Navigation – Plan du site
2010
496

L’impact de l’ouverture de la brèche dans la langue de Barbarie à Saint-Louis du Sénégal en 2003 : un changement de nature de l’aléa inondation ?

The impact of the opening of the breach in the Langue de Barbarie (Saint-Louis du Senegal) in 2003: a change of flood hazards nature?
Paul Durand, Brice Anselme et Yves-François Thomas

Résumés

La ville coloniale de Saint-Louis, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est construite sur une île de l’estuaire du fleuve Sénégal. A cet endroit, le fleuve longe la côte vers le Sud et n’est séparé de l’océan que par une mince flèche de sable de quelques centaines de mètres de large, la Langue de Barbarie, qui protège la cité de l’assaut des vagues. Jusqu’en 2003, elle empêchait une évacuation rapide des eaux du fleuve lors des crues car elle s’allongeait sur environ trente kilomètres au sud de la ville. De ce fait, la cité était soumise à des inondations fluviales récurrentes en fin de saison des pluies. L’ouverture artificielle d’une brèche, 7 kilomètres au sud de la ville, suite à la crue d’octobre 2003, a radicalement changé l’inondabilité de la cité. En effet, depuis cette époque, la ville n’a plus été inondée par le fleuve car l’élargissement spectaculaire de la brèche, qui est devenue la nouvelle embouchure, permet aux eaux de s’évacuer rapidement lors des crues. Cependant, en corollaire, les courants marins ont fortement modifié le régime hydrologique. La ville est désormais en tête d’estuaire : le marnage a fortement augmenté et les niveaux d’eau du Sénégal sont de plus en plus calqués sur le rythme des marées. Or, la cité émerge à peine au dessus du niveau des plus hautes mers actuelles. Elle devient donc plus vulnérable à une augmentation, même modérée, du niveau moyen de la mer. Dans ce contexte, la question est de savoir si la prédominance des influences marines dans le régime du fleuve à Saint-Louis peut persister à moyen terme, compte tenu de la tendance naturelle à la migration vers le sud de la langue de Barbarie Ce point est discuté et les conséquences potentielles en sont envisagées grâce à un certain nombre de simulations d’inondation, réalisées à partir de prévisions de hausse du niveau marin d’ici la fin du siècle (IPCC, 2007 ; Rahmstorf et al, 2007 ; Grinsted et al, 2009). Une modélisation de la propagation des inondations dans la cité en fonction de ces divers scénarii est proposée. Elle montre que la ville coloniale pourrait être inondée lors des plus hautes eaux annuelles au cours du xxie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements à Alioune Kane et Bachir Diouf, de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, pour leur aide lors de la mission sur le terrain en juin 2006.

Introduction

1Saint-Louis est située sur la côte septentrionale du Sénégal (la grande Côte), à 400 km au nord de Dakar. Ses activités reposent sur la pêche et le tourisme. L’attrait de ses plages et son riche passé colonial en font un des principaux pôles touristique du pays. Depuis 2000, la vieille ville coloniale est d’ailleurs classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Son site présente pourtant de fortes contraintes. Comme le montre la figure 1, Saint-Louis s’est en effet développée dans un environnement profondément marqué par l’eau, l’embouchure du fleuve Sénégal. A cet égard, la cité coloniale, édifiée sur une île qui émerge à peine au dessus du niveau des eaux au milieu du fleuve, apparaît particulièrement vulnérable. Même si elle est préservée des submersions marines par la Langue de Barbarie, elle est en effet fréquemment soumise aux aléas des inondations fluviales (Kane, 1997 ; Diop, 2004 ; Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006).

2La situation a toutefois changé depuis l’ouverture, le 3 octobre 2003, d’une brèche artificielle dans la langue de Barbarie. Cette décision a été prise en réponse à une crue du fleuve entamée au début du mois de septembre, et qui a entraîné une inondation de la cité dès le 8 septembre. Elle est intervenue dans un contexte d’exaspération de la population, lassée par des inondations à répétition de la ville depuis le début des années 1990. Ainsi, face à la montée du mécontentement populaire, et dans la crainte d’une aggravation de la crue, les autorités locales ont pris une mesure radicale, permettant de faire baisser rapidement le niveau des eaux du fleuve.

3Cette décision politique prise en urgence semble avoir profondément modifié le comportement hydrologique du fleuve à Saint-Louis. Depuis cette date en effet, la ville coloniale n’a plus été inondée (Dumas et Mietton, 2006, Mietton et al, 2006 ; Camara, 2008 ; Sy, 2008). Pour autant, on peut se demander si le risque d’inondation a été écarté à moyen terme. La brèche s’est en effet élargie de manière spectaculaire (Diop, 2004 ; Dia et al, 2006 ; Mietton et al, 2006 ; Sy, 2006 ; Camara, 2008), à l’image de ce que l’on a pu observer, par exemple, dans le delta du Saloum, au centre-ouest du Sénégal, suite à l’ouverture naturelle d’une brèche dans la flèche de Sangomar (Bâ et al, 2007). Il en résulte un renforcement des influences marines dans le fonctionnement du fleuve à Saint-Louis, qui se traduit en particulier par une modification du marnage. Ce point a été souligné dans deux études précédentes (Dumas et Mietton, 2006, Mietton et al, 2006). Toutefois, ces travaux laissent en suspend la question de l’impact de cette modification du régime hydrologique du fleuve sur la sensibilité à moyen terme de la cité à l’aléa submersion marine Or, il existe aujourd’hui un assez large consensus au sein de la communauté scientifique pour estimer qu’une hausse du niveau marin au cours du xxie siècle est probable (IPCC, 2007). Plusieurs scénarii ont été élaborés dans ce sens (IPCC, 2007 ; Rahmstorf, 2007 ; Rahmstorf et al, 2007 ; Grinsted et al, 2009). En outre, les recherches sur la problématique de la submersion marine dans les estuaires, menées à petite échelle (régionale ou globale), principalement aux Etats-Unis, en Europe occidentale, ou en Amérique du Sud (Daniels et al, 1992 ; Eitner, 1996 ; Bray et al, 1997 ; Bryan et al, 2001 ; Titus et Richman, 2001 ; Clus-Auby et al, 2004 ; Diez et al, 2007), montrent que la hausse du niveau de la mer risquerait d’entraîner un accroissement de la sensibilité des zones urbanisées à l’aléa submersion. Les apports sédimentaires dans les estuaires ne sont en effet généralement pas suffisants pour compenser l’élévation de la mer, mis à part là où les sédiments peuvent se déposer librement (zones de vasières littorales non anthropisées) (Paskoff, 1998 ; 2004).

4Dans ces conditions, on peut s’interroger sur l’évolution future du risque inondation pour la ville de Saint-Louis. La diminution de l’aléa « inondation fluviale » suite à l’ouverture de la brèche ne va-t-elle pas avoir comme corollaire un accroissement de la sensibilité de la cité aux submersions d’origine marine ? Pour répondre à cette question, après avoir dans un premier temps rappelé le contexte de l’ouverture de la brèche puis envisagé ses impacts sur le fonctionnement hydrologique du fleuve à partir de données nouvelles, nous discuterons de la possible mutation de l’aléa inondation. Le renforcement des influences marines observé dans le régime du fleuve depuis l’ouverture de la brèche peut-il persister à moyen terme et sous quelles conditions ? Une modélisation de la propagation des submersions en fonction de divers scénarii de hausse du niveau du fleuve liée à une élévation du niveau de la mer sera proposée et discutée pour tenter de répondre à cette dernière question.

Figure 1. Présentation du secteur d’étude

Source : image Google Earth, 26 janvier 2004

Le contexte de l’ouverture de la brèche en 2003 : une ville soumise à de fréquentes inondations fluviales

Un site vulnérable

5La ville de Saint-Louis comprend trois quartiers édifiés en majeure partie à moins de 2 m au dessus du niveau moyen de la mer (fig. 1) : la ville récente, qui s’étire sur la rive orientale ; la cité coloniale (zone étudiée), bâtie sur une île au milieu du fleuve ; le village de pêcheurs de Guet Ndar, construit sur la flèche littorale de la Langue de Barbarie, large de 300 à 400 m en face de la cité, et où les altitudes sont un peu supérieures, atteignant par endroits 7 m au sud de la ville (Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007).

6La cité coloniale est le quartier le plus vulnérable aux inondations, en raison de sa position insulaire et de ses altitudes extrêmement basses (fig. 2). Sa topographie précise a été déterminée grâce à des levés effectués en 2006 en collaboration avec la Direction Générale des Travaux Cartographiques du Sénégal à l’aide d’une station totale Trimble, permettant d’acquérir des points (environ 1500) avec une précision de plus ou moins 2 cm en X, Y et Z. Tous les points ont été référencés par rapport au nouveau système géodésique Sénégalais implanté par l’IGN (Institut Géographique National Français) au 1er semestre 2006. Le Modèle Numérique de Terrain (MNT) réalisé à partir de ces levés (fig. 2) montre que l’île émerge à peine au dessus du niveau moyen du fleuve : plus de 40 % de la superficie de l’île se situe en deçà de 1,5 m et on observe des zones très basses en bordure du fleuve par où l’eau peut sans doute se propager assez facilement à l’intérieur de la cité en cas de crue importante, notamment sur les rives nord-est et nord-ouest. Sur les profils réalisés du nord au sud (profil 1) et d’est en ouest (profils 2, 3 et 4), le trait rouge matérialise le niveau 1 m. On constate que les altitudes les plus élevées se situent au centre de l’île, le long d’un axe nord - sud (profil 1 : altitude moyenne de 1,78 m, écart type de 0,32). Les quartiers situés à la hauteur et de part et d’autre du pont Faidherbe sont les plus élevés de la cité.Si l’on considère un axe reliant les deux ponts (pont Faidherbe et celui situé en face sur l’autre rive), l’altitude moyenne est de 2,17 m (écart type de 0,2). Une zone moins étendue au nord de l’île présente des altitudes similaires. Une grande partie du nord de l’île ainsi que son extrémité sud présentent des altitudes très faibles, l’altitude moyenne des profils 2 et 4 étant respectivement de 1,50 m (écart type de 0,23) et 1,42 m (écart type de 0,27). Toutefois, un muret, dont l’altitude est comprise entre 2,1 m et 2,3 m ceinture le sud et la partie occidentale de l’île de Saint-Louis. Il agit comme une protection contre la montée des eaux du fleuve Sénégal, protégeant 99 % de la surface totale insulaire (pour des niveaux d’eau inférieurs à 1,25 m). Il a d’ailleurs été construit à cet effet au début des années 1980. La côte d’alerte des inondations se situe à 1,20 m IGN (PNUE, 2002), seuil à partir duquel la ville commence à être inondée à ses extrémités nord-ouest et nord-est (fig.2). Les zones potentiellement inondées sont des friches situées devant le muret et des secteurs localisés en bordure du fleuve, au nord du point E.

Figure 2. Modèle numérique de terrain de l’île de Saint-Louis

Un rapide historique sur les inondations passées (1954-2003)

7Les crues du Sénégal ont marqué l’histoire de la ville de Saint-Louis depuis sa création par les colons français au xviie siècle au nord de l’embouchure du fleuve (Kane, 1997 ; Seck, 2004 ; Mietton et al, 2006 ; Sy, 2006). Neuf crues majeures ayant provoqué des inondations dans la cité coloniale sont recensées au xixe siècle (1827, 1841, 1843, 1854, 1855, 1858, 1866, 1871, 1890) et 9 au xxe siècle (1906, 1922, 1924, 1935, 1950, 1994, 1997, 1998, 1999). Dans la deuxième moitié du xxe siècle, on observe toutefois des modifications non négligeables dans le fonctionnement hydrologique de la partie aval du fleuve (Kane, 1997 ; Diop, 2004, Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006 ; Bâ et al, 2007). Aucune crue importante n’est survenue lors des décennies 1960, 1970 et 1980, marquées par une sécheresse qui a affecté l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’ont été construits en amont de Saint-Louis les barrages de Diama (23 km au nord de la cité) et de Manantali au Mali (1400 km en amont), respectivement en 1986 et en 1988. Mais, ces ouvrages n’ont pas permis une maîtrise suffisante des flux hydrologiques pour épargner la ville des inondations lors du retour à des conditions plus humides à partir du début des années 1990 (Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006, Hubert et al, 2007). Ainsi, la cité a-t-elle été partiellement inondée (Diop, 2004) lors des crues de 1994 (niveau maxi : 1,26 m), 1997 (1,28 m), 1998 (1,43 m), 1999 (1,47 m) et 2003 (1,35 m). D’autre part, on observe également un changement dans l’évolution de la Langue de Barbarie, qui a eu des répercussions sur les niveaux du fleuve à Saint-Louis (Dia et al, 2006 ; Bâ et al, 2007 ; Sy, 2008). En effet, pendant longtemps, le fonctionnement de cette flèche littorale a été marqué par un double phénomène classique de migration de son extrémité distale dans le sens de la dérive littorale dominante (flux dirigé ici vers le sud), interrompue par des ruptures périodiques lors des fortes tempêtes et/ou crues importantes (24 entre 1850 et 1973). Or, ces ruptures, qui se sont toujours produites au sud de la ville depuis 1850 (Diop, 2004), et qui ont maintenu l’embouchure du fleuve très nettement au sud de la cité depuis plus d’un demi-siècle (fig. 3) avaient un rôle important sur le risque inondation. Elles pouvaient atténuer pendant un temps l’impact des crues sur la cité en favorisant une évacuation plus rapide des eaux fluviales vers l’océan jusqu’à ce que la brèche soit colmatée (par les apports conjoints de la dérive littorale et du fleuve) et que la progression vers le sud reprenne.

Figure 3. Évolution depuis 1954 de la position de l’embouchure du fleuve par rapport à la ville coloniale

Sources : Seck M, 2004 ; Diop I, 2004, Dumas et Mietton, 2006

  • 1  valeurs issues des relevés journaliers de hauteurs du fleuve fournis par le Service Hydrographique (...)

8La figure no 3 montre qu’aucune rupture naturelle n’a eu lieu depuis 1973. On peut expliquer cela par la conjonction de deux facteurs : une absence de grandes crues entre les années 1950 et 1990, associée à une « péjoration climatique » (Leborgne, 1990) ; une réduction de « l’effet de chasse » des crues depuis la construction du barrage de Diama en 1986, qui permet une certaine régulation des débits (Kane, 1997 ; Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007). Mietton et al (2006) signalent que cet ouvrage, initialement prévu pour être un barrage anti-sel, est progressivement devenu un barrage réservoir sous la pression du monde agricole, intéressé par un maintien de cotes élevées du plan d’eau nécessaire à l’irrigation gravitaire des périmètres proximaux de la basse vallée du Sénégal. Le niveau moyen du barrage est passé progressivement de 1,5 m en 1992 à 2,15 m en 2002, les gestionnaires procédant à des lâchers progressifs lorsque les capacités de stockage du barrage sont atteintes. La réduction de la vitesse des écoulements fluviaux qui en résulte, et l’absence de crue pendant plus de 40 ans expliquent que l’embouchure du fleuve a été logiquement repoussée de plus en plus loin de la ville. Au moment de l’ouverture artificielle de la brèche en octobre 2003, elle était située à près de 30 km au sud de la cité coloniale (fig. 3). Cet éloignement progressif de l’embouchure a toutefois renforcé l’impact des crues qui sont réapparues à partir du milieu des années 1990. Les eaux ayant de plus en plus de difficulté à être évacuées vers l’aval, la durée des inondations a augmenté. La cité a été inondée à chaque fois pendant plusieurs jours. La crue d’octobre 1999 illustre ce propos : le niveau du fleuve mesuré à l’échelle à marée, juste au sud du pont Faidherbe (1,47 m IGN1), a largement dépassé le seuil de submersion de la ville coloniale (1,2 m IGN), qui a été inondée pendant 12 jours. Face à cette augmentation du risque inondation, la population a commencé à s’inquiéter et les gestionnaires ont pris la décision d’ouvrir une brèche dans la langue de Barbarie en octobre 2003 pour limiter les effets d’une catastrophe annoncée.

Une « gestion »dans l’urgence : l’ouverture de la brèche en octobre 2003

9Après la grande crue d’octobre 1999, l’hivernage 2003 a été marqué par une nouvelle crue importante, liée à une forte pluviométrie dans le bassin du Sénégal (d’après Diop, 2004 et Dumas et Mietton, 2006, qui toutefois, ne fournissent aucune valeur précise de pluviométrie). Cette forte pluviométrie entraîne une première onde de crue dès le début du mois d’août, mais qui est écrêtée par le barrage de Diama, ce qui préserve temporairement Saint-Louis des inondations. Toutefois, les fortes précipitations persistant dans tout le bassin versant, l’eau demeure à un niveau élevé les jours suivants. Deux nouvelles ondes de crue sont enregistrées lors de la deuxième quinzaine d’août, puis une 4ème en début septembre (Camara, 2006). La côte d’alerte du barrage (2,15 m) est progressivement atteinte et les lâchers, qui excèdent 1500 m3/s dès le 22 août, montent jusqu’à 1600-1700 m3/s durant la première quinzaine de septembre et 1800 m3/s le 20 septembre 2003, alors que la ville est déjà inondée (Mietton et al, 2006). Le seuil d’inondation à Saint-Louis (1,2 m) est dépassé à partir du 8 septembre et l’eau monte progressivement lors des jours suivants pour atteindre 1,35 m le 28 septembre et se maintenir à 1,33 m jusqu’au 4 octobre. Sy (2006) affirme même que sans les capacités de stockage des barrages de Diama et Manantali (8 km3), le niveau aurait pu être plus élevé de 0,5 m. Il en résulte de très fortes inondations, à la fois dans la ville moderne et sur la rive orientale du fleuve et de la cité coloniale. Dans cette dernière, l’eau se propage à partir des zones les plus basses du Nord et de l’Est de l’île (fig. 4), là où il n’y a pas de muret de protection (cf. fig. 2). Encore plus préoccupant, la montée de la crue risque d’entraîner l’ouverture naturelle d’une brèche à la racine de la Langue de Barbarie (Sy, 2006), soit à 5 km au nord de la ville, ce qui constituerait une menace pour tous les quartiers situés immédiatement au Sud. En outre, l’évolution des débits à Bakel – enregistrant une cinquième onde de crue le 29 septembre (3505 m3/s) – laisse prévoir une persistance des inondations pendant encore plusieurs semaines (Diop, 2004).

10Dans un contexte de pression de plus en plus forte venant de la part de la population, exaspérée par la répétition des inondations lors des années précédentes et par le maintien d’un niveau élevé des eaux pendant plus d’un mois, les autorités locales décident d’agir le plus rapidement possible (Diop, 2004). Le 1er octobre 2003, la municipalité de Saint-Louis avertit les autorités nationales et les gestionnaires de la Direction de l’Aménagement hydraulique de l’ampleur des inondations présentes et à venir dans la ville. Elle demande la prise d’une mesure en urgence pour faire baisser le niveau des eaux. Après une brève reconnaissance sur le terrain, une brèche artificielle de 4 m de large sur 1,5 m de profondeur est créée le 3 octobre dans la Langue de Barbarie, à 7 km au sud du pont Faidherbe, là où la flèche littorale était la plus mince, atteignant une largeur de 100 mètres environ (Dia et al, 2006 ; Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007 ; Camara, 2008).

Figure 4. Inondations de l’île de Saint-Louis lors de la crue de septembre-octobre 2003 partie NE de l’île, 2 octobre

Source : I. Diop, Service Hydrographique de la Ville de Saint-Louis

11Les différents travaux menés dans ce secteur (Diop, 2004 ; Dia et al, 2006 ; Mietton et al, 2006 ; Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007 ; Camara, 2008) ont montré que la brèche a très rapidement joué le rôle qui lui a été assigné. En l’espace de 48 h, le niveau du fleuve s’est abaissé de près de 0,50 m, retombant en dessous de la cote 1 m et il a décru ensuite progressivement de 0,40 m supplémentaires en une dizaine de jours. Conjointement, la brèche s’est élargie ce qui à priori n’avait pas été prévu par les autorités locales. Sa largeur est passée de 4 m le 3 octobre à 80 m dès le 5, puis 330 m moins de trois semaines plus tard (fig. 5). Dans les mois qui ont suivi, le renforcement des houles de secteur NW et NNW lors de la saison sèche a accentué l’érosion sur la rive sud, action érosive qui a été très peu compensée par une légère sédimentation de la rive nord par les apports de la dérive littorale. Huit mois après son ouverture, la largeur de la brèche atteint finalement près de 800 m. Le rythme d’élargissement a s’est ensuite légèrement ralenti (augmentation de l’ordre d’1 m par jour en moyenne). Les dernières mesures réalisées au début de l’année 2006 (Mietton et al, 2006 ; Bâ et al, 2007) font état d’une largeur d’environ 1 500 m et d’une profondeur de 6 m, avec un recul de près de 1 700 m de la rive sud seulement compensé par une accrétion de 200 m de la rive nord.

Figure 5. Évolution de la brèche de la Langue de Barbarie entre son ouverture et juin 2004

12Cette brèche ouverte en 2003 est finalement devenue la nouvelle embouchure du fleuve Sénégal. Son ouverture, située à 23 km au nord de l’embouchure du Sénégal à l’époque (cf. fig. 3), a créé un déséquilibre important et brutal dans la zone littorale (Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007), qui a répondu en reculant d’une manière très rapide. Bâ et al (2007) soulignent d’ailleurs qu’une réponse similaire a été observée dans l’estuaire du Saloum, au centre-ouest du Sénégal, suite à l’ouverture naturelle d’une brèche dans la flèche de Sangomar en février 1987. A cet endroit, les taux d’érosion annuels ont atteint 130 m par an entre 1987 et 1989, avant que l’évolution ne se ralentisse, le littoral se rapprochant peu à peu d’un état d’équilibre. A Saint-Louis, l’élargissement rapide de la brèche s’est aussi accompagné du colmatage progressif de l’ancienne embouchure du fleuve, les matériaux apportés par la dérive littorale nord-sud ne pouvant plus être évacués par les courants de jusant qui, désormais, empruntent la nouvelle embouchure.

13Évidemment, ce changement d’embouchure a modifié le comportement hydrologique du fleuve Sénégal à Saint-Louis tout en y atténuant le risque d’inondation fluviale. Ces impacts hydrodynamiques ont déjà été mis en évidence dans les travaux de Dumas et Mietton (Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006). Il convient à nouveau de les préciser à partir de l’exploitation de données nouvelles.

Les incidences de l’ouverture de la brèche sur le comportement hydrologique du fleuve Sénégal à Saint-Louis

Avant l’ouverture de la brèche : un régime pluvial tropical mixte

  • 2  Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, qui fournit sur son site internet des prév (...)

14Initialement, le régime du fleuve Sénégal, mesuré à la station de Saint-Louis est clairement marqué par deux périodes contrastées, principalement conditionnées par les influences pluviales tropicales et, de manière secondaire, par des variations du marnage (fig. 6). L’analyse comparative des hauteurs d’eau observées sur une année à l’échelle à marée de Saint-Louis (cf. fig. 1) avec les hauteurs de la marée astronomique prédites par le SHOM2 sur la façade océanique de la Langue de Barbarie pour la même période est à cet égard très révélatrice (fig. 6a). Les comparaisons ont été effectuées sur un cycle saison humide / saison sèche à la fois pour une année sans crue (de juillet 2000 à juillet 2001) et pour une année avec crue (de juillet 2001 à juillet 2002). Lors de la saison sèche (de novembre à juillet), on observe une période de basses-eaux de longue durée, où l’influence des cycles marégraphiques est nette et le marnage de 0,4 m au maximum. Lors de la saison des pluies (de septembre à octobre), période appelée « hivernage » au Sénégal, les hauteurs d’eau du fleuve montent progressivement. Le rôle joué par le marnage se réduit. Toutefois, celui-ci diffère selon les années : il demeure assez visible en année « normale », où les cycles se superposent à la montée des eaux d’origine fluviale (fig. 6b), mais il devient très largement occulté en année de crue (fig. 6c). Par opposition, on observe sur la façade océanique un régime marégraphique comportant 25 cycles de Vives Eaux (VE) / Mortes Eaux (ME) qui se succèdent à intervalles réguliers et se répètent d’une année sur l’autre, le marnage variant entre 0,35 m et 1,38 m (fig. 6a).

15Ainsi, avant l’ouverture de la brèche dans la Langue de Barbarie, la hausse du niveau du fleuve en fin d’hivernage se répète chaque année. Cette augmentation est évidemment plus ou moins importante selon l’intensité de la saison des pluies, mais, même en année normale, elle reste bien marquée. Les niveaux maxima atteints dépendent en premier lieu de l’influence pluviale tropicale. L’influence marine n’intervient que secondairement, les cycles marégraphiques se superposant à la variation saisonnière d’origine pluviale des niveaux du fleuve.

Figure 6. Comparaison entre le régime du fleuve Sénégal à Saint-Louis avant l’ouverture de la brèche et la marée astronomique sur la façade océanique

Données : Service hydrographique de la ville de Saint-Louis et SHOM

Un régime de plus en plus soumis aux influences marines depuis l’ouverture de la brèche

16L’amplification du marnage dans tout l’estuaire est la première conséquence manifeste du changement d’embouchure. À partir des relevés quotidiens enregistrés à l’aval du barrage de Diama (soit 23 km au nord de la cité) entre janvier 2001 et janvier 2006, plusieurs études (Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006) ont souligné que les modifications de la marée semi-diurne se manifestaient de plusieurs manières. D’une part, le marnage quotidien maximal a été multiplié par trois, passant de 0,30 m (moyenne 2001-2002) à 0,93 m (moyenne 2004-2005). D’autre part, les cycles marégraphiques sont désormais ressentis de manière plus nette toute l’année, même pendant les hautes eaux d’hivernage. L’amplitude entre la marée de vives-eaux et celle de mortes-eaux qui lui succède a par ailleurs plus que doublé. Les relevés des hauteurs d’eau collectés dans le cadre de cette étude à l’échelle à marée au sud du pont Faidherbe révèlent les mêmes tendances (fig. 7). Ils montrent un net accroissement du marnage mais avec des valeurs moins importantes par rapport aux études précédentes (moyenne du marnage quotidien maximal de 0,24 m pour les années 2001 et 2002 contre 0,71 m pour 2004 et 2005, avec un maximum annuel observé à 1,02 m en août 2005). Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer ces valeurs plus faibles : d’une part, les relevés étant effectués chaque jour à heure fixe, ils n’indiquent par forcément les valeurs extrêmes (minima ou maxima) journaliers ; d‘autre part, les piles du pont minimisent peut être les valeurs par effet de ralentissement des courants, même si à notre avis cet effet est discutable car l’échelle à marée est située à presque 100 m à l’aval du pont.

17Les relevés montrent aussi que les cycles marégraphiques ont désormais plus d’importance en saison humide. Les variations à court terme des cycles marégraphiques (qui sont d’ailleurs proches des oscillations mesurées sur la façade océanique, avec un marnage maximum de 1,38 m) sont devenues prépondérantes, même si l’influence tropicale reste présente de manière sous-jacente derrière les courbes. L’amplitude des variations saisonnières (environ 0,4 m pour les valeurs maximales et minimales) est même devenue inférieure aux variations liées aux influences marines. Nous ne disposons pas d’autres relevés de hauteur d’eau à Saint-Louis après le 30 juin 2006, mais les rapports de gestion du barrage de Diama obtenus auprès de l’OMVS (OMVS, 2007 et 2009) donnent des chiffres intéressants. Y sont mentionnées les oscillations suivantes : entre 0,47 et 1,01 m pour octobre 2007, en fin de saison des pluies ; entre – 0,63 m et 0,55 m pour décembre 2008 et janvier 2009 (saison sèche). En janvier 2009, le marnage a atteint 1,18 m à 23 km en amont de Saint-Louis alors que d’après les prévisions du SHOM², le marnage maximum (hors phénomène météo de surcote ou de sous-cote) était de 1,34 m sur la façade océanique lors de cette même période. En octobre 2007, le marnage était mesuré à 0,54 m contre 1,29 m prédit sur la façade océanique. L’influence marine prédomine donc nettement et elle semble se renforcer au fil des années.

Figure 7. Le régime du fleuve à Saint-Louis depuis l’ouverture de la brèche (juillet 2005-juin 2006)

Données : Service hydrographique de la ville de Saint-Louis et SHOM

Une diminution du risque lié aux inondations fluviales

  • 3  Il règne la plus grande confusion quant aux systèmes géodésiques en vigueur au Sénégal avant 2006. (...)

18Le risque d’inondation fluviale est parallèlement devenu moins élevé. Depuis octobre 2003, la cité n’a plus connu d’inondation car la brèche favorise une évacuation beaucoup plus rapide des eaux du fleuve (fig. 8). Dumas et Mietton (2006) notent que les maxima atteints par le fleuve depuis octobre 2003 (0,60 m en 2004 et 2005) sont désormais sensiblement inférieurs à la cote d’alerte des inondations (1,2 m), malgré des débits de déversement du barrage de Diama comparables aux années précédentes, en raison notamment de la persistance des conditions humides observées depuis le milieu des années 1990 (Dumas et Mietton, 2006 ; Mietton et al, 2006). Toutefois, les relevés journaliers de l’échelle à marée de Saint-Louis à partir desquels nous avons travaillé indiquent des niveaux supérieurs, respectivement de 0,75 m (3/10/2004) et de 0,87 m IGN (19/09/2005). Cet écart altitudinal s’explique sans doute par le fait que les données récemment collectées ont été recalées dans le nouveau système géodésique implanté par l’IGN en 2006 (cf. note 1) alors que Dumas et Mietton (2006) ont eu recours à des mesures antérieures (données de l’IRD) s’inscrivant dans un référentiel différent3. Quoi qu’il en soit, ces jeux de données sont cohérents et montrent bien que les niveaux maxima du fleuve sont restés bien en dessous de la cote d’alerte depuis l’ouverture de la brèche (fig. 8). Pour 2007, en extrapolant à Saint-Louis les dernières cotes fournies par l’OMVS (2007) juste en aval du barrage de Diama (1,01 m NGF en octobre 2007), les valeurs estimées sont proches de celles de 2005. En effet, la comparaison des données OMVS pour Diama (Dumas et Mietton, 2006) et des observations faites à Saint-Louis (1,35 m à Diama contre 1,2 à Saint-Louis en 2001 ; 1,02 contre 0,9 m en 2002 ; 1,52 m contre 1,35 m en 2003), révèle un écart de l’ordre de 0,15 m entre les deux sites.

Figure 8. Hauteurs maxima et minima du fleuve Sénégal à Saint-Louis entre 1999 et 2006

Données : Service hydrographique de la ville de Saint-Louis

19La brèche étant devenue la nouvelle embouchure du fleuve Sénégal, la marée pénètre aujourd’hui largement dans l’estuaire. Il en résulte à la fois un accroissement de la dépendance du régime hydrologique vis à vis des influences marines, qui prédominent désormais, même en saison humide, et une nette réduction de la sensibilité de la cité aux inondations fluviales. Ces constatations confirment les résultats des travaux antérieurs (Dumas, 2006, Dumas et Mietton, 2006).

20Dans le contexte actuel d’une hausse probable du niveau marin d’ici la fin du siècle (IPCC, 2007), une question devient alors intéressante : quelle serait la sensibilité de la ville de Saint-Louis à une augmentation du risque de submersion marine à moyen terme ? La question mérite d’être posée, d’autant plus que les recherches menées sur cette problématique dans les estuaires (Daniels et al, 1992 ; Eitner, 1996 ; Bray et al, 1997 ; Bryan et al, 2001 ; Titus et Richman, 2001 ; Clus-Auby et al, 2004 ; Diez et al, 2007) montrent que la hausse du niveau de la mer risquerait d’entraîner un net accroissement de la sensibilité des zones urbanisées estuariennes à l’aléa submersion.

Vers une mutation de l’aléa inondation ?

Une île plus vulnérable en cas de hausse du niveau marin ?

21Pour que l’île devienne vulnérable à une telle hausse, deux conditions devraient être remplies simultanément :

  1. un maintien de la prédominance des influences marines observée dans le fonctionnement hydrologique du fleuve à Saint-Louis depuis l’ouverture de la brèche ;

  2. une hausse du niveau de la mer suffisante pour entraîner des submersions lors des plus hautes eaux annuelles.

22Le premier point dépend de l’évolution future de la brèche, à la fois de son élargissement et de sa vitesse de migration vers le sud. Apparemment, la vitesse d’élargissement de la brèche se serait ralentie depuis les dernières mesures de 2006 (d’après une communication orale d’Isabelle Niang, décembre 2008, et il est possible qu’elle se stabilise lors des prochaines années, avec compensation de l’érosion de la rive sud par une accrétion équivalente de la rive nord. L’historique de l’évolution de la Langue de Barbarie montre en effet une tendance permanente à une migration vers le sud dans le sens de la dérive littorale dominante, interrompue par des ruptures périodiques. Ces ruptures entraînent au niveau de la brèche créée l’apparition d’une nouvelle embouchure plus au nord de la précédente, qui se retrouve peu à peu abandonnée (Sy, 2006 ; Bâ et al, 2007, Camara, 2008). Entre l’ouverture de la dernière brèche naturelle, en 1973, et 2003, la vitesse moyenne annuelle de déplacement de l’embouchure vers le sud a été rapide, de l’ordre de 500 m par an (cf. tab. 1). Toutefois, dans le cas qui nous intéresse, cette migration vers le sud semble pour le moment beaucoup moins rapide : entre octobre 2003 et février 2006, la rive nord de la brèche ne s’est déplacée que de 150 m vers le sud (Mietton et al, 2006 ; Bâ et al, 2007), soit à un rythme moyen de seulement 50 m par an. Le fait que la brèche ait été ouverte à seulement 7 km de Saint-Louis, c’est-à-dire en position très septentrionale par rapport aux brèches antérieures, pourrait être un élément d’explication (Sy, 2006). Le net raccourcissement de la longueur du fleuve se serait aussi traduit par un accroissement plus important de sa pente, entraînant par la même, une augmentation de la vitesse du courant fluvial, en particulier lors des crues (Sy, 2006). Ceci se double très probablement d’un renforcement notable de la vitesse des courants de jusant, conséquence logique de la multiplication par trois du marnage et de la probable accentuation de la pente du fleuve. Cette augmentation de la vitesse des courants à marée descendante, qui longent la rive nord de la brèche a été constatée visuellement mais non mesurée (Sy, 2006, Bâ et al, 2007, Camara, 2008). Elle pourrait contribuer à enrayer pendant encore longtemps la tendance « naturelle » à l’allongement vers le sud de la Langue de Barbarie.

23En admettant que les influences marines restent prédominantes dans le fonctionnement hydrologique du fleuve, il faudrait toutefois, pour que l’île devienne vulnérable à la submersion marine, que la hausse du niveau marin soit suffisante pour entraîner des inondations lors des plus hautes eaux annuelles. Sur ce point, si l’on se réfère aux hauteurs maximales du fleuve observées à Saint-Louis depuis l’ouverture de la brèche (soit 0,75 m en 2004 et 0,87 m en 2005), une hausse du niveau de la mer d’une quarantaine de cm serait nécessaire pour que le seuil de submersion de la ville coloniale (1,2 m) soit atteint, par relèvement du niveau de base du fleuve.

  • 4 Les prévisions de l’IPCC (2007) sont élaborées selon différents scénarii d’évolution des émissions (...)

24Or, la probabilité d’une élévation du niveau absolu de la mer de cet ordre d’ici la fin du xxie siècle fait aujourd’hui consensus dans la communauté scientifique (IPCC, 2007). Le débat porte plus sur l’ampleur et les variations régionales de cette hausse probable que sur sa réalité. Les valeurs avancées pour l’océan mondial pour la fin du siècle (décennie 2090-2100) sont comprises entre 0,19 et 0,59 m pour les scénarii « optimistes » (IPCC, 2007) et 0,5 et 1,50 m pour les prévisions « pessimistes », considérées aujourd’hui comme les plus réalistes (Rahmstorf, 2007 ; Rahmstorf et al, 2007, Grinsted et al, 2007)4. Dans ces conditions, il apparaît intéressant d’examiner, à travers un certain nombre de simulations, les conséquences que pourrait avoir une hausse du niveau marin sur la sensibilité future de la cité à l’aléa submersion marine. Il s’agit là d’une démarche prospective, à l’image de ce qui a été fait dans plusieurs études récentes en milieux littoral (Bray et al, 1997 ; Titus et Richman, 2001 ; Clus-Auby et al, 2004 ; Durand et Heurtefeux, 2006 ; Anselme et Bessat, 2006 ; Diez et al, 2007, Anselme et al, 2008).

Que pourrait-il se passer en cas de hausse du niveau de base du fleuve ?

25Les simulations d’inondation reposent sur une influence marine dominante dans le régime du fleuve et sur une hausse du niveau marin au xxie siècle. L’objectif ici est d’analyser le facteur « augmentation du niveau du fleuve liée à une élévation du niveau marin » indépendamment des autres paramètres. Les éventuelles modifications du régime hydrologique sous l’impact d’un changement climatique et/ou d’opérations d’aménagement dans le bassin-versant ne sont pas considérées dans le cas présent. La prise en compte simultanée de ces paramètres aurait été souhaitable mais elle parait difficilement réalisable dans le cadre des connaissances scientifiques actuelles. Il est surtout important de maîtriser les conditions d’entrée et de sortie des modèles, de façon à faciliter l’analyse et l’interprétation des résultats obtenus. Nous n’envisagerons pas non plus l’hypothèse d’une rupture de la langue de Barbarie survenant précisément à la hauteur de l’île de Saint-Louis lors d’une tempête exceptionnelle, ce qui pourrait entraîner une submersion catastrophique de la cité par déferlement direct des vagues dans la zone urbaine. Cela impliquerait en effet de pouvoir calculer le seuil de résistance de la flèche aux forçages océaniques (vagues de tempêtes) et à une éventuelle conjonction avec des forçages hydrologiques (crues), soit une modélisation 3D extrêmement complexe à mettre en œuvre.

26Les simulations ont été réalisées en deux phases :

  1. une estimation des hauteurs d’eau potentielles au xxie siècle ;

  2. à partir de ces hauteurs, une modélisation de la propagation de l’inondation dans la cité.

27Dans un premier temps, les hauteurs d’eau ont été estimées par addition de prévisions de hausse du niveau de la mer à la hauteur maximale du fleuve observée (à partir des données disponibles, jusqu’en juin 2006) depuis l’ouverture de la brèche en octobre 2003. Les prévisions de hausse du niveau marin se fondent sur les valeurs globales prévues pour l’océan mondial, en l’absence de projections spécifiques à l’Afrique de l’Ouest (IPCC, 2007), ainsi que de longues séries d’enregistrements marégraphiques renseignant sur l’évolution locale du niveau marin relatif (qui intègre également les variations du niveau du continent). Nous avons raisonné à la fois en fonction des scénarii « optimistes » (IPCC, 2007) et « pessimistes » (Rahmstorf et al, 2007, Grinsted et al, 2007) précédemment présentés. Ce sont les valeurs minimales et moyennes de ces prévisions qui ont été utilisées (soit respectivement 0,19 m et 0,38 m et 0,5 m et 1 m) et ajoutées à chaque fois à la hauteur maximale du fleuve observée à Saint-Louis en 2005 (soit 0,87 m). Les maxima des crues antérieures à octobre 2003 n’ont évidemment pas été retenus car l’hypothèse émise tient compte d’un régime fluvial sous influence marine prédominante, ce qui n’était pas le cas avant l’ouverture de la brèche. Dans ce contexte, l’objectif est de fournir des simulations de hauteurs d’eau pouvant potentiellement être atteintes en fin de saison des pluies. Cela donne respectivement des hauteurs de 1,06 et 1,25 m pour les simulations optimistes (fig. 10a et b) et de 1,37 et 1,87 m pour les scénarii pessimistes (fig. 10c et d). Pour chaque scénario, ces hauteurs sont considérées comme pouvant être atteintes au plus tard à la fin du siècle.

28Dans un second temps, la propagation de l’inondation dans la cité pour chacun des scénarios ainsi obtenus a été modélisée. Le modèle, développé pour des travaux réalisés récemment sur ce thème (Anselme et al, 2008) est basé sur un algorithme récursif et il s’appuie sur les données fournies par le MNT (fig. 9). A l’initialisation, l’utilisateur spécifie une hauteur d’eau à atteindre en fonction du scénario choisi (par exemple 1,25 m), ainsi qu’un incrément de hauteur d’eau (cm par cm). L’algorithme calcule la zone inondée pour chaque pas de hauteur d’eau, jusqu’à la hauteur finale. Pour cela, le modèle considère les pixels du fleuve situés en bordure de l’île et inonde progressivement toutes les cellules contiguës dont l’altitude ne dépasse pas la hauteur d’eau spécifiée. Par rapport à un modèle statique simple de submersion, dans lequel toutes les zones d’altitude inférieure à la hauteur d’eau spécifiée au départ seraient inondées simultanément, il présente l’originalité de comporter un incrément permettant de suivre pas à pas les endroits où l’eau s’infiltre et par conséquent d’identifier les zones les plus exposées à l’aléa.

Figure 9. Algorithme du modèle de propagation des inondations

29Les résultats issus du modèle montrent que si la hausse du niveau marin suit les projections optimistes de l’IPCC, le risque de submersion marine de l’île de Saint-Louis lors des plus hautes eaux annuelles reste relativement faible (fig. 10a et 10b). Le muret joue son rôle de protection, notamment sur la partie occidentale de l’île. Seuls sont inondés des secteurs en friche au nord-ouest de la ville, zone d’ailleurs régulièrement inondées à l’heure actuelle dès que le niveau du fleuve augmente un peu, ainsi qu’une bande d’environ 200 m de long sur 15 m de large dans la partie nord orientale de l’île. Cela représente seulement 3 ha dans le cas du premier scénario et 3,6 ha dans le second scénario.

Figure 10. Simulations de submersions marines de l’île de Saint-Louis

30Le risque devient en revanche plus préoccupant lors des scénarii « pessimistes ». Dans le cas du scénario 3 (fig. 10c), on observe que l’eau passe derrière le muret au nord-ouest de Saint-Louis, la zone inondée restant cependant peu étendue. Au nord-est, le secteur sensible s’étend pour couvrir une surface d’environ 450 m sur 40 à 50 m, ce qui représente une superficie inondée à peu près de 5 ha. Bien que la partie couverte par les eaux reste modérée, l’inondation touche cette fois-ci des zones habitées. Le reste de l’île est néanmoins protégé par le muret. Dans le dernier scénario (fig. 10d), si la hauteur du muret est toujours supérieure à la hausse du niveau du fleuve, l’eau se propage par les zones les plus basses, non protégées par le fragile rempart. L’île est alors inondée à plus de 80 % (60 ha), laissant émerger un petit îlot de 0,5 ha au nord de la ville et le secteur le plus élevé à proximité du pont Faidherbe.

Discussion

31On peut légitimement s’interroger sur la probabilité d’occurrence des scénarii proposés. Dans quelle mesure les deux conditions– hausse du niveau marin et persistance d’une prédominance des influences marines sur le régime hydrologique du fleuve – peuvent-elles être réunies ? La probabilité de la hausse du niveau absolu de la mer fait aujourd’hui largement consensus. Son ampleur est cependant sujette à caution et il semble délicat de trancher sur cette question En revanche, la deuxième condition peut être discutée. En effet, en dépit des constatations faites précédemment – une migration de la brèche vers le sud actuellement contrariée par le renforcement des courants de jusant à la hauteur de la rive nord de la brèche –, la tendance « historique » à la migration vers le sud de l’embouchure ne peut-elle pas reprendre à un rythme rapide et progressivement réduire l’influence marine qui prédomine aujourd’hui, même en cas de hausse importante du niveau marin ? De ce fait, tout exercice de prospective n’est-il pas une démarche vaine ? On peut tenter d’esquisser des réponses à cette question en examinant dans un premier temps l’impact potentiel d’une hausse du niveau marin sur la stabilité de la flèche. En d’autres termes, dans un tel contexte, la migration naturelle de la flèche vers le sud peut-elle se poursuivre dans les mêmes conditions qu’auparavant ?

32Sur ce point, les nombreuses recherches menées sur la réponse à une élévation du niveau de la mer des flèches littorales, lido et îles-barrières apportent quelques éléments intéressants (Paskoff, 2001, 2004, Dubois, 2002). Elles montrent en effet que l’élévation du niveau marin fragilise ces formes littorales, en permettant aux vagues de tempête de les attaquer à des niveaux plus élevés. Il en résulte souvent un amincissement et un morcellement de ces corps sédimentaires, avec des épisodes d’ouverture de brèches qui deviennent de plus en plus fréquents. Cela a notamment été démontré dans de nombreuses études sur l’évolution historique de littoraux dans des contextes d’élévation du niveau de la mer plus ou moins marquée, par exemple sur la côte est des Etats-Unis et les rivages du delta du Mississipi (Penland et al, 1988 ; Taylor et Stone, 1996 ; Titus et Richman, 2001 ; Morton, 2008), sur les rivages de la mer du Nord (Eitner, 1996), du Languedoc (Durand et Heurtefeux, 2006), des deltas du Rhône (Suanez et Provansal, 1996) et de l’Ebre (Guillen et Palanques, 1994) et même sur les littoraux de la Namibie (Hugues et al, 1992). Naturellement, le contexte sédimentaire joue également un rôle dans la réponse de ces formes littorales (Paskoff, 2001, Dubois, 2002). Ainsi, une bonne alimentation en sédiments peut contrecarrer à moyen terme (sur plusieurs décennies) les effets d’une hausse du niveau marin sur une plage ; autrement dit, une plage ne reculera pas forcément dans un tel contexte. A court terme, en revanche (évolution saisonnière), l’élévation du niveau marin risque, même dans ces cas là, de renforcer l’impact des évènements extrêmes en exacerbant les dynamiques sédimentaires. Des tempêtes pourront, par exemple, se traduire par des phénomènes d’érosion plus violents, suivis par des récupérations plus rapides (Paskoff, 2001, Dubois, 2002, Paskoff et Clus-Auby, 2007). A la lumière de ces recherches, l’augmentation de la fréquence des phénomènes de rupture de la langue de Barbarie dans un contexte de hausse du niveau marin est loin d’être une hypothèse irréaliste, même si l’élévation du niveau de la mer reste modérée. Dans ces conditions, l’ouverture plus fréquente de brèches peut contribuer au maintien d’une influence marine importante dans le régime du fleuve à Saint-Louis, même si la tendance à la migration vers le sud de la flèche reprenait à un rythme rapide, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ainsi, le changement de nature de l’aléa inondation constaté depuis l’ouverture de la brèche est peut être durable et surtout irréversible. Chercher à en évaluer les conséquences à travers une démarche prospective trouve alors tout son intérêt.

33D’autre part, dans l’hypothèse où la flèche continuerait à s’allonger en direction du sud sans connaître de rupture, repoussant ainsi l’embouchure de plus en plus loin de la ville, une hausse du niveau marin n’aurait-elle pas d’influence sur l’écoulement des eaux à Saint-Louis ?

34En effet, si ce phénomène se produisait, le marnage pourrait retrouver des valeurs proches de la période d’avant 2003, en faisant ici abstraction des modifications possibles dans le régime des précipitations en liaison avec un changement climatique. Dans ce cas, la ville pourrait être à nouveau confrontée aux inondations fluviales liées au régime hydrologique pluvial tropical, redevenu prépondérant. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’une hausse du niveau marin n’aurait pas une influence sur l’écoulement du fleuve à Saint-Louis. En effet, le niveau de base du fleuve aura alors monté. Les eaux auront donc encore plus de mal à s’évacuer qu’avant l’ouverture de la brèche. Ainsi, même dans le cas d’un régime ayant retrouvé un caractère pluvial prépondérant, une élévation du niveau marin pourrait contribuer indirectement au renforcement de la sensibilité de la ville à l’aléa inondation.

Conclusion

35L’ouverture de la brèche dans la Langue de Barbarie, décidée en urgence lors des inondations de septembre-octobre 2003, a eu des incidences majeures sur le comportement hydrologique du fleuve à Saint-Louis. Effectuée à quelques kilomètres seulement de la cité et très au nord de la position de l’embouchure de l’époque, elle a entraîné un important déséquilibre hydrodynamique. En peu de temps, la brèche s’est élargie de manière spectaculaire et est devenue la nouvelle embouchure du fleuve. Saint-Louis se retrouve aujourd’hui en position de tête d’estuaire et le régime hydrologique du fleuve Sénégal a considérablement changé. Auparavant, il était dominé par l’influence pluviale tropicale, avec des hautes eaux en fin de saison des pluies et des basses eaux en saison sèche. Les cycles marégraphiques se superposaient de manière secondaire aux variations saisonnières des hauteurs d’eau du fleuve. Depuis octobre 2003, leur influence est devenue prépondérante. Ils sont bien plus marqués tout au long de l’année et leur amplitude est devenue supérieure à celle des variations saisonnières liées au régime pluvial tropical. Le marnage a été multiplié par trois, se rapprochant des valeurs de la façade océanique et l’eau s’évacue beaucoup plus rapidement lors des périodes de crue. Ainsi, depuis l’ouverture de la brèche, les niveaux maxima du fleuve sont restés très en dessous de la cote d’alerte des inondations. Désormais, le risque d’inondation fluviale est fortement atténué. Les nouvelles données exploitées dans le cadre de cette étude l’on clairement démontré, confirmant au passage les résultats des études précédentes (Dumas, 2006, Dumas et Mietton, 2006).

36La mutation possible de l’aléa inondation amène à poser de nouvelles questions, notamment dans le contexte d’une hausse probable du niveau marin dans les décennies à venir (IPCC, 2007, Rahmstorf et al, 2007, Grinsted et al, 2007). En voulant supprimer le risque d’inondation fluviale à court terme, n’a-t-on a pas créé les conditions du retour et de l’amplification du risque de submersion marine à moyen et long terme, en permettant le passage d’un mécanisme d’inondation d’origine continentale à un mécanisme d’inondation d’origine marine ? Des éléments de réponse ont pu être apportés à cette question. L’hypothèse du maintien d’une prédominance de l’influence marine dans le régime du fleuve paraît plus que plausible. L’évolution de la brèche depuis son ouverture révèle que sa tendance « naturelle » à migrer vers le sud est aujourd’hui nettement contrariée par le renforcement des courants de jusant. Par ailleurs, les nombreuses recherches menées sur la réponse de littoraux similaires à une élévation du niveau de la mer montrent que ce phénomène se traduit souvent par une augmentation de la fréquence des épisodes d’ouverture de brèche lors des tempêtes. Les simulations de hauteurs d’eau potentielles en fin de saison des pluies, réalisées en fonction de plusieurs prévisions d’élévation du niveau marin, montrent par ailleurs qu’une hausse du niveau de la mer de 0,5 m suffirait pour que la cité soit inondée lors des plus hautes eaux annuelles, et qu’elle serait presque totalement submergée en cas d’une hausse de 1 m. De telles valeurs d’élévation sont aujourd’hui considérées comme tout à fait possibles pour l’océan mondial d’ici la fin du siècle, les prévisions les plus pessimistes allant jusqu’à 1,5 m (Rahmstorf et al, 2007, Grinsted et al, 2007). Ainsi, bien que la menace de submersion marine ne soit pas immédiate, elle pourrait devenir préoccupante dans un avenir relativement proche. Des recherches mériteraient d’être poursuivies dans ce sens, pour préciser, par le biais de modélisations hydrologiques et morphodynamiques, le rôle respectif des forçages fluviaux (vitesse du courant, débit) et météo-marins (élévation du niveau marin, tempêtes) sur le comportement de la langue de Barbarie, en identifiant en particulier les zones de faiblesse où des ruptures plus fréquentes pourraient se produire.

Haut de page

Bibliographie

Anselme B., Bessat F., 2006, « Planning for climate change and sea level rise effects on coastal Pacific island: example of Tahiti island - French Polynesia », WMO Climate Risk Conference, Espoo, Finland 17-21 July 2006, “Living with Climate Variability and Change: Understanding the Uncertainties and Managing the Risks”.

Anselme B., Durand P., Goeldner-Gianella L., 2008, « Le risque de submersion dans le système lagunaire de La Palme (Languedoc, France) : nature de l’aléa et perception du risque », Actes du colloque international « Le littoral : subir, dire, agir », Lille, France, 16-18 janvier 2008, 13 p.

Bâ K., Wade S., Niang I., Trébossen H., Rudant J.P., 2007, « Cartographie radar en zone côtière à l’aide d’images multidates RSO d’Ers-2 : application au suivi environnemental de la Langue de Barbarie et de l’estuaire du fleuve Sénégal », Télédétection, vol. 7, n°1, 129-141.

Bray M.J., Hooke J.M., Carter D., 1997, « Planning for sea-level rise on the south coast of England: advising the decision makers », Transactions Institute of British Geographers, NS 22, 13-30.

Bryan B., Harvey N., Belperio T. And B., 2001, « Distributed process modelling for regional assessment of coastal vulnerability to sea-level rise », Environmental modelling and assessment, n°6, 57-65.

Camara M.M.B., 2008, « Impacts des aménagements sur les zones littorales : l’exemple de l’ouverture de la brèche sur la Langue de Barbarie (grande côte du Sénégal) », Actes du Colloque international « Le littoral : subir, dire, agir », Lille, France, 16-18 janvier 2008, 12 p.

Clus-Auby C., Paskoff R., Verger F., 2004, « Impacts du changement climatique sur le patrimoine du Conservatoire du Littoral, scénarios d’érosion et de submersion à l’horizon 2100 », Rapport de synthèse, 44 p.

Daniels R.C, Gornitz V.M., Metha A.J., Lee S.C., Cushman R.M., 1992, « Adapting to Sea-Level-Rise in the U.S. Southeast: the Influence of Built Infrastructure and Biophysical Factors on the Inundation of Coastal Areas ». Oak Ridge National Laboratory, University of Tenessee, 252 p.

Dia. A.M., Wade. S., Deroin. J.P., Kouamé J., Rudant J.P., 2006, « Apport des données SPOT et Landsat au suivi des inondations dans l’estuaire du fleuve Sénégal », Photo-interprétation, vol. 42, n° 4, p. 35-46

Diez P.G., Perillo G.M.E., Piccolo M.C., 2007, « Vulnerability to Sea-Level Rise on the Coast of the Buenos Aires Province », Journal of Coastal Research, vol 23, n°1, 119-126

Diop I., 2004, « Canal de délestage de la crue de 2003 : impacts et perspectives ». Communication devant l’Académie des sciences du Sénégal, Dakar, 12 p.

Dubois R.N., 2002, « How does a barrier shoreface respond to a sea-level rise? », Journal of Coastal Research, 18 (2): Editorial, iii-v.

Dumas D., Mietton M., 2006, « Fonctionnement des hydrosystèmes et gestion de l’eau dans le bas delta du fleuve Sénégal : ruptures et adaptations », Actes du Colloque international « Interactions nature et sociétés, analyses et modèles », La Baule, 5 p.

Durand P., Anselme B., 2006, « Inondabilité du quartier colonial de la ville de Saint-Louis du Sénégal », Séminaire du programme PRCM-bilan prospectif, axe 3 « Dynamique côtière et risques associés », 3 p. Banjuls (Gambie), décembre 2006.

Durand P., Heurtefeux H., 2006, « Impacts de l’élévation du niveau marin sur l’évolution future d’un cordon littoral lagunaire : une méthode d’évaluation. Exemple des étangs de Vic et de Pierre-Blanche (littoral méditerranéen, France), Zeitschrift für Geomorphologie, vol.50, n°2, 211-244.

Eitner V., 1996 « Geomorphological response of the East Frisian barrier islands to sea-level rise: an investigation of past and future evolution », Marine Geology, n°15, 57-65.

Hubert P., Bader J.C., Bendjoudi H., 2007, « Un siècle de débits annuels du fleuve Sénégal », Hydrological Sciences Journal, vol.52, n°1, 68-73.

Grinsted A., Moore J.C., Jevrejeva S., 2009, « Reconstructing sea level from paleo and projected temperatures 200 to 2100 AD », Climate Dynamics, 10 p. http://www.springerlink.com

Hugues P., Brundrit G.B., Searson S., 1992, « The vulnerability of Walvis bay to rising sea levels », Journal of Coastal Research, vol 8, n°4, 868-881.

Guillen, J. et Palanques, A., 1994, « Short-time evolution of a micro-tidal barrier-lagoon system affected by storm and overwashing: the Trabucador Bar (Ebro Delta, NW Mediterranean) », Zeitschrift für Geomorphologie, vol.38, n°3, 267-281.

Intergovernmental Panel for Climate Change, 2007, « Contribution of working group I to the Fourth Final report », Working Group I: The physical basis of Climate change. http://ipcc-wg1.ucar.edu/wg1/wg1-report.html

Kane A., 1997, « L’après barrage dans la vallée du fleuve Sénégal : Modifications hydrologiques, géochimiques et sédimentologiques. Conséquences sur le milieu naturel et les aménagements hydro-agricoles », thèse de doctorat d’Etat, Univ. Dakar, 551 p.

Leborgne J., 1990, « La dégradation du climat dans le Sahel ». Dakar, UCAD. 150 p.

Mietton M., Dumas D., Hamerlynck O., Kane A., Coly A., Duvail S., Baba M.L.O., Daddah M., 2006, « Le delta du fleuve Sénégal. Une gestion de l’eau dans l’incertitude chronique », Actes du Colloque international « Incertitudes et Environnement- mesures, modèles, gestion », Arles, France, 23-25 novembre 2005, 12 p.

Morton R.A., 2008, « Historical Changes in the Mississippi-Alabama Barrier-Island Chain and the Roles of Extreme Storms, Sea Level, and Human Activities », Journal of Coastal Research, vol 24, n°6, 1587-1600.

Ndiaye H.M., 2003, « Le fleuve Sénégal et les barrages de l’OMVS : quels enseignements pour la mise en œuvre du NEPAD », Vertigo, vol 4, n°3.

Organisation de Mise en Valeur du bassin du fleuve Sénégal (OMVS), 2007, « Rapport de gestion des barrages du fleuve Sénégal », Haut Commissariat de l’OMVS, Dakar, 7 p.

Organisation de Mise en Valeur du bassin du fleuve Sénégal (OMVS), 2009, « Rapport de gestion des barrages du fleuve Sénégal », Haut Commissariat de l’OMVS, Dakar, 7 p.

Paskoff R., 2001, « L’élévation du niveau de la mer et les espaces côtiers. Le mythe et la réalité ». Ed. Institut Océanographique, 190 p.

Paskoff R., 2004, « Potential Implications of Sea-Level Rise for France », Journal of Coastal Research, 20 (2), 424-434.

Paskoff R., Clus-Auby C., 2007, « L’érosion des plages. Les causes, les remèdes », Ed. institut Océanographique, Paris, 184 p.

Penland S., Boyd R., Sutter J.R., 1988, « Transgressive depositionnal systems of the Mississipi delta plain: a model for barrier shoreline and shelf sand development, Journal of Sediment Petrology, vol.58, n°6, 932-949.

PNUE, 2002, « Vers une gestion intégrée du littoral et du bassin fluvial. Programme pilote du delta du fleuve Sénégal et de sa zone côtière », rapport final, Univ Dakar, 113 p.

Rahmstorf S., 2007, « A semi-empirical approach to projecting future sea-level rise », Science, n°315, 368-370

Rahmstorf S., Cazenave A., Church J.A., Hansen J.E., Keeling R.F., Parker D.E., Somerville R.C.J., 2007, « Recent Climate Observations Compared to Projections », Science, n°316, p. 709 DOI: 10.1126/science.1136843

Seck M., 2004, « Inondations à l’embouchure du fleuve Sénégal : hydraulique fluviale et aménagements », Mémoire de DESS en Hydraulique et Aménagement, Ecole des Ingénieurs de l’Equipement Rural, Burkina-Fasso, 72 p.

Suanez, S. et Provansal, M., 1996, « Morphosedimentary behaviour of the deltaic fringe in comparison to the relative sea-level rise on the Rhône delta », Quaternary Science Reviews, n°15, 811-818.

Sy B.A., 2006, « L’ouverture de la brèche de la Langue de Barbarie et ses conséquences : approche géomorphologique », Recherches africaines, n 5, 15 p. http://www.recherches-africaines.net/document.php ?id =344

Wade. S., Rudand J.P., 2001, « Gestion des catastrophes naturelles par télédétection et SIG : application à l’étude hydrologique du fleuve Sénégal et à la gestion des risques d’inondation de la ville de Saint-Louis », Programme CORUS, Laboratoire de télédétection appliquée, Institut des Sciences de la Terre, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 94 p

Taylor, M. et Stone, G.W, 1996, « Beaches ridges: a review », Journal of Coastal Research, vol.12, n°3, 612-621.

Titus J.G., Richman C., 2001, « Maps of land vulnerable to sea level rise: modeled elevations along the US Atlantic and Gulf coasts », Climate Research, n°18, 205-228.

Haut de page

Notes

1  valeurs issues des relevés journaliers de hauteurs du fleuve fournis par le Service Hydrographique de la ville de Saint-Louis pour la période du 1er janvier 1999 au 30 juin 2006 (données non disponibles pour les périodes ultérieures, très lacunaires pour les périodes précédentes). Les relevés sont faits à heure fixe tous les jours, donc ils n’indiquent pas forcément les maxi et mini absolus. L’écart altitudinal exact entre l’échelle à marée et le référentiel IGN (0,63 m) a été mesuré en juin 2006 lors de la réalisation du MNT, par calage topographique à partir des bornes géodésiques IGN.

2  Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, qui fournit sur son site internet des prévisions de marée astronomique à partir du calcul des harmoniques de marée pour Saint-Louis grâce aux enregistrements d’un marégraphe (cf. fig. 1) ayant fonctionné pendant environ 2 ans dans les années 1960.

3  Il règne la plus grande confusion quant aux systèmes géodésiques en vigueur au Sénégal avant 2006. Il existait en effet plusieurs référentiels, tous abusivement estampillés « IGN » ! C’est pour cette raison que le gouvernement sénégalais à chargé l’IGN de refaire tout le système géodésique du pays au 1er semestre 2006. Mais il est malheureusement très difficile de retrouver les écarts altitudinaux précis entre ces divers référentiels et le nouveau référentiel IGN de 2006.

4 Les prévisions de l’IPCC (2007) sont élaborées selon différents scénarii d’évolution des émissions des gaz à effet de serre. Toutefois, ils ne prennent pas en compte le risque d’une déstabilisation rapide des calottes glaciaires des hautes latitudes Pour cette raison, ils ont été récemment remis en cause par des climatologues (Rahmstorf, 2007 ; Rahmstorf et al, 2007 ; Grinsted et al, 2007) qui considèrent que les projections d’élévation future du niveau marin ont été nettement sous-estimées, d’autant plus que les observations des dernières années concernant le comportement des inlandsis du Groenland et de l’Antarctique occidental révèlent une accélération de leur rythme de fonte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Durand, Brice Anselme et Yves-François Thomas, « L’impact de l’ouverture de la brèche dans la langue de Barbarie à Saint-Louis du Sénégal en 2003 : un changement de nature de l’aléa inondation ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 496, mis en ligne le 27 avril 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23017 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23017

Haut de page

Auteurs

Paul Durand

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Laboratoire de Géographie Physique Pierre Birot, UMR 8591, 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon

Brice Anselme

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et UMR 8586 PRODIG, 2 rue Valette, 75005 Paris

Yves-François Thomas

Laboratoire de Géographie Physique Pierre Birot, UMR 8591, 1 rue Aristide Briand, 92195 Meudon

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page