Navigation – Plan du site
2010

Coutard O., Lévy J.-P. (dir.), 2010, Ecologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, 371 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Ce livre, découlant du travail de préfiguration du Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement du CNRS, permet d’en repérer les lignes de force. De longue date, la ville est apparue au CNRS comme une opportunité interdisciplinaire pour un organisme fort de son potentiel dans les disciplines de l’ingénieur comme dans celles du vivant ou en SHS. Le PIR Villes concrétisa cette volonté au début des années 1990. L’environnement joua le même rôle avec le programme Ecodev axé sur les économies d’énergie puis élargi aux questions d’environnement.

2La ville et l’environnement sont des champs que les disciplines établies appréhendent plus ou moins, chacune à sa manière. Comment trouver un angle d’attaque susceptible de favoriser les synergies, de surmonter les barrières entre disciplines ? D’abord en rassemblant les deux notions. Si la ville fait sens pour nombre de sciences humaines et sociales, l’environnement est un terrain d’investigation reconnu en sciences de l’ingénieur, en sciences du vivant. D’où le titre du livre, “écologies urbaines”, annonciateur d’une réelle ambition. De plus, cette ambition est en phase avec une demande sociale qui s’interroge de plus en plus sur la soutenabilité urbaine. Le lecteur, interpellé par les approches historiques évoquant la salubrité et l’hygiène (par exemple le chapitre rédigé par S. Barles), s’interrogera cependant sur les raisons de l’absence d’un volet “santé” plus affirmé dans un tel programme de recherche.

3Cela dit, on ne peut faire de la recherche qu’avec des chercheurs, en l’occurrence des chercheurs français. Dans une certaine mesure, le livre évite le piège d’un enfermement franco-français. Certes la quasi totalité des auteurs (une vingtaine) sont français, mais la plupart sont au fait de la littérature internationale dans leur domaine. Pour autant, on ne peut demander à des chercheurs de réorienter en deux ans leur axe d’investigation. C’est pourquoi les auteurs du livre traitent de ce qu’ils connaissent, proposant au mieux quelques pistes nouvelles dans la ligne de ce qu’ils ont déjà travaillé. Pour le lecteur, qui n’est pas un programmateur de la recherche institutionnelle, cela n’est pas gênant. Au contraire, plusieurs chapitres proposent un bon état des lieux selon l’intérêt desdits auteurs. Ainsi, le chapitre rédigé par A. Guillerme est particulièrement intéressant dans la mesure où il permet de saisir les termes dans lesquels se posait la question de l’environnement dans la ville française des XVIIIe et XIXe siècles. Il incite à se méfier des anachronismes dont pourtant quelques passages de l’ouvrage ne sont pas exempts.

4D’autres chapitres cherchent à mettent en scène les débats scientifiques en cours autour de concepts tels que le développement durable, la dette écologique, la justice environnementale. Là encore, l’intérêt pour le lecteur est indéniable.

5Les deux directeurs et les auteurs ont fait des efforts visibles et méritoires pour croiser les approches, que ce soit dans le chapitre écrit par O. Coutard ou dans celui de C. Emelianoff. Cependant, plutôt qu’affirmer une interdisciplinarité en marche, relevant les défis de la connaissance des écologies urbaines, le livre révèle les difficultés et peut-être les limites du projet scientifique interdisciplinaire. Ceci apparaît parfois explicitement, parfois au détour d’un chapitre, parfois en creux dans certains exposés. Par exemple, on note que les articles les plus construits (et les plus rassurants pour le lecteur !) sont les plus “disciplinaires”, comme ceux de G. Faburel (plutôt statistique), d’A. Guillerme (clairement historique) ou de V. Masson (climatologie). On ressent également les frictions entre disciplines, les sciences de l’homme et de la société ayant tendance à caricaturer l’attitude des chercheurs de sciences plus “dures”… et réciproquement. Plus surprenant, de vrais conflits de disciplines transparaissent ici ou là. P. Clergeau écrit : “en France, il y a eu un frein très fort de la part de certaines disciplines des sciences humaines à l’entrée des sciences de l’ingénieur et surtout des sciences de la vie dans un système qui était leur territoire” (p. 154). Enfin, le militantisme et l’idéologie, courants depuis que la société civile et le politique se sont saisis des enjeux environnementaux, s’invitent par moments dans le débat, au risque d’exclure la possibilité de synergies scientifiques.

6De même, la ville n’a pas le même sens pour tous. Des auteurs, en résonance avec l’architecture, en restent à la ville traditionnelle sinon historique (J.-P. Thibaud). Pour certains, l’étalement urbain est une réalité et le périurbain est déjà entré dans la ville (J.-P. Lévy). Pour d’autres enfin, c’est une cité mondialisée qui se construit, sorte de village global des valeurs environnementales (C. Emelianoff).

7Cela dit, il est sans doute nécessaire de franchir cette étape de reconnaissance pour avancer. Ce livre appellerait donc à poursuivre et à approfondir l’échange entre chercheurs pour aboutir à un nombre limité de thématiques communes susceptibles de véritables synergies.

8Reste un point troublant. La contribution de F. Dureau et J.-P. Levy (chap. 5) attire l’attention sur la difficulté de la normalisation dans le domaine des économies d’énergie pour le logement et le transport. Celle de N. Blanc (chap. 10) soulève la question de l’acceptabilité de politiques trop segmentées (transport durable, économie d’énergie, nature dans la ville, lutte contre l’étalement urbain…) au profit du plus grand nombre. Mais sous le titre “action”, à partir du chapitre 14, la dernière partie de l’ouvrage appelle à dépasser la simple réflexion et la méthodologie pour que la recherche se confronte aux citadins, aux citoyens et aux politiques. Or, cette partie hésite entre l’analyse des comportements et des stratégies et un certain engagement dans l’action pouvant aller jusqu’au militantisme lorsque les connaissances ne sont manifestement pas à la hauteur des préconisations voire des injonctions (chapitres de P. Metzger et al., J. Lolive et C. Emelianoff). Ce changement de registre gagnerait à être mieux explicité dans le livre.

9L’intérêt que suscite le titre de l’ouvrage est mobilisateur. Le risque existe néanmoins d’un passage trop rapide au registre de l’action, ignorant les temporalités propres de la recherche surtout lorsqu’elle se veut interdisciplinaire. Dans ce domaine, plus encore que dans d’autres, la praxéologie doit servir de garde-fou pour que puisse se développer une vraie science des écologies urbaines utile au bien commun. La lecture de ce livre, très bien édité, est à recommander car il marque pour la recherche française une première étape importante sur un chemin particulièrement difficile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Coutard O., Lévy J.-P. (dir.), 2010, Ecologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, 371 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23244

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page