Navigation – Plan du site
2010
506

De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement

From planning to care: the Loire catchment basin as a mirror of the evolving relationship between fluvial development and environment
Sylvain Rode

Résumés

La Loire est bien moins aménagée et artificialisée que les autres grands fleuves français. Pourtant, l’aménagement de son bassin a été au cœur d’importantes controverses durant les dernières décennies. L’opposition entre aménageurs et protecteurs de l’environnement y a été forte mais féconde dans la mesure où elle a contribué au passage d’un mode de gestion techniciste des cours d’eau – qui donne la priorité à leur maîtrise grâce à de grands aménagements, sans se soucier de leurs impacts environnementaux – à un mode de gestion environnementaliste – qui s’efforce d’articuler l’aménagement avec la préservation des équilibres naturels des hydrosystèmes. L’étude du bassin de la Loire permet donc de mettre en lumière l’affirmation d’un nouveau mode de gestion des cours d’eau, plus soucieux des équilibres environnementaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Discours de la méthode, 6e partie.

1La distinction proposée par le sociologue Jean-Paul Bozonnet (1992) entre une vision “prométhéenne” du développement en montagne – désignant la propension à la conquête, à l’exploitation et à la maîtrise du milieu naturel – et une vision “icarienne” – désignant la volonté de préservation et d’adaptation au milieu – peut être appliquée aux cours d’eau. Durant la seconde moitié du XXe siècle, la perception sociale des cours d’eau a sensiblement évolué, retentissant ainsi sur leur aménagement. Jusqu’aux années 1990 dominait une idéologie prométhéenne de l’aménagement entretenant le rêve d’une nature modelée par le travail civilisateur de l’homme. Dans cette optique, pour reprendre la formule de Descartes, les hommes devaient se rendre “comme maîtres et possesseurs de la nature”1 grâce à des interventions lourdes d’aménagement du milieu naturel. Pourtant, cette idéologie prométhéenne de l’aménagement des cours d’eau a progressivement cédé le pas à une nouvelle vision des cours d’eau comme milieu et patrimoine à préserver, icarienne donc.

2Comment s’est effectué ce passage de l’aménagement au ménagement des cours d’eau ? Et en quoi celui-ci contribue-t-il à faire évoluer les rapports entre aménagement fluvial et environnement ?

3L’analyse du cas du bassin de la Loire nous permet de proposer l’idée d’un passage, au cours des années 1990, d’un paradigme techniciste à un paradigme environnementaliste. Après avoir été le théâtre d’un conflit vigoureux entre aménageurs et écologistes, le bassin de la Loire a en effet été érigé par l’Etat en symbole d’une nouvelle politique de gestion des cours d’eau. Il nous donne donc à voir la manière dont l’aménagement fluvial s’est progressivement infléchi en France en intégrant les enjeux environnementaux.

L’aménagement controversé

Aménager le « dernier fleuve sauvage d’Europe »

4La Loire et ses affluents ont été aménagés de très longue date. Sur les 450 kilomètres du cours de la Loire moyenne, 100 000 hectares sont mis à l’abri des inondations de petite ou moyenne ampleur par un système de 550 kilomètres de levées. Au droit des ponts anciens, ces aménagements n’ont généralement laissé à la Loire qu’un lit endigué de 300 mètres de largeur (par exemple dans la traversée de l’agglomération d’Orléans, passage localement appelé “le goulet”). Ailleurs, le lit endigué a souvent moins d’un kilomètre, dans une vallée dont la largeur varie de trois à huit kilomètres. Le lit majeur du fleuve a été conquis par les sociétés, soit pour mettre hors d’eau les riches terres agricoles des varennes, soit pour y installer villes et villages, soit enfin pour réduire la largeur de la Loire et maintenir assez d’eau pour la navigation, y compris durant les étiages. Cette appropriation est ancienne et s’est effectuée progressivement. Les recherches historiques distinguent deux grandes phases de l’endiguement du fleuve : l’époque des “turcies” discontinues et submersibles du Xe au XVe siècle, puis celle des “levées” de plus en plus systématiques et souhaitées insubmersibles, du XVIe au XIXe siècle (Burnouf, Maillard, 2003). Ces aménagements anciens de la Loire ont eu d’importants impacts environnementaux, en particulier l’abaissement du niveau de la nappe alluviale et le creusement du lit. Des travaux récents montrent que “la cause première de cette incision du lit de la Loire est la réponse de l’hydrosystème à la construction des levées depuis 500 ans” (Garcin, Carcaud et alii, 2006). La déconnexion lit mineur-lit majeur produite par l’endiguement a ainsi entraîné un déficit en charge solide (étant corseté dans un chenal endigué, le fleuve ne peut plus mobiliser de matériaux issus du lit majeur) et l’augmentation de la capacité de transport, déclenchant ainsi l’incision du lit. Les extractions excessives de granulat dans le lit mineur et la construction d’ouvrages de navigation n’ont fait qu’amplifier ce mouvement. Par ailleurs, nombre d’aménagements ont vu le jour dans le lit endigué du fleuve, afin de favoriser la navigation : épis (ouvrages transversaux au fleuve), duits (ouvrages longitudinaux)…

5Au cours des XIXe et XXe siècles, des barrages de taille modeste (d’abord liés aux besoins du développement industriel, puis à la production d’hydroélectricité) mais nombreux voient le jour. De 1895 à 1927, dix-huit barrages hydroélectriques sont construits sur la Loire et ses affluents, comme Maisons-Rouges sur la Vienne ou Eguzon sur la Creuse. L’aménagement hydroélectrique du bassin de la Loire se poursuit des années 1940 aux années 1960 (barrages EDF de Poutès-Monistrol sur l’Allier, de Vassivière sur le bassin de la Vienne, de Montpezat et de Grangent sur le haut bassin de la Loire, ainsi que celui de Blois en Loire moyenne). Plus récemment, la réalisation de quatre centrales électronucléaires sur le bassin de la Loire (Belleville, Dampierre, Saint-Laurent et Chinon ; carte 1) a accéléré la construction des grands barrages de régulation de Naussac (50 mètres de haut, capacité de retenue de 190 millions de m3) et de Villerest (59 mètres de haut, capacité de retenue de 128 millions de m3) mis respectivement en service en 1983 et 1984, sur les hauts bassins de l’Allier et de la Loire (carte 1). Pour assurer un bon fonctionnement de ces centrales, il apparaît nécessaire de réguler les débits de la Loire en procédant au soutien des étiages (rôle du barrage de Naussac) ou à l’écrêtement des crues (rôle du barrage de Villerest) selon les périodes. Ces barrages ont aussi permis d’améliorer l’alimentation en eau potable, de développer l’industrie et l’irrigation.

6L’image d’une Loire “dernier fleuve sauvage d’Europe” mise en avant par les écologistes (Courtet et alii, 1990) est donc pour le moins simpliste : les hommes ont transformé depuis le Moyen Âge la physionomie et le fonctionnement naturels du fleuve afin de l’exploiter, de s’en protéger, de le traverser. L’hydrosystème ligérien a été largement et anciennement anthropisé (Burnouf, Maillard, 2003).

  • 2  Créées par la loi du 16 décembre 1964 relative au régime et à la répartition des eaux et à la lutt (...)
  • 3  Créé par arrêté du Ministre de l’Intérieur du 21 novembre 1983, l’EPALA se met en place en 1984 av (...)

7La réalisation du barrage écrêteur de Villerest donne l’illusion aux acteurs de l’aménagement urbain que la Loire est ainsi maîtrisée, incitant les communes à poursuivre leur développement en zone inondable (Rode, 2009). Certes, l’urbanisation et l’implantation de nombreux équipements dans le val se sont développées bien avant la construction de ce barrage. Néanmoins, force est de constater que l’argument de la réduction du risque grâce aux aménagements structurels est mis en avant pour justifier la réalisation d’opérations urbaines de grande ampleur en zone inondable (Dutour et alii, 2001). C’est l’ensemble de la croissance urbaine qui doit parvenir à s’affranchir de la menace de l’inondation grâce à la puissance du génie civil. Comme le notent les auteurs du SDAU de l’agglomération orléanaise de 1974, “en 1985, donc, si la réalisation du programme [de construction de barrages d’écrêtement de crues] ne rencontre pas d’obstacles, le risque d’inondation sera supprimé dans la majeure partie du domaine aujourd’hui menacé” (cité par Barraqué et Gressent, 2004). Les aménagements structurels sont crédités d’une efficacité qui n’est jamais remise en cause. En revanche, l’augmentation du risque d’inondation, liée à l’aggravation de l’imperméabilisation du sol par l’urbanisation ainsi qu’à l’augmentation de la vulnérabilité qu’elle engendre, est purement et simplement “oubliée” ! Ces aménagements lourds étaient en phase avec le paradigme techniciste largement dominant alors, selon lequel les aménagements structurels permettaient de mettre l’homme à l’abri des aléas naturels, de maîtriser le milieu naturel afin de le mettre au service de la société. Aussi, à la suite de la crue meurtrière (huit morts) et destructrice survenue en 1980 à Brives-Charensac (carte 1), la volonté d’aménager la Loire par un programme de grands travaux se fait-elle plus forte. Celle-ci se concrétise par le protocole d’accord signé à Orléans le 13 février 1986 entre l’Etat, l’Agence de l’eau Loire Bretagne2 et l’Etablissement public d’aménagement de la Loire et de ses affluents3 (EPALA).

8Ce protocole d’accord de 1986 prévoyait de réaliser en dix ans un programme d’aménagement hydraulique de la Loire et de ses affluents afin d’assurer la protection contre les inondations et le soutien des étiages. Il était ainsi prévu de réaliser (carte 1) :

  • les barrages de Serre de la Fare sur la Loire et de Chambonchard sur le Cher,

  • l’ouvrage écrêteur du Veurdre sur l’Allier (un ouvrage à vannes mobiles),

  • l’aménagement de Naussac 2 sur le haut Allier afin de tirer un meilleur parti de la retenue de Naussac (usine de pompage turbinage),

  • des aménagements locaux : digues de protection dans la vallée de l’Allier, ouvrages en basse Loire et dans le bassin de la Vienne.

Carte 1 : Une volonté d’aménagement global du bassin de la Loire

9Il s’agissait donc d’un programme d’aménagement hydraulique de grande ampleur, dont la réalisation était évaluée en 1986 à 2,3 milliards de francs (soit 350 millions d’euros). “La logique qui sous-tend ces propositions est explicite, à défaut d’être indiscutable : en construisant des barrages on élimine le risque” (Ledoux, 1995). Jean Royer, président de l’EPALA et maire de Tours, est alors un farouche partisan de cette politique d’aménagement du bassin de la Loire. En effet, la question de la sécurisation de l’espace occupé par la ville de Tours, dont la plus grande partie du territoire communal est en zone inondable, est pour lui une préoccupation majeure. Souvenons-nous que les grandes crues du XIXe ont submergé une partie de la ville. Au début des années 1980, l’enjeu est considérablement augmenté à Tours, rendant plus pressantes les demandes de régulation du régime hydrologique du Cher. Durant les années 1970, 280 hectares ont été conquis et urbanisés dans la vallée du Cher derrière des digues de cinq mètres de haut (Dutour et alii, 2001). En 1987, le projet qui avait été suspendu en rive gauche est relancé : sur plus de 300 hectares, la ville projette d’établir un technopôle et d’installer 4200 logements dans la plaine de la Gloriette. Dans un contexte où les réticences vis-à-vis du projet et de façon plus générale à l’égard des implantations en zone inondable se font plus nombreuses, l’argument de la maîtrise du bassin de la Loire à travers son aménagement lourd (et en particulier la construction d’une réserve écrêteuse de crue de vingt-deux millions de mètres cubessur le haut Cher à Chambonchard) est important.

10En 1987 et 1988 est défini l’ordre dans lequel doivent être construits les ouvrages structurants. Serre-de-la-Fare est le premier sur la liste, suivi de Chambonchard (carte 1). Pourtant, si le programme d’aménagement du bassin de la Loire avance à grands pas, une opposition s’est promptement structurée, mettant en lumière les limites de ces aménagements lourds.

Un programme d’aménagement contesté

11Ce programme de construction de grands barrages présente un certain nombre de limites, qui questionnent la pertinence même de ce type d’aménagement lourd. Les principales limites de ces grands barrages sont de deux ordres : sécuritaires et environnementales. Nombreuses sont les questions qui se posent vis-à-vis de l’efficacité des grands barrages en matière de protection contre les crues : si une crue survenait alors que le barrage est plein, celui-ci ne pourrait faire son office d’écrêtage de crue ; création d’un faux sentiment de sécurité, sachant qu’il est toujours possible que survienne une crue d’intensité telle que les barrages seront impuissants à la contenir ; risque de rupture de barrage. L’impact écologique des grands ouvrages constitue l’autre point d’achoppement : lissage du régime aval (disparition des crues fréquentes à moyennes, induisant un appauvrissement biologique des milieux) et interruption totale ou partielle du transport de sédiments (érosion en aval et comblement de la retenue par les dépôts) ; perturbation des dynamiques biologiques (circulation de poissons migrateurs comme le saumon).

12Certains imaginent donc des solutions alternatives aux grands barrages. Henri Présumey, ancien conseiller général de Haute-Loire, propose dès 1983 une alternative au barrage de Serre de la Fare, sur la haute Loire (carte 2). En stockant l’eau temporairement dans des vallées d’altitude – non habitées – barrées par de petits ouvrages de retenues en terre et enrochements de quatre à dix-huit mètres de haut – en lieu et place d’un grand barrage de soixante-quinze mètres de haut avec une retenue permanente –, il serait possible de retenir environ quarante-cinq millions de mètrescubes, soit un volume d’eau permettant d’amortir une crue comparable à celle qui a ravagé Brives-Charensac en 1980.

Carte 2 : Une solution alternative au barrage de Serre de la Fare : multiplier les petites retenues temporaires sur la Loire et ses affluents

13Ces levées barrant les hautes vallées des affluents de la Loire retiendraient les eaux de ruissellement lors des épisodes orageux formant, pendant vingt-quatre à trente-six heures, des lacs temporaires d’un à six millions de mètres cubes. L’eau de ces retenues serait progressivement évacuée par un pertuis de fond, étalant ainsi l’onde de crue en aval. Pourtant, cette alternative au grand barrage de Serre de la Fare a été ignorée, en dépit de son coût inférieur (80 à 100 millions de francs contre 700 millions pour Serre de la Fare) et de son moindre impact sur l’environnement (pas de retenue permanente noyant la vallée en amont, pas de modification des équilibres écologiques des cours d’eau, pas d’entrave à la remontée des poissons migrateurs, une bonne intégration dans le paysage des digues enherbées et arborées). Les raisons de ce désintérêt sont à la fois techniques, culturelles et financières. Tout d’abord, ce projet suscite lui aussi des doutes quant à son efficacité protectrice. Nombre de spécialistes craignent que ces petits barrages, une fois remplis, déversent simultanément d’importants débits pouvant s’additionner, provoquant ainsi une crue artificielle. Pourtant, aucune évaluation sérieuse de ce risque n’a été menée, ce projet alternatif n’ayant pas fait l’objet d’une étude approfondie. L’autre fait décisif est à chercher du côté des ingénieurs, dont l’idéologie et l’intérêt financier poussent à la construction de grands ouvrages. La culture des ingénieurs, pétrie d’idéologie techniciste et prométhéenne, favorise la réalisation de grands barrages, plus prestigieux et visibles que de petites levées érigées sur de petits ruisseaux. Par ailleurs, les enjeux financiers pèsent lourd : les grandes entreprises de travaux publics ne sont pas intéressées par de petits projets… pas assez chers ! Les ingénieurs des services de l’Etat ont eux aussi un intérêt financier aux grands chantiers puisque plus le montant des travaux dont ils ont la charge est élevé, plus leur rémunération est importante.

14Au-delà de cette première forme de contestation du projet d’aménagement du bassin de la Loire, un second type de contestation, plus idéologique, prend vite une grande ampleur, contribuant à l’émergence et à la diffusion d’une nouvelle vision des cours d’eau et de leur (a)ménagement.Dès juin 1986, en réaction à la signature en février du protocole d’accord prévoyant la construction de quatre grands ouvrages sur le bassin de la Loire, les écologistes se mobilisent en mettant en place “une structure de liaison et de coordination des associations de protection de la nature sur l’ensemble du fleuve, le comité Loire Vivante, à la double initiative de l’association internationale WWF (World Wildlife Fund) et de la FFSPN (Fédération Française des Sociétés de Protection de la Nature)” (Thépot, 2003). Il s’agit d’orchestrer une mobilisation de grande ampleur afin de faire échec à l’aménagement du bassin de la Loire, présenté comme destructeur des équilibres écologiques et des paysages. Ce combat, par-delà le cas singulier du bassin de la Loire, est érigé en véritable symbole de la défense de l’intégrité écologique des cours d’eau.

15Cette vive contestation s’inscrit dans une évolution de fond du rapport des sociétés à l’aménagement du territoire. Philippe Subra (2007) souligne le basculement qui s’est produit à cet égard en France au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Alors que les grandes opérations d’aménagement des années 1960 furent menées sans rencontrer de réels obstacles (y compris quand elles bouleversaient les paysages et impliquaient le déplacement de populations et d’entreprises), à partir des années 1970 les oppositions se multiplient, entraînant de nombreux conflits. Il propose une typologie de ces conflits liés aux projets d’aménagement : l’aménagement menacé, l’aménagement convoité, l’aménagement rejeté. Le conflit qui nous intéresse ici se rattache à cette catégorie de l’aménagement rejeté, où la contestation dénonce les conséquences sociales et/ou environnementales d’un projet d’aménagement.

16Le Collectif Loire Vivante dénonce une gestion parcellisée, éclatée, de la Loire, allant ainsi à l’encontre du concept d’hydrosystème (Amoros, Petts, 1993). Pour les écologistes, dans une optique systémique, la Loire devrait être considérée comme un système complexe dont les différents éléments sont en interaction étroite. Or, comme le rapporte la scientifique Monique Coulet dans un article, les écologistes dénoncent “l’impasse totale sur les effets induits des différents ouvrages prévus, mais aussi et surtout sur les impacts combinés des ouvrages prévus avec ceux des ouvrages existants ” (Coulet, 1992). Aussi le Collectif demande-t-il, en 1988, que le Gouvernement engage une étude d’impact global.

17Cette contestation écologiste mobilise des stratégies variées : “l’utilisation du droit ; […] la professionnalisation et les moyens financiers ; les manifestations et la désobéissance civile ; la politique et la production de savoirs alternatifs” (Huyghues Despointes, 2009). Elle trouve en outre une expression médiatique grâce à nombre d’actions spectaculaires : la visite du prince Philippe d’Edimbourg, président du WWF international, au Bec d’Allier en octobre 1988 et son appel “Vive la Loire sauvage”, une importante manifestation au Puy-en-Velay en mai 1989, la Marche de l’eau en septembre 1989, l’occupation du site de Serre de la Fare entre 1989 et 1994… La rhétorique déployée par les écologistes a pour effet d’accréditer auprès de l’opinion publique l’idée d’une “bétonnisation-canalisation généralisée du fleuve” (Mirloup, 2003), ce qui est loin de correspondre à la réalité (un seul barrage envisagé sur la Loire elle-même et trois sur des affluents ou sous-affluents).

18Cette mobilisation contribue à fragiliser les projets de barrage en soulignant leurs impacts négatifs en termes environnementaux. Dans le même temps, le pouvoir politique commence à être sensible aux arguments écologistes. C’est ainsi que le secrétaire d’Etat à l’Environnement en 1989-1990, Brice Lalonde, conteste le bien-fondé du programme d’aménagement du bassin de la Loire, considérant que la construction de nouveaux barrages ne fera que légitimer et amplifier la poursuite de l’urbanisation des zones inondables.

19Au cours des années 1980, le paradigme techniciste, jusqu’alors hégémonique, décline progressivement pour laisser place à un nouveau paradigme imprégné de valeurs environnementalistes. Le poids d’ONG comme WWF est à cet égard révélateur, de même que la mobilisation de grande ampleur orchestrée par Loire Vivante autour de l’aménagement du bassin de la Loire. Cette association s’oppose vigoureusement à la construction des barrages sur la Loire et ses affluents, dénoncée comme un “bétonnage”, voire un “assassinat” d’un fleuve présenté comme le “dernier fleuve sauvage d’Europe”. Dans le discours écologiste, le barrage est systématiquement présenté comme négatif. Il symbolise à la fois la volonté prométhéenne de l’homme de dominer le milieu naturel et l’artificialisation de la nature, présentée comme une forme de dégradation de sa pureté et de son harmonie. Ces arguments, s’ils paraissent trouver progressivement un écho dans une partie de la population (Rode, 2009), n’en sont pas moins en partie contestables dans la mesure où ils sont sous-tendus par une forme de manichéisme opposant une nature conçue comme bonne et pure à une société envisagée comme néfaste et destructrice.

20Ce sont en réalité deux conceptions antagonistes de l’environnement qui s’opposent. La première – celle des mouvements écologistes –, assimile l’environnement à la nature, “l’environnement se défini[ssant] comme une collection d’objets naturels en interaction (espèces, milieux, écosystèmes), dont il s’agit d’assurer la conservation ou la reproduction. […] Mais, étant limitée aux seuls objets naturels de l’environnement, elle exclut les objets artificiels pourtant importants pour caractériser le cadre de vie des activités humaines” (Larrue, 2000). Dans une telle optique biocentrée, la nature est pensée “indépendamment de son utilité sociale et selon sa valeur intrinsèque, c’est-à-dire comme une fin en soi” (Depraz, 2008). La seconde conception de l’environnement – celle des tenants de l’aménagement du bassin de la Loire –, le définit comme “un ensemble de relations entre l’homme et le milieu naturel ou construit dans lequel il vit. […] Cette conception prend en compte l’environnement sous toutes ses formes (y compris artificielles) mais elle restreint le champ de l’environnement à celui utilisé par et pour l’homme” (Larrue, 2000). Il s’agit là d’une conception anthropocentrée de la nature, “entendue comme ressource” (Depraz, 2008).

21Cette contestation des aménagements prévus et ce changement majeur dans le rapport des hommes à la nature en général et à l’eau en particulier, s’accompagnant d’une évolution du rapport de force entre des groupes d’acteurs ayant une vision différente des relations homme/nature, vont ainsi conduire à mettre en échec ce programme d’aménagement du bassin de la Loire, contribuant à l’émergence d’un nouveau modèle de gestion des cours d’eau.

Vers le ménagement des cours d’eau ?

L’abandon progressif du paradigme techniciste

22Le programme d’aménagement du bassin de la Loire, nettement postérieur aux opérations d’aménagement qui ont concerné les autres grands fleuves français comme le Rhône, le Rhin ou la Seine, arrive probablement trop tard. Il se trouve ainsi en décalage par rapport à la nouvelle perception sociale des cours d’eau qui émerge puis s’impose entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990. Comme l’écrit le sociologue Michel Marié à propos de grands aménagements hydrauliques, il se produirait ainsi un passage de “l’ère de l’aménagement à l’ère du ménagement” (Marié, 1985). Le regard porté sur l’environnement, et notamment sur les cours d’eau, change peu à peu… L’eau n’est plus seulement perçue comme une ressource, mais comme un milieu. Ce tournant est pris à la fois “du fait des progrès des connaissances scientifiques (concept d’hydrosystème), des revendications sociales autour de la qualité de la vie ainsi que des logiques politiques à l’œuvre (structuration du courant écologiste)” (Ghiotti, 2004).

  • 4  En janvier 1995, dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature, l’Etat, l’Agence de l’eau Loire-Bret (...)

23Cette nouvelle politique de gestion des cours d’eau a d’importantes conséquences sur le bassin de la Loire. Les réalisations et la philosophie même du protocole d’accord de 1986 sont ainsi largement remises en cause. En janvier 1994, le Gouvernement décide de réorienter les principes d’aménagement de la Loire et de ses affluents en adoptant un “Plan Loire Grandeur Nature”. Celui-ci rompt avec l’optique du protocole d’accord de 1986, en abandonnant partiellement la logique des aménagements lourds et en mettant l’accent sur la prévention des crues sans barrages ainsi que sur la sauvegarde du patrimoine naturel. Ce plan global d’aménagement de la Loire sur dix ans se donne pour objectif de concilier la sécurité des personnes, la protection de l’environnement et le développement économique. Il se veut un véritable symbole d’une nouvelle politique d’aménagement des cours d’eau, dont la philosophie est synthétisée par les propos du Ministre de l’Environnement Michel Barnier à l’automne 1994 : “il faut ménager les rivières”. On sort de la volonté affichée jusque là d’aménager les cours d’eau pour entrer dans une nouvelle phase de “ménagement”, mettant l’accent sur une gestion plus “douce” des milieux, plus respectueuse de leur intégrité et de leur fonctionnement. En conséquence, le barrage de Serre de la Fare a été abandonné au profit d’un programme de travaux alternatifs dans le lit de la Loire à Brives-Charensac, en vue de faciliter l’écoulement de l’eau. Les seuils destinés à alimenter des microcentrales électriques – qui contribuaient, en cas de crue, à surélever le niveau de l’eau de 1,20 à 1,80 mètre – ont été supprimés en 1996, ce qui a permis d’élargir et d’approfondir le lit de la Loire ; les berges et le lit de la Loire ont été confortés par génie végétal (Lachat et alii, 1994) ; enfin, un petit barrage hydroélectrique situé à l’amont immédiat de la ville a été démoli en 2003 (carte 3). L’extension du barrage de Naussac et la construction de celui de Chambonchard ont en revanche été maintenues, et une Equipe pluridisciplinaire4 a été mise en place, afin de donner un avis motivé quant à l’éventuelle réalisation de l’ouvrage écrêteur du Veurdre. Le technicisme, longtemps considéré comme le remède-miracle, laisse de plus en plus sceptique quant à son efficacité.

24Pourtant, le paradigme techniciste a la vie dure. Ce n’est ainsi qu’après maints atermoiements que le barrage de Chambonchard a finalement été abandonné (carte 3). Afin de réaliser ce barrage, l’EPALA avait progressivement acquis sur le site à partir de 1987 près de 400 hectares de terrains et une trentaine de maisons. Or, par des délibérations du 24 novembre 2005 et du 9 février 2006, l’Etablissement Public Loire a donné son accord de principe pour rétrocéder, pour un euro symbolique, aux départements de la Creuse, de l’Allier, et à la commune de Chambonchard le patrimoine foncier bâti et non bâti acquis dans la perspective de la construction de ce barrage. Cette rétrocession, dont les actes ont été signés sur le terrain le 18 février 2008, marque l’épilogue d’un long feuilleton. Se pose aujourd’hui la question du réaménagement de la commune de Chambonchard. Comment revivifier cette commune qui aurait dû disparaître avec la réalisation du barrage et qui s’est donc progressivement dévitalisée ?

25La trajectoire de cet ouvrage mort-né constitue un symbole de ce changement de paradigme, mais aussi des résistances qu’il suscite. L’Etat a en effet été contraint, afin d’ériger le cas de Chambonchard et du bassin de la Loire en symbole d’une nouvelle politique d’aménagement des cours d’eau, de se ressaisir du dossier pour imposer ses vues aux acteurs locaux, qui étaient réticents à intégrer le nouveau paradigme environnemental (Garnier, Rode, 2007). Après une étape de décentralisation avec la création de l’EPALA, l’Etat a eu momentanément recours à une forme de recentralisation dans ce dossier perçu comme emblématique. La décennie 1990 aurait ainsi représenté dans le bassin de la Loire une période “d’acculturation des acteurs autour de notions et de pratiques de gestion de l’environnement” (Baron-Yelles, 2006). Cette période transitoire, durant laquelle les acteurs locaux ont – au moins en partie – intégré les nouvelles valeurs environnementales, aurait rendu possible l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

26L’ouvrage écrêteur de crues du Veurdre (carte 3), quant à lui, ne fait plus partie des priorités actuelles des gouvernements. L’Etat devait prendre une décision à ce sujet en 1998, ce qui n’a pas été fait. Dominique Voynet en 2000, puis Roselyne Bachelot en 2001 ont indiqué que le Veurdre n’était plus à l’ordre du jour. Pourtant, un certain nombre d’acteurs de la gestion du risque d’inondation demeure favorable à sa réalisation. C’est le cas notamment d’Eric Dolligé, ancien président de l’Etablissement Public Loire, qui estime que le rôle d’écrêtement des crues de l’ouvrage à vannes mobiles du Veurdre, venant en appoint de l’action du barrage de Villerest, pourrait contribuer à éviter des catastrophes. Au regard de ses bénéfices, le coût de cet ouvrage (150 millions d’euros) ne devrait donc pas constituer, selon lui, un obstacle à sa réalisation. Un certain nombre de maires de communes inondables persiste à envisager cet ouvrage comme une solution alternative aux lourdes contraintes de la politique préventive de contrôle de l’usage des sols (Rode, 2009). L’attachement maintenu d’un certain nombre d’acteurs politiques à la réalisation de cet ouvrage explique que l’Etablissement Public Loire conserve les terrains acquis en vue de la construction de l’ouvrage du Veurdre, afin de le réaliser si jamais le gouvernement le décidait.

  • 5  Le programme européen LIFE “Sauvegarde du grand saumon de Loire” a pour objectif de permettre le r (...)
  • 6  Il s’agirait d’araser le barrage actuel de prise d’eau et de construire un peu en amont une nouvel (...)

27Pourtant, l’heure ne semble plus à une politique de protection grâce à de nouveaux aménagements lourds. Les cours d’eau sont de moins en moins perçus comme une ressource à exploiter en les aménageant, mais de plus en plus comme des milieux naturels à préserver et des paysages à valoriser. C’est la fin de la “logique de l’ouvrage” (Decrop et alii, 1997). Ainsi renonce-t-on à la construction, sur le bassin de la Loire, de barrages qui étaient projetés depuis longtemps (carte 3). En outre, depuis quelques années, un certain nombre de petits barrages existants sur la Loire ou ses affluents sont démantelés (Maisons-Rouges, Fatou, Saint-Etienne-du-Vigan, Brives-Charensac, Blois ; carte 3). Il s’agit, dans le cadre du nouveau mode de gestion douce promu par le Plan Loire Grandeur Nature, de supprimer les obstacles aux poissons migrateurs, et de recréer les habitats naturels de reproduction. C’est donc la restauration de “l’intégrité des milieux naturels aquatiques” (Steinbach, 2001) qui est en jeu. Dans la même logique, celui de Poutès-Monistrol est aujourd’hui sur la sellette. Un récent rapport pour le MEEDDAT plaide en faveur de la disparition de ce barrage : “Apparaissant comme un ouvrage d’une autre époque, le barrage de Poutès n’a donc plus sa place au XXIe siècle dans les gorges de l’Allier qui doivent être rendues à la nature sauvage et au saumon” (Philippart, 2009). Ce barrage représente en effet un obstacle majeur aux migrations des saumons, mettant ainsi en péril la stratégie développée sur le bassin de la Loire pour favoriser le retour de cette espèce emblématique5. Toutefois, EDF souhaite maintenir sa centrale hydroélectrique et, dans un contexte où la Directive européenne Energie incite à développer les énergies renouvelables, il est difficilement envisageable de supprimer purement et simplement ce barrage et les aménagements hydroélectriques qui lui sont liés. C’est pourquoi EDF a proposé en 2009 une alternative6 qui permettrait la poursuite de la production d’hydroélectricité sur ce site, tout en réaménageant le barrage de sorte qu’il ne constitue plus un obstacle vis-à-vis des saumons. Cette solution est qualifiée de “séduisante et acceptable” par le rapport Philippart (2009), mais doit encore faire l’objet d’études visant à démontrer sa faisabilité technique.

Carte 3 : Le bassin de la Loire, un espace à ménager

Des relations aménagement/environnement profondément redéfinies

  • 7  Depuis la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eau (...)
  • 8  Document d’étape, juin 2007.

28Les aménagements structurels sont aujourd’hui envisagés comme néfastes en termes d’impacts environnementaux et contre-productifs en terme de réduction du risque d’inondation. Le projet de SDAGE7 Loire Bretagne exprime parfaitement ce point de vue nouveau : “il n’est pas possible d’annuler les effets des crues car aucun ouvrage ne peut constituer une protection absolue, d’autre part, les crues jouent un rôle majeur dans la dynamique des cours d’eau, contribuent à la recharge des zones humides et à l’épuration des eaux”8. Il s’agit donc de permettre à la dynamique fluviale de s’exprimer plus librement. Le regard porté sur les extrêmes hydrologiques – crues et étiages – et donc aussi sur les cours d’eau a changé. “Le principe même d’accepter les extrêmes hydrologiques est une nouvelle donne scientifique et sociétale caractéristique des années 1990. […] Le fait de gommer les extrêmes, pour sécuriser la ressource et les biens, a provoqué une insidieuse dérive environnementale qui se paye de plus en plus cher, sur le plan environnemental et en termes économiques” (Bravard, 2000). Les recherches scientifiques ont en effet montré que les crues et les étiages jouaient un rôle essentiel dans la richesse et le maintien des écosystèmes aquatiques et riverains. Vouloir à tout prix supprimer les extrêmes hydrologiques par des aménagements lourds entraîne ainsi une dégradation et un appauvrissement de ces milieux, qu’on tente aujourd’hui de restaurer (Dufour, Piégay, 2009).

  • 9  Le Courrier de l’Ouest, 1er avril 2010.

29Ce nouveau modèle de gestion douce des cours d’eau est soutenu par nombre d’associations. Le Collectif “Loire Amont Vivante”, créé en 1999, milite ainsi pour une restauration écologique de la Loire amont et de ses affluents. Aujourd’hui, même certains aménagements extrêmement légers peuvent être remis en cause au nom de la protection de l’environnement, comme l’illustre le cas de l’itinéraire Loire à vélo nature, sorte d’itinéraire bis de la Loire à vélo, qui se situerait au sein du lit endigué. Ce projet, porté par le conseil général du Maine-et-Loire, est contesté par une association, “Loire sauvage”, ainsi que par Yves Dauge, sénateur d’Indre-et-Loire et représentant de l’Unesco à la Mission Loire, au nom de la préservation de l’intégrité écologique du lit mineur9.

30Une véritable inversion des priorités s’opère donc dans les relations entre aménagement et environnement. L’environnement a longtemps été considéré comme un simple support de réalisation des activités humaines. Dans cette perspective, l’aménagement se donnait pour mission de lever les entraves naturelles au déploiement des activités humaines. La conquête des lits majeurs des cours d’eau s’est ainsi réalisée grâce à l’illusion sécuritaire permise par la construction d’ouvrages de protection (digues et barrages). On considère aujourd’hui que ce sont “les activités humaines qui doivent s’ajuster aux exigences de l’environnement et non l’inverse” (Dourlens, 2004). L’aménagement intègre donc davantage les exigences écologiques : “on aménage désormais aussi la Loire dans un but écologique […] ; l’acquisition de terres riveraines pour ne rien y faire est devenue une forme d’aménagement. […] On a abandonné la logique des grands équipements” (Bonin, 2008).

Le temps de l’aménagement

Le temps de la contestation des grands projets

Le temps du ménagement

Des années 1960 aux années 1980

Du milieu des années 1980 au milieu des années 1990

Depuis 1994

L’hégémonie d’un paradigme techniciste

Une transition entre deux modèles de gestion du fleuve

L’émergence d’un paradigme environnementaliste

– 1965 : la SEMECLA(Société d’Economie Mixte pour la Communauté de la Loire et de ses Affluents)dépose une demande pour construire et exploiter cinq grands barrages-réservoirs.
– 1975 : approbation d’un programme d’aménagement hydraulique pour la réalisation de quatre barrages-réservoirs. Le 6e plan ne retient finalement que la construction de deux barrages, Naussac et Villerest. – 1986 : signature d’un protocole d’accord pour l’aménagement de la Loire et de ses affluents.

– 1986 : création du Comité Loire Vivante pour s’opposer aux projets d’aménagement du bassin de la Loire.
1989-1994 : occupation du site de Serre de la Fare.
– 1991 : création du CABLE, comité interne à l’EPALA constitué de maires et de conseillers municipaux qui s’opposent aux idées aménagistes du président de l’EPALA.
– 1993 : Première rencontre de Loire Vivante avec Michel Barnier, nouveau ministre de l’Environnement.

– 1994 : adoption du Plan Loire Grandeur Nature.
– Depuis 1998 : destruction de barrages sur la Loire et ses affluents.
– 2000 : inscription du Val de Loire au patrimoine mondial de l’UNESCO.
– 2005-2006 : l’EPL, en décidant la rétrocession du patrimoine foncier bâti et non bâti acquis pour réaliser le barrage de Chambonchard, entérine l’abandon de cet ouvrage.

Tableau 1 : L’évolution du modèle de gestion du bassin de la Loire des années 1960 à aujourd’hui

31Cette gestion douce des cours d’eau désormais privilégiée contribue-t-elle à la restauration des milieux et de leurs dynamiques naturelles, à l’accroissement de leur biodiversité ? Les retours d’expérience menés suite à l’effacement des deux premiers barrages (Maisons-Rouges et Saint-Etienne-du-Vigan) sont encourageants à cet égard. Ils soulignent que, dès l’année suivant l’effacement, des frayères à saumons ont été réactivées, des radiers réinvestis par la lamproie marine (Steinbach, 2001). D’une manière générale, les espèces rhéophiles et migratrices ont été favorisées par l’arasement de ces barrages. Le retour à un fonctionnement plus naturel des cours d’eau permet donc de retrouver spontanément la quasi-totalité des composantes de leur biocénose animale (Cochet, non daté).

32Pourtant, en dépit des bénéfices écologiques de ce nouveau mode de gestion des cours d’eau, certains soulignent que la question de la protection des populations vis-à-vis des crues reste entière. En réalité, le modèle de gestion du risque d’inondation a lui aussi substantiellement évolué (Rode, 2009) : les politiques publiques ne privilégient plus, comme auparavant, la protection par des aménagements structurels des cours d’eau. Elles s’efforcent désormais de maîtriser l’exposition des sociétés au risque d’inondation (ou vulnérabilité) en mettant l’accent sur la prévention (information des populations exposées, contrôle de l’usage des sols, adaptation des constructions, mise en œuvre de projets de développement et d’aménagement des territoires compatibles avec le risque…). C’est là une illustration supplémentaire des conséquences du passage du paradigme techniciste au paradigme environnementaliste (tableau 2).

33Si la protection grâce à des aménagements structurels a longtemps été perçue comme une solution efficace et se suffisant à elle-même, il est aujourd’hui admis que, bien que nécessaire, elle ne constitue qu’une réponse partielle et insuffisante (Roy, 2000). Les aménagements de protection eux-mêmes sont repensés afin de mieux s’intégrer dans l’environnement : le ralentissement dynamique est aujourd’hui privilégié (MEDD, Cemagref, 2004).Il s’agit de ralentir la dynamique des crues, tout au long du cheminement des eaux, de la pluie tombée jusqu’à l’exutoire du bassin versant et aussi bien sur les versants que dans les lits majeurs. Le ralentissement dynamique apparaît plus global dans la mesure où il combine, à l’échelle du bassin versant, sur les versants comme dans les talwegs, un large éventail d’aménagements ruraux et urbains de taille modeste au regard des grands ouvrages écrêteurs privilégiés auparavant. Il est également plus en phase avec la sensibilité environnementale actuelle, permettant une gestion intégrée des eaux, qui tienne compte des enjeux relatifs à la préservation des écosystèmes. Pourtant, bien que modestes, les aménagements liés au ralentissement dynamique peuvent eux aussi susciter des contestations de la part des riverains, comme l’illustre le projet de barrage sec sur le Furet (un sous-affluent de la Loire) porté par la communauté d’agglomération Saint-Etienne Métropole10.

Conclusion

  • 11  Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement.

34Un mode nouveau de gestion des grands fleuves français s’est donc progressivement élaboré en partie sur le bassin de la Loire au cours des vingt-cinq dernières années. Le Plan Loire, qui en est le symbole, a ainsi fait des émules puisque l’Etat a décidé, lors du CIADT du 12 juillet 2005, le lancement d’un Plan Rhône, Garonne et Seine. Néanmoins, si les problématiques environnementalesdoivent aujourd’hui être intégréesen amont des projets d’aménagement du territoire sur tous les grands fleuves, cet impératif a commencé à émerger avant l’adoption du Plan Loire et sur d’autres fleuves. Il faut évoquer notamment l’importance à cet égard des PIREN11 lancés par le CNRS à partir du milieu des années 1980 sur le Rhône, la Garonne, le Rhin puis la Seine, afin d’améliorer la connaissance d’ensemble de ces hydrosystèmes. Souligner aussi le tournant majeur que constitue la loi sur l’eau de 1992 dans la gestion de l’eau en France. Nombre de mesures visant à une gestion plus douce des fleuves en ont découlé, comme sur le Rhône par exemple : Plan d’Action Rhône de 1992 (Guilhaudin, 1992), Programme Décennal de Restauration Hydraulique et Écologique de 1998. Par ailleurs, en 1994, des comités de gestion des poissons migrateurs sont créés sur de nombreux bassins.

35Cette nouvelle vision des cours d’eau et de leur gestion a émergé et s’est imposée à travers des conflits entre acteurs. Comme l’ont montré nombre d’analystes des politiques publiques, la définition de nouvelles politiques publiques sectorielles – ici le passage de l’aménagement au ménagement des cours d’eau – ne se résume pas à un processus purement rationnel et venu d’en haut, sans rapport avec le concret des relations sociales. Dans ce processus social collectif et complexe, certains acteurs jouent un rôle majeur pour faire émerger et formaliser la nouvelle idéologie, le nouveau paradigme. Sur le bassin de la Loire, ce sont essentiellement les associations écologistes qui ont joué un rôle décisif dans la reformulation des questions d’aménagement, en parvenant à imposer un nouveau mode de gestion du fleuve. “Un collectif d’associations a pu pénétrer dans le cercle des acteurs considérés comme habilités à gérer ce dossier, les (habituels) propriétaires des problèmes publics” (Bonin, 2008). Ces acteurs au rôle décisif jouent ainsi la fonction de médiateur. “Le rôle des médiateurs consiste  à inventer les termes dans lesquels se pense et agit la société. A travers cette action de production des référentiels, ce que construisent les médiateurs, c’est l’image que la société se donne d’elle-même […]. Pour chaque politique, ils produisent […] les ‘algorithmes’ qui structurent chaque politique comme autant d’équations fondamentales” (Jobert, Muller, 1987). Sur le bassin de la Loire comme sur d’autres bassins fluviaux (cf. le projet, contesté puis abandonné, d’aménagement de la confluence Rhône-Ain par la construction par la CNR d’un barrage à Loyettes au début des années 1980), c’est donc bien à l’occasion des nombreuses controverses suscitées par les projets d’aménagement que de nouvelles équations fondamentales ont été définies par certains acteurs avant d’être reprises et entérinées par l’État dans ses nouvelles politiques publiques. Le tableau 2 résume ce processus, qui correspond d’une manière générale au passage d’un paradigme techniciste à un paradigme environnementaliste (Rode, 2009).

  

Paradigme techniciste

Paradigme environnementaliste

Equation fondamentale de la gestion des cours d’eau

Cours d’eau = ressource à exploiter en les aménageant.

Cours d’eau = milieux naturels à préserver et paysages à valoriser.

Equation fondamentale de la gestion du risque d’inondation

Aménagement structurel = risque « supprimé », donc développement en zone inondable légitimé et pouvant se poursuivre de manière inchangée.

Aménagement non structurel = risque mieux intégré dans le développement à travers le contrôle de l’usage des sols, donc définition de nouveaux modes d’aménagement des territoires.

Equation fondamentale des rapports aménagement/environnement

Milieu naturel = support malléable au développement des activités humaines (le milieu naturel doit se plier aux exigences des activités humaines).

Milieu naturel = ensemble dont les propriétés, jugées dignes d’intérêt, doivent être préservées de l’impact négatif des activités humaines (les activités humaines doivent s’ajuster aux exigences de l’environnement).

Tableau 2 : Du paradigme techniciste au paradigme environnementaliste : une reformulation des équations fondamentales

36Ce paradigme environnementaliste procède en partie de la vision biocentrée de la nature que défendent certaines associations écologistes ayant contribué à l’intégration des préoccupations environnementales au sein des politiques publiques. Mais il doit parvenir à s’émanciper du biocentrisme, difficilement tenable, dont il est encore porteur, pour tendre vers un bon usage de la nature qui soit écocentré (Larrère, Larrère, 1997). Dans cette perspective, l’homme et la nature ne sont plus opposés, séparés, mais l’homme est pensé dans la nature, il “participe de la nature, ses productions peuvent et doivent s’intégrer à la régénération des milieux naturels, à l’entretien de la biodiversité” (Depraz, 2008).

Haut de page

Bibliographie

Amoros C., Petts G.E. (dir.), 1993, Hydrosystèmes fluviaux, Paris, Masson.

Baron Yelles N., 2006, “L’inscription du Val de Loire au Patrimoine UNESCO. Réflexions sur les implications institutionnelles d’un nouveau type de protection de la nature”, Bulletin de l’Association des Géographes Français, No.3, 381-393.

Barraqué B., Gressent P., 2004, La politique de prévention du risque d’inondation en France et en Angleterre : de l’action publique normative à la gestion intégrée, Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.

Bonin S., 2008, “La Loire-milieu, outil du développement durable”, in Blanc N., Bonin S. (dir.), Grands barrages et habitants. Les risques sociaux du développement, Paris, Fondation de la Maison des Sciences de l’homme/Editions Quae.

Bozonnet J.-P., 1992, Des monts et des mythes, L’imaginaire social de la montagne, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Bravard J.-P., 2000, “Les extrêmes hydrologiques : handicaps réductibles ou composantes patrimoniales à sauvegarder ?”, in Bravard J.-P. (dir.), Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques. Gestion des excès et de la pénurie, Paris, SEDES.

Burnouf J., Maillard B., 2003, “Les Sociétés et la confluence du Cher avec la Loire à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne”, in Petit J.-G., Sanguin A.-L. (dir.), Les fleuves de France Atlantique. Identités, espaces, représentations, mémoires, Paris, L’Harmattan.

Cochet G., non daté, “L’effacement du barrage de Maisons Rouges et la faune aquatique”, http:/www.mab-france.org/fr/publi/naturalite_territoires/COCHET.htm.

Coulet M., 1992, “Le rôle des associations dans la prise en compte des problèmes d’environnement dans la gestion des grands fleuves”, Revue de Géographie de Lyon, Vol.67, No.4, 281-284.

Courtet L., Gateau P., Stefan B., 1990, La Loire en sursis, croisade pour le dernier fleuve sauvage d’Europe, Paris, La Manufacture.

Decrop G., Dourlens C., Vidal-Naquet P.-A., 1997, Les scènes locales du risque, Lyon, CERPE, Futur antérieur.

Depraz S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin.

Dourlens C., 2004, La question des inondations au prisme des sciences sociales. Un panorama de la recherche publique, 2001 Plus, Synthèse et Recherches, DRAST, Ministère de l'Equipement et du Logement, No.63, Centre de Prospective et de Veille Scientifique.

Dufour S., Piégay H., 2009, “From the myth of a lost paradise to targeted river restoration”,River Research and Applications, Vol.25, 568-581.

Dutour A., Garnier P., Génin A., Servain-Courant S., 2001, “Développement de la ville de Tours en zone inondable : le cas du Val de Cher”, Actes du colloque “Hydrosystèmes, Paysages, Territoires”, Lille, 6-8 septembre 2001.

Garcin M., Carcaud N., Gautier E., Burnouf J., Castanet C., Fouillet N., 2006, “Impacts des héritages sur un hydrosystème : l’exemple des levées en Loire moyenne et océanique”, in Allée P., Lespez L. (dir.), L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal.

Garnier P., Rode S., 2007, “Entre aménagement et environnement, la naissance avortée d’un projet aléatoire : le barrage de Chambonchard”, Annales de géographie, No.656, 382-397.

Ghiotti S., 2004, “Les Territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence”, in Actes de la journée d’étude “Les territoires de l’eau”, Université d’Artois, Arras, 26 mars 2004.

Guilhaudin P., 1992, “Le Rhône : quels objectifs de gestion ? Présentation du Plan d’Action Rhône”, Revue de Géographie de Lyon, Vol.67, No.4, 293-298.

Huyghues Despointes F., 2009, “La Loire, espace d’une gouvernance environnementale ?”, VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement : http://vertigo.revues.org/9160, Hors série 6, 30 décembre 2009.

Jobert B., Muller P., 1987, L’Etat en action : politiques publiques et corporatismes, Paris, PUF.

Lachat B., Adam P., Frossard P.-A., Marcaud R., 1994, Guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales, Ministère de l’Environnement, Paris, DIREN Rhône-Alpes.

Larrère C., Larrère R., 1997, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier.

Larrue C., 2000, Analyser les politiques publiques d’environnement, Paris, L’Harmattan, Coll. “Logiques politiques”.

Ledoux B., 1995, Les catastrophes naturelles en France, Paris, Documents Payot.

Marié M., 1985, “De l’aménagement au ménagement du territoire en Provence ; les grands ouvrages hydrauliques”, Le genre humain, No.12, 71-92.

Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, Cemagref, 2004, Le ralentissement dynamique pour la prévention des inondations. Guide des aménagements associant l’épandage des crues dans le lit majeur et leur écrêtement dans de petits ouvrages, Paris.

Mirloup J., 2003, “La Loire et le concept d’espace-fleuve”, in Petit J.-G., Sanguin A.-L. (dir.), Les fleuves de France atlantique. Identités, espaces, représentations, mémoires, Paris, L’Harmattan, Coll. “Géographie et cultures”.

Philippart J.-C., 2009, Expertise saumon – barrage de Poutès, rapport pour le MEEDDAT.

Rode S., 2009, Au risque du fleuve. La territorialisation de la politique de prévention du risque d’inondation en Loire moyenne, thèse de doctorat en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00444166/fr/.

Roy J.-L., 2000, “La politique française de prévention des inondations”, in AF-EPTB, Prévention des inondations et responsabilités des pouvoirs publics, Dossier de séance des rencontres de l’AFEPTB de novembre 2000.

Steinbach P., 2001, “Effets cumulés sur les poissons migrateurs, état et restauration des grands axes de migration du bassin de la Loire”, Hydroécologie Appliquée, Tome 13, Vol.2, 115-130.

Subra P., 2007, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin.

Thépot R., 2003, “L’aménagement de la Loire dans la deuxième moitié du XXe siècle”, Les Etudes Ligériennes, No.6, 12-20.

Haut de page

Notes

1  Discours de la méthode, 6e partie.

2  Créées par la loi du 16 décembre 1964 relative au régime et à la répartition des eaux et à la lutte contre leur pollution, les six agences de l’eau sont des établissements publics administratifs, dotés de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Elles doivent permettre une gestion globale et concertée de l’eau par grand bassin hydrographique. L’agence de l’eau Loire-Bretagne recouvre un vaste territoire hydrographique (28 % du territoire national) qui correspond au bassin de la Loire et de ses affluents, au bassin de la Vilaine et aux bassins côtiers bretons et vendéens.

3  Créé par arrêté du Ministre de l’Intérieur du 21 novembre 1983, l’EPALA se met en place en 1984 avec le statut d’un syndicat mixte. Regroupant cinq régions, quatorze départements et dix-sept villes de plus de 30 000 habitants, il est alors dirigé par le maire de Tours, Jean Royer. Depuis juin 2001, l’EPALA est devenu l’Etablissement Public Loire (EPL).

4  En janvier 1995, dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature, l’Etat, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et l’Etablissement Public d’Aménagement de la Loire et de ses Affluents ont décidé de constituer une Equipe pluridisciplinaire basée à Orléans. Elle a pour mission d’améliorer la connaissance du risque d’inondation et de proposer les bases techniques d’une stratégie de réduction de ce risque. L’Equipe, après avoir été plusieurs fois reconduite pour approfondir et élargir ses travaux, a finalement été dissoute en juillet 2006.

5  Le programme européen LIFE “Sauvegarde du grand saumon de Loire” a pour objectif de permettre le retour de la population de saumon (la dernière souche d’Europe occidentale à être capable d’effectuer de très longues migrations en eau douce) sans réintroduction artificielle.

6  Il s’agirait d’araser le barrage actuel de prise d’eau et de construire un peu en amont une nouvelle prise d’eau constituée d’un seuil peu élevé (structure gonflable abaissable en périodes de hautes eaux et équipée d’ouvrages permettant le franchissement par les saumons) (Philippart, 2009).

7  Depuis la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux fixe pour chaque bassin hydrographique métropolitain les orientations principales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau. Sur le bassin Loire-Bretagne, le premier SDAGE date de 1996. Il vient d’être révisé : le nouveau SDAGE couvre la période 2010-2015.

8  Document d’étape, juin 2007.

9  Le Courrier de l’Ouest, 1er avril 2010.

10  http://loireamontvivante.fr/blog/blog/2009/07/15/gestion-risque-naturel-d%E2%80%99inondations/ et http://www.leprogres.fr/fr/region/la-loire/loire/article/2561694,182/Faire-de-Grangent-barrage-poubelle-un-modele-pour-l-avenir.html

11  Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Rode, « De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 506, mis en ligne le 22 septembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23253 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23253

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Professeur agrégé à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter, sylvain.rode@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page