Navigation – Plan du site
2009

Humphreys Laud, 2007, Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’amérique des années 1960, Paris, La découverte.

Marianne Blidon

Texte intégral

Les premières tasses

Archéologie des rencontres sexuelles anonymes

1« Ils ne sont pas là pour la raison qui vient immédiatement à l'esprit. Ils sont venus rechercher du "sexe instantané". Beaucoup d'hommes, mariés ou célibataires, qui se définissent les uns comme hétérosexuels, les autres comme homosexuels, sont à la recherche de ce type de sexe impersonnel, de ce plaisir sans engagement, de ces frissons sans implication » (p. 11-12). Ils étaient là dans les années 1960 dans une ville du Middle West des États-Unis et ils sont toujours dans les toilettes publiques des parcs, mais aussi des gares ou des aires d’autoroutes, transformant le temps d’une fellation un espace trivial en lieu de plaisir éphémère. Le choix du lieu n’est pas seulement érotique, il est avant tout fonctionnel. « Plusieurs raisons poussent ceux qui désirent une relation homosexuelle sans engagement à choisir les toilettes publiques. Elles sont accessibles, facilement reconnaissables par les initiés et discrètes » (p. 12). Le lieu draine aussi « une quantité et une variété suffisantes de participants, tout en préservant un minimum de discrétion » (p. 22). Enfin, il offre une justification toute trouvée en cas d’intrusion inopportune sur les lieux d’un usager ou d’un agent de police.

2Dans Le commerce des pissotières, traduction française de l’ouvrage américain de Laud Humphreys, Tearoom Trade,publié en 1970, c’est non seulement le fonctionnement de ce monde avec ses usages et ses codes qui est mis en lumière à partir d’une enquête de terrain, mais aussi en creux les normes sociales. Cependant l’intérêt de l’ouvrage ne réside pas seulement dans le dévoilement d’un univers que certains pourraient entrevoir comme sulfureux ou exotique, mais dans les questions épistémologiques, méthodologiques et éthiques qu’il pose.

Trouble dans les normes

3 De Jean Lorrain à Marcel Proust, en passant par Jean Genet ou plus récemment Warwick Collins, la littérature a déjà mis en scène le commerce sexuel qu’abritaient les toilettes publiques ; pour autant celui-ci restait méconnu et était perçu comme un phénomène marginal. Marginalité que Laud Humphreys interroge dans la lignée des travaux interactionnistes d’Howard Becker (1963) ou d’Erving Goffman (1963). Pour lui, il ne s’agit pas tant de considérer les actes encourant des sanctions judiciaires ou s’écartant des conventions sociales communément admises comme des dysfonctionnements ou des signes d’anomie, que de les considérer comme une forme d’expérience sociale spécifique. À ce titre, les relations sexuelles anonymes sont abordées comme « une forme largement répandue, mais rarement étudiée, d’interactions entre les hommes » (p. 12).

4Et ces hommes justement sont loin de cadrer avec les figures littéraires de la folle de « pissetière » ou de la « Grande Thérèse » dessinés par Proust ou Genet, ils offrent un profil diversifié tant sur le plan démographique que sociologique, montrant par là même que cette pratique se joue des catégories et des appartenances, à l’exception de celle de « Monsieur Tout-le-Monde ». « Pour son voisin, l’amateur de tasse, c’est Monsieur Tout-le-Monde – probablement un excellent voisin, qui gagne un peu plus d’argent que celui d’en face et travaille un peu plus pour le mériter. Sa voiture sera sans doute plus belle et son jardin mieux entretenu que ceux des autres habitants du pâté de maisons. Peut-être, comme certains habitués des tasses, consacre-t-il ses soirées aux scouts et passe-t-il une grande partie de ses week-ends à l’église. Les personnes étrangères à ces activités seront sans doute encore plus surprises de découvrir que la majorité de ces hommes sont mariés » (p. 117). Au total, Laud Humphreys distingue quatre types d’usagers : « le mâle » - homme marié ou l’ayant été -, « les bisexuels », « les gays » et « les ‘folles de pissotière’ » qui ont en commun « une cuirasse de vertu ». « ‘Impeccable’ était le mot qui revenait dans mes notes : costumes bien coupés, cravates classiques, des vêtements de travail propres semblant être presque obligatoires pour fréquenter les tasses » (p. 157). Au bouleversement des normes s’ajoute donc un questionnement sur le sens des catégorisations, qu’elles soient le fait des acteurs eux-mêmes ou des chercheurs.

Trouble dans les catégories

5Alfred Kinsey (1948), en décrivant la sexualité comme un continuum allant de la catégorie des hétérosexuels exclusifs à celle des homosexuels exclusifs, avait déjà mis en évidence la difficulté à isoler une figure séparée de l’homosexuel. Laud Humphreys va au-delà de cette approche statistique en pensant cette question non pas en termes d’identités mais en termes de rôles, permettant ainsi d’esquisser des mondes qui se juxtaposent sans pour autant se confondre. Ainsi, « de la “ société gaie” qui peuple les bars, on ne retrouve qu’un faible pourcentage dans les toilettes des jardins publics. Mais cette clientèle des bars gais qui évolue plus à découvert ne constitue qu’une minorité de ceux qui, dans les grandes villes américaines, suivent un comportement à prédominance homosexuelle » (p. 21). Exposés aux mêmes contraintes normatives, ces mondes se distinguent par leurs logiques, leur géographie et leur visibilité, ce qui nous invite à questionner l’unicité et la pertinence des catégories utilisées encore aujourd’hui pour penser les identités sexuelles en général et la géographie des espaces gays en particulier.

6Outre les catégories de la sexualité, Laud Humphreys interroge l’opposition entre espace public et espace privé, en étudiant des « lieux publics pour rencontres “privées” » qui relèvent d’une écologie urbaine. Les tasses « favorisent la nature impersonnelle de l’interaction à couvert » (p. 13). À cette remise en cause de l’opposition public/privé s’ajoute un questionnement sur le sens de ce qu’est l’intimité. Les travaux de Philippe Ariès (1973) ont montré comment la séparation des pièces de la maison était constitutive du développement de l’intimité et d’espaces séparés dévolus à la sexualité. Le commerce des pissotières, en mettant en lumière les interactions sexuelles entre hommes dans des espaces publics détournés de leur fonction première, réinterroge la définition même de la sexualité comme intimité et met en évidence la fragilité de l’opposition entre espace public et espace privé.

Petits arrangements avec l’éthique

  • 1  Sur cette question voir notamment Céfaï Daniel, L’enquête de terrain, Paris, La découverte, 2003, (...)

7Enfin, l’ouvrage de Laud Humphreys soulève des questions méthodologiques et éthiques centrales dans la pratique des enquêtes de terrain. L’enjeu de sa recherche est d’observer ce qui justement doit être caché. D’où des questions décisives qui en découlent. Comment observer ces comportements ? Quel degré d’engagement cela nécessite-t-il afin de mener à bien un travail de terrain ? Faut-il nécessairement être impliqué et jusqu’à quel point ? Quelles relations établir avec les enquêtés et sur quelles bases ? L’observation clandestine est-elle légitime ? Peut-on mentir aux enquêtés ? La fin justifie-t-elle les moyens ?1

  • 2  Il officie dans une paroisse fréquentée par des gays. Bisexuel dont l’homosexualité ne sera publiq (...)
  • 3  Bonnet François, Robert Bénédicte, « La régulation éthique de la recherche aux États-Unis : histoi (...)
  • 4  Laud Humphreys s’en est d’ailleurs expliqué dans une postface à son ouvrage dans laquelle il revie (...)

8Les réponses ne sont pas si simples, elles ont ouvert le débat après la publication de l’ouvrage, participant ainsi à l’émergence d’un questionnement éthique en sciences sociales. En effet, pour appréhender la sexualité à partir d’une enquête de terrain, Laud Humphreys a fait le choix de se présenter en tant que « voyeur » dans les toilettes publiques. Prêtre épiscopalien marié, ayant une relation personnelle et professionnelle avec le milieu homosexuel2, il a fait plusieurs tentatives infructueuses d’observation, soit comme usager des toilettes soit comme habitué attendant une connaissance. Finalement, il adopte un rôle de « voyeur-guetteur » grâce auquel il peut observer les interactions sans éveiller les soupçons (c’est d’ailleurs ce rôle qui le conduira à être arrêté par la police). Son enquête se poursuit par des entretiens menés à domicile auprès d’une cinquantaine d’hommes dont il a relevé la plaque minéralogique et trouvé l’adresse grâce à un ami policier. Ces entretiens sont conduits sous couvert d’enquête sociale en introduisant ses propres questions dans une grille standardisée. Ces procédés ont provoqué de nombreuses protestations. Des réponses institutionnelles ont été apportées à ces questions notamment aux États-Unis, au Canada ou au Royaume-Uni via notamment la mise en place de chartes éthiques qui contractualisent la relation enquêteur-enquêté3. Pour autant, cette formalisation n’a pas résolu toutes les questions que posent nécessairement les enquêtes de terrain4.

  • 5  L’un des reproches les plus fréquents adressés à la géographie française de la sexualité est d’êtr (...)
  • 6  Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 196.

9Au final, l’ouvrage de Laud Humphreys demeure un ouvrage atypique qui a le mérite de dégager des questionnements fructueux tant sur le plan des études sur la sexualité que sur celui des normes sociales. Il est une référence incontournable en matière de réflexion épistémologique et méthodologique des enquêtes de terrain. Et il ouvre pleinement la voie à une géographie de la sexualité incarnée5. Prouvant ainsi qu’« il y a des profits scientifiques à étudier scientifiquement des objets indignes »6.

Haut de page

Notes

1  Sur cette question voir notamment Céfaï Daniel, L’enquête de terrain, Paris, La découverte, 2003, pp. 605-615.

2  Il officie dans une paroisse fréquentée par des gays. Bisexuel dont l’homosexualité ne sera publiquement déclarée qu’en 1974, il a un double rapport de familiarité préalable et de familiarité acquise avec son terrain.

3  Bonnet François, Robert Bénédicte, « La régulation éthique de la recherche aux États-Unis : histoire, état des lieux et enjeux », Genèses, 2009, n°75, pp. 87-108.

4  Laud Humphreys s’en est d’ailleurs expliqué dans une postface à son ouvrage dans laquelle il revient sur ces questions. Pour lui, « l’éthique des sciences humaines est toujours une éthique de conjoncture » (p. 184). Rappelant par la même que « même des méthodes inoffensives telles que l’étude des archives publiques peuvent se révéler nuisibles, si elles déforment la compréhension d’un comportement social, au lieu de contribuer à son explication » (p. 183).

5  L’un des reproches les plus fréquents adressés à la géographie française de la sexualité est d’être une géographie des lieux plus qu’une géographie des pratiques, une géographie du sexe sans sexe. Voir notamment Blidon M., « Géographie de la sexualité ou sexualité du géographe ? Remarques sur le sexe de l'enquêteur », À travers l'espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie, Arras, 2008. URL :http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/42/23/92/PDF/blidon_terrain_arras.pdf.

6  Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Humphreys Laud, 2007, Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’amérique des années 1960, Paris, La découverte. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22860

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

Maître de conférencesInstitut de Démographie de l’Université de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 90 rue de Tolbiac, 75013 Paris, Francemarianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page