Navigation – Plan du site
2009

David Harvey, 2008, Géographie de la domination, Paris, Les Prairies Ordinaires, 118 p.

Camille Boichot

Texte intégral

Espaces et contre-espaces du capitalisme

  • 1 Une première traduction de l'oeuvre de David Harvey a été publiée dès 2001 dans l'ouvrage Géographi (...)

1Géographie de la domination rassemble plusieurs extraits, traduits en français1, de Spaces of Capital: Towards a Critical Geography, paru en 2001. Ce petit ouvrage permettra aux géographes francophones de se familiariser à l’œuvre complexe du géographe anglais David Harvey, l’une des figures de proue de la géographie radicale.

2L'auteur de Social Justice and the City (1973) ou The Condition of Postmodernity (1989) se propose d'offrir à la pensée marxiste, à travers une analyse des espaces du capitalisme, la dimension spatiale qui lui manque. La formule du traducteur du présent ouvrage, N. Viellescazes – dont l'introduction se révèle d'une aide précieuse à la compréhension et à la mise en perspective des textes – résume ainsi l'un des objectifs majeurs des travaux du géographe : « Spatialiser le marxisme, marxiser la géographie » (p. 5). C´est cette même ambition que l'on retrouve dans les deux essais qui composent Géographie de la domination, « L'art de la rente : mondialisation et marchandisation de la culture » et « Géopolitique du capitalisme ». Dans une démonstration alternant explications théoriques et exemples concrets, David Harvey insiste ici tout particulièrement sur le fait que le capitalisme, s'il n'est pas le seul système de production et d'échange, constitue à l'échelle mondiale un puissant facteur de différenciation économique et spatiale.

3Bénéficier à tout prix de la « rente de monopole » que constitue un espace en tant que seul pourvoyeur de certains avantages de localisation apparaît dans le premier essai de l'ouvrage comme l'une des stratégies de différenciation et de domination du marché par les acteurs. Cette stratégie de contrôle spatial exclusif pose l'un des fondements d'une géographie du capitalisme ou, devrait-on dire pour souligner l'engagement politique de l'auteur, de l'impérialisme (Ruby, 2004, p. 128). Appliquée à l'espace, la théorie de la rente de monopole, issue de l'économie politique, permet à David Harvey de mettre en évidence le rôle du local dans une logique concurrentielle globale. Cette articulation d´échelles conduit parfois à d'étranges hybridations. L'exemple du très polémique Mondovino de l'œnologue Robert Parker montre ainsi comment l'association de terroirs et châteaux, gages locaux de qualité revendiqués de façon identique autour du globe, et d’un langage aspatial, fleurs-et-fruité, utilisé pour décrire les qualités de vins, forme une stratégie mondialement éprouvée de diffusion de produits « glocalisés ». Reste à s'interroger sur l'identité des producteurs des lois esthétiques dominantes et celle des bénéficiaires de la mise en œuvre de telles logiques... Loin de se contenter du constat d´inégalités spatiales engendrées par de telles stratégies, David Harvey invite à progresser dans la recherche d'espaces alternatifs, tel Porto Allegre, usant des mêmes stratégies de recherche de rentes de monopole au profit d'une mondialisation où « ce seraient les forces progressistes de la culture qui s'approprieraient celles du capital et non l'inverse » (p.55).

4Ce premier essai introduit le lecteur à la théorisation plus approfondie d'une géographie historique et marxiste des espaces du capitalisme. Système cyclique, rythmé par la recherche de l'accumulation, la circulation du capital, le progrès technique et les crises résultant de l'incapacité à absorber les surplus de capital et/ou de forces de travail, le capitalisme ne saurait connaître diffusion et solutions à ses crises sans une composante indispensable : l'espace. David Harvey démontre ainsi dans un second essai comment les déplacements spatiaux et temporels – investissements à longs termes, colonies ou délocalisations - donnent au capitalisme la possibilité de surmonter les crises qu'il engendre : « Jusqu'à quand? », s'interroge-t-il. En tout cas, ces déplacements indispensables à la pérennité d'un système présenté comme fondamentalement instable relèvent pour le géographe de la recherche de « spatial fix ». Intraduisible, comme le souligne N. Viellescazes (p.18), ce terme évoque à la fois un nouvel ancrage géographique dans la quête de ressources ou de débouchés, mais aussi le caractère temporaire d'une telle solution, à l'image du bien-être momentané du « fix » de drogue. David Harvey fait de cette notion la pierre d'angle d'une géopolitique du capitalisme où aucune des grandes puissances économiques n'a su, et ce tout particulièrement depuis les années 1980, trouver de solution aux crises économiques qui les secouent.

5L´ouvrage s´achève sur le constat de la nécessaire disparition, soit par autodestruction soit, comme le souhaite l'auteur, par remplacement, d'un système miné par les contradictions internes qu'il génère. Démonstration incisive et concise du rôle prééminent de l'espace dans la logique capitaliste d'accumulation et d'expansion, ces deux essais répondent par la négative à la question d´une possible maîtrise des forces menant inexorablement le système à la crise et font de la géographie une composante indispensable d'un marxisme réactualisé... ou d'une posture postmoderne réaffirmée.

6Loin des prospectives timides, Géographie de la domination se veut un avertissement, appuyé sur des références marxistes affirmées et expliquées, face aux contradictions internes d'un système suffisamment puissant pour orienter les dynamiques spatiales à toutes les échelles. Que l'on partage ou non les vues de leur auteur, ces deux essais invitent le lecteur à s'interroger sur la nature des crises sociétales passées et actuelles et offrent une plongée intense dans une écriture géographique (très) engagée. On peut bien sûr accuser ces textes de catastrophisme et contester le choix d’un seul angle de vision marxiste. La lecture (avertie) n’en sera pas moins stimulante, voire dérangeante.

Haut de page

Bibliographie

Harvey D., 1973, Social Justice and the City, Baltimore, John Hopkins University Press, 336 p.

Harvey D., 1989, The condition of Postmodernity, Oxford, Blackwell, 378 p.

Harvey D., 2001, Spaces of Capital: Towards a Critical Geography, Oxford, Blackwell, 429 p.

Racine J. B., 2004, « Radical Geography » in : Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin, 761-762.

Ruby C., 2004, « Capitalisme » in : Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin, 126-128.

Haut de page

Notes

1 Une première traduction de l'oeuvre de David Harvey a été publiée dès 2001 dans l'ouvrage Géographies anglo-saxonnes, textes rassemblés et présentés par J.-F. Staszak, B. Collignon, C. Chivallon, B. Debarbieux, I. Géneau de Lamarlière et C. Hancock, Paris, Belin, Mappemonde, 315 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Boichot, « David Harvey, 2008, Géographie de la domination, Paris, Les Prairies Ordinaires, 118 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22846

Haut de page

Auteur

Camille Boichot

Doctorante en GéographieUniversité Paris 1, CNRS-UMR 8504 Géographie-Cités, Paris, Centre Marc Bloch, Berlin camille.boichot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page