Navigation – Plan du site
2010

Orain O., 2009, De plain-pied dans le monde, écriture et réalisme dans la géographie française du XXe siècle. Paris, L’Harmattan, Histoire des sciences humaines, 427 p.

Claude Bataillon

Texte intégral

1Je me suis durablement passionné pour les territoires racontés par des sociologues ou des anthropologues comme Jacques Berque ou Georges Balandier, qui pour moi étaient très proches du terrain de géographes comme les Pionniers et planteurs de São Paulo de Pierre Monbeig, le Bas Languedoc de la bourgeoisie viticole de Dugrand, ou le Frémont des paysans normands. Autant dire que, soit par manque de goût, soit par sentiment d’incompétence devant la logique et ses jeux, quand je me suis intéressé à l’épistémologie de la géographie, c’était pour y détecter des éléments du vécu de la corporation. Et c’est pourquoi le livre « difficile » d’Orain m’a séduit. Mon penchant pour ce sport qu’est l’observation « de terrain » faisait de moi un « réaliste » ; mon désir d’innovation dans la conjoncture des années 1965- 1975 m’a rendu sur le tard plus « constructiviste », pour utiliser les termes qui font les deux pôles du livre.

2Celui-ci nous propose une histoire épistémologique de la géographie française du début du XXe siècle aux années 1980. Il introduit tout au long en mineure une histoire sociale de la discipline que l’on peut résumer ainsi : de 1960 à 1970 la corporation s’est gonflée massivement de nouveaux professionnels qui n’héritaient pas du bagage classique canonique de la bourgeoisie cultivée (ou des fils du peuple cooptés par celle-ci). Les nouveaux venus ont imposé de nouvelles clés explicites : aussi bien engagement politique que problématiques constructivistes. Ceci a remplacé un consensus implicite d’apolitisme et de production de récits descriptifs « régionaux », supposés exhaustifs, appuyés sur la scientificité d’une géographie de la nature à base essentiellement géologique (la géomorphologie). Orain analyse principalement les textes théoriques de la géographie et n’entre dans la pâte des productions régionales qu’en début (à propos de la Géographie Universelle des années 1920- 1930), ou à la fin (le vignoble languedocien de Franck Auriac). Il est attentif aux langages, aux supports d’édition et aux publics visés par ceux-ci : les géographes français publient surtout des manuels pour étudiants et pour enseignants du premier et du second degré. Les chapitres du livre traitent tantôt de situations historiques (quelques sous-titres : surgissement, indécision, âge industriel, malaise, panégyrique, ordinateur totalitaire, révolution, crise, colère…), tantôt d’auteurs lus à fond et longuement cités, parfois outsiders (Vallaux, Gottmann, Claval), plus souvent représentatifs d’une posture ou d’une génération, souvent traités par paires (Gallois- Bruhnes, Meynier- Beaujeu, George- Labasse, Raffestin- Auriac).

3Orain souligne tout au long combien le désir de rester une corporation unie rend la (ou les) coupure(s) tardive(s) et partielle(s) en géographie : le canon de la thèse d’Etat française a retardé le rythme des innovations (mais ceci est vrai dans toutes les disciplines et dans toute l’Europe traditionnelle avec l’accès tardif aux chaires). Plus encore le concours d’agrégation de l’enseignement secondaire et plus largement la formation des maîtres a représenté un « marché » fondamental : briser l’unité de la discipline aurait tué la poule aux œufs d’or (déjà rendue malade par le semi- divorce d’avec l’histoire en 1944).

4L’auteur nous dit que son champ d’observation laisse pour l’essentiel de côté l’évolution de la géographie physique. Rappelons que celle-ci a idéologiquement dominé la corporation jusqu’à la coupure de 1970, et qu’elle s’est dotée de règles scientifiques qui la dégageaient de l’énumération, si non d’une tradition descriptive. Les luttes épistémologiques ont concerné en France une géographie régionale « humaniste », où le statut du social était un enjeu essentiel.

5Résumer les trois quarts de siècle analysés dans ce livre lasserait vite. Je me contenterai de remarques discontinues, en suivant la progression, chronologique, du livre lui-même.

6Le réalisme implicite de l’Ecole française de géographie classique (chapitre 1, vers 1909- vers 1940) a pour arrière fond le sens commun d’une discipline proche de l’action, pour des hommes doués d’une culture historienne séduits par le « terrain » des naturalistes : il remplace pour ceux-ci l’expérimentation que la biologie amorce bien plus difficilement que la physique. Ces géographes sont aussi séduits par le roman naturaliste. Leur première préoccupation est de « donner à voir », à une époque où l’inventaire du Monde reste un impératif. Certes les terres inconnues ont toutes été découvertes avant 1900, mais le détail des contrées reste à décrire pour la majorité de la planète. Ceci donne une géographie régionale où la plaie du plan à tiroirs pour un inventaire exhaustif se répand, d’autant plus lourd que les données fournies par les sciences et techniques « thématiques » se multiplient. Mais très tôt vient le contre- feu de privilégier la combinaison qui fait d’une contrée un « être géographique ».

7Ce réalisme de la géographie classique connaît des reformulations vers plus de scientificité (chapitre 2, vers 1942- vers 1965). Se renforce certes le désir d’expurger les textes de leurs connotations littéraires, de multiplier cartes et graphiques, de remplacer le cours magistral par les travaux pratiques (l’explication de carte est reine…), ou par l’excursion de « terrain ». La science passe par le renforcement d’un vocabulaire technique souvent emprunté au vernaculaire : les géomorphologues peaufinent cela et la géographie rurale s’y engouffre  pour l’étude des terroirs. Dans le monde d’après 1945 où la croissance économique (industrielle pour le côté spectaculaire) est l’essentiel, le chiffre doit appuyer le texte et Pierre George lui donne une large place dans les monographies d’Etats. Rappelons qu’en ce temps, dans une faculté de lettres française, le géographe était presque le seul à manipuler des chiffres, on l’admirait ou on le méprisait pour cela, c’était selon. Les régions – combinaison pouvaient faire l’objet de typologies : Cholley l’appelle de ses vœux (1942), Birot le pratique en exercice scolaire dès 1954 et vers 1967 Julliard entraîne sur cette voie Dollfus, Gallais, Kayser. Un proto- constructivisme aux mains de « classiques » que ne séduit pas la Nouvelle Géographie ? N’oublions pas dans cette veine les deux entreprises éditoriales de Cholley pour cette géographie régionale modernisée : les manuels secondaires des éditions Baillère des années 1940, pour lesquels il s’adjoint George, Birot, Dresch, Clozier ; les manuels universitaires Orbis, géographie universelle avortée (ni Afrique, ni Asie, ni Océanie), où les typologies géomorphologiques et agraires voulaient couvrir les territoires.

  • 1  Atypique, celui-ci n’attend pas d’avoir soutenu « sa » thèse pour produire des manuels… hors norme

8Orain convoque Thomas Kuhn pour montrer comment se brise un modèle scientifique (chapitre 3), en remarquant que pour les sciences sociales (la géographie va le devenir) les logiques internes d’une discipline s’encastrent dans les enjeux sociaux d’une corporation : en pages 136- 140 il campe ce qui fait révolution autour de 1968 en géographie française. Il applique son schéma pour les années 1960-72 d’abord au « malaise et à l’émergence d’une anomalie dans le paradigme classique » (chapitre 4) : Claval1, Meynier, Beaujeu-Garnier, Dollfus cherchent à ouvrir, prolonger (ou replâtrer) la géographie classique en y introduisant de la new geography, surtout pour les besoins de travaux d’aménagement. Ces nouveautés sont des manuels produits par des maîtres, chevronnés ou tout jeunes : nul ne se risquerait à ces ouvertures dans une thèse (d’Etat évidemment). Et ces livres veulent préserver l’unité de la discipline que menace la new geography et ses possibilités d’hyperspécialisation, même s’ils admettent la possibilité de polémiques, ce qui est très nouveau dans la corporation.

9En ces mêmes années 1960-72, d’autres géographes cherchent à maintenir la doxa, la bonne règle de l’Ecole française (chapitre 5), en dénonçant en quoi la géographie quantitative laisse échapper « le réel », en particulier parce qu’elle traite des données fausses ou volontairement appauvries. Au nom de ce réel à préserver, il faut sauver son historicité au lieu de le figer, sauver sa richesse que tronqueraient des hypothèses réductrices, sauver un aménagement critique face à sa version technocratique dommageable. Labasse et surtout George sont les champions de ce « réel ». Orain montre bien ce dernier, parlant de loin et de haut. Pour décoder ce personnage, il faut rappeler qu’il fut brillant, enthousiaste au profit du social en connivence avec le parti Communiste, précoce (docteur en 1936 à 27 ans avec sa Région du Bas Rhône), extraordinairement fécond et divers dans ses livres. Il a d’autant plus mal supporté tant d’infidélités à sa culture naturaliste et historienne qu’elles scellaient sa mise à l’écart des affaires où se maintenaient ses contemporains Monbeig (au CNRS) ou Dresch (prince régnant sur l’UGI). George poussera alors vers une géographie très qualitative s’ouvrant à une anthropologie de l’espace vécu qui se déploie autour de Frémont et Gallais, plus tard de Claval.

10La crise de la géographie en France s’affiche ouvertement vers 1970- 1986 (chapitre 6). Elle est liée aux soubresauts de l’aménagement, dont le marché est monopolisé après 1968 par les conservateurs. Cette crise est cependant amortie par le rôle de ténors (Pinchemel, Claval, R. Brunet, Sautter), fortement critiques envers les classiques, mais loin d’adhérer simplement à la new geography. Plusieurs adeptes de la révolution épistémologique signalent le rôle de Bernard Marchand en 1970. C’est alors un inconnu passé par Berkeley, qui vient de soutenir une thèse de 3eme cycle (si peu valorisante académiquement…) sur les bidonvilles liés à l’exploitation pétrolière au Venezuela. Il sera de ceux qui vite se convertiront aux études urbaines à plein temps. La nouveauté s’affirme en 1972 avec L’Espace Géographique, sans chercher la rupture brutale. C’est le moment où Sautter met le doigt sur une conséquence à long terme du nouveau cours : le clivage entre l’espace en soi de ceux qui pensent une géographie théorique générale, et ceux qui traitent une multitude faits dans des espaces de toutes tailles, couche sociale moins valorisée de la profession.

11Ce nouveau cours s’affirme plus brutalement vers 1975-82, avec de nombreux supports éditoriaux de littérature grise, sauf pour Hérodote publié par les éditions Maspéro. Ses auteurs subissent directement les « pertes de marchés » d’alors, fin des recrutements d’assistants d’université vers 1972, menace de restrictions de recrutements de professeurs du secondaire vers 1976. Notons que cette dissidence généralisée est polymorphe : au centre, ceux pour qui il faut en finir avec l’usage de l’implicite, avec la vieille géographie qui n’est pas une science, mais pour les mêmes et pour beaucoup d’autres le refus de l’apolitisme en sciences sociales au profit de contestations socio- politiques. Seul ce dernier volet apparaît clairement à Hérodote, comme au sein de l’Institut de géographie de Toulouse mené par Kayser, où j’ai vécu à partir de 1974. Orain montre aussi comment peu à peu toutes les revues de géographie françaises s’ouvrent à la publication de colloques et débats et non plus seulement de communications ou articles individuels.

12Dès 1982, et le changement de conjoncture politique y a sa part, un consensus s’organise (en particulier autour de R. Brunet) pour une géographie- science sociale qui produit des modèles, même si le noyau dur de ceux qui manipulent réellement des mathématiques et du vocabulaire « ésotérique » est restreint (est et sud-est de la France, Paris I et Paris 7) et que la majorité de la profession reste méfiante. Des réactions anti-quantitativistes débouchent sur une valorisation du social, du culturel, de l’humaniste. Les chorèmes de R. Brunet fructifient, parfois entre les mains d’adeptes très qualitativistes pour traiter de réalités régionales très socio-culturelles.

13Orain clôt son livre avec un chapitre 7 sur le constructivisme qui se généralise pour remplacer le réalisme de la géographie classique. Le Géopoint de 1978 (concepts et construits) sert de point de départ. Ecrire en géographie doit débuter par une problématique qui permet une expérimentation. Ce constructivisme est renforcé par tout le courant de l’étude des représentations. Il faut souligner combien ce courant, dans toutes les disciplines « humanistes », pénètre alors le milieu de la recherche pédagogique et des IUFM. Le livre pousse à fond la présentation de ce constructivisme autour de Raffestin, qui réfléchit plus sur le langage de la connaissance que sur les contenus sociaux des études géographiques, et de Auriac dont la thèse de 1979 fait date parce que sur une région très précise (le vignoble languedocien) elle « concilie marxisme, systémique et géographie ».

14Orain n’oublie pas de nous proposer in fine toute une série d’autres chantiers qui restent à ouvrir dans l’histoire des géographes du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1  Atypique, celui-ci n’attend pas d’avoir soutenu « sa » thèse pour produire des manuels… hors norme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Bataillon, « Orain O., 2009, De plain-pied dans le monde, écriture et réalisme dans la géographie française du XXe siècle. Paris, L’Harmattan, Histoire des sciences humaines, 427 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23243

Haut de page

Auteur

Claude Bataillon

claude.bataillon@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page