Navigation – Plan du site
2010

Nourrir les hommes. Un dictionnaire, 2009, Paris, Éditions Atlande, 765 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Avec ce que la planète Terre procure à l’humanité, il faut nourrir sept milliards d’hommes. Comment s’accomplit ce prodige, condition de la survie ordinaire de l’espèce humaine ? Que mange-t-on, qui mange quoi, d’où provient ce que l’on mange ? Ce dictionnaire veut répondre à toutes ces questions et il le fait bien.

2Le défi n’était pas facile à relever. Tout ce qui touche à la nourriture contient une charge culturelle telle qu’il est bien difficile à celui ou à celle qui en traite de rester dans l’objectivité. Que l’on songe aux multiples injonctions concernant des régimes alimentaires, amplement relayées par la publicité et les media. En s’appuyant autant que possible sur des éléments scientifiquement avérés, les auteurs ont gagné leur pari. Ils disent clairement, précisément et en toute indépendance ce que vaut le régime crétois, l’avantage des repas cérémoniels sur la nourriture aléatoire, la responsabilité des politiques dans les famines.

3Le thème de la nourriture humaine est très important. Il faut combiner de nombreuses approches pour l’aborder correctement. Le passé a légué des habitudes alimentaires, d’où l’intérêt de l’approche historique. Du présent on retient surtout des problèmes d’alimentation et des solutions mises en oeuvre. Diététiciens, agronomes, économistes, politistes ont leur mot à dire. Mais l’avenir est sujet de préoccupations : d’ici 2050, il faudra nourrir 2 milliards d’êtres humains supplémentaires. Démographes et prospectivistes proposent leurs scénarios. Afin de couvrir convenablement leur sujet, les éditeurs n’ont pas lésiné. Ce dictionnaire, petit par le format (il se présente comme un livre de poche en format A5), ne comprend pas moins de 500 entrées sur près de 800 pages. On s’aperçoit d’ailleurs que ces entrées vont au delà du titre “Nourrir les hommes”. Le lecteur apprendra au passage comment nourrir les animaux, comment protéger la planète…

4Qui sont les auteurs ? Sur la cinquantaine que nous avons comptés, la plupart sont des enseignants ou des chercheurs d’Agro Paris Tech, de l’INRA, du CIRAD mais aussi d’universités notamment de Nanterre. Parmi les spécialités représentées, on trouve bien entendu la nutrition et l’agronomie mais aussi les sciences sociales (économie, sociologie) et, bien entendu la géographie qui occupe une bonne place dans la somme des savoirs ici rassemblés. L’édition d’un tel dictionnaire démontre la puissance de la recherche et de l’enseignement supérieur français dans un domaine majeur pour l’économie de notre pays.

5Le souci de l’objectivation scientifique n’exclut pas la diversité des styles de rédaction : l’humour, le clin d’œil ne sont pas absents de cet ouvrage sérieux. On exprimera ici un regret : il n’est pas possible de savoir quel auteur a écrit tel article. Les éditeurs ont sans doute voulu faire de ce dictionnaire une œuvre véritablement collective. Cependant, pour tel ou tel article, il serait utile de savoir qui a écrit pour mieux comprendre la signification du commentaire.

6L’auteur de ces lignes, qui a eu jadis la charge d’éditer un dictionnaire, sait par expérience qu’une difficulté majeure consiste à donner à chaque entrée un volume à peu près équivalent alors que l’ordre alphabétique fait se succéder des mots qui n’appellent pas le même développement. Les concepteurs de Nourrir les hommes ont rencontré le problème et ne l’ont pas vraiment surmonté. Les articles “géographiques” tels que “Afrique du Nord/Moyen Orient” sont relativement longs par rapport aux autres qui concernent un auteur (“René Dumont”) ou un produit (“cacao”). Mais il y a des exceptions : l’article “yaourt” a droit à 6,5 pages, presque autant que l’article “Asie du Sud-Est” (7,5 pages). Les éditeurs se sont probablement efforcés d’imposer une certaine homogénéité de format des entrées mais n’ont pas toujours réussi à convaincre les auteurs. Le résultat est que, de façon générale, les meilleurs articles sont les plus courts (par exemple les entrées “boulangerie”, “fast food” ou “parmesan”, très efficacement traités en 2 pages) surtout lorsque l’ampleur du sujet aurait pu justifier de longs développements. Ainsi, les auteurs des entrées “Japon” et “Chine” ont réussi l’exploit d’une présentation synthétique de leurs sujets, respectivement en 4 et 9 pages !

7Comme pour le format des articles, l’homogénéisation du traitement des textes d’un grand nombre d’auteurs s’avère délicate pour ce qui est de la typographie, des titres, des renvois, des références. Malgré des efforts patents, le résultat n’est pas parfait, en particulier pour ce qui est des références bibliographiques, pourtant attendues par le lectorat universitaire.

8Au terme de la lecture de ce dictionnaire extrêmement riche, bien composé et passionnant, on ne peut manquer de se poser la question de la comparaison entre cette formule éditoriale et l’accès au Web. Est-il encore utile, en 2010, d’éditer ce genre d’ouvrage alors qu’une recherche rapide par Internet permet de se renseigner aussi bien sur les famines que sur les raisins secs. La mise au concours de la question “Nourrir les hommes” au CAPES d’Histoire-Géographie n’a pas été étrangère au projet éditorial de ce dictionnaire. Pourtant, l’ouvrage a, nous semble-t-il, une autre ambition. Il veut procurer à tout lecteur un état des connaissances, rédigé par les meilleurs spécialistes souhaitant s’ouvrir au-delà de leurs communautés scientifiques. La concurrence avec le Web paraît alors frontale puisque le public visé est tout un chacun. Après lecture attentive, il nous semble que pour les entrées simples telles que “datte”, “quinoa” ou “Bruntland”, l’on trouve rapidement (et gratuitement) sur Internet une réponse équivalente à celle que donne cet ouvrage. En revanche, dès qu’il s’agit de sujets un peu complexes tels que “drogue”, “hygiénisme” ou “indication géographique”, le dictionnaire Nourrir les hommes reprend l’avantage et s’avère même irremplaçable. Le livre, et notamment le dictionnaire, n’a donc pas dit son dernier mot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Nourrir les hommes. Un dictionnaire, 2009, Paris, Éditions Atlande, 765 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23201

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page