Navigation – Plan du site
2010
487

Le dilemme géographique des partis sociaux-démocrates : l’exemple des partis socialistes en Belgique

The geographical dilemma of social democrat parties: the example of socialist parties in Belgium
Gilles Van Hamme

Résumés

Confrontés au rétrécissement de leur base électorale ouvrière traditionnelle, les partis sociaux-démocrates européens ont cherché à élargir leur électorat en direction des classes salariées intermédiaires. Cette stratégie soumet ces partis à un dilemme permanent dans la mesure où les ouvriers et les classes salariées intermédiaires sont porteurs de différents univers politiques. Ces écarts entre les classes sociales au sein d’un même parti se doublent d’importants écarts entre les différents territoires. Nous montrerons dans le cas de la Belgique la réalité de l’hétérogénéité idéologique de la base électorale des partis sociaux-démocrates, du fait de sa diversité sociale et géographique. Nous poserons enfin l’hypothèse que l’intensité de l’encadrement social lié aux partis leur permet de faire face de façon plus ou moins efficace à ce dilemme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La notion de classes salariées intermédiaires est préférée au concept fourre-tout de classes moyen (...)

1Le dilemme des grands partis sociaux-démocrates européens est bien connu : confrontés au rétrécissement de leur base électorale ouvrière traditionnelle – à la fois du fait de la diminution quantitative de la classe ouvrière mais aussi du changement de nature de celle-ci –, ces partis ont historiquement élargi leur base vers les classes salariées intermédiaires1 (Moschonas, 1994). Toutefois, en lorgnant vers ces catégories sociales, ces partis se sont parfois un peu plus coupés de leur base ouvrière. C’est la nature du dilemme des partis sociaux-démocrates : tout pas fait en direction des catégories intermédiaires est susceptible de leur faire perdre une partie de leur base électorale traditionnelle.

2En effet, le vote de gauche des classes salariées intermédiaires se fait sur une base idéologique différente du vote de gauche de la classe ouvrière. Pour la seconde, le clivage Capital/Travail est prépondérant et la redistribution des ressources constitue la motivation traditionnelle de leur ancrage à gauche. En revanche, les premières se positionnent à gauche à partir d’enjeux très différents et en partie indépendants des questions socio-économiques (Kitschelt & Mc Gann, 1997 ; Kriesi, 1998). Ils privilégient les enjeux liés à l’ouverture au monde, à la multiculturalité ou à l’environnement aux enjeux matériels traditionnels au cœur du clivage Capital/Travail. Dès lors, à l’opposition socio-économique traditionnelle entre la droite et la gauche se superpose une opposition culturelle entre la nouvelle gauche et la droite autoritaire (Flanagan, 1987) ou entre le postmatérialisme et le matérialisme (Inglehart, 1993). Les classes salariées d’exécution (employés ou ouvriers), du moins les segments les moins socialisés à gauche, se trouvent quant à elles confrontées à une double contrainte de vote étant données leurs attitudes politiques moyennes : leur intolérance aux inégalités les inclinerait vers un vote traditionnel à gauche alors que l’ « autoritarisme » et l’ « ethnocentrisme » d’une frange de cette population les incline vers la droite radicale (Houtman, 2003 ; Achterberg, 2006). Dans un tel contexte, lorsque les partis sociaux-démocrates privilégient des thématiques de type nouvelle gauche pour attirer les classes salariées intermédiaires, ils courent le risque d’accélérer leur déclin parmi les classes salariées d’exécution.

  • 2  En effet, les territoires font preuve d’une certaine homogénéité dans les attitudes politiques (Fi (...)

3À ce dilemme sociologique s’ajoute un dilemme géographique. En effet, sur ces questions liées au libéralisme culturel et sociétal, l’hétérogénéité de la base géographique de l’électorat social-démocrate est au moins aussi importante que son hétérogénéité. Ces hétérogénéités sociales et spatiales ne sont pas indépendantes mais ont plutôt tendance à se renforcer2. L’orientation des discours et des pratiques des partis est donc susceptible d’en modifier la géographie. A titre d’exemple, un discours de type nouvelle gauche est plus à même de satisfaire l’électorat des grandes métropoles que l’électorat traditionnel des bassins ouvriers, et plus précisément les classes salariées intermédiaires des métropoles plutôt que les ouvriers des vieux bassins industriels.

4Cette hétérogénéité géographique de leur base électorale oblige tous les grands partis à s’adapter dans leurs pratiques et leurs discours aux réalités locales (Agnew, 2002). Se pose alors la question de la capacité des partis à conserver, à maintenir ensemble, ces électorats socio-géographiquement hétérogènes. Pour éclairer les performances diverses des partis sociaux-démocrates à répondre à ces difficultés, nous ferons appel au concept d’encadrement social (David & Van Hamme, 2009). Ce concept se réfère à la capacité des partis à encadrer les populations à travers des réseaux sociaux d’encadrement de la jeunesse, du monde du travail, du monde associatif…

5Les objectifs de cet article sont donc, d’une part, d’évaluer la diversité sociologique et géographique de la base électorale des partis sociaux-démocrates en Belgique et, d’autre part, d’explorer des pistes pour expliquer la capacité de ces partis à gérer les contradictions de cette base électorale hétérogène. De ce point de vue, la comparaison entre le Parti Socialiste flamand (SP.A) et le Parti Socialiste francophone (PS) est extrêmement éclairante.

6L’article est structuré en trois parties. Après avoir brièvement exposé et précisé la nature des données traitées (section 1), la première partie (section 2) sera consacrée à la mesure des attitudes politiques structurantes des comportements électoraux en Belgique. Elle permettra d’obtenir des échelles d’attitudes politiques pour caractériser l’électorat des différents partis et les différentes classes sociales. La seconde partie (section 3) permettra d’introduire la dimension géographique et d’évaluer les écarts idéologiques entre les territoires au sein de l’électorat des grands partis, en particulier les partis socialistes. Au cours de la troisième partie (section 4), nous chercherons à expliquer la capacité des partis à garder, ou non, une forte base ouvrière et/ou de classes salariées d’exécution en nous référant à l’intensité des réseaux sociaux qui favorisent, ou non, le vote socialiste.

Aspects méthodologiques et données

  • 3  Pole Interuniversitaire Opinion publique et Politique.
  • 4  Instituut voor Sociaal en Politiek Opinieonderzoek.
  • 5  L’enquête postélectorale de 2003 est basée sur 2225 personnes et celle de 1999 sur 4239 personnes (...)

7Les données utilisées dans cet article proviennent pour l’essentiel des enquêtes post-électorales menées conjointement depuis 1991 par le PIOP3 dans la partie francophone du pays et l’ISPO4 dans la partie septentrionale du pays. L’utilisation géographique de ces données pose des problèmes étant donnée la faiblesse des effectifs globaux5. Néanmoins, menée avec prudence, l’utilisation de ces enquêtes est une source unique pour des analyses de géographie électorale. Ces enquêtes permettent de dépasser les analyses classiques de la géographie électorale, fondée sur la répartition géographique du vote, en abordant de front des questions politiques essentielles dont la dimension géographique n’est que trop rarement ébauchée.

8Les effectifs de ces enquêtes limitent fortement les possibilités de croisement à une échelle fine. Pour parvenir à croiser nos différents indicateurs (vote, classe, lieu de résidence) ou travailler à une échelle plus fine (arrondissement), nous avons parfois agrégé les enquêtes de 1999 et 2003 qui sont construits sur des échantillons indépendants. L’utilisation de questions identiques en 1999 et 2003 permet cette agrégation. L’absence d’une évolution sensible sur ces attitudes politiques entre 1999 et 2003 limite les problèmes potentiels liés à la fusion des deux enquêtes. On ne peut toutefois pas exclure des évolutions dans la géographie des attitudes politiques.

  • 6  Les données utilisées pour la pondération proviennent de l’enquête socio-économique de 2001 (recen (...)

9Nous avons réalisé nos calculs avec des données pondérées et non pondérées. Etant données les questions posées par cet article, les variables utilisées comme pondérateurs sont l’âge, le diplôme et le lieu de résidence, en particulier la composition par diplôme de la population de la province ou de l’arrondissement6. En effet, un des biais principaux de ces enquêtes est la sous-représentation des personnes faiblement diplômées. L’utilisation de la pondération est, le cas échéant, signalé en-dessous des figures et ne modifie pas significativement les résultats présentés ici.

  • 7  Voir David & Van Hamme (2009) pour plus de précisions sur ces aspects.

10Les données électorales proviennent du Ministère de l’Intérieur et les données pour établir une géographie des piliers proviennent de sources diverses, en particulier des données provenant des élections sociales, des mutuelles, de la fréquentation des écoles catholiques et des mouvements de jeunesse7.

Les attitudes politiques selon les partis et les classes sociales

  • 8  Pour mener cette analyse, nous avons écarté les quelques questions qui ne sont pas conçues sur bas (...)

11Pour appréhender l’hétérogénéité de la base électorale des partis socialistes en Belgique, nous avons d’abord constitué des indicateurs d’attitudes politiques. Sur base d’une analyse factorielle, nous avons dégagé les attitudes politiques les plus discriminantes au niveau individuel8 (voir la liste des questions en annexe 1). Le premier axe (14 % de l’information) isole clairement les attitudes « ethnocentriques », auxquelles sont associées des attitudes sécuritaires et de rejet du politique et des politiciens. Le second axe (7 % de l’information) oppose les tenants de l’intervention de l’Etat pour réduire les inégalités à ceux plus favorables au laisser-faire et aux régulations par le marché (Graphique en annexe 2). Les composantes suivantes reprennent une part assez faible de l’information (moins de 4 % de l’information) et reflètent parfois la cohérence relative de schèmes de pensée de groupes sociaux limités plutôt que des clivages majeurs.

12Nous n’avons pas repris telles quelles les dimensions construites par l’analyse quantitative sur l’ensemble des questions. Cela se justifie par la difficulté d’interprétation des composantes au-delà de la seconde et le nombre inégal de questions se rapportant aux diverses thématiques.

13Nous avons préféré extraire de l’analyse générale les deux clivages les plus significatifs et établir pour ceux-ci des indicateurs basés uniquement sur les questions qui leur sont directement liés. Ces deux clivages sont par ailleurs ceux décrits par la littérature sociopolitique (Kitschelt & Mc Gann, 1997 ; Chiche et al., 2002 ; Billiet, 1998, 2003) : d’une part, l’opposition sur le rôle de l’Etat et la tolérance vis-à-vis des inégalités, qui recouvre largement le clivage gauche/droite traditionnel, et, d’autre part, l’opposition sur l’adhésion aux valeurs de type « universaliste » ou inversement « ethnocentrique » (Grunberg & Schweisguth, 2003).Nous avons donc construit par de nouvelles analyses factorielles un indicateur pour chacun de ces deux types d’enjeux (« culturel » et socio-économique). Le premier indicateur est basé sur les questions sécuritaires, l’adhésion au système politique, et le positionnement sur les questions relatives à l’immigration et aux étrangers. Il donne à chaque individu un score sur une échelle d’« universalisme versus ethnocentrisme ». Le second indicateur se base uniquement sur des questions relatives à l’adhésion aux valeurs égalitaires. Il permet de classer chaque personne selon sa tolérance aux inégalités. La construction de ces indicateurs est décrite en détail dans l’annexe 3.

14Les électorats des différents partis ont des positionnements moyens très différenciés sur les échelles d’attitudes politiques que nous avons élaborées. Ce seul fait conforte la pertinence de nos indicateurs d’attitudes politiques.

  • 9  Sont considérés comme partis traditionnels les partis socialistes, sociaux-chrétiens et libéraux q (...)

15L’axe « universalisme versus ethnocentrisme » oppose le plus nettement les partis d’extrême droite, proche du pôle « ethnocentrique », des partis écologistes, proche du pôle « universaliste », plus encore pour Agalev que pour Ecolo (Figure 1). En revanche, les autres partis ont des valeurs proches de la moyenne sur cette échelle. Cela explique l’existence d’un espace politique pour des partis se situant avant tout sur ces thématiques liées à ce qu’on a appelé la nouvelle culture politique (Flanagan, 1987), et qui sont prises en compte de façon ambiguë par les partis traditionnels. On comprend aussi que ces partis traditionnels, dont le positionnement repose historiquement sur les clivages liés au libéralisme économique et au clivage Eglise/Etat, aient des difficultés à se positionner sur cette opposition « ethnocentrisme versus universalisme » dans la mesure où le positionnement moyen de leur électorat masque en réalité de fortes disparités internes. Autrement dit, à l’exception des écologistes et de l’extrême droite, l’axe le plus discriminant des attitudes individuelles est le moins prédictif des choix électoraux pour les principaux partis. Précisons néanmoins la position plus proche du pôle « universaliste » de l’électorat SP.A parmi les grands partis traditionnels9.

16En revanche, les partis traditionnels montrent un profil très différencié sur la dimension des valeurs égalitaires, qui opposent sans surprise les partis socialistes et libéraux, avec un électorat des partis francophones systématiquement plus proches du pôle égalitaire (Figure 1).

Figure 1 : Positionnement moyen de l’électorat des principaux partis politiques sur les attitudes d’ « universalisme » et de tolérance aux inégalités, en 2003.

Remarque : le FN a un effectif très limité (12 personnes)
VLD et MR = libéraux flamands et francophones
CDV et CDH = Sociaux-chrétiens flamands et francophones
PS et SP.A = Socialistes francophones et flamands
Nva = Nationalistes flamands
Agalev et ecolo = Ecologistes flamands et francophones
VB et FN = Extrême droite flamande et francophone.

Source : PIOP/ISPO, 2003.

17Les écarts entre les classes sociales sont aussi importants quant à leur positionnement sur les deux principaux clivages en termes d’attitudes politiques (Figure 2). D’une part, sur la dimension de tolérance aux inégalités, les classes supérieures du privé et les indépendants s’opposent aux ouvriers et aux employés. D’autre part, sur le clivage « universalisme versus ethnocentrisme », les ouvriers et les indépendants se situent à l’opposé des classes salariées supérieures.

18Par ailleurs, les classes salariées tertiaires montrent d’importantes différences internes liées au statut social et au type d’employeur. Ainsi, les classes salariées supérieures sont plus tolérantes aux inégalités et « universalistes » que les classes salariées moyennes qui le sont plus que les employés. Les travailleurs du public sont systématiquement plus intolérantes aux inégalités et « universalistes » que ceux du privé. En revanche, chez les employés, la différence privé/public est inexistante. Ces différences d’attitudes permettent de distinguer trois groupes : les classes salariées intermédiaires et supérieures « universalistes » et tolérantes aux inégalités ; les employés et ouvriers « ethnocentriques » et égalitaires ; les indépendants, tolérants aux inégalités et « ethnocentriques ».

19Ces écarts entre les classes sociales se retrouvent aussi au sein des différents électorats, comme l’illustre la figure 3 pour les socialistes et les libéraux. Certes, pour une classe donnée, les votants socialistes se montrent systématiquement plus « universalistes » et moins tolérants aux inégalités que les libéraux, mais les écarts sont considérables au sein des différents partis, reproduisant les écarts moyens entre les classes sociales. La composition de leur électorat éclaire bien les difficultés auxquels ces partis doivent faire face : les classes salariées moyennes et supérieures, caractérisées par un fort universalisme, représentent près du tiers de l’électorat socialiste alors que les ouvriers socialistes plus « ethnocentriques » en moyenne en représentent à peu près 40 %. De la même façon, le Parti libéral doit composer avec une base ouvrière nettement moins tolérante aux inégalités que la moyenne des libéraux, et qui représente tout de même un peu plus du cinquième de l’électorat libéral.

20En guise de synthèse, la tolérance aux inégalités distingue systématiquement l’électorat socialiste de l’électorat libéral, alors que le clivage « universalisme versus ethnocentrisme » s’avère plus discriminant en termes de classes que de partis. Ces écarts de classes se reproduisent d’ailleurs au sein des différents électorats partisans, qui s’avèrent donc très hétérogènes d’un point de vue idéologique, en particulier sur le clivage « universalisme versus ethnocentrisme ». En effet, ce clivage, devenu essentiel dans la différenciation des attitudes politiques individuelles, n’a pas eu un rôle fondateur dans l’émergence des grands clivages politiques si bien que les partis principaux doivent composer avec des électorats très divergents sur ce type de valeur. L’absence de positionnement clair des partis politiques sur ces questions contribue donc à brouiller une lecture de classes des comportements électoraux.

Figure 2 : Le positionnement moyen des classes sociales sur les axes d’« universalisme » et de tolérance aux inégalités.

Note : – Les classes sociales utilisées ici recouvrent pour l’essentiel les classes EGP (voir Erikson & Goldthorpe, 1992 pour la conceptualisation ; Ganzeboom & Treiman, 1996 pour l’opérationnalisation) avec une distinction entre public et privé opérée au sein des classes salariées tertiaires.
– Les données ont été pondérées par le diplôme et lieu de résidence au niveau de la province.

Source : PIOP/ISPO, 2003.

« Universalisme »
(Score moyen de l’électorat)

Tolérance aux inégalités
(Score moyen de l’électorat)

Composition sociale de l’électorat (%)

Libéraux

Socialistes

Libéraux

Socialistes

Libéraux

Socialistes

Classes supérieures du privé

0,34

0,51

1,05

-0,40

14,7

4,7

Classes supérieures du public

0,38

0,78

0,82

-0,54

4,3

5,3

Classes moyennes supérieures du privé

0,22

0,38

0,79

-0,28

18,0

12,6

Classes moyennes supérieures du public

0,21

0,70

0,23

-0,16

10,7

10,2

Employés du privé

-0,24

0,09

0,20

-0,36

11,1

13,5

Employés du public

-0,16

-0,13

0,09

-0,60

3,8

7,0

Indépendants

-0,34

-0,04

0,91

-0,01

15,2

5,0

Ouvriers qualifiés

-0,16

-0,13

0,21

-0,47

7,1

13,0

Ouvriers non qualifiés

-0,29

-0,24

-0,20

-0,43

15,2

28,6

Moyenne

0,01

0,09

0,46

-0,40

100,0

100,0

Figure 3 : Scores moyens sur les axes d’ « universalisme » et de tolérance aux inégalités dans les électorats socialistes et libéraux en fonction de la classe sociale, sur les enquêtes 1999 et 2003.

Note :
– les scores positifs sur l’axe « universalisme versus ethnocentrisme » correspondent au pôle « universaliste » ; les scores négatifs sur l’axe de « l’égalitarisme » rapprochent du pôle « égalitariste ».
– la composition de l’électorat n’a pas été pondérée, elle n’est donc qu’indicative.
– les enquêtes PIOP/ISPO de 1999 et 2003 ont été sommées pour obtenir un échantillon plus important qui permette de croiser le vote et les classes sociales. Les indicateurs d’attitudes politiques ont dû alors être reconstruits sur les seules questions strictement identiques en 1999 et 2003 (voir annexe 1 pour le détail de ces questions).

Source : PIOP/ISPO, 1999 et 2003.

La géographie des attitudes politiques en Belgique et l’hétérogénéité des électorats partisans

21Les attitudes politiques ne traduisent pas seulement des oppositions entre les classes sociales, elles montrent aussi de nets contrastes géographiques (Figure 4).

22Sur la dimension de l’« universalisme », il n’y a pas d’opposition spatiale entre la Flandre et la Wallonie (Figure 1). L’opposition géographique se situe essentiellement entre les régions centrales dominées par les grandes villes et les espaces plus périphériques (Marissal et al., 2008). Aussi, les arrondissements incluant les grandes villes tertiaires apparaissent systématiquement plus « universalistes » ; les zones rurales le sont en moyenne nettement moins, mais c’est surtout le Hainaut industrialo-ouvrier qui se distingue par son très haut score « ethnocentrique ».

  • 10  Depuis 2004, suite à des décisions judiciaires, le principal parti d’extrême droite en Flandre, le (...)
  • 11  Cette différence entre la Flandre et la Wallonie du point de vue des performances de l’extrême dro (...)

23Sur le plan géographique, il n’y a donc pas de relation simple entre le vote d’extrême droite et l’« ethnocentrisme » : la Flandre a une extrême droite plus forte malgré un « universalisme » un peu plus élevé que la Wallonie ; au sein de la Flandre, les arrondissements les plus « ethnocentriques » ne sont pas forcément ceux qui donnent le plus de suffrages au Vlaams Blok10. Tout se passe comme si, en Flandre – et singulièrement dans la province d’Anvers –, les tendances « ethnocentriques » de certaines catégories se traduisaient électoralement par un vote d’extrême droite, alors qu’en Wallonie – et plus particulièrement dans le Hainaut –, l’« ethnocentrisme » de segments importants de la population restait cantonné dans les partis traditionnels (Van Hamme, 2009). Plus précisément, le mécontentement d’une grande partie des classes salariées d’exécution du Hainaut n’a pas forcément modifié leur comportement électoral, qui se marque toujours par un vote massif en faveur du Parti Socialiste. Cette interprétation est confirmée par les positions de l’électorat socialiste de chaque province sur les échelles d’« universalisme » et de tolérance aux inégalités (Figure 4) : d’un côté, les segments les plus « ethnocentriques » de la population wallonne, notamment dans les provinces du Hainaut et de Namur, votent en partie pour le Parti Socialiste et tirent donc le score moyen de l’électorat socialiste vers l’ « ethnocentrisme » ; de l’autre côté, en Flandre, l’électorat le plus « ethnocentrique » est capté par le Vlaams Blok, ce qui se traduit notamment par le fait que l’électorat socialiste flamand est en moyenne plus « universaliste »11.

24Les succès divers des partis écologistes sont aussi très liés à l’émergence du clivage « universalisme versus ethnocentrisme ». Spatialement, les grandes villes, avec leur bourgeoisie ouverte au monde et liée au secteur non-marchand, combinent l’« universalisme » des valeurs et des scores élevés pour les partis écologistes (Bruxelles et ses périphéries, Gand ou Liège).

25Sur la dimension de la tolérance aux inégalités en revanche, l’opposition principale se situe entre l’électorat des arrondissements flamands, nettement plus libéral, et celui des arrondissements wallons, nettement plus favorable au rôle de l’Etat dans la redistribution des richesses. Cette opposition entre la Flandre et la Wallonie se maintient quelle que soit la catégorie sociale concernée : les ouvriers flamands sont moins favorables à la redistribution sociale que leurs homologues wallons et de même pour les autres classes sociales (Figure 3). Au sein de la Flandre, une nette différence entre les espaces métropolitains centraux (Gand, l’axe Bruxelles-Anvers) et les arrondissements périphériques peut être observée. En Wallonie, les fortes proportions de classes supérieures du Brabant wallon y expliquent la position moyenne plus « tolérante aux inégalités », mais avec des scores qui n’atteignent pas ceux du plus « égalitaire » des arrondissements flamands ! Enfin, les arrondissements du sillon wallon sont les plus égalitaires en moyenne.

Figure 4 : La géographie des attitudes politiques par (pseudo-)arrondissement selon les enquêtes post-électorales de 1999 et 2003.

* certains arrondissements ont été additionnés de façon à obtenir des effectifs suffisants, soit 150 personnes en moyenne. Le nombre d’arrondissements est ainsi réduit de 43 à 31 et aucun ne présente un effectif inférieur à 75 personnes.

Note : – les enquêtes PIOP/ISPO de 1999 et 2003 ont été sommées pour obtenir un échantillon plus important qui permet de travailler à une échelle plus fine que la province. Les indicateurs d’attitudes politiques ont dus alors être reconstruits sur les seules questions strictement identiques en 1999 et 2003 (voir annexe 1 pour le détail de ces questions).
– les données sont pondérées en fonction de la composition par diplôme de la population de chaque pseudo-arrondissement.

Source : PIOP/ISPO, 1999 et 2003.

26Cette géographie des attitudes politiques se retrouve quelle que soit la classe sociale. Ceci revient à dire que les attitudes politiques des différentes provinces présentent une certaine homogénéité interne. A titre d’exemple, sur 11 observations (les 10 provinces et la Région de Bruxelles-Capitale), la corrélation entre l’« universalisme » des classes supérieures et celui des ouvriers est de 82 % (R² de Pearson significatif à 1 %). Autrement dit, là où les ouvriers se distinguent par un score élevé sur la dimension « universalisme », les classes supérieures présentent aussi un score moyen élevé.

27Ces résultats mettent en évidence l’existence de cultures politiques régionales et locales caractérisées par des attitudes politiques imprégnant l’ensemble du spectre social. Toutefois, les classes sociales montrent dans l’ensemble des provinces – et de façon relativement stable – des différences significatives d’attitudes politiques : par exemple, les classes supérieures sont toujours plus libérales sur le plan économique que les classes ouvrières. La Figure 5 illustre ces différences entre les classes sur la dimension de l’attitude politique vis-à-vis des inégalités : les écarts entre classes sont similaires quelle que soit la province mais autour d’un niveau moyen différent d’une province à l’autre. Cela revient à dire que les écarts géographiques approfondissent en partie les écarts sociaux sur les attitudes politiques considérées : l’écart entre les ouvriers du Hainaut et les classes salariées moyennes et supérieures de Flandre ou de Bruxelles sont bien supérieures aux écarts sociaux ou géographiques moyens.

Figure 5 : Les scores sur la dimension de tolérance aux inégalités, en fonction des classes sociales, par province en 1999-2003.

Source : PIOP/ISPO, 1999 et 2003.

28Mais l’essentiel ici est de montrer la forte hétérogénéité géographique des attitudes politiques au sein d’un même électorat. Le Figure 6 met en évidence la diversité des attitudes politiques des électorats socialistes et libéraux d’une province à l’autre : aux disparités entre les classes des électorats des différents partis s’ajoutent donc celles constatées entre les provinces. Le parti socialiste francophone en particulier est amené à faire le grand écart entre son électorat hennuyer, très « ethnocentrique », et son électorat bruxellois, très « universaliste ». Du côté flamand en revanche, les données témoignent d’une homogénéité entre les électorats du parti socialiste issus des différentes provinces. L’électorat libéral se différencie quant à lui, tant du côté flamand que francophone, par son caractère plus ou moins tolérant aux inégalités sociales : du côté francophone, l’électorat de Bruxelles et du Brabant wallon se distingue de celui de Namur et du Hainaut (Figure 6).

Figure 6 : Le positionnement de l’électorat socialiste et libéral sur les dimensions de « l’universalisme versus ethnocentrisme » et de « l’égalitarisme », par province, selon les enquêtes 1999 et 2003.

Abréviations :
Lib. = libéraux ; Soc. = socialistes ; XD = Extrême droite
F. Occ. = Flandre occidentale ; Anv. = province d’Anvers ; F. Or. = Flandre orientale ; B.Fl. = Brabant Flamand ; Lim. = Limbourg ; Bxl. = Bruxelles ; RWal. = reste Wallonie ; Lie. = province de Liège ; Hai. = Hainaut.
F = Région flamande.
W = Région wallonne

Source : PIOP/ISPO, 1999 et 2003.

Clés explicatives de la capacité différente des partis socialistes flamand et francophone à gérer l’hétérogénéité de leur base électorale

29Comme nous l’avons vu dans la section précédente, les partis socialistes flamand et francophone s’appuient sur une base électorale très diverse du point de vue social et géographique, et cette hétérogénéité se traduit par des attitudes politiques hétérogènes et difficilement conciliables.

30Cette double hétérogénéité sociale et géographique de l’électorat pose un défi permanent aux partis politiques, qui ont des capacités différentes à y répondre. La question qui se pose est alors d’expliquer la capacité de certains partis à fidéliser un électorat aussi hétérogène. De ce point de vue, la différence entre les socialistes francophones et flamands est particulièrement éclairante. Les partis socialistes ont connu des destins différents au nord et au sud du pays : alors que le PS tourne entre 35 et 40 % en Wallonie dans les années 1970 et entre 30 et 35 % dans la décennie 2000, le SP.A a décliné de façon plus régulière depuis les 25 % du début des années 1970 aux 15 % obtenus lors des deux dernières élections (Figure 7). Surtout, le parti socialiste flamand a récemment perdu sa spécificité ouvrière alors que le parti socialiste francophone garde un ancrage ouvrier spécifique dans le sud du pays (Figure 8). La géographie du déclin électoral récent (entre 2003 et 2007) est elle aussi éclairante : en même temps que le SP.A perdait une partie de sa base ouvrière, les zones qui ont connu les plus fortes pertes correspondent aux zones industrielles de la périphérie flamande (en particulier le Limbourg) alors que les zones centrales et métropolitaines ont mieux résisté.

31C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le positionnement différent de l’électorat socialiste flamand et francophone sur les attitudes politiques. L’électorat plus « universaliste » du SP.A s’explique parce que celui-ci a largement perdu les segments les plus « ethnocentriques » de son électorat alors que le PS a été en partie capable de les conserver.

Figure 7 : Scores électoraux des partis socialistes en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, 1965-2009.

Note : toutes les élections sont des élections législatives nationales à l’exception de celles de 2009, dernières élections en date qui sont des élections régionales.

Source : Ministère de l’Intérieur.

Figure 8 : Evolution de la spécificité

* du vote ouvrier en Flandre et en Wallonie depuis 1978. *Ratio entre la proportion de votes obtenus par le parti au sein de la classe ouvrière et le score moyen du parti.

Note : pas de données pour la Wallonie en 2007.

Sources : PIOP/ISPO (1991, 1995, 1999, 2003) ; Regioscope IV (1981) ; Heerwegh & Swyngedouw (2009).

  • 12  Dans le Hainaut – et singulièrement à Charleroi – le PS a été confronté à de nombreuses affaires j (...)

32Notre hypothèse est que cette capacité différente à garder une base électorale large et hétérogène par les grands partis sociaux-démocrates peut s’expliquer par l’intensité de l’encadrement social lié à ces partis. Cet encadrement social repose sur l’ensemble des réseaux de socialisation extra-familiaux inscrits dans les territoires : syndicats, mutuelles, associations, écoles, maisons du peuple, mouvements de jeunesse, réseaux clientélistes… En Belgique, ces réseaux ont pris la forme des piliers qui ont, à leur apogée, permis l’encadrement potentiel des individus dans un cadre idéologique cohérent – libéral, socialiste ou catholique – depuis leur naissance jusqu’à leur mort (Lorwin, 1971 ; Marissal et al., 2007). Les piliers constituent donc un ensemble d’institutions concurrentes dotées d’une cohérence idéologique forte et assurant un encadrement social des populations.La mise en place des piliers à l’échelle locale correspond à des conditions historiques précises, mais ces piliers peuvent perdurer au-delà des facteurs qui les ont mis en place, acquérant ainsi une forme d’autonomie. Par exemple, l’activité minière dans le sillon industriel wallon y a produit un encadrement socialiste puissant (syndicats, maisons du peuple, mouvements de jeunesse…), qui a survécu à la fermeture des mines et à la tertiarisation de l’économie. Cette hégémonie se complète aussi par la présence de personnalités connues sur le terrain et de pratiques clientélistes souvent associées à une présence ininterrompue au pouvoir12.

33Une des caractéristiques des piliers est leur forte territorialisation : à l’hégémonie du pilier catholique en Flandre périphérique s’oppose la prépondérance des réseaux socialistes dans le sillon industriel wallon (Figure 9) (David & Van Hamme, 2009 congrès AFSP). Nous avons pu montrer que – toutes choses égales par ailleurs – le vote socialiste à l’échelle locale est fortement corrélé à l’ancrage du pilier au sein du territoire (Figure 9). De surcroît, les individus ont une propension d’autant plus forte à voter pour un parti qu’ils adhèrent au pilier correspondant à titre individuel et que celui-ci est fortement présent dans leur environnement. Ce dernier effet est surtout significatif là où le pilier a une présence forte : socialiste en Wallonie et catholique en Flandre (David & Van Hamme, 2009).

Figure 9 : Vote et pilier au niveau cantonal au début des années 2000.

Note : La construction des indicateurs de piliers est basée sur des statistiques diverses tels que l’implantation syndicale, les mutuelles, les mouvements de jeunesse ou les réseaux d’enseignement. La méthodologie basée sur des analyses en composantes principales est détaillée dans David & Van Hamme (2009). Les scores positifs signifient que l’implantation de ces différents réseaux d’encadrement (mutuelles, syndicats…) prend un caractère plus socialiste ou catholique que la moyenne.

Source : Ministère de l’Intérieur ; PIO-ISP, 1999 et 2003 ; Mutualités ; Mouvements de jeunesse.

34Autrement dit, l’hégémonie relative du pilier socialiste en Wallonie – et singulièrement dans le sillon industriel wallon – lui permettrait de garder un électorat qu’un discours et une pratique parfois éloignés des intérêts des classes salariées d’exécution auraient pu lui faire perdre. En l’absence d’un tel encadrement de la population, les partis sociaux-démocrates s’avèrent incapables de garder un fort ancrage au sein des classes salariées d’exécution dans la mesure où leurs élites, leurs discours et leurs pratiques au pouvoir traduisent plutôt leur implantation dans les classes moyennes salariées – singulièrement celles issues du secteur public (Moschonas, 1994). C’est le sort qu’a connu le parti socialiste flamand ces dernières années dont le discours s’est fortement réorienté vers un discours de type nouvelle gauche, c’est-à-dire centré sur une ouverture culturelle plutôt que sur des thématiques socio-économiques.

35Bien sûr, tous les partis ont des discours locaux en phase avec l’électorat auquel leurs représentants s’adressent (Agnew, 2002). Mais ils doivent néanmoins inévitablement faire des choix qui les amènent à se mettre à dos une partie d’un électorat hétérogène sur certains thèmes. Si celui-ci n’est pas retenu par l’habitude et l’intensité de réseaux inscrits dans le territoire, il aura tendance à fuir le parti.

Conclusion

36Tous les grands partis sociaux-démocrates sont soumis au même dilemme que ceux que nous avons identifiés pour les partis socialistes flamand et francophone de Belgique. En effet, les bases électorales des partis sociaux-démocrates occidentaux présentent toutes une forte hétérogénéité sociale et géographique (Delwit, 2002). L’hétérogénéité de la base géographique s’y traduit comme en Belgique par des différences dans les attitudes politiques : en particulier, on a pu montrer que les populations des grandes métropoles européennes sont systématiquement plus « universalistes » que le reste de la population nationale (Van Hamme, 2009). Cette hétérogénéité se décline entre les régions au sein d’un même espace national ou à l’échelle locale au sein d’une même région. La nature du dilemme des partis sociaux-démocrates est donc simple : les stratégies électorales susceptibles d’améliorer leur position auprès des classes salariées intermédiaires des grandes métropoles sont susceptibles de leur faire perdre des points au sein de leur base électorale ouvrière issue des vieux bassins industriels. Ce dilemme doit aussi être compris dans le cadre du champ politique global, au sein duquel les partis sociaux-démocrates disputent certains segments de leur électorat avec d’autres partis : plus précisément, les classes salariées intermédiaires, en particulier celles implantées dans les grandes métropoles ouvertes sur le monde, votent volontiers pour les partis écologistes ; de même que certaines fractions des classes salariées d’exécution, notamment des vieux bassins industriels, sont susceptibles de basculer vers l’extrême droite dans certaines conditions.

37Les difficultés qu’éprouvent ces partis à résoudre l’équation d’agréger des électorats dont les origines sociales et géographiques hétérogènes expliquent des conceptions du monde parfois irréconciliables sont au cœur de la crise de la social-démocratie actuelle. De façon générale, les partis sociaux-démocrates ont privilégié les arbitrages en faveur des classes salariées intermédiaires (Lefebvre & Sawicki, 2005). Ce n’est pas seulement le résultat d’un calcul électoral rationnel fondé sur la réalité objective du déclin de la classe ouvrière : celle-ci représente encore une fraction importante de l’électorat, surtout si on y adjoint les classes salariées d’exécution du secteur tertiaire. C’est aussi la conséquence de la composition de l’élite de ces partis, largement issue des classes salariées moyennes et supérieures (Moschonas, 1994 ; Sawicki, 1997 ; Van Hamme, 2008).

38Toutefois, nous avons pu montrer dans le cas de la Belgique que la capacité des partis sociaux-démocrates à garder une force électorale pouvait en partie s’expliquer par leur capacité d’encadrement des populations, différenciée sur le plan géographique. En particulier, la faiblesse de l’encadrement social lié au pilier socialiste en Flandre a permis l’accélération du déclin récent alors que sa force en Wallonie a au contraire favorisé le maintien d’une base électorale forte malgré son hétérogénéité idéologique.

39Notre hypothèse ne constitue certainement pas la clé unique des performances électorales des partis sociaux-démocrates occidentaux à l’échelle nationale ou locale. Les facteurs politiques propres aux espaces politiques nationaux sont certainement prépondérants. Mais certains exemples permettent néanmoins d’ébaucher une généralisation de notre hypothèse. C’est ainsi que les bonnes performances moyennes des grands partis sociaux-démocrates de Scandinavie et du Royaume-Uni contrastent avec celles plus faibles de leurs homologues en France ou en Italie. Soumis aux mêmes contraintes objectives, les premiers ont pu garder une forte base électorale ouvrière alors que les seconds ont perdu leur ancrage spécifique au sein de la classe ouvrière (De Graaf & Nieuwbeerta, 1999 ; Knutsen, 2004). A l’échelle régionale aussi, ces contrastes se retrouvent : Heath et Weakliem (1995) notent que le vote labour reste plus spécifiquement ouvrier dans les vieux bassins industriels du nord que dans le sud de l’Angleterre où le parti n’a pas le même ancrage ; par ailleurs, l’hégémonie de la gauche dans le centre-nord de l’Italie lui permet de garder des scores électoraux nettement plus élevés grâce à l’intensité de ses réseaux et malgré une base sociale profondément hétérogène (Shin, 2001).

40Toutefois, l’intensité de l’encadrement social associé aux grands partis sociaux-démocrates constitue un héritage historique qui leur permet ici et là de continuer à s’imposer sur la scène électorale. Mais dans une ère de démassification (Dalton, 1984), l’encadrement social partisan peut difficilement être construit ou reconstruit et ne constitue sans doute pas aujourd’hui une stratégie possible pour faire face aux défis que pose le maintien – ou l’élargissement – d’une base sociale et géographique hétérogène. Pour surmonter leur crise, ces partis devront inévitablement trouver des ponts idéologiques plus forts entre les composantes de leur base électorale.

Haut de page

Bibliographie

Achterberg P., 2006, “Class voting in the new political culture. Economic, cultural and environmental voting in 20 Western countries”, International sociology, vol. 21, n° 2, 237-261.

Agnew J.A., 2002, Place and politics in Modern Italy, Chicago, University of Chicago Press.

Billiet J., 1998, « Qui vote pour le Vlaams Blok ? », in Delwit P., De Waele J.-M., Rea A. (eds.), L’extrême droite en France et en Belgique, Bruxelles, Editions complexe.

Billiet J., 2003, « Le parti démocrate-chrétien en Flandre », in Delwit P. (ed.), Démocraties chrétiennes et conservatismes en Europe : une nouvelle convergence ? Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 225-257.

Chiche J., Haegel F., Tiberj V., 2002, La fragmentation partisane, in Grunberg G., Mayer N., Sniderman P.M., La démocratie à l’épreuve. Une nouvelle approche de l’opinion des Français, Paris, Presse de Sciences Po, 203-238.

De Graaf N.D., Nieuwbeerta P., 1999, “Traditional class voting in 20 postwar societies”, in Evans G., 1999, The end of class politics?: Class voting in comparative context, Oxford, New York, Oxford University Press.

Dalton R.J., 1984, “Cognitive mobilization and partizan dealignment in advanced industrial democracies”, The journal of politics, vol. 46, n° 1, 264-284.

David Q., Van Hamme G., 2009, « Piliers et comportement électoral à l’échelle locale en Belgique : une approche historique de l’effet de voisinage », Grenoble, Communication au colloque de l’AFSP disponible sur (http://www.congresafsp2009.fr).

Delwit P. (ed.), 2004, Où va la social-démocratie européenne ? : débats, enjeux, perspectives, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

Flanagan S., 1987, “Value change in industrial societies”, The american political science review, vol. 81, n° 4, 1303-1319.

Ganzeboom H.B., Treiman D.J., 1996, “Internationally comparable measures of occupational status for the 1988 International standard classification of occupations”, Social science research, vol. 25, 201-239.

Grunberg G., Schweisguth E., 2003, « La tripartition de l’espace politique », in Perrineau P., Ysmal C. (eds.), Le vote de tous les refus. Les élections présidentielles et législatives de 2002,Paris, Presses de sciences Po, 341-362.

Heath A., Weakliem D., 1995, “Regional differences in class dealignment: a comment on Johnston and Pattie”, Political geography, vol. 14, n° 8, p. 643-651.

Heerwegh D., Swyngedouw M., 2009, “Wie stemt op welke partij ? De structurele en culturele kenmerken van het stemgedrag in Vlaanderen”, CeSO, ISPO, 2009-12.

Houtman D., 2001, “Class, Culture and Conservatism. Reassessing education as a variable in Political Sociology”, in Clark T.N., Lipset S.M. (eds.), The breakdown of class politics, A debate on post-industrial stratification, Washington D.C., Woodrow Wilson Center Press, 161-195.

Houtman D., 2003, Class and Politics in contemporary social science: “Marxism lite” and its blind spot for culture, New York, Aldine de Gruyter.

Inglehart R., 1993, La transition culturelle dans les sociétés industrielles avancées, Paris, Economica.

Kitschelt H., 1994, The transformation of the European social democracy, Cambridge, Cambridge University Press.

Kitschelt H., Mc Gann A.J., 1997, The radical right in Western Europe, a comparative analysis, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Knutsen O., 2004, Social structure and party choice in Western Europe: a comparative longitudinal study, New York, Palgrave Macmillan.

Kriesi H., 1998, “The transformation of cleavage politics. The 1997 Stein Rokkan Lecture”, European Journal of Political Research, 33, 165-185.

Lefebvre R., Sawicki F., 2005, Le peuple vu par les socialistes, in Matonti F. (ed.), La démobilisation électorale, Paris, La Dispute, 2005, 69-96.

Lorwin V.R., 1971, “Segmented Pluralism. Ideological Cleavages and Political Cohesion in the Smaller European Democracies”, Comparative Politics, vol. 3, No. 2, 141-175.

Marissal P., Medina Lockhart P., Vandermotten C., Van Hamme G., 2007, Atlas de Belgique, Géographie politique, Bruxelles, SPFC.

Marissal P., Medina Lockhart P., Vandermotten C., Van Hamme G, 2008, Les structures socio-économiques de l’espace belge, Monographie de l’Enquête socio-économique de 2001, Bruxelles, INS.

Klandermans B., Mayer N., 1999, « Militer à l’extrême droite », in Perrineau P. (ed.), Les croisés de la société fermée, Paris, cevipof.

Moschonas, G., 1994, La social-démocratie de 1945 à nos jours, Paris, Montchrestien.

Sawicki F., 1997, Les réseaux du Parti socialiste : sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin.

Shin M., 2001, “Whatever happened to Italy’s “red peasant”?: Geographic reflections upon la zona rossa”,BelGeo, n° 1-2, 93-103.

Van Hamme G., 2007, La géographie du vote et les cultures politiques régionales, in Frognier A-P., De Winter L., Baudewyns P. (eds.), Elections : le reflux ?, Bruxelles, De Boeck, 157-182.

Van Hamme G., 2008, « Lectures politiques du lieu de résidences des candidats aux élections bruxelloises », Espace politique, n° 4. (http://espacepolitique.revues.org).

Van Hamme G., 2009, Classes sociales et géographie des comportements électoraux en Europe occidentale, Bruxelles, thèse bientôt disponible sur (http://www.bib.ulb.ac.be).

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Les questions de l’enquête postélectorale de 2003 se rapportant aux différentes dimensions des attitudes politiques, Belgique).

Tableau annexe 1. Les questions de l’enquête 2003 qui ont été utilisées dans l’analyse générale des valeurs et attitudes politiques.

Note :
– en bleu, les questions de l’ACP sur l’égalitarisme ; en orange, les questions de l’ACP « universalisme » ; en vert, les questions de l’ACP « conservatisme moral.
– en gras, les questions que l’on retrouve à l’identique en 1999 et qui ont servi aux analyses cumulées sur les enquêtes de 1999 et 2003.

Source : PIOP/ISPO, 2003.

Annexe 2. Les saturations des différentes questions sur les deux premières composantes de l’analyse en composantes principales menée à partir de l’enquête postélectorale de 2003.

Figure 1. Les saturations des différentes questions sur les deux premières composantes de l’analyse en composantes principales menée à partir de l’enquête post-électorale de 2003.

Note : en rouge : les questions se rapportant à l’ « ethnocentrisme », à la sécurité et à l’opinion sur le système politique ; en bleu, les questions liés aux inégalités sociales ; en mauve, les questions éthiques.
Le détail des questions est repris dans l’annexe 1.

Source : PIOP/ISPO, 2003.

Annexe 3. La construction des indicateurs d’« universalisme », et d’« égalitarisme » en Belgique.

L’indicateur d’« universalisme »

Composante

Valeur propre

% de la variance

1

6,7

35,5

2

2,1

11,0

3

1,4

7,1

4

0,9

4,5

5

0,8

4,3

Tableau annexe 3.1. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 19 questions (questions en rouge dans l’annexe 3).

Tableau annexe 3.1. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 19 questions (questions en rouge dans l’annexe 3).

Tableau annexe 3.2. Saturations des différentes variables (questions) sur les deux premières composantes.

L’écart important entre les deux premières composantes quant à l’information reprise et la prise en compte relativement homogène, il n’ y a qu’une variable mieux prise en compte par la seconde composante) des nombreuses questions justifient le choix de la seule première composante comme indicateur d’« universalisme ».

L’indicateur d’« égalitarisme »

Composante

Valeur propre

% de la variance

1

2,7

45,7

2

1,0

16,3

3

0,7

12,3

4

0,6

9,3

5

0,5

8,6

Tableau annexe 3.3. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 6 questions (questions en bleu dans l’annexe 3).

Tableau annexe 3.3. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 6 questions (questions en bleu dans l’annexe 3).

Tableau annexe 3.4. Saturations des différentes variables (questions) sur les deux premières composantes.

L’écart important entre les deux premières composantes quant à l’information reprise et la prise en compte très homogène des 6 questions justifient le choix de la seule première composante comme indicateur « d’égalitarisme ».

Haut de page

Notes

1  La notion de classes salariées intermédiaires est préférée au concept fourre-tout de classes moyennes et fait référence à un statut (salarié) et à un niveau social, situé entre les classes salariées d’exécution dont l’autonomie est faible et les classes salariées d’encadrement, structurellement liées au capital.

2  En effet, les territoires font preuve d’une certaine homogénéité dans les attitudes politiques (Figure 3). Des analyses menées sur les enquêtes européennes ont abouti aux mêmes résultats (Van Hamme, 2009).

3  Pole Interuniversitaire Opinion publique et Politique.

4  Instituut voor Sociaal en Politiek Opinieonderzoek.

5  L’enquête postélectorale de 2003 est basée sur 2225 personnes et celle de 1999 sur 4239 personnes interrogées. Cela fait 812 personnes interrogées en Région Bruxelles-Capitale, 3391 en Région flamande et 2261 en Région wallonne.

6  Les données utilisées pour la pondération proviennent de l’enquête socio-économique de 2001 (recensement de la population).

7  Voir David & Van Hamme (2009) pour plus de précisions sur ces aspects.

8  Pour mener cette analyse, nous avons écarté les quelques questions qui ne sont pas conçues sur base d’une échelle d’accord (habituellement quantifiée entre 1 et 5 depuis pas du tout d’accord à tout-à-fait d’accord) avec la proposition. Nous avons aussi écarté les questions communautaires.

9  Sont considérés comme partis traditionnels les partis socialistes, sociaux-chrétiens et libéraux qui, depuis les années 1970, sont scindés entre leur aile francophone et flamande.

10  Depuis 2004, suite à des décisions judiciaires, le principal parti d’extrême droite en Flandre, le Vlaams Blok, est devenu Vlaams Belang.

11  Cette différence entre la Flandre et la Wallonie du point de vue des performances de l’extrême droite s’explique aussi par la capacité organisationnelle bien plus grande de l’extrême droite flamande. Cette différence peut elle-même être reliée à l’existence de « noyaux d’agrégation » non isolés du reste du monde politique au sein du mouvement nationaliste flamand, alors que ce type de réseaux n’existait pas ou était marginalisé en Wallonie (Klandermans & Mayer, 1999 ; Van Hamme, 2009).

12  Dans le Hainaut – et singulièrement à Charleroi – le PS a été confronté à de nombreuses affaires judiciaires depuis le début des années 2000. Ces affaires n’ont toutefois affecté que temporairement et très localement le poids dominant du Parti Socialiste dans la région.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-9.png
Fichier image/png, 1009k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau annexe 3.1. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 19 questions (questions en rouge dans l’annexe 3).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-11.png
Fichier image/png, 114k
Titre Tableau annexe 3.3. L’information reprise par les 5 premières composantes d’une analyse portant sur 6 questions (questions en bleu dans l’annexe 3).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22902/img-12.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Van Hamme, « Le dilemme géographique des partis sociaux-démocrates : l’exemple des partis socialistes en Belgique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 487, mis en ligne le 03 février 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22902 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22902

Haut de page

Auteur

Gilles Van Hamme

IGEAT/ULB, Chercheur-assistant, gvhamme@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page