Navigation – Plan du site
2009
478

Analyse spatiale de la prolifération de C. gigas en Bretagne

Spatial analysis of C. Gigas proliferation in Brittany (France)
Iwan Le Berre, Christian Hily, Morgane Lejart et Raphaël Gouill

Résumés

L’huître creuse du Pacifique Crassostrea gigas est une espèce introduite massivement dans les années 70 en France pour les besoins de l’ostréiculture. Elle représente aujourd’hui l’essentiel de la production conchylicole française. Depuis le début des années 90, l’espèce a commencé à s’installer durablement sur de nombreux sites de Bretagne et de Normandie. Le processus de colonisation s’est accéléré depuis 2000, induisant des modifications profondes dans les écosystèmes et des changements dans la biodiversité. Ce phénomène d’invasion biologique a pour origine probable le réchauffement climatique qui favorise l’extension spatiale des zones dans lesquelles les huîtres peuvent pondre. Un programme de recherche a été mis en œuvre pour évaluer et quantifier la dynamique de cette prolifération au niveau des façades Manche et Atlantique et pour identifier les interactions réalisées avec les écosystèmes marins et les activités humaines. L’objet de cet article est de présenter le système d’information géographique (SIG) mis en œuvre pour intégrer les données de suivi de cette prolifération sur les côtes Manche-Atlantique de la Bretagne et pour l’analyse spatiale de ses interactions potentielles avec les activités humaines du littoral.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après les algues brunes, les huîtres constituent le deuxième groupe d’espèces marines le plus cultivé dans le monde avec une production de 4,6 millions de tonnes en 2006, pour une valeur de 3,07 milliards de dollars (FAO, 2008). Cultivée dans 28 pays, l’huître japonaise Crassostrea gigas représente environ 97 % de la production parmi la quinzaine d’espèces d’huîtres actuellement cultivées dans le monde. Les principaux pays producteurs sont asiatiques – Chine (3,9 millions de tonnes), Corée (283 000 t) et Japon (208 000 t) – et la France vient en quatrième position avec une production annuelle de 130 000 tonnes correspondant à une valeur de plus de 325 000 dollars. Cette activité exploite une superficie de 14 180 hectares du littoral français et concerne 3329 entreprises en 2001 (Agreste, 2005).

2La consommation de l’espèce autochtone des côtes françaises, l’huître plate Ostrea edulis, est avérée depuis l’antiquité. Son exploitation ostréicole débute dès le XIXe siècle. Elle va rapidement cohabiter avec l’huître creuse du Portugal, Crassostrea angulata, provenant de l’embouchure du Tage et introduite volontairement dans le bassin d’Arcachon à partir de 1866, puis accidentellement en 1868 lors d’un déchargement en mer d’huîtres avariées à Marennes Oléron1. Mais, l’élevage intensif favorise le développement de nombreuses épizooties qui vont affecter l’ostréiculture française : la production d’O. edulis chute de plus de 15 000 tonnes à moins de 2000 dès les années 1920 ; à son tour C. angulata subit deux évènements de mortalité massive dont le dernier en Août 1970 éradique quasiment l’espèce des côtes françaises (Gay, 2004). Pour pallier l’effondrement de ces stocks traditionnels, l’huître creuse du Pacifique, Crassostrea gigas, est introduite massivement dans les années 70 en France à partir d’huîtres mères importées du Canada (562 tonnes) et de plus de 5 millions de juvéniles captés sur des coquilles du Japon (Miossec et Goulletquer, 2007). Elle représente aujourd’hui l’essentiel de la production conchylicole française.

Agrandir Original (jpeg, 332k)

Figure 1 – Production d’huîtres par régions en France (d’après le Comité national de la conchyliculture).

3Introduite volontairement pour des raisons économiques dans les bassins du sud de la Loire (Marennes-Oléron et Arcachon), C. gigas fait l’objet de déplacements massifs d’individus chaque année à partir des deux stocks (Meistertzheim, 2008). Elle représente donc un cas particuliers parmi les espèces invasives marines aujourd’hui reconnues (Goulletquer et al., 2002).

4Les premières implantations en milieu naturel ont été constatées en 1976, à la faveur d’un été particulièrement chaud et sec qui a recréé les conditions indispensables à sa reproduction (Grizel et Héral, 1991). De manière encore assez sporadique, la colonisation des substrats rocheux a été observée en 1980 aux alentours des parcs ostréicoles. A partir de 1990, l’huître s’est mise à proliférer et à migrer vers le nord de la côte Atlantique, où le risque de sa diffusion n’avait pas été envisagé a priori (Héral, 1986) au vu des caractéristiques biologiques et de l’aire de répartition des populations sources japonaises. Le processus de colonisation s’est accéléré depuis 2000, les densités démographiques de cette espèce devenant extrêmement importantes dans de nombreuses régions françaises, mais également dans d’autres régions européennes (en particulier en mer de Wadden, Drinkwaard, 1998), certains secteurs pouvant être littéralement envahi par des peuplements de C. gigas recouvrant entièrement les substrats sous-jacents. Dans ces secteurs, il s’agit donc bien d’une invasion biologique qui induit des modifications profondes dans les écosystèmes et des changements dans la biodiversité (Hily, 2005).

5L’origine de ce changement de distribution résulte principalement du réchauffement climatique global, qui a élevé la température moyenne de l’eau de 1 degré, favorisant ainsi l’extension des zones où la température de l’eau de mer atteint les 18 à 20°C requis pour déclencher la ponte (Cognie et al., 2006 ; Léjart, 2009) et l’augmentation de la fréquence des plages temporelles durant lesquelles cette ponte peut se produire. Une des conséquences est que l’espèce élargit l’éventail des conditions environnementales dans lesquelles elle établit les populations. Les potentialités d’occupation de l’espace littoral par l’espèce semblent extrêmement larges avec des conséquences majeures d’un point de vue écologique mais également socio-économique d’autant que la prolifération de C. gigas ne semble pas pouvoir être freinée étant donné l’augmentation de la température de l’eau due à l’effet de serre et les caractéristiques biologiques de cette espèce (Meistertzheim, 2008 ; Léjart, 2009).

6Le projet PROGIG (PROlifération de Crassostrea GIGas)2 a vu le jour dans le cadre du programme de recherche LITEAU II du MEDD, afin d’évaluer et de quantifier la dynamique de cette prolifération au niveau des façades Manche et Atlantique en identifiant les différentes interactions réalisées avec les écosystèmes marins et les activités humaines. Il s’agit également de prendre la mesure des principales composantes de la dynamique de la prolifération pour définir une stratégie de gestion adaptée à la diversité des situations rencontrées. Le programme s’appuie sur une approche pluridisciplinaire associant la biologie, la géomorphologie et l’ethnologie notamment.

7L’objet de cet article est de présenter le système d’information géographique (SIG) mis en œuvre pour intégrer les données de suivi de cette prolifération sur les côtes Manche-Atlantique et pour l’analyse spatiale de ses interactions potentielles avec les activités humaines du littoral.

Enjeux de la prolifération de C. gigas

8L’installation d’une nouvelle espèce dans un écosystème côtier induit des modifications sur son fonctionnement (Anderson et al. 2006) et plus spécialement dans les systèmes riches et productifs comme les zones côtières (Ruiz et al. 1999 ; Wasson et al. 2005). Elle est aussi connue pour avoir des conséquences potentielles au niveau socio économique et sur la santé des populations humaines (Mack et al. 2000 ; Grosholz 2002). Mais les espèces invasives n’ont pas toujours un effet négatif sur l’environnement naturel et socio-économique (Thieltges et al. 2006). La diversité de ces effets doit donc être considérée et les actions à envisager doivent être anticipées afin de minimiser les impacts à la fois sur le milieu naturel et sur les usages (Perrings et al. 2005).

9L’un des objectifs de PROGIG étant d’identifier les impacts potentiels de la prolifération de C. gigas, nous nous sommes intéressés aux activités anthropiques du littoral pouvant interagir, positivement ou négativement avec cette espèce (figure 2) :

Figure 2 – Synthèse des interactions potentielles de C. gigas avec les activités du littoral.

10■ La conchyliculture est une source potentielle de diffusion des naissains à l’origine des populations sauvages ; les parcs ostréicoles peuvent inversement pâtir de la concurrence de ces populations sauvages. En se fixant sur les huîtres d’élevage, elles compliquent leurs conditions d’exploitation et peuvent en déformer les coquilles, ce qui peut les rendre impropres à la commercialisation. Les impacts potentiels sur les autres activités aquacoles (pisciculture, vénériculture, mytiliculture) restent encore à confirmer.

11■ Les coquilles extrêmement coupantes de l’huître sauvage peuvent constituer une gêne pour la plaisance, particulièrement pour les pneumatiques, notamment sur les cales qui constituent un excellent support pour ces bivalves. Sur les pontons et dans les zones de mouillages le risque n’est pas encore démontré.

12■ D’autres activités nautiques ne sont pas directement concernées dans la mesure où elles se pratiquent sur substrat meuble (char à voile) ou au large (plongée sous-marine). En revanche, une prolifération de l’huître est susceptible d’augmenter le risque pour le matériel et les pratiquants de certaines activités de loisir : surf (proximité des écueils rocheux), voile, aviron, canoë-kayak.

13■ Pour le tourisme la prolifération de Crassostrea gigas peut s’avérer particulièrement gênante sur les estrans les plus fréquentés surtout durant la saison estivale. Les sites de baignade y sont très sensibles en raison du caractère coupant de la coquille. A terme, l’invasion de l’huître creuse pourrait être également perçue comme une perturbation esthétique.

14■ Inversement, le développement de C.gigas peut éventuellement être considéré comme une augmentation de la ressource et être alors ressentie favorablement par les pêcheurs à pied (C.Hily, 2005).

15■ En terme de conservation du patrimoine naturel enfin, Crassostrea gigas est en compétition spatiale avec les autres espèces fixé de la zone intertidale et en compétition trophique avec les autres espèces suspensivores induisant de profondes modifications de la biodiversité, des patrons d’abondance et de biomasse (Lejart, 2005 ; 2009). Elle peut également constituer une gêne paysagère dans ces espaces à forte valeur patrimoniale.

Espèces invasives et SIG

  • 3  Cf. site de l’ISSG : base de données internationale sur les espèces invasives au niveau mondial (h (...)

16Définies comme « des organismes transportés par les hommes et qui se reproduisent avec succès dans des régions où ils n’existaient pas » (Mills et al. 1993), les espèces invasives constituent dans bien des régions du globe une menace majeure pour la biodiversité et la conservation des habitats naturels3. Pour tenter d’enrayer la tendance et de contrôler l’expansion de ces menaces biologiques, il faut parvenir à évaluer les paramètres et les conditions qui favorisent ces diffusions, afin de pouvoir prendre les mesures de gestion les plus appropriées. Dans cette optique, les systèmes d’information géographique sont reconnus comme des outils performants et sont de plus en plus utilisés comme support technique pour permettre de cartographier et d’évaluer la dynamique et l’évolution de ces espèces invasives (Joshi et al. 2005).

17L’utilisation des SIG peut intervenir à tous les niveaux du suivi d’une prolifération, que sont respectivement l’inventaire, le contrôle et la gestion (Rew et al. 2006), comme il peut servir à quantifier un état initial (ou de référence) d’une prolifération ou à prévenir une éventuelle invasion comme c’est le cas dans les ports américains du Golfe du Mexique, qui utilisent le SIG pour contrôler l’éventuelle introduction d’espèces exotiques par les rejets des eaux de ballast (Amoaka-Atta & Hicks, 2004).

18Les espèces végétales, plantes exotiques aquatiques ou littorales en particulier, font généralement l’objet de suivis s’appuyant sur une photo-interprétation diachronique afin de retracer l’historique de la colonisation. Dans le delta du Llobregat, le suivi du maintien de quatre communautés végétales locales (roseaux, joncs, buissons halophiles et dunes fixées) s’est effectué à partir de la comparaison de photographies de 1956 et 1999. Quatre classes de « naturalité » ont été définies (haute, moyenne, faible et nulle) pour faciliter la comparaison entre les deux états (Pino et al. 2006). Dans certains cas, le suivi s’appuie sur des données de télédétection. Ainsi, l’imagerie satellitaire a été employée dans l’estuaire du Yangtze pour le suivi d’une plante aquatique littorale originaire des Etats Unis, Spartina alterniflora. Une analyse multispectrale d’images satellitaires acquises entre 1997 et 2004, et intégrées à un SIG, a permis de différencier outre l’eau et la vase, des peuplements de Phragmites australis, de Scirpus mariqueter et et de Spartina alterniflora (Huang & Zhang, 2007), d’en analyser et d’en quantifier l’évolution.

19Pour le suivi des espèces invasives animales (mollusques et mammifères), les SIG sont davantage employés en tant que bases d’information géographique intégrant des paramètres biologiques et écologiques relatifs à l’espèce exotique étudiée. Ainsi, pour la crépidule, gastéropode marin tendant à coloniser les fonds marins des littoraux européens, un SIG a été conçu par l’IFREMER pour cartographier l’aire de distribution de cette espèce en Bretagne (Gourves, 2000). Après un inventaire des données disponibles, des données concernant la densité d’individus au mètre carré, les biomasses et la bathymétrie ont alors été intégrées au SIG. De manière identique, une estimation de la faune vertébrée introduite par l’homme dans l’archipel subantarctique du Cap Horn s’est basée sur la mise en place d’un SIG pour intégrer les informations collectées sur le terrain (à partir de transects ou de pièges) et pour représenter l’aire de distribution des espèces non locales sous forme de couches d’information ponctuelles (Anderson et al., 2006).

20Un troisième type d’approche repose sur le couplage des SIG à des modèles statistiques, afin d’interpréter l’étendue d’une colonisation ou de prédire les expansions futures d’espèces invasives. Des analyses de ce type ont été utilisées pour suivre la dynamique de la colonisation de la moule zébrée Dreissena dans la région des Grands lacs américains (Haltuch & Bergman, 2000). L’expansion des moules exotiques du lac Erié a été étudiée en incorporant la bathymétrie, la nature du substrat et les données issues de levés par sonar dans un SIG. Ces données ont été ensuite utilisées pour développer plusieurs modèles de régression afin d’interpréter l’expansion des colonies de Dreissena. L’exploitation des données dans un SIG a permis de calculer la superficie de chaque bassin du lac, ainsi que le type de substrat et la profondeur, mais aussi de générer des cartes numériques de recouvrement de la moule exotique.

21Une autre étude s’attachait à évaluer l’impact de certains paramètres sur la croissance de Dreissena polymorpha. Outre le type de substrat, des données concernant la température de l’eau, la concentration de particules en suspension et en chlorophylle a ont été intégrées à un SIG (Chakraborti et al., 2002). La conception du modèle reprenait la distribution de ces trois derniers paramètres considérés comme les plus importants dans la croissance des moules. Une pondération a été définie en s’appuyant sur un modèle statistique en fonction de l’importance relative de chaque paramètre sur le potentiel de croissance. Trois couches d’information thématiques ont ainsi été produites puis croisées en tenant compte de leur coefficient de pondération respectifs afin de produire une cartographie des zones potentiellement favorables à la croissance de la D. polymorpha. Des études de terrain ont ensuite confirmé la capacité du modèle à cerner les tendances spatiales des zones pertinentes de croissance. 

22En Méditerranée, des scientifiques ont intégré dans un modèle des paramètres physiques et biologiques qui ont été identifiés comme sensibles afin de prédire d’une manière acceptable la propagation de l’algue tropicale Caulerpa taxifolia. Outre le type de substrat et la bathymétrie, des données quantitatives comme la biomasse, la production, les surfaces contaminées et la biomasse résiduelle des espèces compétitives ont aussi été numérisées (Hill et al., 1998), en plus des résultats statistiques concernant le courant, les variations saisonnières de température et le mode de croissance et de dispersion. Le but est de prédire et de simuler l’implantation et l’expansion de l’algue tropicale invasive à partir des différents paramètres intégrées au SIG.

23En fonction des espèces considérées, l’intérêt du SIG peut donc résider dans l’emploi de données de référence photographiques ou de télédétection pour reconstituer et quantifier les stades de la colonisation spatiale d’un territoire par une espèce exotique. Les photographies aériennes permettent parfois de remonter très loin dans le temps : des photographies de 1928 ont par exemple été utilisées en Californie après orthorectification pour étudier le changement du couvert végétal d’une zone humide (Greer & Stow, 2003) ! Les SIG servent également de réceptacle pour des données de sources et de formats variés afin de constituer un corpus cohérent de connaissances relatives à une espèce ou à un territoire. Enfin, associés à des modèles statistiques, les fonctions d’analyse spatiale et quantitatives des SIG ont démontré leur pertinence pour modéliser des écosystèmes et prédire les changements à différentes échelles temporelles et spatiales.

24Le suivi par photo-interprétation ne paraît pas adapté pour C. gigas : la résolution spatiale des orthophotographies et des images satellitaires ne permet pas de distinguer systématiquement les peuplement de C. gigas. De plus, même avec des peuplements très denses, la seule présence d’une couverture algale, ou d’un substrat clair offrant peu de contraste avec les coquilles d’huître le colonisant, suffisent à rendre inefficace ce type d’approche. A l’échelle d’approche envisagée (façade Manche-Atlantique, et région Bretagne) une approche par échantillonnage ponctuel paraît le meilleur moyen pour permettre d’identifier rapidement les zones impactées.

25Dans PROGIG, l’utilisation d’un SIG se justifie donc, d’une part, par la mutualisation sous une forme cohérente et rapidement mobilisable des données pertinentes pour l’étude de l’évolution des populations de C. gigas et, d’autre part, par les possibilités d’analyse spatiale offertes notamment dans la perspective d’identifier les interactions possibles de l’huître avec les activités humaines du littoral, soit parce qu’elles sont à l’origine de la diffusion de cette espèce (ostréiculture) soit parce qu’elles sont susceptibles d’en subir les désagréments (baignade, ostréiculture…).

Méthodologie

26Le SIG exploité intègre trois types de données (figure 3) : de l’information géographique de référence, des données thématiques décrivant les activités du littoral susceptibles de subir l’impact ou de bénéficier d’une prolifération de C. gigas et un inventaire des peuplements d’huîtres en 2007 à l’échelle de la région Bretagne.

Figure 3 – Contenu du SIG PROGIG.

  • 4  Ces dates correspondent à des marées de coefficients supérieurs à 80 permettant d’observer à basse (...)

27Cet inventaire a été mené en deux étapes sur le terrain : du 14 au 19 mai 2007 de Cancale au Conquet, puis du 13 au 17 juin 2007 de Camaret à Bourgneuf4.

28L’échantillonnage repose sur la délimitation de secteurs littoraux topographiquement et morpho-sédimentairement homogènes, au sein desquels, des sites d’observation ont été localisés. Les critères adoptés sont l’accessibilité, la taille de l’estran, le type de substrat dominant (la roche principalement) et une distance régulière entre les points. Cette sélection a été réalisée à partir de l’orthophotographie littorale 2000 et du Scan25 IGN©.

29Sur le terrain, le travail réalisé en binômes était organisé comme suit :

  • prise de vue générale du site ;

  • localisation GPS ;

  • Parcours de l’estran selon un transect vertical (du trait de côte jusqu’au niveau de basse mer) pour déterminer la bande de peuplement par les huîtres, puis arpentage de la bande de peuplement maximal avec comptage de la densité d’huître à l’aide de quadrats d’un demi mètre carré jetés aléatoirement (trois réplicats). Des clichés de la bande de peuplement sont également pris et archivés pour témoigner du niveau de colonisation du site au moment de la mission.

  • Une fiche d’enquête par site est complétée afin d’enregistrer les observations.

30L’indice de densité employé est celui proposé par Lejart, 2005 (figure 4).

Indice de densité

Nombre d’individus par m2

Site exemple

Estimation visuelle de l’indice de densité sur une bande d’un mètre de large

0

0

  

  

1

< 0,01

Petit Minou

< 10 individus (ind.) sur 100 mètres de long

2

0,01 à 1

Kernisi

≈ 10 ind. sur 100 mètres de long

3

1 à 10

Le Dellec

≈ 10 ind. sur 10 mètres de long

4

10 à 100

Keraliou

> 10 ind. sur 1 mètre

5

100 à 1000

Squiffiec

> 10 ind. sur 0,1 mètre

Figure 4 – Indice de densité de peuplement de C. gigas (Lejart, 2005).

31Les données ainsi collectées sont ensuite saisies dans un tableur (Excel) qui est joint à la couche d’information géographique ponctuelle produite à partir des points GPS acquis sur chaque site.

Premiers résultats de l’exploitation du SIG de PROGIG

L’état de la prolifération en 2007

  • 5  À noter : sur les îles les observations ont été réalisées en 2008.

32L’inventaire réalisé sur le terrain permet de produire un état de la prolifération de Crassostrea gigas en 20075. En l’absence d’autres données historiques, il constitue en quelque sorte un état de référence dans la perspective d’un suivi de l’évolution de la population d’huître creuse à l’échelle de la Bretagne.

Figure 5 – Densité des populations de Crassostrea gigas en 2007.

33Cette couche de 168 points permet d’avoir un aperçu global de l’état de la colonisation en Bretagne et en Loire Atlantique. Sans surprise notable, plusieurs secteurs se détachent nettement : la baie de Saint Brieuc, la rade de Brest, le secteur de Lorient à Etel et la bande littorale allant de la baie de Quiberon à la baie de Bourgneuf sont les zones les plus touchées avec des densités fortes, supérieures à 10 individus par mètre carré.

34D’autres espaces apparaissent également relativement perturbés (indice de concentration de niveau 2 à 3, de 0,01 à 10 individu/m2) : la côte depuis la Rance jusqu’à Saint-Cast le Guildo et la côte de Granit Rose. Cela peut être interprété comme le signe avant coureur d’une future colonisation.

35Les secteurs où le degré de colonisation est de 1 (densité < 0,01/m2, mais pas nulle) peuvent témoigner d’une colonisation récente mais susceptible de s’accroître. C’est le cas notamment sur le littoral entre Cancale et Saint-Malo, de la baie de Lannion entre Guimaëc et Trébeurden, et en baie de Concarneau.

36Il reste enfin des zones où l’huître creuse sauvage ne semble pas s’être encore implantée : il s’agit essentiellement de la côte Nord et Ouest du Finistère, respectivement du Conquet à Plougasnou et de Camaret à Penmarch (un seul site colonisé sur Douarnenez). L’absence d’huîtres dans ces secteurs s’explique soit par des températures trop froides dans la zone d’influence du front froid thermique d’Ouessant (De Porspoder à Roscoff), soit par l’hydrodynamisme très élevé (Côte sauvage de Quiberon, de Belle île et de Groix), soit par des conditions de courantologie qui éloignent de ces secteurs les larves pélagiques (Baie d’Audierne, Baie de Douarnenez). Enfin la qualité de l’eau est probablement à l’origine de l’absence des huîtres dans les zones portuaires de la Rade de Brest mais aussi dans le secteur du Moulin Blanc. Le manque de supports primaires (i.e. coquilles, graviers etc.) pourrait expliquer l’absence des huîtres au fond de certains estuaires très envasés (Blavet, Saint Hélène dans la rivière d’Etel, Theix, Tour de Retz).

Lien avec les lieux de production

37La production ostréicole constitue à la fois une source probable de diffusion de C.gigas, et une zone d’impact puisque les huîtres sauvages sont susceptibles d’y concurrencer les huîtres d’élevage (REMORA, 2009). Par analyse spatiale, une bonne correspondance peut d’ailleurs être établie entre les lieux de production ostréicole et les fortes de densités de C. gigas. L’indice de densité observé ponctuellement est tout d’abord extrapolé à l’ensemble de la zone d’étude en se basant sur les entités morphosédimentaire et hydrodynamiques du littoral. A partir du cadastre conchylicole, et à l’aide de la fonction proximity d’ArcInfo, il est ensuite possible de calculer la distance entre les lieux de production et les secteurs de forte densité d’huîtres. Le seuil de plus de 10 individus par m2 a été retenu, c’est-à-dire les deux classes de densité les plus élevées. Comme le montre la figure 6, les distances apparaissent généralement faibles entre les lieux de production et les secteurs fortement colonisés. Quelques exceptions notables sont également mises en évidence (fig. 6) :

38■ La côte sud du Finistère (Clohars-Carnoët, Nevez, Fouesnant), qui compte pourtant d’importants lieux de production paraît relativement moins affectée (indice 1 à 3) que les autres grands secteurs de production. Il faut toutefois excepter la rivière de Pont-l’Abbé et celle de Merrien, toutes deux productrices, où l’indice de niveau 4 est atteint.

39■ À l’exception de la rade de Brest, la partie occidentale de la péninsule bretonne reste relativement épargnée par le phénomène. Si le sud (Baie d’Audierne, Baie de Douarnenez) ne constitue pas une zone de production ostréicole, la région des Abers, la baie de Morlaix et dans une moindre mesure le secteur de l’île Grande abritent une activité ostréicole importante qui ne se traduit pourtant pas par une prolifération de l’huître creuse. Les conditions hydrodynamiques, en particulier la température de l’eau, pourraient constituer un facteur explicatif de cette exception.

40■ Les secteurs du Cap Fréhel et de Saint-Cast-le-Guildo paraissent moins affectés, mais il est vrai que l’activité conchylicole y est majoritairement orientée vers la mytiliculture. Enfin, les densités de peuplements restent assez faibles dans le secteur de Cancale (indice 1 à 2), mais l’on atteint ici la limite de la zone d’échantillonnage. Des observations complémentaires sont certainement nécessaires dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Figure 6 – Distance entre les lieux de production et les zones de fortes de densités de peuplement de Crassostrea gigas. Les zones de production du Finistère nord, actuellement non colonisées par l’huître sauvage, sont très éloignées des points où de fortes densités ont été observées.

Analyse spatiale des interactions de C. gigas avec les activités socio-économiques

Pêche à pied et conchyliculture

41La carte suivante (figure 7) montre les principaux sites de pêche à pied sur substrat rocheux et leur relation spatiale avec les zones de forte densité. Si, l’huître n’est pas la seule espèce recherchée en substrat rocheux, elle en constitue une part importante, notamment en rade de Brest et dans le sud de la région d’étude. La pêche à pied apparaît donc bien comme l’une des activités susceptibles de tirer profit d’une prolifération de C. gigas, pouvant être considéré comme un accroissement de la ressource.

Figure 7 – Pêche à pied et ostréiculture.

Le tourisme

42Le risque majeur actuellement identifié sur les loisirs balnéaires est celui des coupures lors de la baignade. Si l’on sélectionne, parmi les 572 suivis par la DRASS en Bretagne, les sites de baignade situés à moins de 500 mètres d’une forte concentration d’huîtres sauvages (indice de 4 à 5), on s’aperçoit que plus de 38 % (soit 219 plages) sont concernés.

43Ce premier aperçu est à pondérer par la fréquentation effective de ces plages. En l’absence de données fines sur la question, on peut s’appuyer sur la capacité d’accueil touristique par commune (figure 8), et sur le taux de fonction touristique. Ce dernier permet de mesurer la pression touristique exercée sur une commune, car il calcule le rapport entre la capacité touristique et la population permanente. Il permet ainsi de rapporter la fréquentation estivale à la dimension de la commune. Les communes à vocation très touristique peuvent ainsi voir leur population multipliée par deux ou plus ; certaines (Damgan, Arzon ou l’Ile Tudy) par plus de 10 !

44Ces deux indicateurs permettent d’identifier les principaux secteurs touristiques à l’échelle régionale. On retrouve : la Côte d’Emeraude (Fréhel, Saint-Briac), le littoral du Mor Braz (Quiberon, Belle-Île, Arzon) ou la côte d’Amour (La Baule, La Turbale). Leur confrontation avec l’état de référence des populations de C. gigas montre l’importance des enjeux et des risques potentiels en Bretagne sud. Sur la côte nord, moins affectée par la prolifération, mais également moins touristique, les enjeux apparaissent moindres et localisés dans certaines communes - Dinard, Plouha, Erquy, Pléneuf-Val André – et, dans une moindre mesure, les côtes du Goëlo et de la rade de Brest.

Figure 8 – Capacité et taux de fonction touristique.

45En définitive, 157 plages (27,4 %) fortement colonisées par Crassostrea gigas sont situées dans les communes les plus touristiques du littoral breton (capacité d’hébergement supérieure ou égale à 2000 lits et taux de fonction touristique supérieur ou égal à 2). Elles sont essentiellement localisées au sud de Quiberon. 29 seulement sont situées au nord, la majorité dans les secteurs de Loctudy et l’île Tudy en sud Finistère et de Saint-Quay-Portrieux à Erquy dans les Côtes d’Armor.

La Plaisance

46La plaisance est une activité en plein essor, particulièrement en Bretagne qui offre des conditions nautiques variées. Les coquilles extrêmement coupantes des huîtres peuvent constituer un facteur de risque pour les coques, en particulier celles des pneumatiques, et pour les équipages au moment de l’embarquement ou du débarquement. Certains secteurs où la plaisance est particulièrement développée sont aussi fortement colonisés par C. gigas :baie de Saint-Brieuc (ports de Binic et de Saint-Quay-Portrieux), golfe du Morbihan (port d’Arradon), côte de Jade (Pornichet, Pornic). Les ports en estuaire dont l’accès s’effectue souvent par des chenaux de navigation étroits et de faible profondeur, paraissent particulièrement vulnérables : Dinard, Loctudy, Lorient ou La Trinité/Mer.

Figure 9 – C. gigas et le nautisme.

47Pour les centres nautiques, dont une grande partie des activités s’effectue à bord d’embarcations légères et avec des enfants, la prolifération des populations d’huîtres est également susceptible de constituer une contrainte importante. La baie de Saint-Brieuc, la rade de Brest, l’estuaire du Blavet, la baie de Quiberon et le Golfe du Morbihan ainsi que la côte de Jade sont les plus concernées.

La protection de l’environnement

48Dans les sites protégés pour leur diversité et pour leur richesse faunistique et floristique, ici matérialisés par les sites du réseau Natura 2000 et les réserves naturelles, le risque d’une perturbation écologique liée à la prolifération de C. gigas n’est pas à exclure. Les sites Natura 2000 en violet sont les sites marins qui incluent ou qui sont situés à moins de 500 mètres d’une forte densité d’huîtres sauvages (indice 4 ou 5). Les secteurs à risque ainsi identifiés sont ceux de la baie de Saint-Brieuc, de la Baie de Paimpol et l’estuaire du Jaudy, la rade de Brest, la côte de Lorient à Etel, le Golfe du Morbihan et la Presqu’île de Rhuys, ainsi que la baie de Bourgneuf. Rappelons que le réseau Natura 2000 a vocation à se développer considérablement sur la partie marine, notamment dans des secteurs actuellement fortement colonisés par C. gigas.

Figure 10 – Zones de fortes densités en sites Natura 2000 et en Réserves naturelles.

Conclusion

49Après inventaire sur le terrain, un aperçu général des densités de peuplement de l’estran par C. gigas est disponible à l’échelle de la Bretagne en 2007. L’effort d’échantillonnage consenti fournit en quelque sorte un état de référence des peuplements et permet d’envisager un suivi régulier, par périodes de 4 à 5 années, de leur évolution.

50Cet inventaire confirme que les secteurs les plus colonisés sont la baie de Saint Brieuc, la rade de Brest, le secteur de Lorient à Etel et la bande littorale allant de la baie de Quiberon à la baie de Bourgneuf. Les densités y sont supérieures à 10 individus par mètre carré. Des signes d’une colonisation en cours peuvent être observés dans des secteurs de colonisation moyenne (indice de concentration de niveau 2 à 3, de 0,01 à 10 individu/m2), entre l’estuaire de la Rance et Saint-Cast le Guildo. En revanche, les côtes nord et ouest du Finistère (rade de Brest mise à part) ne sont pas colonisées, de même que les littoraux les plus exposés (cap Fréhel, côte Sauvage de Quiberon, etc…). Les travaux d’écologie en cours mettent en évidence que cette répartition, outre la localisation des sites d’élevage, témoigne principalement de l’influence des facteurs hydrodynamiques pour le transport des larves, et de la température de l’eau sur les potentialités de ponte et de survie larvaire.

51L’analyse spatiale réalisée à partir de cet inventaire montre une bonne corrélation entre les lieux de productions et les secteurs les plus densément peuplés du littoral. Les exceptions les plus notables étant celles de la région des Abers et de la Baie de Morlaix d’une part et, d’autre part de la côte sud du Finistère, mais dans une moindre mesure.

52Si, pour le professionnels de la conchyliculture, l’huître sauvage est perçue comme un concurrent, voire comme un obstacle au bon déroulement de l’activité, le pêcheur à pied peut voir dans cette prolifération une nouvelle ressource intéressante à exploiter. Globalement cependant, les activités les plus exposées aux risques (ou aux désagréments) liés à la prolifération de C. gigas sont naturellement les plus touristiques : près de 40 % des plages suivies par la DRASS sont affectées d’une densité supérieure à 10 huîtres/m2. Une bonne partie d’entre elles (27,4 %) se situe dans des secteurs à forte vocation touristique (capacité d’accueil, taux de fonction touristique, présence d’équipements importants comme des ports de plaisance) comme le Mor Braz (Quiberon, Belle-Île, Arzon) ou la côte d’Amour (La Baule, La Turbale) au sud, ainsi que certaines communes des côtes de la Manche (Dinard, Plouha, secteur de Saint-Quay-Portrieux à Erquy notamment).

53Enfin, la prolifération de l’huître creuse du Pacifique induit des changements importants dans le fonctionnement des écosystèmes intertidaux et sans doute plus largement des écosystèmes côtiers dans le cas des baies semi fermées (Rade de Brest, Golfe du Morbihan…). La prise en compte de ce phénomène dans le contexte de développement des aires marines protégées et de la conservation de la biodiversité (parc marins, sites Natura 2000 et leur extension en mer) s’avère nécessaire et urgente.

54À ce stade de l’étude, les actions de recherche en cours concernent en particulier l’influence des facteurs hydrodynamiques et physico-chimiques susceptibles d’expliquer la répartition inégale des peuplements, et en particulier l’absence de colonisation des littoraux du nord Finistère pourtant lieux de production ostréicole. De même, les potentialités écologiques de l’espèce sont étudiées en particulier sur les gradients de salinité, de température, de types de substrat, d’hydrodynamisme. Cette connaissance de l’aire écologique potentielle permettra de plus de pouvoir prédire la localisation de nouveaux sites propices à une implantation de l’espèce au cours de sa dynamique d’invasion du littoral.

55Les perturbations potentielles induites par une prolifération de C. gigas sur les activités listées à ce stade de l’étude, en particulier les différentes branches de l’aquaculture, sont à confirmer. Elles méritent un suivi approfondi afin d’évaluer si les risques potentiels mis en évidence dans notre étude sont simplement une gène modérée pour la profession conchylicole ou si le phénomène peut mettre en péril l’existence même de l’élevage dans certains secteurs.

56Des enquêtes complémentaires menées auprès de la population fréquentant les sites impactés (baigneurs, pêcheurs à pied, promeneurs) et de leurs gestionnaires, en particulier dans les espaces naturels protégés, montrent que le phénomène est jugé très préoccupant par l’ensemble des usagers. Des moyens d’action et de gestion sont testés afin de donner aux gestionnaires des outils méthodologiques pour réagir localement lorsque la gène est trop importante (accès aux cales et zones de mouillages, zones de baignade et plages de sables...)

57En 2008, la période de juin à septembre a montré un épisode de mortalité très importante du cheptel des fermes conchylicoles, allant jusqu’à 80 % dans certains parcs. Cette mortalité s’est manifestée tout d’abord sur les juvéniles puis, peu à peu (mais plus localement), chez les adultes. Cette mortalité s’est également manifestée dans les populations sauvages mais à des taux largement plus faibles et de manière très ponctuelle et localisée à proximité des parcs. L’origine de cet épisode de mortalité reste encore mal expliquée. Les conditions environnementales de l’hiver et du printemps doux et pluvieux auraient facilité une maturation précoce et donc un état physiologique de fatigue. Cet état physiologique aurait diminué la résistance des individus aux pathogènes bactériens et viraux très abondants à cette période. La raison pour laquelle les populations sauvages ont mieux résisté que dans les élevages est à chercher probablement au niveau des conditions de stress très différentes. Ces populations d’huîtres sauvages deviennent alors un enjeu nouveau car elles constituent des stocks potentiels de repeuplement pour remplacer les élevages décimés.

58L’invasion du littoral continue et ne semble donc pas prête à se ralentir. De nouveaux sites colonisés sont signalés régulièrement et les densités augmentent également dans les sites déjà touchés. Il est donc essentiel que l’approche régionale développée dans cette étude sous forme de base de données, SIG et géodatabase, perdure dans le cadre d’un véritable observatoire de l’invasion du littoral par cette espèce. C’est dans cette perspective que se développent nos travaux.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AGRESTE, 2005, “Recensement de la conchyliculture 2001”, cahiers de la conchyliculture, n° 1.

Amoaka-Atta S., Hicks D., 2004, “GIS decision support system for prevention of ballast water-borne species introductions” 24th Annual ESRI International User Conference, August 9–13, 2004, http://proceedings.esri.com/library/userconf/proc04/docs/pap1534.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anderson C., Rozzi R., Torres-Mura J., Mcgehee S., Sherriffs M., Schüttler E., Rosemond A., 2006, “Exotic vertebrate fauna in the remote and pristine sub-Antarctic Cape Horn Archipelago, Chile”, Biodiversity and Conservation, vol. 15, n° 10, 3295-3316.
DOI : 10.1007/s10531-005-0605-y

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chakraborti R., Kaur J., De Pinto J., 2002, Analysis of factors affecting Zebra mussel (Dreissena polymorpha) Growth in Saginaw Bay: A GIS-based modelling approach”, J.Great Lakes Res., vol. 28, n° 3, 396-410.
DOI : 10.1016/S0380-1330(02)70593-5

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cognie B, Haure J, Barillé L., 2006, “Spatial distribution in a temperate coastal ecosystem of the wild stock of the farmed oyster Crassostrea gigas (Thunberg)”, Aquaculture n° 259, 249-259.
DOI : 10.1016/j.aquaculture.2006.05.037

Drinkwaard A.C., 1998, “Introduction and development of oysters in the North sea area: a review”, Helgol. Meersunt., vol. 52, 301-308.

FAO, 2008, Aquaculture production : Quantities 1950-2006. (http ://www.fao.org/fishery/statistics/software/fishstat#2)

Gay M., 2004, Infection expérimentale chez Crassostrea gigas : étude de deux souches pathogènes apparentées à Vibrio splendidus. Thèse de doctorat de Biologie, Université de La Rochelle. http ://www.ifremer.fr/docelec/doc/2004/these-328.pdf

Gourves A, 2000, Intégration dans un SIG des données concernant la prolifération des crépidules sur le littoral breton, Rapport de stage IFREMER, 26 p.

Greer K., Stow D., 2003, “Vegetation Type Conversion in Los Penasquitos Lagoon, California: An examination of the Role of Watershed Urbanization”, Environmental Management, vol. 31, n° 4, 489-503.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grizel H., Heral M., 1991, “Introduction into France of the Japanese oyster (Crassostrea gigas)”, ICES Journal of Marine Science, n° 47, 399-403.
DOI : 10.1093/icesjms/47.3.399

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grosholz E., 2002, “Ecological and evolutionary consequences of coastal invasions”, Trends in Ecology & Evolution vol. 17, 22-27.
DOI : 10.1016/S0169-5347(01)02358-8

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Haltuch M., Berkman P.A., 2000, “Geographic Information System analysis of ecosystem invasion: Exotic mussels in Lake Erie”, Limnology and Oceanography, vol. 45, n° 8, 1778-1787.
DOI : 10.4319/lo.2000.45.8.1778

Héral M., 1986, “L’ostréiculture française traditionnelle”, In G Barnabé (ed.), Aquaculture, Lavoisier, Paris vol. 1, 345–390.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hill D, Coquillard P., De Vaugelas J., Meinesz A., 1998, “An algorithmic model for invasive species: Application to Caulerpa taxifolia (Vahl) C.agardh development in the North-Western Mediterranean Sea”, Ecological Modelling,n° 109, 251-265.
DOI : 10.1016/S0304-3800(98)00058-1

Hily C., 2005, Prolifération de l’huître creuse Crassostrea gigas sur les côtes Manche Atlantique françaises : bilan, dynamique, conséquences écologiques, économiques et ethnologiques, expériences et scenarii de gestion, Proposition de recherche, LEMAR, IUEM-UBO, Brest, 32 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Huang H., Zhang L., 2007, “A study of the population dynamics of Spartina alterniflora at Jiuduansha Shoals, Shanghai, China”, Ecological Engineering, n° 29, 164-172.
DOI : 10.1016/j.ecoleng.2006.06.005

Joshi C.M., de Leeuw J., van Duren, I.C. 2004, “Remote sensing and GIS applications for mapping and spatial modelling of invasive species”. proceedings of the XXth ISPRS congress: Geo-imagery bridging continents, 12-23 July 2004, Istanbul, Turkey. Comm. VII. pp. 669-677

(http ://www.itc.nl/library/Papers_2004/peer_conf/joshi.pdf)

Léjart M., 2005, Prolifération de Crassostrea gigas (Thunberg) en rade de Brest : Premières estimations du stock et de son impact sur le fonctionnement de l’écosystème, Mémoire de Master en Sciences Biologiques Marines, LEMAR, IUEM-UBO, Brest, 31 p.

Lejart M., 2009, Etude du processus invasif de Crassostrea gigas en Bretagne : Etat des lieux, dynamique et conséquences écologiques. Thèse de Doctorat, Ecole Doctorale des Sciences de la Mer, Spécialité : Océanologie Biologique, Institut Universitaire Européen de la Mer, UBO.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mack R.N., Simberloff D., Lonsdale W.M., Evans H., Clout M., Bazzaz F.A., 2000, “Biotic invasions: Causes, epidemiology, global consequences, and control”, Ecological Applications, vol. 10, 689-710.
DOI : 10.1890/1051-0761(2000)010[0689:BICEGC]2.0.CO;2

Meistertzheim L., 2008, Capacité d’adaptation d’une espèce colonisatrice, l’huître creuse japonaise, Crassostrea gigas en région Bretagne. Thèse de Doctorat, Ecole Doctorale des Sciences de la Mer, Spécialité : Océanologie Biologique, Institut Universitaire Européen de la Mer, UBO.

(http ://www-iuem.univ-brest.fr/UMR6539/vie-scientif/les-theses-precedentes/theses-soutenues-en-2008-1).

Mills E.L., Leach J.H., Carlton J.T., Selcor L., 1993, “Exotic species in the Great Lakes: A history of biotic crisis and anthropogenic introductions”, J.Great Lakes Res, n° 19, 1-54.

Miossec, L., Goulletquer, P., 2007, “The Pacific Cupped Oyster Crassostrea gigas, a species introduced into Europe for aquaculture in the 70’s to become invasive in the late 90’s”, In: 5th Internationale Conference on Marine Bioinvasions, MIT, Cambridge, (MA) USA.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Perrings C., Dehnen-Schmutz K., Touza J., Williamson M., 2005, “How to manage biological invasion under globalization”, Trends in Ecology and Evolution, vol. 20, n° 5, 212-215.
DOI : 10.1016/j.tree.2005.02.011

Pino J., Segui J.M., Alvarez N., 2006, “Invasibility of four plants communities in the Llobregat Delta in relation to their historical stability”, Hydrobilogia, n° 570, 257-263.

REMORA, Réseau Mollusques des Rendements Aquacoles. www.ifremer.fr/remora/

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rew L.J., Maxwell B.D., Dougher F.L., Aspinall R., 2006, “Searching for a needle in a haystack: evaluating survey methods for non-indigenous plant species”, Biological Invasions, vol. 8,n° 523-539.
DOI : 10.1007/s10530-005-6420-2

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ruiz G.M., Fofonoff P., Hines A.H., Grosholz E.D., 1999, “Non-indigenous species as stressors in estuarine and marine communities: Assessing invasion impacts and interactions”, Limnology and Oceanography vol. 44, 950-972.
DOI : 10.4319/lo.1999.44.3_part_2.0950

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thieltges D.W., Strasser M., Reise K., 2006, “How bad are invaders in coastal waters? The case of the American slipper limpet Crepidula fornicata in western Europe”, Biological Invasions vol. 8, 1673-1680.
DOI : 10.1007/s10530-005-5279-6

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wasson K., Fenn K., Pearse J.S., 2005, “Habitat differences in marine invasions of central california”, Biological Invasions, vol. 7, 935-948.
DOI : 10.1007/s10530-004-2995-2

Haut de page

Notes

1  Pour plus de détail cf. http://www.ostrea.org/histoire.html

2 Cf. http://www.progig.fr

3  Cf. site de l’ISSG : base de données internationale sur les espèces invasives au niveau mondial (http://www.issg.org/database)

4  Ces dates correspondent à des marées de coefficients supérieurs à 80 permettant d’observer à basse mer la zone de peuplement des huîtres.

5  À noter : sur les îles les observations ont été réalisées en 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iwan Le Berre, Christian Hily, Morgane Lejart et Raphaël Gouill, « Analyse spatiale de la prolifération de C. gigas en Bretagne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 478, mis en ligne le 08 décembre 2009, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/22818 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22818

Haut de page

Auteurs

Iwan Le Berre

Laboratoire GEOMER, UMR6554 LETG CNRS, IUEM, Université de Bretagne occidentale, Technopole Brest-Iroise, 29280 Plouzané

Articles du même auteur

Christian Hily

LEMAR, UMR6539 CNRS, IUEM, Université de Bretagne occidentale

Morgane Lejart

LEMAR, UMR6539 CNRS, IUEM, Université de Bretagne occidentale

Raphaël Gouill

Laboratoire GEOMER, UMR6554 LETG CNRS, IUEM, Université de Bretagne Occidentale, Technopole Brest-Iroise, 29280 Plouzané

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page