Navigation – Plan du site
2009
472

Cartographie des changements de l’occupation du sol entre 1990 et 2002 dans le nord du Sénégal (Ferlo) à partir des images Landsat

Mapping of changes of land-cover between 1990 and 2002 in the north of Senegal (Ferlo) from Landsat images
Mamadou Adama Sarr

Résumés

Cette étude menée sur une partie du bassin versant du Ferlo (entre 14°50 et 16° de latitude nord et 17°50 et 12°50 de longitude ouest) dans la région nord du Sénégal vise à déterminer les modifications de la couverture végétale à partir d’une analyse diachronique des types d’occupation du sol. Elle se base sur l’exploitation des données-images de Landsat de novembre 1990 (capteur TM) et novembre 2002 (capteur ETM+). La méthodologie utilisée, en plus du traitement numérique des images satellites se base sur la reconnaissance des objets à partir de travaux de terrain et en relation avec des supports déjà réalisés (cartes d’occupation du sol). La cartographie de l’évolution des espaces végétaux révèle une modification limitée des espaces non-cultivés avec d’une part un accroissement des zones de savane arbustive à arborée et des domaines inondables, et d’autre part, une réduction des surfaces cultivées, des eaux temporaires et de la pseudo-steppe arbustive. Cependant, l’interprétation des résultats doit tenir compte du contexte pluviométrique (l’année 1990 est fortement plus pluvieuse que celle de 2002 en terme de cumul annuel), et du rôle déterminant de la mobilité pastorale dans la dynamique spatiale de l’utilisation du sol.

Haut de page

Texte intégral

Centre de Suivi Ecologique (Dakar, Sénégal) M. Bernard LACAZE (Ingénieur de recherche) CNRS UMR 8586 PRODIG , Pôle de Recherche sur l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique et UMR 7533 LADYSS : Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces)

1. Introduction

1L’occupation des terres est une variable fondamentale pour la planification régionale ainsi que pour l’étude et la compréhension de l’environnement (Foody, 2002). Cette thématique est devenue incontournable dans la plupart des inventaires cartographiques et de suivi des phénomènes environnementaux (Ouattara et al., 2006). Le suivi des espaces végétaux dans les zones arides et semi-arides du territoire sénégalais s’est imposé comme une priorité pour les décideurs politiques comme pour les scientifiques depuis la période de sécheresse généralisée en région sahélienne (1970-1989), qui succédait à une période plus humide (1950-1969). Le bassin versant du Ferlo est une région du Sénégal caractérisée par une prédominance du pastoralisme transhumant (plus de 50 % du territoire), de l’agriculture vivrière et de la cueillette (figure 1).Ces principales activités sont en perpétuelle transformation à cause des effets des changements climatiques ainsi que des différentes politiques d’adaptation. Pour appréhender la dynamique spatio-temporelle de l’occupation du sol, il est nécessaire d’effectuer un suivi régulier du couvert végétal à partir de l’imagerie de télédétection spatiale. Mais en raison des caractéristiques liées à la forte hétérogénéité spatiale et à la variabilité locale des paysages (Pickup et Marks, 2000), la détection des différentes catégories des systèmes d’occupation du sol reste difficile (Major et al., 1990). C’est pour cette raison que nous nous sommes appuyés sur des données de terrain pour effectuer l’analyse diachronique des images Landsat de 1990 et 2002.

2La présente étude vise à analyser sur un intervalle de 12 années la dynamique spatiale des différents types d’occupation du sol regroupés en 5 catégories classées selon le modèle LCCS (Land Cover Classification System) de la classification de l’occupation du sol utilisée par la FAO (Di Gregorio et Jansen, 2000) ; les zones inondables, l’eau temporaire, les surfaces cultivées, la pseudo-steppe arbustive et la savane arbustive à arborée.

Figure 1 : Localisation du bassin versant du Ferlo sur le territoire sénégalais

2. Le site d’étude

3Notre site d’étude couvert par les scènes Landsat 204-49 et 204-50 (figure 2), que nous appelons pour les besoins de l’étude le Bassin Versant Centre (BVC), est localisé dans le cœur du bassin versant du Ferlo, région qui fait partie intégrante de l’une des zones écogéographiques du Sénégal dénommée la zone sylvo-pastorale ou communément le Ferlo.

Figure 2 : La zone d’étude ou Bassin Versant Centre (BVC)

2.1. Caractères agroclimatiques

4Le Bassin Versant Centre est situé dans le domaine climatique sahélien sénégalais. Son climat est déterminé par une alternance saisonnière de 4 mois de pluie (avec un maximum en août) et de 7 à 8 mois de saison sèche. Les températures moyennes mensuelles varient entre un maximum en mai (40,6°C) et un minimum en janvier (16,4°C) tandis que l’humidité relative présente un maximum de 74 % en août/septembre et un minimum de 31 % en février-mars. L’évaporation moyenne mensuelle est de 401 mm en mai (maximum) et de 104 mm en septembre (minimum). L’insolation varie également entre un maximum en avril/mai et un minimum en septembre avec respectivement une moyenne mensuelle de 277 heures et 225 heures d’ensoleillement. Les données moyennes citées se basent sur la série 1951-2005 à la station de Linguère (station de référence du Ferlo). L’évolution climatique au cours des 55 dernières années montre une tendance générale à la baisse des précipitations annuelles (figure 3) avec cependant depuis les années 1990, une stabilité, voire une amélioration des cumuls annuels (Sarr, 2009).

Figure 3 : Evolution des écarts à la moyenne de la pluviométrie et tendance avec la moyenne mobile sur 2 ans (1951-2005)

2.2. Caractères géologiques et géomorphologiques

5Comme la majeure partie du Sénégal, tout le Bassin Versant Centre appartient au grand bassin sédimentaire des ères secondaire et tertiaire souvent appelé le bassin sédimentaire sénégalo-mauritanien. Ce grand bassin est composé en surface de sédiments et de roches tertiaires et quaternaires reposant sur un matériel du pré-cambrien au dévonien (au milieu du Paléozoïque). A partir de l’éocène supérieur, un environnement continental s’installe progressivement sur le bassin entraînant une forte altération des sédiments marins du miocène. La séquence sédimentaire altérée qui en résulte est plus connue sous le nom de « Continental Terminal » et recouvre la majeure partie du bassin. Cette formation du Continental Terminal est remarquable dans la zone d’étude où son épaisseur atteint parfois 130 m (CSE, ROSELT, 2002). Dans le Ferlo, le Continental Terminal est très largement présent dans les affleurements, souvent sous une cuirasse ferrugineuse ou sous des formations quaternaires (Maignien, 1965). Le BVC est caractérisé par un ensemble de plateaux sableux très monotones du bassin sédimentaire. Ces plateaux d’altitude moyenne de 40 m s’élevant sensiblement dans la partie est jusqu’à 80-100 m), entrecoupés de quelques marigots fossilisés, sont selon Michel (1985) de constitution essentiellement gréseuse (grès argileux du Continental Terminal). La morphogenèse de ces formations sableuses linéaires permet de distinguer trois ergs principaux (Michel, 1973). L’erg ancien ou anté-inchirien, au cours d’une période aride, vers 40 000 ans BP a couvert le Ferlo dans sa partie septentrionale. Le système ogolien des dunes rouges orientées nord-est, sud-ouest s’est formé pendant l’aride ogolien (entre 20 000 et 14 000 ans avant notre ère). Au cours des fluctuations climatiques du quaternaire, la cuirasse ferrugineuse a été détruite presque en totalité et reconstituée en cuirasse de nappes parfois affleurantes ou sub-affleurantes, à partir des éléments démantelés (Le Houérou, 1989).

2.3. Sols

6Les études faites sur les sols du bassin versant du Ferlo dans son entier, comme celles de Maignien (1965), Leprun (1971), Bille (1977), Le Houérou (1989), CSE/ROSELT/OSS, (2002) permettent de distinguer sur notre site d’étude 5 grands ensembles de types de sol. Les sols isohumiques, rouge brun subarides et les sols ferrugineux tropicaux sont localisés dans les parties septentrionales et occidentales du Ferlo. Les régosols occupent toute la partie centrale de la région. Les lithosols sont situés dans le Ferlo oriental. Les sols hydromorphes comme leur nom l’indique recouvrent les anciennes terres des vallées fossiles du Ferlo.

2.4. Formations végétales

7L’absence de reliefs importants et le développement limité du réseau hydrographique donnent aux facteurs climatiques un rôle prépondérant dans la répartition des paysages végétaux du Sénégal (N’diaye P., 1980). Ainsi, la végétation du Bassin Versant Centre du Ferlo s’ordonne selon le gradient pluviométrique avec une disposition zonale des domaines phytogéographiques interrompus par quelques formations azonales au niveau de la vallée du Ferlo. Les grands types de végétation influencés par les grandes formations édaphiques, mais aussi par le climat qui joue un rôle essentiel dans la composition et la structure floristique, se présentent sous forme de pseudo-steppes arbustives et de savanes arbustives à arborées.

8Dans cette partie du Ferlo, la pseudo-steppe arbustive, très ouverte, recouvre des ensembles dunaires dans lesquels on peut isoler quatre grandes unités topographiques. Il s’agit des hauts de dunes, des pentes, des bas de pentes et des replats, avec pour chacune de ces unités une végétation éparse (Nizinski et al., 1992). La pseudo-steppe arbustive compte aussi une composante ligneuse dominée par des arbustes dont la hauteur est comprise entre 2 et 5 mètres.

9Sur la partie est, on note une végétation forestière de type savane arbustive à arborée, relativement plus dense que les formations à l’ouest. La végétation de la partie plus au sud de la région se compose essentiellement de la savane boisée avec des espèces soudano-sahéliennes comme Pterocarpus lucens et Acacia seyal. La savane arbustive à arborée est généralement caractérisée par une strate herbacée qui forme un tapis presque continu en fin de saison des pluies.

3. Données et méthodes de traitement

3.1. Données et outils

10Les images satellitales optiques utilisées proviennent des capteurs TM (Thematic Mapper) et ETM+ (Enhanced Thematic Mapper Plus) de Landsat. Les images ont la même résolution spatiale c’est-à-dire 30 m (tableau 1). La période de prise de vues se situe en novembre (1990) et (2002), ce qui correspond à un état de développement du couvert végétal, juste après la fin de la saison des pluies.

11Outres les images satellites, les documents utilisés sont indiqués au tableau 1.

Tableau 1 : Les documents de base utilisés.

12Les outils manipulés pour les besoins de cette étude sont : le logiciel de traitement d’images ENVI 4.4 pour les corrections géométriques des images ; les logiciels IDRISI ANDES et ENVI 4.4 pour les compositions colorées (figure 4) et les classifications non dirigées qui constituent une aide à l’interprétation visuelle à l’écran ; le logiciel SIG, ARCGIS 9.2 pour la numérisation et la création des cartes d’occupation du sol et de la carte des changements.

13En vue de l’analyse diachronique, il est nécessaire de rendre comparable l’apparence sur écran des zones invariantes des images Landsat de 1990 et 2002. Nous n’avons pas eu recours ici à des corrections atmosphériques, difficiles à mettre en œuvre en l’absence de données sur l’état de l’atmosphère et sa variabilité spatiale aux deux dates considérées. En revanche, une approche empirique a été utilisée : la technique de rehaussement global des images appliquée par défaut dans le logiciel ENVI consiste en effet à effectuer une dilatation d’histogramme, en sélectionnant deux valeurs de seuil Smin et Smax, qui seront respectivement affectées aux valeurs 0 et 255 lors de l’affichage des images sur écran. Les valeurs Smin et Smax sont calculées automatiquement à partir de l’histogramme cumulé des comptes numériques dans l’image, en considérant les fréquences cumulées de 2 % des pixels (Smin) et 98 % des pixels (Smax). Cette technique s’avère efficace pour une analyse visuelle comparative des deux images ; pour une comparaison des valeurs de luminance entre les deux dates, il serait nécessaire d’identifier des zones invariantes et de recourir aux techniques de spécification d’histogramme, voire à des transformations radiométriques basées sur les réponses spectrales de ces invariants (Caloz et Collet, 2001).

Figure 4 : Compositions colorées des bandes 3-4-5 des images 1990 et 2002.

3.2. Techniques de production des cartes d’occupation du sol

14La technique de la composition colorée a été utilisée pour obtenir la meilleure visualisation des objets de l’image. Les capteurs TM et ETM+ disposent de sept bandes spectrales, allant du visible à l’infrarouge thermique. Ce nombre important de canaux permet d’essayer de multiples combinaisons de 3 canaux pour obtenir des synthèses en couleurs additives mettant en évidence les différents thèmes. Dans le cadre de notre travail dont la problématique est d’analyser principalement les espaces végétaux, nous avons utilisé plusieurs combinaisons avec les bandes 2, 3, 4, 5 et 7. Par exemple, la combinaison des bandes 3-4-5 affichées respectivement en rouge, vert et bleu, fortement conseillée par les ouvrages spécialisés de télédétection (Girard et al., 1999) pour l’étude des couverts végétaux, nous a permis d’identifier deux grands types de végétation dans le Bassin Versant Centre. La composition colorée 3-4-5 permet également une bonne séparation des eaux temporaires vis à vis des autres systèmes d’occupation du sol, et une bonne discrimination visible entre les végétaux, les zones inondables et les surfaces cultivées, principaux systèmes d’occupation du sol du Bassin Versant Centre (figure 4).

15Cependant, quelques difficultés apparaissent pour la délimitation précise des différents espaces végétaux (Major et al., 1990). La technique de la classification non dirigée a été utilisée dans le but d’avoir une vue d’ensemble sur la géographie des unités d’occupation du sol. Les images générées par la classification ont servi de documents de validation pour confirmer les observations faites sur les compositions colorées.

16Malgré le manque d’homogénéité remarqué principalement à l’intérieur de la savane arbustive ou de la steppe arbustive qui ne facilite le zonage des images, la procédure de délimitation sur écran des unités d’occupation du sol a été rendue possible grâce aux différents travaux de terrains et à la consultation des documents disponibles (tableau 1).

17La numérisation des contours des unités d’occupation du sol identifiées sur le terrain et regroupées selon des catégories pré-définies, a généré des données vectorielles qui ont été vérifiées et validées sur le terrain lors de nos missions en collaboration avec le CSE. Pour passer à une analyse simplifiée de l’évolution de l’occupation du sol, nous avons identifié les thèmes ou classes suivants : zones inondables, eau temporaire, surfaces cultivées, steppe arbustive, savane arbustive à arborée et zones brûlées. Signalons au passage que toutes les zones brûlées se situent dans les zones de savane arbustive à arborée par conséquent, lors de l’étude quantitative des changements, leurs superficies seront octroyées à cette dernière classe.

4. Résultats

4.1. Analyse de l’évolution de l’occupation de sol

18L’analyse de l’évolution de l’occupation du sol passe par la présentation de la carte de 1990 et de celle de 2002 ainsi que de leurs statistiques respectives. Un croisement des deux cartes d’occupation du sol du Bassin Versant Centre de 1990 et de 2002 donnera une carte des changements et une matrice qui traduira l’évolution des différentes classes entre ces deux dates.

19L’étude de l’évolution des unités d’occupation du sol est fondée sur trois cas de figure. Il s’agit des « modifications » et des « conversions » de ces unités qui s’opposent aux situations « sans changement ». Par « modification » il faut comprendre les changements intervenus à l’intérieur d’une même catégorie d’occupation du sol comme par exemple savane arbustive qui devient steppe arbustive ou vice versa. Tandis que la « conversion » est le passage d’une catégorie à une autre comme par exemple zones inondables qui deviennent surfaces cultivées. Le terme « sans changement » se rapporte à l’ensemble des classes qui sont restées dans la même classe entre les deux dates de l’étude, c’est-à-dire n’ayant été affectées ni par les modifications, ni par les conversions.

L’état de l’occupation du sol en 1990

20À cette date, l’occupation du sol est dominée par les zones de végétation spontanée à savoir la pseudo-steppe arbustive et la savane arbustive à arborée (figure 5). Au total, les thèmes se répartissent ainsi :

  • Les zones inondables couvrent une superficie de 52 349,5 hectares, soit 2,37 % de la région du Bassin Versant Centre.

  • L’eau temporaire occupe prés de 2 031,2 hectares de terrain soit environ 0,092 % de la région d’étude.

  • Les surfaces cultivées s’étalent sur 121 494,5 hectares soit 5,49 % de la région d’étude.

  • La pseudo-steppe arbustive couvre la plus grande partie de la région soit 63,37 %.

  • La savane arbustive à arborée s’étend sur une superficie de 679 495,2 hectares soit 30,73 % de la superficie totale.

  • Les zones brûlées couvrent en septembre 1990 une superficie de 48 329,5 hectares soit environ 2,19 % de la surface totale.

Figure 5 : Répartition des différents types d’occupation du milieu en 1990 et en 2002.

L’état de l’occupation du sol en 2002

21En ce qui concerne l’état de l’occupation du sol en 2002, les figures 6 et 7 montrent relativement la même distribution que celle de 1990, c’est-à-dire une prédominance de la pseudo-steppe arbustive et de la savane arbustive à arborée.

  • Les zones inondables couvrent une superfice de 59 682,9 hectares soit environ 2,7% de la superficie totale.

  • L’eau temporaire s’étend sur 1 863,8 hectares de superficie estimée à 0,084% du territoire total.

  • Les surfaces cultivées s’étalent sur une superficie de 97 907,9 hectares représentant 4,43 % du Bassin Versant Centre.

  • La pseudo-steppe arbustive domine la répartition avec 1 334 445,2 hectares soit environ 60,34 % de la superficie totale.

  • La savane arbustive à arborée s’étend sur 68 3672,1 hectares soit 30,91% de la totalité.

  • Les zones brûlées couvrent une superficie égale à 117 077,9 hectares soit un pourcentage de 5,29 % par rapport à la superficie totale.

22Le tableau 2 met en évidence la prédominance de la végétation spontanée (pseudo-steppe arbustive et savane arbustive à arborée) au détriment des autres systèmes dans la distribution des systèmes d’occupation et d’utilisation du sol en 1990 mais aussi en 2002. Ce constat traduit parfaitement le caractère pastoral et sauvage de la zone concernée

Tableau 2 : Caractéristiques de l’occupation du sol en 1990 et en 2002.

Tableau 2 : Caractéristiques de l’occupation du sol en 1990 et en 2002.

  

Figure 6 : Carte d’occupation du sol en 1990.

Figure 6 : Carte d’occupation du sol en 1990.

Figure 7 : Carte d’occupation du sol en 2002.

4.2. Détection des changements spatio-temporels

23La matrice des changements générée par le croisement des cartes d’occupation du sol de 1990 et de 2002 de la région du Bassin Versant Centre (BVC) du Ferlo montre une évolution au niveau des différentes unités d’occupation du sol. Globalement, comme nous le montre la carte des changements (figure 8) 85,8 % de la région n’ont pas subi de changements, ce qui correspond à une superficie de 1 897 231,02 ha sur une surface totale de 2 211 493,6 ha. À cela, s’ajoutent une superficie de 225 030,9 ha soit environ 10,2 % de modifications mais également 89 231 ha soit 4,04 % de conversions (tableau 3).

24Chaque entité géographique (parcelle de culture, forêt, ville, plage de sable, etc.) évolue à son rythme dans le temps (Robin, 2002). D’ailleurs, la figure 8 met en exergue entre 1990 et 2002 des changements qui ont beaucoup plus affecté d’abord les surfaces cultivées en termes de conversions, et ensuite la pseudo-steppe arbustive et la savane arbustive à arborée en termes de modification. L’eau temporaire a été le système d’occupation de l’espace le moins perturbé entre ces deux dates.

Figure 8 : Les changements opérés dans la zone de 1990 à 2002.

Figure 8 : Les changements opérés dans la zone de 1990 à 2002.

Tableau 3 : Répartition des changements entre 1990 et 2002.

4.2.1. Les modifications dans la végétation spontanée entre 1990 et 2002

25Dans la végétation spontanée, le passage de la pseudo-steppe arbustive à la savane arbustive à arborée mais également le changement inverse représentent des superficies relativement limitées (figure 8). Prés de 70 660,3 hectares passent de la savane arbustive à arborée en pseudo-steppe arbustive. Cette situation est surtout observée au nord est et au sud de la carte où des zones relativement importantes se voient dégradées. En revanche, un peu partout à l’est du BVC, précisément tout le long de certaines zones inondées, on enregistre une densification de la végétation. Environ 76 627,6 hectares passent de la pseudo-steppe arbustive à la savane arbustive à arborée. Parmi les nombreuses raisons qui pourraient expliquer ces modifications, nous pensons aux facteurs anthropiques liés à la présence des troupeaux dans la zone. En prenant en compte également les répercussions de la croissance du nombre de mares aménagées en termes de diminution de la mobilité pastorale, on remarque que la végétation s’est densifiée dans les couloirs des zones inondées qui étaient bien sollicitées autrefois par le bétail à cause de l’eau ainsi que la verdure (figure 8).

4.2.2. Les conversions entre 1990 et 2002

26Les conversions représentent à l’échelle du BVC un total de4,03 % et sont de différentes natures. Elles touchent inégalement tous les systèmes d’occupation du sol avec une prédominance de la pseudo-steppe arbustive (2 % de conversion) suivie des surfaces cultivées (1,2 %). L’eau temporaire avec 0,02 % de surface convertie est la moins touchée par le phénomène (tableau 4).

Tableau 4 : Caractéristiques dynamiques des modes d’occupation du sol de 1990 à 2002.

27■ Les zones inondables : au total, quelque 14 388,6 hectares soit 0,6 % de la superficie totale sont passés des zones inondables à soit des zones d’eau temporaire, soit des surfaces cultivées, soit de la pseudo-steppe arbustive et de la savane arbustive à arborée. On remarque à ce propos que, parmi toute cette surface convertie 4 963,5 hectares soit 0,2 % ont été colonisés par la savane arbustive à arborée. L’avènement de l’amélioration sensible des précipitations depuis les années 1990 et la politique de fixation des bétails autour des points d’eau ont beaucoup contribué à la densification de la végétation dans certains endroits du bassin versant du Ferlo.

28■ Les zones d’eau temporaire : la transformation des zones d’eau temporaire en d’autres modes d’occupation est extrêmement faible dans l’ensemble (446,1 hectares de converti). Cependant, on enregistre un passage de surfaces d’eau temporaire à des zones inondables estimées à 278,8 hectares entre 1990 et 2002. Ceci s’explique tout simplement par le fait que l’année 1990 comparée à celle de 2002, a eu des cumuls pluviométriques relativement importants, sur presque toute la région. Et du coup, les surfaces d’eau temporaire sont remplacées par des zones inondables le plus souvent mais également par des surfaces cultivées et de la pseudo-steppe arbustive.

29■ Les surfaces cultivées : ce mode d’occupation et d’utilisation de l’espace a été convertie entre ces deux dates en zones inondables d’abord, en pseudo-steppe arbustive ensuite et enfin en savane arbustive à arborée. La surface totale convertie représente 22 642 hectares soit 1,02 % de la surface totale et se répartit comme suit ; 446,2 hectares en zones inondables, 21 973,4 hectares en steppe arbustive et 223,1 hectares en savane arbustive à arborée. Depuis quelques années, les conséquences des différentes sécheresses précédentes causant l’exode rural démontrent le recul de la pratique agricole laissant naturellement la place à la pseudo-steppe arbustive même si durant ces toutes dernières années, on assiste timidement à l’effet inverse avec une conquête des terres du Ferlo Sud par les grands cultivateurs venant du Baol.

30■ La pseudo-steppe arbustive : entre les années 1990 et 2002, la pseudo-steppe arbustive a cédé beaucoup de superficies d’abord aux surfaces cultivées, 43 333,1 hectares soit 1,9 % de la superficie totale, ensuite aux zones inondables et enfin aux zones d’eau temporaire.

31■ La savane arbustive à arborée : la conversion de ce mode d’occupation du sol ne concerne que les zones inondables (1 394,7 hectares soit 0,6 % de la superficie totale) et les surfaces cultivées (1 951,9 hectares soit 0,08 % de la superficie totale). Au total, de 1990 à 2002, nous avons une conversion sensible de 0,2 % de la savane arbustive à arborée vers les autres modes d’occupation du sol. La figure 9 montre que l’appréciation quantitative sur chacun des modes d’occupation et d’utilisation du sol se résume en termes d’augmentation et de régression.

Figure 9 : Bilan des changements opérés entre 1990 et 2002 des différents modes d’occupation du sol.

32La superficie des zones inondables est passée de 52 349,5 hectares en 1990 à 59 682,9 hectares en 2002. L’augmentation des zones inondables, de l’ordre de 7 333,4 hectares, est due globalement au retrait des surfaces autrefois occupées par les eaux temporaires. La variabilité pluviométrique interannuelle est la principale cause car on peut avoir une augmentation des superficies d’eau temporaire au détriment de zones inondables en raison d’une année caractérisée par une bonne pluviométrie.

33La réduction des superficies d’eau temporaire de 1990 à 2002 est fortement liée à celle des zones inondables.

34La régression des surfaces cultivées au cours de ces années se justifie par une perte d’une superficie estimée à 23 586,6 hectares. L’essentiel des terres de cultures dans le bassin versant du Ferlo est localisé au sud ouest en raison des caractéristiques ethnologiques (population wolof et paysans), mais également pédologiques (sols plus favorables à la mise en culture). L’agriculture, principalement pluviale, est un secteur en difficulté depuis les périodes de sécheresse persistantes du Sahel et ce, malgré les efforts déployés par les services publics et les organisations internationales (canalisation des masses nuageuses à partir de la station de RADAR de Linguère, subvention et assistance dans la commercialisation de l’arachide, etc.).

35L’augmentation des surfaces de la savane arbustive à arborée qui passe de 727 824,7 hectares en 1990 à 800 749,9 hectares en 2002 et la diminution des superficies de la pseudo-steppe arbustive qui passe de 1 401 394,5 à 1 334 445,2 hectares (tableau 5) sont à analyser en relation avec le contexte climatique actuel. La rupture de la série pluviométrique relative  des années 1990 (Sarr, 2008) impliquant une tendance sensible à la hausse de la pluviométrie à l’échelle du bassin versant du Ferlo depuis cette période se traduit parfaitement par les résultats observés au niveau de l’évolution de ces deux modes d’occupation de l’espace. Cependant, il reste évident que, dans ce genre d’étude, en particulier sur les impacts de la variabilité climatique sur les espaces végétaux, surtout dans la région sahélienne, d’autres paramètres seraient intéressants à mesurer pour déterminer leur part d’influence. Il s’agit des impacts anthropiques dont le plus important est dû aux effets du pastoralisme transhumant.

5. Conclusion

36La cartographie de l’occupation du sol entre 1990 et 2002 dans le BVC a révélé quelques modifications avec un accroissement de la savane arbustive à arborée et des zones inondables au détriment des eaux temporaires, des surfaces cultivées et de la pseudo-steppe arbustive. Les conséquences d’une pluviométrie irrégulière qui a également enregistré des périodes de sécheresse sans précédents ont fortement contribué à l’abandon progressif des pratiques agricoles mais aussi à des mouvements de déplacements de personnes vers les villes pour une reconversion d’activités (exode rural). L’augmentation modeste des superficies de la savane arbustive à arborée et le recul sensible des surfaces allouées à la pseudo-steppe arbustive, entre les années 1990 et 2002, analysés sur les images de Landsat permettent de soulever d’autres problématiques. En effet, la gestion des politiques environnementales dans le bassin versant en particulier, et dans tout le Sahel en général, demande plus de considérations sur les impacts anthropiques en particulier pastoraux. On constate à cet effet que l’année 2002, comparée à celle de 1990, enregistre un cumul annuel pluviométrique moins important, de l’ordre de moins 50 à 120 mm selon les stations, et qu’elle est caractérisée par une extension de la savane arbustive à arborée au détriment de la pseudo-steppe arbustive. Ceci laisse supposer le rôle déterminant de la diminution de la mobilité pastorale (une des causes de la déforestation) dans cette situation de dynamique des espaces végétaux.

37Pour bien mesurer l’ampleur de ce phénomène, il faudrait que d’autres études à une plus grande échelle, avec des données précises et exploitables sur la mobilité pastorale, soient réalisées.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bille J. C., 1977. « Étude de la production primaire nette d’un écosystème sahélien ». Travaux et Doc. ORSTOM, n° 65, 82 p., 1 carte hors texte, Paris.

Caloz R. et Collet C., 2001. Traitements numériques d’images de télédétection. Précis de Télédétection, vol. 3, Presses de l’Université du Québec/AUF, 386 p.

CSE., ROSELT/OSS., 2002. Synthèse des études diagnostiques des sites de l’observatoire du Ferlo. Dakar, 10 p.

Di Gregorio A. and Jansen L.J.M., 2000, “Land Cover Classification System: Classification Concepts And User Manual”, FAO, Rome. (www.fao.org)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Foody G.M., 2002, “Status of land cover classification accuracy assessment”, Remote Sensing of Environment, vol. 80, p. 185-201.
DOI : 10.1016/S0034-4257(01)00295-4

Girard M C., Girard C M., 1999, « La télédétection appliquée, zones tropicales et intertropicales », Dunod, Ed. Paris, 529 pages plus CD Rom.

LE HOUEROU H N., 1989, The grazing land ecosystems of the African Sahel, Springer-Verlag, Berlin, 282 p.

Leprun J. C., 1971, « Nouvelles observations sur les formations dunaires sableuses fixées du Ferlo nord occidental (Sénégal) », Ass. Sénégal, Et. Quaternaires ouest africaines, Bull. Liaison, Sénégal, n° 31, p. 69-78.

Maignien R., 1965, « Carte pédologique du Sénégal au 1/1.000.000 », ORSTOM Paris, Sér. Notices et cartes, n° 24, 63 p., 1 carte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Major D. J., Baret F., Guyot G., 1990, “A ratio vegetation index adjusted for soil brightness”, International Journal of Remote Sensing, vol. n° 5, p. 727-740.
DOI : 10.1080/01431169008955053

Michel P., 1985, « Sécheresse et transformation de la morphodynamique dans la vallée et dans le delta du Sénégal », Revue géomorphologique, n° 4 – TXXXIV.

Michel P., 1973, « Les bassins des fleuves Sénégal et Gambie », Étude géomorphologique, thèse d’État. Strasbourg (1970). Mémoire ORSTOM, Paris, n° 63, 3 tomes, 752 p, cartes h. t.

N’diaye P., 1980. « Végétation et faune" », Atlas du Sénégal, ed. Jeune Afrique, p. 18-19.

Nizinski J., Morand D., Fournier C., 1992, « Le rôle du couvert ligneux sur le bilan hydrique d’une steppe (nord du Sénégal) », Cah. Orstom, sér. Pédologique, vol. XXVVII, n° 2, 225-236.

Ouattara T., Dubois J.M., Gwyn J., 2006, « Méthodes de cartographie de l’occupation des terres en milieu aride à l’aide de données multi-sources et de l’indice de végétation TSAVI », Télédétection, vol. 6, n° 4, p. 291-304.

Pickup G., and Marks A., 2000, “Identifying large-scale erosion and deposition processes from air-borne gamma radiometrics and digital elevation models in a weathered landscape”, Earh Surface Processes and Landforms, vol. 25, p. 535-557.

Robin M., 2002, Télédétection, Des satellites au SIG. Une analyse complète du processus de création d’un type essentiel d’information géographique. Nathan Université. 318 p.

Sarr M.A., 2009, Évolution récente du climat et de la végétation au Sénégal (cas du Ferlo), thèse de doctorat, Université Jean Moulin Lyon 3, LCRE UMR 5600 CNRS, 410 p.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-6.png
Fichier image/png, 102k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 : Caractéristiques de l’occupation du sol en 1990 et en 2002.
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 6 : Carte d’occupation du sol en 1990.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Crédits   
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 8 : Les changements opérés dans la zone de 1990 à 2002.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22707/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Adama Sarr, « Cartographie des changements de l’occupation du sol entre 1990 et 2002 dans le nord du Sénégal (Ferlo) à partir des images Landsat », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 472, mis en ligne le 07 octobre 2009, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/22707 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22707

Haut de page

Auteur

Mamadou Adama Sarr

Laboratoire Climatologie Risques Environnement CNRS UMR 5600, Lyon. Département de Géo, Faculté des sciences humaines, Université Cheikh Anta Diop Dakar. 18 rue Chevreul 69007 Lyon, France, mamadou_sarr74@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page