Navigation – Plan du site
2009
471

Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies.
L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) »

Eco-frontiers and eco-settlers: definitions and classifications.
Environmental NGOs networking on the South African Wild Coast
Sylvain Guyot

Résumés

Le terme de front écologique est un néologisme à plusieurs facettes : notion définie et instrumentalisée par des acteurs (ONG environnementales) ; représentation psycho-mentale et spatiale fondée sur une vision européo-centrée de la nature ; et catégorie spatiale, objectivable à travers différents paramètres. De manière transversale un front écologique se caractérise par une valeur écologique, une appropriation écologique, un processus spatio-temporel et un contrôle externe (exemple : les éco-conquérants). La conquête d’un front écologique est motivée par le contrôle (financier, pouvoir ou idéologique) d’un espace doté d’une valeur intrinsèque importante qu’elle soit biologique, paysagère et par conséquent…financière. De fait, les conflits d’usages ou conflits environnementaux sont inhérents à la dynamique des fronts écologiques. Ils génèrent des processus de conquête, souvent temporaires et transitoires et prenant place sur une aire aux contours flous à partir d’une tête de pont bien identifiée. Les éco-conquérants sont en général exogènes à la zone considérée et ont des profils variés. L’exemple de la Côte Sauvage montre comment s’opère l’appropriation et le contrôle d’un espace littoral à la biodiversité remarquable par un réseau d’ONG environnementales pouvant être regroupés dans différentes catégories (justice environnementale, éco-capitalisme conservationniste, racisme environnemental aseptisé et orientation éco-spirituelle). La grande variété de profils d’éco-conquérants peut être analysée à travers une esquisse typologique (éco-colons, éco-guerriers, éco-touristes, éco-racistes etc.) qui permet de formaliser une terminologie pouvant servir à illustrer d’autres situations.

Haut de page

Notes de la rédaction

Sites WEB utilisés indiqués en note de bas de page.
Entretiens effectués sur la Wild Coast cités dans le texte : deux missions principales, en septembre 2005 et en octobre-novembre 2007.

Texte intégral

Introduction

1Les idéologies politiques de la nature (préservation, conservation, justice environnementale etc.) fondatrices du mouvement écologiste ne se limitent pas à des discours. Portées par des acteurs aux motivations diverses, ces idéologies induisent de nouvelles notions permettant de légitimer des formes spécifiques d’inscription spatiale. L’écologisme devient alors un facteur important de conquête et d’instrumentalisation territoriale, à différentes échelles. La notion de « front écologique », traduction française du néologisme anglophone « eco-frontier », élaborée par la mouvance écologiste, est-elle pertinente pour recouvrir l’ensemble des problématiques de conquête et appropriations écologistes ?

2Le terme de front écologique est un néologisme à plusieurs facettes. C’est d’abord une notion définie, utilisée voire instrumentalisée par des groupes d’acteurs, comme les ONG environnementales. C’est aussi une représentation psycho-mentale et spatiale reposant sur une vision européo-centrée de la nature. Le front écologique renvoie enfin à une catégorie spatiale, objectivable à travers différents paramètres.

  • 1  La mise en valeur de nouveaux territoires pour l’agriculture ou l’extraction minière renverrait pl (...)

3De manière transversale à ces trois acceptions, le terme de front écologique ou d’éco-front s’applique à des aires géographiques dont la valeur écologique et esthétique est très forte. Des ressources écologiques sont convoitées, appropriées, parfois conquises, par des acteurs souvent extérieurs à l’espace considéré1. Différentes appropriations écologiques conduisent donc à différentes formes de fronts écologiques centrées sur :

    • 2  Difficilement traduisible par « nature sauvage ».

    la quête de la « wilderness2 »

  • le paysage avec la patrimonialisation et la mise en tourisme

  • le sacré avec une quête du spirituel dans la nature.

4La mise en concurrence de différents usages est génératrice de conflits et d’instabilités (Hohl, Tisdell, 1994; Griffiths, Robin, 1997; Dovers, Edgecombe, Guest, 2002; Arnaud de Sartre, 2006 ; Malason, Zeng, Walsh, 2006). Par conséquent, la dynamique spatio-temporelle d’un front écologique est souvent temporaire et transitoire, et tend à s’initier à partir d’une tête de pont ouverte sur une zone isolée, à faible densité de population et territorialement mal définie. De ce fait, les fronts écologiques créent des situations complexes où différents types d’acteurs mobilisent de multiples registres de légitimités reliés à des utilisations variées des écosystèmes et de la terre. Ces dernières tendent alors à façonner de nouveaux territoires : enclaves de nature pour la conservation, étalement urbain touristique et/ou périurbain, hauts-lieux patrimonialisés voire des « non-lieux » (friches, no man’s land post-extractifs etc.) en cas d’échec des écologistes.

  • 3  Un colloque international sur les « eco-frontiers » s’est réuni à l’Université de Limoges du 27 au (...)

5La notion de front écologique est-elle uniquement définie / utilisée / instrumentalisée par certains acteurs écologistes pour justifier de différentes formes d’appropriation spatiale ou est-elle aussi un outil pertinent et généralisable d’interprétation des processus de territorialisation émanant de l’écologisme globalisé contemporain3 ?

6Cet article définit d’abord le « front écologique », notion recoupant une diversité importante de logiques et situations. L’exemple sud-africain (Côte Sauvage) permet d’insister ensuite sur des acteurs essentiels, créateurs de fronts écologiques : les ONG environnementales. Enfin, un essai de typologie des « éco-conquérants » aboutit à une terminologie précise pour différencier des acteurs se réclamant tous de l’écologisme mais ayant, au final, des motivations et des pratiques bien contrastées.

Émergence du « front écologique » : invention, conflits et territoires

7Un premier point explicite la dimension multiforme de la notion de front écologique (et des autres néologismes associés), puis un second point définit deux grilles de lecture, amorces d’une réflexion plus détaillée.

Une notion à plusieurs facettes

8Dans le cadre de cet article se pose un problème de terminologie, de nature épistémologique. En effet, nous basons cette réflexion sur un ensemble de néologismes relativement nouveaux :

  • en français : front écologique, éco-front, éco-conquérant

  • en anglais : eco-frontier, conservation frontier, eco-settler.

9Pour bien mesurer l’intérêt et la portée exacte de ces termes il y a lieu d’adopter une double posture.

10On se pose d’abord la question de l’utilisation, de la revendication et du sens de ces notions pour les acteurs qui les ont inventées et formulées depuis une vingtaine d’années. On constate qu’ils renvoient de manière permanente à des représentations liées à une « certaine vision de la nature ». Ces représentations (essentiellement psycho-mentales et spatiales) sont importantes à décrypter car ce sont elles qui motivent, et parfois déterminent le choix des mots et impliquent donc, de facto, un corpus d’actions et d’opinions politiques et militantes.

11Une fois ce vocable structuré par les acteurs, il faut s’interroger sur le sens et l’utilisation à donner à ces notions dans leur rapport à l’espace. Nous faisons l’hypothèse que ces néologismes caractérisent des processus de territorialisation, pouvant être associés et comparés de manière systématique et universelle. Ainsi le front écologique, et les « éco-conquérants », ne sont pas seulement des éléments de la rhétorique écologiste mais s’inscrivent dans une réalité territoriale, propice à la cristallisation de conflits environnementaux (d’usages ou d’intérêts), et reproductible en de nombreux points de la planète.

Invention, appropriation et instrumentalisation du « front écologique » par les acteurs

  • 4  Recherche effectuée sur la base des sept néologismes suivants (en français et en anglais) : éco-fr (...)

12Pour rendre compte de manière précise des usages de ces néologismes, nous avons effectué une recherche approfondie sur la toile4.  Trois catégories d’acteurs sont ainsi « créateurs » de fronts écologiques :

  • les professionnels de l’éco-tourisme, en prenant bien soin de séparer les tour-opérateurs « génériques » vantant les mérites des front écologiques de grande consommation, thaïlandais ou africains, d’acteurs plus individualisés prônant sous une forme ou une autre (Eco-frontiers Ranch en Pologne ou Grishino Ecological Village en Russie) un retour à la nature.

  • les fondations, ONG et associations issues de la société civile et œuvrant directement ou indirectement pour la protection de la nature.

  • les centres de recherche et les universités qui ont déjà investi en partie ces néologismes au profit par exemple de programmes de bourses de recherche (Eco-frontier Fellowship).

13Les espaces d’actions de ces parties prenantes sont essentiellement ruraux, en position périphérique : zones frontalières, massifs montagneux et littoraux. Leur échelle d’action est, pour certains, glocale, et pour d’autres, se cantonne aux niveaux nationaux, régionaux ou locaux. De même, la structuration des réseaux associés à ces acteurs est tantôt locale, nationale ou internationale. Néanmoins, les acteurs qui revendiquent le plus vigoureusement l’utilisation des fronts écologiques tendent plutôt à se connecter mondialement, ce qui donne une indication du niveau intense de globalisation de ces discours et pratiques.

14Une idée forte ressort des définitions fournies par ces acteurs : le désir d’aller au-delà des limites du connu, que ce soit spatialement ou en matière de réflexion intellectuelle. Ce désir « d’inconnu » s’illustre de trois manières :

  • l’appropriation par des éco-conquérants d’un front pionnier reconnu pour sa nature exceptionnelle à préserver ou à conserver (Eco-frontiers Ranch, Circle of Asia, Grishino Ecological Village etc.).

  • l’appropriation de nouveaux thèmes pour la mobilisation écologiste (Dancing star fundation et Earth Future)

  • la nécessité de mener de nouvelles recherches environnementales en coopération (Eco-frontier Fellowship).

15Nous allons surtout insister dans cet article sur le thème de l’appropriation pionnière de la nature.

16Ces néologismes ne conduisent pas autant qu’on pourrait le croire à l’élaboration d’un ensemble de normes strictes. A ce jour, nous n’avons pas encore trouvé de trace d’incorporation de ce vocable dans la terminologie juridique internationale ou nationale, même si ces notions semblent influencer des réglementations, par exemple dans le cadre de l’établissement de certaines aires protégées. Les normes fabriquées ici tendent plutôt à légitimer des modes de vie, parfois érigés en véritables « règles de vie », comme le végétarianisme ou la défense des droits des animaux, une fabrique toponymique comme l’Eco-frontiers Ranch dans un pays aux toponymes slaves, et du marketing territorial comme le ‘wild kingdom of Thaïland’. L’utilisation et l’instrumentalisation de ces néologismes participent alors de deux actions principales : l’éco-conquête (objectifs environnementaux et fonciers) et le militantisme écologique. Ce sont donc des termes aux contours politiques et géographiques très marqués. L’analyse des représentations associées aux fronts écologiques semble confirmer ce constat.

À l’origine de ces termes : imaginaire et représentations de la nature

  • 5  Définies dans le sens d’une image qu'un individu se fait d'une situation. Elle sont au confluent d (...)
  • 6  La seconde partie de cet article consacrée à l’Afrique du Sud explicitera les représentations et l (...)

17Les représentations psycho-mentales5 mises en jeu dans l’utilisation de la notion de front écologique par les différents acteurs, présentées en détail dans le document hors-texte n° 1, sont représentatives des différents courants philosophiques, idéologiques et politiques associés à la vision de la nature et à sa gestion depuis le xixe siècle (Crosby, 1986 ; Payne, 1996 ; Aubertin, 2005 ; Brooks, 2005). On retrouve deux grands courants de pensée, le préservationnisme et le conservationnisme, et certaines de leurs ramifications idéologiques6.

18La « Dancing Star Fundation » et « Earth Future » se rattachent au courant radical de la préservation basé sur la protection des droits des animaux, le végétarianisme et la sanctuarisation de la nature. « Eco-frontiers Ranch » et « Grishino Ecological Village » renvoient plutôt à une préservation « à la manière de H.D. Thoreau » basée sur un retour à la nature, plus ou moins communautarisé. « Circle of Asia » et l’éco-touriste de « Wayn » renvoient tous les deux à une forme d’hédonisme environnemental du voyageur (Onfray, 2007). Le projet « Biosphere 2 » peut facilement être associé à la théorie de Gaïa, dans une version plus artificialisée et confinée. Enfin FCFCA (Fairfax County Citizen Association) est à rattacher à la participation communautaire dans les projets de conservation de la nature dans les parcs naturels régionaux aux Etats-Unis.

19On comprend que les représentations spatiales associés à l’utilisation de ces néologismes reposent sur deux contradictions majeures. Le désir d’ouverture à de nouveaux espaces de nature se double, une fois l’appropriation ou la conquête achevée, d’un processus d’enfermement de type communautaire, souvent excluant pour les populations environnantes. A contrario, cette éco-conquête s’associe souvent à l’idée néo-malthusienne qu’il est bon d’être le seul à profiter du « paradis perdu », vision souvent contredite par le développement touristique et l’urbanisation qui en découlent.

20L’invention des fronts écologiques par les acteurs de la société civile est potentiellement sujette à caution, que ce soit philosophiquement ou sur le terrain. Comment une objectivation spatiale de la notion permet-elle d’aborder des problématiques territoriales ?  

Les fronts écologiques sur le terrain : caractéristiques spatiales et conflits environnementaux

21À la suite de ce décryptage notionnel « virtuel », les fronts écologiques peuvent se structurer, sur les terrains de la discipline géographique, définis comme des processus de territorialisation associés à des jeux d’acteurs conflictuels (encadré no 1).

Encadré no 1 : Les fronts écologiques, une nouvelle catégorie spatiale

Les fronts écologiques sont des fronts pionniers dotés de valeurs écologiques spécifiques générant des processus de conquête initiés par des outsiders, « les éco-conquérants ». La notion de valeur écologique peut alors être symbolisée ou représentée par un paysage grandiose ouvert sur un espace sauvage, vaste et inaccessible comme une haute chaîne de montagnes, une profonde forêt tropicale, un immense désert ou encore un océan. En outre, les fronts écologiques sont caractérisés par une biodiversité en péril et par des ressources naturelles aussi rares que chères : eau, minéraux, forêt, savoirs locaux etc.

Plusieurs éléments spatiaux sont reliés à la notion de front écologique :

  • une échelle spécifique

  • une idée générale de zone floue liée à des dimensions et des limites mal connues et mouvantes

  • une tête de pont bien reliée au reste du monde, d’où est initiée la conquête (station balnéaire, camp touristique, résidence secondaire etc.)

  • une limite ultime, physique ou mentale, difficilement atteignable comme le ciel, les fonds océaniques, le sous-sol etc.

Les paramètres temporels sont le pendant des ces critères spatiaux. Le processus de conquête d’un front écologique est instable et éphémère. Une fois achevé, il peut produire de nouvelles catégories spatiales (parcs et réserves, urbanisation touristique etc.) qui impriment de nouvelles frontières entre des zones connectées et des zones marginalisées, entre des espaces protégés et des espaces non-protégés et plus généralement entre des territoires nouvellement colonisés et des confins « oubliés ». Ces nouvelles productions spatiales sont fragiles et souvent contestées par des populations locales aux réactions contrastées (Collinson, 1996 ; Honey, 1999; Compagnon, Constantin, 2000 ; Dovers, Edgecombe, Guest, 2002; Hilson, 2002 ; Ramutsindela, 2004). Les fronts écologiques sont donc temporaires et transitoires et nomadisent à travers le monde jusqu’à atteindre…« l’ultime frontière ».

22Les fronts écologiques sont des espaces peu développés, souvent des confins ruraux avec une faible densité de population. Ils sont occupés par des populations souvent pluriséculaires, appelés maladroitement ici « populations locales », qui ont des méthodes de gestion de l’environnement parfois pragmatiques et ingénieuses (Brush, Stabinski, 1996). La « colonisation » des fronts écologiques est réalisée par des éco-conquérants, venus de l’extérieur, souvent grâce à des relais locaux, et dont les objectifs sont divers et variés : conservation de la nature, patrimonialisation, extraction minière, mise en tourisme etc. (Anderson, Grove, 1987; Collinson, 1996; Compagnon, Constantin, 2000; Bryant, 2002; Hilson, 2002; Ramutsindela, 2003; Guyot, 2006; Guyot, 2007). Cette conquête n’est pas toujours réalisée concrètement sur le terrain. Elle peut être virtuelle, contrôlée à distance. D’ailleurs on assiste rarement à l’invasion d’éco-guerriers armés souhaitant prendre le contrôle d’une éco-zone spécifique. Le contrôle à distance par le biais de réseaux puissants est souvent plus efficace qu’une occupation physique des lieux. Tous ces éco-conquérants ont des projets divergents et parfois contradictoires. Leurs motivations réelles sont souvent masquées par de beaux discours généreux sur la nécessité du développement durable et de la participation des populations locales. En fait, les frontières « raciales » et/ou sociales sont toujours très actives sur les fronts écologiques, surtout dans des contextes post-coloniaux ou post-apartheid (Cock, Koch, 1991; Rodary, Castellanet, Rossi, 2003; Giraut, Guyot, Houssay-Holzschuch, 2005). Des oppositions entre des populations extérieures blanches, aisées, urbaines et des populations locales non-blanches, pauvres, rurales tendent souvent à s’y affirmer. Les notions de racisme environnemental (Pulido, 2000) et de justice environnementale (Cutter, 1995; Khan, 2002; Turner, Wu, 2002; Ishiyama, 2003) sont pertinentes à utiliser pour interpréter ces ségrégations. La diversité des fronts écologiques, des éco-conquérants et des réponses locales associées implique l’existence de plusieurs types de fronts écologiques.

Quels profils de fronts écologiques ? Plusieurs critères pour une typologie

Tableau 1 : Les facteurs élémentaires de différenciation des fronts écologiques.

23Deux grilles de lecture permettent de différencier et de classifier les différents profils et logiques de fronts écologiques dans le monde. Une première lecture élémentaire permet d’individualiser les critères de bases du front écologique : valeur écologique, appropriation, échelle, espace, temps, prospective, acteurs, niveau de contestation et représentations, voir tableau 1. On peut alors différencier quatre types élémentaires : « wilderness » (objectif : préservation ou conservation de la nature), « paysage » (objectif : patrimonialisation et tourisme), « extraction » (objectif : prélèvement des ressources naturelles) et « spirituelle » (objectif : puiser des références et des symboles religieux dans la nature). Il arrive que certains fronts écologiques cumulent plusieurs de ces logiques, ce qui explique la virulence de certains conflits environnementaux, certains acteurs se proclamant défenseurs de la « wilderness » (Cronon, 1995; Honey, 1999; Compagnon, Constantin, 2000; Rodary, Castellanet, Rossi, 2003), d’autres de la patrimonialisation du paysage (Gunner, 2005; McGregor, 2005) et d’autres encore du prélèvement des ressources (Collinson, 1996).

  • 7  La nature de la conquête écologique (sorte de synthèse entre les représentations et les projets de (...)

24Cette lecture élémentaire, si elle a le mérite didactique d’aborder la notion de front écologique en fonction de la motivation avérée de l’éco-conquérant, reste assez limitative dans la prise en compte de plusieurs autres critères, surtout politiques et territoriaux. Il convient donc d’aller plus loin pour proposer une seconde grille de lecture, plus complète, reposant sur six variables7 dont l’agencement sur le terrain permet de mesurer la complexité des conflits d’intérêts en jeu. Les arrangements possibles entre ces différentes variables (tableau 2) sont nombreux et donnent une bonne estimation de la diversité des cas rencontrés. Le potentiel de conflictualité peut donc se comprendre à travers une double lecture du tableau 2 :

  • en ligne, chaque variable peut rentrer en conflit avec une autre variable, par exemple la conquête écologique peut induire des conflits fonciers ou paysagers.

  • En colonne, plusieurs scenarii au sein d’une même variable peuvent créer des conflits sur le terrain, par exemple au sein de la conquête écologique, la préservation est contradictoire de l’extraction, et, au sein des enjeux fonciers, la spoliation s’oppose aux tentatives de récupérations foncières.

Tableau 2 : Six variables pour saisir la complexité des fronts écologiques dans le monde.

25L’exemple de la Côte Sauvage en Afrique du Sud permet maintenant d’illustrer cette conflictualité multi-dimensionnelle et tente d’approfondir la question des acteurs et de leur mise en réseau. La seconde partie traite essentiellement des éco-conquérants à travers une étude détaillée des ONG environnementales.

La quête de la Côte Sauvage (Afrique du Sud) par des ONG environnementales

  • 8  Travail de contextualisation en appliquant la méthode formalisée par Chartrier et Ollitrault (2005 (...)

26La Côte Sauvage (ou Wild Coast) semble être un exemple pertinent de front écologique mettant en scène une certaine con-quête de la wilderness, bien illustrée par des projets concurrents de mise en réserve, de développement de l’écotourisme, et d’extraction minière du titane des cordons dunaires littoraux. La quête écologique est du ressort d’un réseau d’ONG environnementales aux profils et positionnements variés. L’extraction minière est initiée quant à elle par un groupe australien. Au-delà du conflit environnemental classique et déjà bien étudié opposant écotourisme et extraction minière, nous nous attarderons plutôt sur l’analyse de cette mouvance d’ONG, en relation avec le travail effectué en première partie8.

La Côte Sauvage, un front écologique

27

Figure 1 - La zone côtière de Xolobeni menacée par l’extraction du titane ?

Photo d’Elisabeth Deliry-Antheaume.

Figure 2 : les environs de Port St Johns.

Cliché : Sylvain Guyot, 2005.

Figure 3 : les environs de Port St Johns.

Cliché : Sylvain Guyot, 2005.

Figure 4 : Carte de la Côte Sauvage.

28La Côte Sauvage (Wild Coast), ou Pondoland si l’on y inclut l’intérieur des terres, est située sur le littoral de l’Océan Indien entre East London et Port Edward sur 350 km, dans la province du Cap de l’Est (figure 4). Le tableau 3 précise tous les critères élémentaires qui justifient le statut de « front écologique » pour la Côte Sauvage en prenant comme exemple la zone de Xolobeni, section littorale actuellement très médiatisée et concentrant les principaux enjeux. Nous allons détailler aussi comment les processus en cours sur la Côte Sauvage s’articulent aux six variables présentées dans le tableau 2.

Tableau 3 : La Côte Sauvage, un front écologique. L’exemple de la zone côtière de Xolobeni.

29Ancienne réserve bantoue pendant la colonisation, et partie intégrante du bantoustan pseudo-indépendant du Transkei durant l’apartheid, cette région est une des plus rurales et des plus pauvres d’Afrique du Sud mais aussi une de celle dont la valeur esthétique est la plus forte, en tant que retombée littorale subtropicale des montagnes du Drakensberg. La Côte Sauvage offre un linéaire côtier fait d’alternance de plages sauvages et de falaises abruptes (figures 1 à 3). Du fait de son exclusion du territoire sud-africain durant la colonisation et pendant l’apartheid, le littoral de l’ancien Transkei constitue aujourd’hui un nouveau front pionnier pour la conservation de la nature et la mise en tourisme. Beaucoup d’acteurs environnementalistes sud-africains définissent d’ailleurs la Wild Coast comme « the new conservationnist frontier ». Ils s’approprient ainsi un des néologismes associés à la notion de front écologique, le définissent comme un front de conservation pour les uns, et de préservation pour les autres, et le mettent en pratique. C’est donc un espace nouvellement convoité pour une certaine frange de la minorité blanche et aussi pour beaucoup de touristes européens et nord-américains. Signe du regain d’intérêt encore très récent pour la Côte Sauvage, c’est un territoire qui souffre encore d’une mauvaise réputation aux yeux de certains sud-africains blancs en raison de son africanité et de sa pauvreté. Une partie des automobilistes se rendant de Durban au Cap transitent encore par Bloemfontein, pour éviter de traverser l’ancien Transkei.

30Le foncier y est encore en majorité contrôlé par la chefferie traditionnelle, ce qui complique l’acquisition de terres par les outsiders. D’autre part, le gouvernement du Transkei a décrété en 1992 la protection d’une bande côtière d’un kilomètre de large couvrant l’ensemble du linéaire littoral de la Côte Sauvage. De plus, certaines portions côtières ont aussi un statut de réserve naturelle provinciale (comme la « Mkambati Nature Reserve », près de Mboyiti).

31La propriété foncière par les Blancs reste une exception, comme :

  • la station balnéaire de Port St Johns dont le foncier échappe à la chefferie traditionnelle, compte tenu de son statut de localité urbaine, ancienne enclave blanche avec la création du Transkei (région de Cape Hermès),

  • le casino de la Côte Sauvage (Wild Coast Sun Casino), dont le propriétaire Sol Kerzner a obtenu de la terre, de manière plus ou moins légale, auprès des chefs, durant l’apartheid, du temps où les jeux d’argent et de hasard étaient interdits en territoire blanc

  • les hôtels et cottages de villégiatures dont l’acquisition remonte avant la création du bantoustan et localisés en dehors de la bande côtière des 1 km.

32Grâce à des paysages exceptionnels, à un climat subtropical tempéré exempt de paludisme, et à des richesses minières importantes, la Côte Sauvage est donc convoitée par de nombreux acteurs aux motivations diverses et qui contribuent à renforcer son statut de « front écologique ».

33Ainsi, une partie du Pondoland côtier (partie nord de la Wild Coast) est identifiée pour créer un nouveau parc national, le Pondopark, géré par les South Africa National Parks (SANP), parc qui devait a priori se démarquer des modèles passés basés sur l’exclusion foncière des populations locales. Ce projet de parc émane du travail de terrain et de la volonté de grandes ONG d’environnement sud-africaines (WWF, Wilderness Foundation) et internationales (Conservation International) jusqu’à ce que le ministre sud-africain de l’environnement, Marthinus Van Schalkwyk, un blanc, se réapproprie totalement cette initiative allant jusqu’à officialiser l’existence du parc en septembre 2005. Cette annonce précipitée a eu pour effet de renforcer une très forte opposition locale. La pression des élus locaux noirs de l’ANC sur les membres du gouvernement a finalement conduit à abandonner le projet de parc.

34Au sein même du gouvernement national existe un conflit entre deux options pour la Côte Sauvage, la protection de l’environnement (écotourisme) et l’extraction minière, dans la zone de Xolobeni (22 km de côte entre Mzamba au nord-est et Mkambati au sud-ouest) assortie de la construction d’une autoroute à péage reliant Mthatha et Port St Johns directement à Port Edward par la côte. Empêcher la construction de l’autoroute et l’extraction minière constitue le combat principal de certaines ONG environnementales dont nous allons analyser les actions et les itinéraires.

35Outre l’extraction minière, un autre frein existe à l’appropriation de la Côte Sauvage par les « conquérants écologistes ». Certaines zones côtières à inclure dans le parc sont soumises à des demandes de rétrocessions foncières (land claims) intentées par différentes « communautés villageoises », en particulier celles riveraines de la réserve naturelle déjà existante de Mkambati (à proximité de la localité de Mbotyi), du casino « Wild Coast Sun » et de la station balnéaire de Port St Johns. C’est dans ce contexte que certaines ONG pro justice environnementale (Environmental Justice Networking Forum ou encore TRALSO) militent en faveur des droits fonciers des populations. Comment défendre les droits réels des populations locales sans pour autant légitimer des chefs « traditionnels » parfois rétrogrades et marqué par les héritages de la colonisation et de l’apartheid ?  Le rôle des nouveaux pouvoirs locaux élus (communes et districts) est, à ce titre, essentiel à analyser pour comprendre l’accompagnement des mécanismes de conquête de la Côte Sauvage par des outsiders. L’ensemble de la Wild Coast correspond au territoire d’une municipalité de district « Olivier Tambo District Municipality » dont le chef-lieu se situe à Umtata. Le maire, Mrs Kapa, a d’ailleurs oscillé entre un positionnement en faveur du parc national il y a trois ans et un lobbying intensif en faveur de l’extraction minière depuis un an. Les promesses de création d’emplois et l’accélération des échéances électorales y sont certainement pour beaucoup. Dans ce maquis de logiques diverses et de combats de légitimités, nous allons donc insister sur les ONG environnementales et le contenu idéologique qu’elles mobilisent (voir principes généraux dans l’encadré no 2) dans leur conquête de ce front écologique.

  • 9  Nous retiendrons le vocable plus léger « d’ONG environnementales », sachant que nous incluons auss (...)
  • 10  Khan 2002 ; Turner & Wu, 2002. “The equitable treatment of all people, regardless of race, income, (...)
  • 11  Cock & Koch, 1991; Kutner, 1994 ; Khan 2002 ; Pulido, 2000. “Environmental racism’ is a form of en (...)
  • 12  Cas de l’EJNF : Environmental Justice Networking Forum basé à Cape Town et qui en dénonçant le rac (...)
  • 13  Cas du WWF-South Africa basé à Stellenbosch et longtemps dirigé par Anton Rupert, homme d’affaires (...)
  • 14  Collaboration de Mandela et Rupert pour initier les parcs transfrontaliers de la paix (Guyot, 2006 (...)

Encadré no 2 : Les ONG d’environnement en Afrique du Sud oscillent entre deux référents idéologiques opposés : le racisme environnemental et la justice environnementale

En Afrique du Sud, les ONG « rurales et d’environnement9 » peuvent être classées en fonction des notions (utilisés par les chercheurs anglo-saxons) de justice environnementale (environmental justice10) et de racisme environnemental (environmental racism11). Certaines ONG prônent la justice environnementale : toute population, sans discrimination de couleur ou de statut social, peut recouvrir sa terre et profiter de l’environnement (pas d’exposition aux risques environnementaux et aux pollutions, accès aux parcs naturels, environnement comme ressource économique partagée…). Elles condamnent le racisme environnemental qui conduit à la situation inverse. D’autres ONG favorisent le racisme environnemental, sans le dire, en préservant l’environnement pour le réserver à une élite, malgré des discours de façade de plus en plus sociaux et participatifs depuis quelques années. Nous avons élargi ici la notion de racisme environnemental, trouvant ses origines dans les ségrégations urbaines, aux espaces ruraux et aux aires protégés. Ces termes de justice environnementale (et sociale) et de racisme environnemental incarnent plus souvent un positionnement militant qu’un outil disciplinaire opératoire, même s’il s’avère commode d’utilisation en Afrique du Sud où les réalités ont souvent été bien « tranchées ». Il nous semble important, au vu ces deux référents idéologiques opposés, de recontextualiser ces ONG par rapport aux spécificités historique et politique de l’Afrique du Sud. Les ONG d’environnement ont combattu12 ou soutenu13 dans le passé « l’apartheid vert » qui consistait à exproprier de leurs terres les populations non-blanches pour créer des parcs naturels, véritables symboles de la colonisation de la nature africaine par les Européens. La réconciliation post-apartheid prônée par Nelson Mandela a aussi fonctionné pour ces acteurs environnementalistes14. Aujourd’hui ces ONG sont dotées d’une certaine crédibilité par les gouvernants, voire par une partie des habitants, car elles ont la capacité d’établir des réseaux avec des ONG internationales (états-unienne, britanniques et allemandes pour l’essentiel) perçues localement comme autant de bailleurs de fonds potentiels. Elles ont aussi une capacité d’expertise certaine, pouvant influencer les décideurs grâce à une solide connaissance du terrain ce qui leur permet de créer des liens et des réseaux entre différents types d’acteurs à différents niveaux territoriaux. Enfin, ces ONG environnementales légitiment l’image d’une Afrique du Sud « référence (ou même modèle) en matière de territoires de conservation », et donc de fronts écologiques, illustrée par exemple avec l’organisation du congrès des parcs de l’IUCN à Durban en 2003.

36Quels sont les profils et les actions entreprises par ces ONG sur la Côte Sauvage ? Comment définissent et s’approprient-elles ce nouveau front écologique ? Quelles mises en réseau peuvent être observées ?

Des ONG éco-conquérantes sur la Côte Sauvage : actions, typologie et mise en réseau

37La Côte Sauvage est un front écologique qui mobilise de nombreux acteurs aux motivations variées. Les ONG environnementales sont les acteurs principaux de la conquête de cet espace littoral. Onze d’entre elles se sont données pour mission prioritaire de protéger la zone de Xolobeni de l’extraction minière. Leur discours général ne conduit pas à exclure les habitants sous prétexte de destruction de la biodiversité du fait de mauvaises pratiques culturales mais tend plutôt à réconcilier les deux types d’usages. Les entretiens menés avec les représentants des différents ONG laissent donc suggérer que la protection de la nature pour et par les populations locales (et non plus contre, comme par le passé) est une évidence partagée par tous. Pourtant après une analyse de détails des discours, des actions, des réseaux voire de l’historique de ces ONG, des nuances importantes peuvent être identifiées. Après avoir précisé les profils et les actions individuelles de ces ONG (document hors-texte n° 2), ceci nous conduisant à esquisser une première typologie, nous verrons quelles sont les formes de mise en réseau et pour quels résultats.

Profils et actions individuelles des ONG environnementales

38Une réflexion typologique sur les ONG environnementales nécessite l’emploi d’une méthodologie spécifique pour pouvoir comparer de manière égale les différentes ONG. Nous nous basons donc sur les critères formalisés par Chartier et Ollitrault (voir tableau 4 ci-dessous) dans leur recherche sur les ONG d’environnement (Chartrier et Ollitrault, 2005).

Critères transversaux

échelle et métriques d’implantation et d’intervention

Critères constitutifs

contexte historique et lieu de création
champs d’action originels et contemporains
répertoires d’actions originels et contemporains
nature juridique
taille
fonctionnement interne
sources de financements

Tableau 4 : Méthodologie d’analyse des ONG environnementales.

39Les résultats de cette analyse sont présentés dans une seconde base de données (se reporter au document hors-texte n° 2) qui permet de comparer les 11 ONG environnementales impliquées sur la Côte Sauvage selon 10 critères principaux :

40 L’intensité de l’implication sur la Côte Sauvage permet de saisir la nature de l’engagement de l’ONG considérée sur le terrain étudié. Certaines ONG ont peu d’implication concrète sur le terrain mais influencent de loin le processus grâce à des liens ténus de mise en réseau comme c’est le cas pour l’IFAW (International Fund for Animal Welfare) dont certains membres ont pu se rendre dans la zone de Xolobeni et s’horrifier de la condition de vie de certains animaux domestiques rencontrés dans les villages (entretien avec John Clark). D’autres ONG, en revanche sont très impliquées dans le combat contre l’extraction minière et sont à l’origine de la création du réseau d’ONG « Sustaining the Wild Coast », c’est le cas de WESSA (Wildlife and Environment Society of South Africa) grâce aux actions de Cathy Kay, préservationniste contestée, puis de Val Payn ou de la Wilderness Foundation qui a hébergé le programme de recherche environnemental financé par l’UNDP (entretiens avec Val Payn et James Jackelman).

41■ L’échelle et les métriques précisent le rayonnement scalaire de l’ONG (international, national, régional etc.) et ses différents métriques associées (subdivisions, localisation des agences, relations avec le niveau supra). Par exemple, on note une différence de structure spatiale importante entre le WWF (World Wildlife Found)-Afrique du Sud qui est un regroupement national autonome de WWF-international dont l’influence considérable transcende ses projets localisés, et TRALSO (Transkei Land Regional Organisation) qui est une ONG régionale aux actions très localisées mais sans rayonnement national ou international particulier.

42■ Le contexte géo-historique définit le contexte historique national de création, l’année de création et la localisation du siège de l’ONG. En Afrique du Sud, ces données géo-historiques sont chargées de sens idéologique et donnent une indication précieuse quant à l’appartenance aux champs philosophiques développés infra (racisme environnemental et justice environnementale). Par exemple, la Botanical Society of South Africa est fondée en 1913 à Kirstenbosch, trois après l’instauration de l’Union Sud-africaine et correspond à la version sud-africaine autonome d’un vaste mouvement britannique de protection de la flore coloniale. Son siège est situé au cœur d’un jardin botanique « méditerranéen » symbolisant une vision européo-centrée de la nature très éloignée de celle des populations non-blanches. Le WWF-Afrique du Sud est créé en 1968, au cœur des années idéologiquement les plus dures de l’apartheid, par Anton Rupert, Afrikaner et membre de la société secrète fascisante du Broederbond. Cette ONG devient l’un des symboles de ce que l’on peut appeler l’apartheid vert (Giraut, Guyot, Houssay, 2005). Bio Watch South Africa est constituée en 1997, trois ans après l’élection de Nelson Mandela à la tête de l’Afrique du Sud et promeut une vision beaucoup plus sociale de l’environnement.

43■ Les champs d’actions originels et contemporains permettent de caractériser les objectifs réels des ONG tout en montrant comment ils ont évolué, s’adaptant ou non au changement d’ordre territorial sud-africain. Ce critère permet de comprendre comme se gèrent les héritages et les positionnements passés (opposition ou collusion avec les politiques coloniales et d’apartheid visant l’exclusion des populations des non-blanches des fronts écologiques) au regard des nouvelles orientations post-apartheid (conservation pour et par les populations locales). On note ainsi une nette opposition entre les objectifs de la Wilderness Foundation qui s’occupe de préserver d’abord la « wilderness » même si c’est pour y associer les populations locales depuis quelques années (selon une approche top-down) et ceux de TRALSO qui associe sécurisation foncière et gestion durable de l’environnement directement par les populations locales (selon une approche bottom-up) (entretien avec James Jackelman). D’autres ONG mélangent les approches et adaptent leurs objectifs originels en fonction du terrain : c’est le cas d’EWT (Endangered Wildlife Trust) dont l’action menée sur la Côte Sauvage par S. Zukulu (les « eco-warriors ») s’appuie beaucoup plus sur les habitants que d’autres projets de l’ONG traitant de la sauvegarde des chauves-souris.

44■ Les modes d’action donnent une indication sur les méthodes employées et partagent schématiquement les ONG entre « activistes » (groupes indépendants aux formes d’actions radicales) et « partenaires » (des instances gouvernementales à tous les niveaux et/ou des organisations internationales). Les modes d’actions transcendent les clivages idéologiques mais renseignent sur les niveaux de conflits rencontrés et leurs conséquences. A l’exception du rôle joué par telle ou telle personnalité individuelle qui a pu valoir à une ONG une réputation d’activisme forcené (c’est le cas avec C. Kay lors de son passage à WESSA), la plupart des ONG environnementales étudiées ici sont spécialisées dans le partenariat, l’expertise et la conduite de projets de terrains. Seule Earthlike Africa a pu apparaître parfois comme une ONG spécialisée dans les actions coup de poing, à la manière de Greenpeace, mais ses coups d’éclats se sont récemment estompés.

45■ La nature juridique permet de différencier les associations à but non lucratif, des trusts, fondations et autres multinationales caritatives. Ce critère permet de saisir la philosophie financière de l’ONG qui a une implication sur la nature et la mise en place des programmes de terrain. La plupart des ONG sont à but non lucratif et répertoriées comme telles par le gouvernement sud-africain, à l’exception peut-être de l’IFAW. La différence de nature juridique touche surtout le mode d’organisation entre des associations « section 21 » (équivalent des associations loi de 1901 en France) basées surtout sur leurs adhérents, et des trusts ou des fondations dont les modes de financement et de partage de bénéfices sont plus complexes avec un salariat parfois important et fonctionnant de manière totalement libérale. Le WWF est une ONG capitalistique alors que TRALSO coordonne beaucoup plus des ressources humaines.

46■ La taille est un indicateur qui permet de caractériser l’influence des ONG à la fois en matière de ressources financières et humaines et donc de hiérarchiser l’impact des ONG sur le terrain. Il est difficile de connaître le poids humain et financier exact des ONG étudiées, ces données étant le plus souvent difficilement accessibles. L’IFAW ou le WWF sont aux antipodes de l’ENJF (Environmental Networking Justice Forum) de ce point de vue là.

47■ La composition ethnique est un paramètre qui peut paraître en soi décalé mais qui a toute son importance dans un pays où l’environnement a été instrumentalisé selon des considérations raciales (Giraut, Guyot, Houssay, 2005 ; Guyot, 2006). Cet indicateur permet aussi de comprendre la réalité du fonctionnement d’une ONG qui peut ainsi apparaître totalement en décalage avec son discours de façade. Peu d’ONG environnementales en Afrique du Sud sont réellement multi-raciales (Bio Watch, ENF, SAFCEI et EWT dans une moindre mesure) et beaucoup sont encore totalement blanches, héritières d’une conception européo-centrée de la « wilderness » (Botanical Society of South Africa, IFAW, WWF et Wilderness Foundation) ou totalement noires (mais financées par des blancs non sud-africains !) comme TRALSO ceci s’expliquant par la nature régionale de l’ONG (ancien bantoustan du Transkei).

48■ Les sources de financement donnent une indication précieuse sur les ressorts financiers réels de l’ONG, ses commanditaires et permet aussi de nuancer certains discours de façade. On apprend ainsi que le WWF et la Wilderness Foundation sont largement financés par les grands groupes industriels et miniers, ce qui doit certainement limiter la portée d’un certain nombre de leurs programmes de terrain. Les ONG surtout financées par leurs adhérents, comme WESSA, ont parfois une plus grande liberté de parole.

49■ Enfin les réseaux déterminent l’ensemble des liens des ONG avec d’autres ONG, entreprises ou acteurs politiques. Ils permettent de saisir la nature philosophique et idéologique, parfois contradictoire avec les objectifs affichés, par exemple dans les médias. Ainsi, WESSA affiche un partenariat avec l’ONG allemande « EURONATUR » réputée conservatrice. SAFCEI fait partie d’une constellation d’ONG à coloration religieuse alors que les liens de TRALSO renvoient directement à la sphère de la justice sociale. Nous verrons plus loin comment saisir les mouvances générales et internationales dans lesquelles s’inscrivent ces différentes ONG.

  • 15  Certaines ONG rentrent difficilement dans une catégorie, donc on leur a associé deux catégories. C (...)

50Plusieurs types de classements peuvent être dégagés de cette comparaison des onze ONG environnementales, acteurs pionniers de la structuration du front écologique de la Côte Sauvage. Nous retenons un classement basé sur les orientations idéologiques, philosophiques et financières de leurs actions. Quatre types principaux ont été élaborés15 à partir des critères du contexte géo-historique, des champs d’actions originels et contemporains, de la composition ethnique, des sources de financement et des réseaux associés.

51■ T1 - type 1 : justice environnementale
Bio Watch South Africa, ENJF, TRALSO et Earthlike Africa
Ce sont des ONG constituées après 1990, dans la foulée de la libération de Nelson Mandela, et composées de membres engagés dans le combat et la résistance contre l’apartheid. Leurs actions transcendent tous les types de territoires sud-africains. Leurs objectifs cherchent à promouvoir un accès équitable aux ressources environnementales et foncières pour les différents groupes de population. Ce sont souvent des ONG mal organisées, aux faibles moyens et dont l’action se heurte souvent à la responsabilité défaillante de l’Etat et des collectivités.

52T2 - type 2 : éco-capitalisme conservationniste
Wilderness Foundation, WWF
Ce sont des ONG à haute intensité de capital dont l’objectif est d’aider à financer des projets de protection de la faune et de la flore tout en permettant à de grands groupes industriels et miniers de soigner leur propagande environnementaliste. Leur approche reste souvent assez conservatrice et top-down, ce que laisse par exemple entendre le programme d’éducation à l’environnement prônée par le WWF qui prétend instruire les populations locales aux meilleurs modes de gestion environnementale avec pour objectif de réduire leur empreinte écologique (voir site du WWF-South Africa). Cette approche a parfois quelques relents de supériorité paternaliste quand on pense que les parrains du WWF-Afrique du Sud sont parmi les plus grands pollueurs du pays (Anglo-American, De Beers etc.)

53■ T3 - type 3 : racisme environnemental aseptisé
Botanical Society of South Africa, IFAW, Wilderness Foundation, WESSA et Earthlike Africa + EWT dans une moindre mesure
Ces ONG héritent d’un passé de racisme environnemental où conservation de la nature, supériorité des mâles blancs et exclusion des populations locales non-blanches allaient de pair (Giraut, Guyot, Houssay, 2005). La plupart de ces ONG se sont démarquées de ce passé mais portent encore en elles une certaine vision de la nature, où la faune et la flore constitutives de la « wilderness » sont dotées d’une valeur supérieure à l’humanité environnante, tolérée mais pas véritablement partie prenante et initiatrice de sa propre gestion environnementale. Nombre d’adhérents à ces organisations frisent la contradiction quand ils parlent de protéger la Côte Sauvage par le biais d’un éco-tourisme international impliquant des trajets en avion, des trajets en 4 × 4, une forte consommation d’eau etc. Les ONG les plus radicales de ce groupe sont proches d’une vision néo-malthusienne où l’animal est parfois doté d’une valeur supérieure à l’être humain, surtout quand celui-ci est Noir, rural et pauvre (entretien avec John Costello, membre fondateur de « Sustaining the Wild Coast »). A noter les excellent rapports entre la chefferie traditionnelle, la reine des Pondos et cette mouvance d’ONG au nom d’une conservation de la tradition et d’une certaine forme de domination paternaliste sur les populations locales. La conquête d’un front écologique peut aussi être soutenue localement au nom d’idéaux en commun.

54■ T4- type 4 : orientation éco-spirituelle
SAFCEI
C’est un type d’ONG environnementale un peu marginal sur la Côte Sauvage mais qui représente un réel courant de pensée et d’action en Afrique du Sud. Dans sa version chrétienne, c’est un courant œcuménique qui fédère de nombreuses églises sur des causes où la rencontre et le partage semblent plus pertinents que le communautarisme ou la division, comme à Port St Johns où des chrétiens d’Eglises différentes, des musulmans et des hindouistes ont tout à gagner à militer ensemble pour une certaine préservation de l’esprit des lieux. C’est aussi un courant qui rassemble des mouvements new age aux tendances parfois sectaires et séparatistes, comme à Hogsback dans la province de l’Eastern Cape.

55Ces quatre types ne sauraient toutefois masquer une réalité beaucoup plus complexe et multiforme. Ils permettent quand même de saisir les enjeux réels qui se cachent derrière la création /conquête de fronts écologiques et, en particulier ici, sur la Côte Sauvage dans le contexte post-apartheid sud-africain.

56La quête du front écologique de la Côte Sauvage, à l’exception de certains combats menés par des personnalités individuelles (Cathy Kay, Sinegugu Zukulu etc.), se fait plutôt par le biais de mises en réseaux à géométrie variable.   

Mise en réseau des ONG environnementales

57Deux formes de mises en réseau coexistent sur la Côte Sauvage. Les « mises en réseau territoriales » sont des arrangements entre plusieurs acteurs dans le cadre d’une action définie en lien avec la protection de la Côte Sauvage. Les « mises en réseau virtuelles » sont des systèmes d’interrelation, de financement et d’influences à l’échelle internationale et qui peuvent avoir un certain poids sur les jeux d’acteurs locaux, régionaux et nationaux.

58Trois exemples de « mises en réseau territoriales » coexistent dans la zone de Xolobeni sur la Côte Sauvage : la création de l’ONG environnementale « Sustaining the Wild Coast », le programme de recherche soutenu par les Nations Unies et le classement en « biodiversity hotspot » de l’ONG « Conservation International ».

L’ONG « réseau » SWC (Sustaining the Wild Coast)

59Le principe de SWC est typiquement «  un réseau pour un territoire », avec l’idée partagée que la Côte Sauvage est un front écologique à conquérir. Le réseau est celui de l’ensemble des ONG environnementales analysées infra à l’exception de TRALSO qui n’en fait pas partie, certainement pour des questions de classement thématique et idéologique, l’environnement n’étant pas sa raison première. Le phénomène SWC est caractéristique de l’appropriation à distance, voir virtuelle, d’un front écologique. La grande majorité de ses membres n’habitent pas la Côte Sauvage, et leur désir le plus profond n’est pas tant d’y vivre que d’avoir ou de pouvoir garder une résidence secondaire localisée au bord de l’Océan Indien dans un petit coin de nature paradisiaque (entretiens avec L. Musgrave, J. Clark, V. Payn). Leur action contre l’extraction minière et en faveur de l’éco-tourisme est assez virulente. Elle prend appui sur le ressentiment des habitants de Xolobeni contre la possible expropriation de leurs terres par une compagnie minière légitimée par l’un de ses actionnaires, un groupement BEE local (Black Economic Empowerment) en faveur de l’extraction du titane (Guyot, 2009). A l’image de ces liens « entreprise minière – populations locales », le ressentiment anti-extraction est patiemment orchestré par les relais locaux de SWC, peu nombreux mais efficaces, en la présence de S. Zukulu, membre actif de SWC et salarié d’EWT et de J. Clark, travailleur social employé par les populations locales réunies au sein d’un comité de crise. Zukulu comme Clark ne vivent pas sur place en permanence alors que les membres actifs du BEE sont beaucoup plus présents sur le terrain. Les frère Qunya sont à la fois membres du BEE et conseillers municipaux. L’ANC locale a maintenant pris fait et cause pour l’extraction minière alors que l’option « wilderness et éco-tourisme » rassemble les membres de SWC, certains guides locaux, les chefs traditionnels et la reine des Pondos, MaSobhuza Sigcau. Il est probable que les habitants de Xolobeni soient en faveur d’un arrangement plus complexe que cette simple opposition binaire, en permettant, par exemple, l’amélioration de l’agriculture de subsistance, la sécurisation de la tenure foncière tout en ouvrant certaines zones à une exploitation exogène qu’elle soit touristique ou minière. Il semblerait que la conquête des fronts écologiques rejette les solutions de compromis tant les intérêts en jeu semblent cruciaux. Pourtant la mise en réseau des ONG environnementales avec la grande majorité des acteurs locaux, régionaux et nationaux en charge de la Côte Sauvage semble prouver le contraire.

Les biodiversity hotspots de Conservation International16

60Nous ne détaillerons pas cette autre forme de mise en réseau territoriale qui inscrit la Côte Sauvage sous le label des « Biodiversity Hotspot » délivrés par l’ONG Conservation International. Ce label est une forme de reconnaissance internationale, source de légitimité écologique pour les ONG environnementales du réseau SWC. C’est pour cette ONG une définition territorialisée des fronts écologiques qui doivent être labellisés, puis sanctuarisés.

Encadré no 3 : Enseignements des arbres de réseaux virtuels

Niveau I- WILDERNESS FOUNDATION SOUTH AFRICA

SOUTH AFRICA

UNITED KINGDOM

  
  

USA
  

GERMANY
  

1- Wilderness Leadership School Trails

2- The Wilderness Foundation (UK)

3- The Gaia Foundation

4- The Wild Foundation

5- The WF Germany

Niveau II -

1- Wilderness Leadership School Trails :
Liens avec les autres ONG de même niveau +
Ezemvelo KZN Wildlife, 1.2. Wilderness Scotland, 1.3. Envision UK, 1.4. African Conservation Foundation (ACF)

2- The Wilderness Foundation (UK) :
Liens avec les autres ONG de même niveau +
2.1. An Turus Coop - Wilderness Therapist and partners in the Turn Around Project, 2.2. The Australian Bush Heritage Fund Working for wilderness in Australia, 2.3. Trevor Barrett Photography Stunning images of wilderness and wildlife, 2.4. Global White Lion Protection Trust Working to save the white lion, 2.5. Responsible Travel - for everyone who is tired of mass tourism.  Founded by the late Anita Roddick, 2.6. Bateleurs - Flying for the Environment, 2.7. David Shepherd Wildlife Foundation - Saving critically endangered mammals in the wild, 2.8. English Nature - restoring wetland habitats and Ash woodlands in the Peak District, 2.9. The John Muir Trust - Bringing back native woodlands in Knoydart, East Schiehallion and Glen Nevis, 2.10. Moor Trees - Restoration of natural broadleaved woodland in and around Dartmoor National Park, 2.11. Small Woods Association - Britain's champion for small woods, 2.12. Trees for Life - Restoring the Caledonian Forest, 2.13. Capilano College Canada - Wilderness Leadership Courses, 2.14. Natural Pathways - wilderness courses and family experience breaks, 2.15. Schumacher College - Transformative learning for sustainable living, 2.16. University for Peace - programmes of learning on Natural Resources and Peace

3- The Gaia Foundation
Liens avec les autres ONG de même niveau +
3.1. African Biodivedrsity Network, 3.2. Biowatch South Africa, 3.3 Fundação Gaia (Brésil), 3.4. Gaias Amazonas (Colombie), 3.5. Green Belt Movement (Kenya), 3.6. Institute for Sustainable Development (Ethiopie), 3.7. MELCA (Ethiopie), 3.8. Navdanya (Inde), 3.9. Porini (Kenya), 3.10. RAINS (Ghana), 3.11. SEED Trust (South Africa)

4- The Wild Foundation
Liens avec les autres ONG de même niveau Autres liens non indiqués sur le site

5- The Wilderness Foundation (Germany)
Pas de site WEB

NIVEAU III- exemple
2.6. David Shepherd Wildlife Foundation - Saving critically endangered mammals in the wild
Quelques exemples de liens : 2.6.1. Wild aid, 2.6.2. Born free foundation etc.

  

Figure 5 : mises en réseau et arbres virtuels.

Source : Sylvain Guyot.

  

Niveau I-TRALSO (exemples)

SOUTH AFRICA

  

CANADA

SUEDE

1- Rural Development Services Network (RDSN)

2- Eastern Cape NGO Coalition

3- Farm Radio Network

4- Africa Groups of Sweden

Niveau II-

1- Rural Development Services Network (RDSN) :
1.1. Africa Cooperative Association Trust (ACAT)
1.2. Amampondo Integrated Rural Development Association (AIRDA)
1.3. Bathlabine Rural Development Trust (BRDT)
1.4. Hlatlolanang Health and Nutrition Education Centre
1.5. Langalibalele Projects
1.6. National Movement of Rural Women (RWM)
1.7. Northern Province Agricultural Development Agency (NOPADA)
1.8. Pondoland Rural Development Trust (PRDT)
1.9. Rural Support Services (RSS)
1.10. Tlhavhama Training Initiative
1.11. Thuthuka Community Engineering Development
1.12. Tsogang Water and Sanitation
1.13. Tswelopelo Rural Development Network

2- Eastern Cape NGO Coalition : quelques exemples
2.1. CS Mott Foundation 2.2. National Lottery Distribution Trust Fund

3- Farm Radio Network : beaucoup de partenaires radiophoniques

4- Africa Groups of Sweden : quelques exemples
4.1. The Truth and Reconciliation Committee 4.2. ANC 4.3. Funding Repression

Niveau III- exemple

2.2. National Lottery Distribution Trust Fund :
2.2.1. La Française des Jeux etc.

  

Figure 6 : mises en réseau et arbres virtuels.

Source : Sylvain Guyot.

  

Les enseignements des arbres de réseaux virtuels peuvent être riches d’enseignements même s’ils nécessitent un long travail d’investigation dont la dimension virtuelle devrait être vérifiée par des enquêtes de terrain. Nous proposons ici une approche expérimentale sur deux exemples opposés la Wilderness Foundation et TRALSO. La Wilderness Foundation est une ONG environnementale plutôt conservatrice (types 2 et 3). Le réseau virtuel conduit à des ONG de protection des animaux plutôt radicales (comme Born Free Foundation ou Wild Aid).Une seule des ramifications ramène à une ONG sud-africaine de justice environnementale : Bio Watch South Africa. Toutes les autres font partie d’une constellation d’organisations fascinées par la « wilderness », objet à protéger ou objet d’enrichissement. A l’opposé, TRALSO, est une ONG rurale de justice environnementale et sociale (type 1). Le réseau virtuel conduit en général à des organisations de développement rural ou à des sites gouvernementaux (ANC) voir même à des mécènes improbables, mais pourtant très fiables… les loteries nationales (lien ternaire avec la « Française des Jeux »). Ces arbres de réseaux virtuels pourraient être systématisés puis confrontés la réalité des adhérents et des actions de terrain.

61Les ONG environnementales sont des acteurs très importants à considérer quand on étudie les fronts écologiques, car ils sont les principaux instigateurs. La diversité de leurs référents idéologiques et la pluralité de leurs mises en réseau génèrent plusieurs modes d’appropriations écologiques reliés à des objectifs et des envies contrastées.

Pour une typologie plus généralisable des éco-conquérants…

62Ainsi, les éco-conquérants sont des acteurs dont l’objectif est une forme de conquête virtuelle ou réelle d’un espace appartenant à la catégorie des fronts écologiques. En élargissant la classification des ONG environnementales présentes sur la Côte Sauvage et en la reliant à une réflexion plus générale sur les liens entre « représentation de l’environnement et individus », esquissée dans d’autres travaux (tableau 5 ci-dessous, et comparaison des fronts écologiques entre Chili et Afrique du Sud, voir Guyot, 2009) on peut aboutir à une typologie plus large et plus généralisable des éco-conquérants.

TYPOLOGIE

  

  

1. Les « conciliateurs »

  

Ils essayent de voir comment peuvent se concilier à l’échelle locale le développement (touristique, industriel…) et la protection de l’environnement en minimisant les externalités négatives et en maximisant les externalités positives.

2. Les « indifférents »

  

Ils ne se préoccupent pas des éventuels impacts négatifs sur l’environnement de certaines activités, pas plus que des conséquences négatives que peuvent avoir certaines modalités de protection de l’environnement sur la société.

3. Les « destructeurs »

  

Ils sont ceux qui par leurs pratiques contribuent à dégrader substantiellement l’environnement naturel, parfois dans le seul but de survivre.

4. Les « jouisseurs »

Écologistes

Ils protègent l’environnement à leur profit, pour leur consommation exclusive de grands espaces, sans réellement se soucier d’autrui.

5. Les « racistes »

Ils ont un discours favorable à la protection de l’environnement pour limiter l’accès à certains espaces protégés (comme le débat sur les plages payantes, ou les contrôles d’accès dans les stations balnéaires…) à certaines catégories de populations dont ils ne peuvent tolérer la proximité.

Tableau 5 : Acteurs et environnement en Afrique du Sud. Source : Guyot, 2006.

  • 17  D’ailleurs, l’existence ou non du terme sur la toile nous renseigne sur la généralisation ou non d (...)

63L’intérêt de ce travail de catégorisation est aussi de formaliser un vocable dont certains termes sont parfois déjà employés ici et là de manière disparate et parfois orientée17.

64Nous avons retenu quatre critères principaux pour différencier les profils d’éco-conquérants :

  • Les temporalités d’appropriation écologique se combinent selon quatre arrangements distincts : elles peuvent être virtuelles, à distance et temporaires, temporaires ou permanentes.

  • Les modes d’appropriation diffèrent selon la nature de l’acteur considéré : ONG environnementale, individu, entreprise, État (politico-administratif), tourisme, église etc.

  • Le type d’appropriation peut être aussi très variable : villégiature, résidence (ouverte ou fermée), conservation, business, spiritualité, plaisir, activisme, terrorisme etc.

  • Enfin, la réaction des populations locales, et la perception que s’en font les éco-conquérants, diffère en fonction de l’activité de l’habitant ou de sa position sociale et culturelle : acceptation motivée, acceptation économique, rejet, révolte etc.

  • 18  Nous mettons entre () l’occurrence anglaise. Les termes en gras indiquent qu’ils sont déjà présen (...)

65En fonction de ces critères, de nos recherches passées (voir tableau 5) et de nos réflexions sur les fronts écologiques en général et les ONG environnementales sur la Côte Sauvage en particulier, nous pouvons dégager une dizaine de profils d’éco-conquérants18 . De nombreux exemples tirés de travaux de terrain variés pourraient venir illustrer chaque catégorie. De nombreux éco-conquérants appartiennent à plusieurs catégories.

Catégorie no 1

66Appropriation définitive et exclusive des fronts écologiques, brutale pour les populations locales

  • Eco-colons (eco-colonisation) : ce sont les écologistes qui cherchent à s’établir sur un front écologique en mettant en place des stratégies de domination des populations locales.

  • Eco-guerriers (eco-warriors): espèce radicale d’écologiste qui mène un combat au service d’une idéologie de préservation environnementale souvent très exclusive.

  • Eco-destructeurs (eco-destroyers) : ce sont des extracteurs de richesses écologiques qui ne se préoccupent pas toujours des effets induits sur les populations locales.

Catégorie no 2

67Appropriation temporaire et nomade des fronts écologiques, en demi-teinte pour les populations locales

  • Eco-touristes (eco-tourists) : ce sont de simples touristes attirés par le tourisme de nature. Ils cumulent parfois d’autres casquettes d’éco-conquérants.

  • Eco-jouisseurs (eco-enjoyer) : ce sont souvent (aussi) des touristes. Il correspondent bien au profil décrit dans le tableau 5.

  • Eco-sportifs (eco-sport) : leur objectif est de pouvoir pratiquer des sports de nature (escalade, kayak, alpinisme, parapente etc.) dans des cadres paysagers grandioses et des environnements uniques.

Catégorie no 3

68Appropriation surtout virtuelle ou à distance

  • Eco-bio (eco-enthusiasts) : ce sont des écologistes qui vénèrent le tout biologique sans forcément s’inscrire dans une ligne idéologique trop dure. Ce sont en quelque sorte des « eco-fashion victims ».  

  • Eco-religieux (eco-religious) – éco-prophètes (eco-prophecy) : ce sont des acteurs qui associent la fascination de la nature avec la révélation divine. On peut les qualifier de nouveaux animistes à tendance syncrétique.

Catégorie no 4

69Attitudes transversales que l’on retrouve dans les trois autres groupes (profils cumulables)

  • Eco-businessmen : acteurs finalement très classiques qui génèrent un profit considérable de leurs appropriations écologiques.

  • Eco-racistes (eco-racist) : ce sont des écologistes qui privilégient leur combat aux dépens d’un ou plusieurs groupes humains, le plus souvent appartenant aux populations locales.

  • Eco-indigénistes (eco-indigenous) : à l’inverse il s’appuient sur une valorisation des populations locales, en les cantonnant dans une sorte de tradition figée plutôt qu’en leur promettant le progrès socio-économique.

  • Eco-justiciers ou éco-justes (eco-justice) : sont-ils en faveur d’une justice du vivant (que justice soit faite aux chiens torturés) ou défendent-ils la justice environnementale ? Le premier terme est relié à la première idée alors que le second renvoie plutôt à l’idée de justice et d’équité entre écologie et humanisme.

70Tous ces éco-conquérants ont leurs propres représentations et se font tous une image et une définition différente du front écologique. Pour certains, il se trouve au loin, dans une contrée exotique, forcément menacée par la convoitise de l’Autre ; pour d’autres, il se trouve dans un voisinage proche à la fois fréquenté, contrôlé et aussi menacé par les métropoles voisines. Les convoiteurs ne sont pas toujours ceux qu’on pense et la menace réside parfois dans le désir de protection. Combien d’écologistes ont médiatisé de superbes espaces de nature aujourd’hui menacés par divers types de pressions ?

Conclusion

71Fronts écologiques et éco-conquérants sont des notions fabriquées par des acteurs, associations, ONG environnementales, opérateurs touristiques, citoyens alternatifs, au service d’un projet territorial sur la nature, basé sur l’éco-conquête, réelle ou virtuelle, d’espaces à forte valeur écologique. Ainsi, valeur écologique, appropriation écologique, processus spatio-temporels et contrôle extérieur sont les quatre critères spécifiques qui permettent de définir un front écologique. La valeur écologique est un paramètre important qui détermine la nature et le mode d’appropriation écologique. La conquête d’un front écologique est motivée par le contrôle (financier, pouvoir ou idéologique) d’un espace doté d’une valeur intrinsèque importante qu’elle soit biologique ou paysagère. La coexistence de valeurs écologiques concurrentes (biodiversité de « wilderness » versus sols fertiles ou versus ressources minières) implique différents types d’appropriations écologiques pouvant générer des conflits environnementaux entre des acteurs aux logiques variées.

  • 19  D’autre publications collectives sont en projet pour approfondir les jeux d’acteurs locaux en rela (...)

72L’exemple de la Côte Sauvage montre bien comment s’opère l’appropriation et le contrôle d’un espace littoral à la biodiversité remarquable par un réseau d’ONG environnementales pouvant être regroupés dans différents « types » (justice environnementale, éco-capitalisme conservationniste, racisme environnemental aseptisé et orientation éco-spirituelle). Les représentations territoriales de ces acteurs, parfois héritées d’un passé tourmenté (colonisation et apartheid) jouent un rôle important pour justifier certains de leurs discours et de leurs pratiques comme on le voit à travers les référents idéologiques de racisme environnemental et de justice environnementale. Les réactions des populations locales19 à ces intrusions écologiques sont variées et vont de l’acceptation motivée au rejet ou à la révolte. Si la notion même de front écologique n’a pas de raison d’être sans la présence d’éco-conquérants (ceux-là qui ont fait émerger cette terminologie), ces derniers recouvrent des réalités diverses. La grande variété de profils d’éco-conquérants peut être analysée à travers une esquisse typologique (éco-colons, éco-guerriers, éco-touristes, éco-racistes etc.) qui permet de formaliser un vocable qui peut servir à illustrer d’autres situations. Les fronts écologiques sont, aussi et surtout, des fronts écologistes. Ils sont ubiquistes et permettent de nombreuses comparaisons internationales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anderson D., Grove R., 1987, “Introduction: The scramble for Eden: past, present and future in African conservation”, in Anderson D., Grove R., Conservation in Africa; people, policies and practice, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511565335.002

Arnaud De Sartre, X., 2006, Fronts pionniers d’Amazonie, les dynamiques paysannes au Brésil, Paris, CNRS Editions, coll. Espaces & Milieux.

Ashley C., Ntshona Z., 2003, “Transforming roles but not reality? Private Sector and Community Involvement in Tourism and forestry Development on the Wild Coast”, South Africa, Research paper no 6 “Sustainable livelihoods Southern Africa”, Sussex, Institute of Development Studies.

Aubertin C. (coord.), 2005, Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, IRD – Éditions.

Beinart W., Coastes P., 1995, Environment and history: the taming of nature in the Usa and in South Africa. London and New York, Routledge.

Beinart W., Hughes L., 2007, Environment and empire. Oxford, Oxford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brooks S., 2005, “Images of ‘Wild Africa’: nature tourism and the (re) creation of Hluhluwe game reserve, 1930-1945”, Journal of historical geography, no 31, 220-240.
DOI : 10.1016/j.jhg.2004.12.020

Brush S., Stabinsky D., (eds.), 1996, Valuing local knowledge, Washington DC, Island Press.

Bryant R., 2002, “Non-governmental organisations and governmentality : ‘consuming’ biodiversity and indigenous people in the Philippines”,  Political studies vol. 50, no 2, 268-292.

Chartier D., Ollitrault S., 2005, « Les ONG d’environnement dans un système international en mutation : des objets non identifiés ? », in Aubertin C. (coord.), 2005, Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, IRD – Éditions.

Cock J., Koch E., 1991, Going Green: People, politics and the environment in South Africa, Cape Town, Oxford University Press.

Collinson H., 1996, Green Guerillas: environmental conflicts and initiatives in Latin America and the Caribbean, London, Latin America Bureau.

Compagnon D., Constantin F., 2000, Administrer l’environnement en Afrique, Paris, Nairobi, Karthala, IFRA.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cronon W., 1995, “The trouble with wilderness, or, getting back to the wrong nature”, in Cronon W., Uncommon ground: rethinking the human place in nature, New York, W.W. Norton and Co.
DOI : 10.2307/3985059

Crosby A., 1986, Ecological imperialism: the biological expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cutter S., 1995, “Race, class and environmental justice”, Progress in human Geography, no19, 107-118.
DOI : 10.1177/030913259501900111

Dovers, S., Edgecombe R., Guest, B., 2002. South Africa’s environmental history: cases and comparisons. Ohio university Press and David Philip Publishers, Athens and Cape Town.

Dumoulin D., Rodary E., 2005, « Les ONG, au Coeur du secteur mondial de la conservation de la biodiversité », in Aubertin C. (coord.), 2005, Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, IRD – Éditions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Eloy L., Le Tourneau F.M., Théry, H., 2005, « Une ville dans la forêt : São Gabriel da Cachoeira, capitale isolée du haut Rio Negro », Cybergeo, Espace, Société, Territoire, article 304, mis en ligne le 24 mars 2005, modifié le 22 juin 2007. URL : http://www.cybergeo.eu/index3238.html . Consulté le 29 avril 2008.
DOI : 10.4000/cybergeo.3238

Giraut F., Guyot S., Houssay-Holzschuch M., 2005, “La nature, les territoires et le politique en Afrique du Sud », Annales HSS, vol. 60, no 4, 695-717.

Griffiths T., Robin L., 1997, Ecology and Empire: environmental history of settlers societies, Pietermaritzburg, University of Natal Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gunner L., 2005, “Remapping land and remaking culture: memory and landscape in 20th-century South Africa”, Journal of historical geography, no 31, 281-295.
DOI : 10.1016/j.jhg.2004.12.025

Guyot S., 2006, Rivages Zoulous: l’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Paris, IRD & Karthala.

Guyot S., 2007, Green Disputes? A French geographer perspective on KwaZulu-Natal coastal environmental conflicts, University of Paris X and IRD, on line http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/19/91/71/PDF/Zulushores_pdf.pdf

Guyot S., 2009, “What are Eco-Frontiers? Spatial patterns of ecological appropriations rooted in South African and Chilean contexts”, Evalué par Antipode.  

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hilson G., 2002, “An overview of land use conflicts in mining communities”, Land use policy, no 19, 65-73.
DOI : 10.1016/S0264-8377(01)00043-6

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hohl A., Tisdell A., 1994, “Conservation networks, integrated and sustainable land use in a tropical frontier — the Cape York Peninsula region, Australia”, The Environmentalist, vol.14, no 4, 253-269.  
DOI : 10.1007/BF02239788

Honey M., 1999, Ecotourism and sustainable development: who owns paradise?, Washington, Island Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ishiyama N., 2003, “Environmental justice and American Indian tribal sovereignty: case study of a land-use conflict in Skull Valley, Utah”, Antipode, vol. 35, no 1, 119-139.
DOI : 10.1111/1467-8330.00305

Khan F., 2002, “The Roots of Environmental Racism and the Rise of Environmental Justice in the 1990s”, in McDonald, D., (éd.). Environmental Justice in South Africa, Athens/Cape Town, Ohio University Press/UCT Press.

Kutner L., 1994, Environmental discrimination: a bibliography, Council of planning librarians.

Onfray M., 2007, Théorie du Voyage, Paris, Essais Poche.

Payne D., 1996, Voices in the wilderness: American nature writing and environmental politics, London, University Press of New England.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pulido L., 2000, “Rethinking environmental racism: white privilege and urban development in southern California”, Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, no1, 12-40.
DOI : 10.1111/0004-5608.00182

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ramutsindela M., 2003, “Land reform in South Africa’s national parks: a catalyst for the human-nature nexus”, Land use policy, no 20, 41-49.
DOI : 10.1016/S0264-8377(02)00054-6

Ramutsindela M., 2004, Parks and people in postcolonial societies: experiences in Southern Africa, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Rodary E., Castellanet C., Rossi G., 2003, Conservation de la nature: l’intégration impossible?, Paris, Gret, Karthala.

Turner R., Wu D., 2002, Environmental justice and environmental racism, an annotated bibliography and general overview focusing on US literature, 1996-2002, Berkeley, Institute of International Studies, University of California.

WWF South Africa, 2005, Annual review 2005. Stellenbosch, WWF.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  La mise en valeur de nouveaux territoires pour l’agriculture ou l’extraction minière renverrait plutôt à la notion jumelle de « front pionnier » (Eloy, Le Tourneau, Théry, 2005).

2  Difficilement traduisible par « nature sauvage ».

3  Un colloque international sur les « eco-frontiers » s’est réuni à l’Université de Limoges du 27 au 30 mai 2009 pour débattre de ces questions. Cet article correspond – en partie – à la séance introductive sur la notion. Merci à tous les participants pour leurs commentaires, opinions et relectures.

4  Recherche effectuée sur la base des sept néologismes suivants (en français et en anglais) : éco-front, front écologique, éco-conquérant & eco-frontier(s), conservation frontier, eco-settlers. Nous retenons les sites où les termes employés sont suffisamment clairs et explicites. Puis, nous opérons une sélection des acteurs avec pour objectif de rendre compte de manière significative des contours (politiques, idéologiques, thématiques et spatiaux) de la sphère d’utilisation de cet ensemble de néologismes. Une première base de données (voir le document hors-texte n° 1) décrypte les positionnements de onze acteurs utilisant un ou plusieurs de ces sept néologismes. Ils ont été classés par ordre d’importance d’emploi de la notion dans la « rhétorique » présentée sur internet. Le positionnement notionnel des différents acteurs est décrypté en fonction d’une « catégorie d’appartenance », du pays, de l’espace d’action, de l’échelle et des réseaux mis en jeu, de la définition donnée ou supposée, des normes associées, de l’utilisation et instrumentalisation interprétées, des représentations de la nature (psycho-mentales et spatiales) et des conflits d’intérêts potentiels ou avérés.

5  Définies dans le sens d’une image qu'un individu se fait d'une situation. Elle sont au confluent des sensations et de la mémoire. La notion de représentation est proche de celle d'état mental, et donc du concept d'intentionnalité.

6  La seconde partie de cet article consacrée à l’Afrique du Sud explicitera les représentations et les modes d’actions d’ONG finalement assez proches de celles qui viennent d’être décrites et en précisera la portée conflictuelle sur le terrain.

7  La nature de la conquête écologique (sorte de synthèse entre les représentations et les projets des acteurs), les enjeux fonciers,  la valorisation paysagère, la question « indigène » (ou des populations locales), les arrangements territoriaux et la mise en réseau sont autant de facteurs essentiels à considérer pour expliciter la dynamique des conflits environnementaux dans les fronts écologiques.

8  Travail de contextualisation en appliquant la méthode formalisée par Chartrier et Ollitrault (2005).

9  Nous retiendrons le vocable plus léger « d’ONG environnementales », sachant que nous incluons aussi dans ce terme générique certaines associations qui traitent l’environnement du point de vue des questions foncières ou sociales rencontrées par les populations locales.

10  Khan 2002 ; Turner & Wu, 2002. “The equitable treatment of all people, regardless of race, income, culture, or social class, with respect to the development, implementation, and enforcement of environmental laws, regulations, and policies” : http://www.deq.state.la.us/evaluation/tri/glossary.htm

11  Cock & Koch, 1991; Kutner, 1994 ; Khan 2002 ; Pulido, 2000. “Environmental racism’ is a form of environmental injustice in which the impacts are identified as falling primarily on people of color. The term was coined in a 1987 study drawing together US census data and government data on the location of toxic waste sites; the study documented clear patterns which show that communities with greater minority percentages of the population are more likely to be the sites of commercial hazardous waste facilities.” (www.eco-justice.org/lexicon.asp).

12  Cas de l’EJNF : Environmental Justice Networking Forum basé à Cape Town et qui en dénonçant le racisme environnemental a participé à lutte contre l’apartheid et a plaidé pour certaines rétrocessions foncières.

13  Cas du WWF-South Africa basé à Stellenbosch et longtemps dirigé par Anton Rupert, homme d’affaires influent du temps de l’apartheid.

14  Collaboration de Mandela et Rupert pour initier les parcs transfrontaliers de la paix (Guyot, 2006).

15  Certaines ONG rentrent difficilement dans une catégorie, donc on leur a associé deux catégories. Ceci démontre bien leur identité mouvante.

16  http://www.biodiversityhotspots.org/xp/Hotspots/maputaland/Pages/default.aspx

17  D’ailleurs, l’existence ou non du terme sur la toile nous renseigne sur la généralisation ou non de son emploi et/ou dans quel sens. Parfois le terme a de nombreuses occurrences en anglais et donc nous l’avons traduit en français. En revanche certains termes ne présentent aucune occurrence virtuelle mais nous pensons qu’ils font sens, donc nous les proposons ici.

18  Nous mettons entre () l’occurrence anglaise. Les termes en gras indiquent qu’ils sont déjà présents sur la toile.

19  D’autre publications collectives sont en projet pour approfondir les jeux d’acteurs locaux en relation avec les questions foncières et territoriales dans le cadre du colloque sur les fronts écologiques entre terr(itoir)e, paysages et réseaux, qui s’est tenu du 27 au 30 mai 2009 à l’Université de Limoges : http://www.flsh.unilim.fr/recherche/diapo/ecof/ecof.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Guyot, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies.
L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) » », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 471, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/22651 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22651

Haut de page

Auteur

Sylvain Guyot

Maître de Conférences, Université de Limoges, Département de Géographie, FLSH, UMR GEOLAB, 39E rue Camille-Guérin, 87036, LIMOGES Cedex, 05 55 43 55 83,Sylvain.guyot@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page