Navigation – Plan du site
2010

Paquot Th., 2009, L’espace public, Paris, La Découverte, coll. Repères, 125 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Apparu dans les années 1960 comme synonyme de sphère publique, le terme d’espace public a été depuis lors l’objet de plusieurs glissements sémantiques : à partir des années 1970 il désigne aussi un espace d’expériences et d’interactions sociales, avant de devenir une catégorie de l’action publique dans les années 1980. Le terme est aujourd’hui mobilisé non seulement dans le champ des sciences sociales et de l’urbanisme, mais aussi, de plus en plus, dans la vie publique. Sa banalisation est cependant allée de pair avec une polysémie croissante qui rend la notion d’espace public d’autant plus difficile à manier. Si elle conserve une certaine puissance heuristique, il s’avère malgré tout nécessaire de revenir sur ses multiples acceptions et de réfléchir à leurs articulations. C’est dans cette perspective que se place Thierry Paquot avec ce petit ouvrage qui témoigne à la fois d’un esprit de synthèse efficace et de beaucoup d’érudition.

2Dans une introduction très éclairante, l’auteur rappelle d’emblée que “l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas” (p. 3), en distinguant d’une part l’espace public de la philosophie politique et des sciences de la communication, synonyme du “débat public, de la confrontation des opinions privées”, d’autre part les espaces publics chers aux édiles, architectes et urbanistes, qui “désignent les endroits accessibles au(x) public(s), arpentés par les habitants, qu’ils résident ou non à proximité”. Même si “espace public communicationnel” et “espace public circulationnel” relèvent tous deux “de la rencontre et de l’échange visibles et lisibles, appréciables et contestables, appropriables ou non” (p. 8), c’est autour de cette distinction que Thierry Paquot a choisi de construire son ouvrage, considérant qu’ils interagissent constamment et, ce faisant, se transforment mutuellement au fil du temps.

3Partant des thèses de J. Habermas et de R. Sennett, les deux premiers chapitres sont donc consacrés à l’espace public de la philosophie politique et des sciences de la communication, d’abord d’un point de vue théorique (“L’espace public ou la fabrique des opinions”) puis selon une approche historique (“Journaux, salons et cafés”). Quant aux espaces publics urbains, ils sont traités dans les deux derniers chapitres, d’abord comme formes urbaines (“De la voirie aux espaces publics”) puis comme lieux pratiqués (“Usages et pratiques des espaces publics”). Entre ces deux temps s’intercale un indispensable chapitre consacré au “public” et au “privé” qui donne un aperçu la grande variabilité, dans le temps comme dans l’espace, de ce couple notionnel. Tout au long de l’ouvrage, un système d’encadrés permet d’approfondir des thèmes bien choisis et diversifiés (la conversation, l’adressage des rues, le trottoir ou encore le péage urbain) ou de présenter des auteurs de référence (I. Joseph, J. Habermas, H. Arendt, J. Jacobs, etc.). Enfin, la bibliographie couvre de nombreuses disciplines et informe le lecteur sur la plupart des ouvrages de base à connaître pour explorer la question des espaces publics.

4Ainsi donc, l’ouvrage embrasse beaucoup de théories et de problématiques, toujours explicitées de manière fine et précise. Mais 125 pages ne suffisent pas, bien sûr, à couvrir l’ampleur de la question. Il a donc fallu faire des choix. Pour éclairer les dynamiques actuelles de l’espace public, l’auteur a tout de même privilégié une approche relevant de l’histoire, et notamment l’histoire des idées. L’ouvrage décrit ainsi le rôle de la rue dans les structures urbaines de la Rome et de la Grèce antiques, puis l’évolution de la voirie, de la “ville du contact” du Moyen Âge à la ville actuelle, caractérisée par sa fluidité, en passant par la “ville-spectacle” de la Renaissance (en reprenant les termes de F. Choay). Il revient sur la construction progressive de l’urbanisme et sur ses différents théoriciens (I. Cerdà, C. Sitte ou encore G. Kahn) : il connaît parfaitement les textes de ces derniers, sait bien les mettre à la portée de tous… et donne envie de les (re)lire ! Néanmoins, il reste peu de place dans ces 125 pages pour faire l’histoire récente des espaces publics urbains et décrire leurs dynamiques actuelles, tout particulièrement en termes de formes d’aménagement et de gestion, ou encore du point de vue des jeux d’acteurs. L’ouvrage ne revient pas en détail sur la renaissance, depuis une trentaine d’années, d’une action publique forte dans ce domaine. Or, en lien avec l’affirmation d’une “nouvelle culture urbaine” qu’a bien décrite F. Tomas, cette renaissance a supposé non seulement un profond renouvellement des doctrines d’aménagement – ce que T. Paquot appelle “ménager des lieux urbains” (p. 103), mais aussi une réorganisation progressive des structures institutionnelles en charge de l’espace public et la mise en place de nouveaux modes de mise en œuvre des politiques.

  • 1  Belina B., 2003, “Evicting the undesirables. The idealism of public space and the materialism of t (...)
  • 2  Garnier J.-P., 2008, “Scénographies pour un simulacre : l’espace public réenchanté”, Espaces et so (...)
  • 3  Mitchell D., 2003, The Right to the City: Social Justice and the Fight for Public Space, New York, (...)
  • 4  Low S., Smith N. (eds.), 2005, The Politics of Public Space, London/New York, Routledge.

5Si les théories urbanistiques sont utiles pour comprendre les dynamiques actuelles de l’espace public, d’autres théories existent cependant qui ne sont traitées qu’en filigrane dans l’ouvrage. C’est tout particulièrement le cas des travaux menés sur l’évolution des espaces publics dans le contexte de la ville néo-libérale. Le recours à ces études aurait pu donner un angle d’attaque plus lisible au chapitre portant sur les “usages et pratiques des espaces publics”, en revisitant la question du lien sphère publique/espaces publics. En effet, si la dimension politique de ces derniers est abondamment traitée dans les premiers chapitres, elle apparaît peu mise en valeur par la suite. Par exemple, l’auteur rappelle que “la privatisation affichée ou rampante de nombreuses rues et places limite l’accessibilité” (p. 92) et que “les autorités [elles-mêmes] peuvent restreindre la liberté d’user du domaine public” (p. 94), avant d’expliciter les enjeux de la “résidentialisation” et les “logiques sécuritaires” qui s’y expriment (p. 95). Or, la question du contrôle des espaces publics et plus globalement le rôle fondamental des relations de pouvoir dans les processus de production aurait gagné ici à être mieux explicité. Cela aurait été l’occasion d’introduire des stimulantes contributions de B. Belina1, J.-P. Garnier2, D. Mitchell3 ou encore N. Smith et S. Low4. Et de relire de manière critique les évolutions contemporaines d’espaces publics de plus en plus voués à la consommation et aux loisirs, à la culture et au tourisme, qui de ce fait excluent une partie des citadins du centre des grandes villes.

6Le livre n’en est pas moins agréable à lire, construit et rédigé de manière très pédagogique. S’il s’adresse, conformément à la ligne éditoriale de la collection "repères", à un public très large, c’est sans doute aux étudiants qu’il sera le plus utile. C’est d’autant plus le cas que les espaces publics sont désormais présents dans les intitulés de nombreuses formations professionnalisantes (métiers de l’urbanisme, de l’environnement, de la culture, etc.) et qu’ils suscitent un intérêt croissant de la part des étudiants, alors même qu’un faible nombre d’ouvrages à la fois récents, faciles d’accès et synthétiques sont à leur disposition. En définitive, même s’ils doivent être conscients des choix opérés par l’auteur, liés à l’ancrage disciplinaire de ce dernier et aux contraintes éditoriales de la collection, les étudiants trouveront là un excellent outil pour une première approche des espaces publics.

Haut de page

Notes

1  Belina B., 2003, “Evicting the undesirables. The idealism of public space and the materialism of the bourgeois State”, Belgeo, No.1, 47-62.

2  Garnier J.-P., 2008, “Scénographies pour un simulacre : l’espace public réenchanté”, Espaces et sociétés, No.3, Vol.134, 67-81.

3  Mitchell D., 2003, The Right to the City: Social Justice and the Fight for Public Space, New York, Guilford Publications.

4  Low S., Smith N. (eds.), 2005, The Politics of Public Space, London/New York, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Paquot Th., 2009, L’espace public, Paris, La Découverte, coll. Repères, 125 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23242

Haut de page

Auteur

Antoine Fleury

Chargé de recherche
CNRS-UMR Géographie-cités, Paris, France
afleury@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page