Navigation – Plan du site
2010
Un lieu précis, un temps limité, une tranche de vie

Les figures du pouvoir à Harbin pendant la « Guerre de quinze ans » (1931-1945)

Sabine Breuillard

Dédicace

Ce texte est dédié à la mémoire de Michel Heller, historien de la Russie et de l'URSS, mort en 1997.

Texte intégral

- Encore Kharbine ! […] - Quelle ville ! […]
- Quelle ville, dites-vous ?
- Mon Dieu, comment expliquer ! Le mystère, le brouillard, le silence hostile. Chaque passant
que l’on croise a l’air d’un fantôme, de son double. Il ne doit guère y avoir d’endroit où l’on
puisse plus aisément se fondre, disparaître comme une fumée, sans qu’on sache jamais, jamais
ce que vous êtes devenu.
Pierre Benoit, Le soleil de minuit

1 « La Guerre de quinze ans » : c’est ainsi que les historiens japonais désignent la période au cours de laquelle le Japon annexa toute la Mandchourie à partir de 1931, entra en guerre contre la Chine en 1937, puis contre les États-Unis en 1941, pour s’engager définitivement dans le conflit mondial jusqu’à la défaite en 1945. Cette période nettement délimitée et particulièrement dense justifie une approche sémiotique du pouvoir et nous invite à en analyser la redoutable complexité. Afin d’en dégager plusieurs rouages essentiels, nous focaliserons notre attention sur Harbin, et plus largement sur la Mandchourie de l’époque, où le Japon, la Chine, la Russie et les grandes puissances jouaient au jeu des quatre coins, déclinant les figures d’un ballet inédit selon un étrange principe de scissiparité.

  • 1  André Burguière, «L’anthropologie historique »,  La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff (dir.), p.  (...)
  • 2  Marc Augé, Pouvoir de vie, pouvoir de mort, Paris, Flammarion, 1977.

2En parlant du pouvoir qui n’est jamais « exactement là où il s’annonce », les anthropologues, en particulier ceux qui se consacrent à l’anthropologie historique, dégagent un principe d’opacité qui caractériserait toute réalité sociale « comme si chaque société avait besoin d’annuler sa transparence pour exister, de brouiller les pistes aussi bien pour elle-même que pour le monde extérieur »1. Ils distinguent par ailleurs les rapports de pouvoir2 qui relèvent de l’anthropologie, des rapports de force qui ressortissent quant à eux à l’histoire et à l’économie. Nous tenterons de montrer l’articulation de ces principes à Harbin au cours de cette période.   

Principe d’opacité et rapports de pouvoir

Le Dragon noir

Longue présence des Japonais en Mandchourie. Jeux et intrigues

3La victoire dans la Guerre russo-japonaise convainquit définitivement les Japonais de l’importance primordiale du renseignement pour accéder au rang de grande puissance. Nous évoquerons ici très brièvement la longue présence des Japonais en Mandchourie, leurs visées et  leurs intrigues en vue de la conquérir.

  • 3  Soit : Guandong en chinois, et Kantô (関東) en japonais, c’est-à-dire la « barrière de l’Est », orth (...)

4 Le traité de Portsmouth du 5 septembre 1905 avait accordé au Japon la moitié sud de Sakhaline, la reconnaissance de ses droits exclusifs sur la Corée, le contrôle des lignes de chemin de fer russes en Mandchourie du sud et le droit de récupérer la concession de la presqu’île du Liaotung (appelée aussi péninsule du Kwantung3) antérieurement accordée par la Chine à la Russie, ainsi que les deux ports y afférents : Port-Arthur et Dalian (Dairen). Autant d’acquisitions qui devaient asseoir la présence japonaise en Mandchourie. Mais, dans l’euphorie de la victoire, le peuple japonais, à qui on avait caché le coût réel de la guerre en argent et en vies, travaillé par une presse très active, s’estima lésé. Des émeutes nationalistes et militaristes éclatèrent dans le pays.

5Certes, la victoire avait fait du « pygmée » japonais un géant vers lequel tous les espoirs des pays asiatiques allaient désormais se tourner pour les aider à défier les puissances occidentales. Cependant, la médiocrité des concessions obtenues à Portsmouth accentuait son sentiment d’insécurité. En effet, la Russie, malgré sa défaite navale à Tsushima, n’avait-elle pas démontré à la face du monde qu’il était possible à une très grande flotte, même très éloignée de ses bases, de venir menacer le Japon ? La Société du Dragon Noir, société secrète déjà très puissante, appela alors à mener activement des activités d’espionnage en Chine sur la frontière sino-russe afin de mieux protéger les intérêts du Japon dans la région.

  • 4  «Dragon Noir »  soit « Kokuryû » en japonais,  « heilong » en chinois, « Amour » en mandchou.
  • 5  Okamoto, Shumpei, The Japanese oligarchy and the Russo-Japanese war, New York and London, 1970, p. (...)

6Créée par Uchida Ryôhei en février 1901 afin de promouvoir « la mission du Japon impérial » et de « contrôler l’expansion des puissances occidentales », la Société du Dragon Noir (Kokuryûkai), avec la Société du Noir Océan (Genyôsha) qui appelait quant à elle à l’annexion de la Corée, s’était glissée  dans les coulisses du pouvoir à Tôkyô, où elle étendait ses ramifications au sein de l’armée et de l’appareil d’État. La Société du Dragon Noir4prônait rien moins que la conquête de la Mandchourie. Dans son manifeste, elle déclarait que « le Japon avait le devoir urgent de combattre la Russie, puis de jeter les bases d’une grande entreprise continentale qui engloberait la Mandchourie, la Mongolie et la Sibérie en une seule région… » 5. Le Dragon Noir  avait joué un rôle certain dans la guerre russo-japonaise en fournissant des francs-tireurs pour combattre derrière les troupes russes. Dans les années dix et vingt, il avait été très actif en Mandchourie et plus largement en Chine, entrant en contact avec les différentes sociétés secrètes chinoises, dont on sait le rôle très important que celles-ci ont toujours joué dans les jeux complexes de la politique chinoise. C’est ainsi qu’en 1911, le Kokuryûkai avait soutenu la révolution chinoise de Sun Yatsen par une souscription de 200 000 yens. Et si une aile de cette société était pro-occidentale et pensait que l’intérêt du Japon était de coopérer avec une Chine unie, l’autre aile, ultra-nationaliste, estimait que la Mandchourie et les territoires du nord de la Chine devaient passer sous influence japonaise. Certains parlaient même d’une annexion pure et simple.

  • 6  Roger Faligot, Naisho, enquête au cœur des services secrets japonais, La Découverte, Paris, 1997, (...)

7Rien d’étonnant dès lors que cette société servît de couverture aux services secrets en Chine. Elle fut la « colonne vertébrale des services spéciaux japonais en Mandchourie et en Sibérie »6. Dans les années vingt, Le Dragon Noir était en bons termes avec certains Seigneurs de la guerre qui n’étaient pas opposés à collaborer avec les Japonais.

  • 7  Kahn B. Winston, Doihara Kenji and the North China autonomy mouvement, 1935-1936, Tempe, Center fo (...)

8Doihara Kenji en était membre. Il fut le maître-espion japonais le plus efficace que le Japon ait eu en Mandchourie. Il y joua un rôle-clé7. En 1922, on le voit en Sibérie auprès des Russes blancs. Dès les années vingt, il cherche à obtenir la coopération du principal Seigneur de la guerre  en Mandchourie, le maréchal Zhang Zuolin. Il finira par se débarrasser de lui. En effet, ce dernier, après avoir travaillé un temps pour le Japon, commençait à manifester quelques réticences… L’attentat qui coûta la vie à Zhang Zuolin en 1928 aurait été l’œuvre de Doihara Kenji. Celui-ci fut un temps à la tête du Tokumu kikan (les services spéciaux) de Harbin, puis de Moukden. Homme de l’ombre, il est l’instigateur de l’Incident du 18 septembre 1931. Des explosifs installés sur la voie ferrée par des ingénieurs militaires japonais firent dérailler le Transmandchourien en pleine nuit près de Moukden. Cet « Incident », bien plus grave que celui de 1928, appelé aussi le « Coup de Moukden », fut imputé aux Chinois. C’est ainsi que le Japon justifia l’invasion de la Mandchourie. Éminence grise, en 1934, Doihara Kenji œuvra à placer sur le trône du Mandchoukouo le dernier empereur mandchou, Pu Yi, qui fut une simple marionnette entre les mains des Japonais. La Mandchourie était sa passion. Son souhait le plus cher était de la voir un jour faire partie de l’empire japonais en Asie. La Société du Dragon Noir fut donc bien à travers lui mise au service des ambitions impériales du Japon.

Le Ba Gua et la dualité

  • 8  Contes de Mandchourie, choisis et traduits par Guillaume Olive, Paris, Neuf  « L’école des loisirs (...)
  • 9  Ce chenal au fil des ans se déplace, ce qui provoque régulièrement des incidents de frontière à pr (...)

9La Mandchourie, zone située aux confins de l’empire chinois et de la Russie, est depuis des temps immémoriaux une terre marquée par la dualité. Celle-ci est au cœur de la légende mandchoue du dragon noir et du dragon blanc8 qui semble illustrer l’histoire de la frontière entre les deux grands voisins, la Russie et la Chine qui fut négociée à Nerchinsk en 1689, puis, en raison de l’expansion territoriale de la Russie vers l’Est, définie par le traité d’Aïgoun en 1858 et de Pékin deux ans plus tard, et fixée sur le chenal9 du fleuve Amour, séparant ainsi nettement l’Asie blanche de l’Asie jaune.

10Harbin, à l’origine village de pêcheurs mandchous sur le Sungari, et dont le nom signifie « lieu où l’on fait sécher les filets », est placée dès sa construction sous le signe de la dualité. Nœud ferroviaire construit au cœur de la Mandchourie par les Russes sur une concession chinoise, elle était à la fois chinoise et russe, et donc partagée entre deux pouvoirs. Elle fut l’objet d’une lutte constante, soit pour maintenir un équilibre toujours déjà menacé, soit pour évincer l’autre définitivement. Car Harbin, en dépit de son architecture très russe qui l’apparente à une ville moyenne de Sibérie, a été le théâtre de revendications parfois violentes d’un nationalisme identitaire que la Chine, pour différentes raisons historiques, ne parvenait pas à faire prévaloir. En effet, face aux visées annexionnistes et colonialistes de ses deux grands voisins, –  le Japon et la Russie – elle avait fort à faire.

  • 10  En 1945, Harbin comptait près de 400 000 Chinois, elle en compte aujourd’hui plus de 5 millions.

11Mais, autre dualité, en raison des richesses de son sol, la Mandchourie éveilla aussi les appétits des Puissances, désireuses de s’approprier une part du gâteau. Si bien que, face à la dualité nationalisme/colonialisme, une autre dualité vint se greffer, celle du nationalisme chinois face à l’internationalisme des Puissances. Et de fait, dès 1907, Harbin, port fluvial, devient un « Treaty port » i.e. « port franc » au même titre qu’un certain nombre de ports francs en Chine, où l’identité chinoise peina à s’affirmer en dépit d’une forte immigration de populations chinoises10 venues du Shandong.

12Ainsi, la dualité d’origine Chine/Russie se dédouble très tôt, puisque d’autres prétendants à la prise du pouvoir se profilent : le Japon d’une part, les Puissances de l’autre. On obtient ainsi une figure à quatre côtés.

  • 11  Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Le Seuil, 1997, p. 260.

13À ce stade de notre enquête sur les rapports de pouvoir à Harbin au cours de ces années, il nous plaît d’évoquer l’image du Ba Gua (c’est-à-dire « huit côtés »), l’octogone où sont représentées en huit trigrammes de base les configurations des forces du Yin et du Yang du taoïsme, trigrammes que l’on retrouve en soixante-quatre compositions différentes dans Le Livre des Mutations (le Yi Jing)  qui est à la base de la cosmologie et de la philosophie chinoises. Dès le IIe siècle av. J.- C sous les Han, un deuxième octogone fut dégagé, proposant une disposition différente des trigrammes de base11. Ces octogones représentent la figure de la constante mutation de ces énergies qui conduit à chaque étape vers un équilibre nouveau.

14C’est ainsi qu’en appliquant cette grille de lecture, une première série de dédoublements  permet de dégager un premier octogone. Et, de même que, dans le Ba Gua, les quatre points cardinaux S/N, W/E se dédoublent en NW/NE, SW/SE, en ce qui concerne les convoitises que suscitait la Mandchourie,  nous obtenons le diagramme suivant : Chine/Russie d’une part, Japon/Puissances de l’autre ; puis, Chine nationaliste/ Chine communiste, Russes blancs / Russes soviétiques, Japon/Grande Asie, Europe/ USA.

15Une autre série de dédoublements et de redistributions fournit un deuxième octogone et permet d’affiner cette figuration schématique de la situation. Le deuxième Ba Gua dans la présentation taoïste du monde est la deuxième porte qui, à Longhushan, conduit au temple des maîtres célestes. La première porte représente le Ciel antérieur, la deuxième  le Ciel Postérieur. Le trigramme qian désigne la porte du ciel par où les nouvelles énergies entrent dans le monde, permettant de renouveler le temps.

16La grille de lecture qu’apporte le deuxième octogone, grâce aux nouvelles configurations qu’il propose, permet de dégager d’autres dualités, d’autres binômes tels que : résistance/collaboration, archaïsme/ modernité, État inexistant/ État autoritaire, construction-expansion de l’État/dé-légitimation de l’État.

  • 12  Période qu’on appelle au Japon : «  La Guerre des quinze ans », 1930-1945, 1930 marquant la date d (...)

17Ce double jeu d’oppositions binaires crée un espace de mutations, une multiplicité de lieux où tout peut se re-jouer. Dans la période qui nous occupe, ces oppositions s’articulent autour des dates charnières qui correspondent aux quatorze ans d’occupation japonaise en Mandchourie 12:

  • 1931 – 1937

  • 1937 – 1941

  • 1941 – 1945

18Le pilier est bien sûr 1937, date de l’entrée en guerre de la Chine contre le Japon. Dans notre grille de lecture, c’est le passage du Ciel antérieur au Ciel postérieur qui instaure un avant 1937 et un après 1937, 1945 n’en étant qu’une conséquence.

19Cette période, en effet, est un prisme où viennent se refléter beaucoup de –ismes : impérialisme, colonialisme, régionalisme, nationalisme, communisme, internationalisme, sans parler du fascisme et du nazisme. Ce prisme est fondamental, révélateur de toutes les contradictions qui traversaient alors les quatre parties en présence : la Chine, la Russie, le Japon et les autres puissances.

20On examinera comment ces énergies, en s’organisant en un jeu d’oppositions/recompositions, entrent dans le monde, permettant de renouveler le temps en apparence figé de l’occupation japonaise, et donc de faire avancer l’Histoire.

Rapports de forces

L'Etat du Mandchoukouo

  • 13  Il s’agit d’une unité de l’Armée Impériale Japonaise qui tient son nom de la Péninsule du Kwantung (...)

21 En théorie, le Japon impérial et l’armée du Kwantung13 avaient la haute main sur tout. Une Chine forte et unie aurait été une menace pour les intérêts japonais fortement touchés par la grande dépression de 1929. Encouragé par la désunion de la Chine, la politique de non-résistance de Chiang Kai-shek et la faible protestation des Puissances, le Japon avec l’armée du Kwantung, envahit la Mandchourie et l’occupe le 18 septembre 1931.  

  • 14  Les fameuses associations de voisinage les tonari gumi ( 隣組 ). Comme au Japon à la même époque, le (...)
  • 15  Rana Mitter, The Manchurian Myth. Nationalism, Resistance and Collaboration in Modern China, Berke (...)

22Les Japonais proclamèrent la création de l’Etat du Mandchoukouo en mars 1932. À peine installés, ils entreprirent l’organisation politique des territoires nouvellement soumis. Le nouvel État tente aussitôt de construire administrativement un État autoritaire. Il installe partout ses fonctionnaires, ses instances de surveillance (même à l’intérieur des maisons : chaque voisin surveille l’autre et le dénonce14), ses moyens de contrôle et de coercition. D’emblée, il n’hésite pas à recourir à des méthodes coercitives d’une rare violence. Ainsi dès la fin de septembre 1932, près de la ville industrielle de Fushun, 3000 Chinois, hommes, femmes et enfants, furent massacrés par des soldats japonais et neuf villages furent brûlés en représailles contre une attaque de 6000 rebelles chinois qui, traversant la région, avaient tué quatre Japonais au passage. La garnison de 600 soldats japonais ne les avait même pas poursuivis, elle s’était rabattue sur la population. Le motif de cette expédition punitive était que la population n’avait pas averti les Japonais de l’arrivée des rebelles15.

  • 16  « mandchoukouot/-e », adjectif adopté par les diplomates français à l’époque dans leur corresponda (...)
  • 17  Michel Heller, La Machine et les rouages. La Formation de l’homme soviétique, Paris, Calmann-Lévy, (...)

23Pourtant, le rêve ou plus exactement l’idéologie du Japon Impérial était de construire en Mandchourie, terre à la population multiethnique, un grand État (le modèle de l’Union soviétique était là) où chacune des cinq ethnies jaunes (Chinois, Mandchous, Mongols, Coréens et Japonais) vivraient en paix. Celles-ci travailleraient de concert et sans heurts à la gloire du Grand Nippon. Le Japon tenta alors de pénétrer et d’unifier le tissu social de Harbin en créant des institutions spécifiques : par exemple, à partir de 1938, la Kyôwakai ( 協和会 ) ou société Concordia,qui devait organiser l’entente entre les différentes ethnies. Sur le plan administratif, la structure de l’État mandchoukouot16 s’apparentait à celle du PC soviétique. La ressemblance était frappante : un réseau de réseaux, organigrammes presque identiques, courroies de transmission, en un mot : « La Machine et les rouages »17. Une efficacité redoutable.

24En fait, les Japonais asservirent le peuple chinois, obligeant les ouvriers à travailler dans des conditions extrêmement dures. Ils confisquèrent aux paysans chinois leurs terres pour les redistribuer à des colons japonais invités à venir en masse coloniser la Mandchourie, en particulier à la frontière sino-russe afin de mieux assurer leur hégémonie et leur présence dans la région.

25Ils exigèrent une collaboration toute particulière des Mongols et des Coréens en échange de quelques promesses. Les Coréens étaient pour la plupart affectés à des tâches de police, quant aux Coréennes, un grand nombre d’entre elles connurent le triste sort des « femmes de réconfort ».

Les Russes blancs

  • 18  Cf. notre article, Le général Kislitsin, directeur du BREM à Harbin, Du monarchisme russe et de l’ (...)
  • 19  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58. Lettre de L. Reynaud, Consul de France (...)

26Quant aux minorités non jaunes, les Japonais cherchèrent à les soumettre aussi. En particulier les Russes blancs, qui fin 1931 avaient dans l’ensemble très bien accueilli, et même « salué avec un enthousiasme assez choquant du reste » l’entrée des troupes japonaises,  comme le rappelle en 1935 Louis Reynaud, Consul de France à Harbin. En effet, les émigrés russes avaient pensé alors que le Japon les aiderait à réaliser leur vieux rêve de reconquérir leur Russie  perdue. Les Japonais abondèrent dans leur sens, en promettant à ces apatrides le bien-être et la liberté de développer leur culture russe, tout en exigeant en contre-partie une collaboration sans faille. Ils les invitaient en particulier à s’associer, eux aussi, à la société « Concordia ». Mais afin de mieux contrôler la population des émigrés, qui jusque là n’avait pas été fichée, les Japonais créèrent en 1934 une instance administrative spécifique pour les Russes : le BREM ou Bureau des Émigrants Russes du Mandchoukouo, où chacun dut venir s’inscrire. Les Japonais mirent à la tête du BREM des généraux blancs à leur dévotion et des membres du parti fasciste russe qui travaillaient en collaboration étroite avec la gendarmerie japonaise, la Kempeitai18.Les émigrés russes déchantèrent donc assez vite et avaient « après une expérience des trois années d’occupation, modifié peu à peu leurs sentiments à l’égard des véritables maîtres du pays19 ».

  • 20  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, « Bulletin publié par le Bureau de pres (...)

27En agissant ainsi, les Japonais, fait observer Reynaud dans la même dépêche, commettaient une erreur de psychologie à l’égard des émigrés qui tournèrent de plus en plus leurs yeux vers l’Amérique. Et de fait, dans un rapport démographique du 31 décembre 1934, les Japonais enregistraient une baisse significative des nationalités autres que mandchoues (c’est-à-dire chinoises) et notaient d’une manière laconique : « La diminution constante en Mandchoukouo proprement dit est due principalement à l’exode des Russes blancs.»20

28En effet, les relations entre les deux éléments, Japonais et émigrés, reposaient sur un malentendu et une incompréhension. La méfiance était réciproque et à tous les niveaux. « L’émigration, déclarait le major Hara, attaché à l’état-major de la gendarmerie japonaise, nous craint et n’a pas confiance en nous ; nous la craignons aussi et n’avons pas confiance en elle. Nous ne pouvons pas travailler avec des gens qui ne sont pas contents de ce que nous faisons ici, et qui cherchent à se rapprocher des Gouvernements dont la politique est opposée à la nôtre. Ceux des émigrés, avec lesquels nous travaillons ne répondent pas à nos espoirs, et des organisations comme l’Union générale des anciens militaires nous sont hostiles et s’orientent vers l’Amérique. »

29 Aussi, les Japonais préféraient-ils pour construire l’État mandchou s’appuyer sur les Chinois qui pourtant les détestaient, et invoquant une grave crise financière, donnaient de moins en moins de travail aux Russes qui leur étaient cependant globalement moins hostiles, réduisaient leur salaire au minimum ou ne les payaient pas. Ils « licenciaient sans merci les Russes qui travaillaient depuis des années dans les services publics comme la Municipalité, et le Département Foncier » ou ne « donnaient pas de travail aux entrepreneurs russes ». Les émigrés s’estimaient trompés. En outre, ils accusaient les Japonais de « compromettre sciemment l’émigration russe, en utilisant les services de personnes, qui n’ont jamais rien eu de commun avec la société des émigrés ». En particulier, ils reprochaient aux autorités japonaises d’avoir des relations avec le journal fasciste le « Nash put’/Наш путь » « qui salit tous les émigrés ».

  • 21  Tous les passages cités ici  sont tirés de la Lettre de Reynaud à Wilden, du 8 janvier 1935, n°14. (...)

30Cependant, ménageant l’avenir, « tenant compte de l’antipathie que les cercles de l’émigration nourrissaient à l’égard du régime soviétique », et comprenant tout le bénéfice politique que le Japon pourrait tirer de la sympathie ou de la collaboration de cette émigration, la presse japonaise n’en continua pas moins de la flatter et de lui « faire miroiter la perspective d’un accord meilleur21

  • 22  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, document joint à la lettre de Reynaud d (...)
  • 23  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, Lettre de L. Reynaud, Consul de France (...)

31Plus on s’approchait de la Seconde Guerre mondiale, plus les Japonais, estimant la guerre avec l’Union soviétique inévitable, courtisaient les différentes organisations militaires de l’émigration russe. Ainsi, dès le début de 1937, face à la concentration d’armements de la Russie soviétique en Extrême-Orient, « concentration formidable » selon un rapport de l’état-major général de l’armée du Kwantung,22 - effet de propagande ou pas, -  ils procèderont à la formation d’unités spéciales, composées exclusivement de sujets russes, réservant même chaque unité à une nationalité (légions ukrainienne, géorgienne, caucasienne etc.). Mais les émigrés ne se précipiteront pas.23 C’est tout juste si une compagnie put être rassemblée. L’instruction et l’entraînement se faisait sous la surveillance d’officiers japonais. En effet, malgré les fortes pressions auxquelles ils étaient soumis, les émigrés réussirent à manifester leur désir de rester indépendants et à maintenir cette attitude, comme les y incitait début janvier 1937, (soit six mois avant le début de la guerre sino-japonaise), le général Verjbitsky, président de l’Union des officiers russes à Harbin, dans une lettre  à son remplaçant le général Zouieff, que nous donnons in extenso à la fin de notre article. Cette lettre traduit bien l’esprit de résistance, mais aussi le désarroi des émigrés russes à qui en 1922 la Chine avait accordé l’hospitalité et qui se retrouvaient en fait otages du Mandchoukouo.

Les Juifs russes de Mandchourie

  • 24  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, «Les Races au Mandchoukouo », document (...)

32Les Japonais soumirent de la même manière les Juifs russes de Mandchourie, qu’ils rangeaient avec les Russes blancs : « Actuellement, écrivaient les Japonais dans un rapport de 1937  sur « Les Races au Mandchoukouo », « tous les anciens Russes ont perdu leur nationalité, et les Juifs Russes, semblent rentrer dans la qualification de Russes blancs24 ».

  • 25  C’est ainsi que les diplomates français désignaient le Transmandchourien ou CER (Chinese Eastern R (...)
  • 26  Mara Moustafine, Secrets and Spies, The Harbin Files, Sydney, Vintage, History/Memoir, 2002.

33Ce même rapport estimait à 60 000 le nombre de Russes blancs résidant en Mandchourie en 1937. Chiffre nettement en baisse, en dépit des allégations de bons traitements, tant à l’égard des Russes blancs que des Juifs russes : « Au Mandchoukouo, on leur accorde un bon traitement… ». Car, ce que ne disait pas le rapport, c’est que globalement, depuis 1931, la population émigrée avait diminué de moitié. En effet, en 1935, après la vente de l’Est chinois25 aux Japonais, près de 48 000 Russes, fuyant le chômage et le mal être, avaient regagné, pour leur malheur, l’URSS (où ils furent tous réprimés, fusillés ou déportés, comme « espion[s] japonais »26), et la communauté juive de Mandchourie était passée de 13 000 à 6 000.

34Quoi qu’il en soit, et quelles que fussent les motivations et les destinations des émigrés qui cherchèrent à quitter le Mandchoukouo, (Amérique, URSS ou d’autres villes de la Chine : Shanghaï, Tianjin) - les Japonais firent aux Juifs de Mandchourie le même type de promesses qu’aux Russes blancs, c’est-à-dire qu’ils leur permirent de pratiquer leur religion et de développer leur culture comme ils l’entendaient. En un mot, ils prirent en compte leur judéité. Le même rapport de 1937 notait d’ailleurs : « les Juifs pratiquent le judaïsme, sont très unis entre eux et se tiennent à l’écart des autres religions. »

  • 27  Higuchi Kiichiro (1888-1970), était un responsable important du renseignement. Il avait été attach (...)
  • 28  Cf. notre publication : « L’Affaire Kaspé revisitée », in Revue des études slaves, t. 73, fasc.2-3 (...)
  • 29  Archives du Quai d’Orsay, « Affaire Kaspé », Lettre de Reynaud, Consul de Harbin à M. P.E. Naggiar (...)
  • 30  Ya’akov Liberman,  My China :Jewish Life in the Orient, 1900-1950, Jerusalem, Gefen Publishing Hou (...)
  • 31 Evreïskaja Tribuna,  «  Pervyj s’ezd Evreïskix obshchin dal’nego Vostoka », 26-28 décembre 1937, p. (...)

35 Successivement, en 1937, puis en 1938 et 1939, voulant apporter leur solution aux principaux problèmes des communautés juives de la région, les Japonais réunirent un Grand congrès des Juifs d’Extrême-Orient. Le congrès de décembre 1937 se tint à Harbin, la « Jérusalem de l’Extrême-Orient », comme on l’appelait alors. Lors de la séance d’ouverture, dans son discours d’introduction, le général Higuchi27réaffirma que les « Nippons n’ayant pas de préjugés de race considéraient le peuple juif avec amitié et étaient prêts à travailler avec lui ». Le Dr. Kaufman dut répondre. Responsable de la communauté juive de Mandchourie, il avait eu le courage en décembre 1933, après  l’assassinat par des fascistes russes de Simon Kaspé28, un jeune pianiste juif russe, de mettre directement en cause l’incurie des autorités du Mandchoukouo. Il était tenu, ce jour-là, de manifester un minimum d’allégeance au pouvoir du Mandchoukouo qui montrait tant d’empressement à prendre en compte les intérêts culturels et identitaires des Juifs du Mandchoukouo. C’était pourtant ce même pouvoir ou plutôt « la bonté infinie de l’Empereur29 » soucieuse de se garder l’appui du parti fasciste russe, qui avait amnistié fin janvier de cette même année 1937 les assassins de S. Kaspé, au grand émoi de la communauté juive de Harbin. Le Dr. Kaufman, néanmoins, avec beaucoup de sang-froid bâtit son discours avec un tel art de la rhétorique, que finalement, en disant tout, il parvint à ne dire rien.30 Il remercia les Japonais pour leurs bonnes dispositions à l’égard des Juifs et termina son allocution par ces mots qui furent suivis d’un tonnerre d’applaudissements : « Nous croyons qu’un jour viendra où un drapeau flottera au-dessus de tous les peuples, ce sera le drapeau de l’humanité. Nous croyons que sur ce drapeau brilleront beaucoup d’étoiles et que sur ce drapeau étoilé, brillera vive et belle l’étoile du peuple juif ressuscité pour une vie meilleure et lumineuse .»31 Ce fut une véritable performance face à un interlocuteur qui, dans un souci de rapprochement,  trouvait des points de convergence entre les Juifs et les Japonais dans leur répugnance à s’assimiler.

36 En fait, si les Japonais montraient dans ces années tant de sollicitude à l’égard des Juifs, c’est qu’ils avaient élaboré un vaste projet qui devait résoudre la question juive à leur manière tout en  nourrissant leurs ambitions d’une grande Asie, riche et prospère.

37 Il convient de noter que le Japon, même s’il s’était révélé tout au cours de son histoire relativement xénophobe, au point de fermer le pays pendant près de deux siècles à l’étranger, n’était pas à proprement parler antisémite. En effet, certains Japonais se considéraient comme Juifs et échafaudaient toutes sortes de théories, qui posaient l’existence de liens préhistoriques entre les deux peuples, notamment une origine sumérienne commune, ou faisant de leur tengu, personnage mythique au long nez, un descendant de Juifs qui auraient migré en Chine et au Japon dans les temps anciens.

  • 32  Cf. Chantal Meyer-Plantureux, Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Édit (...)
  • 33  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, Jews in Japanese Mind, New York, The Free Press, 1995.
  • 34  David Kranzler, Japanese, Nazis and Jews : The Jewish Refugee Community of Shanghaï, 1938-1945, Ne (...)

38Il n’en demeure pas moins qu’à cette époque comme aujourd’hui, le Japon n’échappait pas au discours antisémite. S’inscrivant dans la déferlante de l’antisémitisme européen, au début de la Seconde Guerre mondiale, l’antisémitisme au Japon était une pièce de la rhétorique ultra-nationaliste japonaise. Le Japon devait non seulement porter secours à l’Asie, mais aussi sauver l’humanité des Juifs. Les journaux y faisaient largement écho, sans que l’État n’intervienne, tandis que le Mainichi  se faisait le promoteur enthousiaste de l’idéologie nazie. Et Le Marchand de Venise était depuis 1885, comme en France 32, la pièce de Shakespeare la plus fréquemment montée au Japon33. Cependant, ce discours antisémite, accompagné de force caricatures, participait de la propagande de guerre anti-américano-anglo-juive. Cette propagande, les Japonais la maintinrent pendant toute la durée de la guerre à l’intérieur du Japon, notamment à travers la revue antisémite Jewish studies qui était reliée directement au ministère des Affaires étrangères (Gaimushô), et indépendamment ou plutôt parallèlement à la politique de protection qu’ils eurent à l’égard des réfugiés juifs d’Europe centrale du ghetto de Shanghaï qui furent leurs otages.34En effet, sans aller jusqu’à mener une politique pro-juive à proprement parler, les Japonais se proposaient de  faire servir les Juifs à la cause du Grand Nippon.

39 En réalité, très pragmatiques, les Japonais manquant de capitaux pour leur grand projet d’expansion en Asie (la fameuse « Aire de co-prospérité asiatique ») ­firent quelques avances en direction des Juifs, dont ils espéraient qu’en les aidant ponctuellement, ceux-ci intercèderaient en leur faveur auprès des détenteurs du grand capital international, en particulier les États-Unis avec lesquels en 1937 ils n’étaient pas encore entrés en guerre.

  • 35 Op. cit. note 23.

40Dans un premier temps, se démarquant de l’Allemagne, le Japon étendit aux Juifs le principe de l’égalité des races, principe qui en théorie présidait à la création du Mandchoukouo. Puis, dès 1937, et très nettement dans le rapport déjà cité sur « Les Races au Mandchoukouo », les Japonais se lancèrent dans une véritable entreprise de séduction à l’égard des Juifs. Quelques phrases tirées de ce rapport montrent bien toute l’ambiguïté de leur relation. N’échappant pas à la rhétorique de l’époque, ils mettent d’abord l’accent sur le côté cosmopolite : « Les Juifs sont répartis dans le monde entier et sont considérés comme un peuple sans nationalité. Ils ont produit des sujets brillants dans le monde politique, scientifique et financier ». Ce cosmopolitisme est donc aussi la caractéristique des Juifs de Mandchoukouo qui ont en outre la qualité d’être riches : « Pratiquement, ils monopolisent le commerce des fourrures et des pelleteries dans le pays, et ont des correspondants à Shanghaï, à Tianjin, en Amérique et en Europe. Ils disposent de vastes ressources financières et les Juifs de Harbin sont les gens les plus riches de la population . » Aussi les Japonais, en quête de capitaux, se réjouissent-ils de les avoir au Mandchoukouo : « Le Mandchoukouo compte déjà comme un maillon de la chaîne capitaliste juive, qui s’étend dans le monde entier. »  Et finalement, les Japonais se montrent prêts à leur pardonner quelques péchés véniels qu’ils ne passeraient en principe à aucun citoyen du Mandchoukouo : « Beaucoup d’entre eux ont pu être impliqués dans des intrigues notoires, dans des affaires d’espionnage et dans des attentats terroristes. Mais au Mandchoukouo on ne leur fait pas de mal et ils semblent y vivre très bien.35 »

  • 36  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, op. cit.p. 111.

41Cette attitude à l’égard des Juifs du Mandchoukouo, de Chine et du Japon fut définie officiellement le 6 décembre 1938, (donc après la Nuit de Cristal du 10 novembre 1938), par la conférence des Cinq ministères (Goshô kaishi) qui en formula les principales lignes. D’une part, on devait bien les traiter et leur appliquer les mêmes règles d’immigration qu’à n’importe quel étranger, d’autre part, sans spécialement attirer les Juifs, on devait faire exception pour les hommes d’affaires et les techniciens qui pouvaient être utiles pour le Japon36.

  • 37  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, op.cit.  p. 112.

42Ces mesures visaient aussi à résoudre le problème des 20 000 Juifs d’Europe Centrale qui, après avoir traversé l’Union soviétique en mars 1938, cherchaient refuge au Mandchoukouo. Le général Higuchi Kiichiro, qui était à la tête de la Mission Militaire Japonaise de Harbin entre août 1937 et juillet 1938, décida d’accepter les réfugiés juifs au Mandchoukouo, en dépit des protestations de l’ambassadeur d’Allemagne37. Ce fut l’une des raisons du Grand Congrès des Juifs d’Extrême-Orient  de décembre 1937 et de ceux qui suivirent.

43D’autres réfugiés, transitant par le port de Kôbe au Japon, purent rejoindre le ghetto de Shanghaï qui, juste avant Pearl Harbor en décembre 1941, abritait 18 000 réfugiés.

  • 38  Marvin Tokayer and Mary Swartz,  The Fugu Plan, Paddington Press LTD, New York & London, 1979.

44En fait, dès 1934, il y avait bien eu un « Projet de faire venir 50 000 Juifs allemands au Mandchoukouo » pour mettre en valeur le nouvel Etat. Ce plan avait été élaboré par des responsables du Sud-Mandchourien. Il avait été envoyé au ministère des Affaires étrangères et même discuté dans la presse. Le Mandchoukouo avait besoin du savoir-faire des Juifs, de leur créativité et de leurs capitaux. C’était le fameux  Fugu Plan,38 ainsi nommé d’après le poisson-globe qui n’est comestible que si on lui a retiré son poison mortel… Cette dénomination traduisait l’idée qu’en offrant l’hospitalité en Mandchourie à des Juifs, en les surveillant étroitement, les Japonais les rendraient inoffensifs, déjoueraient tous leurs « complots », tout en bénéficiant de leurs talents. Si ce plan réussissait, cela mettrait fin à l’hémorragie des Juifs (et partant de leurs capitaux) qui fuyaient la Mandchourie qui fut autrefois un « Paradis » pour les Juifs qui y avaient fui les pogromes tsaristes.

  • 39 Ibid. p. 58.

45Mais ce plan de colonie juive à l’intérieur du Mandchoukouo échoua à la fois du fait des Japonais et des Juifs eux-mêmes. Si certains Japonais estimaient que « [qu’ils fussent] dangereux ou pas, ils avaient besoin des Juifs », d’autres craignaient qu’en autorisant un État juif à l’intérieur du Mandchoukouo, il ne serve de tremplin à la Russie juive pour prendre en main le Mandchoukouo et la Chine.39

46Et quoique ce plan ait été approuvé par un certain nombre de leaders juifs, le président du congrès juif américain, Rabbi Stephen Wise, y opposa un veto absolu. En 1939, farouchement opposé aux Japonais et indigné par leur conduite  dans les autres territoires, il condamna tout Juif qui les soutiendrait. En 1940, il renouvela son refus, alors que les Japonais faisaient pression à nouveau, espérant par un tel plan amener Roosevelt à la table des négociations. Mais les Japonais venaient de signer le pacte militaire tripartite de novembre 1940 avec l’Allemagne et l’Italie qui provoqua la colère des Juifs.  

47 Si, tactiquement, en termes de vies sauvées, la décision de Wise peut apparaître comme une erreur, stratégiquement parlant, il sauva la dignité de la communauté juive.

48Jusqu’en 1945, les Japonais tentèrent de négocier l’attitude de protection qu’ils avaient eue à l’égard des Juifs en Chine et au Japon pour amener les États-Unis à réviser leur position sur une reddition sans conditions.

  • 40 The Fugu Plan, op.cit., p.69.
  • 41  Jacques Sapir, La Mandchourie oubliée, grandeur et démesure de l’art de la guerre soviétique, Mona (...)

49Certes, en 1939, le moment était favorable. Ce projet de peuplement juif au Mandchoukouo varia beaucoup. On envisagea un peuplement qui oscilla de 18 000 à 900 000, voire même un million avec toutes les infrastructures nécessaires (écoles, synagogues, hôpitaux, zones industrielles et agricoles40). À l’époque, le Japon, malgré un Haut Commandement pro-nazi, était prêt à cette immigration juive en Mandchourie, d’autant que ses relations avec l’Allemagne s’étaient tendues du fait que celle-ci, en signant le pacte de non-agression avec l’URSS, n’avait pas respecté le pacte anti-Komintern de 1936. Or en 1939, après un premier incident à la fin de juillet 1938 à l’ouest du lac Khasan à la frontière du Mandchoukouo et de la Corée (où tactiquement l’armée japonaise avait remporté contre les Russes un succès), le Japon, à la frontière  du Mandchoukouo et de la Mongolie, à Nomonhan sur la Halha (ou Khalkhyn Gol), était à nouveau aux prises avec les Soviétiques, avec une armée cette fois cinq fois supérieure à la sienne41.

Images de la Pax Japonica

  • 42  Nous ne mettons pas sur le même plan le travail héroïque, discret et totalement désintéressé de Su (...)
  • 43  Yamamoto, Taketoshi, Tokumu kikan no bôryaku : chô hô to ipu âru sakusen, 1998 ; Nishihara, Ikuo, (...)
  • 44  Gendarmerie de l’Armée Impériale de 1881 à 1945, la Kempeitai, était en fait une « police secrète (...)

50En dépit de cette « transaction » de vies humaines en échange de capitaux42, en dépit de toutes ces intrigues de chancellerie où le Japon cherchait à conclure la Guerre, la force brute à l’époque est bien du côté japonais. Elle s’articule en différentes forces armées, à commencer par la redoutable armée du Kwantung. Créée en 1919 par le ministère de la Guerre à Tôkyô pour défendre les intérêts du Japon en Mandchourie. Elle n’avait été longtemps qu’une simple division, mais elle jouait maintenant un rôle décisif dans les affaires du Japon dans la région. À côté d’elle, différentes polices aux effectifs considérables régnaient et se superposaient : les polices militaires, les polices secrètes, le Tokumu kikan43(les services spéciaux), la Kempeitai 44de sinistre réputation, qui en matière de barbarie n’avait rien à envier au NKVD ou à la Gestapo. Aux commandes de cette nouvelle colonie, les Japonais mettent en place tout un appareil répressif. Ils multiplient le nombre de fonctionnaires.Les grands trusts industriels civils et militaires, zaibatsu et gunbatsu, s’installent et se lancent à la conquête économique de la Mandchourie, puis de la Chine. Les Japonais noyautent le pays qu’ils tiennent entre les mailles serrées d’un filet à tous les niveaux économique, agricole, industriel, militaire, éducation, religion.

  • 45  A Pin Fang, aujourd’hui transformé en musée, que nous avons visité  le 15 août 2001, date annivers (...)
  • 46  Cf. la nombreuse littérature  qui traite sérieusement le sujet, en particulier : Sheldon H. Harris (...)

51Partout où ils s’installent, ils annexent des bâtiments. Transforment Changchun en capitale du Mandchoukouo : Xinjing, i.e « La Nouvelle Capitale », où sont regroupés tous les ministères. Ils mettent au pas les journaux. En ferment un certain nombre. Ils font régner la peur ; font à l’occasion alliance avec les bandits mandchous, les fameux Honghuzi ; avec le parti fasciste russe ; créent l’unité 731. Cette usine de la mort de funeste mémoire, placée sous la responsabilité de l’armée du Kwantung, située à trente-cinq kilomètres de Harbin45, était un centre de recherches pour la guerre bactériologique où les Japonais procédaient  à des expériences effroyables sur des cobayes humains, à toutes sortes de vivisections46.

  • 47  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, 48, correspondance de Harbin, 1941. J. Leurquin, consul (...)
  • 48  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, 48, correspondance de Harbin, 1941. J. Leurquin, consul (...)

52La symbolique du pouvoir à Harbin s’inscrit à la fois dans les drapeaux, les cérémonies, les bâtiments, le chûreitô  : monument aux Japonais tombés lors des combats du lac Khasan et de Nomanhan. Deux ans après, en 1941, on continuait de transporter deux fois par mois les restes dans des urnes. Ce transfert des cendres, en nombre limité, donne lieu à chaque fois à une cérémonie patriotique, auxquels les écoliers des écoles sont conviés, et que les autorités jugent bon de répéter régulièrement en faveur de l’Armée et de l’Empire47. Ils construisent un temple shintô sur la place, en face de la cathédrale Saint Nicolas. Demandent à ce qu’une statue à Amaterasu, la divinité suprême du Japon, déesse du soleil, dont selon la mythologie nationale « descend » la famille impériale japonaise, soit placée dans cette église. En avril 1941, dans cette même cathédrale, a lieu une cérémonie sans précédent : la consécration d’un évêque japonais, le Rd. Ono,48 chargé de surveiller l’Eglise orthodoxe de Harbin jugée trop proche de Moscou. Des défilés obligatoires sont organisés, de même que la visite de l’empereur Pu Yi, que nul n’est autorisé à regarder et à qui, donc, tout le monde tourne le dos sur son passage, le portrait de Pu Yi est accroché dans les classes. Les Japonais annexent le temple de Confucius que les Chinois de Harbin avaient eu tant de mal à imposer face aux églises à bulbes orthodoxes. Ils veulent en faire un symbole de l’identité culturelle est-asiatique. Ainsi un nationalisme culturel  en chasse un autre.

Les Chinois

  • 49  Les passages qui suivent  s’inspirent du séminaire sur la construction du politique en Chine, cond (...)

53En Chine, face à cet État autoritaire, face à l’occupation japonaise, le paramètre fondamental qui empêchait d’opposer un pouvoir et des forces unies est la non-construction de l’État49. À cette époque, la Chine était divisée entre diverses forces qui cherchaient à s’arroger le pouvoir et à l’imposer sans y parvenir.

  • 50  Praesenjit Duara, Sovereignty and Authenticity, Manchukuo and the East Asian modern, Lanham, Bould (...)

54Il y avait d’une part le gouvernement de Nankin, mais le Nord-Est de la Chine refusait de reconnaître sa légitimité. Le Guomindang, le parti nationaliste de Chiang Kai-shek, était en effet divisé en factions. Avant 1933-1935, le Nord lui échappait. Après cette date, comme la situation était trop grave, les notables, c’est-à-dire les élites locales mandchoues, devant la menace japonaise, décident de passer outre leurs réticences et de renforcer leurs liens avec Nankin50. En effet, face à l’attaque japonaise, la guerre donna au gouvernement de Nankin une certaine légitimité. Toutefois, le Guomindang, ne sut pas utiliser cette dynamique patriotique pour renforcer sa légitimité. En 1937, après l’invasion de la Chine par les armées japonaises, Chongqing (Sichuan), où s’est replié Chiang Kai-shek, déclare la guerre au Japon, et transforme ainsi un conflit régional Mandchourie/Japon en conflit international.

55L’autre camp est celui de Mao et des communistes chinois. On a ainsi pendant la guerre trois Chine : 1) - une Chine occupée, 2) - une Chine libre, 3) - une Chine rouge. Mais les frontières entre elles sont floues, labiles, mobiles.

  • 51  Balakshin, Final v Kitae, t. 2, p. 62-65.

56En 1936, concernant l’occupation japonaise, Mao n’a pas de préjugés. Il ne raisonne pas en termes d’État. Il n’est pas un nationaliste, mais un révolutionnaire. Ce qu’il recherche avant tout, c’est la politisation de la société chinoise. Il veut établir un maillage très dense de la société. Son but est d’implanter le communisme dans les campagnes et d’activer le corps social en vue de la révolution. Il cherche à mettre en branle aussi bien la Chine jaune des paysans que la Chine bleue des marchands. Il conçoit le politique comme un espace de conflits et  non de régulation comme le font les Japonais avec leur recherche de l’harmonie à tout prix (le fameux WA (和) où chacun sacrifie ses propres aspirations au bien commun). « Activer les luttes », c’était son slogan en 1927. À cette époque, Mao ne se posait pas le problème du pouvoir. Il lui fallait avant tout « activer les masses ». L’occupation japonaise lui en fournit l’occasion.51

Le Komintern

57On comprend mieux, dans ces circonstances, le rôle d’épouvantail que pouvait jouer le Komintern pour les Japonais. Face à une Chine divisée et infiltrée par le Komintern, les Japonais entendaient représenter l’ordre. C’est ainsi qu’ils justifiaient leur invasion de la Mandchourie. C’était leur slogan. Cela devait l’être tellement à l’époque que le dessinateur belge Hergé le reprend à l’époque dans son album Le Lotus Bleu, qui présente en bandes dessinées un tableau de la Chine des années trente et où l’on peut lire :  « Le Japon doit se souvenir qu’il est le gardien de l’ordre et de la civilisation en Extrême-Orient. Gloire à nos héroïques soldats qui vont partir défendre cette noble cause. »

  • 52 P.P. Shishkin,  «  Bol’shevizm v Kitae », chast’ 1. Obzor deiatel’nosti severo-mandzhurskoi kompart (...)

58Le 25 novembre 1936, le Japon, l’Allemagne et l’Italie signent le pacte anti-Komintern. Le Japon a toutes les raisons de le signer. Le Komintern sévit en Chine depuis les années vingt tant à Shanghai qu’à Canton et en Mandchourie, comme en témoigne le livre de P.P. Shishkin, publié à Shanghai en 1930, intitulé : Le Bolchevisme en Chine52, où il montre que la pénétration du Komintern se faisait aussi par le Transmandchourien.

59En fait, on ne comprend rien au mouvement communiste chinois si on le coupe de son contexte soviétique. Ce mouvement hérite de deux modèles : un modèle dynamique (la révolution de 1917) et un modèle plus statique de construction de l’État (le modèle stalinien). Il est inséparable du mouvement de modernisation de l’État en Chine et de la volonté de créer une Chine unie. C’est dans cette optique que Mao inscrit sa lutte contre les Japonais. Il sera à l’écoute de la Russie soviétique tant que celle-ci servira son projet. Les Japonais à Harbin avaient donc autant de raisons de se méfier  des Russes soviétiques  employés sur le Transmandchourien  que du consulat soviétique.

La collaboration

60Si l’on s’intéresse à la micro-histoire et que l’on analyse les rapports de forces  et l’architecture des pouvoirs à Harbin pendant l’occupation japonaise, on peut distinguer ce qui était structurel de ce qui était conjoncturel. Face à la quasi-inexistence de l’État chinois, que pouvaient faire les élites locales chinoises et mandchoues ? Tenues à l’écart des grandes décisions politiques (comme l’avaient été les élites locales de la Russie impériale) et traditionnellement repliées sur la sphère publique dans la gestion des affaires sociales, donc essentiellement apolitiques, quelles initiatives pouvaient-elles prendre ? Dans ce contexte, beaucoup de ces élites locales collaborèrent avec l’occupant qui envisageait dans son discours la création d’un état souverain : le Mandchoukouo. Ainsi, Bao, le maire de Harbin, appela dès 1932 les étudiants et la population à travailler pour le nouveau régime. Mais ces acteurs n’étaient pas des collaborateurs au sens courant du terme. De manière toute confucéenne, ils se contentaient d’assurer le maintien de la paix sociale et la gestion locale. Face à la violence de l’agression japonaise, que ce soit de la part des Chinois, des Russes blancs ou des Juifs russes, il y eut en effet un repositionnement. Chacun devait pour son salut participer à l’activité productive.

61Cela étant, la collaboration/coopération n’en demeurait pas moins un moyen d’exercer un contrôle, une surveillance de ce même pouvoir japonais. En gérant l’espace social, ils contrôlaient aussi la situation. C’est le problème de la collaboration : tout le monde pense exercer un co-/contre-pouvoir.

  • 53  Cf. notre article, Le général Kislitsin, directeur du BREM à Harbin, Du monarchisme russe et de l’ (...)

62Ces rapports de forces instauraient nécessairement le règne de la duplicité, qui était le fait aussi bien des étrangers que des Chinois. Parmi les Russes blancs, le meilleur exemple demeure Mikhail Matkovskij, le chef du troisième bureau du BREM, qui tenait le fichier des émigrés. Forte personnalité au rôle ambigu, il occupait une position de force à l’interface du pouvoir du Mandchoukouo et de la communauté des Russes blancs, et était aussi étroitement surveillé par les services secrets soviétiques.53

63Avant 1943, c’est-à-dire avant Stalingrad, les Russes blancs justifiaient idéologiquement leur collaboration avec l’une des puissances de l’Axe en pensant que le Japon sortirait vainqueur du conflit et les aiderait – du moins le promettait-il – à restaurer le pouvoir perdu dans une Russie reconquise. Après 1943 et même avant, dès juin 1941, c’est-à-dire dès l’invasion allemande de la Russie, un certain nombre d’entre eux se mirent à collaborer en secret avec la Russie soviétique. Pour eux, la Russie éternelle, fût-elle bolchevique, était en danger. Elle représentait en outre cet espoir d’un État qu’ils avaient perdu. En effet, beaucoup de jeunes Russes de Harbin aspireront en 1945 à rejoindre l’URSS, le pays du vainqueur.

Collaboration/résistance

64Ce binôme montre la vitalité de la société. De toute société. Rien n’est jamais figé. Le problème de la souveraineté de la Mandchourie était régulièrement posé en dépit de l’État autoritaire que les Japonais avaient instauré. Il y avait en apparence préemption du champ politique par la puissance occupante, asservissement et soumission, et sa confiscation au nom de l’État du Mandchoukouo, nouvel État d’une nation de cinq races aussi improbable que le mouton à cinq pattes.

65  En fait, les Japonais, en raison même de la violence étatique qu’ils avaient imposée, n’ont pas su constituer un capital symbolique et, en dépit de leurs efforts, échouèrent à offrir un visage de légitimité. Dès 1937, et même avant, il y eut un constant mouvement de dé-légitimation de cet État. La collaboration des élites locales chinoises et mandchoues, pourtant à un moment donné, désireuses de créer un État proprement mandchou, et celle des élites étrangères  se révéla vite une attitude conjoncturelle visant à préserver une certaine paix sociale.

Conclusion : la catalyse japonaise

  • 54  Rana Mitter, The Manchurian Myth. Nationalism, Resistance and Collaboration in Modern China, Berke (...)

66Ainsi, par ses initiatives, le Japon  a en fait stimulé les capacités de mobilisation de chacune des trois Chine (La Chine rouge, la Chine libre et la Chine occupée). Grâce à lui, la Chine s’est politisée. Dans ce pays à la civilisation millénaire et traditionnelle, c’était un événement historique. La Guerre, comme toute guerre, entraîna évolutions et mutations. Le Guomindang en profita pour avancer ses pions. Mao aussi. La société organique, de son côté, en se mobilisant, tout en feignant ou non de collaborer54, finit par absorber cet État du Mandchoukouo qui, en raison des circonstances, ne put aller jusqu’au bout de sa logique d’expansion. Le discours patriotique anti-japonais unit les élites paysannes chinoises. C’est ainsi qu’entre 1937 et 1945 on assista à une extraordinaire croissance des communistes chinois qui installa progressivement un nouveau rapport de forces. C’est en ce sens que l’on peut dire que la révolution chinoise ne fut pas une libération, mais la substitution d’une domination à une autre forme de domination.

67 Mais le discours anti-japonais finit aussi par unir les Russes blancs, qui tournèrent de plus en plus leurs regards vers la Russie soviétique. Celle-ci, sur le plan international, après sa campagne de Mandchourie en septembre 1945, vengea la défaite de 1905 et retrouva  une place dominante en Extrême-Orient en affaiblissant pour longtemps le Japon. Cette victoire russe sur le front Est, tout en remodelant les équilibres géostratégiques dans la région, confirma pour cinquante ans la Russie dans son rôle de grande puissance.

68 Et les Russes blancs de Mandchourie, même s’ils eurent à souffrir des purges, ils contribuèrent par le double jeu de nombre d’entre eux (collaboration/résistance) à la reconfiguration des rapports de force et donc de pouvoir dans la région. Instrumentalisés dans les deux cas, ils furent les otages de l’Histoire.

69Quant aux Juifs de Mandchourie, non moins otages du Japon et plus encore de l’Histoire, leur destin s’inscrivait plus largement dans le règlement de la question juive. Beaucoup d’entre eux émigrèrent aux États-Unis ou en Australie, ou rejoignirent la communauté juive de Shanghaï qu’ils durent quitter  au moment de la création de la Chine populaire en 1949. Par bateaux entiers, au terme d’un très long périple, et parfois d’un tour du monde, ils gagnèrent la Palestine où l’État d’Israël venait d’être fondé en 1948.

70Arrivés au terme de ce questionnement sur les rapports de forces à Harbin au cours de ces quinze années, où nous avons pu mettre en évidence la nature labile et complexe du pouvoir, on découvre que l’idée d’un Japon maître du jeu, source unique de pouvoir, doit être abandonnée au profit d’une autre représentation : le Japon, bientôt victime de la situation qu’il avait lui-même créée, fut un catalyseur plus qu’un acteur souverain. La catalyse japonaise est indiscutable en ce qui concerne la Chine ; elle ne l’est pas moins pour la Russie (qu’il s’agisse des Russes blancs ou des Russes soviétiques), pour les Juifs de Chine dans leur aspiration à la création d’Eretz-Israël, et aussi pour les Puissances, en particulier les États-Unis.

Haut de page

Annexe

Publication

Lettre du Général VERJBITSKY au Général ZOUEFF

Mon cher Aristarque Vassiliévitch,

Je vous adresse cette lettre avec l’espoir non qu’elle soit publiée même secrètement, mais que vous en communiquiez verbalement le contenu à ceux des membres de notre Société que vous jugerez possible de convaincre que les idées qui y sont exprimées sont non seulement les miennes, mais celles du Général DIETRICHS et de nos chefs d’Europe, avec lesquels ce dernier a échangé ses vues au sujet de la situation en Mandchourie.

A mon vif regret, j’ai appris que certains membres de notre Société s’étaient laissés séduire par les propositions du commandement japonais faites par l’intermédiaire du Général KISLITSIN pour s’enrôler dans les formations russes locales. J’ai la conviction sincère que ces membres agissent sous l’impulsion de sentiments patriotiques et croient que ces formations sont destinées à la lutte contre le bolchévisme pour la libération de la Russie.

À nous, chefs de l’émigration militaire, il appartient par tous les moyens de dissiper ce point de vue erroné, et je vous confie le soin, ainsi qu’à vos collaborateurs immédiats de procéder à ce travail difficile, lourd de responsabilités, et même dangereux. Il faut dissiper ce mirage séducteur. Faites ressortir aux membres de l’ancienne armée russe, et notamment aux officiers les difficultés de l’heure et le danger de s’enrôler volontairement dans des cadres actifs. Faites leur comprendre  qu’une telle action  est un manque de loyalisme à l’égard de la Chine, le principal facteur en Extrême-Orient. Une participation dans les affaires japonaises telle que la pratique l’émigration russe en Mandchourie, peut avoir de dures conséquences pour l’émigration russe. Celle-ci, ayant quitté sa patrie et trouvé asile dans des pays étrangers, notamment en Chine, doit avant tout être loyale envers le pays qui l’a recueillie.

Le Mandchoukouo est un gouvernement fictif et artificiel, créé à la suite de l’intervention armée du Japon en Mandchourie et que les Chinois méprisent. C’est un pays habité par une population chinoise, gouverné par des administrateurs japonais et gardé par des troupes japonaises. Inutile de souligner le mépris de la population pour les Japonais. Ce mépris est partagé aussi par les Russes, non seulement par ceux qui travaillent directement avec les Japonais, mais par tous ceux qui vivent en Mandchourie et en Chine. Il ne faut pas oublier que la politique peut changer et que l’influence chinoise en Mandchourie peut tôt ou tard se faire de nouveau sentir. La situation du Japon n’est pas telle qu’il puisse lutter contre l’URSS. Au contraire, les esprits au Japon sont en faveur d’une paix durable avec Moscou.

En ce qui concerne les détachements russes, il convient de souligner que leur nombre et leur composition ne constituent ni une menace pour l’armée rouge ni une aide pour l’armée japonaise. C’est une comédie, qui peut avoir de graves conséquences pour les Russes en Chine. Ces détachements ne seront pas envoyés contre les bolcheviks russes, mais contre les honghuzi et partisans, patriotes chinois, qui luttent contre les usurpateurs d’un territoire chinois, s’efforçant de détruire l’esprit national chinois. Appartient-il aux nationalistes russes, qui ont lutté pendant des années pour leur idée nationale, de détruire dans l’intérêt du Japonais les nationalistes chinois ? Que chacun y réfléchisse ! Je salue les victimes de la lutte contre les communistes, mais là où cette lutte est animée par les idées impérialistes et militaristes de quelques groupements japonais, il n’y a pas de place pour les nationalistes russes. Il ne faut pas songer que les Russes se battraient pour les Japonais contre les Chinois.

Souvenez-vous que la situation de l’émigration russe dans tous les pays est très difficile. En Extrême-Orient, elle est plus facile, et au nom des dirigeants de notre Société, j’exige que les officiers et militaires russes ne compliquent pas cette situation par des démarches inconsidérées, et ne se joignent pas à ceux qui criminellement ont déjà mis leur patriotisme au service des intérêts japonais, absolument étrangers à l’idée de la renaissance nationale de la Russie.

Je suis convaincu que vous saurez faire partager ces idées à tous et exécuter dans ce but le travail nécessaire.

Que Dieu vous garde !

[ Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, Lettre de L.Reynaud, Consul de France à Harbin à P.E. Naggiar, Ambassadeur de France de la République Française en Chine du 19 janvier 1937, n°19, « Le Japon et l’émigration russe », document joint. ]

Haut de page

Notes

1  André Burguière, «L’anthropologie historique »,  La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff (dir.), p. 143-144.

2  Marc Augé, Pouvoir de vie, pouvoir de mort, Paris, Flammarion, 1977.

3  Soit : Guandong en chinois, et Kantô (関東) en japonais, c’est-à-dire la « barrière de l’Est », orthographié Kouang-toung par les diplomates français de l’époque. Nous choisissons d’adopter la transcription anglaise « kwantung », plus proche de la russe : « kwantunskij ».  

4  «Dragon Noir »  soit « Kokuryû » en japonais,  « heilong » en chinois, « Amour » en mandchou.

5  Okamoto, Shumpei, The Japanese oligarchy and the Russo-Japanese war, New York and London, 1970, p. 61.

6  Roger Faligot, Naisho, enquête au cœur des services secrets japonais, La Découverte, Paris, 1997, p. 49 ; voir aussi : Richard Deacon, History of the Japanese secret service, London, 1982.

7  Kahn B. Winston, Doihara Kenji and the North China autonomy mouvement, 1935-1936, Tempe, Center for Asian Studies, Arizona State University, 1973.

8  Contes de Mandchourie, choisis et traduits par Guillaume Olive, Paris, Neuf  « L’école des loisirs », 2003 ; cf. :  Le fleuve du dragon noir, p. 61-73 : «Autrefois, le fleuve du dragon noir ne s’appelait pas ainsi, il s’appelait le fleuve du dragon blanc ; en effet, un dragon blanc l’habitait, maléfique et destructeur. Sans cesse, il déclenchait de terribles inondations… » 

9  Ce chenal au fil des ans se déplace, ce qui provoque régulièrement des incidents de frontière à propos des îles sur le fleuve. Dit de « Pojarkov », il passe au sud des îles dont beaucoup portent un nom russe et sont mises depuis longtemps à la disposition des Russes. En juin 1937, les Japonais narguent les Soviétiques créant des  incidents, auxquels répliquent les tirs d’une canonnière soviétique. Il faut savoir que les Chinois ont toujours demandé la révision de ces traités qu’ils jugent inégaux. Les 2444 îles avaient été alors partagées entre la Russie et la Chine. Ce secteur frontalier est toujours source de conflits et promis à révision.  Tout récemment encore, le Gouvernement russe a cédé officiellement l’une de ces îles à la Chine. Des arrangements sont en cours et prévoient une utilisation économique conjointe de ces îles.   

10  En 1945, Harbin comptait près de 400 000 Chinois, elle en compte aujourd’hui plus de 5 millions.

11  Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Le Seuil, 1997, p. 260.

12  Période qu’on appelle au Japon : «  La Guerre des quinze ans », 1930-1945, 1930 marquant la date des premières interventions coloniales du Japon.

13  Il s’agit d’une unité de l’Armée Impériale Japonaise qui tient son nom de la Péninsule du Kwantung (dit aussi Liaotung) où elle était basée. À l’origine, elle avait été installée en 1906 pour défendre le territoire à bail du Guandong  et la concession ferroviaire du Mantetsu, (le Sud-Mandchourien ou SMR : South Manchurian Railway), que les Russes avaient dû abandonner aux Japonais après la défaite de Tsushima. De 10 000 hommes en 1919, elle passe à 700 000 en 1941. Son quartier général était à Xinjing (Changchun). C’était l’armée la plus importante et la plus prestigieuse de l’Armée Impériale Japonaise. Réputée et redoutée pour son arrogance, son esprit d’indépendance et d’initiative, elle se conformait à une tradition militaire japonaise qui accordait aux soldats sur le terrain des pouvoirs quasi discrétionnaires. Le Haut Commandement Japonais la contrôlait néanmoins étroitement, sans y parvenir toujours. Tôjo Hideki, le futur ministre de la Guerre, fut un temps à sa tête. En 1945, devant l’arrivée des troupes soviétiques, elle avait mis au point une ligne de défense, mais Hirohito, l’empereur du Japon, leur ordonna de se rendre. Ils constituèrent le plus gros des prisonniers de guerre japonais, les POW, qui se retrouvèrent dans les camps soviétiques.

14  Les fameuses associations de voisinage les tonari gumi ( 隣組 ). Comme au Japon à la même époque, les occupants japonais mettent au point un contrôle généralisé de la société, une véritable « police de la pensée ».  Cf. Roger Faligot, op. cit. p. 72.

15  Rana Mitter, The Manchurian Myth. Nationalism, Resistance and Collaboration in Modern China, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 2000, p. 112-115.

16  « mandchoukouot/-e », adjectif adopté par les diplomates français à l’époque dans leur correspondance avec le Quai d’Orsay. On pourrait penser aussi à « mandchoukouoien » à partir de l’adjectif anglais : « manchukuoan »… pour le distinguer de « mandchourien » dérivé de « Mandchourie ».

17  Michel Heller, La Machine et les rouages. La Formation de l’homme soviétique, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

18  Cf. notre article, Le général Kislitsin, directeur du BREM à Harbin, Du monarchisme russe et de l’esprit du Bushido, Ebisu, revue de la mfj,Tôkyô,  n°20, (1999), : 109-149, paru également en anglais dans The South American Quarterly, 99, 1, Winter 2000, n° spécial, « Harbin and Manchuria : Place, Space, and Identity ».

19  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58. Lettre de L. Reynaud, Consul de France à Harbin à M. Wilden, Ministre plénipotentiaire de la République Française en Chine, 8 janvier 1935, n°14, « le Japon et l’émigration russe ».

20  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, « Bulletin publié par le Bureau de presse et propagande du ministère des Affaires étrangères de Xinjing sur la population du Mandchoukouo . »

21  Tous les passages cités ici  sont tirés de la Lettre de Reynaud à Wilden, du 8 janvier 1935, n°14. Cf. : note 18.

22  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, document joint à la lettre de Reynaud du 14 janvier 1937, n°14 :  « Les armements formidables de la Russie soviétique. L’armée du Kwantung doit être prête à assurer la paix et l’ordre en Extrême-Orient contre les infiltrations de l’idéologie communiste . »

23  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, Lettre de L. Reynaud, Consul de France à Harbin à P.E. Naggiar, Ambassadeur de France de la République Française en Chine du 14 janvier 1937, n°15, « Formation d’unités russes ».

24  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, Consulat, n°58, «Les Races au Mandchoukouo », document joint à la dépêche n°55 du Consul de France à Harbin, L. Reynaud, du 4 mars 1937.

25  C’est ainsi que les diplomates français désignaient le Transmandchourien ou CER (Chinese Eastern Railway) ou КВжд : Китайская Восточная железная дорога.

26  Mara Moustafine, Secrets and Spies, The Harbin Files, Sydney, Vintage, History/Memoir, 2002.

27  Higuchi Kiichiro (1888-1970), était un responsable important du renseignement. Il avait été attaché militaire en Pologne en 1925-1928. Fin 1938, il deviendra chef du 2ème Bureau de l’État-major jusqu’à octobre 1939.

28  Cf. notre publication : « L’Affaire Kaspé revisitée », in Revue des études slaves, t. 73, fasc.2-3, « Harbin, Histoire, mémoire et différence », p. 337 à 373, Paris, 2001. Traduite en hébreu, en anglais et en russe par le Bulletin d’Igud Yotzei Sin, en 2004,.

29  Archives du Quai d’Orsay, « Affaire Kaspé », Lettre de Reynaud, Consul de Harbin à M. P.E. Naggiar, Ambassadeur de la République Française en  Chine, 30 janvier 1937, n°32, « Révision du procès des assassins de S. Kaspé ». L’expression est tirée du verdict lui-même.

30  Ya’akov Liberman,  My China :Jewish Life in the Orient, 1900-1950, Jerusalem, Gefen Publishing House Ltd, 1997, p.93.

31 Evreïskaja Tribuna,  «  Pervyj s’ezd Evreïskix obshchin dal’nego Vostoka », 26-28 décembre 1937, p. 9.

32  Cf. Chantal Meyer-Plantureux, Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Éditions Complexe, 2005.

33  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, Jews in Japanese Mind, New York, The Free Press, 1995.

34  David Kranzler, Japanese, Nazis and Jews : The Jewish Refugee Community of Shanghaï, 1938-1945, New-York, Yeshiva University Press, 1976.

35 Op. cit. note 23.

36  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, op. cit.p. 111.

37  David G. Goodman, Masanori Miyazawa, op.cit.  p. 112.

38  Marvin Tokayer and Mary Swartz,  The Fugu Plan, Paddington Press LTD, New York & London, 1979.

39 Ibid. p. 58.

40 The Fugu Plan, op.cit., p.69.

41  Jacques Sapir, La Mandchourie oubliée, grandeur et démesure de l’art de la guerre soviétique, Monaco,  Editions du Rocher, 1996. Et John Colvin, Nomonhan, London, Quartet book, 1999.

42  Nous ne mettons pas sur le même plan le travail héroïque, discret et totalement désintéressé de Sugihara Chiune, consul du Japon à Kaunas (Kovno) en Lituanie qui, désobéissant aux ordres de Tôkyô, délivra pendant l’été 1940 des visas de transit à des milliers de Juifs fuyant l’Europe Centrale occupée par les nazis. Israël, reconnaissant, lui a décerné de son vivant, en 1985, le prix du « Juste des nations » (prix Yad Vashem). Le gouvernement israélien décerne ce prix aux étrangers qui ont contribué à la création de l’État d’Israël. Sur l’une des collines qui entourent Jérusalem, à Ber Shermesh fut inauguré la même année un monument en son honneur. Cf. : Sugihara Yukiko, Visas pour 6000 vies, Paris, Picquier poche, 1995, 2002.

43  Yamamoto, Taketoshi, Tokumu kikan no bôryaku : chô hô to ipu âru sakusen, 1998 ; Nishihara, Ikuo, Zenkiroku Harubin Tokumu kikan, Kantôgun no kiseki, Tôkyô, 1980.

44  Gendarmerie de l’Armée Impériale de 1881 à 1945, la Kempeitai, était en fait une « police secrète militaire » et/ou une « sécurité militaire ». On la compare souvent à la Gestapo. Concernant le Japon et la question juive, il n’est pas inintéressant de savoir que la Kempeitai avait créé en sous-main une société pour les études politiques et économiques (Kokusai Seikei Gakkai)  qui organisait des expositions antisémites et antimaçonniques. Cf. : Lamont-Brown, Raymond, Kempeitai : Japan's dreaded military police, Stroud, England, Sutton, 1998.

45  A Pin Fang, aujourd’hui transformé en musée, que nous avons visité  le 15 août 2001, date anniversaire de la reddition du Japon, dans le cadre d’un colloque qui réunissait des chercheurs chinois, japonais, coréens et européens, organisé à Harbin pour marquer le soixantième anniversaire de l’Incident de Manchourie du 18 septembre 2001.

46  Cf. la nombreuse littérature  qui traite sérieusement le sujet, en particulier : Sheldon H. Harris, Factories of death, Japanese Biological Warfare, 1932-1945, and the American Cover-up, Routledge, 2002 (édition révisée) ;  Hal Gold, Unit 731 Testimony, Tuttle Publishing, 2004 (nouvelle édition) ; Morimura, Seichi, Section 731. Expérimentations japonaises sur des cobayes humains, Éditions du Rocher, Monaco, 1985. Voir également le dernier roman de Roman Slocombe, Averse d’automne, Paris, Gallimard, Série Noire, 2003,au statut ambigu de roman policier psychanalytico-érotico-sadique, mais néanmoins  dénonciateur du négationnisme japonais.  

47  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, 48, correspondance de Harbin, 1941. J. Leurquin, consul de France à Harbin à M. Cosme, Ambassadeur de France en Chine, 16 octobre 1941, n°207, « Pompes funèbres ».

48  Archives diplomatiques de Nantes, Moukden, 48, correspondance de Harbin, 1941. J. Leurquin, consul de France à Harbin à M. Cosme, Ambassadeur de France en Chine, 7 avril 1941, n°74, « Eglise orthodoxe ».

49  Les passages qui suivent  s’inspirent du séminaire sur la construction du politique en Chine, conduit par Yves Chevrier (EHESS). L’enseignement de celui-ci  a nourri notre réflexion. Nous le remercions vivement.

50  Praesenjit Duara, Sovereignty and Authenticity, Manchukuo and the East Asian modern, Lanham, Boulder, New York, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, Inc., 2003.

51  Balakshin, Final v Kitae, t. 2, p. 62-65.

52 P.P. Shishkin,  «  Bol’shevizm v Kitae », chast’ 1. Obzor deiatel’nosti severo-mandzhurskoi kompartii », p. 80. Voir aussi l’ouvrage de propagande japonaise : The Comintern’s Intrigues in Manchoukuo, compiled by Noboru Hidaka, printed and published by the « Manchuria Daily News », 1940.

53  Cf. notre article, Le général Kislitsin, directeur du BREM à Harbin, Du monarchisme russe et de l’esprit du Bushido, Ebisu, revue de la mfj,Tôkyô,  n°20, (1999) : p. 109-149, paru également en anglais dans The South American Quarterly, 99, 1, Winter 2000, n° spécial, « Harbin and Manchuria : Place, Space, and Identity ».

54  Rana Mitter, The Manchurian Myth. Nationalism, Resistance and Collaboration in Modern China, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Breuillard, « Les figures du pouvoir à Harbin pendant la « Guerre de quinze ans » (1931-1945) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 26 juillet 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23171 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23171

Haut de page

Auteur

Sabine Breuillard

Présidente de la Bibliothèque Tourguéniev, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page