Navigation – Plan du site
2010
490

Grand Baie (île Maurice) : côté jardin, côté cour

Grand Baie (Mauritius island): shown side and hidden side
Jean-Michel Jauze

Résumés

Grand Baie est le « Saint-Tropez » de l’île Maurice, destination touristique par excellence dans l’océan Indien. En l’espace d’une vingtaine d’années (1970 – 1990) ce petit village de pêcheurs et d’agriculteurs, lieu de villégiature de la bourgeoisie locale, est devenu un spot du tourisme international, sous l’effet d’une volonté politique forte de développement du territoire national misant sur ce secteur. Si cette station balnéaire affiche, côté jardin, une image de carte postale, avec sa baie magnifique, ses bateaux, ses hôtels pieds dans l’eau, ses cocotiers, côté cour, c’est la face cachée, un monde de misère dans un environnement repoussant. C’est là tout le contraste qui caractérise ce territoire singulier.
L’occupation du site, opérée de façon anarchique, dans la dynamique d’une activité touristique en plein essor, a produit un paysage urbain chaotique, généré des conflits d’usage, modifié les rapports sociaux et les identifiants culturels, causé d’importants dommages à l’environnement. La dualité de l’organisation spatiale, l’ambiguïté des relations entre visiteurs et visités, les dégradations environnementales, parfois irréversibles, l’inertie des pouvoirs publics, interrogent sur la durabilité du système.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  IELS., 2001, « Le plan de réaménagement de Grand Baie a été lancé cette semaine et les premiers tr (...)

1« Côté jardin, Grand Baie est la station balnéaire carte postale par excellence, avec sa mer turquoise, ses bateaux de plaisance, sa vie joyeuse et insouciante. Côté cour, c’est une sous-humanité pataugeant dans des squats insalubres, cachés derrière le « mur de la honte » de la Cité Lumière, de potentiels foyers d’épidémie »1. Ce regard peu flatteur d’un Mauricien sur la première station balnéaire de son île, le « Saint-Tropez », comme on l’appelle, a de quoi surprendre celui qui a séjourné à Grand Baie durant ses vacances et qui se demande où se cache ce monde de misère. Mais, sans doute, ce visiteur-là n’a-t-il fréquenté que les lieux touristiques de la Route Royale, restaurants, bars, boîtes de nuit et boutiques de « Sunset Boulevard » ou n’a-t-il guère quitté son hôtel durant son séjour, succombant aux délices du « sea, sun and sand ». Quoi qu’il en soit, l’important est surtout l’image qu’il en a retirée : celle d’une station balnéaire ensoleillée, vibrant au rythme d’un tourisme tropical exubérant.

  • 2  IELS., 2003, « Autrefois village de pauvres pêcheurs essentiellement, c’est aujourd’hui le village (...)

2Or, Grand Baie est aussi un lieu de vie, celui d’une population qui profite du tourisme, mais qui, parfois aussi, a du mal à survivre, tout l’envers du décor. Le décor d’un village ayant grandi trop vite sans les équipements et infrastructures nécessaires à une population de près de 12 000 habitants, sans compter les touristes. Le décor d’un village trop occupé à accueillir toujours plus de visiteurs, à aménager son jardin alors que dans son arrière-cour s’entassait un incroyable bric-à-brac.« Once a sleepy village of poor fishermen mainly it is now the tourist village of the island, combining the good, the bad, the ugly and the distasteful »2. L’urbanisation de Grand Baie a valeur de test pour les autres agglomérations côtières. Elle porte en elle les germes du développement, chance unique pour ces petits centres de participer à l’économie nationale, mais aussi de la déstabilisation, exprimant les limites de la dynamique.

3Sa croissance s’est emballée avec l’avènement du tourisme durant les années 1980. Elle est devenue problématique à bien des égards. Se posent les questions cruciales de l’organisation et de l’aménagement de ce fourre-tout urbain, de l’impact sur l’environnement, de l’intégration de ses résidents, du partage des richesses, des contacts interculturels, en somme, de la viabilité même du modèle.

4Cet article se propose de faire un point sur la question de la durabilité du développement de cette station. Il examine d’abord les conditions de sa transformation, porte ensuite un regard sur l’interaction entre le tourisme et la dynamique urbaine, dresse, dans la continuité, un bilan des conséquences d’une urbanisation non maîtrisée, termine enfin par une interrogation sur l’action publique en matière d’aménagement.

Figure 1 : Grand Baie, à cheval sur les districts de Pamplemousse (134 726 hab.) et de Rivière du Rempart (107 243 hab.).

Source : Jauze, 2009.

Du noyau villageois à la station balnéaire à la mode

5Grand Baie (fig. 1) est l’exemple même du petit village de pêcheurs et d’agriculteurs que rien ne prédestinait à devenir cette vitrine du tourisme mauricien, si ce n’est sans doute cette baie magnifique qui, dès la fin du XIXe siècle, sut charmer la bourgeoisie locale en quête de villégiature. Or, en une quarantaine d’années, le tourisme a bouleversé et reconstruit cet espace, transformant son économie, ses paysages, les modes de vie de sa population et ses mentalités. Cette dynamique se mesure à la rapidité d’une urbanisation incontrôlée, densifiant le linéaire côtier, grignotant l’espace intérieur et produisant un paysage urbain chaotique.

Une croissance par et pour le tourisme

  • 3  Maudho A., 2004, Les impacts sociaux et spatiaux du développement touristique : étude du cas de Gr (...)
  • 4  Le tout premier hôtel, « l’Isle de France », avait été construit au cœur même du village en 1967. (...)

6L’agglomération se développe véritablement avec l’arrivée du tourisme qui s’organise en trois phases3. Les « premiers pas » s’effectuent en 1973, avec l’ouverture de deux hôtels : « le Merville » à Péreybère et « le Club Med » à Pointe aux Canonniers4. Le « nouveau souffle » des années 1980 s’inscrit dans le redressement général de l’économie nationale et la volonté du gouvernement, sous l’impulsion du Premier Ministre, Sir Anerood Jugnauth, de faire du pays une destination phare dans l’océan Indien. Ces années voient la construction de nouveaux hôtels : « les Orchidées », « l’Hibiscus Village Vacances » et surtout le « Royal Palm », fleuron de l’hôtellerie de luxe, inauguré en grande pompe en 1985. Les années 1990 sont cellesde « l’accélération » : l’hébergement se diversifie, les appartements et bungalows se multiplient, s’adressant à une clientèle moins aisée, les équipements et activités commerciales se densifient, composant l’actuel visage de la station, avec comme point d’orgue, l’édification de « Sunset Boulevard », sa pièce maîtresse.

  • 5  Cette bande de terre, du domaine public, autour de l’île, d’une largeur de 81,21 mètres à partir d (...)

7L’évolution spatiale se lit au travers d’une urbanisation massive et peu encadrée. Hôtels et résidences se disputent les derniers mètres carrés de « Pas géométriques »5. Le manque de place sur la côte oblige l’agglomération à s’étoffer vers l’intérieur. La croissance s’effectue au détriment de l’espace naturel et des terres agricoles, sous forme de lotissements résidentiels (Pointe aux Canonniers)ou de poches d’habitat précaire (Cité Lumière).

8Cette dynamique produit au cœur de l’agglomération un paysage urbain désordonné, mêlant boutiques, magasins, restaurants, centres de loisirs et de services, hôtels, appartements, dans des styles disparates. Les constructions, occupées avant leur achèvement ou terminées à la hâte, témoignent de la rapidité du mouvement. L’espace le long de la Route Royaleest densifié au maximum. La partie orientale de la baie affirme sa fonction touristique et culturelle, avec l’implantation de nouveaux hôtels, « Le Véranda », « Le Mauricia », à proximité du « Grand Baie Yacht Club », du « Royal Palm » et d’un Centre de Conférences International qui accueille en 1993 le sommet de la francophonie présidé par François Mitterrand.

9La densification de l’agglomération est soutenue par la création, en arrière du noyau historique, de deux nouveaux centres d’intérêt : le « Bazar de Grand Baie » et le complexe commercial « Super U ». L’ouverture du premier, véritable souk où l’on trouve de tout à bon marché, notamment des contrefaçons de grandes marques, a développé le long de Racket Street qui le dessert, toute une série d’activités : boutiques de souvenirs, de vêtements, lieux de restauration, appartements, à même les résidences rapidement transformées. L’inauguration en 2001 du centre commercial « Super U », regroupant des activités de commerce, de loisirs, de restauration, de services et des appartements de luxe, a ouvert un nouvel axe d’urbanisation dans cette direction.

10La croissance rapide de Grand Baie à partir du tourisme s’explique en grande partie par l’implication de ses habitants qui ont rapidement compris tout le profit qu’ils pouvaient en tirer, en rien comparable aux maigres revenus de la pêche ou de l’agriculture. Les nouvelles générations sont moniteurs de sports nautiques, tours-opérateurs, travaillent dans les hôtels, les restaurants, les commerces et services ou s’installent à leur propre compte. Cette profusion d’activités est une composante essentielle du dynamisme urbain, caractérisé par une transformation rapide des constructions. Sur la parcelle d’habitation, fonction résidentielle et activités économiques se mêlent, associant habitat, activités de commerce, de restauration, d’hébergement et des services plus ou moins licites. Cette stratégie construit un paysage urbain étonnamment évolutif et varié où les constructions, sous formes de pièces rapportées à l’habitation au fur et à mesure des entrées d’argent et des opportunités d’activités, construisent de curieux labyrinthes immobiliers.

Grand Baie, ville ou gros village ?

11L’agglomération s’inscrit dans un continuum urbain de plus de 6 km, de Pointe aux Canonniers à l’ouest à Péreybère au nord (fig. 2). Il est difficile d’en distinguer les limites précises. Sa population n’a pas cessé de croître : 3 146 habitants en 1962, 4 837 en 1972, 7022 en 1983, 11 505 en 2007. Entre 1983 et 2007, elle augmentait de 63,84 %, alimentée par une croissance moyenne annuelle de 2,07 %, alors que les villes connaissaient une évolution de 1,44 % par an, et l’ensemble de l’île, de 0,99 %.Ce dynamisme est à mettre au compte de la reprise touristique des années 1980 et du décollage des années 1990.

12Son effectif aggloméré la situe parmi les 14 centres occupant le second rang de l’armature urbaine nationale. S’y ajoutent le nombre de touristes, soit entre 25 % et 30 % des arrivées dans l’île, et les flux de visiteurs de passage. On estime ainsi que sa population est multipliée par deux, voire par trois, durant les week-ends et les périodes de congés scolaires. Les vacances de l’été austral à La Réunion, île voisine, correspondent à un pic d’affluence. Les Réunionnais qui composent 14 % des touristes affectionnent particulièrement le Nord de l’île en raison de ses facilités d’hébergement para-hôtelier à petit budget.

Figure 2 : Une urbanisation linéaire épousant le littoral balnéaire.

Source: Ministry of Housing and Land: photo aérienne 1991, IGN.

13Malgré son chiffre de population, Grand Baie ne fait pas partie des villes mauriciennes, officiellement définies par la division administrative du territoire en Municipality Council Area (MCA) et Village Council Area (VCA). En dehors des cinq MCA (Port Louis, Beau Bassin-Rose Hill, Quatre Bornes, Vacoas-Phoenix, Curepipe), les autres agglomérations, qu’elle qu’en soit la taille, sont des villages. La station touristique compte 25 % de sa population dans le district de Pamplemousse à l’ouest et 75 % dans celui de Rivière du Rempart à l’est (fig. 1). Sa gestion relève donc de deux Conseils de district (District Council), et sa seule instance administrative, le Conseil de village (Village Council), n’a que peu d’attributions.

14Sa « centralité » se construit autour de « Sunset Boulevard », des boutiques, des restaurants, des bars, des centres touristiques et des banques, essentiellement à partir de la fonction commerciale. Avec la multiplication des centres d’intérêt le long de la Route Royale ainsi que vers l’intérieur, celle-ci tend à se disperser.

15Au total, si l’agglomération présente incontestablement un visage urbain, au travers de son dynamisme économique, de son animation, de son rythme de fonctionnement, la faiblesse de son encadrement administratif, conjuguée à la carence de ses équipements de base, ne la désigne effectivement pas comme étant une ville.

Une agglomération qui vit au rythme du tourisme

16Grand Baie est façonné par le tourisme, réalité qui s’observe dans ses paysages, ses activités, ses rythmes et modes de vie, ses mentalités. Le désordre urbain qui l’affecte n’est que la manifestation apparente de nombreux problèmes sous-jacents. Le secteur touristique, comme dans nombre de pays émergents, est parasité par toute une gamme d’activités informelles qui complètent et déstabilisent l’économie formelle. Le contact permanent entre visiteurs et visités transforme les mentalités et les cultures locales.

Désordres spatiaux, conflits d’usage et spéculation foncière

17Entre 1970 qui marque le début de l’activité touristique et 1990 qui en consacre l’avènement, on assiste à une surconsommation foncière et à une occupation rapide des meilleures plages, entre Pointe aux Canonniers et Péreybère. Le village multiplie par 4,5 sa superficie bâtie entre 1967 (73,7 hectares) et 1991 (345 hectares), avec une extension vers l’intérieur à Pointe aux Canonniers (fig. 2). À partir des années 1990, la croissance est moindre (15 hectares) et s’effectue essentiellement en arrière du centre historique, vers le nouveau complexe commercial. L’urbanisation procède surtout par densification interne. Cette construction de la ville sur la ville, en l’absence de schéma directeur, génère certains problèmes.

18Il existe à Maurice une législation réglementant l’occupation et l’usage du sol : le Pas Géométrique Act (1895), le Town and Country Planning Act (1954), et des documents-cadres comme le National Development Stategy (2003), les Outlines Planning Schemes (2006). Mais, à l’exception du Pas Géométrique Act, ces dispositions ne définissent que les grands principes de l’aménagement du territoire et n’ont pas une approche suffisamment fine pour être opératoires sur le terrain. Ainsi, le Outline Planning Scheme de Pamplemousse Rivière du Rempart, qui intéresse Grand Baie, propose, au niveau des deux districts réunis, un zonage des fonctions résidentielles, agricoles, industrielles, mais reste muet à l’échelle agglomérée.

  • 6  Pébarthe H., 2003, Le tourisme, moteur du développement de la République de Maurice ? Un secteur à (...)

19Comme le fait remarquer H. Pébarthe, les Conseils de districts qui délivrent les permis de construire peuvent, en s’appuyant sur le Town and Country Planning Act, les refuser pour des raisons environnementales ou architecturales. « Pourtant, dans les faits, ces autorités négligent ces possibilités, en partie du fait d’une incompétence des services concernés »6.

20Par ailleurs, l’absence de cadastre et de plans cadastraux dans l’île, préjudiciable au suivi des mutations de propriété et d’évolution du bâti, explique le flou du parcellaire urbain. En dehors des zones périphériques récemment loties à partir d’un découpage géométrique (Pointe aux Canonniers, Péreybère, sortie Est de l’agglomération), le reste de l’agglomération montre une occupation très confuse.

  • 7  Ministry of Housing, Land and Town & Country Planning., 1995, National Physical Development Plan, (...)
  • 8  Nom local donné aux résidences secondaires, généralement situées sur la côte, occupée durant les w (...)

21Le linéaire côtier est occupé à hauteur de 47,80 % par les résidences privées, 24,63 % par les hôtels, 19,7 % par les plages publiques et 7,39 % par les équipements et activités de loisirs7. Son occupation et son utilisation sont sources de confusion et de conflits. Juridiquement, les terres des « Pas géométriques » font partie du domaine public et sont en principe inaliénables et imprescriptibles (cf. note 5). Etant parmi les plus convoitées de l’île, elles ont fait l’objet, de la part de l’État, de concessions à bail trentenaire renouvelable, pour la construction de résidences privées (les « campements »8), de bungalows à usage locatif ou d’hôtels. La plage devant ces constructions « pieds dans l’eau » reste, en principe, propriété publique, accessible à tous. Or, dans les faits, il en est autrement.

  • 9  Voir à ce propos : Magnan A., 2007, « Tourisme et réserves d’espaces pour les pratiques locales su (...)
  • 10  IELS., 2001, op. cit., p. 2.

22L’État mauricien est ainsi pris dans un conflit permanent entre les différents utilisateurs du site. Conflit entre la population locale désireuse de récupérer le libre usage des plages et les « envahisseurs » des « Pas géométriques », propriétaires des campements et hôteliers qui tendent à en contrôler l’accès9. « Ainsi, entre la poste et le temple tamoul, sur moins de 100 mètres, près de 6 « chemins de ligne » existent du côté des terres. Ces chemins devraient se retrouver aussi de l’autre côté de la route, vers la plage. Or, nombre d’entre eux ont été fermés par des portails ou des murs, bloquant ainsi l’accès public à la plage »10.

23Conflit également entre les propriétaires des campements et les hôteliers, les premiers ne souhaitant pas que les touristes utilisent les plages devant leur résidence. Certains ont même construit des murets afin de les « privatiser », d’autres laissent volontairement traîner leurs chiens sur la plage afin de décourager ceux qui s’y hasardent.

24Cette libre occupation de l’espace côtier amène les différents utilisateurs à adopter une stratégie de territorialisation du domaine public maritime. Entre Pointe aux Canonniers et Péreybère, la plage alterne des portions réservées aux hôtels, aux campements, aux clubs, aux activités nautiques. Chacun a recours à des moyens dissuasifs pour en interdire l’accès aux autres, allant des chiens féroces aux gardes privés. La plage du « Royal Palm », séparée de celle, publique, de « La Cuvette », par une barrière rocheuse, est certainement la mieux « défendue » de l’île.

  • 11  « Quand il s’agissait d’aménager le terrain, le gouvernement n’avait pas d’argent. Maintenant que (...)

25Conflits enfin dans l’agglomération, pour l’utilisation des équipements et des espaces publics, à l’exemple de celui qui, en mars 2009, a opposé les sportifs et les élus locaux au ministère du Tourisme, à propos de l’occupation du terrain de football par une foire touristique. « Kan ti bizin aranz terin, gouvernma pat i ena larzan ; aster kan sponsor finn reamenaz terin zot pe rod akapar nou terin pou fer tou kalité tam tam ek galimatia ». (…) « Fode pa fer plezir sertin dimoun o detriman bann sportif… »11.

26Insuffisance de la législation, absence de document d’urbanisme à l’échelle agglomérée, souplesse ou carence technique des autorités en matière de délivrance et de contrôle des autorisations de construction, grande liberté de la population et des opérateurs économiques à l’égard des lois se conjuguent donc pour expliquer le désordre spatial de la station.

  • 12  1 roupie équivaut à environ 0,0225 euros.

27Par ailleurs, le développement touristique, le manque de place et la forte demande foncière génèrent une poussée inflationniste des prix. Les terrains constructibles sont passés de 500 roupies12 le m2 au début des années 1980 à 4 000 à 6 000 roupies actuellement. Une villa « pieds dans l’eau » qui valait 1 million de roupies en 1980 se négocie à présent entre 8 et 14 millions.

  • 13  Les RES, à la suite des IRS (Integrated Resort Scheme), sont des résidences de luxe dans des compl (...)

28En l’espace de six ans, les prix des locations ont augmenté de 200 %. Une résidence avec piscine et vue sur mer qui se louait à 20 000 roupies par mois en 2003 se loue actuellement entre 60 000 et 100 000 roupies. Des sociétés d’investissement dans l’immobilier de luxe commencent à s’intéresser à la région. Un premier projet de Real Estate Scheme (RES)13,« Casasola », porté par « Park Lane Properties », à destination d’une clientèle étrangère riche, sortira de terre d’ici à la fin de l’année 2009, avec des villas de 418 et 770 m2, sur des parcelles de 6 050 m2. Répondant à la demande locale de la upper middle class, le groupe « Evaco » propose les « Athéna Villas » à 7 millions de roupies l’unité.

29Beaucoup de propriétaires immobiliers se sont transformés en loueurs occasionnels. Certains n’ont pas hésité à quitter leur maison, la transformant en meublé de vacances, pour aller habiter plus loin, vers l’intérieur, à Camp Pavé ou Triolet, jouant sur le différentiel du prix du loyer et le gain réalisé. Cet exemple de la capacité d’adaptation de la population à l’activité touristique n’est pas unique, nombre de services et de petits métiers ont ainsi vu le jour, donnant naissance à une économie parallèle florissante.

Un secteur informel en plein essor

  • 14  Maudho A., 2004, op. cit., p. 78-82.

30Le touriste est par définition disposé à dépenser son argent et les habitants de Grand Baie l’ont vite compris. Autour de l’activité légale, employant une bonne partie de la population active, s’est développé tout un secteur informel qualifié de « parasitaire »14. Cette économie souterraine, en plein essor, très lucrative, bénéficiant de la bienveillance des autorités, commence à poser problème car, si la plupart des activités sont « tolérées », certaines, en revanche, sont illicites. Son expression la plus visible est la grande liberté des prix qui varient de 1 à 5, de sorte que marchander est devenue l’expression courante de la transaction commerciale, jeu auquel se prête volontiers le visiteur, encourageant ainsi sa pratique.

31Ce secteur informel rassemble une foule d’activités, depuis le rabatteur pour les hôtels, restaurants, boîtes de nuit, tours-opérateurs, jusqu’aux taxis, guides, loueurs d’appartements, de vélos, motos, bateaux, en passant par les marchands ambulants, salons de massage et autres gardiens de voiture. Ses ramifications sont multiples : entre le « grossiste » qui importe la marchandise ou la détourne des usines et le petit marchand de rue, s’interposent différents intermédiaires. Ces filières s’organisent en réseaux associant secteurs formel et informel dans le dessein de se partager la manne financière. Ces réseaux s’articulent autour d’un personnage-clé, figure emblématique du « business mauricien », le chauffeur de taxi, véritable centrale de renseignements, à la fois transporteur, rabatteur, homme d’affaires, toujours prêt à faire profiter ses clients de la « bonne affaire ».

  • 15  IELS., 2001, ibid.
  • 16  L’Express, 2007, « Collégiennes : la grande tentation », Commerce du sexe, Mauritiustoday.com, 17  (...)

32Avec l’arrivée massive de touristes en quête de distractions et d’exotisme, la prostitution autrefois limitée à la capitale et aux villes de la conurbation, a gagné les lieux. Le développement d’une vie nocturne autour des discothèques, restaurants, bars, et la présence de nombreux hôtels ont rapidement attiré les filles en quête d’argent facile. « Grand Baie by night, c’est toute une faune insoupçonnable dans la journée »15. Si on est loin du tourisme sexuel, le phénomène prend toutefois suffisamment d’ampleur pour que la presse s’en fasse l’écho, notamment lorsqu’il touche des mineurs. « À Grand Baie, région hautement touristique, la pédophilie est une cruelle réalité. Selon la police, il existe bel et bien plusieurs réseaux de pédophilie. Les personnes qui contrôlent ces réseaux sont puissantes et ont des contacts intimes avec des politiciens et certains hauts gradés de la police. Leurs pattes sont graissées régulièrement sous forme de cadeaux… »16.

  • 17  Week-End/Scope., 2006, « Prostitution, vers un rajeunissement inquiétant », Mauritiustoday.com, 24 (...)

33Accompagnant la prostitution, la drogue circule également. Du gandia (cannabis), drogue douce, à l’héroïne, drogue dure en provenance de l’Inde, en passant par le subutex, mélangé au Brown sugar et à la morphine, Grand Baie est devenu le centre d’un important trafic qui épouse les lieux et les réseaux de la prostitution. La plupart des prostituées sont, elles-mêmes, du milieu. « Sous l’emprise de la drogue, les femmes ne trouvent d’autre recours que la prostitution. Dans certains cas, elles sont sous la dictature de leur partenaire, lui aussi dépendant de la drogue »17.

34Ces innombrables petits métiers qui se sont développés avec l’économie touristique font partie du décor et de l’exotisme de la station. Bien intégrés à l’économie locale, ils participent à sa vitalité, en dépit des plaintes du secteur déclaré qui proteste contre cette concurrence déloyale. En revanche prostitution et drogue sont dénoncées par les habitants, en raison de l’image désastreuse qu’ils véhiculent, et du risque qu’ils font peser sur la jeunesse.

Des perturbations culturelles et socio-économiques

35Maurice offre une palette ethnique remarquable (Hindous, Chinois, Créoles, Franco-Mauriciens, Musulmans) qui se donne à voir au travers des religions, des modes de vie, des costumes, des fêtes, de la gastronomie, de l’architecture, des productions artisanales. Le tourisme participe à une certaine valorisation de cette richesse culturelle. La construction de l’hôtel « Véranda », dans le style créole traditionnel est révélatrice de cet effort d’offrir aux visiteurs une part de l’héritage ancien, même si celui-ci est parfois enjolivé pour les besoins de la cause. Les galeries d’art, bien implantées dans le village, comptent plus de 50 % de leur clientèle parmi les visiteurs. L’artisanat local profite également de ce marché exceptionnel, en témoigne l’ouverture d’un « craft market » au cœur de la station. Les spectacles de musiques et de danses traditionnelles dans les hôtels sont aussi un moyen de promotion les groupes locaux.

  • 18  Maudho A., 2004, ibid., p. 73-74.
  • 19  La maison mauricienne typique est une sorte de cube en béton surmontée d’une dalle, aux fenêtres e (...)

36Mais le tourisme ne présente pas que des avantages. Les situations de contacts se traduisent par certaines formes d’acculturation. Une étude18 révèle, parmi les jeunes de moins de vingt ans, un désir d’imitation qui se traduit par l’adoption de nouvelles habitudes vestimentaires, alimentaires, de nouveaux comportements sociaux et de nouveaux loisirs. Ce phénomène gagne inégalement le reste de la population. Il est plus développé chez les classes aisées ayant accès plus facilement à la consommation et aux loisirs coûteux. Cette différence est particulièrement visible à Pointe aux Canonniers et à Péreybère où les styles architecturaux et les modes de vie se standardisent, alors que de l’autre côté de la route, vers l’intérieur des terres, la « mauricianité » reste encore bien présente, au travers des petits autels domestiques dans les cours, des costumes traditionnels, du style de construction19.

  • 20  Maudho A. 2004, ibid., p. 78.

37Si le tourisme participe à la valorisation de l’héritage culturel, il le pervertit aussi. Les soirées de danses traditionnelles dans les hôtels, à l’instar du séga mauricien ou du bollywood, relèvent davantage de l’exhibition de danseuses exotiques que de réels shows culturels. Ce frottement de mondes différents participe à la production d’une culture duale, constituée d’héritages anciens et d’apports exogènes, et marque l’ambiguïté des relations à l’étranger. Pour A. Maudho, le développement touristique est venu perturber le rapport naturel du Mauricien à l’étranger par « une extension brutale des rapports marchands et une rapide substitution des valeurs d’échange aux anciennes valeurs collectives d’usage. (…) Il en ressort des relations ambiguës où se mêlent la sympathie, l’amitié, mais surtout l’intérêt et le profit »20.

38Enfin, le tourisme est responsable de la flambée des prix à la consommation qui ont été multipliés par quatre en une dizaine d’années. Maurice a longtemps misé sur l’avantage d’une monnaie faible pour attirer les visiteurs, notamment ses voisins Réunionnais qui venaient y faire leurs emplettes. Cet avantage est en train de disparaître avec la hausse des prix, à peine compensée par les régimes de franchise (duty free).Si les prix restent abordables pour des visiteurs à monnaie forte, en revanche, ils sont devenus exorbitants pour la population locale. Globalement, ceux de Grand Baie sont le double de ceux pratiqués dans les villes centrales, excluant ainsi une partie de la population de l’accès à certains produits ou services : fruits frais, produits de la mer, loisirs nautiques, location d’appartement ou de bungalow. Cette forme d’exclusion est devenue insoutenable pour les habitants qui s’estiment lésés dans leur propre pays.

Quel équilibre social ?

  • 21  IELS, 2003, « Tourisme et xénophobie », in Le Mauricien, 4 août 2003, p. 2. (http://iels.intnet.mu (...)
  • 22  Dans le passé, il y a eu quelques altercations sur les plages entre Mauriciens et touristes, dont (...)
  • 23  A. Magnan, op. cit., p. 342.

39« La pression sur les plages publiques est aujourd’hui énorme mais l’État, la tête enfouie dans le sable, continue à favoriser la politique de l’autruche. Les gouvernements qui se succèdent donnent l’impression de ne privilégier que le développement touristique au détriment des aspirations des Mauriciens en termes de plages et de loisirs. Continuer dans cette voie, c’est aller vers la catastrophe »21. Ce constat découle de toute une série d’incidents22 qui, pris isolément s’apparentent au mouvement d’humeur, mais qui, additionnés, révèlent un réel malaise dans l’utilisation des plages de l’île. Comme l’évoque A. Magnan, « … les ambitions locales et exogènes tendent à entrer en conflit pour l’usage des dernières plages disponibles »23. Globalement, la population doit se contenter de 19 km de plage contre 29 km pour les hôtels et 52 km pour les propriétaires.

40À Grand Baie, la plage de « La Cuvette », d’une centaine de mètres, coincée entre le « Grand Baie Yacht Club » et le prestigieux « Royal Palm », est nettement insuffisante pour accueillir le flot de Mauriciens qui, les week-ends et périodes de congés, envahissent le bord de mer. Les plages publiques de Pointe aux Canonniers et de Péreybère sont également saturées et surtout manquent de confort (équipements en eau, toilettes, poubelles, aires de pique-nique).

  • 24  IELS., 2001, « Plage publique : Le réaménagement de La Cuvette débute le 28 août », in Le Mauricie (...)

41L’histoire de « La Cuvette » est assez particulière. En 2001, le « Royal Palm » fleuron du groupe « Beachcomber » menace de fermer ses portes, déserté par sa riche clientèle qui n’apprécie guère la présence de la population locale sur la plage devant l’hôtel. Le gouvernement réagit alors en lançant l’opération « réaménagement de La Cuvette ». « Le projet de La Cuvette s’inscrit dans un concept de développement intégré qui concilie les besoins du développement touristique avec ceux de la population » explique Nandho Bodha, le ministre du Tourisme24. Les 20 millions de roupies du coût de l’opération sont financés à hauteur de 80 % par le groupe « Beachcomber » et de 20 % par l’État. En contrepartie, la plage du « Royal Palm » est totalement interdite au public qui possède désormais la sienne, toute équipée : centre nautique, restaurant, poste de sécurité, voie d’accès pour handicapés, toilettes avec vestiaire, promenade avec des échoppes, parking.

  • 25  Simon T., Jaufeerally K., 2008, « Des littoraux sous contrainte », in Jauze J.M., (ed.), L’île Mau (...)

42Cette « crise de La Cuvette », celle, plus récente, de l’occupation du terrain de football par la foire touristique, est révélatrice de la position des différents gouvernements à l’égard du tourisme, « troisième pilier de l’économie », qui doit perdurer coûte que coûte. Elle montre également à quel point il est important, pour la pérennité du système, de pouvoir ménager l’équilibre entre les intérêts privés, ceux de l’État et ceux de la population. Or, avec le tourisme de masse à Grand Baie, cet équilibre devient précaire. « L’émergence de résistances sociales »25 est sans doute le signe qu’il est temps de songer à une réelle politique de développement concertée.

Les conséquences d’une urbanisation non planifiée

43La dynamique spatiale de Grand Baie a été guidée par quatre principaux facteurs : une activité touristique en plein essor, une population en constante augmentation, composée de locaux et de visiteurs, un espace exigu, limité à une étroite bande côtière bloquée par un intérieur agricole ou marécageux, un axe côtier unique, relié à l’arrière-pays par deux voies secondaires. Ces conditions ont participé à une occupation rapide et spontanée de l’espace se traduisant par un désordre urbain apparent, des dysfonctionnements et des conséquences environnementales préoccupantes.

Une linéarité structurelle qui oppose deux mondes

44La route côtière B 13 (Route Royale) est l’axe vertébral de l’agglomération. Du rond-point de Pointe aux Canonniers à Péreybère, elle relie les différents centres d’intérêts composant sa vitrine touristique. La linéarité qui en découle, typique des villages-rue mauriciens, exerce un fort impact sur la vie économique et sociale.

  • 26  Lebihan N., 2000, Grand Baie : la station touristique de l’île Maurice, mémoire de maîtrise, Unive (...)

45Cet axe principal draine un important flux de circulation, conséquence du regroupement des hôtels aux deux extrémités de l’agglomération qui oblige les visiteurs voulant se rendre en son centre à emprunter cet unique itinéraire. Les commerces et services ont rapidement compris la nécessité d’y avoir « pignon sur rue » afin de capter cette clientèle de passage. Toute l’activité gravite autour du tourisme, composant un paysage d’enseignes et de panneaux publicitaires. « La forme linéaire de la station traduit le fait qu’elle est tournée vers le principal centre d’attraction qu’est la plage, le littoral étant le concept fondateur du tourisme balnéaire à Grand Baie »26. Cette dynamique d’étirement est problématique en ce sens que la centralité définissant le cœur de la station émerge mal. Le « centre » se devine à une plus grande animation, une plus grande densité d’enseignes commerciales et de services marchands, mais ses limites restent floues, se diluant le long de l’artère principale (fig. 3).

46Cette « centralité » qui s’est construite à partir du noyau villageois originel a progressivement migré vers le sud-ouest, se modernisant quelque peu. Elle se détermine aujourd’hui à l’intersection entre la B11 (Salette Road), nouvel axe porteur de l’urbanisation,et la B 13 (Route Royale). Sur quatre cents mètres, entre la station d’essence et « Sunset Boulevard », sont rassemblés des galeries commerciales, des banques, des services marchands, des restaurants, des activités touristiques, des boutiques. Ce « centre », étroitement soudé à la route, est passablement encombré, et si quelques commerces se sont modernisés sur deux à trois niveaux, à l’instar de la « Galerie Espace Océan » et du « GBS Plaza », l’ensemble reste vieillot et hétéroclite.

Figure 3 : Un centre encombré d’enseignes commerciales qui s’ouvre largement sur le front de mer.

Source : cliché auteur – 2009.

47Ce cœur de station s’ouvre sur la baie. L’étroitesse de la bande côtière entre la route et la plage n’ayant pas autorisé de construction à cet endroit, la ville s’octroie ainsi une respiration sur la mer. Ailleurs, le front continu d’urbanisation cache la « vue sur mer », réservée aux seuls hôtels, logements de luxe et villas pieds dans l’eau. Ce front de mer central qui épouse le contour de la baie est le poumon de la station avec sa végétation tropicale. Il gagnerait cependant à être aménagé, car pour l’heure il abrite surtout des parkings sauvages et toute une gamme d’activités informelles : sorties en mer, pêche, vente de poissons, taxis, roulottes de marchands ambulants, rabatteurs… Sa partie orientale, aux abords de la zone hôtelière devient un lieu de prostitution à la tombée de la nuit.

  • 27  IELS., 2001, op. cit, p. 1.

48Outre le fait de relier les différents centres d’intérêt de l’agglomération, la route côtière est aussi « une ligne de démarcation, une blessure »27. La dualité structurelle et socio-économique de Grand Baie s’exprime de part et d’autre de cet axe principal. Côté jardin, c’est la vitrine du tourisme, de l’exotisme sous toutes ses formes, le monde de l’exubérance, du luxe tapageur et des riches campements. Côté cour, c’est le monde de l’hébergement à petits prix, de l’économie souterraine, de toute une masse démunie, besogneuse, et de l’habitat informel. La route qui sépare ces deux mondes les réunit aussi, les conduisant à se côtoyer sans qu’ils s’interpénètrent, dans différents lieux où il est aussi aisé de repérer les habitants que les touristes de l’un et de l’autre. Cette fragmentation de l’espace se lit également dans le compartimentage social des quartiers.

Des quartiers socialement contrastés et désarticulés

49Les espaces résidentiels de Grand Baie s’organisent en trois ensembles distincts : au centre, le noyau villageois ancien, aux extrémités nord et ouest, les nouveaux quartiers des années d’expansion qui accueillent l’urbanisation contemporaine, au nord-est, jouxtant le centre, les poches d’habitat dégradé ou précaire. Ces unités socio-spatiales se complètent, à la pointe orientale de la baie, d’une zone touristique et culturelle (fig. 4). 

50Le centre ancien se subdivise, de part et d’autre de la route principale, en deux parties différentes par leurs contenus social et architectural. La première, issue du noyau originel, compose le coeur de l’agglomération. Au-delà de la première ligne des commerces et activités touristiques l’habitat occupe au maximum l’espace dans un maillage confus, délimité par un labyrinthe de rues étroites, en mauvais état. Ce fouillis résidentiel s’accompagne d’une mixité sociale. L’habitat associe des époques et des matériaux différents, même si globalement le style mauricien prédomine (cf. note 17). Aux abords des voies les plus fréquentées, l’opportunité touristique transforme progressivement les constructions qui se modernisent et se recomposent sur deux à trois niveaux.

Figure 4 : Organisation spatiale de Grand Baie.

Source : Jauze, 2009.

51La seconde partie du centre historique, côté mer, est issue du noyau de peuplement des campements. Le style architectural, l’occupation spatiale et le contenu social tranchent avec la partie précédente. Sa densification s’est opérée à partir des années 1950, rassemblant sur cette bande des « Pas géométriques » des villas aisées et des bungalows « pieds dans l’eau ». Les larges parcelles (2 000 à 4 000 m2) et les hauts murs d’enceinte préservent l’intimité des occupants. Les premiers occupants, des Franco-Mauriciens issus des grandes familles sucrières de l’île, ont été progressivement rejoints par d’autres communautés ayant réussi dans les affaires.

52Les quartiers périphériques, comme pour le premier ensemble, sont scindés en deux espaces distants de 6 km, correspondant aux extensions ouest (Pointe aux Canonniers) et nord (Péreybère) de l’agglomération. Toutefois, à la différence du cas précédent, on note ici une certaine homogénéité. Ces extensions sont la conséquence de la forte pression immobilière des années 1980, en relation avec le « nouveau souffle » touristique. Le déclassement d’une partie des terres agricoles a permis une urbanisation mieux organisée qui s’oppose au désordre central. Les terrains, cadastrés et viabilisés suivant une trame orthogonale, particulièrement visible à Pointe aux Canonniers (fig. 2), ont accueilli des villas de moyen et de haut standings dont le style architectural s’éloigne des standards traditionnels.

53Enfin, le troisième quartier, la face cachée de Grand Baie, est l’espace paupérisé qui jouxte le noyau ancien à l’est et au nord et qui rassemble deux poches d’habitat précaire et insalubre, Camp Carol et Cité Lumière, coincées entre la route et l’espace marécageux de l’arrière-pays (fig. 5). Camp Carol est née en 1960, de la nécessité de reloger les sinistrés du cyclone Carol. Les familles, nombreuses, s’entassent dans des petites maisons jumelées, rapidement construites par l’État et tout aussi rapidement dégradées faute d’entretien. Cité Lumière rassemble toute une masse miséreuse dans un habitat rudimentaire et un environnement insalubre. Dans les deux cas, le manque d’équipement, la voirie défectueuse, la proximité des marécages, les fréquentes inondations, les conditions de vie précaires, la surpopulation, en font des zones d’exclusion.

54Face à ces îlots de pauvreté, côté mer, le contraste est saisissant. L’espace rassemble le Centre de Conférences International, des hôtels de luxe dont le fameux « Royal Palm », le « Grand Baie Yacht Club », la plage publique aménagée de « La Cuvette ». Cet ensemble culturel touristique et de loisirs est séparé de la misère à la fois par la route et par un mur (fig. 5).

Figure 5 : La Route Royale, une frontière entre le luxe et la pauvreté.

Source: Ministry of Housing and Lands: photographie aérienne 1998, IGN.

55Ces espaces respectifs s’individualisent en fonction de leur contenu humain, avec des différences socio-économiques et ethnoculturelles marquées, de leur paysage, allant de l’hôtel de classe internationale au squat, de leur voirie qui oppose la trame orthogonale des rues de Pointe aux Canonniers aux sentiers de Cité Lumière, de leur localisation, avec une dégradation des conditions d’existence au fur et à mesure de l’éloignement de la mer. Les contrastes entre ces « quartiers », leur cloisonnement, composent une véritable ségrégation de l’agglomération, conséquence de l’occupation spontanée du site. Ce résultat est aussi celui de l’application à l’espace d’une double logique toute mauricienne : celle d’une urbanisation communautaire et celle d’un développement touristique où le visiteur-roi ne doit pas être dérangé par les problèmes internes du pays qu’il s’agit de révéler le moins possible.

Des difficultés fonctionnelles

56Grand Baie souffre de certains handicaps qui entravent son développement et nuisent à son bon fonctionnement. Son extension, bloquée par un intérieur marécageux ou agricole, s’est effectuée principalement le long du littoral. Sa partie centrale saturée ne peut plus accueillir de nouvelles constructions. L’urbanisation y procède par rénovation, densification, et reptation vers l’arrière-pays, le long de Salette Road et de Sottise Road (fig. 4). Sa croissance rapide, sans ordre, se traduit par une inadaptation du réseau de circulation interne. Si la route côtière a longtemps suffi à la desserte du petit village, elle est désormais inadaptée à la vie moderne de cette station balnéaire animée.

57Cette route principale qui ne comporte aucun trottoir est partagée par des piétons, des vélos, des mobylettes, des voitures, des bus, chacun s’efforçant d’éviter l’autre. L’absence de place de stationnement fait du « centre » un lieu particulièrement encombré. La circulation automobile y croise celle des échanges entre l’agglomération et le front de mer. Ce mode de fonctionnement nécessite une grande vigilance de la part des différents usagers, et les risques d’accidents sont importants. La population réclame depuis longtemps des trottoirs, mais où les construire quand les bâtiments touchent la chaussée ?

58Dans l’arrière-cour, la situation n’est guère mieux. Un dédale de rues issues d’anciennes pistes carrossables et de sentiers dissuade le visiteur motorisé de s’y aventurer. Les constructions ayant occupé spontanément l’espace les clôtures des propriétés réduisent la largeur des voies à leur minimum, autorisant à peine le croisement de deux voitures, d’autant qu’elles sont partagées par divers usagers. Certaines rues ont dû être mises en sens unique afin d’éviter des accidents. Racket Streetqui dessert le Bazar de Grand Baie n’ayant pas été prévue à cet effet, y circuler est devenu difficile. Les voies, mal entretenues, ne sont équipées d’aucun système d’évacuation des eaux et se transforment en autant de ruisseaux boueux à chaque averse.

59Si le ramassage des déchets et ordures ménagères est correctement assuré sur l’axe principal et les rues adjacentes, l’étroitesse de la voirie interne complique la tâche, d’autant que les pratiques villageoises demeurent solidement enracinées. Les habitants n’ont pas tous pris l’habitude de collecter leurs déchets et certains continuent à les brûler dans leur cour, enfumant ainsi régulièrement le voisinage.

60Avec l’augmentation de la population, le traitement des eaux usées était devenu un vrai problème qui a pu être partiellement résolu grâce à l’installation du tout-à-l’égout en 2003. La majeure partie de l’agglomération est aujourd’hui raccordée, mais le problème demeure pour bon nombre de constructions en raison du désordre urbain et des difficultés techniques engendrées. Comme pour la collecte des ordures ménagères, il faudrait changer les pratiques villageoises. Dans beaucoup de cas, les W.-C., séparés de la maison, sont situés dans l’arrière-cour et se réduisent à une simple fosse septique « à fond perdu ». En raison de la nature sableuse du sol, par percolation, les eaux usées finissent par atteindre le lagon, même si elles sont en partie filtrées par le sable.

  • 28  Les villes, dont les habitants sont assujettis à des taxes particulières, sont dotées des équipeme (...)

61Grand Baie connaît donc aujourd’hui les problèmes fonctionnels d’une ville, sans en avoir les avantages28. La croissance de sa population, de ses activités, l’augmentation de son trafic, occasionnent des nuisances de plus en plus nombreuses qui, additionnées, finissent par altérer son image de carte postale. Y circuler devient de plus en plus compliqué, notamment en période d’afflux touristique. La route principale coupe progressivement l’agglomération de son front de mer. Le bruit de la circulation est omniprésent, ponctué de coups de klaxons, très typiques du pays, et d’accélérations brutales, sur fond de gaz d’échappement des autobus vieillots et des mobylettes pétaradantes. Tous ces facteurs ont d’importantes répercussions sur l’environnement et la qualité de vie.

D’importants problèmes environnementaux

  • 29  Le Mauricien, 28 janvier 2003.

62Dès 1989, les écologistes attirent l’attention sur les conséquences de la mise en tourisme non concertée du site et de son urbanisation non réfléchie. Le lagon est alors déjà en sursis, notamment avec une importante dégradation de la barrière corallienne et un appauvrissement de sa biodiversité. Ce cri d’alarme est relayé en 2003 par le ministère de l’Environnement dont le ministre Rajesh Bhaghwan déclare : « Grand Baie est l’exemple parlant de l’urbanisation rapide mais irréfléchie et dictée par les lois du marché, cela dans presque un vacuum légal spécifique. Grand Baie est devenu l’otage d’un développement non durable »29. Ses problèmes ne se limitent pas qu’à la dégradation du lagon, mais touchent également à divers aspects environnementaux, terrestres et marins.

63L’occupation des zones marécageuses au nord et à l’est de la baie a des répercussions désastreuses. Selon le « Study of Environmental Risks in Grand Baie » (2002), depuis 1975, 66 % de ces zones ont été comblées à des fins d’urbanisation et la tendance se poursuit au rythme de 1 000 m2 par an. Le « Survey Report of Grand Baie Wetlands » (2008) révèle que 56,76 % de ces zones environnementales sensibles ont disparu depuis 1980, soit un peu plus de 20 ha, à raison de 6,9 ha entre 1980 et 1990, 8,6 ha entre 1990 et 2000 et 4,7 ha entre 2000 et 2008. Actuellement, il n’en subsiste plus qu’une quinzaine d’hectares, contre 35,6 hectares en 1980. Ce mouvement d’occupation des marécages se traduit par des inondations catastrophiques, l’eutrophisation du lagon et l’appauvrissement de la biodiversité terrestre et marine.

64Camp Carol et Cité Lumière, anciennement baptisée « Camp La Boue », ont les pieds dans l’eau à chaque grosse pluie. Les marécages ayant été comblés à leur niveau d’étiage et leurs drains naturels partiellement ou totalement supprimés, le niveau de l’eau monte en période pluvieuse, occasionnant des dégâts et provoquant la colère des habitants. Le complexe commercial « Super U » occupe également une zone marécageuse, sans dispositif adéquat de drainage. Cette perturbation du système hydrologique naturel soumet l’ensemble des terres de cette partie de l’agglomération à des risques permanents d’inondation.

65Le « Study of Environmental Risks in Grand Baie » établit un lien direct entre l’occupation de ces marécages et la pollution chimique du lagon par des fertilisants et des produits domestiques contenus dans les eaux usées. Sa faune et sa flore, déjà mises à mal par sa surfréquentation et la pollution des moteurs de bateaux, s’appauvrissent dramatiquement, le platier récifal est considérablement dégradé. Par ailleurs, le comblement des marécages et leur urbanisation ont participé à la disparition de nombreuses espèces de poissons et d’oiseaux qui les peuplaient.

  • 30  Cazes-Duvat V., Paskoff R., 2004, Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement, Pari (...)

66L’empiétement de l’urbanisation sur les plages a aussi d’importantes répercussions. Des villas, des hôtels, des restaurants et d’autres équipements ont été construits en bordure des rivages sans étude sérieuse préalable de leur impact sur l’environnement, notamment sur l’équilibre sédimentaire des plages. Il en a résulté un phénomène d’érosion marqué par un recul du littoral qui menace sérieusement les constructions. Par endroits, le sable de la plage a complètement disparu dévoilant le substrat rocheux, les murs de soutènement sont sapés à leur base et les filaos, dont les racines sont progressivement dénudées, finissent par tomber. « Grand Baie offre un excellent exemple des effets que peut avoir une urbanisation massive au plus près de la mer sur un littoral en recul. Sur une côte aussi touristique que celle-ci le risque de disparition des plages risque d’être bien plus préjudiciable aux hommes que ne l’aurait été le seul recul de la ligne de rivage… »30.

67Le risque est donc bien présent dans la station et se conjugue à différents temps. Si le présent est celui du constat alarmant d’un laisser-faire préjudiciable à tous points de vue, le futur est celui des interrogations à destination des autorités quant à la pérennité du système.

La nécessite d’un développement durable

68Une évidence s’impose, la « riviera mauricienne » est sérieusement menacée et ne peut plus continuer à se développer ainsi sans schéma cohérent et sans correction des effets néfastes des années de laxisme. Les dysfonctionnements internes grandissants et les dommages causés à l’environnement risquent, à la longue, de pénaliser l’activité touristique tout entière, mettant ainsi à mal son économie. Il est donc urgent pour les pouvoirs publics de réagir et de réfléchir à une démarche raisonnée mobilisant les différents acteurs, afin de ne pas « tuer la poule aux œufs d’or ».

Mesure et prévention des risques environnementaux

  • 31  Gibbs Mauritius Ltd., 2002, Study of Environmental Risk in Grand Baie. Final Technical Report, Mau (...)

69Le gouvernement prend conscience de la gravité de la situation en matière environnementale en 2002, suite au « Study of Environmental Risks in Grand Baie ». Parmi les recommandations de ce rapport, figure la nécessité de réhabiliter les drains naturels et d’en aménager de nouveaux afin d’éviter les inondations de plus en plus fréquentes, notamment des zones récupérées sur les marécages. Le coût de l’opération est estimé à 22 millions de roupies. L’attention des pouvoirs publics est également attirée sur le rôle joué par les marécages et la nécessité de les préserver. À cet effet, il est recommandé de revoir le tracé de la voie d’évitement de l’agglomération (Grand Baie Inner Bypass) qui en nécessite le comblement d’une partie, entre Grande Mare Longue et Mare Michaux. Ces zones humides, outre leur dimension patrimoniale, jouent le rôle de régulateur hydrologique lors des grosses pluies, et de filtre pour le lagon. « The conservation of the wetlands of Grand Baie will not only enhance the landscape and ecological value of the area but will also provide for the maintenance of high quality of the water in the Grand Baie Lagoon »31. La préservation de ce qu’il en reste pourrait se faire dans le cadre des dispositions de la Convention Ramsar dont Maurice est signataire.

70Suite à ce rapport, le ministère de l’Environnement commandite en 2008 un « Survey Report of Grand Baie Wetlands ». Cette mission a pour but d’identifier et de délimiter les zones marécageuses de la région, d’en étudier les caractéristiques, les types de flore et de faune. Elle permet ainsi de répertorier et de localiser douze sites dignes d’intérêt, dont Grand-Mare-Longue, Mare-Michaux et Mare-Soyfoo.

71Au fond de sa baie, Grand Baie est relativement à l’abri des houles du large, avec une barrière corallienne située à plus de 2 km du rivage. Pourtant, l’érosion marine sape régulièrement sa côte et, dans sa partie centrale, la route construite au plus près de la mer est régulièrement submergée lors des cyclones. En 1997, le ministère de l’Environnement entreprend un premier gabionnage de la partie de la côte la plus attaquée par l’érosion. Il tente même de recharger une partie de la plage publique de la Raquette. Mais ces travaux s’avèrent peu efficaces, le mauvais état de santé de la barrière corallienne n’arrangeant guère les choses. Dans le cadre de l’Integrated Coastal Zone Management Plan (ICZMP), l’État commandite en 2002 une « Study on coastal erosion in Mauritius ». L’étude qui coûte 14 millions de roupies permet, en 2003, d’avoir une idée précise de l’étendue et du niveau d’érosion des côtes, des causes possibles et des solutions envisageables. Grand Baie, classé « High Priority Erosion Sites », fait ainsi l’objet d’un programme de réhabilitation et de travaux sur une période de dix ans, sous le patronage d’un comité technique composé des ministères de l’Environnement, des Administrations régionales, du Tourisme, du Mauritius Océanographic Institute, du Meteorological Services, de la Beach Authority etde la National Coast Guard.

  • 32  Cazes-Duvat V., Paskoff R., op. cit., p. 148.

72Dans un premier temps, on commence par édifier des murets en béton moellonnés, dans la partie est de la baie. Ce dispositif jugé peu efficace est progressivement remplacé par des murs de gabions en escalier (fig. 6). Mais, comme le notent V. Cazes et R. Paskoff, ce type de protection présente plus d’inconvénients qu’il n’apporte de solution32. Les gabions enlaidissent, en effet, le paysage et gênent l’accès à la plage, des touristes s’y sont même blessés. De plus, ils accélèrent le démaigrissement de la plage en augmentant la turbulence des vagues à leur base et en bloquant l’apport de sable de l’arrière-plage.

Figure 6 : Murets et gabions de protection dans la partie orientale de la baie. La dénivellation entre la promenade et l’estran atteint 1,60 m.

Source :cliché auteur – 2009.

73Depuis peu, l’État semble donc prendre au sérieux les problèmes environnementaux de la station, face à l’importance des enjeux. Les dégâts occasionnés par l’érosion côtière représentent un « eyesore in this popular tourist destination »33. La diminution de la fréquentation touristique à cause de la dégradation environnementale serait, à n’en pas douter, une catastrophe pour ce pays qui a misé gros sur ce secteur et qui a fait de cette station son fer de lance. Cet intérêt environnemental se complète d’un intérêt urbanistique, qui tarde cependant à se concrétiser.

Des projets d’aménagement qui se font attendre

  • 34  Deloitte & Touche in association with Kemp Chatteris Deloitte & Touche, SIGMA., 2002, Tourism Deve (...)

74La revitalisation de Grand Baie était l’une des priorités du gouvernement en 2002. « A continued and concentrated effort is required to improve and maintain a physical setting which is visually interesting, distinctive, comfortable and inviting for tourists and local residents, to maintain Grand Baie’s place on the tourism map »34. À cet effet, le « Tourism Development Plan » avait proposé un ambitieux programme de régénération de l’ensemble du site, étalé sur une dizaine d’années. Son objectif était de renforcer la fonction touristique de la station afin qu’elle participe au futur développement économique de l’île, en encourageant les visiteurs, tant étrangers que locaux, à y séjourner plus longtemps et à dépenser davantage. Plus qu’un simple lifting, il s’agissait d’une stratégie de développement sur le long terme pour l’ensemble de la baie, associant les différents acteurs, et qui puisse servir de modèle pour les autres centres touristiques de l’île.

75Dans cette perspective, le programme « Grand Baie Waterfront », dépassant les 143 millions de roupies, devait redessiner complètement le front de mer, à partir de cinq opérations : « La Promenade », « La Plage de La Cuvette », « La Voie d’évitement », « Le Développement social », « Le Sentier côtier ».

76« La Promenade » consiste en une redéfinition de l’actuelle route côtière en voie piétonne, autorisant ainsi le shopping et la flânerie en toute tranquillité. L’accès à cette artère vitale du waterfront n’est autorisé qu’aux vélos, transports en commun et véhicules de livraison. Des parkings sont prévus dans la partie orientale de la baie à proximité de la zone hôtelière, ainsi qu’en arrière du centre, à proximité du complexe commercial. Une attention particulière est accordée au traitement esthétique et paysager de ce mail commercial, passant par une requalification architecturale du bâti, un équipement en mobilier urbain, une rénovation de la chaussée et une végétalisation de l’espace.

77La « Plage de La Cuvette » est l’un des centres d’intérêt majeurs du projet. Elle occupe une position privilégiée en pleine zone hôtelière. Outre le fait d’offrir toutes les commodités possibles à la population locale, elle accueille également les touristes des hôtels proches dont les possibilités de baignade restent assez limitées.

78« La Voie d’évitement » (« Grand Baie Inner Bypass ») qui doit permettre un délestage de la circulation côtière, conditionne la réalisation de « La Promenade ». Elle contourne l’agglomération, coupant à travers les espaces agricoles et marécageux. Des liaisons sont prévues avec le front de mer. Son tracé pose cependant problème en raison de la nécessité de préserver les zones humides.

79L’objectif du « Développement social » est de compenser la disparition de toutes les activités du secteur informel occupant actuellement le front de mer, en leur offrant la possibilité de se redéployer légalement dans des petits squares aménagés à cet effet.

80Enfin, le « Sentier côtier » doit tisser des liens, d’une part, entre la population et le front de mer, d’autre part, entre les différentes communautés résidantes. Cette opération est l’occasion unique de repenser l’occupation du littoral en ménageant des accès à la mer et la possibilité pour tous les usagers de circuler librement sur l’espace public maritime.

81De ce vaste programme, seule l’opération « Plage de La Cuvette » a vu le jour, et encore, grâce à l’aide substantielle du groupe « Beachcomber ». Après avoir été alléchés par la présentation officielle de la maquette, la population et les commerçants sont toujours en attente de la réalisation de ce fameux waterfront, le gouvernement arguant de priorités plus urgentes.

Conclusion

82L’exemple de Grand Baie illustre parfaitement les impacts mitigés du tourisme de masse sur un petit village côtier non préparé à cet effet. Maurice profite ainsi d’un laboratoire d’expérimentation grandeur nature, et à cet égard, toutes les études sont unanimes à le reconnaître : surtout éviter de reproduire ailleurs ce qui a été fait ici.

83La durabilité du système actuel repose sur la bonne adéquation entre ses trois composantes : l’économie touristique, la société locale, le potentiel environnemental. Si l’économie se porte bien, le gouvernement n’hésitant pas à mettre les moyens nécessaires pour faire venir les visiteurs, parfois de très loin, l’environnement souffre, en revanche, de sérieux problèmes, en dépit de la prise de conscience de l’État. En fait, il s’agit de repenser entièrement le mode d’occupation et d’exploitation de ce littoral, alors que l’urgence s’exprime partout, au travers des contraintes du manque de place, d’une urbanisation désordonnée, d’une nature qui souffre et se rebelle.

84Le plus gros problème reste d’ordre social. Se pose, en effet dans ce contexte, la question de l’évolution de la société, d’une part, en termes de rapports à l’étranger, lesquels sont de moins en moins médiatisés par la culture et de plus en plus par l’économie, d’autre part, en termes de liens internes et de sociabilité, perturbés par un modèle de développement exogène. Si, côté jardin, la carte postale fait toujours recette (fig. 7), côté cour, la bonne santé du tourisme s’affiche inégalement dans l’amélioration des conditions de vie de la population (fig. 8).

  • 35  Desse M., 2008, « L’enclave, une discontinuité littorale nécessaire dans les îles de la Caraïbe ?  (...)

85Mais le cas de Grand Baie n’est pas unique. Ce type d’organisation socio-spatiale duale se retrouve ailleurs dans le monde, notamment dans les pays en développement où les stations balnéaires se sont greffées sur les noyaux villageois. Dans la Caraïbe, par exemple, il s’est ainsi constitué de véritables « enclaves » touristiques, et « une partie de la population, plus ou moins importante selon les îles, survit dans un monde parallèle à leurs richissimes voisins »35.

Figure 7 : Vue sur la baie, à partir du jardin de l’hôtel « Véranda ».

Source : cliché auteur – 2009.

Figure 8 : Cité Lumière, un monde de misère derrière le « mur de la honte ».

Source : cliché auteur – 2009.

  • 36  Panizza A.C., Fournier J., Luchiari A., 2004, « L’urbanisation littorale au Brésil : Ubatuba (Sao (...)
  • 37  Diagne A.K., 2004, « Tourism Development and its Impacts in the Senegalese Petite Côte: A Geograph (...)
  • 38  Kueta M. et Assongmo T., 2002, « Développement contre Environnement sous les Tropiques : l’exemple (...)
  • 39  Lopez-Lopez A., Cukier J., & Sanchez-Crispin J., 2006, « Segregation of Tourist Space in Los Cabos (...)

86Des modèles analogues se rencontrent sur le littoral septentrional de l’État de Sao Paulo (Brésil), à Ilhabela et à Ubatuba notamment, où l’urbanisation touristique s’est développée, comme à Grand Baie, le long de la route côtière, refoulant la population locale vers l’intérieur36. La même configuration prévaut à Sali sur la Petite Côte du Sénégal37 et à Kribi au Cameroun38. À une autre échelle, on peut également évoquer le cas du corridor touristique de Los Cabos sur la côte mexicaine qui affiche une opposition marquée entre les zones touristiques suréquipées et les zones résidentielles populaires où 15 % de la population ne dispose même pas d’eau potable39.

  • 40  Lopez-Lopez A., Cukier J., & Sanchez-Crispin J., op. cit.
  • 41  Charoenca N., 1993, « Tropical coastal pollution: a case study of Pattaya », Costal Zone Managemen (...)
  • 42  Dehoorne O. et Saffache P., 2008, « Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menac (...)
  • 43  European Environment Agency, 2006, The changing faces of Europe’s coastal areas, EEA Report n° 6/2 (...)

87De même, un peu partout dans le monde, la dégradation environnementale est-elle devenue le mal récurrent accompagnant l’urbanisation incontrôlée de l’espace côtier et la massification des activités balnéaires. À Los Cabos, uniquement six hôtels sur quarante traitent leurs eaux usées40. Enfin, des cas similaires d’érosion alarmante des plages existent, aussi bien dans les espaces tropicaux et subtropicaux : Goa (Inde), Pattaya (Thaïlande)41, Maldives, Aruba, îles Cayman, Grenade, République Dominicaine42, que sur les rivages européens43.

Haut de page

Bibliographie

Baird & Associates-Reef Watch., 2003, Coastal Erosion in Mauritius. Final Technical Report, Mauritius, Ministry of Environment.

Cazes-Duvat V., Paskoff R., 2004, Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement, Paris, Université de La Réunion – L’Harmattan, coll. « Milieux naturels et sociétés ».

Charoenca N., 1993, « Tropical coastal pollution : a case study of Pattaya », Costal Zone Management in Asia-Pacific Region, Thailand, ThaiScience.

Deloitte & Touche in association with Kemp Chatteris Deloitte & Touche, SIGMA., 2002, Tourism Development Plan for Mauritius. Final Report, Mauritius, Ministry of Tourism.

Diagne A.K., 2004, « Tourism Development and its Impacts in the Senegalese Petite Côte: A Geographical Case Study in Centre-Periphery Relations », Tourism Geographies, vol. 6, n° 4, novembre 2004.

Dehoorne O. et Saffache P., 2008, « Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives », Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux, Etudes caribéennes 9-10/2008.

Desse M., 2008, « L’enclave, une discontinuité littorale nécessaire dans les îles de la Caraïbe ? », in F. Pagney Bénito-Espinal (dir.), Les interfaces, ruptures, transitions et mutations, Espaces Tropicaux n° 19, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux. European Environment Agency, 2006, The changing faces of Europe’s coastal areas, EEA Report n° 6/2006, OPOCE (Office for Official Publications of the European Communities).

Gibbs Mauritius Ltd., 2002, Study of Environmental Risk in Grand Baie. Final Technical Report.Mauritius, Ministry of Environment and NDU.

Jauze J.M., (ed.), 2008, L’île Maurice face à ses nouveaux défis, Paris, Université de La Réunion – L’Harmattan.

Kueta M. et Assongmo T., 2002, « Développement contre Environnement sous les Tropiques : l’exemple du littoral de la région de Kribi (Cameroun) », Littoraux tropicaux, Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 219, juillet-septembre 2002.

Lebihan N., 2000, Grand-Baie : la station touristique de l’île Maurice, Université de La Réunion, Mémoire de maîtrise, Géographie.

Lopez-Lopez A., Cukier J., & Sanchez-Crispin J., 2006, « Segregation of Tourist Space in Los Cabos, Mexico », Tourism Geographies, vol. 8, n° 4, novembre 2006.

Lozato-Giotart J.-P., 2003, Géographie du tourisme. De l’espace consommé à l’espace maîtrisé, Pearson Education France.

Magnan A., 2005, Tourisme, développement et dynamique territoriale dans l’archipel des Maldives et à l’île Maurice (océan Indien), Université Paul Valéry, Thèse de doctorat, Géographie.

Magnan A., 2007, « Mutations des littoraux sous l’impulsion du tourisme international et développement soutenable des systèmes insulaires : Réflexion à partir de l’île Maurice (océan Indien », in Bourgou M. et al. (eds.), Les littoraux : entre nature et société, Actes du colloque international de Tunis en hommage au Pr. R. Paskoff.

Maudho A., 2004, Les impacts sociaux et spatiaux du développement touristique : étude du cas de Grand-Baie, île Maurice, Université de La Réunion, Mémoire de maîtrise, Géographie.

Panizza A.C., Fournier J., Luchiari A., 2004, « L’urbanisation littorale au Brésil : Ubatuba (Sao Paulo), Mappemonde n° 73 (1-2004).

Pébarthe H., 2003, Le tourisme, moteur du développement de la République de Maurice ? Un secteur à aménager, des lieux à intégrer, Université Paris IV – Sorbonne, Thèse de doctorat, Géographie.

Simon T., Jaufeerally K., 2008, « Des littoraux sous contrainte », in Jauze J.M., (ed.), L’île Maurice face à ses nouveaux défis, Paris, Université de La Réunion – L’Harmattan, 117-133.

The Watershed Compagny & NWFS consultancy., 2008, Survey report of Grand Baie wetlands, Mauritius, Ministry of Environment.

Haut de page

Notes

1  IELS., 2001, « Le plan de réaménagement de Grand Baie a été lancé cette semaine et les premiers travaux démarrent dès demain », in L’express, 26 août 2001. (http://iels.intnet.mu/26aout2001_gbaie.htm)

2  IELS., 2003, « Autrefois village de pauvres pêcheurs essentiellement, c’est aujourd’hui le village touristique de l’île qui combine le bon, le mauvais, l’horrible et le détestable ». (http://iels.intnet.mu/coast_urban.htm)

3  Maudho A., 2004, Les impacts sociaux et spatiaux du développement touristique : étude du cas de Grand-Baie, île Maurice, mémoire de maîtrise de géographie, Université de La Réunion, p. 25-34.

4  Le tout premier hôtel, « l’Isle de France », avait été construit au cœur même du village en 1967. Il a été démoli dans les années 1990 pour laisser place à un complexe intégré, « Sunset Boulevard », rassemblant des boutiques, des bars, des restaurants, des bureaux et des appartements de luxe.

5  Cette bande de terre, du domaine public, autour de l’île, d’une largeur de 81,21 mètres à partir de la ligne de plus haute marée (High Water Mark), fut instituée sous l’administration française, par le général Decaen en 1807, pour des besoins de défense contre les Britanniques. Son statut fut entériné en 1895 par le Pas Géométriques Act encore en vigueur aujourd’hui.

6  Pébarthe H., 2003, Le tourisme, moteur du développement de la République de Maurice ? Un secteur à aménager, des lieux à intégrer, Université Paris IV – Sorbonne, Thèse de doctorat, Géographie, p. 156.

7  Ministry of Housing, Land and Town & Country Planning., 1995, National Physical Development Plan, vol. 1: Strategy and Policies, Republic of Mauritius, p. 13.

8  Nom local donné aux résidences secondaires, généralement situées sur la côte, occupée durant les week-ends ou les vacances.

9  Voir à ce propos : Magnan A., 2007, « Tourisme et réserves d’espaces pour les pratiques locales sur les littoraux de l’île Maurice », Milieu insulaire : varia, Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 240, octobre-décembre 2007, p. 341-372.

10  IELS., 2001, op. cit., p. 2.

11  « Quand il s’agissait d’aménager le terrain, le gouvernement n’avait pas d’argent. Maintenant que les sponsors ont permis de le réaménager, ils veulent l’accaparer pour tout leur cirque »… « Il ne faudrait pas avantager une catégorie de personnes au détriment des sportifs… ». Propos de Ganessan Chetty et de Murugan Chetty, « Plus jamais de foire sur notre terrain de foot ! », in Le Mauricien, 21/04/09, p. 7.

12  1 roupie équivaut à environ 0,0225 euros.

13  Les RES, à la suite des IRS (Integrated Resort Scheme), sont des résidences de luxe dans des complexes intégrés. Les IRS ont un prix minimum fixé (500 000 dollars US) et se développent sur des terrains de plus de 10 ha, alors que les RES n’ont pas de prix minimum et concernent des surfaces de moins de 10 ha.

14  Maudho A., 2004, op. cit., p. 78-82.

15  IELS., 2001, ibid.

16  L’Express, 2007, « Collégiennes : la grande tentation », Commerce du sexe, Mauritiustoday.com, 17 janvier 2007, p. 1-2.

17  Week-End/Scope., 2006, « Prostitution, vers un rajeunissement inquiétant », Mauritiustoday.com, 24 février 2006 p. 1.

18  Maudho A., 2004, ibid., p. 73-74.

19  La maison mauricienne typique est une sorte de cube en béton surmontée d’une dalle, aux fenêtres et portes vitrées, protégées par des grilles métalliques.

20  Maudho A. 2004, ibid., p. 78.

21  IELS, 2003, « Tourisme et xénophobie », in Le Mauricien, 4 août 2003, p. 2. (http://iels.intnet.mu/4aug03_tourisme.htm)

22  Dans le passé, il y a eu quelques altercations sur les plages entre Mauriciens et touristes, dont celle des windsurfeurs du Morne (Sud-Ouest), qualifiée de « xénophobe ».

23  A. Magnan, op. cit., p. 342.

24  IELS., 2001, « Plage publique : Le réaménagement de La Cuvette débute le 28 août », in Le Mauricien, 17 août 2001, p. 1. (http://iels.intnet.mu/17aout2001_lacuvette.htm)

25  Simon T., Jaufeerally K., 2008, « Des littoraux sous contrainte », in Jauze J.M., (ed.), L’île Maurice face à ses nouveaux défis, Paris, Université de La Réunion – L’Harmattan, p. 132.

26  Lebihan N., 2000, Grand Baie : la station touristique de l’île Maurice, mémoire de maîtrise, Université de La Réunion, p. 112.

27  IELS., 2001, op. cit, p. 1.

28  Les villes, dont les habitants sont assujettis à des taxes particulières, sont dotées des équipements, infrastructures et services correspondant à leur statut de municipalité : administrations publiques, enseignement, santé, assainissement, voirie, sécurité, équipements culturels et sportifs…

29  Le Mauricien, 28 janvier 2003.

30  Cazes-Duvat V., Paskoff R., 2004, Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement, Paris, L’Harmattan, p. 94.

31  Gibbs Mauritius Ltd., 2002, Study of Environmental Risk in Grand Baie. Final Technical Report, Mauritius, Ministry of Environment and NDU.

32  Cazes-Duvat V., Paskoff R., op. cit., p. 148.

33  Le Week End, 12 octobre 2003. (http://iels.intnet.mu)

34  Deloitte & Touche in association with Kemp Chatteris Deloitte & Touche, SIGMA., 2002, Tourism Development Plan for Mauritius. Final Report, Ministry of Tourism, Mauritius, 9.2.1 Introduction.

35  Desse M., 2008, « L’enclave, une discontinuité littorale nécessaire dans les îles de la Caraïbe ? », in F. Pagney Bénito-Espinal (dir.), Les interfaces, ruptures, transitions et mutations, Espaces Tropicaux n° 19, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 312.

36  Panizza A.C., Fournier J., Luchiari A., 2004, « L’urbanisation littorale au Brésil : Ubatuba (Sao Paulo), Mappemonde n° 73 (1-2004).

37  Diagne A.K., 2004, « Tourism Development and its Impacts in the Senegalese Petite Côte: A Geographical Case Study in Centre-Periphery Relations », Tourism Geographies, vol. 6, n° 4, novembre 2004.

38  Kueta M. et Assongmo T., 2002, « Développement contre Environnement sous les Tropiques : l’exemple du littoral de la région de Kribi (Cameroun) », Littoraux tropicaux, Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 219, juillet-septembre 2002, p. 279-306.

39  Lopez-Lopez A., Cukier J., & Sanchez-Crispin J., 2006, « Segregation of Tourist Space in Los Cabos, Mexico », Tourism Geographies, vol. 8, n° 4, novembre 2006.

40  Lopez-Lopez A., Cukier J., & Sanchez-Crispin J., op. cit.

41  Charoenca N., 1993, « Tropical coastal pollution: a case study of Pattaya », Costal Zone Management in Asia-Pacific Region, Thailand, ThaiScience.

42  Dehoorne O. et Saffache P., 2008, « Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives », Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux, Etudes caribéennes 9-10/2008.

43  European Environment Agency, 2006, The changing faces of Europe’s coastal areas, EEA Report n° 6/2006, OPOCE (Office for Official Publications of the Eropean Communities).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Jauze, « Grand Baie (île Maurice) : côté jardin, côté cour », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 490, mis en ligne le 03 mars 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22957 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22957

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Jauze

Professeur de géographie, Université de La Réunion, France, Jean-michel.jauze@univ-reunion.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page