Navigation – Plan du site
Quartier durable ou éco-quartier ?

Quartier durable ou éco-quartier ?

Quartier durable or éco-quartier?
Benoît Boutaud

Résumés

Le terme d’éco-quartier est aujourd’hui largement utilisé par les professionnels de l’urbanisme comme par la presse et se trouve souvent utilisé comme synonyme de quartier durable. Tous deux désigneraient ces projets d’urbanisme ayant des objectifs environnementaux, sociaux et économiques ambitieux qui se multiplient en France depuis quelques années. Toutefois, dans la pratique, cette synonymie est loin de faire l’unanimité. Sont-ce des quartiers durables, des éco-quartiers ou les deux ? C’est sur cette question de vocabulaire que cet article souhaite se pencher alors même que l’objet qu’ils sont sensés décrire reste lui-même encore à définir précisément. Ceci en axant particulièrement cette interrogation sur la pertinence de l’utilisation de l’expression d’éco-quartier pour désigner ces nouveaux morceaux de ville créés dans un nouveau contexte de réflexion environnementale et humaine. Nous partirons pour cela des diverses utilisations qui en sont faites en tenant compte du contexte matériel, théorique et temporel, dans lequel ces nouveaux éléments de l’urbanisme s’insèrent. Nous verrons également que l’utilisation qui en est faite résonne au delà d’une simple question sémantique.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis ces derniers mois, nous assistons à une multiplication des projets de développement urbain basés sur le « développement durable » à l’intérieur de nombreux territoires français. De grandes agglomérations comme des villes de taille plus modeste mènent ou souhaitent mener à bien des opérations de création ou de renouvellement d’ensembles bâtis ayant vocation à s’insérer dans le mouvement en devenir de la ville durable. Des projets qui se réclament majoritairement de l’appellation éco-quartier ou quartier durable, deux notions qui peuplent de plus en plus la vie et la communication des professionnels de l’aménagement urbain jusqu’à venir aujourd’hui à la rencontre du grand public.

2Dans la réalité cependant, les limites sont floues entre opérations marketings, microréalisations, projets remarquables ou insignifiants. Reconnaissons au moins à cette ébullition l’immense mérite d’engendrer l’émulation indispensable à l’actuelle transition urbaine, laps de temps qui sera nécessaire à l’urbanité pour rendre opérants les principes d’un développement plus raisonné. A travers l’éco-quartier et le quartier durable, c’est en effet une nouvelle conception de la matérialité urbaine et du vivre ensemble qui souffle sur les espaces urbains. Reste toutefois des zones de flou autour de ces deux notions sur lesquelles il est aujourd’hui nécessaire de se pencher en raison de leur diffusion. Le dynamisme des différents exercices – épiphénomènes ? – verbaux auxquels se livrent État, collectivités, cabinets d’architectes ou médias afin de valoriser un projet d’éco-quartier et tenter de se démarquer dans cette nouvelle vague urbanistique montre bien que, dans ce domaine, les mots retentissent visiblement biens au-delà des cercles scientifiques et se révèlent de ce fait dignes d’attention.

3En effet, moult problématiques émergent car ces deux notions aujourd’hui utilisées comme synonymes entretiennent cependant une gémellité sémantique fort ténue. Certains soulignent leur altérité, quartier durable apparaissant notamment comme une notion allant bien au-delà de celle d’éco-quartier en incluant toutes les facettes du développement durable. D’autres n’y accorde au contraire aucune importance. Et ce n’est pas la récente labellisation du terme ÉcoQuartier (sans trait d’union) par le MEEDDAT qui permet de clarifier cette situation. Elle incite même à adopter le terme de quartier durable afin que toute confusion entre le concours et l’objet urbanistique soit évité.

4Ces approximations, logiques à ce moment précis de l’évolution de la ville, réclament donc un développement et quelques éclaircissements. D’autres pistes doivent être proposées au regard de la morphologie de chacun de ces termes, au gré des dernières évolutions qu’ils ont connu et en présageant de leurs possibles évolutions. Il n’est pas question ici de dire ce qu’est un éco-quartier ou ce qu’il n’est pas, mais de contribuer à définir les mots qui aideront à « exprimer la ville », à l’analyser, afin de lui donner vie différemment. Cet article se propose donc de reprendre les notions d’éco-quartier et de quartier durable, de les replacer dans la perspective des évolutions urbanistiques actuelles et de proposer sur le mode itératif, à l’aide de constatations/hypothèses successives, lequel de ces deux termes il est souhaitable d’institutionnaliser et pourquoi.

Une chronologie s’esquisse, à défaut d’une définition

5« Les premiers quartiers écologiques ou éco-villages ont ouvert la voie à l’expérimentation dès les années 1960. Ils diffèrent des projets actuels par leur taille, en général assez réduite, par leur caractère souvent résidentiel, et une localisation plutôt éloignée des centres métropolitains » selon Cyria Emelianoff1. À l’origine, les éco-quartiers sont en effet des démarches spatialement limitées portées par une initiative citoyenne à coloration parfois scientifique visant à la réduction des impacts écologiques et à l’amélioration des conditions de vie. Ces démarches sont plutôt rurales et leurs concepteurs pouvaient alors apparaître comme des « marginaux » ou des « originaux ». Aujourd’hui, l’esprit de la démarche des marginaux d’hier est devenu un mode de pensée qui irrigue les orientations de la ville à venir.

  • 2  MEEDDAT, 2008, Diagonal, no 178.

6Toutefois, il règne une relative nébulosité autour de deux termes forts plébiscités que sont éco-quartier et quartier durable. Les deux mots sont d’ailleurs largement utilisés comme synonymes mais de ce manque de structuration naît un questionnement et une confusion sur les caractéristiques propres que pourraient avoir l’un et l’autre. En égrenant les pages web, la presse et les publications à ce propos, ils semblent malgré tout moins requérir une définition précise qu’insuffler un nouvel esprit dans la conception que nous pouvons avoir de l’urbanisme. L’acquis est déjà immense. A côté de cela, si consensus il y a, c’est également autour de la chronologie du « fait éco-quartier » qui s’institutionnalise progressivement. Tout d’abord les proto-quartiers, issus d’une volonté forte d’habitants militants et localisés principalement dans les pays germaniques. Viennent ensuite les quartiers prototypes représentés par la génération des Bo01 (Malmö), Hammarby Sjöstad (Stockholm) etc. créés dans les années 1990. Ces premières réalisations possèdent la particularité d’être portées par la puissance publique et de bénéficier de financements exceptionnels pour leur conception. Certains font débuter réellement le fait éco-quartier durant cette phase et notamment à partir de la charte d’Aalborg en 19942. Enfin les quartiers types dont la spécificité est qu’ils peuvent être reproduits en ne dérogeant pas aux cadres réglementaires de l’urbanisme classique. À l’heure actuelle, ils se multiplient et se diffusent vers le sud de l’Europe alors qu’ils étaient auparavant circonscrits dans le Nord et en son centre. Dynamique nord/sud qui vaut également pour le territoire français.

7Ces quartiers doivent reposer sur une multitude de principes afin de bénéficier de cette appellation. Principes qui s’institutionnalisent de plus en plus et parmi lesquels nous retrouvons notamment : une position centrale dans l’agglomération, une ouverture sur le reste de la ville, une échelle suffisante pour être qualifiée de quartier, une identité palpable, une réduction de la place de l’automobile, une efficacité énergétique notable, une mixité sociale et fonctionnelle, une éco-conception, etc.

  • 3  Souami T, 2009, Éco-quartier, secrets de fabrication, Paris, Éditions Les carnets de l’info ; LEFE (...)
  • 4  Lefevre P., Sabard M., Idem.

8Mais qui a aujourd’hui le projet de construire ou de vivre dans un « quartier type » ? Dans cette terminologie, il n’est en effet pas question de quartier durable ni d’éco-quartier alors que c’est de cela dont il est partout question. Pourtant, si les deux termes sont le plus souvent utilisés indifféremment par le grand public comme par les professionnels, une partie d’entre eux évoquent une possible distinction – sans toutefois la rendre systématiquement effective dans le récit. Celle qui est la plus fréquemment évoquée propose de faire notamment d’un éco-quartier un morceau de ville centré sur une approche exclusivement environnementale alors qu’un quartier durable serait davantage basé sur l’approche globale du développement durable3. Cette interprétation présente l’avantage pour ceux qui l’utilisent de séparer le bon grain de l’ivraie en mettant l’accent sur les réalisations présentant une certaine complétude au regard des principes du développement durable et celles centrées exclusivement sur la technique, moins complexes à mettre en place et en passe d’être banalisées. D’autres enfin préfèrent couper court à toute polémique en entérinant la proximité des deux notions. P. Lefevre et M. Sabard4 rappellent ainsi très justement qu’éco-quartier est un terme qui permet d’éviter les querelles de spécialistes et d’attirer la curiosité de tous les autres. Cependant, entre une utilisation indifférenciée et une différenciation supposée, l’incertitude demeure à un moment où les projets fourmillent.

Éco-quartier : des agences d’urbanisme aux agences de communication

9En effet, depuis le début des années 2000, la floraison d’opérations qualifiées d’« éco-quartiers » partout en France et en Europe témoigne que nous somme entrés dans une autre phase de leur développement possédant un caractère expérimental beaucoup moins prononcé mais engendrant un challenge scalaire autrement plus ardu. Comment généraliser ces expérimentations ? C’est un des défis qui se pose actuellement aux professionnels de l’urbanisme comme aux pouvoirs publics et celui-ci est en passe d’être relevé. Le développement durable urbain tend donc à s’insérer au cœur des politiques mises en place, s’imprègne des nouvelles techniques de construction et appliquent à des degrés divers des prescriptions environnementales et sociales repensées (pourcentage de logements sociaux, lieux de rencontre, efficacité des vitrages, isolation augmentée, efficacité énergétique etc..). L’objectif premier étant de faire en sorte de créer un quartier extraordinaire pour le temps présent et ordinaire pour les temps futurs.

10Si toutes les réalisations sont loin d’épouser les meilleures technologies du temps, il n’est pas saugrenu de croire que ces techniques seront de plus en plus intégrées à la construction/réhabilitation dans un horizon proche. En conséquence beaucoup de projets sont aujourd’hui, à tort ou à raison, désigné par le terme  éco-quartier, provoquant nous l’avons dit une confusion. Les communicants ne font d’ailleurs pas dans la demi-mesure et contribuent à cette imprécision. Les projets sont ainsi tous « exemplaires ». C’est d’ailleurs ce qui est reproché aux éco-quartiers nés depuis quelques années. A savoir de ne pas être « authentiques » et de ne pas respecter suffisamment les principes du développement durable mais plutôt d’être des outils de communication superposés à des opérations urbanistiques parés de quelques éléments écologiques. Reste que, si un éco-quartier est un ensemble bâti respectant des exigences environnementales plus ou moins nombreuses, beaucoup de quartiers peuvent prétendre être des « éco-quartiers ». Surtout, la majorité de ceux qui se créeront pourront être qualifiés de la sorte.

11Mais alors, si l’exception devient la règle, quid de l’exception ? Que seront en 2020, 2030 les éco-quartiers devenus ? Un éco-quartier, portion nouvelle ou réhabilitée d’une ville qui ne consommera que peu d’énergie, végétalisé, qui fera la part belle aux piétons et aux cyclistes, énergétiquement efficace ? Lesquels des nouveaux morceaux de ville à venir ne feront-ils pas une large place à ces techniques ? Difficile d’imaginer qu’à cette date encore les lotissements énergivores et excentrés constitueront la majorité des opérations d’urbanisme. Ce type de projet sera à n’en pas douter devenu un quartier « classique », c’est-à-dire prenant idéalement en compte les logiques supposées de l’environnement. Nous pourrions par conséquent préalablement émettre l’idée selon laquelle il y a aujourd’hui tellement de nouveaux projets urbains qui se réclament de l’appellation éco-quartier qu’il ne sera bientôt plus nécessaire de mentionner le préfixe éco. Éco-quartier pourrait être soluble dans l’urbanisme renouvelé du temps et sa pertinence comme son existence à court terme sont posées.

12Ensuite, sans même cette dilution, qu’auront de comparable les quartiers des pionniers, déjà appelés éco-quartiers, et ceux qui sont projetés actuellement à l’aide d’autres technologies, selon des logiques urbaines renouvelées au sein d’une société aux caractères possiblement différents ? Si dans 20 ans un éco-quartier représente des réalisations de la fin du XXe siècle comme les nouveaux quartiers qui seront construits, alors la signification de ce mot risque de perdre beaucoup de sa substance primitive.

13Notre première hypothèse sera par conséquent que, puisque dans un futur très proche tous les quartiers seront possiblement « éco », parce qu’il y a un mot pour désigner une portion de ville – le quartier –, et que la phase d’expérimentation et d’amorce de généralisation de ces réalisations est en cours, alors il est envisageable que le mot de « quartier » commence à être progressivement réutilisé.

14Avec le temps ce terme pourrait donc mourir de sa belle mort pour ne plus désigner qu’un quartier « classique », performant dans les trois dimensions sociales, économiques et environnementales ou ayant l’intention de l’être. Car le défi urbain consiste moins à créer une ville techniquement performante qu’une agrégation de population harmonieuse.

15Si tous les quartiers ne sont pas des éco-quartiers idéals, tous ceux qui se créent aujourd’hui ont vocation à être plus ou moins « éco », écologiques. La technologie est certes un élément nécessaire mais qui se révèle pourtant insuffisant dans le champ de la ville durable. Si nous somme en mesure de produire le « bien construire », en revanche le « bien vivre » et le « vivre équitable » peinent à se concrétiser sur la durée et à se diffuser. Les regards se tournent aujourd’hui vers la dynamique humaine de ces ensembles afin que le groupe de population ainsi formé se meuve dans une dynamique constructive au sein d’un contexte matériel pertinent. L’éco-quartier apparaît donc de plus en plus comme la combinaison d’un éco-quartier traditionnel, – les quartiers prototypes du MEEDDAT –, et d’un socio-quartier, un socio-éco-quartier en quelque sorte. La dimension humaine – c’est-à-dire sociale/économique – des nouvelles opérations est mise en avant : mixité fonctionnelle, mixité sociale, gouvernance etc. Objectifs qui doivent se maintenir et se bonifier dans le temps. Un éco-quartier digne de ce nom peut aujourd’hui très difficilement y renoncer et les différents critères d’évaluation disponibles viennent le rappeler5. Certes, mais ces limites techniques et sociales sont sans cesse en mouvement et ce qui est considéré comme « éco » ou « socio » aujourd’hui pourra ne plus l’être demain. Nous aurons donc toujours besoin de vitrines technologiques et d’espaces urbains a caractère expérimental dans le domaine de l’urbanisme. Éco-quartier possède de ce fait des qualités qui feront qu’il est apte à rester un mot de vocabulaire usuel désignant ces vitrines parce qu’historiquement sa diffusion s’est réalisée avec cette trame de fond.

16Notre seconde hypothèse pourrait donc être de dire qu’un éco-quartier est un quartier dont on dit qu’il représente un projet innovant à une période p au regard des principes de la ville durable. Qu’il est donc un palimpseste de la ville durable. D’où la nécessité, le cas échéant, de procéder à une distinction de différentes générations comme celle que nous avons vu initialement.

17Car l’éco-quartier fait avant toute chose référence à une phase opérationnelle et possède une forte connotation technique. Celle-là même qui peut faire préférer la notion de quartiers durables, plus globalisante, et qui inclue tous les thèmes du développement durable comme nous l’avons évoqué. Il pourrait donc mécaniquement apparaître comme un élément historique de l’urbanisme moderne, appartenant à l’histoire de la ville des années 80-90, tandis que le quartier durable représenterait la phase lui succédant à partir des années 2000.

18D’où cette autre hypothèse, la troisième, qu’un éco-quartier pourrait-être un objet daté et localisé et qu’aujourd’hui n’existent que des quartiers durables, devenus pour un temps « extra-ordinaires » en raison de la complétude dont ils font montre. Mais ce serait sans compter la place prise par la communication dans une société avide de nouveauté portée par un vocable inédit.

  • 6  Dernièrement Catherine Charlot-Valdieu, « Les villes abusent de l’appellation éco-quartier », Le M (...)

19Difficile en effet de faire l’impasse sur l’effet d’aubaine que peut représenter le développement durable dans tous les secteurs et en premier lieu pour celui de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire ou de la construction. Communiquer sur son projet d’éco-quartier est une obligation, cela s’apprend même. Les publicistes en panne d’idées, les politiques en mal d’image comme les acteurs sincères ont saisi l’occasion. Éco-quartier est de plus en plus utilisé par les médias ou les pouvoirs publics car c’est un terme qui reste relativement nouveau, évocateur et séduisant. Il satisfait en cela à la néomanie du temps. Le terme en lui-même, dans un contexte purement politique et reposant sur le marketing, s’il n’est pas totalement devenu galvaudé dans les années à venir comme nous pourrions être en droit de le penser, présente des qualités communicationnelles évidentes de part son architecture ergonomique. A cet égard, le terme de quartier durable est assurément moins attachant. De moins en moins de personnes ont besoin d’une « traduction » lorsque qu’éco-quartier est prononcé. A défaut d’un consensus précis sur les interprétations à lui donner, viennent à l’esprit les grandes orientations que la ville doit prendre pour moins imprimer sa marque sur l’environnement. En outre, dépourvu d’une définition stricte, ce motpossède des propriétés plastiques, chacun pouvant l’ajuster selon ses aspirations. Le fait qu’il ait été jeté en pâture dans l’arène de la compétition entre territoires et acteurs de l’aménagement pose dès lors un problème aux architectes, urbanistes et autres chercheurs qui tenteraient de convenir d’un vocable adapté à une réalité. Le fait qu’il soit devenu un des supports de la communication des territoires a fait perdre aux professionnels de l’urbanisme et aux scientifiques la prise qu’ils pouvaient avoir sur lui. Car éco-quartier est aujourd’hui assurément un terme largement usurpé et les pourfendeurs de ce détournement n’hésitent plus à crier au scandale6. Il est en effet indéniable que son utilisation permet aux pouvoirs publics de répondre par un concept, fusse-t-il flou comme celui-ci, aux problématiques soulevées par la ville. Pour cette raison, il est devenu évident que dans le langage usuel et dans la littérature en général, éco-quartier continuera d’être utilisé. Il représente donc le fer de lance du développement durable urbain auprès du grand public.

20Quatrième hypothèse donc, éco-quartier, mieux taillé pour la communication que quartier durable et parce qu’il est plébiscité par une majorité, est potentiellement en mesure de s’enraciner profondément dans la langue française.

Un éco-quartier dans l’espace et un quartier durable dans le temps

21À partir de cette étape, il est nécessaire de réinjecter dans le vocabulaire de la ville une notion de temps que l’explosion et l’urgence de la problématique urbanistico-environnementale a largement contribué à inhiber. Ressurgit ici, indirectement, l’ancienne mais toujours sous-jacente polémique sur la traduction de sustainable en durable/soutenable.

22Commençons préalablement par formuler une distinction entre éco-quartier et quartier durable qui ne se situerait pas entre la performance environnementale et les trois piliers historiques du développement durable mais entre ce qui est réalisé techniquement et ce qui est éprouvé temporellement. En d’autres termes, si l’éco-quartier fait appelle à une réalité synchronique et spatiale d’un ensemble bâti, le quartier durable appartient lui davantage à une réalité diachronique et bidimensionnelle plus large (temps et espace) inhérent à sa traduction en français. Émettant un jugement du présent, je suis en mesure de dire qu’à cet instant je bâtis un éco-quartier. De la même façon, parlant du présent mais à propos d’un vieil éco-quartier – et il y en aura bientôt –, je suis en mesure d’émettre un jugement sur sa « durabilité » et sa capacité à représenter une forme d’urbanisme à l’empreinte moins importante sur l’environnement. En d’autres termes, je peux par exemple déjà juger des quelques réalisations faites dans les années 1980 ou 1990 à l’étranger et que tout le monde aujourd’hui appelle « éco-quartiers » tout en étant en mesure de savoir s’ils sont devenus des quartiers durables ou non. Un problème se pose alors : parce que la définition d’un éco-quartier a aujourd’hui changé et qu’elle inclut les trois piliers du développement durable, certains d’entre eux pourraient ne plus apparaître comme tels vus de notre époque en raison de la définition nouvelle de l’éco-quartier. Certains, lors de leur conception, n’avaient que peu ou pas d’objectifs sociaux ou de mixité par exemple. D’où la nécessité, pour qu’ils continuent à mériter cette appellation, de plébisciter les trois âges de l’éco-quartier. Pour prendre un exemple concret et célèbre, le récent retour d’expérience que nous fourni le quartier Bo01 de Malmö, un des quelques éco-quartiers historiques de deuxième génération, nous éclaire sur les réalisations qui ne correspondent plus intégralement à l’idée que l’on se fait des éco-quartiers en projet.

23Excepté les deux premières générations, un quartier durable pourrait donc être selon une autre hypothèse un éco-quartier de troisième génération qui aura maintenu ses objectifs technico-économico-sociaux sur un temps long. Ce faisant, par absence de recul, nous pourrions ajouter qu’actuellement les éco-quartiers français – qui se conjuguent encore largement au futur – n’ont pas démontré qu’ils seront des quartiers durables.

24De surcroît, le fait de devoir préférer le terme d’éco-quartier vient finalement des carences liées aux origines même de quartier durable et des polémiques potentielles qu’il peut engendrer. Ce dernier dérive en effet directement de ville durable et surtout de développement durable, concept qui a l’une des plus importantes polémiques sémantiques de ces dernières années. Polémique encore vive qui rejaillit ici. Mieux vaudrait donc, parce que disposant de deux termes, ne retenir que celui qui présente le meilleur potentiel. Quitte aussi à ce que les écrits sur le sujet pâtissent de l’abandon d’un synonyme fort bienvenu.

25Par ailleurs, il est nécessaire de mettre l’accent sur le « pré-jugé » implicite qu’induit l’expression de quartier durable et sa caducité latente. Dès sa construction, nous sommes en mesure de dire d’un quartier s’il est performant au niveau environnemental ou non, avec son lot de dispositifs techniques économisant l’énergie, optimisant de l’espace etc. Nous pouvons également dire d’un quartier, alors qu’il est inauguré, s’il présente ou non des caractéristiques socio-économiques optimales, s’il possède des espaces de rencontres potentiellement agréables, une mixité dans sa population initiale, une offre de service satisfaisante. En somme si les conditions nécessaires à un cadre de vie paisible et constructif sont réunies. Mais tout cela reste toutefois potentiel. Personne n’est en mesure d’affirmer que tous ces paramètres, baignés dans un contexte urbain/régional/mondial plus grand, sujet au changement, formeront dans le temps le morceau de ville idéal, dynamique, mixte et paisible initialement imaginé. Il faut assurément s’armer de patience et constater après plusieurs années si tout cela a été pérenne, durable. L’efficience et la durée sont, rappelons-le, au cœur de la recherche urbanistique actuelle. Les nouvelles constructions ne cherchent plus uniquement à être optimales mais à le rester. Or, pour dire d’une chose qu’elle est durable, il faut pouvoir disposer d’un recul et juger à partir d’un point dans le passé, éloigné si possible. Qualifier quelque chose de durable, c’est soit constater de sa durabilité, soit préjuger par projection dans le futur de sa capacité à durer. Il en va ainsi des nouveaux quartiers durables que l’on nomme ainsi et que l’on suppose donc avoir démontré toutes leurs qualités alors qu’ils viennent juste de sortir de terre. Une posture étrange, bien loin de la prudence verbale qu’enseigne l’histoire de la ville, notamment son histoire récente. Voilà ce que quartier durable évoque tacitement.

26Enfin, et surtout, nous allons nous trouver face à une désopilante situation engendrée par l’utilisation de la notion de quartiers durables, quartiers « qui ne peuvent pas ne pas durer » en quelque sorte. En effet, nous allons être bientôt flanqués de quartiers, nouveaux ou réhabilités, qui se seront peut-être révélés être plusieurs années après leur érection des échecs partiels ou complets mais qui auront été appelé et resterons peut-être nommés un temps sans gêne aucune des quartiers « durables ». A lui seul cet argument est en mesure de résumer ce caractère inapproprié.

27Mais pourquoi donc en est-on venu à utiliser indifféremment éco-quartier et quartier durable ? Pourquoi ce télescopage ? Tout d’abord, les deux notions ont suivi approximativement les mêmes chemins et sont arrivées en même temps sur le devant de la scène Ville. La réalisation d’éco-quartiers a débuté alors même que la notion de ville durable ainsi que le champ scientifique et théorique qui y est rattaché naissait, à la fin du XXe siècle. Le bouillonnement qui s’en est suivi a favorisé ces approximations. Plus récemment le concours ÉcoQuartier du MEEDDM, en raison de l’importance qu’il a dans le champ de l’urbanisme en France et du poids de l’État français, a lui aussi contribué à cette situation. Il est aussi nécessaire d’insister une nouvelle fois sur le fait que l’épithète « durable » est un paravent verbal, un mot fumigène, derrière lequel se trouvent bien peu de choses ou au contraire des légions et employé à tout va comme l’est « éco ». Mais surtout, une confusion est apparue entre d’une part l’instrument de la ville durable, son expression matérielle, l’éco-quartier, et d’autre part son objectif, l’épanouissement dans la durée de la ville et de son constituant, le quartier. Parler de quartier durable, c’est quelque part neutraliser ou même exorciser les angoisses nées des expériences urbanistiques traumatisantes post-seconde guerre mondiale toujours sous-jacentes en les décrétant unilatéralement « durables ». L’éco-quartier ne se définit effectivement pas uniquement par ce qu’il devrait être mais par ce qu’il ne doit surtout pas être. Autrement dit des grands ensembles bis, au succès réel mais non-durable. Une expression de la modernité urbanistique du temps qui s’est révélée être avec le temps une face obscure de l’urbanisme français et que nous aurions pu pourquoi pas qualifier alors pareillement de « durables ». Comment nous préparons-nous aujourd’hui à une possible nouvelle douche froide ?

Conclusion

28Éco-quartier apparaît finalement avant tout comme une porte d’entrée sur l’urbanisme nouveau pour le grand public et un terme fédérateur. Puisque c’est ainsi qu’il tend à s’imposer il faut en tenir compte, en dehors de toute spéculation sur ce qu’est effectivement un éco-quartier et ce qui n’en est pas un. D’autant plus que ce fait urbanistique – cette mode ? – risque de ne pas durer. L’inexactitude de sa signification n’est quant à elle pas un obstacle à sa diffusion, bien au contraire. Les mots région ou quartier connaissent la même fortune, sans parler de durable, et ils sont pourtant largement utilisés et porteurs de sens. Les querelles scientifiques passent alors en second même s’il est inévitable de devoir définir des cadres linguistiques plus stricts pour penser la ville, l’adapter et la créer.

29Il ressort ainsi de nos précédentes observations que la signification liée au mot éco-quartier a changé. L’usage nous montre que cette utilisation basée aujourd’hui sur des objectifs environnementaux, sociaux et économique est largement partagée, à commencé par les pouvoirs publics7. Hier, un éco-quartier était plutôt une association des unités suivantes : écologique et quartier. C’est-à-dire clairement un quartier écologiquement performant. Depuis quelques années, éco-quartier a néanmoins tendance à ne former qu’une seule unité regroupant non seulement des considérations environnementales mais élargies aux piliers sociaux et économiques. Si quartier durable, comme agriculture durable ou ville durable, peut continuer d’évoquer théoriquement et de manière générale un certain nombre de concepts et d’idées maîtresses, il semble en revanche beaucoup moins adapté pour la désignation du quartier dans sa matérialité.

30À partir de là, nous pouvons dire qu’un éco-quartier est :

  • (Histoire) Une forme d’expérimentation urbanistique initiée dès la fin du XXe siècle essentiellement dans les pays du nord et du centre de l’Europe qui débute avec le phénomène des éco-villages créé dans plusieurs régions du monde dans les années 1960 et 1970. L’ambition de ces ensembles était de concrétiser, par des opérations exemplaires bénéficiant de ressources financières exceptionnelles, certains principes environnementaux puis sociaux et économiques regroupés dans les années 1990-2000 dans la notion de développement durable. Laboratoires expérimentaux des principes de l’urbanisme du XXIe siècle, ils constituent des vitrines indispensables visant à rendre concrètes les approches théoriques d’une ville qui s’insère plus harmonieusement dans son environnement naturel tout en amorçant une diffusion de ces principes à grande échelle. Le temps des pionniers passé, tout éco-quartier développé depuis les années 2000 doit présenter des caractéristiques sociales, environnementales et économiques optimales.
    On distingue trois générations d’éco-quartiers :

    1. Les proto-quartiers : disséminés, confidentiels et à fort caractère militant.

    2. Les quartiers prototypes : réalisés dans les années 1980 et au début des années 1990, peu nombreux, circonscrits aux pays du nord de l’Europe et aux pays germaniques, à caractère exceptionnel et devenus très célèbres (Fribourg, Malmö, Helsinki, Stockholm…).

    3. Les quartiers types : de la fin des années 1990 à aujourd’hui, très nombreux, ne dérogeant plus aux dispositifs classiques pour leur réalisation, encore principalement localisés dans une large frange nord de l’Europe mais commençant à être présent dans les espaces plus au sud.

  • (Scientifique) Un espace bâti nouveau ou reconverti d’une ville, dans ou à proximité d’un centre urbain dense, de l’échelle d’un quartier, ayant pour vocation d’appliquer, de préserver et de développer sur le temps long l’ensemble des principes environnementaux, sociaux et économiques de développement durable qui ont gouvernés à sa conception.

  • (Usuel) Dans le langage courant, un quartier d’une ville désigné comme tel par ses initiateurs et répondant à un certain nombre de principes environnementaux, sociaux ou économiques. Éco-quartier est parfois utilisé comme synonyme de quartier durable bien que leurs sens divergent.

  • (Institutionnel) Un terme labellisé (« ÉcoQuartier ») en 2008 par le MEEDDM dans le cadre d’un concours sur la ville durable afin notamment de dynamiser le développement des pratiques d’urbanisme durable en France.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Charlot-Valdieu C., « Les villes abusent de l’appellation éco-quartier », Le Monde, 21 mars 2009.

Charlot-Valdieu C., Outrequin, P., 2009, L’Urbanisme durable : concevoir un écoquartier, Éditions Le Moniteur.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lefevre P., Sabard M., 2009, Les Écoquartiers, Rennes, Éditions Apogée.
DOI : 10.1007/978-1-4419-0745-5_19

Souami T., 2009, Éco-quartier, secrets de fabrication, Paris, Éditions Les carnets de l’info.

Haut de page

Notes

1  http://www.nantesmetropole.fr/1203698567277/0/fiche___article/

2  MEEDDAT, 2008, Diagonal, no 178.

3  Souami T, 2009, Éco-quartier, secrets de fabrication, Paris, Éditions Les carnets de l’info ; LEFEVRE P., SABARD M., 2009, Les Écoquartiers, Rennes, Éditions Apogée; CHARLOT-VALDIEU C., OUTREQUIN P., 2009, L’Urbanisme durable : concevoir un écoquartier, Éditions Le Moniteur.

4  Lefevre P., Sabard M., Idem.

5  Citons par exemple le concours du MEEDDAT : http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr ou la Charte des écoquartiers de Lille Métropole : http://www.lillemetropole.fr

6  Dernièrement Catherine Charlot-Valdieu, « Les villes abusent de l’appellation éco-quartier », Le Monde, 21 mars 2009.

7  En premier lieu la grille du concours MEEDDM : http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Boutaud, « Quartier durable ou éco-quartier ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Quartier durable ou éco-quartier ?, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 27 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/22583 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22583

Haut de page

Auteur

Benoît Boutaud

Ingénieur de recherche à l’European Institute For Energy Research (EIFER), Emmy-Noether-Strasse 11, D-76131 Karlsruhe, Germany benoitboutaud@msn.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page