Navigation – Plan du site
Le Géosystème

A propos du géosystème

Yves Guermond

Texte intégral

  • 1  Augustin Berque : Les travaux et les jours. Histoire naturelle et histoire humaine. L’Espace Géogr (...)

1Deux textes récents, l’un d’Augustin Berque dans l’Espace géographique, l’autre de Henri Reymond dans Cybergéo 1 sont passés peut-être trop inaperçus en cette période de troubles universitaires. Ils méritent pourtant réflexion.

2L’idée de départ d’Henri Reymond est le principe d’antagonisme contradictoire de Lupasco. Tout en admettant que « le géosystème garde en lui la logique de l’écosystème dont il dépend », l’auteur interprète leur évolution comme la coordination de forces opposées, contradictoires dans leur fonctionnement. C’est une hypothèse comme une autre, mais quel peut être l’intérêt heuristique de cette distinction « écosystème/géosystème », que l’on retrouve aussi chez Augustin Berque, avec l’opposition « monde/univers » ? Pourquoi faudrait-il admettre que l’être humain ait un processus d’évolution contradictoire (ou même différent) de celui des autres éléments du géosystème ? Certes la théorie de la néoténie met en valeur l’idée que les capacités cérébrales à la naissance ne représentent chez l’homme que 25% de ses capacités à l’âge adulte, alors qu’elles en représenteraient 65% chez le chimpanzé. L’homme est donc différent des autres être organisés, parce qu’une partie plus importante de son développement intellectuel s’effectue ex utero, ce qui est certainement un facteur important de son meilleur comportement téléologique, c’est-à-dire dirigé vers des fins indépendantes des conditions naturelles, contrairement aux prédateurs du modèle de Lotka-Volterra. Cela n’en fait pas un élément nécessairement antagoniste de « l’écosystème » auquel, en réalité, il participe, à sa place et comme il peut. Imaginer deux systèmes différents conduit à diviniser un système mystérieux extérieur à nous, qu’il faudrait « respecter », dans la continuation de « l’hypothèse Gaïa », qui avait acquis une certaine célébrité médiatique dans les années 1980. Pourquoi craindre, comme Augustin Berque, « une trop humaine hypertrophie du monde » ? Ne peut-on pas faire confiance à l’humanité, qui est l’espèce qui a le plus de responsabilité, et de capacité, pour l’entretien de la Terre ? Cette responsabilité morale impose une éducation morale, elle n’impose pas de « changer de prédicat », ce qui serait une simple pirouette intellectuelle.

3Au plan concret, la théorisation qui nous est proposée peut masquer les vrais débats, en les recouvrant d’une sorte de chape idéologique qui les soustrait à la discussion. Pour Henri Reymond, c’est le cas de la proposition d’un nécessaire renforcement de la répartition intracontinentale du peuplement urbain existant et à venir. Pour Augustin Berque c’est le mythe de la « ville compacte », apparu à la suite du rapport Brundtland de 1987, et qui ne peut pas non plus être accepté sans discussion. Il a conduit à l’idée répandue il y a une vingtaine d’années, de « construire la ville sur la ville », comme si l’opposition d’espaces urbains surdensifiés et de campagnes dites « naturelles » pouvait être considérée comme un objectif environnemental. La ville diffuse n’est pas plus coûteuse en énergie que la ville compacte, et sans doute même moins, elle oblige seulement à mieux penser les problèmes de liaisons et de transports. Comparez les projets pour le Paris du troisième millénaire, avec d’un côté des tours de diverses hauteurs, environnées d’espaces verts artificiels, dans un paysage traversé par des chemins de fer souterrains ou aériens, et de l’autre l’extension le long du Val de Seine, prenant appui sur les pôles de sociabilité existants, les villes petites et moyennes, les bourgs et les villages. Entre eux de multiples systèmes de transport fabriquent de l’accessibilité, ferroviaire, routière, fluviale, cyclable, piétonne. L’humanité peut alors utiliser la planète au mieux, en l’artificialisant le moins possible. Le géosystème est bien l’un des éléments (indispensable) du système terrestre.

Haut de page

Notes

1  Augustin Berque : Les travaux et les jours. Histoire naturelle et histoire humaine. L’Espace Géographique. n° 1-2009, pp. 73-82.

Henri Reymond : L’intérêt géographique de la logique de S.Lupasco et de la théorie de la néoténie : proposition d’un crible transdisciplinaire pour l’étude de la résilience des géosystèmes urbains. Cybergéo. 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Guermond, « A propos du géosystème », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le Géosystème, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22699

Haut de page

Auteur

Yves Guermond

CNRS/UPRESA 6063 IDEES, Franceyves.guermond@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page