptions nombreuses, associées à des représentations cartographiques pléthoriques, témoignent d’une faible évolution des grandes unités paysagères depuis l’Antiquité. Le trait de côte ne s’est guère plus déplacé vers le sud-est et un lac occupe toujours le centre de la plaine. Les cours d’eau semblent, à peu de choses près, avoir conservé leurs tracés depuis l’époque de Strabon.

37L’approche paléoenvironnementale a permis une reconstitution plurimillénaire paléogéographique de la plaine de Macédoine centrale. Cette dernière connait un retrait rapide de la mer à partir de 4000 av. J.-C. (figure 7a). À partir de cette époque, une dynamique de progradation deltaïque s’installe et les tracés des fleuves Aliakmon et Axios tendent à se déplacer latéralement dans un golfe peu profond (figures 7b à 7g). Les levées alluviales abandonnées lors des fréquentes défluviations favorisent l’ancrage de cordons littoraux qui se développent parallèlement au trait de côte, en isolant des lagunes (Fouache et al., 2008).

38La fermeture progressive du milieu marin marquée par des apports importants d’eau douce et un appauvrissement de la malacofaune d’origine marine, conduit alors à l’établissement de conditions saumâtres puis lacustres. Suite au retrait de la mer, qui s’effectue d’ouest en est, un lac de plusieurs dizaines de kilomètres carrés de superficie s’installe (des niveaux palustres sont identifiés dans les horizons des sondages S1 et S4, distants d’environ 15 km, figure 4). Son extension semble être maximale au IVe s. av. J.-C. Cependant, les limites du lac sont difficiles à déterminer en raison des battements de la nappe ; une phase de bas niveau est observée dans le secteur de Pella au IIe s. av. J.-C. L’enclavement de l’ancienne capitale à l’intérieur des terres intervient vers IIe et IIIe s. ap. J.-C. en raison d’importants apports fluviatiles (alluvions de l’Axios).

Figure 7 : évolution paléogéographique de la plaine de Thessalonique au cours des 6 000 dernières années.

Figure 7a : Position du trait de côte en 4000 av. J.-C., le site néolithique de Nea Nikomidieia est situé au bord d’un golfe marin peu profond ; figure 7b : Position du trait de côte en 2500 av. J.-C., la progradation des deltas de l’Aliakmon et de l’Axios est nettement marquée, une lagune s’installe à proximité de Nea Nikomideia ; figure 7c : Position du trait de côte en 1600 av. J-C., le lac Loudias occupe l’ancienne lagune ; figure 7d : Position du trait de côte en 500/350 av. J.-C., l’ancienne capitale Pella est située au bord d’une étendue d’eau saumâtre et est déconnectée de la mer ; figure 7e : Position du trait de côte en 100 ap. J.-C., Pella est reliée à la mer par le canal Loudias, mentionné par Strabon ; figure 7f : Position du trait de côte en 300 ap. J.-C., ralentissement marqué de la progradation deltaïque des fleuves Aliakmon et Axios ; figure 7g : position du trait de côte et évaluation du réseau hydrographique, d’après les récits de voyageurs ; figure 7h : Position actuelle du trait de côte, progradation des fleuves Aliakmon et Axios dans la partie occidentale du golfe Thermaïque.

  

Conclusion

39Géographie historique et études paléoenvironnementales sont souvent menées séparément. Notre démarche montre tout l’intérêt qu’il existe à développer les deux méthodes afin de  délimiter au mieux les espaces où l’exégèse des sources documentaires montre assez rapidement ses limites, et où l’étude paléoenvironnementale livre des réponses très précises par rapport à des changements de milieux (du milieu marin au continental en particulier).

40Cette première approche, fondée sur l’analyse des récits d’auteurs anciens et la lecture des cartes, a permis de reconstituer globalement les rythmes de progradation et de colmatage de la plaine de Thessalonique au cours des six derniers millénaires. Cependant, il restait à décrire précisément les mécanismes d’édification de la plaine de Thessalonique au cours de l’Holocène récent.

41Des réponses sur la mobilité des paysages du plus grand complexe deltaïque de Grèce ont clairement été apportées par le biais de ce travail et intéressera de nombreux spécialistes de différentes disciplines. Ainsi, le géomorphologue peut-il disposer d’un nouvel exemple d’étude d’édification de plaine au cours de l’Holocène récent, et l’archéologue, soucieux de replacer dans un contexte paysager évolutif les sites d’occupation, pourra réinterpréter certaines sources écrites et cartographiques pour proposer de nouvelles localisations de sites.

42Ce travail, novateur en Macédoine centrale, pose a fortiori de nouvelles questions sur des espaces géographiques et archéologiques plus restreints. Ainsi, le port de Pella (pas encore mis au jour) et l’extension de l’ancien lac Loudias nécessitent à leur tour de nouvelles recherches paléoenvironnementales pour tenter de répondre aux préoccupations des archéologues, soucieux de connaître l’adaptation des sociétés aux mutations paysagères.

Haut de page

Bibliographie

Bertoncello F., Devillers B., 2006, « Une vision renouvelée de la dynamique du paysage dans la basse vallée de l’Argens : synthèse paléoenvironnementale préliminaire », Archéosciences, no30, p. 223-225.

Bintliff J., 1976, « The Plain of Western Macedonia and the Neolithic Site of Nea Nikomedeia », Proceedings of The Prehistoric Society, no42, 241-262.

Bottema S., 1974, Late Quaternary Vegetation History of Northwestern Greece, Thèse de Doctorat, Groningen, 180 p.

Burnouf J., Leveau P., 2004, Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture : sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Comité des travaux historiques et scientifiques, 493 p.

Counillon P., 2004, Pseudo-Skylax : le périple du Pont-Euxin, texte, traduction, commentaire philologique et historique, De Boccard, Paris, 166 p.

Cousinéry E.M., 1831, Voyage dans la Macédoine, 2 vol., Imprimerie Royale, Paris.

De Beaujour F., 1829, Voyage militaire dans l’Empire Othoman, ou description de ses frontières et de ses principales défenses, soit naturelles soit artificielles. Firmin Didot Frères, tome premier, 539 p.

Desdevises-Du-Dézert T.A., 1862, Géographie ancienne de la Macédoine, thèse présentée à la Faculté des Lettres de Paris, Éd. Auguste Durand, 454 p.

Delacoulonche A., 1859, Mémoire sur le berceau de la puissance macédonienne des bords de l’Haliacmon à ceux de l’Axius, Archives des missions scientifiques et littéraires (rapport de 1858), 1e série, tome 8, 252 p.

Fouache E., 1999, L’Alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse : géomorphologie, archéologie et histoire, supplément BCH, 35, Éd. De Boccard, 235 p.

Fouache E., 2003, The Mediteranean World : Environment and History, Actes du Colloque « Environmental Dynamics and History in Mediterraneans Areas », Working Group on Geoarchaeology (IAG), Université de Paris IV, UMR 8505, EFA, EFR, Casa de Velasquez, ENS LSH/Lyon, Université de Paris IV, 24-25-26 avril 2002, Elsevier Paris, 485 p..

Fouache E., Pavlopoulos K., 2005 (dir.), « Sea level changes in Eastern Mediterranean during Holocene : indicators and human impacts », Zeitschrift für Geomorphologie, suppl., 137 p.

Fouache E., Dalongeville R., Kunesch S., Suc J.P., Subally D., Prieur A., Lozouet P., 2005, « The environmental Setting of the Harbour of the Classical Site of Oeniades (Archanania, Acheloos Delta, Greece) », Geoarchaeology, vol.20, no3, 285-302.

Fouache E., Ghilard M., Vouvalidis K., Syrides G., Kunesch S., Styllas M., Stiros S., 2008, « Contribution on the Holocene reconstruction of Thessaloniki Plain, North Central Greece », Journal of Coastal Research, vol.24, n°5, 1161-1173 : http://dx.doi.org/10.2112/06-0786.1

Ghilardi M., 2006, Apport et intérêt de la modélisation numérique de terrain en géomorphologie : étude du site antique de Méthoni (Piérie-Grèce), mémoire du Laboratoire de Géomorphologie et environnement littoral, no 45, Dinard (France), 114 p.

Ghilardi M., 2007, Dynamiques spatiales et reconstitutions paléogéographiques de la plaine de Thessalonique (Grèce) à l’Holocène récent, thèse de doctorat, Université Paris 12 Val-de-Marne, 475 p. : http://doxa.scd.univ-paris12.fr:80/theses/th0405251.pdf

Ghilardi M., Kunesch S., Styllas M., Fouache E., 2008a, « Reconstruction of Mid-Holocene sedimentary environments in the central part of the Thessaloniki Plain (Greece), based on microfaunal identification, magnetic susceptibility and grain-size analyses », Geomorphology, no 3-4, 617-630 : http://dx.doi.org/10.1016/j.geomorph.2007.09.007

Ghilardi M., Fouache E., Queyrel F., Syrides G., Vouvalidis K., Kunesch S., Styllas M., Stiros S., 2008b, « Human occupation and geomorphological evolution of the Thessaloniki Plain (Greece) since Mid Holocene », Journal of Archaeological Science, vol.35, no1-2, 111-125 : http://dx.doi.org/10.1016/j.jas.2007.02.017

Hatzopoulos M.B., Knoepfler D., Marigo-Papadopoulos V., 1990, « Deux sites pour Méthone de Macédoine », Bulletin de Correspondance Hellénique, 1990, no2, 639-668.

Heuzey L., 1860, Le mont Olympe et l’Acarnanie : exploration des ces deux régions, avec l’étude de leurs antiquités, de leurs populations anciennes et modernes, de leur géographie et de leur histoire, Firmin Didot, Paris, 494 p.

Heuzey L., 1862, Rapport à l’Empereur par M. Léon Heuzey, chargé, avec le concours de M. Daumet, d’une mission archéologique en Macédoine, 497-511.

Heuzey L., 1872, « Un palais grec en Macédoine. Étude sur l’architecture antique », Extrait des comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettes, janvier-février 1871. Paris, 47 p.

Holland H., 1815, Travels in the Ionian Isles, Albania, Thessaly, Macedonia &c. during the years 1812 and 1813, London, 551 p.

Hughen K.A., Baillie M.G.L., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Betrand C., Blackwell P.G., Buck C.E., Burr G., Cutler B., Damon P.E., Edwards R.L., Fairnaks R.G., Friedrich M., Guilderson T.P., Hughen K.A., Kromer B., Mccormac F.G., Manning S., Bronk Ramsey C., Reimer R.W., Remmele S., Southon J.R., Stuiver M., Talamo S., Taylor F.W., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C.E., 2004, Radiocarbon, no46, 1059-1086.

Kraft J.-C., Aschenbrenner S.-E., Rapp G., 1977, « Palaeogeographic reconstructions of coastal Aegean archaeological sites »,Science, vol. 195, p. 941-947.

Leake W.M., 1835, Travels in Northern Greece, London, Blackwell.

Lucas P., 1712, Voyage du sieur Paul Lucas fait par ordre du roy dans la Grèce, l’Asie mineure, la Macédoine et l’Afrique.

Papazoglou F., 1988, Les villes de Macédoine à l’époque romaine, Éd. De Boccard. B.C.H. 16 (suppl.), 528 p.

Pavlopoulos K., Triantaphyllou M., Karkanas P., Kouli K., Syrides G., Vouvalidis K., Palyvos N, Tsourou T., 2007, « Paleoenvironmental evolution and prehistoric human environment, in the embayment of Palamari (Skyros Island, Greece) during Middle-Late Holocene », 17th INQUA Congress, Quaternary International, 167-168 (abstracts book).

Reimer P.J., Mccormac F.G., 2002, « Marine radiocarbon reservoir corrections for the Mediterranean and Aegean Seas », Radiocarbon, no44, 159–166.

Reimer P.J., Baillie M.G.L., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Betrand C., Blackwell P.G., Buck C.E., Burr G., Cutler B., Damon P.E., Edwards R.L., Fairnaks R.G., Friedrich M., Guilderson T.P., Hughen K.A., Kromer B., Mccormac F.G., Manning S., Bronk Ramsey C., Reimer R.W., Remmele S., Southon J.R., Stuiver M., Talamo S., Taylor F.W., Van Der Plicht J., Weyhenmeyer C.E., 2004, Radiocarbon, no46, 1029-1058.

Siani G., Paterne M., Arnold M., Bard E., Métivier B., Tisnerat N., Bassinot F., 2000, « Radiocarbon reservoir ages in the Mediterranean Sea and Black Sea », Radiocarbon, no 42, 271–280.

Strück A., 1908, Die makedonischen Niederlande. In Zur Kunde der Balkanhalbinsel. Reisen und Beobachtungen, Heft 7, Wien and Leipzig, 99 p.

Talbert, 2000, Barrington : Atlas of the Greek and Roman World, Princeton University Press, Princeton and Oxford.

Vella C., 1999, Perception et évaluation de la mobilité du littoral holocène sur la marge orientale du delta du Rhône, thèse de Doctorat, Université d’Aix Marseille I, 225 p.

Vött A., 2007, « Relative sea level changes and regional tectonic evolution of seven coastal areas in NW Greece since the mid-Holocene », Quaternary Science Reviews, vol. 26, no7-8, 894-919.

Vött A., Brückner H., Schriever A., Besonen M., Van Der Borg K., Handl M., 2003, « Holocene coastal changes in the Acheloos alluvial plain (Northwestern Greece) and their effects on the ancient site of Oiniadai », CIESM workshop Monographs no24, Santorini, 22-25 October 2003, 33-42.

Vött A., Brückner H., Schriever A., Handl M., Besonen M., Van Der Borg K., 2004, « Holocene coastal evolution around the ancient seaport of Oiniadai, Acheloos alluvial plain, NW Greece », Coastline Reports, no 1, 45-53.

Haut de page

Notes

1  Hérodote, Histoires (VII, 123, 124). Trad. Ph-E. Legrand, CUF (2003), du texte grec suivant :
« ς ορζει χρην τν Μυγδονην τε κα Βοττιαιδα, τς χουσι τ παρ θλασσαν στεινν χωρον πλιες χναι τε κα Πλλα. μν δ ναυτικς στρατς ατο περξιον ποταμν κα πλιν Θρμην κα τς μεταξ πλιας τοτων περιμνων Βασιλα στρατοπεδεετο. »

2  Thucydide, La guerre du Péloponnèse (T.2, II, 99). Trad. J. de Romilly, CUF (2003), du texte grec suivant :
« [4] τς δ Παιονας παρ τν ξιν ποταμν στενν τινα καθκουσαν νωθεν μχρι Πλλης κα θαλσσης κτσαντο, κα πραν ξιο μχρι Στρυμνος τν Μυγδοναν καλουμνην δνας ξελσαντες νμονται. »

3  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 4). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
« Consul a Pydna profectus cum toto exercitu die altero Pellam peruenit et cum castra mille passus inde posuisset, per aliquot dies ibi statiua habuit, situm urbis undique aspiciens, quam non sine causa delectam esse regiam animaduertit. »

4  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 5). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
« Sita est in tumulo uergente in occidentem hibernum ; cingut paludes inexsuperabilis altitudinis aestate et hieme, quas restagnantes faciunt amnes. »

5  Tite-Live, Histoire romaine (XLVI, 44, 6). Trad. P. Jal, CUF (2003), du texte latin suivant :
« Phacus in ipsa palude, qua proxima urbi est, uelut insula eminet, aggeri operis ingentisimposita, qui et murum sustineat et umore circumfusae paludis nihil laedatur. »

6  Strabon, Géographie (VII, 23). Trad. R. Baladié, CUF (2003), du texte grec suivant :
« τι τν Πλλαν οσαν μικρν πρτερον, Φλιππος ες μκος ηξησε, τραφες ν ατ·χει δ λμνην πρ ατς, ξ ς Λουδας ποταμς ε· τν δ λμνην πληρο τοξιο τι ποταμοπσπασμα. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5 : Chronostratigraphie des faciès sédimentaires des sondages S1, S2, S3, S4.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Ghilardi, Éric Fouache, George Syrides, Mike Styllas, Stathis Stiros et Zisis Kozlakidis, « Évolution des paysages de la plaine de Macédoine centrale : entre géographie historique et approche paléoenvironnementale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 465, mis en ligne le 02 juillet 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22529 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22529

Haut de page

Auteurs

Matthieu Ghilardi

Centre Franco-Egyptien d’Étude des Temples de Karnak, USR 3172,matthieughilardi@orange.fr

Éric Fouache

Université de Paris 10 Nanterre, Département de géographie

Articles du même auteur

George Syrides

Université Aristote de Thessalonique (Grèce), Département de Géologie/Géographie Physique

Mike Styllas

Université Aristote de Thessalonique (Grèce), Département de Géologie/Géographie Physique

Stathis Stiros

Université de Patras (Grèce), Laboratoire de géodésie

Zisis Kozlakidis

Imperial College of London (Royaume-Uni)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page