Navigation – Plan du site
2009

Daudel Christian, 2008, Jean Demangeot : géographe de terrain, Paris, L'Harmattan, 350 p.

Denis Wolff

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui ouvre une nouvelle collection intitulée Patrimoine des géographes et consacrée à la vie et à l'oeuvre de géographes contemporains, s'intéresse à Jean Demangeot (1916-2009). Il se décline en deux parties : sept entretiens thématiques entre Daudel et Demangeot, puis une anthologie de trente-neuf textes de ce dernier. Après une bibliographie complète de ses oeuvres, l'ouvrage se clôt par des notices biographiques des universitaires et autres personnalités mentionnées puis par quatre index.

2 Les entretiens, réalisés en 2007 alors que Demangeot avait quatre-vingt-onze ans, nous permettent d'abord de connaître cet homme au parcours atypique. Si son goût pour la géographie et pour les montagnes est précoce, il s'intéresse aussi aux langues, aux religions, à la protohistoire et à l'histoire ancienne (il veut d'abord devenir égyptologue). Il commence en 1934 des études d'histoire, géographie et lettres classiques à la Sorbonne puis s'oriente vers la géographie physique en raison de son admiration pour Emmanuel de Martonne ; il entreprend d'ailleurs un mémoire sous sa direction en étudiant le relief de la Haute-Ubaye. Après avoir été mobilisé (jusqu'en août 1940), il termine ses études à Grenoble avant d'être nommé assistant à l'université de Lyon (1943-1945). Après une mission à l'INSEE, il devient professeur d'histoire-géographie au lycée français de Rome (1946-1957) et consacre ses vacances à étudier le relief des Abruzzes en vue de sa thèse. Puis, bien que celle-ci ne soit pas achevée, on lui propose un poste à l'université de Rio de Janeiro (1958). A son retour à Paris (1960), il est nommé au CNRS, ce qui lui permet de finir sa thèse (1965). Après avoir enseigné quelques années à Reims puis à Toulouse, il est nommé à l'université de Paris X-Nanterre (1969) où il reste jusqu'à sa retraite (1985) : passionné par la pédagogie, il a cependant le temps d'écrire des livres. De plus, il s'investit dans l'AGF (Association de géographes français) dont il devient secrétaire général puis président. Arrive ensuite le temps des distinctions : il est élu à l'Académie des sciences d'outre-mer (1981), obtient le grand prix de la Société de géographie (2004) puis est nommé Chevalier de la Légion d'honneur (2007)…

3 Géomorphologue à la base, Demangeot s'est particulièrement intéressé aux montagnes, au monde tropical, aride et méditerranéen, puis aux milieux en général. Il a écrit sur ces questions des livres souvent réédités : Les Espaces naturels tropicaux (1976), Les Milieux naturels désertiques (1981), Les Milieux naturels du globe (1984), Tropicalité, géographie physique intertropicale (1999)… Il a également rédigé un ouvrage sur les Etats-Unis (1946) et un autre sur le Brésil (1972). Il a énormément voyagé, dans des conditions parfois spartiates et souvent à ses frais avant 1964, date du début de sa carrière universitaire en France.

4 Le premier entretien, Devenir géographe, est une histoire de sa vie jusqu'à sa nomination à Nanterre. Dans le second, il évoque ses maîtres : le terme est employé au sens large dans la mesure où il n'a été l'élève que d'une partie d'entre eux ! Il y inclut des historiens et des géologues. Gourou n'en fait pas partie et il le critique assez durement (p. 122). En revanche, s'il admire beaucoup De Martonne, il réprouve son action pour la création d'une agrégation de géographie distincte de celle de l'histoire et surtout sa volonté d'autonomisation de la géographie physique : ainsi, selon Demangeot, dans la conception de la Géographie universelle sur la France, il impose une répartition entre géographie physique et géographie humaine (se réservant la rédaction du volume La France physique) ce qui porte atteinte à l'unité de la géographie. Dans le troisième entretien, Apologie du voyage et du terrain, Demangeot évoque ses pérégrinations ; cherchant toujours à observer et à comprendre, il ne lit rien de ce qui se rapporte à son sujet pour arriver sans idée préconçue ! Dans le quatrième, Instants d'université, il parle de la vie à Nanterre où il arrive en 1969 ; pour cet homme de droite, "mais d'une droite honnête" (p. 20), ce ne fut pas toujours une sinécure. Il revendique surtout son indépendance. Les derniers entretiens portent sur la géographie physique, la tropicalité et "la géographie, comme culture générale" : son intérêt ne se borne pas à la géomorphologie et il est féru de géographie humaine (humaniste ?), culturelle, voire d'ethnographie. Par ailleurs, il critique toute approche systémique.

5 Après quelques pages d'introduction, l'ouvrage présente par ordre chronologique (de 1939 à 2005) trente-neuf extraits de Demangeot choisis par lui-même et assortis de brefs commentaires de Demangeot ou/et de Christian Daudel. Une quinzaine seulement portent sur la géographie physique, quelques-uns portent sur la géographie régionale (Abruzzes, Oman, Brésil, Etats-Unis…), d'autres sur les questions énergétiques (houille bleue, charbon…) et d'autres relèvent d'une problématique historique (Méditerranée antique, l'Afrique et l'Europe, Croissant fertile…). Il y a enfin trois textes d'hommage (à Emmanuel de Martonne, Pierre Birot et Marcel Larnaude) et quelques-uns sur des problèmes ou des thématiques variées (le lycée français de Rome, la défense de la langue française, l'écologie…).

6 L'itinéraire de ce géographe qui se déclare "indépendant" ne manque pas d'intérêt. On apprend beaucoup sur les hommes des générations précédentes (des géographes mais aussi des historiens et des géologues), sur la pratique du terrain et sur le métier de géographe de la fin des années trente aux années soixante-dix. On regrette cependant la relecture beaucoup trop rapide, ce qui est un comble puisque Demangeot était très attaché au respect de la langue ; un texte de l'anthologie y est d'ailleurs consacré. Mais surtout on se demande qui parle. Christian Daudel est présenté comme l'auteur du livre : il a fait des recherches biobibliographiques, archivistiques et, dans les entretiens, ses interventions sont nourries. Mais le titre et les textes présentés dans l'anthologie sont de Demangeot. S'agit-il donc d'une ego-histoire ou d'un travail sur Demangeot ? On a l'impression que le respect de l'intervieweur pour l'interviewé a gommé la distanciation indispensable ; on aurait aimé qu'il creusât ses questions, telle l’allergie de Demangeot à la théorie ; son seul léger malaise se révèle par une explication relative à l'article Race, racisme, immigration. On ne sait rien de la réception de ses travaux (aucun compte rendu n'est cité). Malgré ces ambiguïtés, on lira cet ouvrage avec curiosité, intérêt et parfois attachement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Wolff, « Daudel Christian, 2008, Jean Demangeot : géographe de terrain, Paris, L'Harmattan, 350 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22762

Haut de page

Auteur

Denis Wolff

Docteur en géographieUMR Géographie-cités, Paris, France47dwolff86@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page