Navigation – Plan du site

Habiter la planète numérique

Denise Pumain
Traduction(s) :
Inhabiting the Digital Planet

Texte intégral

1Le changement climatique est annoncé, les conséquences probables de l’élévation de la teneur de l’atmosphère en gaz à effet de serre ont été établies par des modèles qui simulent les interactions entre les grandeurs physiques du globe. Les conclusions tirées des expériences effectuées sur cette « planète numérique » des climatologues ont amené les institutions internationales et les états à se mobiliser pour réduire les émissions de gaz carbonique selon les normes décidées au sommet de Copenhague.

2Saluons ici les succès de nos collègues spécialistes du climat, pour leur ténacité pendant plus de trente années de construction collective de modèles vérifiables et patiemment enrichis de multiples données d’observation, ainsi que pour leur capacité à alerter l’opinion, sans trop d’excès alarmiste, et à susciter des réponses, tant du côté de la gouvernance que du côté des innovations pour développer des activités moins polluantes.

3La balle est désormais dans le camp des sciences humaines et sociales, dont la géographie: sommes-nous en mesure de prévoir, en mesurant les marges d’incertitude, les conséquences de cette évolution ? Bien des discours catastrophistes signalent les risques des pénuries, annoncent les probables conflits pour l’accès aux ressources, craignent les effets de la montée des niveaux océaniques sur les concentrations des populations côtières, et agitent la menace de nouvelles vagues de migrations massives de réfugiés.

4Pourtant, d’autres aspects de la dynamique mondiale du peuplement de la terre sont bien connus, comme l’extraordinaire capacité d’adaptation et d’assimilation de la nouveauté qui caractérise depuis des millénaires l’évolution des systèmes de villes : déjà les multiples réseaux qui coordonnent ces systèmes s’activent dans une émulation pour mettre en œuvre des formes de consommation moins dispendieuses, pour retrouver le sens étymologique du mot économie et insérer celle-ci dans une écologie humaine réflexive.

  • 1  Conférence organisée du 23 au 25 novembre 2009 par les réseaux S4, MAGIS, ISC-PIF (France), Joint (...)

5Pour évaluer des tendances parmi les futurs possibles, des instruments puissants sont nécessaires. Mais la modélisation des interactions entre ces processus complexes est encore dans l’enfance, car la diversité et la complexité du monde social sont peut-être bien plus grandes que celles de la planète physique -.en tout cas l’intégration des connaissances utiles exige de longs processus de confrontation et d’apprentissage. De nombreuses entreprises sont en cours, comme celles qui furent présentées à une récente conférence internationale1 sur l’émergence dans l’espace géographique à Paris. Il est urgent de réunir et de confronter les efforts des modélisateurs pour qu’enfin la planète numérique soit habitée et devienne encore mieux habitable pour tous. C’est un vœu que toute l’équipe de Cybergeo souhaite partager avec vous pour l’année 2010.

Haut de page

Notes

1  Conférence organisée du 23 au 25 novembre 2009 par les réseaux S4, MAGIS, ISC-PIF (France), Joint Research Center (European Commission), COSNET, CSIRO (Australie), CSIS (Japon).
Voir aussi le débat engagé dans Cybergeo entre Henri Reymond et Yves Guermond à propos dugéosystème

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Habiter la planète numérique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 06 décembre 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22817

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page