Navigation – Plan du site
2010
495

La notion de belt dans la géographie scolaire française des Etats-Unis

The notion of belt in the French geography of the United States as taught at school
Marielle Wastable

Résumés

Le terme de belt apparaît en 1911 dans la géographie scolaire française des États-Unis. Si les grands belts agricoles ont disparu sur le terrain, la notion de belt s’est maintenue dans l’enseignement secondaire et fait partie des incontournables de la géographie scolaire des États-Unis. En retraçant l’histoire des belts dans la géographie scolaire française, nous montrerons que leur persistance tout au long d’un grand xxe siècle est liée à l’aspect généralisateur de cette discipline qui utilise des modèles et au fait que peu de géographes firent office de passeurs entre géographie universitaire des États-Unis et géographie scolaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les belts sont l’un des objets de la géographie scolaire française des États-Unis. Tous ceux qui se sont assis sur les bancs d’un lycée français se rappelleront avoir localisé, sur une carte muette, des zones de monoculture agricole américaines (corn belt, cotton belt, dairy belt, tobacco belt...) Les plus jeunes d’entre eux auront appris à régionaliser les États-Unis selon un schéma divisant le territoire américain en trois parties inégales : le Nord-Est industriel, la diagonale interne et le sun belt (ou croissant périphérique).

  • 1  Busson H., Fèvre J. et Hauser H., (1911).
  • 2  Il faut attendre 1981 pour que soit mentionné le mot belt dans le programme de géographie de termi (...)

2La première mention du mot belt dans un manuel de géographie français date de 19111, ce qui en fait l’une des notions les plus anciennes et durables de la géographie scolaire des États-Unis, bien qu’elle n’apparaisse que beaucoup plus tardivement dans les libellés des programmes scolaires2. Or cette longévité pose question car le territoire américain décrit est, lui, en constante évolution. On peut donc se demander ce qui explique et justifie cette durée au sein du discours sur un territoire qui se renouvelle.

3En effet, les belts ont longtemps été utilisés dans le discours géographiques scolaire sans être interrogés : les belts agricoles furent encore enseignés en France dans les années 1980 alors même qu’ils disparaissaient du territoire américain depuis plusieurs décennies. De même le sun belt est encore bien souvent présenté comme une région des États-Unis alors qu’il reste une référence spatiale qui permet une appréhension aisée de certains phénomènes économiques et démographiques mais ne correspond pas à une réalité de terrain.

4Nous retracerons le parcours et l’évolution de la notion de belt au sein de la géographie scolaire française durant un grand vingtième siècle afin de démontrer comment et pourquoi elle a pu perdurer au sein de cette discipline.

Méthodologie

Cadre temporel

5Ce travail s’inscrit dans une recherche plus générale sur les États-Unis dans la géographie scolaire de 1905 à nos jours.

6La géographie est enseignée dans le secondaire classique à partir de 1874 (Robic, 2007). Les États-Unis font partie des programmes de géographie dès cette année et y resteront jusqu’à nos jours. Le tableau suivant nous indique que l’étude de ce pays apparaît à deux moments du cursus d’un élève du secondaire, soit une fois dans chaque cycle du secondaire.

sixième

cinquième

quatrième

troisième

seconde

première

terminale

1874-79

X

X

1880-89

X

X

1890-1901

X

1902-04

X

1905-37

X

X

1938-42

X

X

1943-44

X

1945-79

X

X

1980-2008

X

X

2009

X

X

Figure 1 : Les États-Unis dans les programmes du secondaire. 1874-2009.

7Dans le second cycle du secondaire, les États-Unis sont toujours enseignés durant l’année de terminale et ce, de 1905 – date de l’apparition de la géographie dans le programme de terminale (Lefort, 1992) – jusqu’à nos jours, à l’exception de la période de Vichy.

8Nous avons ainsi choisi de centrer notre propos sur les États-Unis dans la géographie scolaire de l’année de terminale. Le choix de travailler sur un niveau exclut d’analyser l’autre niveau où l’on traite des États-Unis dans le cursus secondaire (sixième, cinquième ou troisième selon les époques). Cela a l’inconvénient d’ignorer une partie des discours proposés sur les États-Unis, mais permet d’analyser des thèmes qui sont plus aboutis et plus complets en classe de terminale que dans les niveaux précédents. De plus, cela permet, dans le cadre d’un travail de recherche effectué en temps limité, d’étendre l’échelle chronologique de l’étude à un siècle, d’ouvrir les champ des sources analysée et de travailler sur des sources homogènes pour lesquelles il n’y a pas de rupture temporelle importante.

Échantillonnage et méthode d’analyse des sources :

  • 3  Au moment de l’écriture de cet article, la nouvelle réforme des programmes du lycée de 2009-2010 n (...)

9Nous avons analysé les programmes scolaires de terminale de 1905 à 2002 (date du dernier programme de terminale en date3) et les chapitres sur les États-Unis de plusieurs manuels de géographie de terminale datant de 1905 à 2004 (date de parution des manuels qui suivent la réforme des programmes du lycée de 2002).

10Le fonds de manuels que nous avons étudié vient de l’UMR géographie-cités de Paris. Nous lui avons ajouté notre collection personnelle ainsi que celle de la bibliothèque de l’IUFM de Paris.

11Nous avons constitué une série de 49 manuels datant de 1906 à 2004, dont la répartition est la suivante :

Figure 2 : Date d’édition et éditeurs des manuels échantillonnés.

12Nous avons fait le choix de sélectionner, pour chaque éditeur, les manuels qui ont été mis en vente après chaque changement de programme. Dans les cas où le renouvellement des programmes a été lent (le chapitre sur les États-Unis dans les programmes de géographie de terminale évolue assez peu entre 1905 et 1981), nous avons fait une sélection de manuels édités tous les dix ans dans chaque maison d’édition et disponibles dans nos lieux de recherches. Ainsi, nous avons obtenu à la fois une série de manuels complète pour une même maison d’édition parus à plusieurs dates et une série de manuels provenant d’éditeurs différents parus à une même date.

13Les générations de manuels se succèdent de plus en plus rapidement au cours du xxe siècle et l’on trouve beaucoup plus de manuels après 1980 qu’avant cette date. Les manuels scolaires, peu nombreux sur le marché au début du xxe siècle, constituaient un achat important et étaient utilisés par les enseignants pendant plusieurs années, voire pendant plusieurs dizaines années. Le taux de renouvellement des manuels devient bien plus fort à partir de 1981 en raison de la fréquence des réformes des programmes (tous les sept ans), de l’augmentation des effectifs scolaires et de la prise en charge financière des ouvrages scolaires du lycée par les conseils régionaux.

14Pour analyser la notion de belt dans les manuels scolaires, nous avons recensé systématiquement toutes les acceptions du mot belt présentes dans les manuels de notre échantillon. Nous avons pu voir des tendances, des évolutions et des permanences au sein de notre corpus. Cette méthode a l’avantage de la simplicité car le corpus reste de taille restreinte mais elle a l’inconvénient de faire perdre de l’information : en effet, si un auteur effectue une modification d’importance dans un manuel édité entre deux générations des manuels que nous avons sélectionnés, cette modification apparaîtra avec un retard de quelques années dans notre corpus.

15Nous avons également recensé les œuvres majeures de la littérature géographique savante française sur les États-Unis (articles et ouvrages) qui existaient au moment de la parution de chaque programme et de chaque génération de manuels scolaires ainsi que les sources utilisées par les auteurs des manuels lorsque ces derniers les citaient.

16Enfin, une partie des informations proposées dans cet article a été obtenue grâce à des entretiens effectués avec Gérard Dorel, Georges Roques et Gérard Hugonie entre janvier et juin 2009, et nous tenons à les en remercier.

La notion de belt. Origine et définition.

17Le mot belt veut dire ceinture en anglais. C’est un terme de géographie physique et humaine. En géographie physique un belt peut être « un terme spatial appliqué à une zone distincte de terrain, de végétation ou de climat » (Whittow, 1984). Ainsi, les géomorphologues utilisent le terme de « belt of non erosion » pour définir la partie la plus haute d’une colline sur laquelle la surface d’accumulation de précipitations est insuffisante pour créer de l’érosion (Small et Witherick, 1990). De même un belt peut être « un terme appliqué à une étroite bande d’eau de mer » (Whittow, 1984). C’est le cas de trois détroits du Danemark qui sont appelés respectivement le Grand Belt, le Petit Belt et le Fehmarn Belt. Il y a une analogie entre la forme du détroit et celle de la ceinture.

18En géographie humaine, le mot belt a deux sens proches : un belt peut être une série continue d’objets qui encerclent ou arrêtent quelque chose (cf. « the green belt » autour de Londres) (Stamp et Clarck, 1979). Dans ce cas, la langue française utilise plutôt le terme de ceinture (la « ceinture verte » du Languedoc-Roussillon ou la « ceinture dorée » de Bretagne, par exemple) que le mot belt. Dans sa deuxième acception, un belt désigne un ruban large, une étendue, un district plus long que large dont les caractéristiques se distinguent de la surface qu’il traverse (Stamp et Clarck, 1979). Alors, la géographie française garde l’usage du mot anglais. C’est à ce deuxième sens que nous nous intéresserons.

Figure 3 : Les deux acceptions du terme belt ou ceinture dans la géographie francophone.

  • 4  Le terme de black belt n’est plus utilisé en France en géographie alors qu’il est toujours utilisé (...)

19La trace des premières utilisations de la notion de belt aux États-Unis remonte aux années 1820-1830. La presse de l’époque employait alors le terme de black belt pour décrire la région d’Alabama dans laquelle se trouvent des terres noires et fertiles qui attirèrent, dans les années 1815, les immigrants de Géorgie et de Caroline durant ce que l’on appela par la suite l’« Alabama fever » (Tullos, 2004). En effet, c’est sur ces terres que pouvait être pratiquée la rentable culture du coton qui se fit dans le cadre de plantations esclavagistes. Par extension, le mot black belt désigne, après la guerre civile américaine (ou guerre de Sécession), les États du sud où la population noire est majoritaire (Dodd, 1915). Le mot a alors une forte connotation politique, raciale et sociale4.

20Par la suite, les termes de black, mais aussi de de cotton et de corn belt se trouvent assez fréquemment dans la littérature américaine de la fin du xixe siècle, qu’elle soit géographique ou non. Les mots cotton et corn belt sont alors des termes de géographie agricole utilisés dès 1900 par les géographes du Census – le recensement américain- pour définir des régions de monoculture cotonnière ou céréalière. Ils seront employés par l’économiste de l’agriculture américain O.E. Baker en 1921. Jusque dans les années 1930, il n’y aura pas de différence entre corn et wheat belt (Charvet, 1987).

Figure 4 : Le black belt en 1860, région où le nombre d’esclaves noirs est supérieur à 25 % de la population.

Source : Dodd W. E., (1915).

21Dans la géographie contemporaine, les belts sont des zones définies par une communauté de qualités : aspect, productions, paysage (Brunet, Ferras et Théry, 1993). Selon les périodes, on parle d’aires / zones / régions de spécialisation agricole : corn belt (aire du blé ou du maïs), dairy belt (aire du lait) ; d’aires / zones / régions de spécialisation économique non agricole : manufacturing ou rust belt (aire des industries ou de la rouille) ou encore d’aires / zones / régions de spécialisation résidentielle, démographique ou culturelle : sun belt (aire du soleil) etbible belt (aire de la bible).

  • 5  Voir Gleave et White, (1969) et Disckson (1969).
  • 6  Voir Morgan W. B., (1955) et Oriji J. N., (1983).

22Beaucoup de géographes français n’emploient le terme de belt que lorsqu’ils traitent des États-Unis, ce qui en fait une notion liée à un contexte particulier : la géographie régionale et économique des États-Unis. On peut néanmoins retrouver quelques belts dans la géographie européenne et américaine de l’Afrique : on trouve dans la littérature géographique plusieurs références mentionnant la Middle Belt nigéro-camerounaise5, ou encore la Palm Belt6 du Nigeria.

23Le terme de belt est employé dans la géographie universitaire mais aussi, et surtout, dans la géographie scolaire française des États-Unis. C’est à cette dernière que nous allons nous intéresser.

Les belts dans la géographie scolaire française des États-Unis

La géographie scolaire propose des modèles pour comprendre le monde.

24La géographie scolaire se distingue de la géographie universitaire ou savante car elle possède des logiques et un fonctionnement spécifiques (Chevalier, 2003). La géographie scolaire n’est pas seulement une simplification du savoir savant mais elle constitue une culture particulière. Selon Pascal Clerc, qui affine, en l’appliquant à la géographie, le concept de « culture scolaire » – développé par le linguiste André Chervel à propos des de la construction scolaire catégories grammaticales de la langue française (Chevalier, 2003) – la géographie scolaire est un discours construit sur le monde. Ce discours, dans lequel le savoir savant n’est que l’une des composantes, répond à des préoccupations didactiques et pédagogiques et fait partie « d’un sous-ensemble de la culture de la société globale »(Clerc, 2002). Ainsi, on trouve dans la géographie scolaire des éléments de savoirs savants géographiques mais aussi des éléments qui lui sont extérieurs tels que des représentations sociales (Moscovisci, 1987).

25La géographie telle qu’elle est enseignée dans le secondaire est souvent perçue par les enseignants et les élèves comme une discipline qui reflète objectivement la réalité du monde, ce qui est enseigné en cours de géographie ne pouvant être que la reproduction exacte de ce monde. Pourtant, les travaux de P. Clerc ont montré que cette discipline mettait en place des discours et des modèles qui permettaient aux élèves de d’appréhender et de comprendre le monde en simplifiant et généralisant ses objets géographiques (Clerc, 2002). Ces modèles sont, comme l’indique Peter Haggett en 1965, « une représentation schématique de la réalité élaborée en vue d’une démonstration » - une leçon en classe – c’est à dire une interprétation du réel et non son décalque.

26Les modèles de la géographie scolaire peuvent se construire en marge de ceux de la géographie savante. C’est le cas, par exemple, du « Brésil scolaire » défini par François Audigier en ces termes : « Lorsqu’un enseignant dispose de 3 ou 4 heures pour enseigner le Brésil en classe de 5e, il n’enseigne pas une ’simplification’ de l’ouvrage de X ou Y, géographes diplômés et reconnus, mais il construit un objet singulier, nouveau, que j’appellerai le “Brésil scolaire” » (Audigier, 1997).

27Les belts font partie de ces modèles qui permettent d’appréhender simplement, dans le cadre scolaire, le territoire américain dans sa complexité.

Des belts agricoles aux belts industriels

  • 7  Pour plus d’informations sur Henri Hauser, voir Marin S.-A. et Soutou G.-H., (2006).

28En France, c’est Henri Hauser7, historien et géographe, qui est, à notre connaissance, le premier à parler de belts dans un article intitulé « Le commerce intérieur américain », publié en 1905 dans les Annales de Géographie. Hauser, qui écrit la même année un ouvrage sur l’impérialisme américain, s’appuie sur le recensement – le census – de 1900. Il indique que « les statistiques américaines distinguent en général six groupes économiques dans l’Union » et que « ces groupes ont reçu des désignations agricoles » (Hauser, 1905, p. 67-68) : Au Nord-Est, la zone des produits de la ferme / dans l’ancien Sud, le cotton belt (zone de monoculture du coton) / au Centre-Est le corn belt (zone de monoculture du maïs et du blé d’hiver) et la zone de blé de printemps / dans les montagnes et les plaines du Centre-Ouest : la zone de la laine et du bétail / À l’Ouest, la zone des grains et des fruits. La régionalisation proposée par le census de 1900 - qui divise le territoire américain en grands ensembles régionaux - est un découpage effectué en fonction des grandes zones de production agricole(Gottmann, 1948).

  • 8  Busson H., Fèvre J. et H. Hauser, (1911).
  • 9  Les italiques et les guillemets sont de l’auteur.
  • 10  Manuels analysés :
    Dubois M. et Bernard A., 1891, Géographie générale-Amérique, classe de quatrièm (...)

29Hauser est aussi le premier historien-géographes français à utiliser en 1911 le terme de belt dans un manuel scolaire de terminale8 dont il écrit les pages sur les États-Unis. Il emploie les mots corn belt et cotton belt, qu’il traduit ensuite en « ceinture du grain » et « ceinture du coton »9. Les manuels des deux cycles du secondaire publiés avant cette date ne mentionnent pas la notion de belt, tout au plus localisent-ils les productions agricoles dans l’espace américain10.

  • 11  Voir Lefort I., 1992.
  • 12  Voir liste des manuels étudiés en fin d’article.
  • 13  Vidal de La Blache P. et P. Cameina D’Almeida, 1906.

30En important la notion de belt en France, Hauser fait à la fois office de passeur entre la géographie américaine et la géographie française, mais aussi entre la géographie universitaire et la géographie scolaire. Le phénomène n’est pas isolé : tout au long du xxe siècle, certains grands géographes ont transmis des éléments de la géographie savante à la géographie scolaire en s’impliquant dans la conception de programmes et de manuels11. Plusieurs manuels scolaires portent ainsi la signature de quelques-uns des plus grands noms de la géographie universitaire12, le plus illustre d’entre eux étant Paul Vidal de la Blache qui écrit, en collaboration avec Pierre Camena d’Almeida, un manuel de géographie de terminale daté de 190613.

  • 14  Voir liste des manuels étudiés en fin d’article.

31Le terme de belt se diffuse progressivement au sein du discours scolaire français, bien qu’il n’apparaisse pas dans les programmes de géographie de terminale de la première moitié du xxe siècle, qui restent très succincts. Dès le début des années 1930, on le trouve dans tous les manuels scolaires de terminale que nous avons analysés. En effet, c’est à ce moment que la géographie économique prend une place croissante dans le discours scolaire. Les intitulés des programmes scolaires et les titres des manuels de géographie de terminale de cette période sont révélateurs : alors que les programmes de cette période proposent d’analyser « les principales puissances économiques » puis « la vie économique du globe », de nombreux manuels édités entre 1930 et 1955 s’intitulent également « les grandes puissances économiques » et /ou « la vie économiques du monde14 ». La géographie scolaire analyse alors les ressources, l’industrie et l’agriculture américaine, cette dernière étant caractérisée par des moyens mécaniques et financiers élevés et une organisation spatiale sous forme de belts.

32La notion de belt s’élargit et s’affine au cours du xxe siècle :

  • À la fin des années 1930 les auteurs des manuels de notre échantillon font la distinction entre corn (maïs) et wheat (blé) belt, ce qui est justifié par une évolution de l’utilisation du sol aux États-Unis (Charvet, 1987).

    • 15  J. Gottmann analyse les milksheds dans son ouvrage Megalopolis, c’est-à-dire les aires de producti (...)

    Dans les années 1960 apparaît le terme de dairy belt dans les manuels étudiés. Dès 1936, Henri Baulig mentionnait dans sa géographie universelle des États-Unis l’existence d’une zone de production de lait « qui s’étend de la Nouvelle-Angleterre jusqu’au-delà du lac supérieur », et bien que les auteurs des manuels des années 1930 décrivent la production de lait autour des centres urbains du nord-est des États-Unis, ils n’emploient pas le terme de dairy belt – qui est également absent des travaux de Jean Gottmann sur le nord-est des États-Unis, alors qu’il en étudie l’élevage laitier15. Cette notion est néanmoins employée en France au début des années 1950 dans des ouvrages de géographie générale de l’agriculture tels que la Géographie agraire de D. Faucher (1950, p. 193) ou la Géographie de l’élevage de P. Veyret (1951, p. 205), et ces auteurs l’utilisent sans l’expliquer, ce qui peut signifier que le terme est déjà familier en France. Il faudra néanmoins attendre le début des années 1960 pour que le terme de dairy belt soit présent dans les manuels étudiés.

  • Dans les années 1960, d’autres types de belts apparaissent dans le vocabulaire des manuels scolaires étudiés, en analogie avec les belts agricoles (Gauthier, 1989) : manufacturing belt (zone du Nord-Est de développement industriel – qui devient rust belt ou « ceinture de la rouille » dans les manuels à partir de 1989) – puis sun ou sunshine belt à la fin des années 1970.

Figure 5 : Évolution de la notion de belt dans les manuels de terminale analysés.

33La notion de belt s’est ainsi rapidement généralisée dans les manuels scolaires du xxe siècle que nous avons analysés et elle s’est étendue à différents types d’espaces, qu’ils soient agricoles ou non. Pourtant, cette notion aurait pu être remise en question dès l’entre-deux guerres, au moment où les zones de monoculture américaines se diversifient progressivement pour des raisons économiques et écologiques (Charvet, 1983). En effet, les faillites agricoles des années 1930 liées notamment à la surexploitation de sols fragiles ont enseigné aux agriculteurs américains, incités par différentes politiques fédérales, à diversifier leur production.

34Le cotton belt est le premier belt qui disparaît en raison de profondes mutations de l’économie du Sud des États-Unis et de la concurrence de cotons étrangers sur le marché mondial. Il fait place à une zone de cultures multiples : fruits, tabac, oléagineux. À partir des années 1960, l’évolution des corn, dairy et wheat belts s’accélère, ce qui fait dire en 1968 au géographe Paul Mingret que « la disparition des grands ’belts’ très spécialisés, la diversification des économies régionales par une diversification des cultures et une répartition plus équilibrée des industries traduisent une nouvelle étape dans l’occupation et la mise en valeur des États-Unis ». Jacques Soppelsa, spécialiste des États-Unis, parle, dans sa Géographie des États-Unis publiée en 1971 aux Presses Universitaires de France dans la collection Magellan, d’une uniformisation de l’espace agricole des États-Unis. Selon lui, l’organisation de l’espace agricole américain se fait maintenant en fonction d’éléments tels que la proximité plus ou moins grande des principales agglomérations urbaines, la taille et le mode de faire-valoir des exploitations, la condition sociale et raciale des exploitants. Il note alors que « le monde agricole américain ne peut guère servir aujourd’hui de toile de fond unique à une tentative de régionalisation du territoire ». En d’autres termes, la régionalisation du territoire américain en fonction de ses grandes régions agricoles, telle que l’avait décrite Hauser, perd de sa pertinence.

  • 16  Ministère de l’Education Nationale, (1982), Histoire, géographie, instruction civique. Classes de (...)
  • 17  Soppelsa J. in Lacoste J., (1983) et Noin D. in Bras A. et J. Brignon, (1983).

35Malgré cela, la diversification des belts agricoles n’est pas toujours relayée dans la géographie scolaire qui a du mal à renoncer à un outil aisément manipulable par les enseignants et les élèves. Ainsi, alors que diversification du dairy belt commence au début des années 1960 (Soppelsa, 1971), le terme est introduit au même moment dans les manuels scolaires de terminale que nous avons étudiés. En 1981, les nouveaux programmes de géographie de terminale imposent que l’analyse qui découle du découpage du territoire agricole américain en belts soit nuancée16. C’est ce que font Jacques Soppelsa ou Daniel Noin, par exemple, dans les manuels de terminale qu’ils écrivent17. Pourtant, il faut attendre le début des années 1990 pour que la totalité des auteurs de notre échantillon d’étude mette l’accent sur la disparition des belts agricoles tout en les faisant encore figurer dans les pages de leurs manuels. Il semble que les belts agricoles aient été un outil bien commode et difficile à abandonner alors qu’ils perdaient de leur pertinence.

Croissant périphérique ou sun belt ?

36En 1973, Gérard Dorel et Alain Reynaud proposent de définir, dans leur ouvrage intitulé Les États-Unis en devenir, une nouvelle région qu’ils appellent « le croissant périphérique » et qui correspond aux zones littorales et frontalières du sud des États-Unis « souvent plus favorisées que les régions continentales ». G. Dorel et A. Reynaud divisent le territoire américain en trois grands ensembles : La région du Nord-Est, encore dynamique mais en déclin économique / la diagonale interne, zone où le solde migratoire est négatif et le développement économique faible / le croissant périphérique : une marge dynamique qui pourrait devenir un centre.

Figure 6 : La régionalisation des États-Unis d’après les travaux de G. Dorel et A. Reynaud.

37La régionalisation des États-Unis selon les critères agricoles du censusest remise en question par G. Dorel et A. Reynaud qui analysent l’espace américain en fonction de nouveaux critères : la croissance économique et démographique. Cette nouvelle régionalisation fait appel au concept de centre et périphérie dans lequel l’espace est conçu en fonction de pôles de croissance (stables, en développement ou en déclin) et de zones périphériques plus ou moins dominées par ces pôles.

38Le croissant périphérique s’apparente, dans sa forme et sa localisation, à ce que Kevin P. Phillips a appelé, quelques années plus tôt, le sun belt. En effet, en 1969, K. P. Phillips, un journaliste américain, développe la notion de sun belt dans son livre The Emerging Republican Majority. L’auteur analyse la géographie du vote aux élections présidentielles américaines de 1968 et cherche à expliquer les raisons de l’élection de Richard Nixon, candidat républicain, après une trentaine d’années d’hégémonie démocrate (de 1933 à 1968 à l’exception du président Eisenhower – républicain - de 1953 à 1961). Selon l’auteur, c’est la croissance démographique du sun belt – zone comprenant les États littoraux et frontaliers allant de la Floride à la Californie – qui expliquerait le renouveau conservateur aux États-Unis. En effet, le Sun belt serait une nouvelle « frontier » (turnerienne) à conquérir, soit, comme tout espace pionnier, une zone où serait concentrée une population anti-intellectuelle, ethnocentrique et conservatrice, soit, selon l’auteur, républicaine.

39Alors que K. P. Phillips concevait le sun belt comme un front pionnier, c’est-à-dire une interface entre le « dedans » (le territoire des États-Unis) et le dehors (le continent américain) qui, par son intégration progressive au « dedans » permet à ce dernier de s’élargir, G. Dorel et A. Reynaud, entendent le croissant périphérique comme un nouveau centre en devenir.

40La notion de belt, qui définissait des espaces en fonction de critères uniques (culture du maïs ou du coton, par exemple) évolue progressivement pour décrire des régions définies par des critères multiples (sun belt). Ce changement s’inscrit dans ceux de la « nouvelle géographie » des années 1970 qui cherche à analyser le fonctionnement et à modéliser des structures spatiales complexes.

  • 18 Baleste M. (Dir), (1978).

41Dès la fin des années 1970, certains auteurs de notre corpus de manuels commencent à opérer une fusion – une confusion – entre la notion de sun belt et celle de croissant périphérique. L’un des premiers manuels de terminale de notre échantillon qui décrit, sans la représenter graphiquement, cette nouvelle division de l’espace est un manuel édité par Armand Colin en 1978 et dirigé par Marcel Baleste. On peut y lire qu’un « “croissant périphérique” (baptisé “sunshine belt”), s’étendant de la Floride au nord du littoral Pacifique en passant par le Texas et la Californie attire des migrants originaires de toutes les régions des États-Unis18 ».

42La notion de sun belt est progressivement adaptée et modifiée par la géographie scolaire française. En effet, la notion de belt fait alors partie du patrimoine scolaire. Dans les manuels des années 1980 à 2004, le sun belt est présenté comme un nouveau centre dynamique (le croissant périphérique) et non plus comme une interface ou une frontière. Cette notion perd le caractère politique que lui avait prêté K. P. Philipps. En effet, aucun auteur de manuel n’indique que la croissance économique de cette zone est liée, en grande partie, à l’influence de sénateurs et de candidats républicains au sein des organes fédéraux décidant de l’attribution des aides de l’État américain.

43La confusion entre sun belt et croissant périphérique peut amener certains effets cocasses : selon certains auteurs, le sun belt – littéralement « zone du soleil » - s’étend jusqu’à Seattle (la limite nord du croissant périphérique) alors que le nombre de jours d’ensoleillement à Seattle est l’un des plus faibles des États-Unis (moins de 140 jours/an).

Figure 7 : Le sun belt et le croissant périphérique sont utilisés indistinctement dans les cartes de ce manuel.

Source : Knafou R. (dir), (1992).

44Le sun belt est rapidement et durablement intégré par la géographie scolaire française des États-Unis. Le programme de terminale de 1981 – qui demandait de nuancer la notion de belt agricole – propose d’étudier l’organisation de l’espace des États-Unis. Ainsi, au sein de notre échantillon, la majorité des manuels édités à partir de 1983 font référence au sun belt et / ou au « croissant périphérique » même si certains conservent encore la division régionale du Census. À partir de 1988, tous les manuels feront référence au sun belt. À partir de 1995 : tous les manuels abandonnent la régionalisation du Census et divisent le territoire des États-Unis en fonction de la régionalisation proposée par G. Dorel et A. Reynaud.

45La rapidité de ce transfert peut être en partie expliquée d’un côté par l’évolution de la didactique de la géographie et de l’autre par le rôle de quelques personnalités au sein de l’institution scolaire.

  • 19  Gérard Dorel soutient sa thèse intitulée L’entreprise capitaliste et ses stratégies : la grande cu (...)
  • 20  Entretien avec G. Dorel le 25 février 2008.

46En effet, la chorématique et l’analyse spatiale, outils de la nouvelle géographie, auront un fort succès dans les manuels scolaires du primaire comme du secondaire durant les décennies 1980 et 1990, notamment grâce à aux recherches de Maryse Clary qui s’appuie sur les travaux effectués au sein de l’École normale de Nîmes et de la Maison de la Géographie de Montpellier et qui souhaite doter la géographie scolaire de nouvelles méthodes (Roumégous, 2001). Au même moment, plusieurs inspecteur généraux jouent un rôle actif dans les orientations du programme, notamment Victor Marbaux, Michel Hagnerelle mais aussi Pierre Desplantes (IPR dans l’académie de Reims-Amiens puis inspecteur général) qui fait appel G. Dorel – qui était considéré comme étant le spécialiste de la géographie des États-Unis19 - pour être conseiller scientifique pour la conception des programmes scolaires. Le poids de G. Dorel dans la géographie scolaire n’en sera que croissant : en 1995 il devient inspecteur général de l’éducation nationale après avoir conseillé l’inspection générale pendant une quinzaine d’années20. G. Dorel endosse ainsi un rôle de passeur entre géographie universitaire et géographie scolaire mais aussi entre les États-Unis et la France.

Quels fondements épistémologiques à la notion de belt ?

47Le fait d’isoler de grandes aires sous forme de ceintures agricoles (qui deviendront par la suite aires culturelles, économiques et démographiques) dans l’espace américain fait écho aux travaux de Von Thünen qui met en place au xixe siècle un modèle théorique d’analyse de l’espace agricole. En prenant le postulat de départ d’une ville-centre isolée, entourée d’un espace rural de plaine desservi par un système de communication isotrope, avec un marché dont les prix sont supposés fixes, Von Thünen montre que l’espace agricole s’organise sous forme d’auréoles ou ceintures de spécialisation concentriques à partir de la ville-centre. Les anneaux les plus proches sont voués à des productions agricoles à haute valeur ajoutée ou de forte demande (élevage laitier, maraîchage) dont on ne peut grever les prix par un trop long transport. Les plus éloignés se caractérisent par une mise en valeur de moins en moins intensive (Moindrot, 1981 ; Mathieu, 2003).

  • 21  Jonasson O, 1925, « The agricultural regions of Europe », Economic geography.
  • 22  Résumé dans Peet R, 1969, « The spatial expansion of commercial agriculture in the XIXth century, (...)

48La division de l’espace agricole américain en grands belts agricoles pourrait rappeler ce modèle tout en le situant à une échelle plus petite. En effet, après un siècle d’oubli, le modèle de Von Thünen est exhumé par un géographe américain, O. Jonasson qui, dans un article de 1925 sur les régions agricoles d’Europe21, considère l’Europe du Nord-Ouest comme une vaste conurbation et un centre géographique de marchés de consommation pour la production agricole européenne dont le territoire s’organise, selon lui, sous forme d’anneaux (Moindrot, 1981). Jonasson propose un audacieux changement d’échelle par rapport à Von Thünen et fait de la région du Nord-Ouest européen une métropole-marché en analogie avec la ville-centre de Von Thünen. C’est en 1968 que cette idée de métropole-marché sera encore étendue et appliquée – entre autres – au territoire des États-Unis par un autre géographe américain, Richard Peet qui, dans sa thèse de PHD soutenue à l’université de Berkeley22, développe l’idée d’une métropole mondiale thünenienne qui correspond à l’ensemble Grande Bretagne – Europe occidentale – Nord Est des États-Unis (Moindrot 1981). Autour d’elle se trouvent des zones concentriques de production agricole dont le rayon croît progressivement en fonction de l’augmentation de la demande dans le temps et dont les productions correspondent à celles du modèle de Von Thünen. Ainsi, aux États-Unis, autour des grandes villes du Nord-Est on trouve une couronne de productions maraîchères et laitières à haute valeur économique (dairy belt). Puis au sud et à l’ouest de cette région sont localisées des zones de cultures d’exportation ou de grande culture commerciale (production céréalière – corn belt, wheat belt – et cotonnière). Enfin, dans les plaines à l’ouest du 100e méridien se situe une zone d’élevage extensif.

49L’explication par la distance peut également entrer en jeu à une échelle un peu plus grande, notamment dans l’organisation de la dairy belt, en périphérie des grandes villes du Nord-Est américain. C’est en tout cas la théorie qui est développée avant R. Peet par L. Durand Jr qui étudie dans les années 1950 et 1960 la production fromagère et les milkshedsliés à chaque grande ville du Nord-Est, sans faire référence à Von Thünen.Si la distance-coût a peu d’importance, la distance-temps est à prendre en compte pour des produits dont la conservation fut longtemps très courte. Ainsi, selon lui, on trouve des zones de production de lait frais à proximité des centres urbains, puis, au fur et à mesure que l’on s’en éloigne sont produits, dans l’ordre, du lait condensé, du fromage et enfin du beurre, dont le rapport entre le temps de conservation et la valeur ajoutée est le plus intéressant pour un long trajet (Moindrot, 1981)

  • 23  Grotewold A, 1959, « Von Thünen in retrospect », Economic Geography, p. 346-355.

50L’idée de considérer les belts américains comme une application, à l’échelle des États-Unis, du modèle de Von Thünen semble séduisante, d’autant plus qu’elle a été soulevée par plusieurs géographes américains. Or, elle reste discutable : dans le modèle de Von Thünen, c’est la distance par rapport au centre de consommation qui est le facteur de localisation des zones agricoles. Pourtant, selon Paul Claval, la question de la distance-coût vis-à-vis du/des centres ne se pose plus dans un contexte où les moyens de transports sont bon marché depuis longtemps (Claval, 1968) et la distance-temps est moins déterminante qu’elle ne l’était depuis l’utilisation des wagons-réfrigérés au début du xxe siècle. De plus, dans le cas d’espaces à petite échelle comme l’espace agricole américain, d’autres facteurs de localisation des cultures prennent de l’importance, et en premier lieu les conditions climatiques et topographiques des différentes zones cultivées, les moyens techniques à la disposition des agriculteurs mais aussi les habitudes de consommation des centres et les spécificités administratives de chaque région. Ainsi, les milksheds sont, selon les cas, sous la tutelle du gouvernement fédéral ou de l’État auquel ils appartiennent (Moindrot, 1981), ce qui amène quelques aberrations décrites par A. Grotewold dès 195923 : le bassin laitier de la ville de Kansas City, par exemple, s’étend jusqu’aux portes de Columbia, à 200 km de là. Le lait des environs de Columbia est donc pasteurisé et homogénéisé à Kansas City pour être ensuite livré à la consommation à Columbia, qui a pourtant deux usines de pasteurisation. Dans ce cas, le modèle de Von Thünen ne peut pas être employé.

51L’application du modèle de Von Thünen à l’espace agricole américain peut être remise en cause dès que l’on quitte le niveau de la généralisation, mais c’est bien là le propre de toute modélisation, qui reste avant tout une construction mentale permettant de rendre le réel compréhensible. Malgré son oubli durant un siècle, ce modèle a connu un fort succès au milieu du xxe siècle au point de figurer parmi les paradigmes de l’analyse spatiale avec les modèles de Christaller, de Lösch et de Weber. Cela ne nous semble pas être étranger au fait que les belts américains aient été maintenus dans la géographie scolaire française contemporaine, ce qui ne signifie pas pour autant que l’ensemble des hypothèses sous-jacentes au modèle soit reconnu et que la démarche même de modélisation soit transférée dans l’enseignement (Clerc et Garel, 1998).

52Les belts furent d’autant plus utilisés qu’ils permettaient d’enseigner l’espace agricole des États-Unis de façon simple en classe, ce qui s’inscrivait dans l’idée générale, qui a longtemps prévalu au xxe siècle, selon laquelle le continent américain était l’un des plus faciles à étudier dans la géographie scolaire en raison du tracé de ses côtes et de la répartition en bandes méridiennes des éléments de sa topographie. C’est l’un des faits qui expliquent que les États-Unis aient été enseignés, jusqu’en 1981, dès les premières classes du secondaire dans le but de « créer un premier contact avec la géographie » (Lefort, 1992).

  • 24  Page 240.

53La division en belts offre une vision généralisante et synthétique de l’espace car elle réalise une condensation thématico-spatiale de l’espace américain. Cette condensation perd en pertinence lorsque l’on change d’échelle, ou lorsque l’on s’inscrit dans une conception plus exceptionnaliste de la géographie. Ainsi, dans un compte-rendu datant de 1975, publié dans les Annales Économie, Sociétés, Civilisation24, Jean Heffer, alors maître assistant au centre d’histoire nord-américaine de l’université de Paris I (il sera directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales de 1985 à 2002 où il y dirigera le Centre d’Etudes Nord-Américaines), s’interroge sur la réalité du croissant périphérique. Selon lui, ce dernier serait une illusion graphique créée par la représentation cartographique par État des phénomènes de croissance démographique et économique. Si l’on changeait d’échelle pour descendre au niveau des comtés, on ne verrait plus de bande continue, « on ne verrait vraisemblablement apparaître que des points très espacés les uns des autres, des sortes d’oasis dans le désert » G. Dorel lui-même a émis des doutes sur ce concept, lié, selon lui, au goût français de la synthèse, à l’influence de la chorématique et à un regard sur le monde influencé par une certaine forme de marxisme associé au concept centre-périphérie. Dans un article daté de 1987, il indique même que « la ceinture du soleil est loin de présenter cette homogénéité des grandes concentrations humaines et industrielles du Nord-Est. En réalité, cet ensemble est constitué de noyaux très isolés les un des autres, perdus dans des océans végétaux à l’Est du Mississippi ou minéraux (à l’Ouest) ».

Conclusion

54La division de l’espace américain en belts se situe dans une école de pensée généralisatrice à laquelle appartient la géographie scolaire. Le sun belt / croissant périphérique s’est développé en France sur le terreau favorable d’une géographie du secondaire qui avait du mal à renoncer au modèle des belts pour appréhender l’espace des États-Unis alors même que ceux-ci disparaissaient. Si les travaux de G. Dorel et A. Reynaud n’ont pas été remis en question par les géographes du secondaire, ce n’est pas seulement en raison du poids de G. Dorel au sein de l’institution scolaire, c’est probablement aussi parce qu’ils répondaient à la demande d’une discipline scolaire généralisatrice qui possède ses propres modes de fonctionnement et ses propres bases épistémologiques.

55Nous souhaitons néanmoins attirer l’attention sur l’usage de cette notion dans le cadre scolaire et à son aspect « patrimonial » qui masque son identité. Il faut garder à l’esprit que la notion de belt reste un outil simplificateur d’analyse du territoire américain qui n’a pas encore fait l’objet de véritables discussions scientifiques en France. Peut-être que d’autres modes d’approche régionale des États-Unis permettraient d’appréhender un territoire qui demeure bien plus complexe qu’on ne le croit.

Haut de page

Bibliographie

Manuels étudiés (par ordre chronologique)

Vidal De La Blache P. et P. Cameina D’Almeida, 1906, Les principales puissances (moins la France), Armand Colin

Schrader F. et L. Gallouédec, 1906, Les principales puissances du monde. Classe de philosophie, Hachette

Dubois M. et J.-G. KERGOMARD, 1907, Les principales puissances du monde, Philosophie, Mathématiques, Masson

Busson H., Fevre J. et Hauser H., 1911, Les principales puissances du monde, Classes de philosophie et de mathématiques, Alcan

Legaret G., 1930, Cours de géographie Elicio Colin, La vie économique du monde, Classe de philosophie et de mathématiques, Armand Colin

Gallouédec L. et F. Maurette, 1932, Les principales puissances et la vie économique du monde. Classes de philosophie et de mathématiques, Hachette

Fallex M. , Gibert A. et A. Mairey, 1932, Les principales puissances économiques du monde (moins la France), Classe de philosophie, Delagrave

Allix A., Leyritz A. et A. Merlier, 1939, Les principales puissances économiques du monde. Philosophie et mathématiques, Hatier

Gibert A. ET G. Turlot, 1947, Principales puissances, cours de philosophie et de mathématiques, Delagrave

Allix A., Leyritz A. et A. Merlier, 1950, Les principales puissances économiques du monde. Philosophie et mathématiques, Hatier

Meynier A., Perpillou A., François L. et R. Mangin, 1950, Géographie. Classe de philosophie, mathématiques et sciences expérimentales, Hachette

Cholley A., 1953, Les puissances économiques du monde, Classe de philosophie, Baillère

Baron E., 1957, Géographie. Classe de philosophie-mathématiques, Magnard

Lentacker F., Moreau J.-P., Ozouf J. et Y. Pasquier, 1960, Nouveau cours de géographie, Classes terminales, Nathan

Allix A., 1961, Le monde contemporain, Géographie, Classes terminales, Hatier

Prévôt V., 1961, Géographie du monde contemporain, Belin

Gourou P. et Papy L., 1963, Géographie. Classes terminales. Hachette

Raison P., Oudin R. et R. Fischer, 1966, Géographie. Les grandes puissances du monde, Classes terminales, Armand Colin

Prévôt V., 1969, Géographie du monde d’aujourd’hui, Classes terminales, Edition abrégée, Belin

Dacier G., Pelletier J. et J. Virlojeux, 1971, Géographie, Classes terminales, Masson

Baleste M., 1980, Les grandes puissances économiques, Classes terminales, Armand Colin

Bras A. et Brignon J., 1983, Géographie, Terminale, Hatier

Bontoux P., Domingo J., Gauthier A. et P. Gielen, 1983, Géographie, classes terminales, ABC Bréal

Grell J. et Gaudin G., 1983, Dossiers de géographie. Terminale, Istra

Martin J. et Pernet L., 1983, Géographie du temps présent, Terminales A, B, C, D, Hachette

Regrain R., 1983, Le monde actuel en question, Géographie terminale, Magnard

Froment R. et Kienast R., 1983, Géographie, Terminales, Delagrave

Lacoste Y., 1983, Géographie, Classes terminales, Nathan

Gauthier A., 1989, Géographie, Terminales, ABC Bréal

Frémont A., 1989, Géographie, Terminales, Bordas

Barret C. et Brigon J., 1989, Géographie, Terminale, Hatier

Pitte J.-R., 1989, Géographie, Terminales, Nathan

Knafou R., 1992, Géographie, Le nouveau système monde, Terminales ABCD, Belin

Hagnerelle M., 1993, Géographie : présent/futur, L’organisation de l’espace mondial, terminales, Magnard

Martin J. et Bouvet C., 1995, Géographie, Terminales, Hachette

Pitte J.-R., 1995, Géographie, Terminales, Nathan

Gauthier A., 1998, L’espace mondial, Géographie, Classes de Terminales L, S, ES, Bréal

Ciattoni A., 1998, Géographie, Terminale. Hatier

Bouvet C., 1998, Géographie, Terminales, Hachette

Carnat J.-L., 1998, Géographie, Terminale, Bertrand-Lacoste

Pitte J.-R., 1998, Géographie, L’espace mondial, Terminales, Nathan

Hagnerelle M., 1998, L’espace mondial. Géographie, Terminales L, ES, S, Magnard

Knafou R., 1998, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES, S, Belin

Joyeux A., 2004, Géographie. Terminales ES-L-S, Hachette

Ciattoni A., 2004, Géographie, Terminales L-ES-S, Hatier

Jalta J., Joly J.-F., Reineri R. et J.-P. Renard, 2004) L’espace mondial. Géographie, Terminales L, ES, S, Magnard

Mathieu J.-L., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES, S, Nathan

Knafou R., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES S, Belin

Brunet R. et D. Pierre-Elien D., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminale L-ES-S, Bréal

Références bibliographiques

Audigier F., 1997, « Problèmes, problématiques et perspectives de la didactique de la géographie », Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 3, septembre 1997, p. 226-233.

Baker O.E., 1921, A graphic summary of American agriculture, based largely on the census of 1920, US Department of Agriculture. Disponible en ligne http://www.archive.org/stream/graphicsummaryof00bake#page/n4/mode/1up

Baulig H., 1936, Amérique septentrionale, deuxième partie : les États-Unis, Géographie Universelle, Armand Colin, Paris

Brunet R., Ferras R. et H. Thery, 1993, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, RECLUS, La documentation française.

Charvet J.-P., 1987, « Les wheat belts des États-Unis : spécialisation ou diversification ? », Historiens et géographes n° 312, p. 497-504

Charvet J.-P., 1983, « Problèmes de mesure des phénomènes de spécialisation-diversification à propos des « belts » des États-Unis » in Mécanismes et limites des processus de spécialisation-diversification de l’espace rural (rapport DISPE), Paris, LA 142-SEGESA-DGRST, vol 4, p. 14-21.

Chevalier J.-P., 2003, Du côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie et une histoire de l’enseignement de la géographie à l’école primaire en France, Dossier en vue d’une habilitation à diriger les recherches, Université de Paris I

Claval P, 1968, Régions, nations, grands espaces, M.-TH Génin, Paris, 837 p.

Clerc P., 2002, La culture scolaire, le monde dans sa classe, Presses Universitaires de Rennes, p. 9.

Clerc P. et J. Garel, « La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années cinquante aux années soixante-dix », Cybergeo, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, article 58, mis en ligne le 22 mai 1998, modifié le 09 janvier 2009. URL : http://cybergeo.revues.org/index5332.html. Consulté le 22 mars 2010.

Dickson, 1969, « The middle Belt of Ghana », Bull - I.F.A.N., B, p. 689-716

Dodd W. E., 1915, Expansion and conflict, The riverside Press, Cambridge. En ligne sur http://www.gutenberg.org/files/21537/21537-h/21537-h.htm

Dorel G., 1983, L’entreprise capitaliste et ses stratégies : la grande culture aux États-Unis, Thèse de doctorat, Université de Paris I, sous la direction de Roger Brunet.

Dorel G., 1987, « La Sun Belt dans la géographie régionale des États-Unis », Historiens et géographes, n° 312, p. 505-514

Dorel G. et Reynaud A., 1973, Les États-Unis en devenir. Puissance et transformation d ’une économie, Doin, Paris, 168 p.

Faucher D., 1949, Géographie agraire, Types de cultures, coll Géographie économique et sociale, Librairie de Médicis, Paris

Garrett H., 1895, The building of a nation, the Henry T Thomas compagny, New York.

Gleave et White, 1969, « The west african middle belt », Geographical Review, p. 123-139

Gottmann J., 1961, Megalopolis. The urbanized northeastern seaboard of the United States, A twentieth century fund study, New York, 810 p.

Gottmann J., 1960, L’Amérique, Hachette, Paris, 470 p. e 1re éd. : 1949.

Haggett P., 1965, Locational analysis in human geography, Londres, Arnold

Hauser H., 1905, « Le commerce intérieur aux États-Unis », Annales de géographie, vol 14, n° 73, p. 64-79

Hauser H., 1905, L’impérialisme américain, Bibliothèque nouvelle, Paris

Heffer J., 1975, « G Dorel et A Reynaud, les États-Unis en devenir. Puissance et transformation d’une économie », compte-rendu de lecture, Annales. Economie, société, civilisations, année 1975, volume 30, numéro 1, p. 240

Huriot J.-M., 1994, Von Thünen, économie et espace, Bibliothèque science régionale, Économica, Paris

Lefort I., 1992, La lettre et l’esprit : géographie scolaire et géographie savante en France 1870-1970, Paris, CNRS, 257p

Levy J, « Roger Brunet » in Julliard J. et M. Winock, 2002, Dictionnaire des intellectuels français,Seuil, Paris

Mathieu J.-L., « Thünen, Johan Heinrich von (1783-1850) », in Levy J. et Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris

Marin S.-A. et Soutou G.-H., 2006, Henri Hauser (1966-1946). Humaniste. Historien. Républicain, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, Paris, 352 p.

Mingret P., 1968, « L’évolution de la culture du coton dans la vallée du Mississippi, Revue de géographie de Lyon, volume 43, numéro 2, p. 179-224.

Moindrot C., 1981, Le modèle agricole de J.H. Von Thünen et ses applications, Cours de DEA de l’Université de Paris VI

Morgan W. B., 1955, « The nigerian oil palm industry », Scottish geographical journal, 1751-665X, 1955, volume 61, Issue 3, p. 174-177

Moscovisci S., 1987, « Les représentations sociales », Actes du IIe colloque de didactique de l’histoire et de la géographie, Paris, INRP

Oriji J. N., 1983, « A study of the slave and palm produce trade amongst the Ngwa-Igbo of Southeastern Nigeria », Cahier d’études africaines, 1983, vol 23, n° 91, p. 311-328

Phillips K. P., 1969, The Emerging Republican Majority, Arlington House, New Rochelle, NY, 482 p.

Robic M.-C., « L’enseignement de l’histoire-géographie dans la stratégie des géographes universitaires et le dénouement de l’année 1905 » in Gispert H., Hulin N. et Robic M.-C., 2007, Science et enseignement, L’exemple de la grande réforme des programmes du lycée au début du xxe siècle, INRP, Vuibert, Paris, 360 p.

Roumegous M., 2001, Trente ans de didactique de la géographie en France, 1968-1998, Enjeux et pratiques, Thèse de doctorat de l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne

Small J. et Witherick M., 1990, A Modern dictionary of geography, second edition, Edward Arnold

Soppelsa J., 1971, Les États-Unis, Presses universitaires de France, collection Magellan, Paris. 2e édition, 1976.

Stamp D. et Clarck N. A., 1979, A glossary of geographical terms. Longman, London.

Tullos A, 2004, « The Black Belt », Southern Spaces, Emory university www.southernspaces.org/contents/2004/tullos/print/4a.htm

Veyret P., 1951, Géographie de l’élevage, coll géographie humaine, Gallimard, Paris

Washington B. T., 1901, Up from Slavery, ed actuelle Lavoisier, 2007.

Weinstein B. L., 1978, Regional Growth and Decline in the United States. The rise of the Sunbelt and the decline of the Northeast, Praeger, NY, London, 151 p.

Whittow J, 1984, Dictionary of physical geography, Peguin, London.

Haut de page

Notes

1  Busson H., Fèvre J. et Hauser H., (1911).

2  Il faut attendre 1981 pour que soit mentionné le mot belt dans le programme de géographie de terminale, mention qui se fera sous l’angle de la remise en cause : « Pour les États-Unis par exemple (…) on nuancera le découpage en « belts », on insistera sur la diversification des systèmes de culture et le développement de l’agrobusiness. » (Ministère de l’Éducation Nationale, 1982, Histoire, géographie, instruction civique. Classes de seconde, première et terminale. Horaires, objectifs, programmes, instructions.)

3  Au moment de l’écriture de cet article, la nouvelle réforme des programmes du lycée de 2009-2010 n’est pas encore publiée.

4  Le terme de black belt n’est plus utilisé en France en géographie alors qu’il est toujours utilisé aux États-Unis pour définir une région de l’Alabama.
Le mot « Black belt » n’apparaît que très sporadiquement dans les manuels scolaires : il n’est utilisé que dans trois manuels, en 1930, 1989 et 1995 et désigne la zone où se trouvent des terres noires riches en limons du Mississippi. Le terme est employé sans connotation politique ou raciale.

5  Voir Gleave et White, (1969) et Disckson (1969).

6  Voir Morgan W. B., (1955) et Oriji J. N., (1983).

7  Pour plus d’informations sur Henri Hauser, voir Marin S.-A. et Soutou G.-H., (2006).

8  Busson H., Fèvre J. et H. Hauser, (1911).

9  Les italiques et les guillemets sont de l’auteur.

10  Manuels analysés :
Dubois M. et Bernard A., 1891, Géographie générale-Amérique, classe de quatrième, Masson, Paris,
Cameina d’Almeida P., 1900, La Terre, L’Amérique, Armand Colin, Paris
Vidal de la Blache P. et P. Cameina D’Almeida, 1905, Les principales puissances (moins la France), Armand Colin, Paris
Schrader F. et Gallouédec L., 1906, Les principales Puissances du Monde, classe de philosophie et de mathématiques, Librairie Hachette, Paris.

11  Voir Lefort I., 1992.

12  Voir liste des manuels étudiés en fin d’article.

13  Vidal de La Blache P. et P. Cameina D’Almeida, 1906.

14  Voir liste des manuels étudiés en fin d’article.

15  J. Gottmann analyse les milksheds dans son ouvrage Megalopolis, c’est-à-dire les aires de production laitière associées à chaque ville, qui se placent à une échelle plus grande que le dairy belt.

16  Ministère de l’Education Nationale, (1982), Histoire, géographie, instruction civique. Classes de seconde, première et terminale. Horaires, objectifs, programmes, instructions.

17  Soppelsa J. in Lacoste J., (1983) et Noin D. in Bras A. et J. Brignon, (1983).

18 Baleste M. (Dir), (1978).

19  Gérard Dorel soutient sa thèse intitulée L’entreprise capitaliste et ses stratégies : la grande culture aux États-Unis en 1983, à l’université de Paris I, sous la direction de Roger Brunet.

20  Entretien avec G. Dorel le 25 février 2008.

21  Jonasson O, 1925, « The agricultural regions of Europe », Economic geography.

22  Résumé dans Peet R, 1969, « The spatial expansion of commercial agriculture in the XIXth century, a Von Thünen interpretation », Economic Geography, p. 283-301.

23  Grotewold A, 1959, « Von Thünen in retrospect », Economic Geography, p. 346-355.

24  Page 240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marielle Wastable, « La notion de belt dans la géographie scolaire française des Etats-Unis », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 495, mis en ligne le 14 avril 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23009 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23009

Haut de page

Auteur

Marielle Wastable

Agrégée de géographie
CNRS-UMR Géographie-cités, France
marielle.wastable@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page