Navigation – Plan du site
Les valeurs de la ville

Quelles valeurs pour revaloriser les territoires urbains ?

Which values for urban renewal?
Camille Tiano

Résumés

La notion de revalorisation territoriale est difficile à définir précisément puisqu’elle correspond à la fois à des valeurs chiffrables, qui permettent de dresser des palmarès socio-économiques, mais également à des valeurs intangibles liées aux représentations et aux expériences différenciées que les citadins ont des espaces urbains. De fait, les valeurs mises en avant par les différentes opérations urbaines sont très variables : des valeurs de rupture structurent l’action et l’image de l’opération Euralille, des valeurs méthodologiques sont à l’œuvre dans le projet Neptune à Dunkerque et des valeurs clichés et fluctuantes peinent à caractériser l’opération Euroméditerranée. Aussi hétérogènes soient-elles, les valeurs sont au cœur du processus opérationnel de revalorisation, en alimentant les conflits, en structurant les récits et en légitimant les figures politiques.

Haut de page

Texte intégral

1Les scientifiques et les professionnels de l’aménagement utilisent très fréquemment les termes de revalorisation et de dévalorisation. De fait, ils sont assez commodes : quand on parle de la revalorisation ou la dévalorisation d’un territoire, il n’est pas nécessaire d’être de la partie pour saisir à quoi cela renvoie. Un quartier se dévalorise quand les prix de l’immobilier baissent ou stagnent, quand le bâti ou les espaces publics se dégradent, quand la population se paupérise, quand la délinquance y augmente, quand son image devient négative. Inversement, un quartier est (re)valorisé lorsque les prix de l’immobilier augmentent, lorsqu’il y a une amélioration de l’esthétique, de l’ambiance ou de la facilité d’usage du tissu urbain, lorsque la population qui y réside ou le fréquente est plus aisée, lorsqu’il attire de nouveaux habitants, usagers ou investisseurs, enfin lorsque son image est positive, ou moins négative.

2Cependant, ce constat simple fait apparaître la complexité des phénomènes de valorisation ou dévalorisation de l’urbain. Si les contextes valorisés ou dévalorisés sont faciles à identifier, ils n’en brouillent pas moins la question de la ou des valeur(s) de la ville. L’équivoque du terme d’urbanité, qui désigne à la fois une qualité sociale et les caractéristiques qui distinguent la ville de la campagne, se retrouve dans les registres dans lesquels sont déclinées les valeurs de la ville. S’y mêlent inextricablement la valeur financière, comme le prix de l’immobilier selon les secteurs, la valeur sociale, comme le profil socioprofessionnel de la population qui les fréquente, et la valeur symbolique, comme l’imaginaire des quartiers. Et la confusion concerne également les protagonistes de l’évaluation de la ville. Car parler de la valeur n’a de sens que si la partie se joue à trois : la ville, le citadin et l’autre. Or la ville n’est pas une mais composée d’une mosaïque d’espaces. Le citadin peut être habitant, usager ponctuel ou régulier, investisseur, politique, ou même artiste... Quant à l’autre, il peut s’agir aussi bien d’un autre citadin que d’un “étranger” à la ville.

3Si bien qu’il n’est pas si trivial de se demander de quelle(s) valeur(s) on parle quand on parle de revaloriser les territoires urbains. À quoi tiennent la ou les valeur(s) de la ville ? Qui les partage ? Et comment sont-elles mobilisées pour (re)valoriser l’urbain ?

4Trois opérations urbaines viendront illustrer notre propos : Euralille à Lille, Euroméditerranée à Marseille et Neptune à Dunkerque. Il s’agit de trois grands projets de requalification – entre 100 et 300 ha – lancés dans les années 1990 mais encore inachevés. Ils ont en commun de concerner des quartiers de friches industrielles (ports de Dunkerque et Marseille), urbaines (zone non aedificandi à Lille) ou sociales (la rue de la République à Marseille). Mais ce sont néanmoins des quartiers dotés d’un fort potentiel économique et symbolique puisqu’ils sont situés à proximité immédiate du centre-ville et souvent en front de mer.

5On mènera d’abord une réflexion sur ce qu’est, ou plus exactement ce que sont les valeurs d’un territoire urbain, et ceux qui les partagent. Ce qui nous conduira à présenter les valeurs mobilisées dans les trois opérations et la manière dont les acteurs s’en emparent afin de conforter la revalorisation des périmètres concernés. On montrera enfin que la formulation de ces valeurs est au cœur du processus opérationnel de revalorisation en alimentant les conflits, en structurant les récits et en légitimant les figures politiques.

Équivoques valeurs urbaines

6La variabilité de la valeur des territoires urbains nous est régulièrement rappelée dans les divers palmarès dressés par la presse : classement des villes chères (prix immobiliers, impôts locaux, coût de l’eau ou des transports, etc.), des villes agréables (espaces verts, culture, loisirs), des villes étudiantes ou touristiques… Des batteries de chiffres sont disponibles. Mais est-ce que ce que la ville “vaut” est toujours objectivable, quantifiable ? Rien n’est moins sûr car ce serait négliger qu’“il n’existe nulle coïncidence entre le plan d’une ville dont nous consultons le dépliant et l’image mentale qui surgit en nous, à l’appel de son nom, du sédiment déposé dans la mémoire par nos vagabondages quotidiens” (Gracq, 1985).

Les valeurs de l’urbain : le quantifiable

7La valeur la plus chiffrable de la ville est sa valeur économique ou, pour emprunter au vocabulaire des économistes, sa valeur productive, c’est-à-dire les richesses qui y sont produites, ce que l’espace “rapporte”. La valeur productive de la ville existe depuis toujours si l’on considère qu’elle recouvre la somme de ce que produisent les différentes activités (industrielles, commerciales, etc.) qui y sont hébergées. Mais avec la métropolisation de l’économie mondiale, la valeur productive de la ville au sens littéral de l’expression – ce que la ville produit et non plus ce que l’on produit en ville – s’affirme : “La ville n’est plus seulement le réceptacle de l’activité économique mais elle est productrice en tant que tel. Le collectif d’acteurs qui construit la ville s’autonomise comme acteur économique” (Pecqueur, 2008).

8À la valeur productive de la ville, on peut ajouter sa valeur d’échange. La valeur d’échange correspond à la valeur marchande, au prix auquel la ville s’achète et se vend. C’est donc le plus souvent une valeur composite puisque les prix du foncier et de l’immobilier urbains varient selon les quartiers. Valeur productive comme valeur d’échange sont facilement quantifiables : de très nombreux indicateurs existent qui fixent la valeur de la ville (prix au m², PIB/hab., chiffre d’affaires des entreprises, etc.).

9La valeur économique est liée à une autre série de valeurs également quantifiables : la valeur sociale de la ville. Par valeur sociale, on entend ce que “vaut” la ville compte tenu des catégories sociales qu’elle accueille. Ainsi la valeur sociale de Neuilly est-elle à l’opposé de celle de Sarcelles. La valeur sociale est fondée sur des indicateurs tels que la part des différentes catégories socioprofessionnelles, la part de la population bénéficiaire de prestations sociales, le revenu médian ou encore la part de la population diplômée du supérieur.

10Enfin, on peut ajouter la valeur pratique de la ville qui correspond au degré de confort et de facilité d’usage du territoire urbain. C’est ce que mesurent les palmarès annuels des “villes où l’on vit le mieux”, fondés sur une large palette d’indicateurs chiffrés concernant le nombre et de la surface d’espaces verts, les résultats obtenus au baccalauréat par les lycées locaux, ou encore le nombre de kilomètres aménagés en piste cyclable.

11Ces quatre types de valeur (productive, d’échange, sociale et pratique) font l’objet d’inventaires réguliers et constituent des outils pour les professionnels de la ville. Si l’on se replace dans un schéma interactionnel, elles ont deux fonctions :

  • dans une relation marchande explicite, elles permettent à l’acheteur et au vendeur de savoir quel est le prix de la ville ;

  • dans une relation de “séduction” marketing, elles constituent des arguments afin d’attirer la population cible : investisseurs, comité olympique, touristes, ménages aisés, etc.

12Mais peut-on limiter les valeurs de la ville à des valeurs quantifiables ? Dans tous les cas, les natures et les fonctions des valeurs relèvent d’une relation marchande, qu’elle soit explicite ou implicite. Cette dimension mercantile inquiète un certain nombre d’auteurs qui, comme Michael Sorkin, Mike Davies ou David Mangin, craignent que la ville – ou du moins ce que l’on veut en montrer – ne se réduise plus qu’à un vaste centre commercial standardisé. La question est donc : la ville ne vaut-elle que par ces valeurs quantifiables ? Peut-on ignorer les valeurs plus qualitatives, davantage liées à l’expérience que les individus ont de l’urbain ?

La valeur de la ville : l’intangible

13L’insuffisance des valeurs quantifiables de la ville à rendre compte de ce que vaut la ville apparaît particulièrement dans les contextes de dévalorisation ou de revalorisation. Les dimensions symboliques et affectives y sont puissamment présentes. Comme le souligne Evelyne Perrin (1995) : “À y regarder de près la valeur ne fait que refléter et suivre les flux d’échanges communautaires, identitaires, ethniques, professionnels, porteurs de sens collectif. C’est l’échange social qui fonde la valeur des lieux”.

14La valeur affective, sensible, ou d’usage, comme on voudra l’appeler, joue à plein. Liée aux caractéristiques non marchandes d’un objet, elle fait entrer l’expérience et la subjectivité dans les mécanismes d’estimation de la ville. La valeur n’est alors plus objective : elle peut varier selon le groupe social ou ethnique, selon la pratique que l’on a de la ville, ou encore selon l’imaginaire attaché à un lieu.

15Alain Tarrius a montré comment, dans le centre-ville de Marseille, le quartier Belsunce a connu simultanément une dévalorisation foncière pour la population marseillaise dans son ensemble et une valorisation d’usage pour les commerçants maghrébins. Ces deux logiques, qui peuvent sembler contradictoires, se chevauchent. Le quartier comptait 350 à 370 “petits commerces” appartenant à 37 familles (155 personnes) qui faisaient près de 3 milliards de francs de chiffre d’affaire dans les années 1990. Et si la population habitant le quartier Belsunce s’est paupérisée, la hausse des prix de l’immobilier commercial, bien qu’irrégulière, a été continue depuis 1975. La raison en est, comme l’écrit André Tarrius, que pour la population d’origine maghrébine : “Être à Belsunce, c’est être au cœur de toutes les transactions qui peuvent s’effectuer dans la région marseillaise, qu’elles concernent les commerces ou les logements” (Tarrius, 1995).

  • 1  Notamment la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) votée en 2000.
  • 2  En témoignent des associations comme la Coordination anti-démolition des quartiers populaires qui (...)

16On retrouve un décalage d’évaluation similaire en ce qui concerne les grands ensembles hérités des années 1960-1980 suivant que l’on prenne en compte ceux que H. Lefebvre appelait les “découpeurs” ou “agenceurs” de l’espace urbain (Lefebvre, 1974), ou bien que l’on prenne en compte les habitants de ces quartiers difficiles. En effet, depuis une vingtaine d’années, les barres et tours construites à la hâte pendant les Trente glorieuses font l’objet d’une rénovation impulsée par les pouvoirs publics1 qui va parfois jusqu’à la démolition. Ces destructions constituent pour les aménageurs et les élus une spectaculaire mise à bas des symboles de la pauvreté et de l’insécurité urbaines. Mais elles représentent pour certains de leurs occupants la négation de la valeur identitaire et affective que possèdent ces lieux où ils ont vécu plusieurs décennies, et qui sont dépositaires de milliers d’histoires familiales2.

17Les dynamiques de ghettoïsation du centre-ville de Détroit telles que les a analysées Jean-François Staszak (1999) font également apparaître la puissance de la valeur symbolique attribuée à un quartier. Cet auteur insiste sur le rôle des représentations et en particulier sur celui des craintes des habitants blancs. Il montre que c’est au mécanisme de “prophétie autoréalisatrice”, c’est-à-dire à “une définition d’abord fausse d’une situation, mais cette définition erronée suscite un nouveau comportement, qui la rend vraie” (Merton, 1948), que le centre de Détroit doit la lenteur de sa revalorisation. La situation du centre-ville est davantage liée à sa valeur de symbole de la déchéance du géant industriel que fut Détroit, qu’au potentiel de sa réhabilitation déjà avancée dans les autres centres-villes de la côte Est.

18Ainsi, il serait réducteur de penser que les valeurs quantifiables sont surtout mobilisées par les professionnels de la ville, tandis que la valeur affective d’un territoire guide davantage ses usagers et ses habitants. En effet, le plus souvent, ces deux types de valeur se combinent pour motiver autant les choix résidentiels des citadins que les stratégies des professionnels de la ville.

Les valeurs d’un territoire : une nébuleuse

19Cet inventaire non exhaustif des valeurs de la ville permet de montrer la stérilité d’un arbitrage entre valeurs quantifiables et valeurs intangibles de la ville : les unes ne sont ni plus légitimes ni plus puissantes que les autres. En revanche, il apparaît qu’elles font sens les unes par rapport aux autres. Dans les années 1980-1990, le city branding, c’est-à-dire la constitution d’une image de marque de la ville afin de “distinguer un lieu d’un autre, de le spécifier par ses caractéristiques, mais aussi [de] définir le type de ville ou de région auquel nous désirerions appartenir”, s’est largement diffusé. Cette stratégie du marketing entrepreneurial adoptée en matière de gestion urbaine montre bien l’enjeu économique que représentent les valeurs intangibles de l’urbain, car : “les villes sont moins intéressées par les politiques de redistribution et plus par la création de richesses, entendue comme l’arrivée d’investissements, d’entreprises et de mains-d’œuvre qualifiées. Elles entrent ainsi dans une compétition interurbaine qui emploie l’image et le branding comme instruments mêmes de cette compétition” (Ilmonen, 2007).

20Si bien que les termes de revalorisation ou de dévalorisation urbaine peuvent être considérés comme des “signifiants flottants” tels que Claude Lévi-Strauss les définit dans son Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss. C’est-à-dire un objet protéiforme dont chacun se fait une idée relativement précise, mais dont le contenu est finalement difficilement définissable et recèle des variations voire des contradictions internes.

21Plutôt que de chercher à identifier la valeur de la ville, il semble donc plus judicieux de prendre acte de l’équivoque de ses valeurs, et de s’intéresser à la nébuleuse de valeurs qui influent les unes sur les autres, même si certaines peuvent être contradictoires entre elles, ou encore divergentes selon les groupes sociaux, ethniques, professionnels, etc. Cette hétérogénéité des valeurs urbaines apparaît en particulier lorsque l’on s’intéresse à la fabrication de la ville comme celles qui sont mobilisées dans le cadre de projets urbains.

Les valeurs au service de la revalorisation : la diversité des registres (Lille, Marseille, Dunkerque)

22La place des valeurs est centrale dans les projets de revalorisation : elles fondent les discours et guident par là l’action. Certaines de ces valeurs, comme la mixité, la centralité, la gouvernance et aujourd’hui le développement durable, tiennent davantage de la vulgate à la mode que de réels choix stratégiques. Mais elles ne doivent pas cacher les valeurs spécifiques à l’œuvre dans ces opérations. Ainsi, alors que le contexte – de vastes terrains en friches proches du centre ville –, les acteurs – une maîtrise d’ouvrage publique – et les objectifs – revaloriser ces périmètres pour en faire des vitrines de la ville – sont du même ordre dans les projets de requalification urbaine engagés à Lille, Marseille et Dunkerque, les valeurs mobilisées au sein de chacune de ces opérations sont très différentes.

Euralille : revaloriser par la rupture

23L’opération Euralille a été lancée aux lendemains de la crise industrielle qui a frappé le Nord dans les années 1970-1980. La percée du tunnel sous la Manche et l’opportunité constituée par le passage du TGV Nord Europe à Lille ont créé un contexte favorable au lancement par Pierre Mauroy, alors maire de la ville, d’une vaste opération de revalorisation. Les terrains concernés correspondent à une zone non aedificandi (un ancien glacis militaire) située à proximité du centre-ville, offrant une surface et une localisation à fort potentiel. Le contenu du projet est relativement classique : il s’agit pour la ville d’aménager un pôle tertiaire associant un centre commercial, une gare internationale (desserte TGV, mais aussi Thalys et Eurostar) et un centre d’affaires, le tout en y associant des “gestes” architecturaux qui donnent une plus large visibilité.

  • 3  L’expression, largement reprise par l’ensemble des acteurs, est de Pierre Mauroy.
  • 4  Idem.

24Mais les valeurs sur lesquelles est fondée la revalorisation lilloise sont moins conventionnelles que le projet ne pourrait le laisser penser. Une véritable idéologie de la rupture est érigée en valeur centrale du projet, qui est déclinée selon quatre axes : l’esthétique architecturale, l’orientation économique, le choix politique et l’échelle. Le choix de l’architecte Rem Koolhass, auteur du provocateur “fuck context !”, comme urbaniste en chef, constitue l’élément de rupture le plus ostensible avec la tradition architecturale locale flamande. Cette rupture esthétique s’accompagne d’une rupture économique : avec Euralille “la turbine tertiaire3” prend le pas sur l’héritage industriel du Nord. Une rupture qui est également scalaire, puisqu’en créant un centre d’affaires à proximité de la gare Lille-Europe et en nommant Euralille l’opération, la ville revendique une situation de centralité européenne plutôt que de périphérie française. Enfin, la revalorisation est fondée sur une rupture politique puisque plutôt que de relancer l’emploi industriel, Pierre Mauroy, grande figure socialiste locale, construit un centre d’affaires afin de mettre “l’économique au service du social4”. Euralille est donc bien fondée sur une valeur de la rupture, ou une rupture des valeurs traditionnelles, qui innerve les discours et les actions de l’opération (Rosemberg, 2000).

25Mais la rigueur de la déclinaison de la valeur de rupture que l’on observe tout au long de la revalorisation lilloise est exceptionnelle. Souvent, ce sont des valeurs génériques et approximatives, hautement consensuelles et davantage dans l’air du temps, qui émergent des discours sur le projet.

Euroméditerranée : revaloriser sans valeurs propres

  • 5  La réhabilitation de la rue de la République, splendide et misérable artère haussmannienne de Mars (...)
  • 6  Rudy Rioccioti a officiellement été lauréat du concours en février 2004.

26C’est notamment le cas à Marseille où la revalorisation ne se fonde sur aucune valeur propre au contexte urbanistique, géographique, économique ni même politique. Le projet Euroméditerranée englobe un périmètre très étendu – plus de 300 ha, soit un arrondissement parisien moyen – adossé au centre-ville et face à la mer. L’opération a accédé au statut d’OIN (opération d’intérêt national) et elle regroupe à la fois des friches industrialo-portuaires et des quartiers populaires. Pourtant aucune valeur spécifique n’est à l’œuvre dans le projet. La thématique euro-méditerranéenne aurait pu être porteuse de valeurs de contacts, de contrastes, de multiculturalisme, etc. Mais, la valeur très concrète de la spéculation immobilière mise à part5, rien d’élaboré ne ressort des discours et des actions du projet. Pour preuve, le vide matériel et muséographique du MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et la méditerranée) : alors que la création au cœur du périmètre a été décidée dès 1995 et l’architecte6 choisi depuis 2004, le ministre de la culture et le maire de la ville n’en ont posé la première pierre que fin 2009.

27Les seules notions qui font ou ont fait office de valeurs pour la revalorisation sont celles de métropole – “Euroméditerranée, accélérateur de métropole” a été le slogan de l’opération dans les années 1990 – et plus récemment de durabilité. Or il s’agit justement de ces valeurs à la mode qui sont mobilisées pour l’image positive qu’elles confèrent davantage que pour les implications stratégiques qu’elles engagent. On peut donc légitimement se demander quelles sont les valeurs de la revalorisation à Marseille.

  • 7  Port Autonome de Marseille (PAM).
  • 8  Établissement public d’aménagement Euroméditerranée (EPAEM).
  • 9  Les terrains occupés par les ports autonomes en France relèvent du domaine public maritime. Ils do (...)

28Un élément d’explication à ce vide symbolique est à chercher du côté des rivalités qui tendent le système d’acteurs. Euroméditerranée concerne des quartiers, des friches du port autonome (PAM7) et c’est une OIN dont la maîtrise d’ouvrage revient à un établissement public d’aménagement8. Autrement dit, alors que la ville pensait retrouver la gestion de ces terrains au fort potentiel économique et symbolique autrefois exclusivement gérés par le PAD9, elle s’est fait évincer par l’EPAEM, une structure d’aménagement émanant de l’Etat. La rivalité entre d’une part les services et élus municipaux, et d’autre part les aménageurs de l’EPAEM envoyés par Paris a paralysé l’émergence et la mobilisation de valeurs autres que les valeurs consensuelles et génériques de l’urbanisme contemporain. Ainsi le peu d’intérêt marqué par le maire de Marseille pour cette opération et la valse des directeurs de l’EAPEM ont-ils entraîné une revalorisation lente et en déficit perpétuel de valeurs propres.

Neptune : revaloriser par la méthode

  • 10  Port Autonome de Dunkerque (PAD).

29Le projet de revalorisation des friches industrialo-portuaires laissées par les chantiers navals et le port autonome (PAD10) à Dunkerque présente en revanche un arsenal original de valeurs spécifiques. En effet, dès le début, les élus et les aménageurs du projet Neptune ont écarté de leur argumentaire les valeurs liées au contexte historique ou géographique local. Cependant, le projet s’inscrit dans la filiation des expériences urbanistiques menées dans la ville de Dunkerque depuis la Reconstruction : laboratoire architectural pour Jean Niermans en 1946, laboratoire institutionnel en créant la première communauté urbaine volontaire en 1959, laboratoire industriel de la sidérurgie française dans les années 1960-1970 (Castells et Godard, 1974). Si bien que lorsqu’il a fallu concevoir la revalorisation d’une ville minée par la crise industrielle, c’est tout naturellement vers des valeurs méthodologiques que se sont tournés les élus et aménageurs locaux.

  • 11  Mike Davies appartient à l’agence Richard Rogers Partnership qui a, entre autres, conçu la requali (...)
  • 12  L’expression est du maire de Dunkerque, Michel Delebarre, qui a participé au choix de Mike Davies (...)

30Trois valeurs guident successivement le projet : l’incertitude du dessin urbanistique, la co-production de la ville et la durabilité. L’incertitude est érigée en valeur structurante du projet par l’architecte Mike Davies11qui propose, à la place du déroulement d’un master plan rigide, un urbanisme incrémental. Il faut entendre par là qu’au lieu de définir un plan masse détaillé et complexe, l’architecte s’en est tenu à des orientations générales, à un “transfert d’imagination12”. Et c’est ensuite que les différents programmes de l’opération ont été définis, au fur et à mesure, l’idée étant que chaque réalisation fasse l’objet d’un bilan permettant de déterminer et de corriger les suivantes.

31La seconde valeur qui a servi de guide est la valeur de partenariat ou, plus précisément celle de coproduction de l’urbain. Cette valeur s’est traduite par l’insistance des aménageurs, dès le début de l’opération, sur la participation continue des différents acteurs tout au long de la revalorisation. Pour créer les conditions de cette coproduction de la ville, des workshops ont été créés dès l’origine du projet. Il s’agissait de réunions mensuelles de l’ensemble des acteurs pour améliorer la qualité des partenariats entre acteurs publics et privés. Cette procédure afin de faire de Neptune : “un prototype d’une nouvelle génération de projets urbains caractérisés par une organisation non hiérarchisée, mais négociée de la conception et de la gestion que l’on désigne sous le terme de “projet partagé” (Bachofen et Picheral, 1997).

32Aux workshops a succédé un système “partenariat public-privé non néo-libéral” qui correspond à une implication continue de tous les acteurs – du concepteur à l’usager – dans l’ensemble des phases du projet, quels que soient l’ampleur et le moment de leur intervention.

  • 13  10 % des 1000 logements construits sont réservés à des primo-accédants.

33La dernière valeur à l’œuvre dans Neptune est le développement durable. Il peut paraître contradictoire qu’elle soit ici considérée comme un réel référent symbolique alors qu’on l’a considérée dans le cas de Marseille comme une “valeur consensuelle et générique à la mode”. La durabilité constitue à Dunkerque une valeur qui guide concrètement le projet dans ses dispositifs et ses réalisations. Du côté des dispositifs, elle se traduit par le système “du concepteur à l’usager” que l’on vient de présenter et qui garantit une implication des acteurs jusqu’à la livraison des bâtiments. L’opération affiche également une durabilité sociale qui se traduit par un panachage des statuts des logements qui sont construits : du locatif privé et social (60 %), de l’accession à la propriété13, toutes tailles d’appartements (52 % de grands logements), etc. Enfin, le projet contient un volet durabilité architecturale avec la réutilisation des eaux de pluies et des vents qui frappent les bâtiments, ainsi que le souci de réaliser d’importantes économies d’énergie.

34Ainsi, ces trois exemples font apparaître que si les contextes et les objectifs des projets de revalorisation peuvent se ressembler, les valeurs qu’ils mobilisent relèvent de registres très différents et ont des fonctions plus ou moins déterminantes. À Marseille, la vacuité et l’instabilité symbolique du projet conduisent à la mobilisation de valeurs passe-partout insuffisantes à donner un sens à la revalorisation. Mais dans le cas des opérations menées à Lille et Dunkerque, les valeurs, pour hétérogènes qu’elles soient – la rupture pour Euralille, l’innovation méthodologique à Neptune –, guident l’action et marquent les discours sur la ville. Mais comment émergent ces valeurs ? Comment évoluent-elles ? Quels sont les mécanismes qui font qu’elles sont peu à peu collectivement admises ?

Les valeurs au cœur des processus de revalorisation urbaine

35S’intéresser aux processus qui placent les valeurs au cœur de la revalorisation urbaine conduit à analyser trois étapes clés : l’émergence des valeurs aussi conflictuelle qu’elle puisse être, l’appropriation progressive des valeurs grâce à la mise en récit de la revalorisation, enfin la diffusion la plus large possible de ces valeurs par les grandes figures politiques locales.

L’émergence : conflits et choix du mode de valorisation

36Le système d’acteurs de ces opérations est complexe et potentiellement conflictuel : politiques de différents bords, services de l’Etat, services techniques des collectivités locales, investisseurs privés, associations de quartier… Chaque acteur a ses impératifs, ses intérêts, ses pratiques et ses échéances, si bien que les conflits sont inhérents au projet urbain. Mais plutôt que de considérer les phases conflictuelles comme un dommage collatéral de ces divergences d’intérêts, il faut voir dans les moments de tension la condition d’apparition de valeurs communes. En effet, c’est lors d’épisodes conflictuels qu’elles émergent et s’imposent, au-delà de la confrontation des stratégies possibles.

37Le cas lillois illustre très bien cette utilité des conflits. La nécessité d’une revalorisation de la ville de Lille et le potentiel que constituait la zone non aedificandi à proximité de la gare était une évidence pour tous. De même, l’ambition d’y créer un pôle tertiaire a été bien accueillie. En revanche, les valeurs au fondement de la revalorisation ont largement divisé les acteurs du projet. La volonté du maire et de l’architecte Rem Koolhaas de rompre avec l’échelle, l’esthétique et les discours régionaux a suscité une violente levée de boucliers jusque parmi les fidèles de Pierre Mauroy. Le refus des valeurs de rupture a été tel qu’un contre projet, plus modeste et plus “flamand”, a même été déposé. Et c’est à la ténacité et au pouvoir de conviction des partisans de la rupture qu’Euralille doit d’être une opération de revalorisation dont les valeurs sont si perceptibles tant dans les discours que dans les réalisations. Le conflit a clairement joué un rôle de catalyseur pour le choix des valeurs du projet.

38Inversement, l’absence presque totale de débat sur le sens de l’opération Euroméditerranée entre des acteurs (EPAEM, ville de Marseille, conseils général et régional) trop occupés à défendre le pré carré de leurs prérogatives est probablement un des facteurs de la vacuité symbolique du projet.

Le rodage : la mise en récit des valeurs de la ville

39Quels que soient l’élaboration et le consensus qui entourent les valeurs d’un projet, les décennies que dure la mise en œuvre d’une opération urbaine les ébranlent. Si bien que les valeurs qui ont émergé au moment de la conception de l’opération doivent presque toujours d’être réaffirmées ou reformulées. Pour autant, une certaine continuité – ou au moins une certaine cohérence – est nécessaire. Or, un moyen particulièrement efficace de conserver une lisibilité symbolique est l’intégration des valeurs au récit du projet. La mise en récit des valeurs leur confère davantage de poids en les rendant ainsi solidaires des autres éléments du récit (historiques, politiques, anecdotiques, symboliques…). Mais aussi davantage de souplesse car la manière dont les valeurs ont été mobilisées pendant les différentes étapes du projet peut varier dans la mesure où ces évolutions sont “racontées”. Le récit, ou l’intrigue comme le nomme Michel Lussault (2003) en reprenant à Paul Ricœur (1991), est fondé à la fois sur une décantation des paroles des acteurs et une scénarisation des étapes, des difficultés et des succès rencontrés par le projet. Parmi les discours sur la revalorisation, seuls les plus récurrents et les plus cohérents alimentent le récit. On observe en effet un processus de tri qui fonctionne selon une sédimentation progressive et une orientation a posteriori des discours, pour aboutir à un récit dont les étapes les plus anciennes sont évidemment les plus stables.

40L’expression de “mise en récit” a été récemment médiatisée sous le terme anglo-saxon de storytelling que Christian Salmon (2007) traduit par “l’art de raconter des histoires” ou la “mise en histoires”. Cet auteur montre notamment comment la mise en récit est devenue un outil de propagande qu’il juge particulièrement pernicieux. Cependant, ce terme excède largement le concept de marketing. Par mise en récit, on entend plutôt l’émergence d’un schéma narratif dans les discours des acteurs du projet. On emprunte ce concept à l’analyse structurale et, en particulier, à Vladimir Propp (1965), sans prétendre en restituer toute la complexité. Un schéma narratif qui, un peu comme un scénario de l’action, structure ce qui est dit de l’opération en cinq principaux moments. L’état initial renvoie à une situation de relative prospérité de métropoles régionales pour Lille et Dunkerque, et même internationale pour Marseille. Il est bouleversé par une force transformatrice qui correspond à la crise industrielle des années 1970-1980, aggravée à Marseille par la fin des échanges maritimes coloniaux. Cette situation déclenche une dynamique d’action qui a pour conséquences le déclin des activités, le chômage des populations, la paupérisation des centres-villes. Une situation enrayée par la force équilibrante que constitue le projet de revalorisation auquel peuvent s’ajouter des péripéties mineures. Si bien que le récit se clôt sur un état final que les acteurs de la revalorisation prédisent fait d’attractivité économique, sociale et symbolique.

41La mise en récit n’a donc pas pour seule utilité la diffusion d’une image avantageuse, elle constitue aussi un outil de la construction du sens à la fois pour le projet, et pour le pan de ville revalorisé. Un sens qui est certes fondé sur le paysage urbain, les fonctions et les pratiques qu’il accueille, ainsi que par les habitants et les usagers qui l’animent, mais un sens qui passe également par des références symboliques dont participent pleinement les valeurs.

La diffusion : le portage politique des valeurs

42La dernière étape correspond à la diffusion des valeurs de la revalorisation dont le portage politique constitue la pierre angulaire. Par “portage politique”, on entend très simplement le soutien public d’un élu, sa participation active au projet, l’engagement de sa crédibilité politique et, si nécessaire, la mobilisation de ses réseaux. C’est généralement au maire – ou au président de la communauté urbaine, qui est souvent le maire de la ville centre – que revient la fonction de clamer haut, et surtout fort, les valeurs du projet. En France, ce rôle lui est conféré par trois grandes prérogatives de la charge mayorale : sa fonction de porte-parole, ses prérogatives en matière d’urbanisme et la dimension politique de son mandat.

43Le maire apparaît comme la figure tutélaire des villes françaises. Comme le soulignent Guérin-Lavignotte et Kerrouche “parmi toutes les charges exécutives, celle de maire est emblématique, n’eût-elle qu’une suprématie symbolique” (Guérin-Lavignotte et Kerrouche, 2006). Ce statut lui confère une double légitimité : quand il parle de sa ville, dont il apparaît comme le premier expert, et quand il parle au nom de la ville dont il est le premier élu. Il en est une incarnation d’autant plus forte que rares sont les maires qui ne font qu’un seul mandat : en 2005, les maires de France exerçaient leur fonction depuis en moyenne 8,7 ans et presque la moitié d’entre eux avait un mandat depuis plus de 20 ans. Les villes de Lille, Marseille et Dunkerque ne dérogent pas à la règle puisque Michel Delebarre est maire depuis 1989, Jean-Claude Gaudin depuis 1995, et Pierre Mauroy est resté plus de 25 ans à la tête de la mairie de Lille (1973-2001). Ce qui explique que, outre la “suprématie symbolique” de la fonction, leur ancienneté les ait fortement associés aux villes qu’ils dirigent.

44Cette légitimité médiatique est fondée sur la légitimité décisionnelle du maire en matière d’aménagement. Depuis les années 1980, la décentralisation a élargi les champs d’action et a renforcé les responsabilités des élus locaux, notamment celles du maire. En 1983, les compétences en urbanisme des communes ont été étendues. Et ce mouvement s’est accompagné, comme le souligne Marillia, d’une “redéfinition de l’espace local à travers la personnalisation du pouvoir et le renforcement des exécutifs locaux” (Marillia, 2002). La mise en œuvre de projets urbains fait donc aujourd’hui partie du “métier” de maire. Depuis 1999, la loi prévoit que les communautés urbaines récupèrent notamment des compétences en matière d’“aménagement de l’espace communautaire”, si bien que le maire pourrait trouver son rôle limité. Dans les faits, c’est une très légère limitation car les villes où se déroulent de grandes opérations sont généralement la ville centre de l’agglomération, et le maire est souvent aussi président de la communauté urbaine, comme c’est le cas à Lille (d’abord Pierre Mauroy, puis Martine Aubry) et Dunkerque (Michel Delebarre).

45Enfin et surtout, les maires ont une légitimité politique puisqu’ils ont été élus sur un programme et des valeurs dont les administrés s’attendent à ce qu’ils les mettent en pratique. Leur légitimité politique est d’autant plus importante que, comme le souligne Eric Kerrouche : “dans un contexte d’érosion de la participation électorale, les élections municipales enregistrent toujours, malgré un léger déclin, des taux de participation très honorables, consacrant la notoriété de la personne en charge de la destinée communale” (Kerrouche, 2006).

46Marcel Roncayolo qualifie même de “présidentialisme” la pratique mayorale. C’est donc aux maires que revient de tracer et de défendre les orientations idéologiques du projet, car malgré l’existence du conseil municipal et des adjoints, l’organe exécutif fonctionne de manière individuelle.

  • 14  Cf. le sondage de la Tns Sofres sur la perception d’Euroméditerranée par les Marseillais (juin 200 (...)

47Ainsi quand Michel Delebarre tient à insérer un texte qu’il a écrit pour étayer le cahier des charges du concours d’architecture lancé pour la deuxième phase de Neptune, cela correspond non seulement à une confirmation de sa légitimité décisionnelle, mais aussi à la reconnaissance de sa légitimité politique. De même, Pierre Mauroy n’emploie pas au hasard l’expression de “turbine tertiaire” qui associe deux termes aux connotations idéologiques opposées : la turbine industrielle traditionnelle – connotée de gauche – et le tertiaire innovateur – connoté de droite. Comme on l’a montré en présentant Lille, ce slogan oxymorique fait partie de l’idéologie de rupture développée par le maire. Et ce dernier justifie publiquement sa stratégie en affirmant qu’avec Euralille, il entend “mettre l’économique au service du social”. Car c’est au maire que revient la tâche de trier, de hiérarchiser et de porter les valeurs du projet. Tâche pleinement accomplie par Pierre Mauroy et que Didier Paris confirme comme déterminante : “la volonté politique, depuis 1989, d’un leader incontesté à porter le projet métropolitain, a représenté un facteur essentiel” (Paris, 2007). Le soutien et la présence de Michel Delebarre, quoi que moins indéfectibles, se rapprochent de ceux accordés par le maire de Lille. En revanche, le cas marseillais est très différent : Jean-Claude Gaudin entretient des rapports plutôt distants avec Euroméditerranée. S’il a participé au lancement de l’opération, sa participation a été ponctuelle et discrète, et il n’en revendique pas la paternité. Il en parle peu en public, ne cherchant ni à profiter des succès du projet ni à dénoncer ses échecs. Si bien que l’absence d’arbitrage entre les valeurs de la revalorisation sème la confusion à la fois au sein des acteurs d’Euroméditerranée et dans l’esprit des habitants, comme le suggèrent les représentations très embrouillées que les Marseillais ont d’Euroméditerranée14.

Conclusion

48Les opérations de revalorisation se multiplient car l’image de la ville est une arme efficace dans le contexte de concurrence métropolitaine exacerbée que connaissent les villes françaises. Pourtant, les valeurs attachées à ces projets font l’objet de réflexions très inégales. En quoi consistent les valeurs d’une revalorisation urbaine ? Dans quelles mesures les valeurs mobilisées par un projet constituent un corpus spécifique ? Comment participent-elles de l’action sur l’urbain ? Autant de questions auxquelles les professionnels de la ville répondent de façon très variable. Pour les uns, comme à Euralille, les valeurs constituent un pôle de réflexion stratégique et un matériau fondamental pour la revalorisation et le récit qui en est diffusé. Pour d’autres, comme à Dunkerque, le renouvellement de la nature même des valeurs traduit la volonté d’une revalorisation innovante dans son approche davantage que dans son contenu formel. Enfin, dans le cadre de certaines opérations, comme à Euroméditerranée, la revalorisation se fait sans valeurs propres, abandonnant le sens de la ville à ceux qui voudront bien lui en trouver. Or, dans un contexte où la durabilité est au cœur de tous les discours et est censée être au centre de toutes les pratiques, comment envisager une revalorisation durable d’un point de vue économique et énergétique, mais aussi social et symbolique, sans réfléchir au sens de la ville que l’on construit ?

Haut de page

Bibliographie

Bachofen C., Picheral J-B., 1997, “Dunkerque-Neptune : la transformation des docks en cœur de ville”, in : Bonnet M. (dir.), L’élaboration des projets architecturaux et urbains en Europe, vol. 1, Paris, PUCA.

Castells M., Godard F., 1974, Monopolville : analyse des rapports entre l’entreprise, l’Etat et l’urbain à partir d’une enquête sur la croissance industrielle et urbaine dans la région de Dunkerque, Paris, EHESS.

Davis M., 2006, Au-delà de Blade Runner. Los Angeles et l’imagination du désastre, Paris, Allia (trad.).

Gracq J.,1985, La Forme d’une ville, Paris, José Corti.

Guerin-Lavignotte E., Kerrouche E., 2006, Les Elus locaux en Europe, un statut en mutation, Paris, La Documentation française.

Ilmonen M., 2007, « Branding a City – Selling a product or creating an Identity ? », in L’attractivité des territoires : regards croisés, Actes des séminaires “Renouvellement urbain”, Paris, PUCA.

Kerrouche E., 2006, “Les maires français, des managers professionnels”, in Marcou G., Wollmann H. (dir.), La Gouvernance territoriale, Paris, CNRS Éditions.

Lefebvre H., 1974, La Production de l’espace, Paris, Anthropos.

Levi-Strauss C., 1950, “Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss”, in MAUSS M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Lussault M., 2001, “Récit”, in : Lévy J. et Lussault M., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Mangin D., 2004, La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine, Paris, Editions de la Villette.

Marillia G-D ., 2002, Les Pouvoirs du maire, Paris, Editions Berger-Levrault.

Merton F., 1948, “The Self-Fulfilling Prophecy”, The Antioch Review, vol. 8, No.2.

Paris D., 2007, “Construction de l’attractivité : une approche globale dans le temps long. Le cas de Lille”, in : L’attractivité des territoires : regards croisés, Actes des séminaires “Renouvellement urbain”, Paris, PUCA.

Pecqueur B., 2008, “Pôle de compétitivité et spécificité de la ressource technologique : une illustration grenobloise”, Géographie, Economie, Société, vol. 10, No.3.

Perrin E., 1995, “Valeurs urbaines, retour à la problématique initiale”, in : Gourdon J-L., Perrin E., Tarrius A., Ville, espace et valeur, Paris, L’Harmattan.

Propp V., 1965, Morphologie du conte, Paris, Seuil.

Ricœur P., 1991, Temps et récit, Tome 1, Paris, Seuil.

Roncayolo M. (dir.), 2001, Histoire de la France urbaine. La ville aujourd’hui. Mutations urbaines, décentralisation et crise du citadin, Paris, Editions du Seuil.

Rosemberg M., 2000, Le marketing urbain en question, Paris, .Economica.

Salmon C., 2007, Storytelling, La machine à fabriquer des histoires et à histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Sorkin M. (ed.), 1992, Variations on a Theme Park: The New American City and the End of Public Space, Etats-Unis, Hill and Wang.

Staszak J-F., 1999, “Détruire Détroit. La crise urbaine comme produit culturel”, Annales de la géographie, No.607.

Haut de page

Notes

1  Notamment la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) votée en 2000.

2  En témoignent des associations comme la Coordination anti-démolition des quartiers populaires qui est née à la suite d’une prise de conscience des habitants de La Coudraie (à Poissy) pour défendre leurs habitations, leurs environnements et leurs histoires.

3  L’expression, largement reprise par l’ensemble des acteurs, est de Pierre Mauroy.

4  Idem.

5  La réhabilitation de la rue de la République, splendide et misérable artère haussmannienne de Marseille, a donné lieu à une succession de spéculations immobilières de la part des investisseurs chargés de la réhabiliter. La situation est très bien expliquée dans Pierre Fournier et Sylvie Mazzela, Marseille, entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, 2004, Paris, La Découverte.

6  Rudy Rioccioti a officiellement été lauréat du concours en février 2004.

7  Port Autonome de Marseille (PAM).

8  Établissement public d’aménagement Euroméditerranée (EPAEM).

9  Les terrains occupés par les ports autonomes en France relèvent du domaine public maritime. Ils doivent à ce statut d’être inaliénables, de relever directement de leur ministère de tutelle (affaires maritimes) et donc d’échapper totalement à la gestion locale même quand ils se situent en plein centre-ville.

10  Port Autonome de Dunkerque (PAD).

11  Mike Davies appartient à l’agence Richard Rogers Partnership qui a, entre autres, conçu la requalification des Docklands à Londres. Il a participé à la première phase de l’opération (1989-2000).

12  L’expression est du maire de Dunkerque, Michel Delebarre, qui a participé au choix de Mike Davies comme urbaniste du projet.

13  10 % des 1000 logements construits sont réservés à des primo-accédants.

14  Cf. le sondage de la Tns Sofres sur la perception d’Euroméditerranée par les Marseillais (juin 2005) : www.euromediterranee.fr/html/index.php ?module =Infos_PN_UpDownload&func =view_cat&idc =1&idm =32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Tiano, « Quelles valeurs pour revaloriser les territoires urbains ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les valeurs de la ville, mis en ligne le 03 mai 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23091

Haut de page

Auteur

Camille Tiano

Docteure en études urbaines, Lab’Urba,Institut Français d’Urbanisme–Université Paris-Est, France, tianocamille@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page