Navigation – Plan du site
2009

Zadora-Rio Elisabeth (dir.), 2008, Des Paroisses de Touraine aux communes d'Indre et Loire. La formation des territoires, Tours, FERACF, 303 p.

Nicolas Verdier

Texte intégral

  • 1  Pour la période qui s'étend de la Révolution à nos jours, on consultera, avec un classement départ (...)

1Dix années de travail en équipe interdisciplinaire ont permis la publication de ce très remarquable ouvrage dirigé par Elisabeth Zadora-Rio et qui associe de nombreuses disciplines et techniques : un géographe, Éric Blin, un pédologue, Dominique Boutin, un statisticien, Pascal Chareille, un historien Jean-Michel Gorry, une cartographe Corinne Rupin-Scheid et deux archéologues Xavier Rodier et Elisabeth Zadora-Rio. Pour qui s'intéresse aux maillages anciens, ou à l'histoire des maillages récents ce livre, même s'il se limite aux territoires de l'actuel département de l'Indre et Loire est non seulement une somme, mais encore un guide des techniques mobilisables dans ce type de recherche. La bibliographie, qui compte plus de quatre cents titres en quatre langues, est impressionnante dans sa richesse et sa diversité, de René Le Mée à Dominique Iogna-Prat, en passant par Bernard Ellisalde ou Henri Galinié1.

2Une première partie se concentre sur les lieux de culte (mise en place d'un premier maillage IV-VII siècles ; réseau de la fin du moyen-âge aux temps modernes ; tout en en précisant les vocables), pour ensuite, dans une deuxième partie se concentrer sur les relations entre habitat et territoires (système de peuplement, territoires et limites). La troisième partie traite du passage plus récent entre communes révolutionnaires et communes actuelles. Enfin, la quatrième partie, en s'appuyant sur la morphologie communale propose des tentatives de modélisation des dynamiques territoriales.

3Résumer ainsi le livre semble ne pas avoir de sens tant de nombreuses pages mériteraient de longs développements, tant les réflexions sont construites, précises, en même temps que mesurées. Á choisir c'est peut-être là le défaut de ce livre : cette mesure constante qui développe des trésors de précaution, évitant les affirmations trop nettes ou insuffisamment étayées. Un arsenal de preuves qui subit une critique en règles caractérise ainsi les deux premières parties, et des conclusions intermédiaires semblent parfois n'aboutir qu'à des résultats négatifs. Ainsi, après un beau développement sur les cadres administratifs du haut moyen-âge, la synthèse tombe : "Il faut donc certainement renoncer à voir dans le pagus, la vicaria et la villa des territoires emboîtés. Sans doute faut-il considérer les vigueries comme des réseaux plutôt que comme des territoires. La distance ne semble guère jouer un rôle déterminant dans la localisation de leurs chefs-lieux, et elle ne constituaient pas un pavage régulier de l'espace." (p. 110).

4Mais la qualité sous-entendue par ce défaut en fait un livre réflexif qui s'interroge sur ce qu'il a le droit ou pas de dire, en en acceptant le risque : devoir montrer tout ce qui ne fonctionne pas. Mieux, en s'appuyant sur ces résultats peu satisfaisants c'est toute une réécriture de l'histoire du territoire paroissial qui se fait jour, mettant en défaut le mythe de l'autarcie de la paroisse médiévale, comme celui du caractère intangible de ses limites (p. 270). Il y a dès lors quelque chose de très plaisant à lire cet ouvrage qui refuse les facilités, énonçant ses limites sans que l'on ait eu le temps de chercher à les discerner. Il en est ainsi, par exemple du développement sur les tentatives de modélisation des dynamiques territoriales qui compare terme à terme les différentes méthodologies disponibles pour en donner limites et avantages. Il en est de même pour l'analyse fine et particulièrement éclairante des règles juridiques relatives aux délimitations des communes (pp. 125-145). La très belle et forte conclusion de l'ouvrage, écrite par Elisabeth Zadora-Rio en mettant en série ses résultats solidement justifiés offre une histoire du territoire paroissial du moyen-âge à nos jours qui ne peut qu'emporter l'adhésion.

5Les lieux de culte de l'antiquité et du haut moyen-âge - qui participent d'un réseau de lieux saints - ne jouent aucun rôle dans un encadrement pastoral quelconque. Le baptême étant alors le seul sacrement, l'assistance aux offices n'étant aucunement obligatoire, la nébuleuse de lieux saints qui se met en place n'est pas organisée par la distance. Il faut attendre la transformation des églises en lieux centraux, à partir du XIe siècle, processus qui amène hiérarchisation en même temps que la réduction du nombre de ces lieux, pour qu'avec l'inhumation près de l'église, ainsi que la mise en place de nouvelles pratiques cultuelles mène à la constitution d'aires d'attraction. Le résultat sur les systèmes de peuplement est clair : les localités dépourvues d'églises disparaissent. Les châteaux qui se juxtaposent aux églises avant le XIe siècle sont à l'origine au moins de petites villes (encore aujourd'hui les chefs-lieux de canton sont majoritairement issus d'agglomérations castrales...). Dès lors la construction territoriale qui en découle n'est pas un démembrement hiérarchique des diocèses, au contraire : elle est une production par le bas. "Les limites du diocèse médiéval ont été déterminées par celles des paroisses qui le composent" p. 119. Au-delà ces territoires paroissiaux sont en fait issus d'une "cospatialité" (le terme est emprunté à Jacques Lévy) qui se constitue par une superposition de couches spatiales aux contours variables. On a là des "enveloppes spatiales" qui fondent l'identité au-delà de limites rendues floues par leur nombre. "Ce sont les exigences de la cartographie moderne qui ont imposé la réduction de cet enchevêtrement à une limite administrative unique, qui a sans doute été longtemps plus ou moins fictive." (p. 119). Cela d'autant plus que ces maillages comportent des trous comme les landes de Saint-Martin que la Révolution eu du mal à délimiter, posant quatre-vingt-quatre bornes pour la définir, alors qu'une commune comme Abilly n'en avait nécessité que trois. Le processus identitaire s'exprime dans la notion de naturalis parrochionus ("paroissien naturel") formulée vers 1060. Les critères resteront les mêmes jusqu'à la Révolution : le cimetière pour la sépulture, l'église pour les offices communautaires, le lieu de paiement des impôts. Quant aux limites, longtemps floues elles permettaient une relativisation des appartenances. Avec la Révolution française c'est donc un durcissement identitaire qui se met en place, avec le fameux esprit de clocher que nous connaissons tous. Ce moment est aussi celui de la dernière bifurcation entre les différents lieux habités. Ceux qui n'ont personne qui ne sache signer, ceux qui n'ont pas de presbytère en bon état disparaissent de la liste des communes.

6En refusant les emprunts sauvages de méthodes et de concepts, donc en acceptant les exigences scientifiques de chaque discipline ce livre offre donc l'exemple d'une réussite. Les membres de chaque discipline trouveront peut-être certains passages moins intéressants, parce que moins calés sur leurs préoccupations. Il n'empêche que chacun y trouvera des éléments utiles à ses réflexions.

Haut de page

Notes

1  Pour la période qui s'étend de la Révolution à nos jours, on consultera, avec un classement départemental la bibliographie de Motte Claude, Séguy Isabelle, Théré Christine, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui. Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d'histoire administrative, Paris, INED, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Verdier, « Zadora-Rio Elisabeth (dir.), 2008, Des Paroisses de Touraine aux communes d'Indre et Loire. La formation des territoires, Tours, FERACF, 303 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 septembre 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22572

Haut de page

Auteur

Nicolas Verdier

CNRS-UMR Géographie-cités, Francenicolas.verdier@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page