Navigation – Plan du site
Le Géosystème

Du géosystème au géoanthroposystème

Réponse à Yves Guermond
Henri Reymond

Texte intégral

1Je remercie Yves Guermond de réagir aux textes d’A. Berque ainsi qu’à mon dernier papier en les liant car ils procèdent du même esprit. Il pense qu’ils demandent réflexion et il forcent cette dernière. Je vais répondre en détail aux questions pertinentes qu’il pose après cependant avoir contesté l’usage qu’il fait des expressions « pirouette intellectuelle » et « chape idéologique » qui se renforçant l’une l’autre annihilent le débat scientifique avant même qu’on puisse le penser.

Doute scientifique et assurance idéologique

2Je n’ai pas écrit « chape idéologique » mais je l’ai fortement pensé en lisant que l’hypothèse Gaïa était une célébrité médiatique des années 1980. Cela m’a rappelé certains collègues qui affirment que tout ce qui a été écrit depuis plus de dix ans ne réclame plus qu’on s’y intéresse. Certes, tout n’est pas à prendre au pied de la lettre dans Gaïa mais demande toujours réflexion. Tout comme ce que A. Berque et moi défendons.

3En quoi la proposition d’un renforcement intracontinental du peuplement urbain la soustrait à la discussion ? Elle est justement avancée pour cela, non pour qu’on la récuse comme « chape idéologique », donc sans débat puisqu’on ne peut alors même pas la proposer, son idéologie latente l’anéantit. La question est : idéologie, pour quelle raison ? En quoi le fait de penser qu’une ville compacte serait préférable à une ville diffuse, parce qu’elle limiterait peut-être « une trop humaine hypertrophie du monde », ferait de cette demande de changement de prédicat une pirouette intellectuelle ? La question semble plutôt de savoir si l’opposition urbanisme compact/urbanisme diffus n’est pas fallacieuse et si le problème n’est pas en réalité celui d’une combinaison des deux à moindre empreinte écologique locale/globale ? C’est une ouverture au débat, non une couverture qui l’étouffe.

4Par contre, « faire confiance à l’humanité etc. » ne signifie strictement rien quel que soit le cas de figure qu’on essaie de mettre sous ces termes, rien qui soit vérifiable, réfutable. C’est l’idéologie humaniste la plus accomplie que j’ai jamais rencontrée, j’ai envie de dire de l’idéologie qui donne à un insaisissable vague le dirimant d’un avis scientifique. Responsabilité, comportement téléologique !? En cette période de court terme acharné polluant les possibilités du long terme, cela fait rêver ; le modèle de population de Lotka-Volterra ne me semble pas très éloigné du comportement proie-prédateur de nos grands argentiers ultralibéraux. Seul le mot capacité peut être valablement retenu : il autorise l’existence de contre-comportements. L’auteur d’ailleurs qui se contredit gaiement suggère d’imposer une éducation morale ! Cela est bien mais ne responsabilise que le quidam ordinaire de nos sociétés. Ordinaire : qui ne tient pas la queue de la poêle. Vous et moi donc. Il s’agit d’un hyperhumanisme, plein du lait de la tendresse humaine, mais les yeux largement fermés. Une réponse logique, scientifiquement discutable m’intéresserait. L’idéologie impose comme croyance ses affirmations, la science doute méthodologiquement des siennes.

5Reste la capacité, c’est-à-dire l’habitude mémorisée de raisonner (imagination + innovation) par propositions provisoires d’explication, par hypothèses soumises à vérificabilité et à réfutabilité. C’est dans ce sens que je comprends le « c’est une hypothèse comme une autre ».

Coordination et antagoniste contradictoire

6Justement la logique ternaire de S. Lupasco est la seule logique, à ma connaissance, qui puisse être jaugée expérimentalement selon les deux critères précédents : opposant la réalisation d’un actuel énergétique observable à un potentiel énergétique inverse couplé, elle permet de penser physiquement les transformations. Donc, hypothèse, d’accord, mais vaste hypothèse, plutôt théorie comprenant beaucoup d’hypothèses donc tout à fait falsifiables. Logique plutôt que théorie : nouvelle logique remplaçant en l’englobant la logique formelle statique intemporelle d’Aristote (logique A) par une logique expérimentale, dynamico-temporelle (logique non A, symbole : Ā). Je renvoie à l’article ici interrogé pour les notions de base. Dans un des prochains papiers, je développerai plus en détail ce problème précis. Il réclame qu’on explique comment le dynamisme des contradictoires conserve le principe d’identité des contraires. C’est un point de logique théorique et d’application disciplinaire.

7Appliquer cette logique, qui donc n’est pas un principe mais un postulat, à la géographie ne conduit pas à suivre la « coordination » de forces opposées. Antagonisme contradictoire ne veut pas dire coordination, pas plus qu’homme ne veut dire mammifère. Coordination est un cas très particulier, très rare parce que plutôt réussi de l’antagonisme contradictoire, celui de la gestion consciente et raisonnée de la mémorisation par bascule d’un couplage. Le M’zab en est un exemple pendant une certaine temporalité. Notre planète, qu’elle comporte des villes compactes ou des villes diffuses, non. Elle doit faire face au formidable problème d’une démographie super-appareillée liée à une empreinte écologique urbaine qu’on ne sait pas maîtriser. Le numéro 991 du Courrier International, pages 40 et 41, montre la réalité de l’empreinte écologique. Quelle qu’elle soit, l’effectivité numérique de l’indice qui en rend compte saute à la figure quant à sa signification profonde : il suffit de ranger d’un côté les pays qui achètent des terres, de l’autre ceux qui en vendent. Revenons à nos moutons.

8Si donc antagonisme contradictoire ne veut pas dire coordination que signifie-t-il ?

9Antagonisme veut dire « qui lutte » ; mais on peut lutter dans le même sens en synergie, ou lutter contre en opposition : contradictoirement. D’où antagonisme contradictoire qui est le postulat de S. Lupasco en tiers inclus logique. C’est là que la métaphore est insuffisante, contradictoire en logique a un sens beaucoup plus précis et beaucoup plus profond. Nous ne l’aborderons pas dans cette réponse mais continuerons avec un exemple métaphorique aussi, mais constatable par tous, donc pouvant servir de point de départ à une réflexion.

10Le singe et l’homme bénéficient de l’antagonisme contradictoire de l’articulation de la main. Homo Sapiens tire de cette articulation biologique partagée la possibilité après une longue régulation inter-générationnelle et sociale et un apprentissage générationnel individuel discret, une coordination voulue qui maîtrise l’écriture comme les M’zabites l’eau (l’écriture est une création, la trame hydraulique du M’zab aussi). Le singe non. Il reste tributaire d’une mémoire très individuelle épisodico-mimétique, Homo Sapiens invente via l’écriture une mémoire symbolique hors individu en liaison constante avec lui (téléphone, Internet), l’EMEX : Espace de Mémoire EXtérieure [Donald M., 1999].

11Quid dans le même ordre d’esprit de l’utilité heuristique du concept de géosystème par rapport à celui d’écosystème ? L’article en cours en donne une longue explication, mais le propos d’Yves Guermond porte expressément sur le géosystème et son utilité heuristique. La question est tout à fait pertinente et exige une réponse : on se doit d’y appliquer le rasoir d’Occam, et ne pas, pour mieux prédiquer les événements du Monde s’autoriser plus d’êtres que nécessaire. Il ne faut pas se priver non plus de ceux que l’on n’avait pas perçus, et qui agissent avec et au travers de l’action humaine.

12A-t-il une consistance heuristique ? La réponse est oui comme on va le lire. Le géosystème renvoie à la néoténie et demande que l’on dépasse, en l’ouvrant, le concept-même de géosystème.

D’une épistémologie historique à une épistémologie critique : le géoanthroposystème

13D.R. Dufour [2005] ouvre, dans une expression très ramassée, cette piste de recherche : inachevé, le néotène « n’a rendez-vous avec nul objet du Monde ». Le lion a rendez-vous avec la gazelle, le renard avec la poule, le singe avec la forêt… Le néotène est obligé de créer les objets que la terre ( gé) ne lui propose pas, plus exactement de moins en moins (ce point sera développé dans l’article en écriture) au fur et à mesure qu’il devient néotène. Donc de transformer – je ne m’engage pas ici dans le problème téléologique dont il faudra évidemment débattre, le cadre est celui d’une réponse pas d’un article – son environnement matériel en objets qui lui conviennent à lui anthropos en devenir à travers eux : en médiance.

14Comment s’est opérée cette alchimie un « jour mystérieux » ? On ne le sait pas trop. Y. Coppens [2009] propose un « Quand » qui ouvre encore un peu plus ce cheminement heuristique. Un point d’inversion (reverse point) situé autour de 100 000 ans, sépare une immense période pendant laquelle les outillages évoluent moins vite que les hommes (de Homo habilis aux premiers Homo sapiens) d’une période extrêmement courte « où les outillages se mettent à évoluer très vite et bien plus vite que n’évoluent les hommes ». Le néotène de plus en plus Homo sapiens entre dans sa phase Homo faber.

15A partir de cette fenêtre d’inversion on passe de la cabane à matériel lithique à la mégapole à matériel électronique, du feu de bois au four à induction, de géosystèmes rares parce que limités par la disponibilité de l’énergie biosphérique, à des géosystèmes en croissance exponentielle, il y a deux siècles, parce qu’alimentés par la caverne d’Ali-Baba de l’énergie fossile. On ne peut donc pas dissocier le couple Terre-Homme, gé)/anthropos. C’est l’objet de l’article que je termine actuellement. Je suis donc, pour des raisons qui ne sont pas tout à fait les mêmes, d’accord avec la conclusion d’Yves Guermond. Le géosystème est bien un élément indispensable du système terrestre, mais à la condition expresse de l’aborder selon le concept de géoanthroposystème. Il possède alors et une valeur heuristique scientifique : explorer la rupture de déterminisme homme-environnement qui fait de la ville une clôture opérationnelle créant contre-aléatoirement un milieu quasi-homéostatique pour ses sociétés biologiques, et une valeur opérationnelle qui permet à ces mêmes sociétés –créatrices des transformations qui leur approprient la Terre – d’y réfléchir en un débat antagoniste contradictoire liant experts et usagers. De ce fait transdisciplinaire, d’où le concept de géoanthroposystème. En effet,  (gé) représente l’écosystème Terre et les géosciences ; Anthropos, l’écosystème Urbs (géosystème), représente les transformations déjà réalisées et les sciences humaines ; le système représente les interactions méthodologiques entre les deux.

16On comprend l’importance de la lisibilité d’une articulation signifiant-signifié qui parle d’une même voix dans le débat qu’il soit scientifique ou citoyen. Pourquoi ? Géosystème ne met en avant que l’offre terrestre ; anthroposystème la demande humaine ; seul géoanthroposystème est un concept qui exprime le couplage (système) à la terre (, gé) de l’action humaine (anthropos).

Conclusion

17Il faut dépasser l’histoire épistémologique de la naissance de la notion de géosystème et réfléchir au poids des mots nécessaires pour asseoir une épistémologie critique et opérationnelle, ce que propose le concept de géoanthroposystème, et donc niché à l’intérieur même du concept : Homo geographicus, obligatoire compagnon de ses transformations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Reymond, « Du géosystème au géoanthroposystème », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le Géosystème, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22791

Haut de page

Auteur

Henri Reymond

Professeur honoraire, Université Louis Pasteur (Strasbourg)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page