Navigation – Plan du site
La Banque Mondiale et la géographie

Le rapport sur le développement de la Banque mondiale : un changement de paradigme en trompe-l’œil

The world development report of the World Bank: an illusionary change of paradigm
Gilles Van Hamme, Mathieu Van Criekingen et Moritz Lennert

Résumés

Dans cette note, nous insistons sur le changement de paradigme en matière de vision de l’espace économique prôné par la Banque mondiale et inspiré par la nouvelle géographie économique. La question est alors de savoir si ce changement mène à une nouvelle vision politique du développement. La réponse que nous apportons est clairement non : l’accent mis sur l’agglomération et l’intégration macro-régionale reste au service des recettes libérales de développement prônées par la Banque mondiale depuis 30 ans.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1970, les institutions internationales telles que la Banque mondiale se sont appuyées sur le paradigme néoclassique qui postule, d’une part, que le développement passe par le libre-échange et, d’autre part, que par sa capacité à assurer une allocation optimale des ressources (capital et travail), le marché finirait par réduire les inégalités et assurer un développement pour tous, pourvu que la liberté de circulation des biens et des capitaux soit garantie.

  • 1  La “nouvelle géographie économique” peut être qualifiée de néoclassique car elle est fondée sur l’ (...)

2On ne remerciera jamais assez la “nouvelle géographie économique” d’avoir rompu avec ces théories qui nient le réel jusqu’à l’absurde et d’avoir (dé)montré la persistance des inégalités spatiales de développement à la communauté des économistes. En introduisant les idées de compétition monopolistique imparfaite et de rendements croissants dans les théories néoclassiques1, la nouvelle géographie économique a ainsi pu modéliser les processus d’agglomération, les inégalités spatiales entre le centre et la périphérie et le maintien dans le temps de celles-ci par des processus de causalités cumulatives (Myrdal, 1957 ; Martin & Sunley, 1996 ; Krugman, 1998 ; Boschma, 2006).

3Le rapport sur le développement 2009 de la Banque mondiale s’inscrit pleinement dans ce paradigme de la nouvelle géographie économique : “over the past two decades, new analysis has changed the way we think about the location of production, trade and development” (p. 41). Il s’agit néanmoins d’un changement de paradigme en trompe-l’œil, qui ne remet nullement en question les options politiques néolibérales prônées par cette institution depuis près de 30 ans.

  • 2  La densité décrit l’agglomération à l’échelle locale ; la distance à la séparation centre/périphér (...)

4La richesse et l’intérêt scientifiques du rapport ne sont pas mis en cause ici : ils sont notamment illustrés par l’intensité des débats suscités. Nous soulignons pour notre part la qualité du matériel empirique traité et la prise en compte dans l’analyse de l’échelle géographique des processus analysés, considération par ailleurs très rare dans les travaux d’économistes. Le rapport met en particulier l’accent – à travers l’image des “3-D” (densité, distance, division)2 – sur deux thèmes chers à la nouvelle géographie économique :

  • les processus d’agglomération et d’inégalités spatiales persistantes du développement ;

  • la formation de blocs macro-régionaux.

Sur le premier thème, le rapport énonce un grand nombre d’éléments empiriques passionnants, en particulier eu égard à l’évolution des inégalités interrégionales au cours du temps. Sur le second thème, on retrouve la préoccupation de libre-échange chère aux “nouveaux géographes économistes” et en particulier les débats intenses qui ont eu lieu autour de l’impact des structures macro-régionales sur le libre-échange (Anselin & O’Loughlin, 1996 ; Poon, 1997). Lorsqu’il est apparu que ces structures macro-régionales favorisaient plus que n’empêchaient le libre-échange, l’inquiétude face à la formation de blocs macro-régionaux exclusifs les uns des autres a laissé place à une défense de ces structures. Toutefois, dans le rapport, les preuves empiriques sont plus parcimonieuses sur ce second thème.

  • 3  Pour une synthèse critique des critiques des géographes, voir Rodriguez-Pose, 2010.

5Il n’est pas question ici de discuter en détail des rapports entre la géographie économique des géographes et la nouvelle géographie économique des économistes, point déjà abondamment traité dans la littérature (pour une revue critique très complète, voir Martin & Sunley, 1996 et Boddy, 1999). Nous nous limiterons à nous associer aux critiques pointant le simplisme des hypothèses de base (rationalité des acteurs économiques par exemple) et l’universalité supposée des processus relevés par la nouvelle géographie économique. Cette universalité suppose en effet une conception a-temporelle de l’histoire, articulée à une lecture neutre de l’espace géographique. En effet, dans le champ de la géographie, les critiques du rapport de la Banque mondiale3 ont particulièrement insisté sur le caractère a-contextuel des analyses spatiales, c’est-à-dire l’absence de prise en compte des différences de contextes institutionnels (formels et informels) dont les géographes ont montré la nature décisive pour expliquer les inégalités de développement (Martin, 2003).

6Nous voulons plutôt insister ici sur le fait que le changement de paradigme d’analyse tel qu’il apparaît dans le rapport 2009 de la Banque mondiale aboutit en fin de compte à servir les mêmes vieilles recettes sensées aboutir au développement : libre-échange et “bonne gouvernance” pour bénéficier au mieux des potentialités du marché (voir Girault, 2010 sur les ambigüités du discours sur ces questions). Sans guère de démonstration, le rapport passe souvent d’analyses fouillées, quoique partielles, à des recommandations politiques centrées sur la capacité du marché à résoudre les problèmes, pourvu que les politiques publiques mettent en place une gouvernance appropriée et ne luttent pas contre “la nature” (traduire : le marché). Cette vision s’exprime notamment page 22: “Governments should pay special attention to land, labour and product markets…. When they work well, land, labor and input markets bring the economic efficiency that comes with geographic concentrations and the equity associated with converging living standards”. Cette croyance aveugle dans les mécanismes de marché prend parfois un tour franchement caricatural, comme page 205 : “Bombay fights the market, and more than half of Mumbay’s residents live in slums”. Autrement dit : parce que l’État a régulé le marché foncier, la moitié des habitants de Mumbay résident dans des bidonvilles !

7À travers deux des thèmes centraux du rapport (l’agglomération et l’intégration macro-régionale), nous voudrions montrer à quel point la nouvelle vision spatiale de la Banque mondiale sert de légitimité scientifique renouvelée pour imposer les vieilles politiques néolibérales.

L’agglomération : du constat à l’impératif

8Le rapport développe de façon convaincante l’analyse des processus d’agglomération qui ont accompagné le développement au Nord, puis au Sud. Il montre en particulier la trajectoire des pays développés qui, après avoir connu une concentration spatiale des richesses, ont par la suite connu une relative homogénéisation de leur niveau de vie. Le rapport insiste ainsi sur l’agglomération comme stade nécessaire du développement (voir Cavin, 2010 sur ce site). L’analyse suppose alors que ces trajectoires se reproduiront à l’identique dans les pays du Sud : “But at some point, nations continue to grow wealthier but not more concentrated… There are no reasons to expect greatly different patterns today” (p. 9).

9Néanmoins, l’idée que cette trajectoire (concentration puis convergence) se reproduira à l’avenir dans le Tiers Monde n’est pas démontrée. Et contrairement à ce qui est écrit, on peut penser qu’il y a des raisons qu’elle ne se reproduise pas. D’abord, cette conviction sous-estime le rôle central que joue l’État dans l’homogénéisation territoriale des niveaux de développement économique, notamment par la mise en place d’infrastructures physiques et d’institutions sociales, ainsi que par des politiques volontaristes de développement territorial et la nécessité d’avoir les moyens d’assurer ce rôle. Les convergences spatiales dans les pays développés ont historiquement surtout caractérisé la période fordiste, lorsque les politiques de redistribution sociale et spatiale ont été les plus intenses. Ensuite, comme le rapport le souligne à plusieurs reprises, le niveau actuel de concentration spatiale des richesses est supérieur, dans la plupart des pays du Sud, à ce qu’il a pu être au cours des démarrages industriels dans les pays du Nord. Enfin, le rapport ne précise pas que la concentration des richesses au début du xxie siècle dans les pays du Sud relève en grande partie de processus exogènes (voir le rôle des IDE souligné par Giraut, 2010) dans un contexte d’intégration économique périphérique à l’échelle mondiale, alors que le démarrage des pays développés deux siècles plus tôt – et la concentration qui en a résulté – a été un processus plus strictement endogène. De ce point de vue, le rapport pèche de façon évidente par une vision a-temporelle de l’histoire.

10Plus fondamentalement encore, le constat de la persistance de processus d’agglomération se mue dans le rapport en impératif prescriptif fondé sur la croyance des bienfaits du marché et du capitalisme : puisque l’accumulation du capital passe de fait par l’agglomération spatiale, il faut encourager celle-ci, non seulement pour favoriser le développement, mais aussi pour lutter contre la pauvreté. Pourtant, les relations entre la concentration spatiale et sociale des richesses sont peu discutées et il faut avoir à tout le moins l’humilité de reconnaître la complexité d’une telle relation, soit ne pas se satisfaire de positions de principe comme on peut les trouver page 200 : “the poor are gravitating to towns and cities, but more rapid poverty reduction will probably require a faster pace of urbanization, not a slower one…”. On peine à trouver la démonstration d’une telle assertion.

11Même sans verser dans l’imagerie fantasmée de la ville du Tiers Monde (que dénonce aussi Cavin, 2010), on reste en droit de se poser des questions sur les bienfaits de la concentration de masses de populations très mal pourvues en services de base aux portes des grandes villes du Sud. Et le fait que ces services existent encore moins en milieu rural ne clôt pas la discussion. La concentration des richesses sur certains pôles urbains implique bien entendu une forte mobilité des travailleurs vers ces centres. L’ode à la mobilité des travailleurs que l’on retrouve souvent dans ce rapport fait peu de cas de la déstructuration des économies rurales qui poussent des centaines de millions de personnes vers les villes, où ils constituent une inépuisable réserve de main-d’œuvre à très bon marché nécessaire à l’accumulation de capital là où la richesse économique se concentre. Il en est ainsi de l’histoire de ces paysans chinois racontés page 13 de la façon suivante : “Migrating workers help their families escape poverty and propel China through the ranks of middle-income countries. As they travel eastwards, they leave an agrarian realm in which they receive few benefits from working in proximity to others. Instead, they enter the realm of ‘agglomeration economies’, in which being near other people produces huge benefits”. La même histoire peut aussi se raconter de la façon suivante : “prolétarisés par la concentration des terres à la campagne, des dizaines de millions de paysans sont poussés à aller vendre leur force de travail dans l’industrie côtière pour des salaires médiocres associés à des contrats et des conditions de vie précaires, pour le plus grand profit du capital national et international”. Il ne s’agit pas d’affirmer ici que le (la) paysan(ne) chinois replié vit forcément mieux que l’ouvrier(e) exploité dans l’industrie, mais d’insister sur le silence de la Banque mondiale sur ces questions.

12Autrement dit, que la transformation d’un paysan rizicole, partiellement tourné vers le marché, en travailleur exploité de l’industrie légère urbaine augmente nominalement le PIB, il y a peu de doute là-dessus. En effet, non seulement le travailleur de l’industrie travaille plus, mais il est désormais entièrement tourné vers le marché et la valeur qu’il produit est dès lors comptabilisée. Quant à savoir le progrès que cette transformation peut représenter pour les centaines de millions de personnes concernées (y compris toutes celles qui, à défaut d’emploi dans l’industrie, n’ont d’autres voies que l’économie informelle urbaine), la question n’est pas posée puisqu’il s’agit désormais d’une étape nécessaire vers le développement.

Le libre-échange : en tous temps et en tous lieux

13Les auteurs du rapport opèrent le même type de glissement du descriptif au prescriptif en ce qui concerne le libre-échange : “les économies ouvertes sont plus développées ; l’intégration de blocs régionaux favorise le libre-échange ; donc il faut encourager la formation de blocs macro-régionaux pour faciliter le libre-échange qui favorise le développement économique”. Comme pour l’impératif d’agglomération, certains constats – beaucoup plus partiels dans ce cas-ci – mènent à l’impératif d’ouverture en tous temps et en tous lieux.

  • 4  Notons l’utilisation du “while” au lieu de “thanks to”.

14Cet impératif de libre-échange, qui passe désormais par la nécessité d’intégration des économies nationales au niveau macro-régional, omet de poser les questions du contexte historique dans lequel les processus de développement se produisent et des rapports de force entre pays centraux et périphériques (Amin, 1970). Les experts de la Banque mondiale auraient pourtant pu trouver au cœur même de la nouvelle géographie économique des nuances à l’impératif de libre-échange. En effet, Paul Krugman, lui-même libre-échangiste convaincu, a montré, à la suite de nombreux géographes et théoriciens centre/périphérie de tous bords, que le développement d’une périphérie dominée (ce ne sont pas ses termes), pouvait aussi passer par la mise en place de stratégies de développement endogène plus ou moins à l’abri des vents du grand marché mondial (Krugman, 1992). D’une part, un marché intérieur périphérique peut atteindre un point où il bénéficie d’économies d’échelle dans l’industrie manufacturière. D’autre part, comme le note Boddy (1999, p. 820), pour atteindre ce point: “a temporary tariff barrier may enable a region to protect the growth of industry to the point where sufficient lead is established and the barrier can later be removed”. Autrement dit, le protectionnisme peut être une étape nécessaire au développement. Si cette question est évoquée brièvement ( 119), elle disparaît des recommandations politiques et se trouve aussi explicitement contredite lorsque, page 41, il est écrit “the observation that some developed countries industrialized while4 being closed to trade is of little help to lagging areas today. The ones left behind are so small relative to the world economy that isolation is no longer a feasible option”. Bref, il n’y a pas d’alternative au libre-échange et à l’ouverture des marchés nationaux.

15Pourtant, les évidences empiriques sont ici tellement puissantes qu’on peine à trouver des exemples de démarrage en périphérie sans un passage temporaire par une phase protectionniste, suivie ensuite par une ouverture plus ou moins contrôlée (Vandermotten & Marissal, 2004). Il en est ainsi des BRIC : politique de substitution aux importations au Brésil entre les années 1930 et 1970, protectionnisme et strict contrôle des mouvements de capitaux dans le cadre d’une économie mixte en Inde (des années 1950 aux années 1980), économie autarcique de planification centralisée en URSS et en Chine. Le Royaume-Uni au xixe siècle ou les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale ne sont devenus libre-échangistes (à géométrie variable) qu’après avoir assis leur puissance. Les contre-exemples apparents, comme la Corée du Sud, ont certes largement financé leur développement en exportant des biens à forte intensité de main-d’œuvre. Mais, dans le même temps, ces pays développaient une industrie plus technologique à l’abri de la concurrence mondiale et en rupture avec les conseils de la Banque mondiale. Les quelques exemples auxquels il est fait mention dans le passage de la page 41 cité ci-dessus représentent en fait la grande majorité des pays périphériques ayant connu une industrialisation significative.

Conclusion

16En définitive, la Banque mondiale a-t-elle changé sa façon de penser comme elle le prétend ? Certes, elle a changé la façon dont elle pense l’espace économique structuré par les forces du marché. Mais, en fin de compte, c’est toujours par le marché que viendra le salut, dût-il favoriser l’agglomération par une bonne gouvernance ou la participation à l’économie mondiale par l’intégration macro-régionale. Derrière les avancées intellectuelles présentes dans le rapport sur le Développement dans le monde 2009 – voire même la remise en question de certains dogmes d’analyse économique – se cache finalement la volonté de recycler les vieilles recettes néolibérales du développement : le laissez-faire du marché à l’intérieur comme à l’extérieur reste la norme (Harvey, 2009). Ce que la Banque mondiale continue d’ignorer (dans ses recommandations plus encore que dans ses analyses), c’est l’impact de l’histoire et des rapports de force sur le développement. En effet, comme le rapport le note à plusieurs reprises (mais sans en montrer toutes les conséquences), les conditions du démarrage industriel ne sont pas les mêmes au début du xxie siècle (lorsque vous êtes dernier, en position périphérique et contraint d’ouvrir votre marché national pour bénéficier des grâces des grandes institutions internationales) qu’à la fin du xviiie (lorsque vous êtes premier, au centre et que le processus de démarrage est endogène). En somme, le développement reste pensé en termes de bonnes pratiques de marché libre et jamais comme une question de rapports de force dont les pays de la périphérie devraient s’extraire. Mais comment une institution pourrait-elle discuter des rapports de force qu’elle a contribué à créer en ayant systématiquement encouragé le retrait de l’État et l’ouverture économique depuis le début des années 1980 ?

Haut de page

Bibliographie

Amin S., 1970, L’accumulation à l’échelle mondiale, Paris, Editions Anthropos.

Anselin L., O’Loughlin J., 1996, “Geo-economic competition and trade bloc formation: United States, German and Japanese exports, 1968-1996”, Economic geography, vol. 72, No.2, 131-160

Boddy M., 1999, “Geographical Economics and Urban Competitiveness: A Critique”,
Urban Studies, vol. 36, 811-842.

Boschma R, Frenken K., 2006, “Why is economic geography not an evolutionnary science? Towards an evolutionary economic geography”, Journal of economic geography, vol. 6, 273-302

Salomon Cavin J., 2009, “Eloge de la concentration urbaine. Plaidoyer de la Banque mondiale en faveur de la grande ville”, Cybergeo, La Banque mondiale et la géographie, 2 octobre 2009 (http://cybergeo.revues.org/index22685.html).

Giraut F., 2009, “Les ambiguïtés de la nouvelle doctrine spatiale de la Banque mondiale”, Cybergeo, La Banque mondiale et la géographie, 2 octobre 2009 (http://cybergeo.revues.org/index22695.html).

Harvey D., 2009, “Reshaping Economic Geography: The World Development Report 2009”, Development and Change, vol. 40, No. 6, 1269-1277.

Krugman P., 1992, L’économie internationale, Bruxelles, De Boeck-Wesmael.

Krugman P., 1998, “What’s new about the new economic geography?”, Oxford review of economic policy, vol. 14, No. 2, 7-17.

Martin R., 2003, “Institutional approaches in economic geography”, in Sheppard E., Barnes T. (eds.), A companion to economic geography, 77-94.

Martin R., Sunley P., 1996, “Paul Krugman’s Geographical economics and its implications for regional development theory: a critical assessment”, Economic geography, vol. 72, No. 3, 259-292.

Poon J.P.H., 1997, “The cosmopolization of trade regions: global trends and implications 1965-1990”, Economic Geography, 73, 390-404

Myrdal G., 1957, Economic theory and underdeveloped regions, London, Duckworth.

Rodriguez-Pose A., 2010, “Economic geographers and the limelight: the reaction to the 2009 World development Report”, Working papers series in Economics and Social Sciences(http://repec.imdea.org/pdf/imdea-wp2010-01.pdf).

Vandermotten C., Marissal P., 2004, La production des espaces économiques, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

Walther O., 2009, “The World Development Report 2009: The Beginning of A Space Odyssey?”, Cybergeo, La Banque mondiale et la géographie, 18 novembre 2009 (http://cybergeo.revues.org/index22771.html).

Haut de page

Notes

1  La “nouvelle géographie économique” peut être qualifiée de néoclassique car elle est fondée sur l’hypothèse de rationalité des acteurs et fait dériver l’équilibre général au niveau macro des comportements au niveau micro.

2  La densité décrit l’agglomération à l’échelle locale ; la distance à la séparation centre/périphérie de l’espace ; la division fait référence aux obstacles à l’intégration économique (pour une explication détaillée, voir Walther, 2010 dans cette revue).

3  Pour une synthèse critique des critiques des géographes, voir Rodriguez-Pose, 2010.

4  Notons l’utilisation du “while” au lieu de “thanks to”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Van Hamme, Mathieu Van Criekingen et Moritz Lennert, « Le rapport sur le développement de la Banque mondiale : un changement de paradigme en trompe-l’œil », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, La Banque Mondiale et la géographie, mis en ligne le 26 avril 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23068

Haut de page

Auteurs

Gilles Van Hamme

Chercheur IGEAT-ULB, gvhamme@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Mathieu Van Criekingen

Professeur assistant, Université Libre de Bruxelles (ULB), mvancrie@ulb.ac.be

Moritz Lennert

Chercheur IGEAT-ULB, mlennert@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page