Navigation – Plan du site
Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?

Démographie et mouvement

Christophe Terrier

Notes de l’auteur

A lire aussi : « Distinguer la population présente de la population résidente » (Christophe Terrier), Courrier des Statistiques - 128 - mars 2010 : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=2899

Texte intégral

  • 1  La notion de ménage sert de cadre à de nombreuses études démographiques, sociales et même économiq (...)

1La statistique ne s’accorde pas facilement avec le mouvement. On définit des cases et on mesure  ce qu’on trouve dans chacune des cases. Quand des individus se promènent d’une case à l’autre, on est obligé de faire intervenir le temps : la mesure se réfère alors à une période, définie par une date de début et une date de fin. Mais quand le mouvement se fait plus rapide, obtenir une mesure de bonne qualité exigerait de réduire la période de référence à un instant très court et de répéter l’opération en continu. Tout ça coûterait cher, nécessiterait peut-être la mise en œuvre de techniques nouvelles, souvent intrusives. Donc, pour l’instant, on doit se contenter des instruments classiques de la mesure statistique. Pour le recensement, chaque individu est censé habiter toute l’année au même endroit que l’on baptise « résidence principale ». On considère d’ailleurs que tous les membres d’un même ménage1 habitent dans cette résidence principale, même dans le cas où un des membres de la famille est chauffeur routier itinérant ou habite toute la semaine ailleurs pour son travail. Dans l’enquête sur le suivi des déplacements touristiques des Français, la période de référence est la journée, ce qui permet une analyse plus fine - bien qu’encore imparfaite - du mouvement.

  • 2  « Le tourisme, c’est souvent rentrer chez soi », Christophe Terrier, page 18, « Les tourismes en F (...)

2Une fois que l’on a fait le constat de cette inévitable imprécision, il ne faudrait pas rester pour l’analyse dans un cadre conceptuel aussi figé que le cadre imposé par l’instrument de mesure statistique. Les concepts classiques utilisés pour étudier les mouvements de population ne peuvent plus être une référence absolue : les « migrations définitives » (changement de domicile) n’ont plus grand chose de définitif, les « migrations alternantes » (déplacements domicile-travail) ont des rythmes d’alternance et une gamme de distance qui montrent une grande variété, et le  tourisme (déplacement pour tout motif avec au moins une nuit hors domicile) recouvre des mouvements de natures multiples qui sont parfois directement liés2 à ces autres « migrations ».

3L’introduction de la notion de population « présente » permet une autre lecture de la démographie territoriale. Les études menées à partir des enquêtes touristiques ont permis de se faire une idée de la population présente jour par jour dans chaque département3. Utilisant cette base, les travaux de Magali Talandier4 font apparaître que, considérés sous l’angle de la population présente et non plus sous celui de la population résidente, les effets de l’exode rural sont aujourd’hui largement gommés.

  • 5  Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs - Insee Première N° (...)

4L’analyse de l’évolution territoriale récente de la démographie5, utilisant les concepts classiques à partir du recensement de la population « 2006 », laisse apparaître une similitude frappante entre la répartition territoriale de l’augmentation de population et celle de la fréquentation touristique. Pour tenter d’expliquer cette convergence, on peut avancer plusieurs explications, qui peuvent ne pas s’exclure mutuellement.

5La première -réflexe naturel d’un statisticien consciencieux- consiste à s’interroger sur la qualité du nouveau recensement : en effet la collecte n’est plus réalisée au même moment sur toute la France mais par échantillon tournant sur 5 ans. Si vous avez plusieurs résidences il n’est pas interdit de penser que, dans le système ancien, vous ne vous amusiez pas à remplir plusieurs fois, en plusieurs endroits, un bulletin de recensement. Vous vous laisserez sans doute plus facilement recenser à des endroits différents si ce n’est pas la même année surtout que, en ville, vous n’êtes souvent jamais recensé compte tenu du taux de sondage. Si ce biais existait, il devrait avoir pour effet d’introduire une part de résidences dites « secondaires » parmi les résidences dites « principales ». La carte de la répartition des résidences secondaires au recensement de 1999 et celle de l’évolution démographique 1999-2006 présentent de fait une grande similitude. Pour tenter de mesurer si un tel biais existe, l’Insee a introduit dans l’enquête « famille-Logement » - qui sera réalisée de façon expérimentale en 2010 couplée à l’enquête de recensement - une série de questions sur d’éventuelles résidences multiples. Il faudra attendre les résultats de cette enquête pour mesurer l’impact éventuel de cette nouvelle méthode sur la mesure de la localisation des populations.

6La deuxième hypothèse serait que le glissement - d’ordre éventuellement plus sémantique que physique - soit le fait de ceux qui disposent de plusieurs résidences : pourquoi diable considérer que sa résidence principale est celle qui est associée à son lieu de travail ? Dorénavant on aurait plutôt tendance à considérer que sa résidence principale est celle où on se sent le mieux ou celle dont on est propriétaire et on rétrograde en « secondaire » sa résidence de travail. Certaines motivations fiscales (emprunts ou déduction d’impôts pour travaux, réservés à la résidence principale) peuvent venir à l’appui de ce raisonnement. L’approche de l’âge de la retraite pourrait également provoquer ce glissement, ce qui prendrait d’autant plus d’ampleur avec l’entrée des baby-boomers dans cette zone de turbulences.

  • 6  Vacances : les générations se suivent et se ressemblent... de plus en plus - Insee Première N°1154 (...)

7La troisième hypothèse -celle qui est la plus communément admise - consiste à considérer qu’il y a eu réellement un mouvement de migration « définitive » vers le soleil, la mer et la montagne. Sans préjuger de recherches plus approfondies - que je n’ai pas faites et que je n’ai pas encore lues- on peut se poser des questions, non pas sur la motivation - qui est évidente -  mais sur le réalisme d’un tel mouvement. Il est sans problème pour ceux dont le revenu n’est pas attaché à une localisation précise. C’est en particulier le cas des retraités pour lesquels il ne semble pas y avoir d’empêchement à ce qu’ils se fixent dans des régions agréables. La notion de « fixe » doit cependant être relativisée, les jeunes retraités actuels ne sont pas très casaniers ; les enquêtes sur le tourisme montrent en tous cas que ce sont eux qui cumulent le maximum de nuitées « touristiques » dans l’année6. Espérons par ailleurs -pour la pérennité des dispositifs de solidarité- que l’on ne trouve pas une proportion significative de chômeurs ou de RMIstes parmi ces nouveaux habitants. Concernant les ménages dont au moins un des membres est actif, seule une étude approfondie de l’emploi permettrait d’y voir plus clair. Ou bien il y a eu des créations locales d’emplois concomitantes à l’augmentation de la population et ce serait une très bonne nouvelle. Dans le cas contraire, on peut aussi imaginer qu’il y ait une dissociation plus marquée entre le lieu de localisation « principale » de la famille et le lieu de résidence pendant la semaine d’un ou plusieurs membres du foyer qui voyageraient beaucoup ou qui travailleraient loin de là. Le choix aurait alors été fait de fixer la famille dans un lieu de « résidence principale » le plus agréable possible, au prix d’une absence du foyer et de longs déplacements pour celui ou ceux et celles qui travaillent ailleurs.

8Bien sûr, toutes ces explications peuvent être simultanément vraies, chacune pour une part que des études ultérieures permettront peut-être de déterminer. En tout cas il semble nécessaire d’être  très prudent sur l’interprétation de résultats statistiques qui n’ont pas forcément tout à fait la même signification aujourd’hui qu’il y a trente ans compte tenu des évolutions de la société et en particulier du développement de nouvelles formes de mobilité.

Haut de page

Notes

1  La notion de ménage sert de cadre à de nombreuses études démographiques, sociales et même économiques. Elle repose sur un certain nombre de conventions que l’évolution de la société a rendu parfois inadaptées à la prise en compte de la réalité. Un important travail de rénovation de ce concept a été entrepris sous la direction de l’unité de méthodologie statistique de l’Insee. Cette évolution est actuellement prise en compte dans le Tronc Commun des enquêtes Ménages de l’Insee mais reste encore largement en devenir en ce qui concerne le recensement.

2  « Le tourisme, c’est souvent rentrer chez soi », Christophe Terrier, page 18, « Les tourismes en France », in « Le tourisme en France » - Insee-Références 2005

3  Mobilité touristique et population présente, les bases de l’économie présentielle des départements - version électronique en ligne http://www.christophe-terrier.com/presence

4  Thèse de Magali Talandier, page 99 à 102   http://talandier.com/thesetalandier.pdf

5  Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs - Insee Première N°1248 - juillet 2009 - Brigitte Baccaïni (pôle Analyse territoriale) et David Levy, direction régionale de Provence - Alpes - Côte d’Azur, Insee

6  Vacances : les générations se suivent et se ressemblent... de plus en plus - Insee Première N°1154 - août 2007 - Laurence Dauphin et Frédéric Tardieu, direction du Tourisme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Terrier, « Démographie et mouvement », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 16 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23008

Haut de page

Auteur

Christophe Terrier

INSEE
cterrier@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page