Navigation – Plan du site
2010

Sivignon M., 2009, Les Balkans. Une géopolitique de la violence. Belin, Paris 2009, 208 p.

Henri Chamussy

Texte intégral

1D’emblée, lorsqu’on ouvre ce livre, on sait qu’on est devant l’œuvre d’un géographe. Un historien, en effet, aurait probablement commencé le livre en racontant l’histoire de cette complexe péninsule européenne, en remontant à la division de l’Empire romain en Empire d’Occident et en Empire d’Orient, puis à la conquête turque (la Turquie à l’époque était largement en Europe)

2Puis le lecteur se serait promené dans des souvenirs de cours d’histoire et aussi de littérature - au lycée (du temps on apprenait l’histoire – et non de l’histoire) avec Ali de Tebelen, pacha de Janina, Miloch Obrenovitch et Karageorgevitch, avec l’enfant grec, l’enfant aux yeux bleus (« Je veux de la poudre et des balles… ») ; il y aurait eu les guerres d’indépendance, les guerres balkaniques, la Question d’Orient, et puis les Guerres Mondiales, les traités de 1919,  la chape du Rideau de Fer à laquelle la Grèce échappa de justesse,  la politique autonome de Tito, et enfin, le sujet du livre : la violence, symbolisée par l’éclatement de la Yougoslavie, les guerres féroces (qu’on ose à peine appeler « civiles » puisque la Yougoslavie n’existait plus de fait) auxquelles se livrèrent ces populations sous les yeux médusés du reste de l’Europe…alors que ces régions commençaient à devenir des lieux de séjours estivaux pour vacanciers occidentaux, alors qu’on se souvenait avoir applaudi peu avant aux Jeux Olympiques d’hiver à Sarajevo.

3Certes, mais Michel Sivignon a une démarche de géographe. Après une brève introduction, très géopolitique, il présente, en géographe, le panorama dynamique (ce qui est difficile,  mais réussi - c’est plus aisé de présenter un panorama statique…) des Balkans en 2008, avec un premier paragraphe sur l’indépendance controversée du Kosovo. Il montre, un à un, les enjeux du problème balkanique aujourd’hui : l’indépendance du Kosovo donc, la cohabitation nécessaire dans ces Balkans, les aires de peuplement, les aires culturelles, le positionnement international, l’émiettement la toile de fond de l’U.E., le miroitement de l’O.T.A.N.

4Ensuite, et ensuite seulement, voilà la guerre de Yougoslavie (1991-1999), huit ans de combats féroces, de cessez-le-feu aussitôt dénoncés, de massacres, d’épurations ethniques qui débouchent sur de nouveaux Balkans, ou plutôt un nouvel espace ex-yougoslave.

5Et enfin, seulement à la page 39, voici l’histoire, explicative de la situation, et surtout ce curieux processus qui a abouti à donner à une vaste péninsule le nom d’une petite chaîne de montagnes presque périphérique à l’espace considéré. Et de plus, le désaccord de plusieurs régions englobées dans les Balkans par l’usage commun, mais qui ne se considèrent pas comme balkaniques. Une carte lumineuse montre les différentes acceptions de l’espace balkanique. C’est instructif ! Qu’est ce que les Balkans ? Personne n’a de réponse univoque !

6Au chapitre 4, l’auteur nous entraîne dans une démarche à la fois passionnante et rare, voire inédite, fort différente des livres de géopolitique écrits par des auteurs issus de Sciences-Po, une démarche qu’on se plaît à trouver souvent (pas toujours) dans Hérodote : un véritable mélange (je n’ose pas écrire : une macédoine…) d’histoire, de géographie, de considérations politiques, pour mettre les lecteurs dans l’ambiance des régions étudiées. Au passage, sans nier les problèmes de circulation et d’unité posés par un relief compartimenté, des climats contrastés, M. Sivignon fait justice d’un déterminisme souvent invoqué pour expliquer l’émiettement, la balkanisation justement, de la péninsule. Ce chapitre, « les terres balkaniques », me semble un des mieux venus du livre.

7On retrouve ensuite cette démarche en yoyo, tour à tour montante et descendante, qui fait l’originalité et l’intérêt du livre, quand l’auteur nous entraîne dans la construction des nations,  en nous présentant les peuples à l’origine de ces nations, et ce dans la plus vaste acception des Balkans ; peuples grec, albanais, roumain, slaves du sud, voire périphériques et même sans territoire, puis des peuples que la construction des nations fait émerger : chypriote, moldave, bosniaque, kosovar. Avec les Roumains et les Chypriotes, M. Sivignon voit très large. Peut-être un peu trop ? Eh bien non : quand on lit les pages qui leur sont consacrées, on comprend la démarche. Bien entendu, l’auteur, au passage, n’oublie pas la géographie des religions, orthodoxie et catholicité, et l’islam, héritage le plus vigoureux de la domination ottomane séculaire.

8Notons le chapitre 8 : « les peuples balkaniques par la carte ». Il est original, éclairant… en particulier par le rôle attribué aux cartes « ethnographiques », cette ethnographie qui a passionné tant de gens, un peu trop de gens, car on y sent les germes de haines ethniques.

9Il reste ensuite à expliquer les guerres « yougoslaves », et voilà le chapitre le plus « historique » puisque, en effet, on remonte à Rome et Byzance, à l’Habsbourg et l’Ottoman, aux deux puissances, Russie et Autriche-Hongrie, qui se surveillaient au chevet de l’Homme Malade. Cette surveillance qui éclata à Sarajevo justement !

10Il ne reste qu’à terminer sur la perspective européenne, sur les problèmes qui subsistent (ils sont nombreux, y compris le crime organisé et le rôle des mafias, la question rom,  les tensions internes à la Macédoine, l’indépendance très controversée internationalement du Kosovo (et même du Monténégro) et aussi (l’auteur élargit singulièrement les Balkans) la question moldave…

11On l’a compris, c’est un livre passionnant, très original, non pas tellement par son sujet – les Balkans ont donné naissance à de très nombreux travaux – que par sa conception. L’auteur est toujours fort clair, les démonstrations très aidées par des cartes remarquables de simplicité et de pédagogie.

12Peut-on faire un faux reproche : on croit tenir en mains un livre sur la guerre de Yougoslavie, et ce n’est pas le cas. Mais à la vérité, rien dans le titre n’annonce cela, mais on a encore dans la tête les violences atroces de Mitrovica, le siège de Sarajevo, symbole des combats de rue et des snipers, qui a remplacé Beyrouth dans la représentation qu’on s’est faite en Europe de ces « guerres pour rien ». Or c’est un livre sur tout les Balkans, c’est annoncé, il n'y a pas tromperie sur la marchandise, mais heureusement, malgré le titre, la violence a rarement été aussi forte que dans la dislocation de la Yougoslavie. Encore que…

13Il y a une petite blague qui court au Liban ; on demande à un étranger : prétendez avoir compris le Liban ? Si oui, eh bien c’est qu’on vous l’a fort mal expliqué.

14Ce n’est pas le cas avec le livre de M. Sivignon : il explique fort bien, pédagogiquement, dans un style clair ; mais le problème est tellement compliqué, en raison de ses multiples interactions et de l’imbroglio des enjeux, qu’on navigue constamment entre l’impression d’avoir tout compris et l’impression d’un tel palimpseste qu’on est obligé de revenir en arrière à maintes reprises (heureusement l’auteur le fait souvent pour nous !) en se disant : est-ce que j’ai vraiment compris ? Mais encore une fois, le plus remarquable – et le plus rare – c’est la conception du plan du livre, c’est la démarche qui devrait devenir un modèle pour tous les géographes saisis par la géopolitique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Chamussy, « Sivignon M., 2009, Les Balkans. Une géopolitique de la violence. Belin, Paris 2009, 208 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23143

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page