Navigation – Plan du site
Limiter les émissions de CO2 ?

Les émissions de CO2 et autres gaz à effets de serre

Quelques documents pour tenir compte des masses démographiques
François Durand-Dastès

Résumés

Cette note envisage les composantes explicatives des émissions de Gaz à effet de serre : coefficient d’émission par habitant et par unité monétaire de PNB, effets des masses de population et de production. La part de ces derniers est parfois curieusement sous estimée dans la littérature, et il semble nécessaire d’insister sur leur rôle majeur. Après une présentation cartographique et graphique de quelques données essentielles, on se livre à une expérimentation prospective à partir de ces données et des objectifs couramment mentionnés dans les accords internationaux. On cherche à en tirer quelques leçons.

Haut de page

Texte intégral

1“La Chine et les États-Unis ont des niveaux d’émission de CO2 très proches et très élevés.”

2Une affirmation dont on peut dire qu’elle est incontestable : en 2006, la Chine a émis 6,103 Milliards de tonnes de CO2, les États-Unis 5,975 ; les deux pays ont été responsables d’environ 40 % des émissions mondiales. L’Inde et la Russie qui venaient ensuite dans le classement étaient loin derrière, avec chacune des pourcentages des ces émissions mondiales autour de 5 %.

3Mais que peut-on penser de cette proximité de la Chine et des États-Unis ? En fait leur cas relève de problématiques très contrastées, ce qui ressort clairement d’une différence qu’on aurait tort de négliger, bien mise en évidence par le tableau 1.

   

Emissions Millions de tonnes

Populations Millions h

Émissions en tonnes par habitant

Chine

6103

1321

4.62

États-Unis

5975

303

19.70

Tableau 1

4Le produit d’une valeur d’émission par habitant assez faible par une population considérable, comme dans le cas de la Chine donne une valeur équivalente au produit d’une population beaucoup plus faible pour des émissions par tête beaucoup plus fortes, c’est arithmétiquement incontestable, et on sait bien que la multiplication est une opération commutative.

5Mais quand on passe du point de vue de l’arithmétique élémentaire à celle de la logique, les choses changent assez nettement.

6Il y a une différence fondamentale, en tant que composante d’une situation, entre les masses de population et les niveaux d’émissions par habitant. Et d’abord, du point de vue de la dynamique, essentiel quand on traite des problèmes des gaz à effet de serre, puisqu’on cherche avant tout à proposer des politiques, donc des actions sur les évolutions, donc encore sur ces dynamiques. Les masses démographiques possèdent une inertie beaucoup plus forte que l’ensemble des facteurs techniques et économiques qui déterminent les émissions de gaz par les activités humaines. Non que ces derniers soient dépourvus d’un certain degré d’inscription à long terme dans les caractères de notre monde ; mais il y a une différence d’ordre de grandeur dans les temporalités à prendre en compte.

7Si bien qu’on peut considérer qu’il est à la fois tout à fait vrai et très insuffisant de dire que la Chine et les États-Unis ont les mêmes niveaux d’émissions ; vrai, bien sûr à la fois du point de vue de la simple arithmétique et de celui des conséquences sur les volumes de CO2 dans notre atmosphère ; insuffisant quand on passe de l’arithmétique à la logique, de la constatation d’une situation à la prise en compte des dynamiques, et plus encore quand on envisage des possibilités d’action.

8Cette remarque peut évidemment paraître relever, du rappel d’une évidence, voire d’un truisme quelque peu monstrueux ; certes ; mais ce rappel semble ne pas être sans intérêt, quand on constate à quel point le poids des masses démographiques est souvent faiblement pris en compte, voire à peu près totalement négligé dans une partie assez importante de la littérature sur les émission de gaz à effet de serre, sur l’effet de serre lui-même, sur les problèmes plus ou moins connexes posés par les possibilités de changements climatiques et par les effets prévisibles de l’épuisement, à terme, des ressources en combustibles fossiles.

9Cette note a pour simple but de procéder à ce rappel, de le documenter, par la constitution d’un modeste dossier, essentiellement sous forme cartographique.

10On peut remarquer avant d’aller plus loin, que des problèmes analogues à ceux que nous avons évoqués à propos des masses démographiques se posent aussi pour les masses des activités humaines, plus particulièrement pour les activités de production. Celles-ci sont, de façon plus ou moins pertinentes, évaluables par les calculs des produits intérieurs bruts. Il est intéressant de confronter ceux-ci aux niveaux d’émission de CO2. Symétrique du tableau 1, le tableau 2 montre un premier aspect des effets de structure qui jouent ici : une symétrie avec inversion, d’ailleurs, puisque c’est la Chine qui a ici une masse plus faible, avec un coefficient unitaire (par dollar de PNB en l’occurrence) plus fort, et réciproquement pour les États-Unis.

   

Émissions Millions de tonnes

PNB Millions de dollars

Émissions en Kg par dollar de PNB

Chine

6103

2 657 800

2.296

États-Unis

5975

13 178 000

0.453

Tableau 2

11C’est donc l’ensemble des rapports entre les émissions d’une part, les effectifs et les activités des hommes qu’il s’agit d’envisager ici. Leur répartition à l’échelle globale peut être le point de départ de toute réflexion sur le sujet.

La carte brute

12La carte des émissions, calculées pour 2006 par les services des Nations Unies (Figure 1), montre une évidente relation entre les quantités émises et la population des pays. La disparité entre ces quantités sur l’ensemble de la planète est telle qu’il a fallu adopter une échelle de taille pour les cercles proportionnels qui aboutit à effacer les pays aux émissions très faibles ; sans quoi les cercles représentant les principaux émetteurs auraient envahi l’essentiel de la carte.

13On perçoit aussi une relation entre le niveau de développement économique et le volume des émissions : on retrouve nettement sur la carte le monde “développé”.

14Ces deux relations essentielles sont précisées et mieux mises en évidence grâce à deux graphiques (Figures 2 et 3), liant les volumes d’émissions avec, d’une part la population totale des pays, et d’autre part le Produit National Brut.

15Ces deux graphiques montrent que les corrélations sont nettes entre la variable “volume des émissions”, prise comme variable expliquée, et les deux variables explicatives, la population et le PNB.

16Le coefficient de détermination, (R carré) est égal à

  • 0,62 pour la relation avec la population et

  • 0,90 pour la relation avec le PNB

17La représentation sur un même graphique de tous les pays du monde a rendu nécessaire l’utilisation d’une échelle logarithmique. Les graphiques et les valeurs des coefficients de détermination (R2) montrent clairement qu’il existe une relation linéaire significative entre les logarithmes des variables prises en considération, ce qui implique que les volumes d’émission sont liés par des fonctions de puissance aux effectifs de la population, d’une part, et aux montants des PNB de l’autre. La pente de la droite d’ajustement est supérieure à 1 dans le cas du PNB, inférieure à 1 dans celui de la population, ce qui indique que la nature de la relation est sensiblement différente dans les deux cas. Les “lois d’échelle” ainsi mises en évidence ont une signification différente : dans le cas de la population, la relation sublinéaire (pente de 0,89) indique que les pays très peuplés ont tendance à produire moins d’émissions par habitant que les pays moins peuplés selon l’état du monde actuel ; inversement la relation plus que proportionnelle entre volume des émissions et niveau de développement laisse présager une élévation probable des émissions lorsque les pays en développement très peuplés augmenteront leur produit national brut – si rien ne change dans les modes de productions actuels.

Figure 1 : Émissions totales de CO2. Millions de tonnes (2006)

Source : F. Durand-Dastès

Figure 2 : Émissions et Produits Nationaux bruts

Équation : Log Emissions = 1,031 Log PNB – 0,2676

Figure 3 : Emissions et populations

Équation : Log Émissions = 0,893 Log population + 0, 3467

18L’utilisation des logarithmes pour la construction des graphiques rend moins visibles les différences entre les pays les plus importants. Pour pallier cet inconvénient, on a inséré un graphique en coordonnées arithmétiques (Figure 4) croisant les pourcentages respectivement de la population et des émissions dans les totaux mondiaux de ces grandeurs, en se limitant aux pays qui, au total, représentent ensemble 80 % des émissions de 2006.

19Ce graphique a l’intérêt de bien mettre en valeur les différences entre quatre pays très grands producteurs de CO2. La Chine et les États-Unis, avec des niveaux également élevés, diffèrent profondément par leur poids démographique ; on trouve une différence de nature comparable entre l’Inde et la Russie, avec des niveaux d’émission proches, mais plus faibles que ceux de la Chine et des États-Unis, et de grandes différences entre les populations.

Écarts et spécificités

20Comme c’est souvent le cas, les calculs de régression, (linéaire ou non linéaire), mettent en évidence des relations de base qu’on peut qualifier de “banales”, à condition de ne pas considérer que ce terme connote une importance secondaire : ces relations banales sont le plus souvent fondamentales. Mais pour aller plus loin, il est indispensable de s’intéresser aux écarts aux tendances de base, donc, ici, aux spécificités des différents pays. Ces spécificités sont traduites sur les graphiques par le fait que les points représentant les pays s’écartent plus ou moins de la droite de régression. Elles introduisent des facteurs explicatifs des niveaux d’émission, autres que ceux qui ont été pris en compte dans la régression, c a d les volumes de population et de PNB. Ces ensembles de facteurs de spécificité sont exprimés quantitativement par deux coefficients : d’une part les valeurs des émissions par habitant (en tonnes par habitant par exemple) et d’autre part les émissions par unité monétaire du PNB, (en kilogrammes ou en grammes émis par dollar de produit national brut par exemple).

21Ces deux coefficients, très couramment utilisés, peuvent en fait être considérés comme des substituts des résidus des régressions des figures 2 et 3 (les différences pour chaque pays entre les valeurs observées et les valeurs estimées par l’équation de la droite d’ajustement). Cette relation, dont on peut déduire l’existence de l’examen des figures, est bien démontrée par le fait que les valeurs des coefficients d’une part, des résidus de l’autre, sont liées par des relations fonctionnelles avec des coefficients de corrélation et de détermination très peu différents de 1.

Figure 4 : 20 pays représentent 80 % des émissions mondiales

22Nos coefficients par habitant et par dollar, comme les résidus, expriment “ce qu’il reste à expliquer” quand on a fait intervenir les facteurs pris en compte par le modèle, ici par la relation forte entre les émissions, les effectifs des populations et les masses des produits nationaux.

23Il est bon de souligner que nous avons affaire à des expressions des écarts par rapport à des tendances fondamentales, celles qui lient les niveaux d’émissions à des effets de masse. En effet, quelle que soit l’importance de ces écarts, il est toujours dangereux de perdre de vue les faits de base mis en valeur par le modèle. C’est malheureusement ce qui arrive dans une partie de la littérature sur les émissions de CO2, et conduit aux oublis et dérives dont nous sommes partis.

Interpréter les écarts : sobriétés et efficacités

24La cartographie des valeurs des deux coefficients retenus offre des images sensiblement différentes. Celle que donne la représentation des émissions par habitant (Figure 5) est assez familière : elle évoque la classique opposition du “nord” et du “sud”, autrement dit les niveaux de développement. Elle montre quelques nuances sensibles, avec par exemple l’opposition dans les “sud” entre d’une part des parties importantes de l’Asie orientale et méridionale et de l’Amérique du sud, et, d’autre part, la grande majorité des pays de l’Afrique au sud du Sahara, avec des niveaux bien plus bas. Dans le “nord”, les très fortes consommations des États-Unis et de l’Australie sont frappantes. Il faut ajouter que les pays producteurs de pétrole se distinguent aussi nettement par des coefficients élevés, qui sont dus en grande partie aux émissions massives directement liées aux activités d’extraction du pétrole ou du gaz.

25La relation ainsi mise en valeur entre développement et émissions par habitant est liée à des niveaux de vie et des types de consommation qui impliquent, dans les conditions actuelles, de fortes productions d’énergie, sources de gaz à effet de serre. Le lien avec les comportements revêt des aspects que l’on peut considérer comme à la fois récents et modifiables, “conjoncturels” en quelque sorte ; mais d’autres modes de consommation sont bien plus profondément enracinés dans des structures pérennes ; c’est le cas par exemple de la dissociation entre les lieux de résidence et de travail qui est un facteur fort contraignant du recours aux déplacements en automobile.

Figure 5 : Emissions de CO2 par habitant

26Une image tout autre est donnée par la carte (Figure 6) des émissions par unités monétaires de PNB. (Ici : Grammes de CO2 par dollar de PNB). On y retrouve évidemment les valeurs importantes des pays producteurs de pétrole, et les coefficients faibles pour les pays les plus “pauvres”, notamment ceux de l’Afrique au sud du Sahara. Mais l’opposition majeure apparaît entre les pays industriels de l’Amérique du Nord et de l’Europe de l’Ouest, (ainsi que le Japon) et une masse de pays en situation intermédiaire du point de vue économique. Les coefficients les plus élevés sont observés dans la partie orientale de l’Eurasie, aussi bien dans les pays de l’ex-URSS qu’en Inde et en Chine. Cette opposition majeure est généralement mise en rapport avec “l’intensité énergétique”, autrement dit l’efficacité de l’utilisation qui est faite de l’énergie dans les processus de production. S’il faut dépenser beaucoup d’énergie pour obtenir un certain niveau de production – si donc l’efficacité du processus est faible -, le coefficient est élevé, chaque dollar produit demande beaucoup d’énergie, donc en définitive, produit des émissions importantes.

Figure 6 : Emissions de CO2 et PNB (2006)

27Finalement, on peut résumer la signification des deux coefficients en empruntant les termes utilisés par les auteurs d’un ouvrage sur “le carbone et les nations” (Criqui P et al. 2009), qui écrivent que le coefficient fondé sur le PNB est une affaire d’efficacité, celui qui est fondé sur la population, une affaire de “sobriété” - ou de non sobriété. Incidemment, il convient de ne pas oublier qu’une très – trop – forte sobriété confine à la misère, à des situations telles que les populations ne peuvent profiter des avantages des technologies développées dans le monde moderne, avantages dont il est fort imprudent de nier l’existence.

28Ces deux coefficients traduisent des aspects de la réalité qui obéissent à des logiques différentes, si bien que leur combinaison produit une image originale du monde.

Combinaisons : un monde en quatre parties

29Comme le donne à penser la comparaison des cartes 5 et 6, les deux coefficients ne sont pas corrélés entre eux (le coefficient de corrélation est inférieur à 0,10…), bien qu’ils soient tous deux liés au PNB par tête (voir annexe). Comme chacun d’eux exprime un aspect significatif de la réalité, il est assez naturel de chercher à produire une image mondiale intégrant ces aspects en combinant la valeur des coefficients en une seule carte. La figure 7 distingue quatre catégories selon que la valeur de chaque coefficient est pour chaque pays supérieure ou inférieure à la moyenne mondiale. Cette technique assez élémentaire fournit une image cohérente, qui n’est pas sans intérêt. La définition des catégories peut se fonder sur le vocabulaire de Criqui et al. Cité plus haut.

Figure 7 : Emissions de CO2, population et PNB (Combinaison de deux coefficients)

30Le monde des pays les plus industriels (combinaison 2 . 1) est nettement caractérisé par une faible sobriété et une forte efficacité, (relatives, s’entend).

31Egalement peu sobres, mais peu efficaces, les anciens pays du bloc soviétique (combinaison 1 . 1) forment un ensemble cohérent, auquel viennent s’ajouter l’Afrique du Sud et des pays producteurs de pétrole. (La situation de ces derniers s’explique davantage par le gonflement des émissions dû à l’activité même de l’extraction que par un niveau d’efficacité énergétique).

32Les pays caractérisés par une faible efficacité et beaucoup de sobriété (1 . 2) forment aussi un groupe dominé par l’ensemble Inde-Chine, auquel s’ajoutent quelques pays dispersés, tous plus ou moins dotés d’un poids significatif dans le monde et des économies assez fortes.

33Les pays du dernier groupe, caractérisés par la combinaison 2 . 2 sont condamnés à des “sobriétés” confinant à la misère. Les valeurs très faibles tant de leurs émissions que de leurs PNB produisent des valeurs faibles du rapport émissions / PNB. C’est, comme on pouvait l’attendre, le cas des pays les moins avancés, très souvent des pays de l’Afrique au sud du Sahara. Mais on y trouve aussi des pays beaucoup moins démunis, que l’on peut qualifier de sobres et efficaces, comme les grands pays latino américains, notamment le Mexique et le Brésil.

34L’image donnée par la carte 7 est certes simplifiée ; mais elle fournit une image plus riche que celle de la simple opposition “nord-sud”. Associée aux effets de masse, elle offre des possibilités de réflexion sur les conditions des actions politiques envisageables en matière de régulation des émissions. Mais l’image du monde ainsi produite, comme bien d’autres, doit beaucoup à des choix en matière de traitement de l’information, qui font apparaître des artefacts ; il n’est pas possible de les passer sous silence.

Artefacts

35Le rapport entre les émissions et les Produits Nationaux pose des problèmes assez particuliers en raison des options possibles pour l’évaluation de ces derniers. Calculés en monnaies nationales ils sont généralement rendus comparables entre eux par conversion en une monnaie de référence, le plus souvent le dollar des États-Unis. Si cette conversion est fondée sur les taux de change, les résultats sont très influencés par le cours des devises sur les marchés financiers et donc largement tributaires de la position des pays dans les échanges mondiaux, et notamment de faits de conjoncture. Les PNB ainsi obtenus reflètent donc bien le volume de production et les biens disponibles, mais aussi la plus ou moins grande solidité des monnaies. Pour apprécier les différences de niveau de vie, il est donc utile de corriger les données brutes en tenant compte du pouvoir d’achat des monnaies sur les marchés intérieurs. Ce PNB corrigé pour tenir compte des parités de pouvoir d’achat, (le PNB PPA) est très souvent supérieur au PNB – taux de change, notamment pour bien des pays du “sud”. L’introduction de ce PNB corrigé augmente donc le dénominateur du rapport entre émissions et PNB, et diminue donc la valeur du rapport. Or, celui-ci, on l’a vu, est une traduction de l’efficacité du système de production. L’utilisation, assez légitime, du PNB PPA a donc pour effet une “augmentation” de cette efficacité, que l’on peut considérer comme étant largement un artefact. Il est utile d’en être conscient. La carte de la figure 8 mesure l’effet du changement de mesure du PNB sur le rapport entre les émissions et les unités monétaires. Les effets sont importants, bien sûr, pour les pays à monnaie faible, essentiellement des pays en voie de développement.

Figure 8 : Effets d’un mode de calcul sur un niveau d’émissions

Expérimentations

36Pour tester les effets des masses de population et de production sur les évolutions possibles des émissions de gaz à effet de serre, il nous a paru utile de procéder en quelque sorte à des expérimentations à partir des données acquises et à des extrapolations à partir des situations connues. Il ne s’agit ni de fixer de objectifs, ni de faire des prévisions, puisque les données à notre disposition sont beaucoup trop élémentaires pour que nous puissions procéder à l’élaboration de modèles de sérieux en la matière. Il s’agit simplement de montrer quelques effets des variations des coefficients mettant en rapport les émissions d’une part, et respectivement les populations et les masses de production d’autre part. Evaluer quelques ordres de grandeur peut permettre de relativiser un certain nombre de jugements et de projets, voire de les apprécier, et, encore une fois, de revenir sur l’utilité de la prise en compte des effets de masse.

37Il convient évidemment d’introduire dans la mesure du possible le facteur temps. Mais les possibilités d’effectuer cette prise en compte ne sont pas les mêmes dans les deux domaines qui nous intéressent.

38Pour les rapports à la population, le travail est facilité par l’inertie relative des phénomènes démographiques, qui permet aux démographes de faire des prévisions assez fiables à l’échelle de la décennie, voire de quelques décennies. Nous avons donc choisi de calculer des volumes d’émissions “possibles” dans l’avenir à partir des effectifs de populations prévisibles, en faisant différentes hypothèses sur les taux d’émission par habitant (Tableau 3). Puisque l’incertitude augmente avec l’éloignement dans le temps, nous avons privilégié les calculs relatifs à 2020, avec un seul exemple pour 2050.

Taux d’émission par

Habitant

Date finale

Emission mondiale estimée. M t

Différence par rapport à Valeur observée 2006

Taux des pays de l’annexe 1* en 1990 diminué de 30 %

2020

43 611

+ 15 524

Taux de 2006

2020

31 255

+ 3 168

Taux de 2006 diminué de 40 %

2020

18253

- 9 334

Taux de 2006 diminué de 40 % seulement pour pays de l’annexe 1*

2020

25 159

- 2 828

Taux de 2006

2050

33 917

+ 5 830

Tableau 3 : Simulations à partir des rapports émissions/population

* Il s’agit de l’annexe 1 du protocole de Kyoto, qui donne la liste des pays tenus par des engagements précis de restriction des émissions. Il s’agit surtout des pays les plus industriels. Voir la carte A1 in fine. Les États-Unis n’ayant pas ratifié leur signature du protocole, leur présence sur l’annexe1 est devenue sans pertinence.

39Les calculs ont été faits pour 160 pays. Comme les valeurs globales sont d’une importance décisive et retiennent largement l’attention, nous ne donnons que ces valeurs pour toutes les hypothèses. Mais les répartitions mondiales ont aussi un intérêt certain, et nous avons choisi de cartographier les résultats de la simulation pour la première hypothèse, la plus “pessimiste” (Figure 9).

Figure 9 : Des valeurs de 1990 à des valeurs simulées pour 2020

Source : F. Durand-Dastès

40La croissance démographique maintenue dans une large partie de monde fait plus que compenser un taux de réduction des émissions universel, qui peut paraître modeste, mais qui est considéré comme satisfaisant et réaliste dans une partie des accords internationaux.

41Les incertitudes sont bien plus grandes en matière de PNB, les renversements de conjoncture économique étant dans la nature des choses. Pour expérimenter tout de même, nous avons procédé de deux manières différentes. (Tableau 4). D’une part, en partant des données de 2006 sur les PNB, nous avons testé les effets qu’auraient sur les émissions les seules modifications des taux d’émissions par unité monétaire de PNB. Une affaire, en quelque sorte, de dynamique instantanée. Pour aller un peu plus loin, nous avons tenté ensuite de voir quels seraient les effets d’une modification non seulement de ces taux, mais aussi des volumes de PNB, au prix d’une extrapolation dont le caractère aventureux est évident. Nous avons calculé pour chaque pays un PNB “possible” dans 15 ans, en appliquant la formule de l’intérêt composé, en prenant comme point de départ le PNB de 2006 et en introduisant des taux de croissance différents d’un pays à l’autre. Pour choisir ces taux, on s’est appuyé sur des évaluations des Nations Unies de taux de différents pays ou groupes de pays, en gros dans les dernières années avant la crise commencée en 2007. Il a nous a semblé que cette procédure, certes très critiquable permettait tout de même de donner quelques idées sur des ordres de grandeur, ce qui est notre but.

Année de PNB base du calcul

Taux émissions /PNB

Total des émissions mondiales Estimé Mt

Différence par rapport à Valeur observée 2006

2006

Taux médian de 2006

( = 0,520 Kg /$)

25 227

- 2 860

2006

Taux de l’Allemagne en 2006

( =0,276 Kg/$)

13 189

- 14 898

2006

Taux de 2006 diminué de 30 %

16 942

- 11 145

2006 plus 15 ans de croissance à taux variés. Voir tableau A3 in fine pour détail.

Taux de 2006

62 990

+ 34 903

2006 plus 15 ans de croissance à taux variés. Voir tableau A3 pour détail

Taux des États-Unis en 2006

36 663

+ 8 576

2006 plus 15 ans de croissance à taux variés. Voir tableau A3 pour détail

Taux de 2006 diminué de 40 %

37 794

+ 9 707

Tableau 4. Simulations à partir des rapports Emissions/PNB

42Ici encore, nous avons choisi de présenter la cartographie des résultats d’une seule simulation, celle qui se fonde sur l’hypothèse probablement la plus vraisemblable en matière de réduction des taux d’émission. Voir figure 10.

43Si imparfaites soient-elles, ces simulations permettent de mettre en évidence quelques faits qui paraissent significatifs. Le maintien des taux de 2006 pour les périodes ultérieures, pour les deux coefficients, ne peut que conduire à des augmentations considérables de la masse des émissions.

44Si l’on applique les diminutions de taux aux seuls pays considérés comme “industriels” et de ce fait responsables des principales masses d’émissions au moment de la conception du protocole de Kyoto à la fin du XXe siècle, connus sous le nom de “pays de l’annexe 1”, on obtient les réductions les plus faibles parmi celles qui figurent sur le tableau relatif aux populations. C’est évidemment dû au fait que la liste de l’annexe 1 ne comprend pas les pays émergents très gros émetteurs, particulièrement l’Inde et la Chine, auxquels les réductions de taux les plus fortes ne sont pas appliquées dans la simulation. Les conséquences sont spectaculaires.

Figure 10 : Simulation sur 15 ans à partir des valeurs de 2006. Influence de l’évolution du PNB

45Les réductions des taux relatifs aux PNB, dont on a vu qu’ils sont largement des traductions du degré l’efficacité – ou d’inefficacité – énergétique à des valeurs déjà observées pour des pays “efficaces”, comme l’Allemagne ou les États-Unis permet aux calculs de “produire” des réductions spectaculaires des émissions mondiales. Mais l’introduction d’hypothèses sur l’évolution des PNB, -la croissance économique- modifie considérablement les perspectives. Le cas de la Chine traité ci-dessous montre que, si les taux de croissance de 9 ou même de “seulement” 7 % se maintiennent, des baisses très fortes des taux par unité de PNB (40 %, une valeur souvent mentionnée comme très souhaitable et qui tend à être reconnue comme acceptable par la Chine) ne permettent pas d’éliminer la croissance des émissions chinoises (Tableau 5). C’est seulement lorsque la Chine est atteinte par la diffusion mondiale de l’efficacité relativement forte des États-Unis, qu’elle voit ses émissions diminuer (Tableau 4, ligne 5). Une diminution forte des taux, considérée comme souhaitable et possible dans beaucoup de prévisions permet de stabiliser, voire de diminuer les émissions dans une grande partie des pays du monde, mais pas en Chine comme le montre la carte Figure 10. (C’est évidemment l’hypothèse de taux de croissance important du PNB de ce pays qui explique ce résultat. La tableau 5 apporte quelques nuances à cette hypothèse, mais en montre les effets limités).

   

PNB Milliards $

Taux d’émission retenu Kg/$

Émissions Millions t

2006
Valeurs observées

2 657v

2 294

6 103

Estimation après 15 ans
Taux 9 %

9 681

1 379*

13 353

Estimation après 15 ans
Taux 7 %

7 333

1379*

10 114

Tableau 5 : Une intention chinoise

* Correspond à une réduction de 40 % des émissions par dollar de PNB, un taux mentionné comme possible voire souhaitable par des responsables chinois après la conférence de Copenhague.

Perspectives indiennes

46En raison du poids mondial de l’Inde, de la masse de sa population et du rythme de sa croissance économique, il a paru intéressant de reproduire les déclarations de certains de ses responsables les plus importants, et de tester les effets possibles des perspectives qu’ils tracent.

Déclarations

47Pendant la période précédant la conférence de Copenhague, des responsables indiens de haut niveau ont fait des déclarations d’intention qui offrent des perspectives de réduction des émissions, mais fixent des limites.

48Rajendra Pachauri, de nationalité indienne et Président du GIEC, à ce titre prix Nobel de la Paix 2007 : “Il faut que les pays du G8 arrêtent d’exiger que les pays émergents partagent le fardeau de la réduction des gaz à effets de serre. L’Inde est une économie en pleine expansion, comment peut-on vouloir nous imposer cet effort quand des millions de personnes vivent encore dans une pauvreté absolue ?”

49Manmohan Singh, Prime Minister : “Aucun accord significatif sur la lutte contre le changement climatique ne pourra être conclu si l’on ne tient pas compte de la sécurité alimentaire et énergétique. Notre première priorité est l’éradication de la pauvreté qui requiert une croissance économique rapide” (Juillet 2008).

50Une déclaration plus précise, celle du Ministre de l’environnement, juste avant la conférence de Copenhague : “L’Inde est prête à accepter tout accord l’engageant à maintenir ses émissions par tête au dessous de celles [actuelles] des pays développés. Ses émissions par tête sont maintenant autour de 1,2 tonnes de CO2 et on prévoit qu’elles atteindront 2 à 2,5 t en 2020 et 3 à 3,5 t en 2030. Cette limite est une limite coûteuse et difficile, que l’Inde s’est imposée à elle-même.”

Chiffrages

51Si en 2020 l’Inde atteint cet objectif mentionné juste avant la conférence de Copenhague par le Ministre de l’environnement, celui d’une émission de 2 à 2,5 t de CO2 par habitant, son émission totale sera cette année là de2650 à 3 320 millions de tonnes, selon l’hypothèse retenue, avec une population estimée à 1 327 millions.

52En 2035, avec des émissions par habitant de 3 à 3,5 t, les totaux émis seraient de 4 400 à 5 110 Mt.

53Pour référence, les émissions mondiales totales de 2006 étaient estimées à 28 930 Millions de tonnes.

54Les croissances en valeur absolue prévisibles dans l’état actuel des choix annoncés par les autorités indiennes sont donc considérables (Tableau 6).

Inde

2006

Hypothèse 2020 basses

Hypothèse 2020 haute

Hypothèse 2030 basse

Hypothèse 2030 haute

Population

1 258

1 327

1 327

1 461

1 461

Émissions tonnes par hab.

1,20

2,00

2,50

3,00

3,50

Émissions totales Mt

1 510

2 654

3 318

4 383

5 114

Pour référence : % des émissions mondiales de 2006

5,22

9,17

11,47

15,15

17,68

Tableau 6 : Estimation Inde selon les données du Ministère de l’environnement (fin 2009)

Conclusion

55Cette note n’a pas pour but de prendre position sur l’intérêt de la réduction des émissions. Incidemment, l’argumentation en faveur de l’utilité ou de la nécessité de celle-ci met l’accent soit sur des changements climatiques considérés comme une menace, soit sur les conséquences prévisibles de l’épuisement des réserves de combustibles fossiles. Deux questions très controversées, pas tout à fait dans les mêmes termes et avec des arguments sensiblement différents, faisant d’ailleurs appel à des temporalités hétérogènes.

56Notre but a été simplement d’insister sur des aspects des problèmes, dont on a l’impression qu’ils sont sous-estimés, voire négligés dans une grande partie des discours courants, en dépit de leur caractère assez évident.

57Il s’agit en premier lieu de rappeler le rôle des effets de masse, qu’ils portent sur les populations ou les productions matérielles. Mais aussi de mettre en valeur la nécessité d’enrichir sur un point fondamental le tableau de la diversité du monde, tel qu’il ressort des traités et des commentaires dont ils sont l’objet. Ce tableau repose sur l’opposition de base entre “nord” et “sud”, parfois nuancée par une distinction des pays de l’annexe 1 du protocole de Kyoto, des pays “émergents”, ou encore de ceux qui ont des masses boisées forestières importantes ou des territoires particulièrement peu élevés au dessus du niveau de la mer. Ne serait-il pas essentiel d’ajouter des critères explicites fondés sur les effets de masse ou sur la différenciation des quatre catégories qui ont été mises en évidence ci-dessus par la combinaison de coefficients mesurant des réalités assez différentes (Figure 7).

58Les documents présentés suggèrent deux remarques générales supplémentaires.

591/ D’abord, un jugement sur “l’échec” de la conférence de Copenhague. L’idée qu’on peut considérer comme un progrès le fait d’obtenir des engagements généraux et vagues, mais tout de même des engagements, souscrits par les acteurs majeurs, par rapport à un système avec des engagements certes précis, mais pris par un groupe de pays qui ne comprend pas ces acteurs majeurs n’est pas totalement absurde. (On peut rappeler que la Chine, l’Inde, le Brésil, bien qu’ayant ratifié le protocole de Kyoto n’étaient tenus à aucun engagement précis dans le cadre de celui-ci, comme ils ne figuraient pas sur l’annexe 1 ; les États-Unis, signataires du protocole et figurant sur l’annexe 1, n’ayant pas ratifié leur adhésion au traité étaient dans le même cas). Ce type d’argumentation n’est pas totalement assimilable à ce qui est largement considéré comme une justification “éminemment discutable” (voire “lamentable”) de leurs choix par les “responsables de l’échec”. Après tout, des personnalités que l’on ne peut guère considérer comme “climato-sceptiques” ont porté sur la question des jugements nuancés. Par exemple, Jean Jouzel. Membre du GIEC. : “(À propos de la conférence de Copenhague) le terme de fiasco est relatif. Ce qui est positif dans l’accord, c’est que pour la première fois tous les pays ont reconnu que tout doit être fait pour que le réchauffement n’excède pas deux degrés. C’est inscrit pour la première fois dans un accord. Là où cela déraille, c’est que ce n’est pas très ambitieux pour stabiliser les gaz à effet de serre.” (Entrevue publiée dans le bulletin du SNESup.Mars 2010) Ou encore, Amartya Sen “Copenhague a été considéré comme un échec ; pour moi c’est un succès”.

602/ Ensuite, on peut se demander pourquoi il est si fréquent de voir le problème des émissions traité sans référence, ou avec des références très pauvres, aux aspects démographiques.

61On peut faire une hypothèse, qui se fonde sur le fait que nous avons affaire à trois temporalités différentes.

62Une dynamique relativement rapide, celle de l’évolution des taux liant aux émissions les volumes de production, fonction de technologies très évolutives ; une dynamique bien plus lente, celle des caractères des sociétés, des habitudes de consommation, voire des organisations spatiales, où les tendances lourdes sont importantes, malgré la rapidité relative de certaines évolutions comme celle des fameux “miracles” (japonais, trente glorieuse, dragons asiatiques..), voire des “émergences” ; une dynamique encore plus lente, celle des modifications de la répartition des masses de population ; même les modifications actuellement assez notables des taux de croissance n’ont d’effets qu’à bien plus long terme sur les effectifs totaux.

63On comprend que les politiques, membres des parlements et des gouvernements, mais aussi responsables d’associations militantes, valorisent ce qui relève des temporalités les plus courtes, puisque ces temporalités sont celles de leur action. Ils sont moins à l’aise avec les temporalités les plus longues, qui relèvent de domaines dont ils sentent qu’ils leur échappent. La demande des politiques doit, à son tour, influencer les attitudes de leurs conseillers, des experts qu’ils constituent et écoutent. On peut souhaiter que les études scientifiques permettent d’échapper à ces limitations des perspectives. Même si elles révèlent des complexités que l’on préfère négliger ou des niveaux de difficulté qu’il est rassurant d’occulter.

64Il est bien vrai qu’on voit mal comment mener des analyses pertinentes et surtout comment élaborer des politiques efficaces sans une prise en compte de toutes les dimensions, spatiales et temporelles, économiques, démographiques et sociales des problèmes liés aux gaz à effet de serre, et, plus généralement, aux besoins énergétiques de l’humanité.

Haut de page

Annexe

  

Précisions techniques et compléments

Annexe 1. Les régressions

Signification de la variable Y

Signification

de la variable X

Équations

Émissions

Population

Log Y = 0,893 lo g X + 0,3467   R= 0,53

Émissions

P N B

Log Y = 1,031 log X – 0,2676   R= 0,90

Émissions

Population

Y = 2,222 X0,893      R= 0,53

Émissions

P N B

Y = 0,5396 X1,031        R= 0,90

Annexe 2. Relations entre les coefficients utilisés

(Émissions / Population) / ( Émissions / PNB) = (PNB / Population)

Annexe 3. Taux de croissance utilisés dans les simulations du tableau 4

Groupes de pays

Taux de croissance %

Pays hors groupes

Taux de croissance %

Zone euro

2

Brésil

4

NPI Asie

4,5

Canada

3,5

Afrique sud-sahara

5

États-Unis

3,5

Europe centre-est

5

Mexique

3 ,1

CEI

6

Union Sud Africaine

4

Moyen Orient

5,5

Chine

9

Amérique Latine

4

Inde

7

“Reste Asie”

4 , 5

Japon

2

Europe Ouest hors zone euro

2

  

  

Annexe 4. Position des acteurs : le protocole de Kyoto

Annexe 5. Sources

Les données proviennent des agences internationales :

CDIAC = Carbon dioxide Information centre UNO.

http://cdiac.ornl.gov

UNFCCC= United Nations framework convention on climatic change

Notamment pour le texte du protocole de Kyoto : http://unfccc.int/​resources/​docs/​convkp/​

Les données sont reprises sous forme commode sur les sites de l’encyclopédie Wikepedia.

Notamment : http://en.wikepedis.org/​wik/​list_of_countries_by_carbon_dioxide_emissions

On trouvera une synthèse claire sur les traités principaux, qui montre nettement la faible part qui est laissée aux faits de masse par les classifications en usage dans :

Tsayem Demaze M., 2009, “Le protocole de Kyoto, le clivage nord-sud et le défi du développement durable”, L’Espace Géographique, tome 38, n° 2, 139-156.

L’usage des notions de sobriété et efficacité est suggéré dans :

Criqui P., Faraco B., Gradjean A., 2009, Les États et le carbone. Paris, PUF 329 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Durand-Dastès, « Les émissions de CO2 et autres gaz à effets de serre », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Limiter les émissions de CO2 ?, mis en ligne le 20 juillet 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23225

Haut de page

Auteur

François Durand-Dastès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page