Skip to navigation – Site map
2010
486

Contribution béninoise à la géographie

Beninese’s Contribution to Geography
Noukpo Agossou

Abstracts

This article continues a double project: to make the state of the places of production of the university geography in Benin and to give to this beninese geography a mark of identity. This geography is the work primarily of about thirty Beninese scholars, supported per as many assistants of research and lecturers, without forgetting all the geographers who operate in various public and private institutions. This geography which the creation can leave of the ex-university of Dahomey in 1971 continues little by little in the sub region, through the work recognized in many fields. After having tried a definition of this geography, we shall present some of its fundamental works, then its contribution to the development of the country, the cover rate of the national territory by research, the modes of articulation between secondary and university geography education, etc. Taking into account the limited available means to the Department of Geography and Land Planning, the quasi-exponential growth of students poses more problems than it testifies the vitality of this geography.

Top of page

Full text

J’exprime toute ma gratitude à J. O. Igué et M. Boko chacun pour ses remarques et suggestions.

1Y a-t-il une géographie béninoise, en d’autres mots, y a-t-il une contribution des Béninois à la pensée géographique ? La question ainsi posée peut paraître provocatrice, au regard de l’importante production dont peuvent se prévaloir les chercheurs dans cette discipline au Bénin. S’il y a une géographie béninoise, que fait-elle et qui la fait ? Les géographes béninois sont-ils présents dans les grands débats de société qui agitent le pays ? Après près d’un demi-siècle de souveraineté, sans que le Bénin soit sorti du marasme, malgré quelques avancées au plan économique, problématiser le rôle de la géographie dans le processus de développement du pays, de l’aménagement du territoire et de la construction de cette jeune nation, ne relève pas seulement d’un exercice académique. C’est véritablement soulever les questions fondamentales de cette science, les jeux et enjeux de ses discours. C’est chercher à voir comment elle est perçue dans les cercles officiels, quelle place lui est accordée dans le concert des disciplines académiques, comment l’appréhende le commun des Béninois ainsi que les élèves et étudiants à différents niveaux. C’est aussi chercher à savoir comment la conçoivent, la produisent, l’enseignent et la « vendent » les géographes béninois eux-mêmes, les représentations et/ou perceptions qui lui donnent corps. Il ne s’agira pas toutefois ici de répondre à toutes ces questions, mais seulement d’esquisser un bilan de la géographie universitaire au Bénin, à travers la présentation des publications majeures et des laboratoires et d’évaluer le rôle des géographes dans les divers champs de l’action sur le territoire.

2On entendra par géographie béninoise une géographie faite par des Béninois principalement sur le Bénin, mais incluant également tous leurs travaux de portée générale. Cela exclut donc une géographie « béniniste », œuvre de géographes non béninois travaillant ou ayant travaillé sur le Bénin, ainsi, dans cette veine, la thèse de H. Hubert (1908), véritable œuvre pionnière, qui inventorie tous les aspects physiques de la géographie du Dahomey d’après les canons de l’époque. Cette géographie béninoise est professée par des géographes béninois dont les premiers ont été entièrement ou partiellement formés dans les universités françaises au cours des années 1960 et surtout durant les années 1970, et qui sont de plus en plus relayés par de jeunes diplômés qu’ils forment sur place. De cette filiation résultent inévitablement des similitudes et des solidarités de pensée vis-à-vis des maîtres de l’école géographique française. Mais, à la différence de cette dernière, la « géographie nationale béninoise », en raison de son extrême jeunesse, se trouve encore limitée dans les thèmes et champs explorés. Cependant, elle est appelée à faire des progrès décisifs au regard des perspectives de développement qui s’ouvrent et s’ouvriront immanquablement à elle, des défis qu’elle devra relever.

Les réalisations universitaires

3Faute de pouvoir nous consacrer à l’étude, même sommaire, de tous les travaux publiés et de toutes les thèses soutenues par les géographes béninois, on se contentera de l’analyse de quelques ouvrages qui donnent un aperçu original de la recherche géographique au Bénin.

Une sélection de thèses

  • 1  Cf. bibliographie. Quatre autres seraient en cours dont deux en géographie physique et deux en géo (...)

4Comme dans le système universitaire français qui a enfanté celui du Bénin, on peut se baser en premier lieu sur la thèse de doctorat d’État. Parmi les six thèses d’État1 soutenues jusqu’en 2006 sur le Bénin par des géographes béninois, retenons une en géographie régionale, une 2e en géographie physique, une 3e en géographie urbaine et une 4e en géographie du développement, même si cette distinction n’est plus guère de mise et si ces choix sont quelque peu arbitraires.

Une inégale couverture du territoire et des domaines de recherche

5Quelles régions sont plus ou moins couvertes par les études géographiques ? En quoi cette couverture affecte-t-elle ou non la constitution d’un ensemble de savoirs ou de savoir-faire qu’on nommerait géographie béninoise ? Le tableau n° 1 présente les thèses inscrites pour l’année 2005-2006.

Département

Thèse

Département

Thèse

Département

Thèse

Département

Thèse

Alibori

06

Collines

06

Mono

06

Plusieurs départements

18

Atakora

03

Couffo

04

Ouémé

08

Département non spécifié

35

Atlantique

06

Donga

03

Plateau

00

Autres pays

08

Borgou

01

Littoral

14

Zou

08

Total général

126

Tableau 1 : Répartition des thèses inscrites selon les départements ou régions d’étude.

6Les écarts sont en défaveur du Haut-Bénin (Borgou, Atakora, Donga et Alibori, cf. carte) qui totalise seulement 13 des 126 thèses inscrites et surtout du Plateau (0). En revanche on n’observe pas de suprématie du Moyen-Bénin (Zou-Collines). Par contre le département du Littoral, qui se réduit à la seule ville de Cotonou, métropole nationale, et sans doute pour cette raison, est plus fortement représenté.

Un classique de géographie régionale

7Vie rurale et rapports villes-campagnes dans le Bas-Dahomey, le choix de cette thèse s’impose pour plusieurs raisons : c’est la toute première des thèses rédigées par un Béninois, et cette œuvre de qualité est devenue un classique, de loin la plus citée. Sept années après sa thèse de 3ème cycle (qui aurait dû être sa thèse complémentaire), A. C. Mondjannagni soutient à la Sorbonne en 1976 une thèse de doctorat d’État. Cet ouvrage s’inscrit parfaitement dans la tradition des thèses d’État françaises, tout d’abord parce que, comme l’écrit Mondjannagni lui-même, le thème lui en a été proposé par J. Dresch en 1962, ensuite et surtout par la démarche inductive suivie, enfin en raison de l’accent et de l’intérêt portés sur les questions fondamentales suivantes :

  1. L’emprise du milieu à travers l’étude des paysages vus comme le fondement de la présence des hommes et de leurs activités dans ce Bénin méridional ;

    • 2  On retrouve cette idée dans la plupart des écrits géographiques français de l’époque, résumée par (...)

    L’étroitesse des liens qui sont affirmés exister entre l’histoire et la géographie2 : en effet, selon Mondjannagni (1977, p. 85), « La personnalité géographique humaine de cette région méridionale [est] dominée par l’histoire » ;

  2. L’organisation de la vie rurale et du réseau urbain traditionnels, à travers laquelle l’auteur souligne la primauté du premier élément « dont les manifestations sont déterminantes dans l’explication des villes » (Dresch, in Mondjannagni, 1977, p. 9) ;

  3. L’étude du réseau urbain, qui elle-même accorde un rôle prépondérant à l’histoire comme élément de la mise en place des « générations de villes » : cités palais, forts de traite esclavagiste, villes coloniales de traite des matières premières, enfin la métropole coloniale Cotonou ;

  4. L’approche régionale, en faisant ressortir dans toute la mesure du possible les facteurs d’unité de cette partie du Bénin. Unité fondée sur le substrat géologique — le bassin sédimentaire côtier —, le relief constitué de la plaine côtière qu’un chapelet lagunaire et lacustre relie au nord aux plateaux de terre de barre, le climat subéquatorial, les sols latéritiques, les formations végétales totalement anthropisées, et même les principaux cours d’eau qui ne communiquent plus tous entre eux comme autrefois (en raison des actions humaines) et qui jouent un rôle primordial dans la vie de certains groupes socioculturels, etc. ;

  5. Toutefois, l’auteur ne se contente pas d’une simple approche régionale. Après avoir conduit avec beaucoup de finesse l’étude des rapports ville/campagne, il débouche sur les tentatives de restructuration de tout ce Bénin méridional (géographie de l’aménagement).

8Au total la thèse de Mondjannagni (qui marque le crépuscule des thèses de géographie régionale à la française), s’inscrit bien dans la tradition de l’école française de géographie en ceci que sa réflexion constitue un essai réussi visant à mettre en valeur les « relations que nouent les hommes et les sociétés avec l’espace ainsi que les marques qu’ils impriment sur le milieu » (Mondjannagni, 1977) de cette région du Bénin.

9En conclusion, l’on peut dire que par delà cette étude géographique, ce qui fait l’originalité et le succès de l’ouvrage de Mondjannagni, c’est sa connaissance approfondie des cultures des peuples de cette région méridionale du Bénin.

Un climatologue du développement

10La thèse de M. Boko, soutenue en 1988 à l’université de Dijon, a le mérite de ne pas être une thèse de climatologie physique pure. Comme le sous-entend le titre, il s’agit pour l’auteur de faire ressortir les relations subtiles entre les climats considérés d’emblée comme des « facteurs contraignants du milieu rural » et les rythmes de vie et de développement économique et social des communautés humaines du Bénin. Pour y parvenir, l’auteur adopte une démarche progressive en partant du contexte de l’Afrique tropicale de l’ouest dans lequel s’inscrivent les climats du Bénin, étudie ensuite leur variabilité permanente, les bilans de l’eau qui expliquent l’ambiance climatique dominée par les données pluvio-évaporales ; puis il définit les régions climatiques du Bénin. Mais l’originalité de la thèse de Boko tient davantage à l’affirmation selon laquelle ces climats marquent profondément l’organisation de la vie sociale des communautés rurales du Bénin par leur impact sur les acteurs du monde rural (capacité de travail et santé des paysans), les biens produits (influence sur les cultures, les variations et les rendements des plantes cultivées, les ennemis des cultures, les animaux élevés et la production halieutique) et l’habitat. Pour les paysans, la dynamique de ces climats (qui est fonction de leurs facteurs aux différentes échelles spatiales et temporelles) est perçue comme un système impliquant les comportements individuels et les concepts métaphysiques. D’où la relative passivité de ces acteurs devant les effets néfastes de la variabilité climatique.

11Plus fondamentalement, se dessine en filigrane l’idée originale de l’ethno-climatologie, lancée par M. Boko au milieu des années 1980 de concert avec d’autres collègues béninois du DGAT (entre autres E. Bokonon-Ganta et F. Afouda) et fortement développée dans cette thèse. Décriée à l’époque, elle est appréciée à sa juste valeur de nos jours : l’ethno-climatologie met l’accent sur la perception qu’ont les groupes socioculturels du climat et de son impact sur les possibilités de mise en valeur agricole. En d’autres termes, la science (ne) contribue (qu’) à résoudre les problèmes que les peuples ont intériorisés.

12Pour Boko, la politique économique du Bénin basée sur l’agriculture pèche par une insuffisante prise en compte de la variabilité climatique dans les prévisions de production agricole et les projets d’aménagement rural et agro-industriel. « Dans ces conditions, les ‘‘chocs climatiques’’ ébranlent tout le système économique et tout le tissu social. Aussi le dualisme de ce système économique périphérique et extraverti, et, corrélativement sa fragilité, font-ils que ses rythmes de développement dépendent dans une large mesure des rythmes climatiques. Famines, difficultés budgétaires graves et crises sociales pouvant déboucher sur des crises politiques aiguës succèdent aux accalmies et aux phases de prospérité relative. » (Boko, 2005, 4e de couverture)

13Dorénavant la leçon est entendue, à une double échelle. En premier lieu de la part des décideurs qui, après avoir appris que la géographie, ce n’est pas seulement une introduction littéraire à diverses études de développement ou de mise en valeur économique, (com)prennent ? la valeur irremplaçable des études géographiques, entre autres la valeur du compromis nécessaire entre environnement physique et contexte et emprise humains. En somme, ils reconnaissent – à la suite notamment des travaux de Boko (1988), Afouda (1990) – que la dynamique du climat est un des facteurs majeurs du développement agricole au Bénin. En second lieu, la plupart des mémoires de maîtrise (Issa, 1995 ; Ogouwalé, 2001) et thèses de géographie (Houssou, 1998) ; Houndénou, 1999), portant sur le développement agricole du Bénin et de ses campagnes, s’appuient sur les idées ci-dessus. Qui plus est, des chercheurs étrangers, y compris des noms aussi connus que ceux de P. Pagney, D. Lamarre et bien d’autres, font référence aux thèses (à la thèse) des climatologues béninois. Mieux, ceux-ci ont fait école puisque nombre de jeunes doctorants de pays comme le Congo, la Centrafrique, le Sénégal, etc. travaillant en bioclimatologie, s’inspirent de leurs travaux. Aussi à travers la personne de M. Boko, est-ce à tous ses collègues de la spécialité et collaborateurs que l’on rend hommage.

Une thèse de géographie urbaine

14La thèse de B. N’Bessa, soutenue en 1997 à Bordeaux, constitue une somme sur la croissance comparée divergente des deux villes capitales du Bénin, Porto-Novo et Cotonou. Le travail est structuré en trois grandes parties. Dans la première partie couvrant les époques précoloniale et coloniale, l’auteur étudie d’abord les facteurs du développement urbain à travers les données naturelles et historiques, ensuite il présente Porto-Novo, capitale traditionnelle devenue capitale coloniale. Puis il aborde l’émergence de Cotonou, due à la construction du wharf, moteur du développement des activités commerciales, la présence des services administratifs et sociaux, avec pour conséquence le transfert des activités commerciales de Porto-Novo dans cette ville.

15La deuxième partie porte sur l’évolution démographique et la croissance urbaine des deux villes depuis les années 1950. Elle se caractérise par l’ascension politique et administrative de Cotonou au détriment de Porto-Novo, ce qui entraîne une croissance démographique très inégale entre les deux villes. Bien que jouissant de conditions naturelles plus favorables et d’une tradition urbaine affirmée, Porto-Novo connaît une croissance très faible, par à-coups. Au contraire Cotonou, malgré un site peu favorable à l’urbanisation, exerce une attraction forte liée à sa situation maritime, à la présence du port, de l’aéroport, et au transfert des administrations publiques nationales dans cette « ville phare » du Bénin.

16La troisième partie analyse le rôle des deux villes aux échelles nationale et internationale. Il est signalé par la prépondérance de Cotonou dans la fonction de commandement, grâce à la présence dans cette ville du gouvernement, des ministères, des grandes institutions de l’État, des représentations diplomatiques et des organismes internationaux, etc. Toutefois les deux villes jouent un rôle dans l’administration locale et polarisent, quoique inégalement, leur région respective. L’étude se poursuit par celle des activités commerciales des deux villes, des activités de production, des transports, etc. La thèse s’achève par un aperçu des problèmes (sanitaires et socioéconomiques) des citadins.

Une thèse sur la problématique du développement

17La thèse de Kissèzounon, présentée en 2004 à l’université d’Abomey-Calavi, pose la problématique de la pauvreté de l’Afrique subsaharienne en général et du Bénin en particulier, en dépit de ressources naturelles du sol et du sous-sol considérables. Cette pauvreté se manifeste au triple plan matériel, financier et principalement mental. Après avoir fait un inventaire détaillé des nombreuses ressources naturelles du Bénin, dont seules quelques-unes sont présentement exploitées, l’auteur considère que 32 % de la population active (potentiel de main d’œuvre considérable pour le secteur secondaire, lorsque celui-ci sera développé), représentent une véritable ressource oisive.

18Actuellement l’agriculture, avec 80 % de la population active, 36.3 % du PNB, contre 13.7 % pour l’industrie et 50 % pour les activités commerciales en 2000, constitue la base de l’économie. L’appartenance du pays à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO) est un privilège que le Bénin doit constamment valoriser en mettant tous les jours en avant son utilité au sein de cette organisation. De la sorte il pourra profiter au mieux des avantages de son appartenance à ce marché de 300 000 000 de consommateurs. C’est donc, pour le Bénin, un préalable indispensable s’il veut se faire connaître sur la scène mondiale.

19Si le Bénin, qui a, au regard de sa taille et de sa population relativement faibles, des potentialités a priori suffisantes pour assurer le bien être de ses habitants, demeure cependant pauvre, cette situation devrait inciter grandement à la réflexion. Depuis l’indépendance, les gouvernants focalisent, sans succès, leur attention sur le développement de l’agriculture. L’auteur pense que la mise en œuvre d’une logique de diversification, au profit des activités industrielles, peut être salutaire au pays à bien des égards.

Les thèses de doctorat unique

20Le Bénin, suite à la réforme intervenue dans le système universitaire français, adopte la thèse unique, comme tous les autres pays du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). Nous avons retenu d’analyser, sur une liste qui s’allonge et s’enrichit chaque jour davantage – expression du dynamisme de la recherche géographique béninoise –, deux thèses de doctorat unique.

La thèse de O. Dossou-G., (Abomey-Calavi, 2005)

21Cette thèse « a été élaborée pour l’optimisation du plan directeur d’aménagement (PDA) du plateau d’Abomey-Calavi, et l’élaboration d’un cadre de gestion environnementale approprié. La démarche méthodologique a utilisé des instruments et techniques performantes de collecte et d’analyse des données (logiciels SPSS 10.1, Excel, en matières statistiques ; Arc View, Atlas GIS, SIG en matières cartographiques).

  • 3  Forces, faiblesses, opportunités, menaces.

22Le diagnostic analytique par la méthode SWOT (Strenght, Weakness, Opportunities, Threats3) a montré que le plateau d’Abomey-Calavi est confronté à des problèmes majeurs d’origine naturelle et anthropique, qui constituent des contraintes majeures à l’aménagement. Entre autres : l’existence des petites cuvettes ou dépressions fermées sur l’ensemble du plateau, la présence d’un escarpement longitudinal, la pression sur les ressources forestières, les activités dégradantes le long des berges, le phénomène de l’érosion, la mauvaise gestion des ordures, etc.

23L’analyse des indices des composantes du milieu a montré des incompatibilités par rapport aux activités projetées par le PDA. C’est ainsi que : les dépressions fermées ne peuvent s’accommoder de routes, ni d’habitations, sans un aménagement spécifique ; le marécage de Gbakanmé ne peut accueillir une décharge en lisière, et ne s’accommode pas avec la haute tension ; les lignes de haute tension ont des emprises à l’intérieur desquelles certaines activités (exemple la décharge) ne peuvent s’exécuter ; l’approche conventionnelle de lotissement (tracé des rues, implantation des habitations) n’est pas recevable par la zone d’escarpement, à cause des risques élevés d’érosion des rues, de déchaussement des infrastructures et habitations ; les forêts ne peuvent pas accueillir les habitations, la coexistence des agglomérations et des îlots forestiers n’est possible qu’avec la mise en place d’une zone tampon, etc.

24Un plan directeur d’aménagement plus respectueux de l’environnement a été proposé sur la base de propositions faites pour chaque composante » (Dossou, 2005, p. 13).

La thèse de V. Orékan

  • 4 Conversion of Land Use and Effects at Small Regional Scale.

25Pour souligner l’intérêt de plus en plus marqué des chercheurs pour les techniques nouvelles de recherche, les questions de modélisation, et certaines tendances actuelles de la géographie, nous avons retenu la thèse de V. Orékan. Soutenue à l’université de Bonn le 11 juin 2007, elle présente l’application du modèle CLUE-s4 à la dynamique de l’occupation du sol et de l’utilisation des terres à l’échelle locale en région de savane dans le centre Bénin. L’étude est réalisée dans le cadre du projet ‘‘Approche intégrée pour la gestion efficiente des ressources hydriques limitées en Afrique de l’Ouest et au Maroc’’ (IMPETUS). Le secteur se caractérise par une faible densité de population (11 hab/km2), une forte immigration et un fort taux de croissance démographique (supérieur à 13 % pour certains villages), une agriculture sur brûlis, avec pour corollaire l’exploitation incontrôlée des forêts.

26L’étude, fondée sur l’exploitation des images multitemporelles Landsat, montre qu’entre 1991 et 2000, 8 % des forêts ont été dévastées, 20 % des savanes boisées et 5 % des savanes arbustives converties respectivement en savanes arbustives et en champs. L’explication du processus qui sous-tend ce changement est faite au moyen d’analyses géostatistiques et de l’analyse des facteurs socioéconomiques. Le manque de données socioéconomiques officielles est compensé par une enquête socioéconomique au niveau de 188 ménages agricoles. Les facteurs explicatifs de la dynamique sont divisés en deux, les causes endogènes, liées aux activités humaines, et les causes exogènes, qui sont démographiques et socio-économiques. Outre les éléments du modèle implémenté, son calibrage a été mis en œuvre par l’utilisation de données historiques décrivant l’occupation du sol entre 1991 et 2000.

27Deux scenarii ont été développés par l’auteur : le premier (business as usual), envisage la persistance de couverts forestiers d’ici à 2025, alors que le second, qui suppose un accroissement annuel de 6 % des terres agricoles (environmental damage), envisage une déforestation complète du secteur à l’horizon 2020. Les changements spatiaux s’opèrent davantage le long de la voie principale Oubérou-Kikélé où s’installe la majorité des migrants.

28La validation du modèle s’inspire de la récente technique de résolution multiple qui a démontré la capacité du modèle CLUE-s à prédire la dynamique spatiale au niveau local. Les résultats peuvent être améliorés grâce à l’utilisation de données statistiques affinées valorisées dans la mise en place de systèmes d’aide à la décision en vue d’une gestion durable des plans d’aménagement.

D’autres travaux hors thèses

29Ils sont nombreux et dans le cadre restreint d’une esquisse comme celle-ci, on se contentera d’en effleurer quelques-uns.

Un maître de la géographie économique

30Il est impossible, quel que soit le point de vue considéré, de ne pas réserver une place au prolifique J. O. Igué, dont il n’est pas aisé de présenter en quelques lignes un aperçu de l’œuvre. Membre fondateur de l’Université nationale du Bénin (UNB), et en même temps premier enseignant et responsable de la section de Géographie au Département des études littéraires et linguistiques (DELL), l’actuelle Faculté des lettres, arts et sciences humaines, cet auteur qui a surtout travaillé dans le domaine de la géographie humaine lato sensu, à travers ses nombreux ouvrages, articles et autres publications, s’impose comme le maître de la géographie économique béninoise et peut-être même sous-régionale. En fait, des questions aussi variées que les activités économiques informelles, les civilisations agraires et urbaines Yoruba, les dynamiques frontalières, les dynamiques territoriales, la géographie des marchés et du commerce de détail, l’organisation de l’espace, ont, à un moment ou l’autre, fait l’objet de ses préoccupations scientifiques. Sans avoir rédigé de thèse de doctorat d’État ni obtenu d’inscription sur les listes d’aptitude du CAMES, J. O. Igué apparaît comme celui qui a le plus fait sien l’adage américain de « Publish or perish » ou mieux, quelque chose qu’on pourrait traduire par « Publish to triumph ».

31L’originalité de la contribution de J. Igué tient à ses efforts soutenus de rupture épistémologique avec les maîtres de la géographie occidentale. Pour lui en effet, les modèles élaborés par les chercheurs européens, notamment français, dans un contexte culturel qui est foncièrement différent de celui de l’Afrique noire et du Bénin, ne sont pas les mieux adaptés pour appréhender les réalités de l’Afrique. Dès lors ils se révèlent encore moins opératoires pour amorcer les procès de développement (processus qui, rappelons-le, ne peut se produire sans un bouleversement des structures existantes) de nos nations ou de transformation / organisation radicale des espaces africains. Cette rupture doit se construire avec des concepts et outils intellectuels innovants, (ré)inventés ou (ré)appropriés par les géographes africains eux-mêmes. Initiateur du très renommé Laboratoire d’analyse régionale et d’expertise sociale

32(LARES), il en assure la direction scientifique.

33En 1980, J. Igué publie un premier bilan de ses travaux de recherche en trois volumes :

  1. Contribution à l’étude de la civilisation Yoruba;

  2. Problèmes économiques ouest africains;

  3. Les villes précoloniales d’Afrique tropicale.

Parmi ses ouvrages les plus récents et les plus marquants, mentionnons : L’État-entrepôt au Bénin, Le territoire et l’État en Afrique, Le Bénin et la mondialisation de l’économie, L’Afrique de l’Ouest, entre espace, pouvoir et société, etc.

34Dans L’État-entrepôt au Bénin (rédigé avec une contribution de B. Soulé), Igué souligne avec force le niveau de dépendance économique du Bénin vis-à-vis de son voisin le Nigeria, de ses motivations et de ses implications pour la société et l’économie nationales. La géographicité de ce travail tient à l’approche de la notion d’informel par les échanges frontaliers (à la différence des économistes qui se basent sur les services urbains) qui font du Bénin un véritable État-entrepôt à la balance commerciale chroniquement déficitaire depuis 1960, exception faite de la décennie 1970 où son économie, liée à celle du Nigeria, profita du boom pétrolier et de la reconstruction de ce pays après la guerre du Biafra. Cet ouvrage pionnier soulève la problématique de la dynamique de ce secteur et son rôle dans l’intégration sous-régionale.

35Dans L’Afrique de l’Ouest, entre espace, pouvoir et société : une géographie de l’incertitude (un ouvrage de synthèse qui réunit nombre d’« articles disparates », p. 547) J. Igué analyse les transformations et recompositions spatiales relevant à la fois des logiques étatiques et des rationalités endogènes auxquelles est soumise cette région. Selon l’auteur, les animateurs des échanges marchands ont su développer avec les pouvoirs publics des liens de clientélisme et de réseautage, nouveaux facteurs de transformation et de structuration de l’espace. Il en résulte des incertitudes (mauvaise gestion des relations qu’entretiennent l’espace, le pouvoir et la société) et des menaces mais aussi des opportunités.Comme l’analyse Igué lui-même, « Le plus grand apport de cet ouvrage à la connaissance géographique porte sur les dynamiques sociales. L’analyse qui est faite des réseaux marchands et des marchés périodiques (en tant que facteurs d’organisation de l’espace au même titre que les villes et les activités industrielles) peut être considérée comme une nouvelle manière d’aborder la géographie sociale en Afrique de l’Ouest. » (p. 12).

Vers une approche déductive ?

  • 5  Ce texte est publié intégralement en version électronique par Érudit, auquel j’adresse ma vive rec (...)

36La géographie béninoise – comme on l’a souligné plus haut – reste dominée par la méthode inductive. Essayant de rompre avec cette tradition, N. Agossou (entre autres) dans sa thèse soutenue à l’université Laval en 1991, entreprend une vérification empirique de la théorie des lieux centraux de W. Christaller (1933) à sa région d’étude, le Mono béninois autour du chef-lieu Lokossa. En outre ses deux articles récents parus respectivement l’un dans les Cahiers de géographie du Québec en 2003 et l’autre dans l’Espace géographique en 2004, se veulent une tentative pour appliquer la théorie de la diffusion spatiale des innovations en quatre stades (primaire, d’expansion, de condensation, et de saturation) développée par le géographe T. Hägerstrand en 1953, à deux réalités économiques et sociales prégnantes du Bénin contemporain, les taxis motos zemijan5 et les stations à terre de vente des produits pétroliers kpayo. Mais pour intéressante que soit la piste qu’explore l’auteur, la méthode déductive qu’il utilise mériterait d’être poussée jusqu’à son terme, celui de la formalisation mathématique ou de la modélisation de la dynamique des espaces ou des systèmes étudiés.

Les laboratoires du DGAT

  • 6  Les géographes du DGAT sont présents dans la plupart des institutions évoquées, ou bien les animen (...)
  • 7  Cf. arrêté décanal n° 465-89/FLASH/UNB/D du 19 juillet 1989 portant création des laboratoire de gé (...)

37Le rayonnement d’une institution universitaire se lit aussi à travers ses laboratoires. Ces derniers, non seulement assurent un cadre adéquat de rencontre, d’échanges et de recherche aux enseignants d’une même spécialité ou de spécialités connexes, mais encore renforcent-ils leur capacité opérationnelle et pédagogique. De la création du DGAT6 à ce jour, les géographes béninois ont créé six laboratoires aux destins fort contrastés7 :

    • 8  Dont la carte murale de géographie du Bénin, éditions Hatier & Sodimas.

    Le Laboratoire de cartographie (Carto-Géo UAC), lancé par A. Mondjannagni quelque temps après la création de l’ex-section de Géographie, puis dynamisé à l’arrivée de K. S. Adam en 1974. Le tout premier de nos laboratoires fut alors un des joyaux de la jeune université, avec à son actif plusieurs réalisations8. Après une douzaine d’années d’inactivité, ce laboratoire est redynamisé par Thomas O. ;

  1. Le Laboratoire d’analyse régionale (LAR), lancé en 1986 par J. O. Igué, devenu effectif en 1988. Mais des raisons obscures (béninoiseries) indépendantes de l’initiateur et qu’on ne peut développer ici, conduisirent à son détachement de l’université et à sa refondation privée sous le nom de LARES étudié ci-dessous ;

    • 9  Prix Nobel de la Paix IPCC 2007.

    Le Laboratoire Pierre Pagney climat, eau, écosystèmes et développement (LACEEDE) créé en 1988. Une distinction est faite entre la variabilité naturelle du climat et son impact sur la production agricole, les ressources en eau et la dynamique des écosystèmes d’une part et, de l’autre, les changements climatiques avec les scenarii possibles aux horizons temporels du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). En cela, les mutations socio-économiques liées aux récessions pluviométriques des trente à quarante dernières années sont devenues une préoccupation majeure. Dans ce champ d’investigation, les chercheurs et les étudiants en fin de formation, utilisent les images satellitaires pour identifier et prospecter la dynamique des facteurs atmosphériques, des écosystèmes et des ressources en eau superficielles aussi bien que souterraines, ainsi que la surveillance des températures de la surface de la mer. Depuis 2006, ce laboratoire édite une revue scientifique semestrielle, Climat et développement . Le responsable du LACEEDE est M. Boko9, les autres enseignants chercheurs qui y sont attachés étant Afouda F., Houssou C., Houndénou C., Ogouwale E. et Vissin E., sans compter nombre de jeunes doctorants ;

  2. Le Laboratoire de biogéographie et d’expertise environnementale (LABEE), également créé en 1988. « Il s’occupe de la répartition géographique, de la dynamique de la biodiversité et de l’environnement, de l’élaboration des cartes d’occupation des sols (sol compris comme surface de la terre et non au sens pédologique du terme) ». Le LABEE a conçu et produit, sous la direction de F. Tchibozo et J. Houndagba, des cartes topographiques et géologiques d’entraînement pour TP de géographie en 1ère et 2ème années. Ces documents d’une excellente facture scientifique qui couvriront progressivement l’ensemble du Bénin, remplacent désormais les vieilles cartes IGN à la précision parfois douteuse. Le LABEE offre en outre des prestations en matière de SIG et de réalisations cartographiques assistées par ordinateur. Son responsable est J. Houndagba avec la collaboration de F. Tchibozo ; parmi les enseignants chercheurs travaillant dans ce laboratoire, citons B. Ténté et V. Orékan, et plusieurs doctorants ;

  3. Le Laboratoire d’étude des systèmes spatiaux et des aménagements (LESSA), créé la même année 1988. Mais n’ayant jamais fonctionné véritablement, le LESSA se délaissa de son local et ses équipements se volatilisèrent. Son responsable est C. Okou ;

  4. Le Laboratoire d’étude des dynamiques urbaines et régionales (LEDUR), créé à la fin de l’année 2006 sur le campus de Porto-Novo, transféré en octobre 2007 sur le campus d’Abomey-Calavi. Le LEDUR est dirigé par B. N’Bessa ;

    • 10  Mme Dorier-Apprill, professeure à l’université de Provence, est une précieuse collaboratrice du La (...)

    Le Laboratoire d’aménagement régional & développement (LARD)10, lancé sur le campus de Porto-Novo en 2008. Les enseignants chercheurs inscrits venant d’horizons divers, cela laisse augurer de perspectives prometteuses. Recherche fondamentale et formation pratique sont pratiquées. C’est ainsi que dans le cadre du programme Géomatique (SIG) et aide à l’information pour la décision, des sessions d’initiation ont été données aux cadres techniques de la ville de Porto-Novo et des communes environnantes, puis à des étudiants de maîtrise avant même le lancement officiel de ce laboratoire dont le responsable est N. Agossou.

  5. Le Laboratoire de traitement de l’information géographique, de l’analyse spatiale et de l’aménagement du territoire (LATIGASAT). Créé en 2009, ce laboratoire qui relève du CBRST à Porto-Novo, est associé au DGAT et dirigé par un de ses enseignants, É. Domingo.

La géographie béninoise au service du développement national

Des débuts faiblement affirmés

38Pendant longtemps la géographie appliquée au Bénin était envisagée comme une simple introduction aux études techniques. Le géographe vu comme un arrangeur touche à tout, ce « spécialiste de tout et de rien »(Beaujeu-Garnier, 1975, p. 292), habile descripteur des paysages, pouvait au mieux servir d’auxiliaire à ses pairs des autres disciplines (agronomes, économistes, planificateurs, statisticiens, démographes) considérés comme de « vrais spécialistes » mieux outillés que lui. Cette situation qui a prévalu jusque dans les années 1980 ne serait-elle pas en partie due aux géographes eux-mêmes ? Car les descriptions les plus détaillées des paysages naturels et humanisés, dénuées de propositions réalistes, pouvaient-elles contribuer à la résolution des problèmes brûlants auxquels étaient confrontées les populations en proie au sous-développement ? Il a fallu surmonter ce handicap technique et s’outiller pour se hisser au niveau des présumés spécialistes. D’autant plus aisément que les géographes ont compris que la valorisation des résultats de leurs recherches par le milieu socio-économique était le meilleur gage de leur succès. Quelle autre discipline mieux que la science géographique peut, par essence répondre à cette valorisation du et par le milieu ?

  • 11  Cf. Agossou, 1991, p. 54 : « Jusqu´à présent les géographes n´ont fait que décrire, interpréter la (...)

39On l’a déjà souligné, après avoir pendant longtemps évolué sur la base du principe du régionalisme et celui de l’écologie, la géographie béninoise affiche dorénavant son orientation vers le principe de l’« anthropogenèse » (Gerasimov, 1975, p. 266sq) avec une place de choix à l’aménagement. Dorénavant, la connaissance du pays en soi occupe de moins en moins de place dans les recherches des géographes béninois. Conscients qu’il n’existe plus guère de « milieu naturel » qui ne porte point de marque plus ou moins profonde de la présence et des actions des hommes, ils veulent se préoccuper, non pas tant de décrire la terre11 de leurs ancêtres que de contribuer à la transformer dans le sens d’une utilisation plus judicieuse de ses ressources par et pour les habitants.

40De ce qui précède, on pourrait croire que la géographie béninoise se contentait de jouer une partition neutre et inactive. Qu’une tradition de recherche en sciences sociales ou autres utilise des savoirs géographiques comme entrée en matière ne signifie pas que la discipline, elle-même, soit subordonnée mollement à des disciplines connexes. Car en fait, la géographie, aussi bien dans sa dimension savante que scolaire, en tout cas si on considère l’exemple spécifique des pays de l’ex-Organisation commune africaine et malgache dont le Bénin était un membre clé (ou de nos jours des pays africains ayant en partage le français) – était loin de jouer seulement un rôle d’auxiliaire. Aussi bien à l’université que dans le secondaire, la géographie se destinait à prendre en charge le renouveau annoncé au lendemain des indépendances. Le recentrage des recherches sur l’espace tropical, la place prépondérante de la géographie rurale dans les contenus d’enseignement et de recherche, les questions du développement et du sous-développement, passaient pour des catégories qui visent la revalorisation voire la réhabilitation de l’homme africain. La vocation pratique n’était certes pas très affirmée, mais la géographie était considérée comme un puissant instrument d’identité et de construction nationale des jeunes États ; elle était donc chargée d’une valeur symbolique très forte.

41De façon plus générale les géographes béninois revendiquent à juste titre leur place et leur rôle toutes les fois qu’ils peuvent contribuer à apporter leur point de vue ou leur éclairage dans la résolution des problèmes les plus divers dans des domaines variés. La formation géographique est devenue une clef indispensable pour lire et expliquer la composante spatiale, temporelle et sociale des problèmes à résoudre. Aussi les géographes universitaires montrent-ils leur savoir-faire et se positionnent-ils dorénavant dans nombre d’organismes et de champs d’action, tels :

  1. Le Centre national de télédétection et de surveillance du couvert forestier (CENATEL) qui, rappelons-le, est une création de L. Okioh, un géographe qui en fut le premier directeur entre 1977 et 1984 avant que l’institution ne passe plus tard sous l’entière coupe des forestiers (aménagistes) ;

  2. L’urbanisme : la plupart des premiers travaux réalisés dans le cadre de l’ex-PUB créé en 1986, devenu SERHAU (celle-ci aujourd’hui monopolisée par les urbanistes et autres architectes et ingénieurs), sont signés de géographes – la SERHAU est compétente notamment dans l’appui aux collectivités, les études d’aménagement urbain, d’habitat, de documentation, l’information et la formation ;

  3. Le Centre pour l’environnement et le développement en Afrique (CEDA) : créé par Mondjannagni – en tout cas âprement discuté à la fois par ce dernier et K. Adam - fonctionne actuellement sur deux sites distincts et concurrents ;

  4. L’élaboration de l’Agenda 21 national avec parmi les chefs de file F. J. Quenum et M. Baglo ;

  5. Les travaux sur l’érosion côtière en Afrique de l’ouest dus à K. S. Adam ;

  6. L’Agence béninoise pour l’environnement (dirigée depuis sa création par décret du 20 février 1995 jusqu’à la fin 2006 par M. Baglo), et soutenue intellectuellement par Issa S. M., Quenum et tant d’autres géographes : l’ABE a initié de nombreuses études environnementales, parrainé le Programme d’aménagement des zones humides (PAZH), la lutte contre l’érosion côtière avec à son actif l’élaboration d’un Schéma directeur d’aménagement du littoral (SDAL), les Plans municipaux d’actions environnementales (PMAE), le Rapport intérimaire sur l’état de l’environnement au Bénin, etc. ;

  7. Les études nationales de perspectives à long terme, plus connues sous le sigle anglais NLTPS ;

  8. Les Plans de Développement Communaux (PDC) où nombre de jeunes géographes sont actifs ;

  9. Les études d’« environnement et santé » avec E. Bokonon-Ganta, C. Houssou ;

  10. Le Centre béninois de la recherche scientifique et technique au sein duquel des géographes sont chefs de département (M. Da Matha, É. Domingo) et/ou présents (Gnimadi) ;

  11. Le LARES, aujourd’hui un des laboratoires de géographie les plus dynamiques du pays et dans la sous région, qui vise à promouvoir la recherche et le renforcement des capacités intellectuelles des jeunes chercheurs tant béninois qu’étrangers. Parmi les très nombreuses réalisations du LARES pour aider les pouvoirs publics à la prise de décision, l’Atlas national de la sécurité alimentaire, l’Écho des frontières en tant qu’organe de l’Observatoire régional du sous espace oriental de l’Afrique de l’ouest, et La problématique de l’intercommunalité dans le fonctionnement des communes béninoises, sont les plus significatives ;

  12. L’aménagement du territoire où les chefs d’équipes pluridisciplinaires chargées de l’élaboration des Schémas directeurs d’aménagement des communes (SDAC) sont tous des géographes ;

  13. La filière des maîtrises professionnelles de la FLASH, une initiative lancée par L. Okioh en 1997 et offrant déjà les spécialités suivantes : Cartographie et Télédétection, Communication et Relations publiques, Développement local, Économie des Transports, Environnement et Santé, Gestion de l’Environnement, Promotion de la Famille et Gestion des Solidarités, Tourisme et Hôtellerie, etc. ;

  14. La Haute autorité chargée de l’aménagement du futur aéroport de Glo-Djigbé dirigée par C. Okou.

  15. La liste est loin d’être épuisée. En définitive, on rencontre des géographes dans la quasi-totalité des organismes d’organisation de l’espace et de développement économique et social du pays.

42En résumé, pour mieux répondre aux préoccupations nationales présentes et futures, le DGAT entreprend des investigations scientifiques en se focalisant sur les différentes articulations de l’économie nationale, les relations homme/société/économie/environnement, etc., ainsi qu’en témoignent les douze grandes thématiques développées ces dernières années :

  1. Activités économiques informelles ;

  2. Aménagement du territoire ;

  3. Climat et développement ;

  4. Développement local ;

  5. Dynamique des écosystèmes ;

  6. Dynamique des systèmes climatiques ;

  7. Dynamiques urbaines et régionales ;

  8. Environnement et santé ;

  9. Hydro climatologie ;

  10. Organisation de l’espace agricole et dynamique des structures agraires ;

  11. Production et commercialisation des produits agricoles ;

  12. Transport et tourisme.

43Si l’aménagement du territoire en particulier attire énormément les étudiants et chercheurs, suivi des préoccupations écologiques – l’intérêt pour les problèmes environnementaux n’a cessé de croître– en revanche peu de place dans la géographie béninoise est pour le moment accordée à une réflexion en profondeur sur les représentations (à l’exception de l’ethnoclimatologie) et à l’analyse des discours géographiques, aux pratiques territoriales.

Enseignement supérieur vs enseignement secondaire

Une croissance vertigineuse des effectifs étudiants

Années

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Ensemble

999

943

895

1 262

1 941

2 301

2 416

4 135

5 067

6 322

Abomey-Calavi

  

  

  

1 186

1 605

1 812

1 837

3 088

3 847

4 798

Porto-Novo

  

  

  

76

336

489

579

1 053

1 220

1 524

Tableau 2 : Évolution des effectifs des étudiants du DGAT de 1999 à 2008.

  

Géo 1

Géo 2

Géo 3

Géo 4

Total

Abomey-Calavi

2 281

1 072

873

572

4 798

Porto-Novo

609

424

314

177

1 524

Sous-total

2 890

1 496

1 187

749

6 322

Total

6 322

Tableau 3 : Effectif des étudiants du DGAT 2007-2008 (Détail par année d’étude).

  • 12  On peut présumer que les diplômés d’histoire ne représentent qu’une proportion dérisoire des ensei (...)
  • 13  À titre d’exemple, l’université de Kankan en Guinée n’avait que 2 000 étudiants et celle de Parako (...)
  • 14  C’est ainsi que face à l’exiguïté de l’amphithéâtre de la FLASH (150 places) du campus d’Abomey-Ca (...)

44Les statistiques disponibles depuis 1999 indiquent, après un léger déclin, une courbe de plus en plus ascendante qui devrait nous rapprocher du seuil de saturation. Globalement, le taux de croissance annuel est 28.9 % – soit 9 fois celui de la population estimé à 3.2 %. En 2006 – 2007 l’effectif des quatre années se monte à 5 067 étudiants (soit 11 % de l’effectif total de l’UAC !) dont 2 110 en 1re année ! (À titre comparatif, les effectifs du département d’histoire et d’archéologie oscillent autour de 150 à 200 étudiants toutes promotions confondues12). Même si l’on n’y ajoute pas les effectifs des maîtrises professionnelles et du 3ème cycle, rares sont les départements de géographie en Afrique qui rivaliseraient avec le nôtre13. Mais une telle situation, loin de constituer un facteur intrinsèque de progrès de la discipline dans un pays à moyens limités, n’a fait au contraire qu’affecter négativement la qualité des enseignements (salles surchargées, insuffisance aiguë d’équipements et de moyens de toutes sortes14), augmenter les charges d’enseignement et d’encadrement (dans la mesure où le nombre d’enseignants habilités n’est que de 15 pour quelque 430 étudiant en maîtrise en 2007, les enseignants les mieux servis se retrouvent ainsi à encadrer chacun jusqu’à 40 mémoires de maîtrise !), et rétrécir le temps de recherche puisque le recrutement ne s’effectue qu’au compte-gouttes.

Un double paradoxe

  • 15  Le tournant ayant marqué le flux d’étudiants de sciences expérimentales vers la géographie daterai (...)

45Il y a un paradoxe en premier lieu dans le fait que les étudiants inscrits de nos jours en première année au DGAT, pour plus des ¾ proviennent des séries scientifiques des lycées et collèges, notamment de la série D (sciences expérimentales)15. D’après une enquête que nous avons effectuée sur deux années universitaires sur le campus de Porto-Novo, la répartition des étudiants de première année selon le bac obtenu se présente comme suit, en 2005-2006 : Séries A : 10, 9 %, B : 2,2, C : 0.25, D : 83,6, Autres : 1.5, contre respectivement 11,7 %, 2.1 %, 2.6, 82.0 et 2.6 en 2002-2003. Or, durant leur cursus scolaire ces élèves accordent fort peu d’intérêt à la géographie et à l’histoire. En effet, les faibles coefficient (2) et masse horaire (3 h/semaine) dévolus à ce couple de matières n’arrangent guère les choses. Il en est autant des disciplines littéraires comme la philosophie, le français et l’anglais susceptibles d’élargir les horizons des apprenants. On se retrouve donc avec des étudiants qui auraient dû en principe être mieux outillés que leurs camarades issus des séries non scientifiques pour affronter avec plus d’aisance et succès les cours de géographie physique et du bloc outils (cartographie et télédétection, statistique appliquée à la géographie, modèles, etc.), mais dont en revanche le background culturel gagnerait à être corsé, sachant que la géographie, c’est d’abord et avant tout une science de l’organisation spatiale des sociétés humaines.

46Au contraire si l’on considère les apprenants provenant de la série B (économique et sociale avec un coefficient 4 en géographie et histoire) ou plus spécialement encore de la série A2 (coefficient 5 en géographie et histoire), cette dernière censée conduire directement aux études universitaires en la matière, sont-ils plus aptes ? Rien n’est moins sûr. Leur background scientifique semble être quelque peu en deçà des exigences de la formation géographique actuelle.

47Enfin, en matière d’enseignement secondaire, le Bénin, indépendant depuis 1960, est toujours tributaire du legs de la colonisation française qui veut que tout professeur de géographie dispense les cours d’histoire et vice-versa. Avec seulement trois enseignements d’histoire dont deux en première année portant sur « Initiation à la science historique » et « Histoire nationale précoloniale », et un en deuxième année sur « Histoire nationale coloniale », nos étudiants vont se retrouver après la maîtrise ou même la licence, responsables de l’enseignement de la géographie (ce qui est normal) mais également de l’histoire (ce qui est beaucoup moins évident), spécialement dans les classes du second cycle et préparer les futurs bacheliers ! La situation n’est d’ailleurs pas plus enviable du côté des diplômés en histoire appelés à enseigner la géographie : leur formation géographique couvre deux enseignements de 2 h par semaine chacun : « Les formes du relief » et « TP de géographie » en première année, et un enseignement sur la « Géographie du Bénin » en deuxièmeannée. Dans de telles conditions, on mesure aisément les retombées de leurs acquis sur les apprenants des lycées et collèges.

48Cette introduction n’a soulevé que quelques aspects de la géographie béninoise en gestation. Beaucoup de questions n’ont été que partiellement abordées. J’ai voulu initier une réflexion, susciter quelques débats contradictoires et constructifs. Car il n’est pas dénué d’intérêt d’esquisser un état des lieux, même sommaire d’une discipline, fût-elle naissante. Soulignons ceci : contrairement à ce que l’on observe dans certains pays africains, l’absence depuis fort longtemps de personnel expatrié dans l’enseignement au Bénin, au sein du DGAT en particulier, constitue un autre point de l’autonomie des Béninois. Emmanuel Mounier en avait rendu hommage en son temps dans la reconnaissance de notre pays comme « Le quartier latin de l’Afrique noire » (cité dans Igué, Soulé, 1985, p. 40). Si les ressources humaines sont potentiellement mobilisables (les jeunes diplômés n’attendent que d’être recrutés), en revanche les infrastructures, équipements et matériels en tous genres, la documentation, font cruellement défaut. Bref, l’environnement dans lequel sont confinés le DGAT et ses acteurs est loin d’être à la mesure des prestations qu’ils sont susceptibles de fournir. Il importe peut-être de veiller davantage à une meilleure orientation des nouveaux arrivants. La croissance vertigineuse des cinq dernières années interpelle les responsables à divers niveaux. L’insuffisance des ressources financières du pays n’explique ni n’excuse pas tout, le manque de volonté politique et une définition peu rigoureuse des priorités sont aussi à incriminer. Mais les pouvoirs publics ont-ils pris toute la mesure de l’enjeu géographie dans le processus de développement global du pays ? Et les géographes eux-mêmes sortent-ils suffisamment des bois ? Car ne l’oublions pas, les savoirs s’élaborent aussi ailleurs, en dehors des laboratoires des universités, au sein même des sociétés, et donc en fonction des préoccupations existentielles de ces dernières. La géographie, ça sert d’abord à assurer le développement des pays et des peuples.

Carte : Principaux sites universitaires.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Thèses

Adam K. S., 1998, Cartographie de l’environnement dans la zone côtière du Bénin et du Togo. D Réhabilitation. Paris-VII, 396 p.

Adam K. S., 1978, Cartographie du milieu naturel dans le moyen Bénin : cas de la région de Savè. D3 Paris-VII,

Addra H. M., 1971, Évolution du milieu lagunaire depuis l’ouverture du port de Cotonou et ses conséquences biogéographiques. D3 Paris-VII, 185 p.

Adihou A. F., 1987, Coopération et développement agricole en milieu Adja-Fon (Bénin). D3 451 p.

Adjahi B. C., 1976, La vie rurale dans la province du Zou secteur sud (Dahomey). D3 Lyon-II, 396 p.

Afouda F. 1990, L’eau et les cultures dans le Bénin central et septentrional. Étude de la variabilité des bilans de l’eau dans leurs relations avec les milieux de la savane africaine. D Paris-IV, 428 p.

Agossou S.-A. N., 1991, Disparités et aménagement en Afrique. La modernisation de Lokossa au Bénin. Fragments de géosociographique. Ph. D. U Laval (Québec) 421 p. ill.

Ahoyo J.-R., 1976, Les villes d´Abomey et de Bohicon. Une capitale historique et un centre commercial moderne dans le Centre-Sud du Dahomey. Étude d’un doublet urbain en pays sous-développé. D3 Paris-VII, XXV + 589 p. ill.

Akoègninou A., 1984, Contribution à l’étude des flots de forêts denses humides semi-décidues en RP Bénin. D3 Bordeaux-III, 250 p.

Akotègnon A., 1981, Structure et évolution du commerce extérieur béninois et problèmes de développement économique et social du Bénin dans la décennie 1970-1980. D3 Paris-VII, 422 p.

Akpaki J. A., 2001, Akerbauer und mobile Tierhalter in Zantral und Nord-Benin. Landnutzungrkonflikte und Landesentwicklung. (Paysans et éleveurs nomades du centre et du nord Bénin. Conflits fonciers et développement rural). D Frei Universitat Berlin.

Baglo M. A., 1989, La mangrove au Bénin : grands équilibres écologiques et perspectives d’aménagement. D3 Toulouse Rangueil, 168 p.

Bancolé A., 1983, L’approvisionnement vivrier de Ouidah. D3 Bordeaux-III, 291 p.

Bio-Bigou B. L., 1987, La vallée bénino-nigérienne du fleuve Niger : population et développement économique. D3 Dijon, 917 p.

Boko M., 1988, Climats et communautés rurales du Bénin : rythmes climatiques et rythmes de développement. DE Dijon, 2 vol. , 607 p.

Boko M., 1975, La plaine côtière du Dahomey à l’ouest de Cotonou : étude de géographie régionale. D3 Dijon, 221 p.

Bokonon-Ganta E., 1987, Les climats de la région du golfe du Bénin. D3 Paris-IV, 248 + LXIX p.

Dissou M., 1983, La palmeraie béninoise : exploitation traditionnelle et aménagement volontaire. DE Paris-X, 2 tomes : 420 p. & 329 p.

Djoï L. S., 1999, Sécurité alimentaire au Bénin. D Bordeaux-III, 290 p.

Domingo É, 2007, La région urbaine du littoral au Bénin : dynamique urbanisantes et environnement, une géographie de l’aménagement du territoire. DE Lomé, 2 tomes, 595 p.

Domingo É, 1978, Le Zou méridional : peuplement et vie régionale (Bénin, Afrique occidentale). D3 Strasbourg-I, 182 p.

Dossou G. O., 2005, Contribution de l’évaluation environnementale stratégique à l’aménagement du territoire : cas du plan directeur d’aménagement du plateau d’Abomey-Calavi. (République du Bénin). D UAC, 348 p.

Èlègbè A. J., 1975, Aménagement des petites villes du centre Dahomey. Le cas de Savè. D3 Toulouse le Mirail, 158 p.

Guèdègbé T., 1999, Planification nationale et développement local : la problématique de la participation des populations aux actions de développement dans le Sud du Bénin. L’exemple des terroirs Adja et Tchi de la zone de contact plateau-dépression, dans le Mono (au sud-ouest). D Strasbourg-I, 348 p.

Gonzallo G., 1994, Les sociétés rurales face à une expérience de développement : le cas de la SEMRY dans l’extrême nord du Cameroun. D Montpellier-III, 256 p.

Hodonou J. C., 1976, La politique d´aménagement du territoire au Dahomey et sa projection spatiale régionale dans le Mono (sud-ouest du Dahomey). D3 Strasbourg-I, 425 p.

Houndagba C. J., 1984, Analyse typologique des paysages d’Abomey-Zagnanado (R. P. Bénin) : exploitation d’un système de programmes PL/1 Neptune. D3 Strasbourg-I, 286 p.

Houndénou C., 1999, Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical humide : l’exemple du Bénin, diagnostic et modélisation. D Dijon, 382 p.

Houssou C., 1998, Les bioclimats humains de l’Atakora (nord-ouest du Bénin) et leurs implications socio-économiques. D Dijon, 318 p.

Hubert H., 1908, Contribution à l’étude de la géographie physique du Dahomey. DE Paris : Larose, 568 p.

Hungbo F., 1978, Rôle de la culture vivrière dans l’économie de la République populaire du Bénin (Enquête dans la province de l’Ouémé). D3 Paris-EHESS

Igué J. P., 1970, Les civilisations agraires yoruba du Centre Dahomey et du Togo. D3 Paris-X.

Kissèzounon V., 2004, La problématique du développement fondé sur l’exploitation des ressources de l’environnement en Afrique subsaharienne : le cas du Bénin. DE UAC, 431 p.

Kissèzounon V., 1978, Élevage, culture attelée et développement rural au Borgou. Contribution à l’étude des transformations économiques dans le nord-est du Bénin. D3 Paris-X, pagination multiple.

Koutinhouin S. É., 1978, La vie rurale en pays Mahi du Moyen Bénin. (Structures sociales et structures traditionnelles, changements et problèmes au sein d’un paysannat ouest africain). D3 Paris-VII, 477 p.

Mama V. J., 2002, An Integrated Approach for Land Use/Cover Change Analysis in a Central Region of Benin Republic. Ph. D. UNILAG, 221 p.

Mondjannagni A. C., 1977, Campagnes et villes au sud de la République populaire du Bénin. Paris-La Haye : Mouton/ACCT, 615 p. (Édition de la DE présentée en 1975 à Paris-VII sous le titre : Vie rurale et rapports villes-campagnes dans le Bas-Dahomey, 2 tomes, 720 p.)

Mondjannagni A. C., 1969, Contribution à l’étude des paysages végétaux du Bas-Dahomey. D3 Abidjan : UNCI, IGT, Annales de l’Université d’Abidjan, série A, G, fasc. 2, 191 p.

N’Bessa B., 1997, Porto-Novo et Cotonou. Origine et évolution d’un doublet urbain. DE Bordeaux-III, 456 p.

N’Bessa B., 1979, Les fonctions urbaines de Cotonou. D3 Bordeaux-III, 290 p.

Okioh C. L., 1972, Contribution à l’étude géomorphologique des reliefs résiduels de la région de Dassa-Zoumè, Fita et Savalou (Dahomey). D3 Paris-VII, 170 p.

Okou C., 1982, Genèse et évolution d’une spéculation nouvelle : les cultures maraîchères dans la région de Cotonou Porto-Novo (R. P. du Bénin). D3 Strasbourg-I, 338 p., VI pl., 21 annexes.

Orékan V. O., 2007, Implementation of the local land-cover change model CLUE-s for Central Benin by using socio-economic and remote sensing data (Implémentation du modèle local CLUE-s à la dynamique de l’occupation du sol et de l’utilisation des terres dans le Centre Bénin aux moyens de données socio économiques et de télédétection). D Rheinischen F. W. Universitat, Bonn, 204 p. sous la direction de Pr Dr Gunter M.

Pélissier P., 1963, Les pays du Bas Ouémé, une région témoin du Dahomey méridional. Faculté des lettres et sciences humaines de Dakar, travaux du département de géographie n° 10, 173 p.

Pliya J., 1976, La pêche dans le sud-ouest du Bénin. D3 Paris-X, 308 p. (ACCT, 1981, 269 p.)

Quenum F. J., 1980, Milieu naturel et mise en valeur agricole entre Sakété et Pobè dans le Sud-Est du Bénin. D3 Strasbourg-I, 267 p.

Tchibozo C. F. H., 1981, Contribution à l’étude biogéographique de la région de l’Atakora : étude typologique des unités de paysage du versant oriental. D3 Paris-VII, 234 +4 p.

Tchibozo É. A., 1998, Évaluation de l’état de l’environnement naturel des parties sud et centre du Bénin à l’aide des images satellitaires multispectrales. Ph. D. Moscou

Ténté B., 2005, Recherche sur les facteurs de la diversité floristique des versants du massif de l’Atakora : secteur Perma-Toucountouna (Bénin). D UAC, 252 p.

Thomas O., 1983, Parakou et sa région. Essai de cartographie thématique sur l’occupation et l’organisation de l’espace dans le Borgou sud. D3 Paris-VII, 182 p.

Tohozin A. Y., 1999, Politiques agricoles, stratégies paysannes et dynamique de l’espace rural dans les basses vallées de l’Ouémé au Bénin et de la Volta au Ghana. D Montpellier-III, 2 vol. , 511 p.

Tossa I., 1983, Cotonou : recherche sur les problèmes d’environnement urbain et du cadre de vie. D3 Besançon, 510 p.

Tossa J., 1982, Les effets géographiques du chemin de fer au Bénin. D3 Bordeaux-III, 273 p.

Autres titres cités

Agossou S.-A. N., 2004, « Dynamique spatiale à Porto-Novo : les effets de la diffusion des produits pétroliers kpayo ». L’Espace géographique : 3, 211-218.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Agossou S.-A. N., 2003, « La diffusion des innovations : l’exemple des zemijan dans l’espace béninois ». Cahiers de géographie du Québec : (47) 130, 101-120.
DOI : 10.7202/007971ar

Association nationale des historiens & géographes du Bénin, 1977, Le Bénin, carte murale de géographie. Recto : physique ; verso : humaine et économique. Cotonou : Sodimas & Paris : Hatier.

Beaujeu-Garnier J., 1975, « Les géographes au service de l’action », Revue internationale des sciences sociales, XXVII, n° 2, p. 209-302.

Gerasimov I.P., 1975, « L’pport de la géographie à l’univers actuel des connaissance », Revue internationale des sciences sociales, XXVII, n° 2, p. 264-272.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Gu-Konu É., 1992, « Une géographie africaine, pour quoi faire ? » L’Espace géographique : 4, 292-303.
DOI : 10.3406/spgeo.1992.3104

Houssou C. (dir.) 2003, Brève présentation du département de géographie. Abomey-Calavi, 60 p. multigr.

Igué J. O., 2007, L’Afrique de l’Ouest, entre espace, pouvoir et société : une géographie de l’incertitude. Paris : Karthala, 555 p.

Igué J. O., 1995, Le Bénin et la mondialisation de l’économie : les limites de l’intégrisme du marché. Paris : Karthala.

Igué J. O., 1995, Le territoire et l’État en Afrique : les dimensions spatiales du développement. Paris : Karthala, 277 p.

Igué J. O. et Soulé B., 1985, L’État-entrepôt au Bénin. Commerce informel ou solution à la crise ? Paris : Karthala, 210 p.

Merlin P. et Choay F., 2000, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement. Paris : PUF, 2ème éd., 902 p.

Sautter G., 1975, « Quelques réflexions sur la géographie en 1975 », Revue internationale des sciences sociales : XXVII, n° 2, p. 245-395.

UNESCO, Géographie : état des lieux. vol. I : 1996 : La dimension environnementale. N 150, pp. 505-629. vol. II : 1997 : Processus sociaux et espace géographique. n 151, p. 1-139, Revue internationale des sciences sociales, 2 volumes.

Top of page

Annex

Principaux sigles et acronymes utilisés

AIMF : Association internationale des maires francophones 
CAMES : Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur
CÉDÉAO : Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest
D : Doctorat unique ou nouveau régime (ou thèse de…)
D3 : Doctorat de 3è cycle (ou thèse de…)
DE : Doctorat d’État (ou thèse de…)
DELL : Département des études littéraires et linguistiques
DGAT : Département de géographie et d’aménagement du territoire
FLASH : Faculté des lettres, arts et sciences humaines
GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
IPCC: Intergovernment Panel for Climate Change
LARES : Laboratoire d’analyse régionale et d’expertise sociale
Ph. D. : Philosophiae Doctor (ou thèse de…)
PNUD : Programme des Nations unies pour le développement
PUB : Projet urbanisme au Bénin
SERHAU : Société d’études régionales d’habitat et d’aménagement urbain
SIG : Système d’information géographique
UAC : Université d’Abomey-Calavi, ex Université nationale du Bénin
UNB : Université nationale du Bénin.

Top of page

Notes

1  Cf. bibliographie. Quatre autres seraient en cours dont deux en géographie physique et deux en géographie humaine. É. Domingo a soutenu sa thèse en 2007 (cf. bibliographie).

2  On retrouve cette idée dans la plupart des écrits géographiques français de l’époque, résumée par G. Sautter en ces termes : « De la même façon que l’histoire se fait dans une géographie, la géographie se construit sur une histoire » (Sautter, 1975, p. 248).

3  Forces, faiblesses, opportunités, menaces.

4 Conversion of Land Use and Effects at Small Regional Scale.

5  Ce texte est publié intégralement en version électronique par Érudit, auquel j’adresse ma vive reconnaissance.

6  Les géographes du DGAT sont présents dans la plupart des institutions évoquées, ou bien les animent ou les ont animées à un moment ou un autre, ou en sont des collaborateurs.

7  Cf. arrêté décanal n° 465-89/FLASH/UNB/D du 19 juillet 1989 portant création des laboratoire de géographie.

8  Dont la carte murale de géographie du Bénin, éditions Hatier & Sodimas.

9  Prix Nobel de la Paix IPCC 2007.

10  Mme Dorier-Apprill, professeure à l’université de Provence, est une précieuse collaboratrice du Laboratoire d’aménagement régional & développement (LARD) qui a bénéficié, grâce à son dynamisme, d’un appui de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) pour son équipement.

11  Cf. Agossou, 1991, p. 54 : « Jusqu´à présent les géographes n´ont fait que décrire, interpréter la terre de différentes manières. Ce qui importe, c´est de la transformer ».

12  On peut présumer que les diplômés d’histoire ne représentent qu’une proportion dérisoire des enseignants d’histoire et géographie du secondaire. Rappelons que dans les années 1970 à l’Institut d’enseignement supérieur du Bénin, on notait la parité entre les effectifs étudiants en géographie et ceux en histoire.

13  À titre d’exemple, l’université de Kankan en Guinée n’avait que 2 000 étudiants et celle de Parakou au Bénin un peu moins de 5 000 à la même période. De même la faculté de des sciences économiques et de gestion réputée populeuse, n’avait que 4 503 étudiants à la même date.

14  C’est ainsi que face à l’exiguïté de l’amphithéâtre de la FLASH (150 places) du campus d’Abomey-Calavi, les cours de 1re année (1 920 étudiants) sont délocalisés à la maison du peuple de Cotonou-5 où ils se déroulent dans les conditions acoustiques et matérielles les plus abominables.

15  Le tournant ayant marqué le flux d’étudiants de sciences expérimentales vers la géographie daterait de 1986, suite à leurs échecs dans les filières auxquelles ils étaient traditionnellement attachés.

Top of page

List of illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22881/img-1.jpg
File image/jpeg, 136k
Top of page

References

Electronic reference

Noukpo Agossou, « Contribution béninoise à la géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Epistemology, History, Teaching, document 486, Online since 19 January 2010, connection on 30 August 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/22881 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22881

Top of page

About the author

Noukpo Agossou

Professeur (Ph. D.) ; Université Abomey-Calavi, Chef du Département de Géographie et Aménagement du Territoire ; Université Porto-Novo, Directeur du Laboratoire d'Aménagement Régional & Développement ; Professeur à l'Ecole Normale Supérieure de Porto-Novo, anoukpo@yahoo.fr

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page