Navigation – Plan du site
2009
Esthétique et environnement
479

La restauration écologique : une nouvelle formation du monde ?

Ecological Restoration: Reshaping the World?
Nathalie Blanc et Jacques Lolive

Résumés

Les débats concernant la restauration écologique mettent en jeu des arguments intéressant l’esthétique environnementale. Cette dernière sera d’abord introduite avant de procéder à l’examen de différents types de pratiques et des réflexions dans le champ de la restauration écologique. L’examen de ces débats montre à quel point la séparation nature/culture sur laquelle ils reposent procède d’un empirisme qui nie le caractère déterminant de l’environnement sur le processus d’individuation de l’être humain. Cet article s’appuie sur les communications faites à un colloque international intitulé « Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage » tenu les 9, 10 et 11 mai 2007 à Paris.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les deux principaux promoteurs du programme, Nathalie Blanc, chercheure au LADYSS et Jacques Loliv (...)

1Cet article s’appuie sur les communications faites à un colloque international intitulé « Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage » que les deux auteurs du présent article, Nathalie Blanc et Jacques Lolive1, ont organisé et qui s’est tenu les 9, 10 et 11 mai 2007 à Paris dans le grand amphithéâtre de l’ENGREF qui a rassemblé une centaine de participants de corps professionnels et disciplines diverses (de l’artiste, militant et activiste au paysagiste et aménageur professionnel en passant par le philosophe et le géographe). Outre les raisons spécifiques qui tiennent au parcours des deux promoteurs, qui ont poussé à la naissance de ce programme, en partie financé par le Ministère français de l’Écologie et du Développement Durable, cette approche répond à la nécessité d’aller au-delà des récentes approches en sciences sociales en ce qui concerne le développement durable. Un tel processus s’inscrit en prolongement d’un courant de recherche anglo-saxon qui fait de l’esthétique environnementale un domaine fort et prospectif réunissant philosophes, géographes, cognitivistes, esthéticiens, artistes, paysagistes, etc. Ce colloque a notamment dessiné les prémices d’une perspective comparée sur la restauration écologique en France et aux États-Unis. Le présent article fait un état des lieux des débats sur cette thématique, partant notamment des communications présentées lors de ces journées. Le plan se déroule en trois temps. La première partie concerne les approches théoriques de l’esthétique environnementale : ce champ de recherche peu connu en France s’est largement développé dans le sillage d’un pragmatisme anglo-saxon ouvert sur la créativité ordinaire et sociale et concerne les rapports à l’environnement. Le thème de la restauration écologique fait intervenir aussi bien l’environnement et l’ingénierie écologique que la créativité en matière de design environnemental et elle constitue un bon terrain d’expérimentation de l’esthétique environnementale. Dans une deuxième partie portant plus spécifiquement sur la restauration écologique, l’on traitera des débats philosophiques dans le champ de la restauration écologique ainsi que des pratiques des professionnels et des artistes concernés en nous appuyant sur les nombreuses communications faites sur ce sujet lors du colloque. La conclusion rendra compte des postures, les modèles d’action de la restauration. Elle nous permettra d’élargir le débat sur les enjeux généraux de l’écologie de la restauration au prisme d’une esthétique environnementale.

Pour une approche esthétique de la restauration écologique

  • 2  Cf. notamment Dewey, 2005, Leopold, 1996, Berleant, 1992, Rolston III, 1995, Carlson 2000, Brady, (...)

2Nous aborderons le thème de la restauration écologique par l’esthétique environnementale, un courant anglo-saxon de recherches et de pratiques imprégné de philosophie pragmatiste. Cette approche s’explique par un constat de départ. La recherche en sciences sociales et humaines peine à négocier une légitimité forte au regard des enjeux contemporains de l’environnement. L’adaptation au changement climatique est perçue comme un enjeu technique ou sociétal, mais en termes d’aménagement à la marge (ou d’organisation sous contrainte) du modèle de développement ; dans le domaine de l’environnement, de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales se cantonnent à l’acceptabilité sociale des mesures prises. Convaincus que cette évolution nous éloigne d’une transformation radicale des modes de vie, convaincus également qu’il ne peut exister d’écologie scientifique qui ne prenne en considération les enjeux humains propres à toute organisation écosystémique, il a semblé nécessaire d’aller dans le sens d’une anthropologie qui tisse les fils d’une habitabilité des milieux de vie. Pour cela, nous proposons de nous appuyer sur l’esthétique. Ce n’est pas un domaine spécialisé de la philosophie qui nous intéresse ici : ni philosophie de l’art, ni philosophie du beau, ni théorie du goût. Notre proposition s’inscrit dans un courant de recherche2 et de pratiques, l’esthétique environnementale, qui vise à apprécier la composante esthétique des processus d’environnementalisation compris comme des procédures actives et ouvertes d’engagement dans l’environnement. Il existe une saisie esthétique de l’environnement ; la perspective esthétique ne serait pas réservée à l’art ou encore aux monuments culturels. L’appréhension riche des milieux de vie et de l’environnement en dépend. Lorsque l’environnement est disjoint de l’esthétique, il devient inintelligible. La question de l’habitabilité n’est plus prise en compte puisque l’expérience sensible esthétique de l’habitant et des petites communautés est gommée. Il faut prendre en compte le rapport sensible au milieu (sensoriel, sensible, imaginatif et signifiant, donc esthétique) exprimé par les habitants, et les riverains pour comprendre la modalité spécifiquement humaine d’adaptation créative à son environnement. La saisie esthétique contribue à l’habitabilité du monde.

Approches cognitives de l’esthétique environnementale

  • 3  Cf. notamment Junod, 2007, qui s’interroge sur l’évolution de l’expérience esthétique dans l’histo (...)

3Différentes théories sont formulées pour définir une appréciation esthétique de l’environnement qui ne soit pas fondée principalement sur l’art. Du côté français l’on se base essentiellement sur une tradition d’analyse des techniques spatiales de découvertes subjectives des mondes notamment urbains (cf. notamment Matthey, 2008) basées sur une « raison sensible » (Caune, 1997) ou dans la tradition d’une histoire de l’art consciente de ce qu’elle doit à la nature et à son face-à-face avec l’art3. Du côté anglo-saxon, qui constitue notre principal univers de référence étant donné le développement des réflexions dans le domaine de l’esthétique environnementale, nous reprendrons les analyses de la philosophe Emily Brady (2003) qui les regroupe en deux catégories distinctes : les approches cognitives et les approches non cognitives. Les premières considèrent que nous devons nous tourner vers la connaissance scientifique (écologie, géologie…) pour guider notre appréciation esthétique de la nature qui accordera une grande importance aux notions de vérité et d’objectivité. Parmi les auteurs concernés, on trouve Allen Carlson, Holmes Rolston et dans une certaine mesure Aldo Leopold. Les secondes approches définissent un cadre alternatif d’appréciation basé sur l’expérience perceptuelle immédiate, l’imagination et les récits non scientifiques choisis parmi d’autres caractéristiques de l’expérience. Dans cette approche, on s’appuiera sur une conception élargie des savoirs pour inclure le folklore, les mythes, les croyances. On accordera une grande importance aux aspects subjectifs de la réponse esthétique, au rôle de l’émotion et de l’imagination. L’expérience esthétique sera située, contextuelle et jamais abstraite. Parmi les auteurs concernés, on trouve Arnold Berleant, Yuriko Saito, Emily Brady. Nous présenterons brièvement les théories d’Arnold Berleant et d’Allen Carlson qui peuvent être considérés comme les chefs de file respectifs des deux approches.

4Pour Allen Carlson, l’appréciation esthétique de la nature et des objets qui la composent exige non seulement une expérience sensible, ce qui signifie pour lui la considération des qualités formelles de l’objet, mais en plus une connaissance objective de la nature de ces objets et de l’histoire de leur production. Dans l’optique objectiviste qui est adoptée par Allen Carlson, l’appréciation esthétique doit se fonder sur les qualités inhérentes à l’objet et indépendantes du sujet. C’est la seule condition pour que nous puissions émettre des jugements esthétiques appropriés concernant la nature qui aient quelques prétentions à la vérité. Selon Carlson « Comme pour l’art, il existe différentes catégories de nature… Une baleine peut être perçue soit comme un poisson, soit comme un mammifère… Pour les objets naturels et les paysages, certaines catégories sont correctes et d’autres non » (Carlson, 2000, p. 89). L’histoire naturelle joue ici le même rôle que l’histoire de l’art dans l’appréciation esthétique traditionnelle. La position de Carlson « ajoute la connaissance scientifique aux considérations formelles de l’objet naturel pour constituer l’appréciation esthétique mais elle exclut de cette appréciation tous les facteurs culturels et toutes les références arbitraires aux éléments proprement subjectifs ou biographiques » (Dumas, 2001). Ainsi Carlson combine le formalisme et le naturalisme esthétique pour prendre en considération les éléments nécessaires à l’appréciation esthétique appropriée de la nature.

Approches non-cognitives de l’esthétique environnementale

5Arnold Berleant refuse cette perspective objectiviste de Carlson. Il considère qu’elle ne rompt pas avec la posture de contemplation désintéressée de l’objet chère à l’esthétique traditionnelle. Bien plus, Carlson y ajoute une couche de rationalité objective et désincarnée prétendument scientifique qui conduit l’observateur à refuser l’immersion perceptuelle et corporelle se privant ainsi de l’accès aux possibilités caractéristiques offertes par chaque environnement singulier. Pour sortir de l’esthétique traditionnelle, Berleant s’appuie d’abord sur la conception populaire et décloisonnée de l’esthétique proposée par le philosophe pragmatiste John Dewey (1934). Selon Dewey, l’intégration de la vie et de l’art les enrichit mutuellement. Il s’oppose à la « conception muséale de l’art » qui sépare l’esthétique de la vie vécue, pour la cantonner dans un domaine à part, loin des préoccupations des hommes et des femmes ordinaires. Cette « conception ésotérique des beaux-arts » s’appuie sur la sacralisation des objets d’art confinés dans les musées et les collections privées. C’est pourquoi Dewey privilégie l’expérience esthétique sur ces objets physiques qui sont fétichisés comme « art » par la conception traditionnelle. Ainsi, l’expérience esthétique dépasse la seule catégorie des Beaux-Arts, elle peut se produire dans des domaines variés, scientifiques, philosophiques, ou dans la vie de tous les jours.

6Arnold Berleant (1992, 2004) quant à lui, élargit l’expérience esthétique à l’appréhension de l’environnement. « Percevoir l’environnement de l’intérieur au lieu de le regarder transforme la nature en quelque chose de tout à fait différent, un royaume dans lequel nous vivons comme des participants, pas de observateurs… La caractéristique esthétique de notre époque n’est pas la contemplation désintéressée mais l’engagement total, une immersion sensorielle dans le monde naturel qui atteint une expérience de l’unité exceptionnelle ». L’esthétique de l’engagement de Berleant valorise l’activité plutôt que la passivité, l’implication plutôt que la mise à distance, le caractère situé (la situation) plutôt que le détachement et le désintéressement. La situation n’est pas seulement celle de l’objet mais celle du sujet. L’expérience de l’appreciator individuel (les émotions, les valeurs, les croyances) devient aussi importante que l’objet de l’attention esthétique. Du coup, la réponse esthétique incluant les jugements que nous faisons est déterminée autant par la situation de l’appréciateur que par l’environnement naturel. L’expérience esthétique est un processus d’apprentissage essentiel, d’adaptation créative à son environnement : c’est un processus d’environnementalisation. Il est possible selon nous de reprendre ces réflexions de Berleant sans accepter pour autant l’injonction d’adaptation conservatrice omniprésente dans les discours de nos hommes politiques à condition de considérer l’expérience esthétique comme un processus alternatif, créatif de résistance aux conformismes.

Un colloque pour explorer le champ de la restauration écologique

7Notre colloque « Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage » s’est tenu les 9, 10 et 11 mai 2007 à Paris. Il ne portait pas uniquement sur la restauration écologique mais un nombre suffisant d’interventions y furent consacrés pour nous permettre d’explorer le champ de la restauration écologique dans toute sa diversité. Le thème de la restauration écologique illustre bien cette perspective nouvelle de l’esthétique environnementale qui se développe actuellement. C’est un débat très développé dans les pays anglo-saxons mais qui arrive en France. Le thème de la restauration écologique fait intervenir aussi bien l’environnement et l’ingénierie écologique que la créativité en matière de design environnemental et concerne donc l’esthétique.

La domination de l’ingénierie écologique et les enjeux de la restauration écologique

  • 4  La situation est en train de changer comme en témoigne l’exemple de James Aronson qui est responsa (...)

8En France, le débat semble plutôt se focaliser sur les questions plus techniques d’ingénierie écologique qui ne manquent pas d’intérêt d’ailleurs. Il ne faut pas confondre ce dernier terme avec celui de restauration écologique. Selon Geneviève Barnaud, experte en la matière, l’ingéniérie écologique vise à résoudre un problème d’environnement en utilisant les connaissances écologiques et en mettant en œuvre des techniques adaptées. Il s’agit de combiner le savoir-faire des ingénieurs et les connaissances écologiques. L’écologie de la restauration, tout en poursuivant à peu près les mêmes objectifs, à savoir restaurer des écosystèmes dégradés, se fixe comme priorité de conserver la biodiversité et privilégie les techniques douces pour reconstituer des écosystèmes diversifiés et autonomes. En France, le colloque « Recréer la nature » qui s’est tenu en 1994 à Orx a été le point départ du Programme national de recherche « Recréer la nature. Réhabilitation, restauration et création d’écosystèmes » mis en place en 1995 par le Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement. Ce programme avait pour objectif d’élaborer des méthodologies et des outils performants et opérationnels concernant la réhabilitation, la restauration et la création d’écosystèmes. Cela concernait essentiellement quatre questions, à savoir : quels sont les déterminants des choix et motivations des intervenants ? Comment les systèmes de référence sont-ils choisis ? Quelles sont les échelles pertinentes spatio-temporelles d’intervention ? Quelles sont les modalités de suivi et d’évaluation de ces interventions ? De quelles natures voulons-nous ? Mais ce colloque a été peu suivi en termes de programmes de recherche4. C’est pourquoi il nous semble important de faire le point sur les approches anglo-saxonnes, très riches en matière de restauration écologique comme en témoignent les débats du colloque organisés en 2007. Les pratiques artistiques présentées alors, mais aussi des réflexions plus philosophiques, notamment dans le champ de l’esthétique et de l’éthique environnementale, concernent les enjeux sociaux et culturels de la restauration écologique. Il s’agit de penser les rapports entre une nature que l’on imagine naturelle et une nature artificielle, entre une création et une « recréation » qui serait « seulement » la réparation des actes humains qui ont endommagé et dégradent encore aujourd’hui la planète. Comment sortir de la nostalgie qui imprègne nombre de pratiques de restauration les orientant vers la réhabilitation d’une nature originelle ? Comment transformer les activités humaines en des sources de valorisation de la nature ? Une certaine créativité sociale devient un enjeu écologique. Il s’agit alors de considérer l’entrelacs des processus naturels et des processus culturels. L’écologie scientifique n’est-elle pas la discipline qui valorise les interdépendances bio-géo-physico-chimique des faits naturels et sociaux ? L’écologie politique ne montre-t-elle pas une co-émergence des faits naturels et sociaux qui explique que les êtres humains se vivent et vivent leur environnement comme hybride ? Ceci n’implique pas une lecture naturaliste des faits et causalités, c’est-à-dire en termes de processus dits naturels par lesquels l’être humain est censé être régi comme les animaux ou les plantes : si l’on ne veut pas perdre la question du sens, il ne faut pas oublier celle de l’intentionnalité, de l’expérience propre à l’humain dans la découverte des lieux. En effet, une lecture naturaliste des faits rendrait plus pertinente l’idée d’impact (et donc de responsabilité) que celle d’intentionnalité. C’est, selon nous, un danger. Dans un tel processus, on peut penser que ce qui deviendrait alors le centre de toute chose n’est ni l’homme, ni le vivant, ni même le milieu au sens strictement écologique, mais une chaîne d’évènements dont on ne sait à quel moment nous est donnée l’opportunité politique d’en débattre. En ce sens toujours, laideur et beauté n’existeraient plus en tant que telles. Il y aurait seulement des éléments, certains vivants d’autres non, dont la pertinence serait jugée du point de vue du poids relatif qu’ils auraient dans un tableau global. Pour aborder ces questions, nous nous nous appuierons sur les interventions du colloque pour présenter les débats philosophiques et les pratiques des professionnels et des artistes. En effet, si les arguments philosophiques jouent un rôle de cadrage dans le champ, ils sont parfois trop généraux, il faut donc analyser également les pratiques pour définir des postures de restauration.

Le débat des philosophes : imiter la nature ou imiter l’art ?

9La restauration écologique doit-elle imiter la nature ou l’art ? Le peut-elle ? Tel est le débat qui divise les philosophes anglo-saxons depuis le célèbre article « Faking Nature »(Eliott, 1982). Pour Eliott, en effet, « la pratique de restauration des écosystèmes altérés est semblable à la contrefaçon d’une œuvre d’art. De même que la copie d’une œuvre d’art ne peut reproduire la valeur de l’originale, la nature restaurée ne peut reproduire la valeur de la nature originelle conçue comme une forme non-anthropocentrique et intrinsèque de valeur par opposition à une valeur purement instrumentale ». Cette opinion reprise par d’autres auteurs (Katz, 1992) est fondée sur la défense d’une distinction forte entre nature et culture. Pour Katz, la restauration écologique qu’il définit comme la pratique de restaurer des écosystèmes endommagés ne conduit pas à une nature restaurée avec une apparente santé écosytémique ; au contraire, elle dévalue la nature.

  • 5  Voir “Faking Art and Faking Nature: The Art Analogy and Restoration Ecology”, Cybergeo : « I argue (...)

10Durant le colloque, deux philosophes sont intervenus dans ce débat de la restauration écologique pour critiquer cette position. Le premier, Andrew Light, professeur de philosophie environnementale et directeur du centre de « Global Ethics » à l’Université George Mason à Washington D.C. (États-Unis) définit ainsi dans son intervention (Light, 2007) la controverse de la restauration écologique : faut-il recréer un état de nature antérieur fantasmé ou bien intégrer des paysages durables dans l’histoire locale ? « Je crois que le meilleur design environnemental n’est pas forcément celui qui suivra le dessin de la nature, mais plutôt celui qui va intégrer la création de paysages durables incluant l’histoire de la relation des gens à l’environnement à l’échelon local. Si l’on prend l’exemple d’un projet dans l’ouest de la Pennsylvanie, je dirais que nous avons l’obligation morale et esthétique envers les communautés humaines du passé et du futur de retenir des éléments de l’histoire industrielle et agricole, ou des “souvenirs perturbants”, dans le design environnemental (Traduction de l’auteur)5 ». Jonathan Maskit, professeur de philosophie à l’université de Denison (Ohio, États-Unis) aborde la restauration des sites post-industriels dans son intervention « Le “post-industriel” comme problème pour l’esthétique du paysage » (Maskit, 2007). Selon lui, la restauration des sites post-industriels ne doit pas masquer l’intervention humaine pour la dédouaner et oublier l’histoire industrielle du site. « Cet oubli est sujet à plusieurs objections. 1) Tout d’abord, c’est malhonnête. Robert Eliott et Eric Katz ont démontré que les restaurations qui veulent cacher l’intervention humaine trompent. Peu importe si de telles restaurations veulent rendre le site à son état antérieur ou si elles cherchent à créer un nouvel endroit ressemblant un jardin, elles essaient d’effacer le passé du site. 2) D’ailleurs, cet oubli du passé industriel d’un site ne respecte pas les hommes et les femmes qui l’ont construit… Notre attitude vers cette histoire est plutôt ambiguë ne nous donne pas raison d’oublier ceux qui ont sacrifié leur vie (souvent littéralement) afin de construire les sites industriels que nous essayons de recouvrir aujourd’hui. 3) Peut-être le plus important, c’est que l’oubli contribue à la myopie dont souffre l’humanité moderne. A moins que nous nous souvenions de notre passé récent, qui inclut nos graves erreurs, nous risquons de le répéter... »

11Quand Robert Eliott et Eric Katz évoquent la copie d’un œuvre d’art pour critiquer la restauration écologique, il ne faut pas s’y tromper. La référence à l’art permet de dévaloriser la création humaine qui ne fait pas le poids face à la Nature qui constitue le véritable modèle. Dans le champ philosophique américain, la question de la restauration écologique est pensée par référence à la wilderness, la nature vierge, les grands espaces sauvages. La nature recrée par l’homme ressemble-t-elle à la nature sauvage ? La question de la mimesis prime. Au contraire, nous pourrions considérer l’art comme un modèle positif. Dire que la restauration écologique imite l’art, c’est considérer que la création artistique s’apparente à un processus naturel. L’œuvre proliférante de certains artistes évoque la Phusis, le vieux terme grec qui désigne la productivité prodigieuse de la Nature et le jaillissement des formes naturelles. Ce qui confère à sa démarche créatrice le caractère nietzschéen d’un processus vital. La démarche des écoartistes et des architectes paysagistes les plus audacieux nous interroge : l’art pourrait-il recréer une nature, refaire de la nature ?

Les positions contrastées des professionnels : conservation des écosystèmes ou métamorphose des lieux ?

  • 6  « Ecological restoration is the process of assisting the recovery of an ecosystem that has been de (...)

12On trouve également des positions contrastées chez les professionnels qui interviennent dans le champ de la restauration écologique et de la réhabilitation des sites post-industriels selon qu’il s’agisse des « restaurationistes », les professionnels de la restauration écologique au sens strict, qui adoptent une posture naturaliste ou bien des autres intervenants dans ce champ, aménageurs, géographes, architectes ou paysagistes qui ont une posture plus nuancée. La Society for Ecological Restoration International (SER) est représentative du premier courant. Elle naît de la foresterie dans les années 1930. Elle fait explicitement référence à la théorie scientifique des écosystèmes et elle adopte une conception conservatrice ou plutôt « conservationniste » pour guider son activité : « La restauration écologique est un processus d’assistance à la prise en charge d’un écosystème qui a été dégradé, endommagé, ou détruit. C’est une activité intentionnelle qui initie ou accélère la guérison d’un écosystème en respectant sa santé (multiples fonctionnalités), son intégrité (composition des espèces et structure de la communauté) et sa durabilité (résistance à la perturbation et résilience) (Traduction de l’auteur) »6.

  • 7  « Our Mission is: to promote ecological restoration as a means of sustaining the diversity of life (...)

13La SER est ainsi influencée par un des pères fondateurs de la pensée écologique américaine, le forestier et environnementaliste Aldo Leopold. Défenseur de la préservation de l’environnement et des espaces naturels, Leopold fut un des fondateurs de la Société des Espaces Naturels en 1935. Nommé en son honneur, l’espace naturel Aldo Leopold se trouve aux frontières de la forêt nationale de Gila, au Nouveau Mexique. Leopold contribua à l’obtention de la gestion de Gila en tant qu’espace naturel. En conséquence, la forêt nationale de Gila devint en 1924 le premier espace naturel officialisé par le gouvernement américain. On considère souvent la création de la forêt nationale de Gila et de l’espace naturel Aldo Leopold comme le point de départ du mouvement moderne de conservation des espaces naturels aux États-Unis. Cependant, cette première position évolue et une jonction s’opère entre son idéologie conservationniste initiale et les objectifs du développement durable durant les années 1990 ; ce qui introduit progressivement les activités humaines dans le champ d’activités et la philosophie de la SER. Comme en témoignent les orientations récentes de la société. « Notre mission est : de promouvoir la restauration écologique comme moyen d’entretenir la diversité du vivant sur Terre et de retrouver une relation saine entre nature et culture... Toutes les activités ont des dimensions sociales, humaines et environnementales (SER International 2007-2011, Traduction de l’auteur) »7.

14Un porte-parole de cette nouvelle position est l’architecte-paysagiste allemand Tilman Latz, intervenu lors du colloque, « Réinterprétation et métamorphoses : sur le potentiel des sites industriels délaissés » (Latz, 2007). Pour lui, la référence à la conservation de la nature n’existe plus. L’esthétique joue un rôle central dans la restauration d’une expérience positive des lieux. La question de la restauration écologique cède la place à une transformation locale inventive. Celle-ci « suit l’esprit des lieux, le Genius Loci », c’est-à-dire pour Latz, la richesse d’information polysémique qu’ils recèlent. La métamorphose des lieux renforce le plaisir d’être dans ces lieux : elle produit de nouvelles images, de nouveaux usages, de nouvelles expériences joyeuses pour le public. « Des autoroutes ou des installations industrielles peuvent également être des lieux de vie et d´agréments à condition de savoir conserver leurs âmes et de les respecter en les maintenant visibles. » Ainsi, les houillères de Thyssen-Meiderich à Duisburg, la friche industrielle de Turin, la décharge Hiriya de Tel Aviv deviennent des parcs paysagers ludiques où les citadins escaladent les hauts fourneaux ou font du canot pneumatique dans les anciens réservoirs de gaz. Le projet de Duisburg nord, situé dans la Ruhr, est le plus connu. Il y a déjà près de vingt ans, la problématique centrale du projet était : que faire avec un site dévasté, occupé par une industrie lourde, dont certains espaces sont contaminés et où les infrastructures sont omniprésentes ? Le site, mais aussi les éléments d´industrie qui le composent, ont été transformés en parc. La topographie industrielle offrait d´elle-même des vues et connexions avec les quartiers environnants qu’il s´agissait de transformer : parc de l’eau et parc des chemins de fer, parc des hauts-fourneaux, parc des jardins et de la « Sinteranlage », promenades de la ville... Pour cela, il fallait dépasser le rôle de paysagiste et travailler avec la précision de l´ingénieur. Par exemple, en matière de gestion de l’eau, nul grand bassin paysager ne fut prévu, mais la réutilisation de circuits déjà présents sur le site. Limitant également la consommation d’énergie, ce choix rentrait dans le cadre du développement durable et inscrivait la région comme symbole de technicité et de renouveau écologique.

15Une seconde approche tend à privilégier une esthétique habitante faite de refus, de deuil et perte, qui serait sans doute plus facile à cerner à partir des affects (« Art et nature dans la requalification des environnements miniers : l’exemple de Loos-en-Gohelle », Emelianoff, 2007). Cette esthétique, produit d’une « environnementalisation » active, consiste à lire dans le territoire l’inscription d’un savoir-vivre que nul ne peut considérer comme anecdotique sauf à éluder que ses formes sont également les produits de gestes et de mémoires inscrites localement. Or cette mémoire patrimoniale chargée de valeur esthétique associée à la distance d’un passé qui a marqué les lieux et les individus n’est pas considérée comme fondamentalement écologique ; en effet, elle participe plus d’une histoire sociale que d’une mémoire associant les hommes à la nature. La mine est avant tout le produit d’un affrontement héroïque entre mineurs et nature souterraine. Cependant, il existe une biodiversité spécifique aux terrils industriels que les associations environnementalistes ont appris à considérer, mais qui ne fait pas encore partie de la mémoire patrimoniale.

Richesse et ambiguïté des pratiques artistiques

16Quand l’artiste œuvre dans le champ de l’environnement, il est souvent confronté aux problèmes de durabilité, mais il n’agit pas comme un simple aménageur. Ses pratiques sont beaucoup plus riches et ambiguës. Lors du colloque, l’historienne d’art française Adeline Lausson (Lausson, 2007) a fait la chronologie d’un mouvement d’art écologique les Reclamation Artists ou Land Reclamation Artists : « L’enjeu écologique dans le travail des Reclamation artists ». Les artistes débattent sur l’utilisation de l’art à des fins écologiques. Faut-il faire œuvre de réparation sur des sites abîmés par la pollution industrielle et l’exploitation effrénée des gisements ? Certains veulent échapper à l’instrumentalisation de leur travail par les responsables de la dégradation des sites et leurs pratiques sont ambiguës ou déceptives à l’égard des commanditaires et du public. Ce n’est pas pour autant que les équilibres environnementaux ne revêtent pas d’importance pour les artistes. Bien au contraire, dès les années 1960, certains d’entre eux (Mel Chin, Agnes Denes, Patricia Johanson, Allan Sonfist…) adoptent une posture très différente. Ils se détournent de la question éthique et politique que pose l’écologie conservationniste, pour œuvrer dans le champ d’une écologie d’ordre scientifique qu’ils enrichissent fortement. Beaucoup de ces artistes ont choisi de retourner sur les bancs de l’université pour compléter leur formation artistique d’une formation scientifique comme la biologie, la botanique ou bien, pour d’autres, l’architecture. Ils s’entourent parfois même d’équipes pluridisciplinaires composées d’urbanistes, d’architectes et de scientifiques qui interviennent en tant que consultants, conseillers, collaborateurs et participent à l’élaboration de leurs œuvres. Cependant, leur originalité ne s’arrête pas là. Ainsi Patricia Johanson utilise, pour dessiner ses projets de restauration écologique, des images d’animaux tirées des mythes de Corée et des peintures populaires ou bien des représentations naturalistes d’espèces vivantes ou non. Elle façonne par exemple les zones humides de son projet d’Ulsan Park en Corée du Sud sur le modèle des écailles d’une grande carpe dessinée comme les aiment les Coréens dans leur folklore. Ainsi l’histoire culturelle est reliée aux restaurations écologiques ; les mythes et images du passé s’associent aux formes de vie contemporaines. Les sculptures paysagères de Johanson, ces formes à haute teneur symbolique et/ou naturaliste, ont une surprenante efficacité comme si le dessin des réalités mondaines par les artistes rejoignait le dessein du monde, en autorisant le bon fonctionnement des relations écosystémiques. Patricia Johanson évoque ainsi la nécessité de mettre en résonance les paysages locaux visibles et les croyances intimes. Elle n’est pas une écologue scientifique qui cherche à reconstituer un écosystème affaibli en respectant les seules théories écologiques, sa créativité est beaucoup plus libre : elle cherche à incorporer la nature vivante dans son monde artiste « accueillant, de soutien mutuel, autosuffisant » tout en plaçant le symbolique au cœur des processus naturels.Sue Spaid, intervenant lors du colloque « The Science of Art. Five Artists: Thousands of Experiments. Art as Indeterminate Process », commissaire de l’exposition Ecovention : Current Art to Transform Ecologies qui a regroupé des collaborations entre artistes, scientifiques, politiques, membres des communautés locales, urbanistes, architectes et paysagistes, analyse ainsi les différences entre art et science.

17Practical differences Between Science and Ecoventions, figure de Spaid S., 2007, » The Science of Art. Five Artists : Thousands of Experiments. Art as Indeterminate Process », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

  • 8  C’est le philosophe Étienne Tassin qui a le premier proposé cette notion de respiration pour disti (...)
  • 9  Cf. ci-dessous la prise en compte du symbolique dans l’écosystème illustrée par le projet « Ulsan (...)

18Par ecoventions, Sue Spaid désigne des projets d’artistes qui emploient des tactiques inventives pour transformer physiquement les écologies locales (Spaid, 2005). L’hybridation des pratiques de recherche, la respiration apportée par les artistes8, garantissent une créativité plus libre et, plus spécifiquement, une meilleure capacité de combiner l’histoire culturelle et la restauration écologique9. L’idée est que les habitants sont les « administrateurs » de cette nouvelle écologie, en quelque sorte les garants.

  • 10  Cf. le projet The 3 Rivers 2nd Nature Project qu’il pilote et dont la présentation est disponible (...)
  • 11  Robert M. Young, chapitre « Second Nature: the Historicity of the Unconscious » in Whatever Happen (...)

19L’activité artistique de Tim Collins ressort de cette catégorie des ecoventions10, mais la contribution de Collins est essentiellement théorique lors du colloque (« Visionary Aesthetics, Post Industrial Ecologies and Practical Art », Collins, 2007). Pour Collins, artiste anglo-américain, ce qui différencie l’art écologique des autres formes d’art, ce n’est ni « l’usage des formes et des contenus naturels », ni celui « des symboles et des métaphores éco-poétiques », ni « la référence ou l’immersion dans la nature ». La différence largement méconnue réside « dans le désir d’apporter un changement dans le monde », plus précisément « de redéfinir et de changer les relations dominantes entre nature et culture ». C’est pourquoi l’écoart est fondamentalement interdisciplinaire. « Nous ne pouvons pas nous reposer uniquement sur le monde de l’art comme point d’engagement et modèle d’interprétation. Nous devons utiliser d’autres perspectives ». La posture artistique qu’il propose alors pour œuvrer dans l’écologie de la restauration (qu’il qualifie d’écologie de l’ère post-industrielle), c’est « l’art pratique » (Practical Art) qu’il définit dans des termes très proches de l’ecovention. « Les propriétés intrinsèques des pratiques d’un art socialement et écologiquement engagé visent l’émancipation des gens, des choses et des lieux en faisant bénéficier les autres des libertés et du potentiel créatif des pratiques artistiques. L’accent est mis sur la créativité et le changement ». Ce faisant, Collins est amené à distinguer Nature Seconde et Nature Première selon les termes du psychanaliste Robert M. Young : « La Nature Première est la Nature per se, celle qui n’est pas médiée par la connaissance humaine. À partir de là, tout ce que nous pouvons connaître, c’est la Nature Seconde qui n’est accessible que par la pensée et toute pensée se forme dans la culture. Cette Second Nature est un concept qui nous permet d’éviter deux extrêmes, d’une part la croyance trop optimiste en la capacité de changement exercée par les humains et d’autre part, le réductionnisme biologique »11.

20Dans le cadre des territoires hybrides de l’écologie post-industrielle, Herman Prigann, artiste allemand, développe un projet qui transforme un site industriel - mine de charbon/Ruhgebiet - en un parc archéologique, « Archaeological Parc : transforming a former industrial site ». L’artiste commente le processus (http://www.terranova.ws) de composition nature/culture et la création d’un environnement grandeur nature : « La création de l’environnement résulte d’une interprétation de la nature. Ici l’environnement est élaboré comme un paysage culturel. Les Objets Métamorphiques sont des environnements sculpturaux, en relation à la nature présente dans ce paysage, mais aussi en relation à la ville et son environnement (Traduction de l’auteur) ». Pour l’artiste, la nature de l’œuvre dépend aussi bien du matériau choisi que du concept. Par exemple : bois + terre + pierre = dégradation lente + végétation emmêlée = dépassement. Le contexte écologique fait donc partie de l’assertion esthétique ; l’aspect de l’œuvre est le résultat de la combinaison des matériaux trouvés sur place. Les Objets Métamorphiques portent le temps et la transformation de manière fondamentale. « Des restes mémoriels, des souvenirs, des bribes de ce que fut le passé architectonique du lieu sont présents et parties constituantes du travail d’art après le passage des années. » En somme, la force publique de ces évènements tient à la condition qu’ils mettent en scène de manière dramatique l’affrontement nature/culture. L’on doit remarquer que la fascination pour ces paysages apocalyptiques de ruines recouvertes et entremêlées de végétaux partant à la reconquête de l’œuvre humaine ne date pas d’hier ; elle commence à la Renaissance avec la redécouverte du monde antique, et n’a cessé d’une certaine manière de grandir avec la prise de conscience d’une historicité du développement humain. Le travail artistique d’Hermann Prigann marque le caractère éphémère et passager de l’activité humaine y compris celle associée au développement de l’industrie ; il utilise les traces de l’exploitation industrielle pour dénoncer les impasses de la croissance sans fin qui débouche sur les champs de ruines de la Seconde Guerre Mondiale et d’Hiroshima. Le but de son travail est alors de réinventer la lenteur de la nature et de ses cycles face à la rapidité et à l’avidité du travail humain, de réinventer en quelque sorte la relation entre croissance et décadence.

  • 12  « I am attempting to create elemental and fugitive spaces that express the ephemeral through a lan (...)

21Le travail de Janet Laurence, artiste australienne, qui s’attache, elle, à la fragilité du monde, offre une autre facette de la restauration écologique. Elle le commente dans son intervention « Artist + Environment : Janet Laurence and the Healing of Place » : « Notre monde est un monde blessé, défiguré et dépouillé par l’invasion des humains qui se délabre suite à la négligence et l’abandon. L’environnement que nous fabriquons nous menace autant qu’il est menacé ». Son travail croise différentes dimensions de l’art environnemental : une volonté de « réparer » symboliquement l’environnement par des éléments traditionnels comme la verdure, mêlée d’éléments sculpturaux, théâtraux qui plantent le décor de nouveaux et étranges jardins… Ces espaces de perception expriment notre immersion dans l’environnement… « J’essaie de créer des espaces élémentaires et fugitifs dans leur expression à travers un langage plastique utilisant le voile, la transparence, les aspects translucides des matériaux afin de former des environnements emmêlés, des espaces de lenteur qui expriment une porosité, une fluidité et une fusion avec l’environnement (Traduction de l’auteur)12 ». Cela se décline comme un rapport au site, une façon d’intervenir sur sa géographie, son histoire, sa biologie, bref de l’évoquer de façon nouvelle. Janet Laurence illustre bien comment les pratiques réfléchies par les acteurs fournissent des modèles d’action, des postures de restauration.

Conclusion

22Pour conclure, nous voudrions souligner deux apports du colloque. Le premier concerne l’importance du pragmatisme qui permet, nous semble-t-il, de dépasser les apories du naturalisme et de mieux penser la relation environnementale. Comment penser les pratiques et travaux qui définissent la restauration écologique dans le cadre de ces réflexions ? Cela mériterait, bien évidement, un examen plus poussé, mais il apparaît que la question de la création -qui rejoint celle de la créature- connaît un dépassement dans le champ de la dynamique créatrice : cette dernière tend à détruire les déterminismes ontologiques dans le sens où elle investit la question des processus et détruit l’idée selon laquelle il y aurait des déterminants simples, essentiels, fondamentaux relatifs aux objets ou aux êtres humains, à la nature et à la culture (Schaeffer, 2007). Ces distributions ontologiques sont le propre des philosophies occidentales. Les philosophies environnementalistes, qu’elles mettent l’être humain ou le vivant au cœur, sont aussi séparatistes. En fait, ces développements théoriques prennent le parti d’un naturalisme sans intériorité, soit que l’éthique se cale sur la science pour justifier de principes de protection, soit qu’elle attribue une conscience, mais somme toute limitée, à certaines espèces animales ; cette philosophie étend le champ de l’humain plutôt que de départiculariser celui de la nature. Le problème semble être qu’il est difficile alors de trouver des sources de valeur qui ne soient pas scientifiques ou théologiques dans le champ de l’écologie.

23Pour sortir de l’impasse, il semble urgent de critiquer l’implicite empiriste qui fonde cette posture théorique. Le pragmatisme en particulier dénonce cette vision de la nature qui la considère « comme un spectacle maintenu par un rapport constant entre les données et les facultés qui les synthétisent (entendement, jugement…) » (Debaise, 2007). « Les empiristes soustraient au concept d’expérience ses dimensions vitales. L’homme n’a plus d’interactions vitales avec le milieu. L’expérience devient une observation désintéressée de la nature entièrement tournée vers la connaissance. Or les facultés fonctionnent moins en vue d’une connaissance possible que d’une action en train de se faire, une action transformatrice et située dans un ensemble d’interactions au sein de la nature » (idem). Non seulement « le rapport de l’homme à la nature est un rapport d’intérêt, une relation à ce qui compte pour lui », mais cette relation environnementale participe à l’individualisation.

24Le milieu est le corrélatif de l’individu : il constitue la condition de possibilité d’une action efficace et une réserve pour les transformations futures de l’individu (Simondon, 1989). Gilbert Simondon nomme milieu associé ce complémentaire de l’individu. Dès lors, dans le domaine de la restauration écologique, gageons qu’il ne s’agit pas de savoir si l’on recrée la nature à l’image de ce qu’elle était ou si, au contraire, l’on introduit une dynamique de production de la nature que l’on ne pourra évaluer en fin de compte qu’à la mesure de l’habitabilité qu’elle produit. En somme, la restauration écologique nous place face aux contradictions intrinsèques de notre ontologie qui vise à séparer nature et culture. La restauration n’est-elle pas le moment où les milieux se transforment en artefacts culturels ? Les pratiques des artistes qui interviennent dans le champ de l’environnement nous permettent de penser autrement l’environnement en le considérant comme un art, le produit d’une activité de composition qui associe les fonctionnements écologiques, sociaux, symboliques et esthétiques. Bien entendu adopter cette entrée esthétique dans le champ de l’environnement pour se l’approprier du point de vue des sciences humaines et sociales n’est pas la seule posture possible, loin de là, mais la référence aux artistes nous aide d’abord à mieux penser les cadrages légitimes du monde académique. Elle nous permet également d’entrevoir les degrés de liberté importants, les audaces que l’on ne s’autorise pas assez au nom de la scientificité.

  • 13  Cette typologie n’est nullement exhaustive, bien entendu.
  • 14  Pour reprendre les termes de Bruno Latour (1995) qui paraphrasait Spinoza affirmant dans l’Éthique (...)

25Le second apport découle de cette dernière observation. Le conflit entre naturalisme et sociocentrisme constitue un obstacle au développement de la restauration écologique. Dans la mesure où ce cadrage binaire est en cours de dépassement, le champ de la restauration écologique s’ouvre progressivement à la pluralité des postures. Lors du colloque, nous avons repéré quatre modèles d’action13, différents du modèle scientifique dominant, qui sont mis en œuvre par les professionnels et les artistes et constituent autant de formes de rapport au territoire :réhabilitation, détournement, correspondance et sollicitude (Cf. tableau 1). Il nous semble que ces postures constituent un appel à développer des collaborations entre scientifiques, aménageurs et artistes. Elles pourraient constituer des sources d’inspiration pour enrichir les pratiques de restauration écologique car « nul ne sait ce que peut un environnement »14.

Tableau 1 Approche typologique des postures de restauration écologique.

Source : N. Blanc, J. Lolive.

Haut de page

Bibliographie

Berdoulay V., da Costa Gomes P., Lolive J. (eds), 2004, L’espace public à l’épreuve : régressions et renaissances, Bordeaux, Presses de la MSHA.

Berleant A., 1992, The aesthetics of environment, Philadelphia, Temple University Press.

Blanc, N., Boullier D., Chouquer, G., Lolive J. (Eds), 2004. Cosmopolitiques 7 : « Aimons la ville », La Tour-d’Aigues, éditions de l’Aube/Cosmopolitiques.

Blanc, N., Lolive J. (Eds), 2007. Cosmopolitiques 15 : « Esthétique et espace public », Rennes, éditions Apogée/Cosmopolitiques.

Brady E., 2003, Aesthetics of the Natural Environment, Edinburgh University Press.

Carlson A., 2000, Aesthetics and the Environment. The Appreciation of Nature, Art and Architecture, London, Routledge.

Caune J., 1997, Esthétique de la communication, Paris, PUF.

Clewell A. F., Aronson J. (eds), 2007, Ecological Restoration Principles, Values, and Structure of an Emerging Profession, Island Press, Washington.

Collins T., 2007, “Visionary Aesthetics, Post Industrial Ecologies and Practical Art”, intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Cometti J.-P., 2001, Art, modes d’emploi. Esquisses d’une philosophie de l’usage, Bruxelles, La Lettre volée, essais.

Debaise D., 2007, « Introduction », in Didier Debaise (éd.), Vie et expérimentation. Peirce, James, Dewey, Paris, Vrin, 7-15.

Dewey J., 2005, L’art comme expérience, Œuvres philosophiques III, traduit de l’anglais par Cometti J.-P. et al. (1re éd. 1934), préface de Shusterman R. et Postface de Buttner S., Publications de l’Université de Pau, Éditions Farrago.

Dumas, D., 2001, « L’esthétique environnementale d’Allen Carlson. Cognitivisme et appréciation esthétique de la nature », Revue Canadienne d’Esthétique, vol. 6, automne 2001, dossier Carlson, sur le site en ligne http://www.uqtr.uquebec.ca/AE/Vol_6/Carlson/dumas.html

Eliott R., 1982, “Faking Nature”, Inquiry, n° 25, 81-93.

Emelianoff C., 2007, « Art et nature dans la requalification des environnements miniers : l’exemple de Loos-en-Gohelle », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Foucault, M, 1966, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Gilligan C., 1982, In a Different Voice: Psychological Theory and Women’s Development, Harvard University Press.

Holmes Rolston III, 1995, “Does Aesthetics Appreciation of Landscapes Need to Be Science-based?”, British Journal of Aesthetics, vol. 35, n° 4, 374-386.

Junod P., 2007, Chemins de traverse. Essais sur l’histoire des arts, Berne, Éditions Infolio, coll. Archigraphy.

Katz E., 1992, “The Big Lie: Human Restoration of Nature”, Research in Philosophy and Technology, n° 12, 231-241.

Jullien F., 1996, Traité de l’efficacité, Paris, Grasset.

Latour B., 1995, « Moderniser ou écologiser ? À la recherche de la septième cité », Écologie Politique, n° 13, 5-27.

Latz T., 2007, « Réinterprétation et métamorphoses : sur le potentiel des sites industriels délaissés », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Laurence J., 2007, « Le “post-industriel” comme problème pour l’esthétique du paysage », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Lausson A., 2007, « L’enjeu écologique dans le travail des Reclamation Artists », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Leopold A., 1996 (éd. originale 1949), Almanach d’un comté des sables, traduction par Gibson A., préface de J.-M. Le Clézio, Paris, Aubier.

Light A., 2007, “Faking art and faking nature : the Art Analogy and Restoration Ecology”, intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Lolive J., Blanc N. (dir.), 2004, Aimons la ville !, La Tour d’Aigues, Édition de l’aube, coll. Essai.

Maskit J., 2007, « Le “post-industriel” comme problème pour l’esthétique du paysage », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Matthey L., 2008. Le quotidien des systèmes territoriaux : lecture d’une pratique habitante. Généalogie et description herméneutique des modalités de l’habiter en environnement urbain, Berne, Peter Lang.

Prigann H., 2007, « Le “post-industriel” comme problème pour l’esthétique du paysage », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Schaeffer J.-M., 2007, La fin de l’exception humaine, Paris, NRF essais, Gallimard.

Saint-Girons B., 2008, L’acte esthétique, Paris, Klincksieck.

Saito Y., 2001, “Everyday aesthetics”, Philosophy and Literature, vol. 25, n° 1, 87-95.

SER (Society for Ecological Restoration) International, 2005, Guidelines for Developing and Managing Ecological Restoration Projects, 2nd Edition, Clewell A., Rieger, J. and Munro J.. December 2005.

SER (Society for Ecological Restoration) International, Five Year Stratégic Plan 2007-2011 de SER International. http://www.ser.org/pdf/2007-2111StrategicPlanOverview.pdf

Simondon G., 1989, L’individuation Psychique et Collective – À la lumière des notions de Forme, Information, Potentiel et Métastabilité, Paris, Aubier.

Spaid S., 2005, Ecovention, Current Art to Transform Ecologies, Cincinnati (Ohio), Contemporary Arts Center ed.

Spaid S., 2007, “The Science of Art. Five Artists: Thousands of Experiments. Art as Indeterminate Process”, intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espaces publics : l’enjeu du paysage, organisé par Blanc N., Lolive J., les 9, 10 et 11 mai 2007, ENGREF, Paris.

Tassin E., 2003, Un monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Les deux principaux promoteurs du programme, Nathalie Blanc, chercheure au LADYSS et Jacques Lolive, chercheur au PACTE, se sont rencontrés lors du colloque de prospective Sociétés et Environnements organisé par l’insu (CNRS) les 5 et 6 février 2004. Leur volonté de collaboration s’est traduite d’abord par une réflexion problématique qui a débouché sur la publication d’articles et d’un ouvrage collectif (Blanc, Lolive, 2004 et 2007). Puis ils ont défini le programme de recherche « Environnement, engagement esthétique et espaces publics » dont il est question ici.

2  Cf. notamment Dewey, 2005, Leopold, 1996, Berleant, 1992, Rolston III, 1995, Carlson 2000, Brady, 2003, Cometti, 2001, et Saïto, 2001.

3  Cf. notamment Junod, 2007, qui s’interroge sur l’évolution de l’expérience esthétique dans l’histoire de l’art ou Saint-Girons, 2008, qui interroge l’acte lui-même.

4  La situation est en train de changer comme en témoigne l’exemple de James Aronson qui est responsable du groupe « Restauration Écologique » au sein du Centre d’Écologie Fonctionnelle et évolutive (CEFE UMR 5175 CNRS CIRAD INSA Universités de Montpellier I, II, III). James Aronson est le coordinateur avec un autre spécialiste d’un ouvrage récent qui fait la synthèse sur cette question du point de vue des professionnels (Clewell, Aronson (eds), 2007).

5  Voir “Faking Art and Faking Nature: The Art Analogy and Restoration Ecology”, Cybergeo : « I argue that the best environmental design will not necessarily follow nature, but rather integrate the creation of sustainable landscapes with the local story of the relationship of people to the environments around them. Focusing on an example of one project in western Pennsylvania, I will argue that we have moral and aesthetic obligations to both past and future human communities to retain elements of industrial or agricultural legacies, or “disturbance memories”, in environmental design. »

6  « Ecological restoration is the process of assisting the recovery of an ecosystem that has been degraded, damaged, or destroyed. It is an intentional activity that initiates or accelerates ecosystem recovery with respect to its health (functional processes), integrity (species composition and community structure), and sustainability (resistance to disturbance and resilience). » (SER International, 2005).

7  « Our Mission is: to promote ecological restoration as a means of sustaining the diversity of life on Earth and re-establishing an ecologically healthy relationship between nature and culture… All activities have human and social dimensions as well as environmental ones. »

8  C’est le philosophe Étienne Tassin qui a le premier proposé cette notion de respiration pour distinguer chez Hannah Arendt le monde fabriqué par l’artifice humain et l’espace déployé par les actions des hommes (Cf. Tassin, 2003). Pour Jacques Lolive, la respiration permet de « défataliser » l’environnement et de réanimer la politique « morte », institutionnalisée pour leur restituer une dimension expérimentale et pragmatique. La respiration redéfinit la démocratie comme une pulsation entre des séquences d’innovation marquées par l’action politique et des séquences de stabilisation institutionnelle et socio-technique où la politique vive se coagule, se cristallise. (cf. Berdoulay, da Costa Gomes, Lolive dir. 2004).

9  Cf. ci-dessous la prise en compte du symbolique dans l’écosystème illustrée par le projet « Ulsan Park » de Patricia Johanson.

10  Cf. le projet The 3 Rivers 2nd Nature Project qu’il pilote et dont la présentation est disponible sur le site http://3r2n.cfa.cmu.edu/index.htm.

11  Robert M. Young, chapitre « Second Nature: the Historicity of the Unconscious » in Whatever Happened to Human Nature? ouvrage disponible en ligne sur le site http://www.human-nature.com/rmyoung/papers/paper56.html

12  « I am attempting to create elemental and fugitive spaces that express the ephemeral through a language of veiling, transparency and translucency to form enmeshed environments, slowed spaces that express porosity and fluidity and a fusion with the environment ».

13  Cette typologie n’est nullement exhaustive, bien entendu.

14  Pour reprendre les termes de Bruno Latour (1995) qui paraphrasait Spinoza affirmant dans l’Éthique : « nul ne sait ce que peut le corps... ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22806/img-1.png
Fichier image/png, 732k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Blanc et Jacques Lolive, « La restauration écologique : une nouvelle formation du monde ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 479, mis en ligne le 14 décembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22806 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22806

Haut de page

Auteurs

Nathalie Blanc

Directrice de recherche en géographie au CNRS, UMR LADYSS Paris 7 NRS, UMR7533 LADYSS, Université Paris 7, UFR GHSS, Case 7001,Les Olympiades, Immeuble Montréal, 105 rue de Tolbiac, 75013 Paris, Francenathali.blanc@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Jacques Lolive

Chargé de recherche en science politique et aménagement au CNRS, CNRS, UMR PACTE, Université Joseph-Fourier, (Grenoble 1), Institut d¹études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, FranceJacques.Lolive@bvra.ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page