Navigation – Plan du site
Quartier durable ou éco-quartier ?

Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable

Changement de paradigme ou éternel retour du même ?
Eco-neighborhoods: laboratories for the sustainable city. Paradigm shift or eternal return of the same?
Yves Bonard et Laurent Matthey

Résumés

Les éco-quartiers sont souvent posés comme un laboratoire de la ville du futur – une ville qui serait parvenue à entrelacer urbain et rural, à articuler enjeux écologiques, sociaux et économiques. Ce court article cherche, sur le mode du débat, à clarifier la question de savoir s’ils sont effectivement les embrayeurs d’un changement de paradigme urbanistique ou s’il persiste, dans leur “génétique”, quelque chose d’un inéluctable retour du même. Pour ce faire, elle puise dans une revue de la littérature spécialisée et dans un retour d’expériences, principalement suisses et françaises.

Haut de page

Texte intégral

Refonder la question urbaine : les éco-quartiers, laboratoires d’un urbanisme vertueux ?

“À la fois vitrine, symbole et manifestation concrète d’avancées de la politique écologique et durable globale de la ville, l’éco-quartier rend visible une intention, attire le regard des citadins sur les mutations urbaines amorcées pour négocier le virage de la durabilité. […] Un éco-quartier est ainsi autant un lieu pilote qu’un aboutissement : il tire la ville vers le durable autant que la politique de durabilité de la ville le pousse à éclore” (La Revue durable, 2008).

1À l’échelle de la ville, le développement durable constitue désormais la référence obligée des politiques urbaines. En témoigne notamment la signature massive de la charte d’Aalborg (1994) par les villes européennes. Une des formes les plus manifestes de ce phénomène est la diffusion du modèle d’urbanisme dit des éco-quartiers.

2Dans la littérature francophone, ces éco-quartiers sont posés de manière quasi unanime comme des laboratoires ou des espaces témoin. Des lieux où penser et tester la ville durable à venir (Souami, 2009 ; Lefèvre, Sabard, 2009 ; Charlot-Valdieu, Outrequin, 2009), que ce soit du point de vue de la gestion des déchets et rejets (Emilianoff, 2007), de la diffusion de comportements éco-citoyens, des modalités participative de production du bâti (ARENE, 2005) ou de la bonne gestion des mixités ou enfin de leur capacité à contenir l’étalement urbain en offrant une alternative crédible aux aspirations résidentielles périurbaines...

3Globalement, les éco-quartiers – dont la genèse en tant que vocable et forme d’intervention urbanistique a été précédemment éclaircie, dans cette même rubrique, par Benoît Boutaud (2009) – paraissent donc être le laboratoire d’un urbanisme vertueux, un “terreau contextuel propice pour l’innovation et l’apprentissage”, “un outil urbanistique prometteur dans une perspective de durabilité urbaine” (Tribout, Manola, Castillo, Ardila, Charre, 2008 : 22). Les expériences auxquelles on s’y livre seraient potentiellement transposables à “d’autres parties, nouvelles ou existantes, de la ville” (Schaeffer, Ruegg, Litzistorf-Spina, 2010 : 32). Ce en quoi, ils s’inscriraient dans le processus d’invention de la ville durable, ancrée dans le local, propre à “offrir une qualité de vie en tous lieux » en lissant « les différentiels […] entre les cadres de vie”, portée par un réel “projet politique et collectif” (Emelianoff, 2002).

4Toutefois, en dépit de toutes ces promesses, il demeure qu’on peut s’interroger. Les éco-quartiers, considérés comme un laboratoire de la ville du futur – une ville qui serait parvenue à entrelacer urbain et rural, à articuler enjeux écologiques, sociaux et économiques – sont-ils effectivement les embrayeurs d’un changement de paradigme ou persiste-t-il, dans leur “génétique”, quelque chose d’un inéluctable retour du même ?

5De grandes lignes critiques apparaissent ainsi dans la littérature francophone. D’aucuns voient, dans les éco-quartiers, la forme douce d’un “nouvel hygiénisme” (Matthey, Walter, 2005). L’écocitoyenneté suppose en effet une “bonne conduite écologique” et l’arrivée des nouveaux arrivants donne parfois lieu à un rite agrégatif au cours duquel ils sont invités à signer une charte, qui marque l’entrée dans un nouveau mode de vie. Cette “nouvelle doxa” (Cassaigne, 2009), frappée du sceau d’un hypothétique “nouvel évangile technocratique” (Emelianoff, Theys, 2000), mobiliserait une chimère effrayante, celle d’une qualité totale (Cassaigne, 2009), monde merveilleux des moments heureux.

6On thématise encore la socialité un peu effrayante qui est susceptible de se développer dans cet environnement nettoyé des scories de la société, dans une “communauté destructrice” pour reprendre une expression célèbre de Richard Sennett (1979). L’éco-quartier fonde un entre-soi qui procède parfois d’une logique insulaire reproduisant, à l’échelle de la ville, l’effet NIMBY, par lequel les “externalités négatives” sont rejetées loin de ceux qui les produisent.

7Plus généralement, on insiste sur le fait que la composante “environnementale” de l’éco-quartier se réduit à une forme circonscrite de modernisation écologique qui, centrée sur elle-même, est inattentive aux transformations écologiques plus profondes qui seraient nécessaires. L’automobile, par exemple, fonctionne comme un puissant révélateur de l’échelle à laquelle pensent les concepteurs des éco-quartiers. Comme on le sait, la voiture est souvent prohibée à l’intérieur de ceux-ci. Or, cette interdiction a parfois pour effet de déverser la circulation sur les espaces périphériques au quartier. L’éco-quartier apparaît ainsi comme un îlot de durabilité dans une mer de pollution urbaine qu’il est bien impuissant à transformer.

8Ainsi, si l’histoire universelle se joue toujours deux fois, “la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce” (Marx, 2007 [1852]), on pourrait être enclin à se demander si les vertus prêtées aux éco-quartiers ne sont pas en train de nous conduire aux mêmes impasses que les belles espérances des villes nouvelles et des grands ensembles. Des impasses liées à un oubli chronique de quotidienneté des territoires, de ce que Michel de Certeau appelait la ville “à fleur de sol” et qu’on nommerait, aujourd’hui, un souci du contexte, un intérêt pour le lieu de l’opération.

9Il convient ici de rappeler les différentes critiques portées à ces éco-quartiers, qu’une certaine vulgate aspire à transformer en roi thaumaturge. L’explicitation de ces limites, recueillies çà et là dans la littérature spécialisée, permettra finalement de proposer, sous forme de synthèse dialectique, certains des termes d’un urbanisme véritablement durable, d’esquisser les conditions de possibilité d’une ville véritablement durable.

L’histoire universelle se joue toujours deux fois : les éco-quartiers changent-ils la fabrique urbaine ?

“La fonction historique de la répétition parodique est de se déprendre du passé en le rejouant une dernière fois” (Chamayou, 2007 : 14).

10Schématiquement, selon leurs adeptes et promoteurs, les éco-quartiers seraient un outil incontournable de la ville durable en ce qu’ils permettraient de limiter l’étalement urbain, de développer une culture participative et de favoriser une expérimentation – in situ et in vivo – de différents dispositifs éco-techniques susceptibles d’être, par la suite, généralisés à la ville entière. Cette triade est de plus en plus proposée comme si elle était validée par les “faits”. Or, la littérature spécifique est moins catégorique et partisane. Par ailleurs, ces fameux “faits” permettent de nuancer ces postulats. C’est précisément l’énonciation de ces failles et de ces “faits têtus”, pour reprendre une expression de Marx, qui permettra d’énoncer certains des principes générateurs d’un urbanisme durable.

Une contribution mineure à la lutte contre l’étalement urbain

11À l’opposé d’une certaine doxa voulant que les éco-quartiers constituent le sésame d’une lutte contre l’étalement, il faut rappeler l’impact marginal et à très court terme qu’ils ont en la matière. En effet, les éco-quartiers – lorsqu’ils ne sont pas purement et simplement construits en zone agricole – prennent généralement place sur les tout derniers espaces intra-urbains non encore (ou peu) bâtis : friches industrielles, portuaires ou militaires… Si ces espaces constituent une réserve à bâtir intéressante, ils n’en sont pas moins limités. On peut d’ailleurs en faire l’inventaire. En Suisse, par exemple, il y aurait trois cent cinquante friches de plus d’un hectare, totalisant dix-huit kilomètres carrés (Wüest & Partner, 2008). Or, toutes les villes ou presque ont aujourd’hui enclenché un processus de valorisation de ces espaces. Il est d’ailleurs loisible de penser qu’avec l’augmentation de la pression foncière, les blocages politique ou financier, qui empêchent encore la valorisation de ces friches, s’atténueront, réduisant par là même le volume de cette réserve stratégique. Par ailleurs, il convient de rappeler que la réalisation d’éco-quartiers reste anecdotique au regard de politiques publiques (par exemple, les prêts à taux zéro pratiqués en France pour encourager l’accession à la propriété) qui continuent, vollens nollens, à favoriser les processus la périurbanisation.

12Les leviers qui permettraient de lutter efficacement contre l’étalement urbain sont pourtant connus. On peut ici en mentionner trois : 1) ne plus étendre les zones à bâtir à des parcelles dont la situation est manifestement problématique ; 2) dans les zones à bâtir existantes, dézoner les parcelles mal situées (ce qui implique de développer une stratégie de dédommagement) ; 3) là où une urbanisation est souhaitable, contraindre les propriétaires à la densification de leur parcelle, sous peine de se voire exproprier en cas d’inaction dans un intervalle de temps déterminé. Or, la mise en œuvre de ces mesures confine au tabou : rares sont les documents d’urbanisme qui en livrent l’esquisse (les documents de planification récemment révisés et publiés par le Canton de Vaud en Suisse constituent ici une rare exception). C’est que ces mesures impliquent un rééquilibrage, éminemment conflictuel, entre le sacro-saint “droit à la propriété” et un développement véritablement soutenable.

Des éco-quartiers défaillants du point de vue du bien commun

13On le sait, de Vauban à Versterbro, en passant par Bedzed, le volet social constitue le parent pauvre dans les expérimentations d’éco-quartier (Emelianoff, Theys, 2000 ; Emelianoff, 2004b ; ARENE, 2005 ; Bonard, Gaillard, Schaeffer, 2008 ; Schaeffer, Ruegg, Litzistorf-Spinaa, 2010). De monographie en ouvrage synthétique, on est à même d’identifier aujourd’hui deux grands champs particulièrement déficients : la production et la pérennisation de la mixité sociale ; l’implication de la population dans la constitution et la gestion du quartier.

14Cyria Emelianoff avance une première raison, financière, qui permet d’expliquer la moindre importance accordée à la mixité sociale lors des expériences pionnières en matière d’éco-quartier :

“les aides européennes, orientées depuis le début des années 1990 vers la question énergétique et climatique ont appuyé les projets d’urbanisme durable mais en créant un ‘forçage’ vers les éco-technologies. Les innovations sociales, elles, n’ouvrent droit à aucune subvention” (Emelianoff cité par Lemonier, 2008 : 42).

15Une seconde explication peut être trouvée dans les processus de production des éco-quartiers. Ceux-ci sont fabriqués par l’outil du projet urbain. Cette démarche urbanistique, qui prend acte du contexte d’incertitude économique et de complexité croissante de nos sociétés urbaines, repose sur les principes de flexibilité et d’adaptation, valorisant le processus plus que le résultat produit. Le projet urbain fonctionne sur la base de partenariats avec le privé, le discours urbanistique dominant insistant sur la convergence des intérêts (Pinson, 2004 ; 2006). Le “bien commun durable” passerait ainsi par le bien des investisseurs qui, grâce à la magie des incitations d’un marché bien cadré trouveraient leur intérêt à faire “de la qualité urbaine pour tous”. Nulle opposition entre logique privée et logique publique, nul affrontement entre promoteurs et habitants, ni entre propriétaires et locataires. Pourtant, qui dit partenariat public-privé dit partenaire, or, pour trouver un partenaire, il faut d’abord le séduire, c’est-à-dire lui donner les garanties suffisantes de rentabilité. Ceci implique du marketing urbain : une manière de rendre la ville en train de se faire désirable pour les investisseurs. Dans un contexte politico-administratif où le privé est placé en position de force, il n’est pas illégitime de craindre la “mauvaise tenue” des projets par les pouvoirs publics. Garantir à la fois une bonne rentabilité pour les investisseurs et le bien commun apparaît comme une ambition difficile à réaliser.

16Néanmoins, cette carence semble ne plus être d’actualité et la mixité apparaît comme une ambition récurrente des projets que l’on pourrait qualifier de seconde génération (Lefèvre, Sabard, 2009). Dans la ZAC de Bonne à Grenoble par exemple, 35 % des appartements seront sociaux d’une part, d’autre part le prix de vente de la moitié des autres logements sera plafonné à trois mille euros le m2, moyennant des clauses anti-spéculatives de neuf ans (Atger, 2008). La mixité intergénérationnelle n’a pas été oubliée : l’éco-quartier comprend une école, une résidence pour étudiants et une autre pour des personnes âgées. À l’image de l’éco-quartier de Bonne à Grenoble, il semble possible de produire des éco-quartiers “idéaux”. Mais idéaux pour qui ?

17Un éco-quartier, comme tout autre projet urbanistique, ne saurait être l’émanation d’un collège d’experts. Il est élaboré au travers d’une démarche de concertation, où les savoirs profanes, les compétences habitantes sont réhabilitées. Or, il n’est pas inutile de rappeler ici que la concertation, bien qu’utile et indispensable, possède des limites indépassables, qui témoignent de la difficulté de s’en tenir à une définition procédurale du bien commun (Leresche, Audétat, 2006 ; Felli, 2005). Les plus faibles, les moins bien organisés n’ont pas la même capacité à porter la voix : jeunes, vieux, pauvres, étrangers restent souvent invisibles. Les plus participatifs sont généralement ceux qui ont le plus à y gagner (propriétaires, promoteurs…) ou à y perdre (propriétaires, voisins lésés…), dans un “nimbisme” stérile, mais bien compréhensible. Au surplus, le caractère participatif des projets d’éco-quartier est souvent surévalué, tant les habitants et riverains peinent à se projeter dans un objet éminemment abstrait parce qu’en projet. C’est du moins ce que révèle la faible participation dans les processus de concertation, à Lausanne par exemple.

18Finalement, il reste délicat d’estimer la contribution d’un éco-quartier à la ville durable. Un projet séduisant à une échelle micrologique (le quartier) peut s’avérer problématique à l’échelle macrologique (l’agglomération). Les éco-quartiers sont aussi producteurs d’externalités environnementales négatives (augmentation du trafic et du stationnement). Ils contribuent à une augmentation de la pression foncière et immobilière. Ils sont suspectés de participer à la gentrification (comme dans la première couronne parisienne à Montreuil –Cassaigne, 2009).

Du quartier à la ville : un transfert difficile ?

19L’essentiel de la ville est déjà bâti – les nouvelles constructions représenteraient annuellement qu’un pourcent de la totalité du parc bâti. Il se dégage de ce constat une évidence : le grand enjeu de la “fabrique de la ville durable” repose sur les “territoires ordinaires”. Une question se pose alors : en quoi les procédures et techniques déployées dans un éco-quartier sont-elles applicables aux espaces construits déjà existants ? Des espaces appropriés par leurs habitants, qui les ont dotés d’une épaisseur sémiotique et symbolique (Matthey, 2005). Des espaces qui sont traversés d’enjeux fonciers spécifiques et complexes, tant les propriétaires sont divers, poursuivant des intérêts parfois divergents dans le cadre de stratégies contrastées (selon qu’on choisisse, par exemple, de laisser le marché faire son œuvre ou qu’on s’astreigne, par des investissements réguliers, à valoriser son patrimoine).

20Le transfert des bonnes pratiques testées dans le cadre d’un éco-quartier ne saurait se résumer à une simple opération de reproduction : composer avec des formes physiques et des systèmes sociaux apparaît comme un art délicat. Comment financer la réhabilitation écologique des parcs d’habitat social dégradés ? Comment produire de la mixité sociale et de la diversité fonctionnelle dans des “machines à habiter” ? Comment réaliser la ville compacte ou polycentrique (pour faire référence à deux orientations de l’urbanisme durable) à partir de tissus pavillonnaires périphériques ? Le chantier de la ville durable se situe bien plus dans la formulation de réponses à ces enjeux que dans la production d’éco-quartiers modèles.

21Certaines réponses commencent néanmoins à être esquissées, ici et là. À Lorient, on “remodèle” une barre de logement (selon les termes de son concepteur, R. Castro). À Leicester, on débloque des aides publiques pour inciter les propriétaires à réhabiliter leurs bâtiments de logement (MEEDAT, 2008). À Lausanne, on distille des aides financières au logement “à la personne” pour éviter une concentration spatiale de personnes en situation précaire (Bonard, Thomann, 2009). Dans la région zurichoise, on travaille à retisser du liant à partir d’un nuage de pavillons dispersés (cf. projet de recherche du Zentrum Urban Landscape de la Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften). Ici et là, on développe des opérations qui peinent néanmoins à se généraliser – contrairement à la multiplication des projets d’éco-quartiers – en raison notamment de contraintes budgétaires des collectivités publiques. De fait, lorsqu’elles ne sont pas détentrices de foncier (souvent en mains privées), celles-ci ne disposent pas d’un volant suffisant pour orienter la fabrique de la ville vers plus de durabilité.

Un droit à la ville durable ?

22Si les éco-quartiers ont une indéniable vertu pédagogique, s’ils participent de ce que Laurent Devisme et ses collègues appellent des “visibilités citadines” (cf. l’axe 1 du projet scientifique 2006-2009 du LAUA), ces gestes qui permettent à une ville de prendre conscience d’elle-même, il demeure qu’on ne saurait y voir le signe d’un urbanisme durable à l’état naissant. Ils en constituent certes un des outils, mais de la forme à la fonction, il y a souvent un monde : l’outil peut être détourné par l’usage que l’on en a.

23Ainsi, ce qui gêne dans la rhétorique des éco-quartiers, c’est cette propension à produire de la ville à partir de recettes, de généraliser le cas modélisé. Ce qui interpelle, c’est ce glissement sémantique, procédant de l’homophonie, qui consiste à faire d’espaces qui témoignent (les différents éco-quartiers européens), des espaces-témoins (des modèles à l’échelle 1/1 d’un lieu de vie, comme il y a des appartements-témoins qui permettent d’anticiper ce qu’on aura comme qualité de vie dans tous les appartements d’un bâtiment). L’état de la littérature francophone atteste de la prégnance de ce schème de pensée. Or, on le sait, en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire, les lieux diffèrent. “Ici” n’est pas “là-bas”, même si “ici” et “là-bas” ont quelques points communs.

24C’est en ce sens que les éco-quartiers sont susceptibles de constituer une redite de l’histoire ; qu’ils rejouent, sous forme de farce, ce que l’urbanisme des années 1960 a proposé sous forme de drame. Il s’agissait alors de loger au mieux des populations souvent mal loties ou de “caser” les ouvriers dont avait encore besoin l’industrie européenne. La solution des grands ensembles avait l’avantage d’offrir un certain confort, une modernisation du cadre de vie ; ils offraient une solution de masse à un problème d’échelle. Les éco-quartiers se posent eux aussi comme une solution universelle, mais relèvent d’une pensée du minuscule qui, désormais consciente des pesanteurs politiques et économiques de la “réalité”, aspire à un réformisme lent et ponctuel ; expression matérielle d’une certaine impuissance : c’est déjà ça ! Mais cet urbanisme – qui fait “comme si” en se concentrant sur des espaces modèles répliqués “ici”, “là” et “là-bas” – est aussi un urbanisme qui oublie que, si des lieux résonnent, se ressemblent, ils rendent souvent des sons différents, quand, à titre de diagnostic, on leur fait rendre un son, pour pénétrer leur intimité, l’épaisseur quotidienne des systèmes territoriaux (Matthey, 2008) dans lesquels ils s’inscrivent.

25Faire la ville, nous le savons tous, est plus que répliquer ad nauseam des recettes : comprendre comment les ingrédients vont être appropriés par un homme-habitant toujours-déjà inscrit socialement. Comment donc, à partir d’un modèle techniciste qui scotimise toute socialité et violence symbolique, faire la ville à venir ? Comment, de l’éco-quartier, refonder la ville ? La question se pose de savoir ce qu’est, au juste, l’urbanisme durable.

26Il est plus aisé de donner une première définition par la négative. L’urbanisme durable n’est en tout cas pas la simple transposition de modèles qui ont fait leur preuve ailleurs. Cette méfiance envers toute marche à suivre décontextualisée n’empêche pas toutefois d’esquisser, en creux, des principes, des idéaux types (cf. par exemple les dix thèses de Cunha, Guinand, Bonard, 2007).

27De fait, l’urbanisme durable est avant tout un art ancré dans une valorisation des caractéristiques de chaque territoire, dans un positionnement qui part du local (Magnaghi, 2003 ; Emelianoff, 2004a), de ce qui fait son épaisseur (morphologique, sémiotique et symbolique), en un mot du genius loci :

“Si un modèle urbain émerge, avec quelques fondamentaux décrits en première partie, sa particularité est de se décliner avec une grande diversité d’une ville à une autre. Le développement durable de la ville est aussi le développement du caractère de chaque ville. Il valorise potentiellement ce qui fait leur relief, leur climat, leur ambiance, ce que l’on aime en elles. Chaque ville a une biographie en propre, un caractère. Un projet bien compris de ville durable ne peut que prendre appui sur ces spécificités, sur le sens de l’urbanité porté par les habitants, dans une optique de réappropriation de la ville. Ce chantier-là n’a pas encore été ouvert, et fait partie des nombreux impensés politiques qui caractérisent le champ de la ville durable” (Emelianoff, 2004a).

28Cette approche implique de reconsidérer la position de producteur de la ville, de favoriser l’avènement d’une forme d’expertise plus sensible au sens des lieux, hippocratique au sens où elle aspire à faire raisonner le milieu de l’intervention. Une forme possible de cette expertise peut être escomptée à partir des travaux novateurs du géographe Olivier Labussière (2009) : “l’urbain ne livre pas de significations explicites mais les signes d’une réalité complexe, non directement intelligible, dont il reste à inventer les codes pour s’en saisir”.

29Surtout, l’urbanisme durable ne saurait faire abstraction de la dimension politique qui sous-tend toute action sur le territoire (Leroy, 2010). Rejetant l’idéal mou et fallacieux du consensus, l’urbanisme durable reconnaît les rapports de force, inégaux, au cœur de la fabrique de la ville, comme il reconnaît les tensions entre valeur d’usage et valeur d’échange, entre un droit de propriété garanti par la Constitution et un droit à la qualité urbaine que revendique l’urbanisme durable. Ce en quoi, il donne une nouvelle dimension au droit à la ville, thématisé par Henri Lefebvre (1972).

30En fin de compte, l’urbanisme durable nécessite de bousculer la hiérarchie des priorités d’intervention publique sur le territoire, dans une démarche qui rende visible la dimension normative de la pratique urbanistique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARENE, 2005, Quartiers durables : guide d’expériences européennes, Ile-de-France.

Atger C., 2008, “Grenoble. Un laboratoire à énergie positive”, Diagonal, No178, 50-52.

Boutaud B., 2009, “Quartier durable ou éco-quartier ?”, Cybergeo – Revue européenne de géographie, Débats, Quartier durable ou éco-quartier ? 24 avril 2009 (http://cybergeo.revues.org/index22583.html).

Bonard Y., Thomann M., 2009, “Requalification urbaine et justice environnementale : Quelle compatibilité ? Débats autour de la métamorphose de Lausanne”, VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 9, No.2, 1-20.

Bonard Y., Gaillard D., Schaeffer V., 2008, “Genève/Lausanne : enjeux sociaux et quartiers durables”, Urbanisme, No.363, 56-60.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cassaigne B., 2009, “La ville durable”, Projet, No.313, 78-83.
DOI : 10.3917/pro.313.0078

Certeau M. de, 1980, L’invention du quotidien, Paris, UGE.

Chamayou G., 2007, “Introduction”, in Marx K., 2007 [1852], Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Flammarion.

Charlot-Valdieu C., Outrequin P., 2009, L’urbanisme durable : concevoir un éco-quartier, Paris, Le Moniteur.

Cunha A., Guinand S., Bonard Y., 2007, “Vers un urbanisme durable”, Vues sur la ville, No.17, 3-6

Devisme L. et al., s.d., “Axe 1 : Fabrique de l’urbain et visibilité urbaine”, LAUA – Projet scientifique 2006-2009 (http://www.laua.archi.fr/IMG/pdf/Axe1ProjetScientifique2006-09.pdf).

Emelianoff C., 2007, “Les quartiers durables en Europe : un tournant urbanistique ?”, Urbia – Les cahiers du développement durable, No.4, 11-30.

Emelianoff C., 2004a, “Les villes européennes face au développement durable : une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique”, Les cahiers du Proses, No.8, (http://www.developpement.durable.sciences-po.fr/publications/cahier8.pdf).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Emelianoff C., 2004b, “L’urbanisme durable en Europe : à quel prix ?”, Écologie et politique, No.29, 21-36.
DOI : 10.3917/ecopo.029.0021

Emelianoff C., 2002, “Comment définir une ville durable” (http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/agenda21/intro/emelia.htm).

Emelianoff C., 1999, La ville durable, un modèle émergent : géoscopie du réseau européen des villes durables (Porto, Strasbourg, Gdansk), thèse de doctorat en géographie, université d’Orléans.

Emelianoff C., Theys J. 2000, “Les contradictions de la ville durable”, in Theys J. (dir.), Développement durable, ville et territoire, Paris ; MELT-DRAST, 53-63.

Felli R., 2005, “Développement durable et participation : la démocratie introuvable”, Belgeo, No.4, 425-434.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lefebvre H., 1972, Le droit à la ville, Paris, Seuil.
DOI : 10.3406/homso.1967.1063

Labussière O., 2009, “Éléments pour une symptomatologie des ambiances urbaines : l’exemple de Venise, à la lumière de Ruskin et de Proust”, Articulo – Revue de sciences humaines, HS 2 (http://articulo.revues.org/1153).

La Revue durable, 2008, « L’éco-quartier, pivot d’une politique durable de la ville », La Revue durable, No.28, 52-55.

Lefèvre P., Sabard M., 2009, Les éco-quartiers : l’avenir de la ville durable, Rennes, Apogée.

Lemonier M., 2008, “Eco-quartiers. Les pionniers font école”, Diagonal, No.178, 41-42.

Leresche J.-P., Audétat M. (dir.), 2006, “Participation et développement urbain durable”, Urbia, No.3.

Leroy A., 2010, “Ecoquartiers, topos d’une écopolitique ?”, La Revue internationale des livres et des idées (http://revuedeslivres.net/articles.php?idArt=490).

Magnaghi A., 2003, Le Projet local, Liège, Madraga.

Marx K., 2007 [1852], Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Flammarion.

Matthey L., 2008, Le quotidien des systèmes territoriaux : lecture d’une pratique habitante. Généalogie et description herméneutique des modalités de l’habiter en environnement urbain, Berne, Peter Lang.

Matthey L., Walther O., 2005, “Un ‘Nouvel hygiénisme’ ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une new middle class”, Articulo – Revue de sciences humaines, No.1 (http://articulo.revues.org/931).

Matthey L., 2005, “Le quotidien des systèmes territoriaux”, Articulo – Revue de sciences humaines, No.1 (http://articulo.revues.org/903).

MEEDAT, 2008, “Écoquartiers, projets remarqués : Leicester”, No.131 (http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr).

Pinson G., 2006, “Projets de ville et gouvernance urbaine : pluralisation des espaces politiques et recomposition d’une capacité d’action collective dans les villes européennes”, Revue française de science politique, vol. 56, No.4, 619-651.

Pinson G., 2004, “Le projet urbain comme instrument d’action publique” in Lascoumes P., Le Galès P. (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 199-223.

Schaeffer V., Ruegg J., Litzistorf-Spina N., 2010, “Quartiers durables en Europe : Enjeux sociaux et processuels”, Urbanisme, No.371, 27-32.

Sennett R., 1979, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil.

Souami T., 2009, Éco-quartiers, secrets de fabrication : analyse critique d’exemples européens, Paris, les Carnets de l’info.

Tribout S., Manola T., Castillo Y., Ardila A., Charre S., 2008, “Quartiers durables en Europe : entre génie de l’environnement et développement urbain durable”, Colloque Les défis du développement durable : une réflexion croisée entre Brésil et France, Sao Paulo, SENAC – IUP.

Wüest & Partner, 2008, “Brachenliste” (http://www.wuestundpartner.com/produkte/brachenbank/brachenliste/index_f.phtml).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Bonard et Laurent Matthey, « Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Quartier durable ou éco-quartier ?, mis en ligne le 09 juillet 2010, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/23202

Haut de page

Auteurs

Yves Bonard

Assistant-doctorant, Institut de géographie, Université de Lausanne, Yves.Bonard@unil.ch

Laurent Matthey

Responsable de recherches, Institut de géographie, Université de Lausanne, Laurent.Matthey@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page