Navigation – Plan du site
2002
215

Sur une représentation globale des infections a VIH en Afrique subsaharienne. Les complexes socio-spatiaux de risques

On a global representation of HIV infections in subsaharan africa. The socio-spatial sets of risks

Cyrille Mbiaga, Thierry Naizot et Michel Roux

Résumés

Nous présentons une étude exploratoire qui traite des groupes de pays organisés selon des complexes socio-spatiaux de risques pour le VIH. L’analyse des correspondances multiples, traitant un tableau de variables de nature socio-géographique, socio-économique et à caractères épidémiologiques, est particulièrement adaptée à la recherche de variables de synthèse dans la description des structures liées à l’infection.
Les données utilisées dans cette étude sont des résultats statistiques sélectifs récemment publiés sur 44 pays des régions de l’Afrique subsaharienne. Les explorations entreprises dans les groupes de population adulte âgée de 15 à 49 ans montrent que les composantes socio-géographique et socio-économique qui leurs sont associées interfèrent selon des combinaisons complexes qui varient d’un espace géographique à un autre. Le complexe des pays insulaires (Comores, Madagascar) et des pays de la façade atlantique (Mauritanie, Sénégal, Guinée) à très faible taux de prévalence (inférieur à 3 %) représente des situations de faibles expositions ; le complexe austral des pays dit riches (Afrique du sud, Namibie, Swaziland, Botswana) avec des taux de prévalence supérieurs à 12 % signale des situations de fortes expositions. D’autres situations d’expositions variées s’égrènent entre ces deux situations extrêmes et font valoir à l’Est, à l’Ouest et au Centre, des complexes de forte endémicité, de poussée épidémique et d’épidémie active.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nombre total de personnes infectées rapportées à l'ensemble d'une population donnée sans restricti (...)
  • 2  Systèmes groupes de pays = pays présentant des similitudes d’exposition à l’infection selon les (...)

1En Afrique au sud du Sahara le taux de prévalence1 estimé sur les données de 1997 s’élève aujourd’hui à 7,4 % chez l’adulte âgé de 15 à 49 ans. Les variations des taux sont grandes selon les pays et les populations étudiées. L’étude séparée de plusieurs groupes sociaux et de régions géographiques de risques peut affecter nos jugements sur la situation épidémiologique globale du VIH dans cette région du monde. Pour l’étude simultanée de plusieurs variables en épidémiologie statistique, il est courant d’utiliser l’analyse de régression. C’est à dire que l'on recherche une relation fonctionnelle linéaire entre une variable dépendante et un ensemble de variables dites explicatives, indépendantes [6, 16]. Mais une telle investigation suppose que l’on dispose d’un référant théorique (formulation d’une hypothèse). Dans cette recherche dont le but est de représenter les complexes socio-spatiaux de risques pour le VIH, l’exploration des éventuels agrégats (liaisons privilégiées entre variables et/ou pays) l’emporte sur une modélisation fonctionnelle. Elle s’inscrit dans une démarche éco-épidémiologique [13] où nous tentons de dégager les aspects dominants des systèmes "groupes de pays"2 L’étude de la simultanéité des groupes, leurs similitudes voire leurs associations dans des régions dotées de propriétés socio-économiques inégales dessinent des situations écologiques particulières du VIH.

L'analyse des correspondances multiples comme méthode d'analyse globale

Préambule

  • 3  Problématique qui n’écarte aucune hypothèse à priori.
  • 4  La médiane est un indice de valeur centrale. Elle correspond à la valeur de la variable pour laque (...)

2Les données utilisées dans cette étude sont des résultats statistiques récemment publiés sur la population mondiale [15] et sur les sérologies des infections par le VIH [16]. Ces données comportent principalement des indicateurs économiques et sociaux ainsi que les taux d’infection dans divers groupes. Nous les avons sélectionnés en fonction d’une problématique  possibiliste3 devant élargir notre recherche autour des indicateurs socio-géographiques accessibles en liaison avec l’infection. Nous avons donc retenu pour chaque pays, la densité de sa population, le pourcentage de sa population urbaine et le produit national brut par habitant. Le système du mode de transmission notifié du virus a été également saisi par pays et les taux médians4 de séroprévalence des infections à VIH sont pris en compte pour quatre groupes de la population. 1° - Les femmes en consultation prénatale dans des principaux sites urbains ; 2°- Les femmes en consultation prénatale dans des principaux sites ruraux ; 3° - Les hommes soignés pour MST dans des principaux sites urbains ; 4° - Les professionnelles du sexe dans des principaux sites urbains.

3Comme dans toute étude appelant à une critique des données, l’éventuelle hétérogénéité des résultats initiaux dans le mode, la nature du recueil des informations peut contribuer à limiter sur le plan méthodologique notre analyse et donc fausser notre jugement. A l'échelle de l'Afrique, les fréquences des infections à VIH1 et VIH2 varient selon le positionnement géographique (Sud, Est, Centre, Ouest). Aussi nos analyses globales se portent sur les données relatives au VIH, sans que l'espèce virale soit précisée. Les sérologies des infections par le VIH telles qu'elles sont publiées par ONUSIDA posent des problèmes de représentation connue. Les stratégies nationales de collecte des informations ne sont pas identiques. Des régions entières d'un pays peuvent ne pas bénéficier d'enquêtes. Parfois, la capitale ou quelques grandes villes concentrent l'essentiel des investigations sérologiques. Le mode de sélection des échantillons d'individus n'est pas toujours signalé ; et la nature des groupes de population examinés n'est pas toujours bien définie. Parmi les données sérologiques établies en 1997 - publiées en décembre 2000 -, seules celles confirmées par un test sérologique Western Blot sont prises en compte.

4Parmi les variables démographiques et macro-économiques retenues, la pertinence du produit national brut par habitant peut être brouillée par une analyse profonde sur la dualité économique (rural/urbain) au sein de la société. Nous retenons sa tendance en tant qu’indicateur global du niveau de pauvreté ou de richesse. Les femmes en consultation prénatale, les patients MST et les prostituées sont des groupes qui apparaissent dans les études épidémiologiques comme étant de bons indicateurs des populations vulnérables, susceptibles et exposées. De plus, les taux de prévalence enregistrés dans ces groupes sont souvent le reflet de l’ampleur de l’infection dans le pays où ils sont installés. Nous retenons ces groupes en raison de leur intérêt épidémiologique.

  • 5  La notion de 'complexe' traduit en fait la diversité et la multitude des interactions de multiples (...)

5Avec l'utilisation des techniques multidimensionnelles d'analyse des données [4] [7] notre démarche se situe à l'interface des approches de géographie médicale [17] [20] [21] et de l'épidémiologie. Notre investigation offre l'avantage de donner une vision globale et systémique de l'infection à VIH en Afrique Subsaharienne : à partir d'un grand ensemble de données hétérogènes, sont révélées des cohérences qui éclairent les situations épidémiologiques (des situations des mises en rapport des collectivités avec l'infection et qui sont fonction des relations de l'homme avec son milieu). Ces différentes situations constituent autant de "complexes"5 étroitement dépendants les uns des autres [17]. L'hypothèse forte serait que l'aire d'extension des formes de l'épidémie soit aussi celle d'un complexe pathogène dont les exigences sont bio- socio - économiques. La résultante de ces exigences  détermine une aire de possibilité maximum dans laquelle se trouvent des aires d'optimum écologique où l'infection peut se perpétuer en donnant lieu à des formes variées de l'épidémie, formes perceptibles par des représentations spatiales.

Construction du tableau en vue de l’analyse des données

6Une analyse descriptive globale des variables retenues (tableau n°1) est effectuée sur 44 pays de la région qui recouvre l’Afrique Subsaharienne.

7La masse considérable des données utilisées et leurs diversités nous ont conduit à saisir chaque variable selon une structure mathématique qui la définit. Les données codées sont enregistrées dans un tableau rectangulaire [23] composé des Pays - Lignes et des Variables - Colonnes satisfaisant les exigences de l'analyse.

  • 6  Dans le pays , les modes de transmission majeurs sont les contacts homosexuels masculins (HOMO) et (...)

8Les données manquantes (Dm) par pays et par variable sont prises en considération. En raison des Dm 25% et des informations connues sur le système de transmission, l’île Maurice, la Réunion6, la Somalie et le Tchad sont éliminés parmi les Pays - lignes. De la même façon, les Variables - colonnes relatives au système de transmission sont éliminées du tableau. La transmission hétérosexuelle est retenue comme mode de contamination global. Le tableau de dépendance retenu compte désormais 40 lignes (pays) et 7 colonnes (variables de nature différente).

Homogénéisation

9Nous utilisons le codage disjonctif complet [4] pour homogénéiser le tableau de données.

10Le tableau disjonctif est construit selon l'appartenance ou non de la valeur initiale des profils à des classes de variation (codage en 0 ou 1). Cette opération augmente le nombre de colonnes qui deviennent des modalités de variables. Le tableau final que nous analysons comporte 40 Pays - lignes et 23 modalités de variables - colonnes.

Représentation

11L’analyse des correspondances appliquée sur le tableau ainsi homogénéisé est appelée Analyse des Correspondances Multiples (ACM) [9]. Cette analyse offre une représentation graphique cohérente des profils où l'on considère le nuage des lignes dans l’espace des variables (profils des pays-lignes) ou celui des variables dans l’espace lignes (profils des modalités-colonnes).

12L’ACM permet de dégager des relations non linéaires, et son principe consiste à rechercher un petit nombre d’axes (axes factoriels) qui vont permettre de caractériser les relations de ressemblance/opposition entre les pays-lignes (ou entre modalités-colonnes). Ces relations entre les profils sont évaluées selon la distance du Chi-deux qui privilégie les proximités entre les modalités de fréquences rares.

  • 7  Méthode du moment d’ordre deux basée sur une généralisation multidimensionnelle de l’équation usue (...)

13Une classification des résultats de l’ACM par la méthode de WARD7 conduit ensuite à la mise en forme d’une typologie spatiale des facteurs retenus. Cette typologie donne une image des différences inter-pays selon les complexes indicateurs socio-économiques et taux globaux des prévalences par groupes de population. Les différentes morphologies épidémiologiques exprimées suggèrent des modèles éco-épidémiologiques pour le VIH.

Des situations d'exposition contrastées aux modèles éco-épidémiologiques

14L’étude du système de transmission (figure n° 1) confirme [2] la dominance du mode de transmission hétérosexuelle (HETE).

15Les taux d’inertie (variance) sont modestes (tableau n°2). Ces faibles valeurs proviennent de l’artefact utilisé (transformation des données en tableau logique) [8]. Néanmoins, une comparaison des taux d’inertie obtenus pour chaque axe avec le pourcentage d’inertie moyen attendu suggère que le premier facteur rende compte d’une part significative de la variance totale.

16Sur l’axe 1 la grande régularité observée dans l’ordre des valeurs des coordonnées des modalités des variables - les femmes en consultation prénatale dans les zones urbaines (FPU), les femmes en consultation prénatale dans les zones rurales (FPR) et les hommes soignés pour MST en milieu urbain (HSU)- illustre des situations de faible ou de forte exposition. Les situations de faible exposition codées 1 sont projetées du côté négatif, alors que les situations de forte exposition codées 3 ou 4 sont projetées du côté positif de l’axe. Les situations intermédiaires ont des coordonnées qui s’échelonnent entre ces deux extrêmes (cf. figure n°2).

17Seuls 14 pays sur 40 sont bien représentés sur l’axe 1 et aucun indicateur socio-économique ne permet de le structurer. Les distributions des pays dans l’ordre décroissant de leurs contributions (relatives, absolues) au facteur 1 distinguent du côté négatif la Mauritanie, la Guinée, l’Angola, le Sénégal, la Guinée équatoriale, les îles Comores et le Gabon. Sont regroupés du côté positif, le Burundi, l’Ouganda, le Rwanda, le Burkina Faso, l'Éthiopie, le Lesotho et le Malawi (cf. figure n°3).

18Le facteur 1 traduit l’importance globale des taux de prévalence pour le VIH dans les trois groupes de population : les hommes en consultation pour MST dans les principales zones urbaines, les femmes en consultation prénatale, dans les zones urbaines, et dans les zones rurales.

19Ce facteur distingue les pays les moins touchés des pays les plus touchés par l’infection.

20Sur l’axe 2, les modalités de variables explicatives sont peu interprétables. Mais, l’examen du plan des deux premiers facteurs (figures n°2 et 3) précise l’apport du deuxième axe. La forme parabolique des nuages semble indiquer une relation de deuxième degré entre les deux axes (effet de Guttman). Bien que 19 pays sur 40 soient bien représentés, le lien fonctionnel entre le deuxième axe et le premier n’apporte pas d’information supplémentaire déterminante.

21Sur l’axe 3, le produit national brut par habitant est structurant. La situation globale du niveau de "pauvreté" des habitants (codée 1) est projetée du côté positif, alors que la situation globale de niveau de "richesse" (codée 3) est projetée du côté négatif (cf. figure n°4). Sept pays apparaissent bien représentés sur cet axe. Dans l’ordre de leurs contributions, on relève d’une part du côté positif, le Nigeria et la Gambie ; et d’autre part, du côté négatif, l’Afrique du sud, le Botswana, la Namibie, le Swaziland et le Zimbabwe (cf. figure n°5).

22Le facteur 3 traduit l’importance globale du produit national brut  par habitant dans les pays étudiés. Il distingue les pays "riches" des pays "pauvres".

23L’examen du plan formé par les axes 1 et 3 (figures n° 4 et 5) permet de relever avec clarté deux situations extrêmes :

  • une situation où les hommes soignés pour MST en milieu urbain, les femmes en consultation prénatale dans les zones urbaines et rurales, connaissent des taux de prévalence nuls ou faibles. Les pays concernés par cette situation sont les Comores, la Guinée, la Guinée Équatoriale, la Mauritanie et le Sénégal ;

  • une situation où les taux de prévalences sont élevés, voire très élevés parmi hommes soignés pour MST en milieu urbain. Ces mêmes taux sont élevés à des niveaux comparables parmi les femmes en consultation prénatale dans les zones urbaines et dans les zones rurales. Les pays concernés ont un produit national brut par habitant parmi les plus importants. Il s’agit de l’Afrique du Sud, du Botswana, de la Namibie et du Swaziland.

24Reste une situation intermédiaire entre ces extrêmes qui n’est pas simple à représenter. En observant que certaines modalités des variables de la densité de population (DEN1, DEN2) et celles des hommes en consultation pour MST (HSU2, HSU3) contribuent à structurer l’axe 4, il nous vient qu’une combinaison des axes 1, 3 et 4 est bien venue dans l’analyse. La classification ascendante hiérarchique appliquée aux facteurs 1, 3 et 4 (résultats de l’ACM) allège cette complexité et dessine globalement (figures n°6 et 7) pour cette situation intermédiaire, trois profils des pays :

  • Les pays à faible densité humaine, mais dans lesquels les hommes soignés pour MST, enregistrent des taux de prévalence peu élevés (3 à 9 %). Le Cameroun, le Liberia et le Mozambique sont les plus concernés.

  • Les pays de profil moyen sur les plans économique (PNB de 355-877 $) et démographique (densité de 30 à 79 habitants au Km2), mais qui enregistrent des taux de prévalence très élevés (> 30 %) parmi les hommes soignés pour MST et les professionnelles du sexe. Le Kenya et la Côte d’Ivoire sont les plus concernés.

  • Les pays très pauvres (PNB < 355 $), dotés d'une forte charge humaine (> 80 habitants au km2) et qui enregistrent des taux de prévalence très élevés parmi les hommes soignés pour MST. L'Ouganda, le Burundi et le Rwanda sont les plus concernés.

  • Dans l’ensemble, les modalités de variables propres aux prostituées ne renvoient à aucune structure ou groupe de pays décelable, cependant, les taux des prévalences qui les concernent sont dans tous les pays plus élevés que dans les autres groupes sociaux. L’exposition des prostituées serait également efficace dans tous les pays.

Les complexes socio-spatiaux de risques

25Aujourd’hui plus de 70 % de personnes infectées par le VIH dans le monde vivent en Afrique Subsaharienne [16]. La propagation du virus au sein de la population générale prend des allures très inquiétantes. Les sélections spatiales observées dans les années 90, et impliquant les sites urbains en priorité [1] ont évolué et placent également certains sites ruraux au cœur de l’épidémie. Les femmes apparaissent particulièrement touchées par l’infection (55 %), et les raisons évoquées pour expliquer cette forte prévalence sont dans la nature bio-épidémiologique (efficacité de transmission de l’homme à la femme, le jeune âge des femmes...) et socio-épidémiologique de la transmission/diffusion du virus [12].

26On sait que les populations virales présentes en Afrique sont nombreuses. Le niveau global de l’infection pour un pays peut dépendre des propriétés épidémiologiques du virus et de leurs diversités selon les populations virales. Pour apprécier l’ampleur de l’épidémie du VIH dans la population générale d’un pays, des modèles proposent de saisir le rapport entre les propriétés des populations humaines et l’infection dans l’organisation et le fonctionnement de la société et de l’économie [13]. Une telle appréciation nous semble dépendre d’une analyse dans laquelle la simultanéité des groupes, leur localisation spatiale et leur mise en rapport avec l’infection sont suffisamment prises en compte. L’analyse des correspondances répond à cette exigence et son application dans cette étude nous est apparue pertinente, tant le matériau utilisé (tableau logique) est fiable. Une illustration synthétique des résultats obtenus renseigne sur les complexes des pays (Cf. Carte : Représentation globale des infections à VIH en Afrique Subsaharienne).

Le complexe des pays très faiblement exposés.

27Les Comores et Madagascar sont deux pays insulaires caractérisés par des taux de prévalence faibles ou nuls. Ces faibles taux concernent les hommes soignés pour MST en milieu urbain, les femmes en consultation prénatale dans les zones urbaines et celles qui le sont dans les zones rurales. Dans les mêmes groupes de population des taux comparables concernent quelques pays géographiquement isolés de la façade atlantique de l’Afrique.

  • 8  Groupe viral qui prédomine au centre et à l’est de l’Afrique.
  • 9  Groupe viral prédominant à l'ouest de l'Afrique

28Les données sérologiques publiées depuis 1985 font observer que dans ces pays, les deux types 1 et 2 du VIH coexistent. Leurs entrées à Madagascar [3] et aux Comores [24] demeurent très discrètes. Dans la partie Ouest de la façade atlantique, les données mauritaniennes soulignent une faible circulation du virus dans le pays tandis que les données sénégalaises et guinéennes signalent une augmentation régulière des taux du VIH-18 par rapport au VIH-29 "résident". Dans la partie centrale, les données de Guinée équatoriale indiquent que le virus est peu évolutif [19].

Le complexe des pays très fortement exposés.

29Pour les populations caractérisées par les mêmes modalités que précédemment, quatre pays dont le produit national brut par habitant est parmi les plus élevés attirent l’attention. L’Afrique du sud, la Namibie, le Swaziland et le Botswana qui sont des pays de l’union douanière d’Afrique australe enregistrent des taux élevés. En Afrique du Sud, le VIH2 est marginal et la progression de l’infection est rapide tant en zone urbaine qu’en zone rurale, particulièrement chez les migrants, les jeunes et les femmes enceintes [11]. Les taux chez l’adulte sud africain âgé de 15 à 49 ans sont estimés aujourd’hui à 12,9 %. De la même façon, le Swaziland, la Namibie et le Botswana connaissent également de très fortes progressions des taux de prévalence. Selon les données sur les flux migratoires, ces quatre pays sont considérés comme terres d’immigration [4]. Les guerres, les désordres civils et les situations de pauvreté qui persistent autour de ces pays les exposent de fait à des flux de population principalement en provenance du Zimbabwe et du Mozambique où les taux chez l’adulte âgé de 15 à 49 ans sont estimés respectivement à 25,84 % et 14,17 %.

30Dans le complexe austral (pays bien lotis économiquement), le Zimbabwe et le Botswana peuvent être considérés comme un des foyers pour le virus. Dans et autour des pays du complexe austral, les infrastructures de transport sont bien développées. Les migrations entre les sites urbains et ruraux, et les migrations dans et hors régions apparaissent régulières. Des souches virales disponibles dans la région (comme celle du sous-type C du VIH-1 [10]) le sont également dans des pays proches ou lointains. Des associations vraisemblables entre ces souches virales et le phénomène de migration (MORRIS & al, 2000) pourraient renvoyer aux conditions socio-économiques une explication à la montée des taux de prévalence.

Des complexes de pays d’expositions variées.

Les pays de faible densité

31Au Cameroun, au Mozambique comme au Liberia, les types 1 et 2 du VIH coexistent (de nombreux sous-types du VIH-1 distinguent le Cameroun) et les taux de prévalence sont peu élevés parmi les hommes en consultation pour MST en milieu urbain. Ces taux sont comparables à ceux des femmes camerounaises en consultation prénatale ; de plus l’évolution des taux dans ce dernier groupe tant en zone urbaine qu’en zone rurale pose un réel problème de santé publique.

32La propagation du virus au Mozambique et au Liberia ne peut être dissociée des situations de déliquescence que connaissent ces deux pays depuis des années. L’explication de sa progression au Cameroun demeure énigmatique : l’infection camerounaise apparaîtrait indissociable de l’épidémie centrafricaine [5, 15] où les taux chez l’adulte âgé de 15 à 49 ans sont estimés aujourd’hui à 10,7 %; - les flux migratoires camerounais de et vers d’autres pays africains sont de même ordre [3]; - et la superposition vraisemblable de plusieurs populations virales pourraient brouiller l'image de l’épidémie camerounaise.

33Dans la situation épidémiologique du complexe qui caractérise le Cameroun, le Mozambique et le Liberia, la forte montée des taux parmi les femmes en consultation prénatale, - tant en zone urbaine qu'en zone rurale, attire l'attention sur une pénétration active du virus.

Les pays de profil moyen selon le niveau de richesse (PNB) et la charge humaine (densité)

34En Côte d’Ivoire et au Kenya, le niveau des taux place les prostituées et leurs clients vraisemblables (hommes en consultation pour MST) au centre de l’épidémie. Dans le premier pays, les deux types de virus coexistent et l’infection est en progression rapide. Dans le second par contre, seul le type 1 est déterminant et l’infection plafonne à son seuil le plus élevé.

35Avec un taux estimé à 10,06 % chez l’adulte âgé de 15 à 49 ans, la Côte d’Ivoire apparaît comme un foyer remarquable du virus pour l’Afrique de l’Ouest.

36Ces deux pays se caractériseraient par une situation de forte endémie.

Les pays à faible produit national brut par habitant et à forte densité

37Dans la région des grands lacs, en Ouganda, au Rwanda et au Burundi, les taux relevés dans les différents groupes de population placent les hommes soignés pour MST en milieu urbain au centre de la diffusion. On enregistre dans ces pays une stabilité à un haut niveau de l’infection. Comme précédemment, nous plaçons ces pays dans la classe de ceux qui présentent des situations de forte endémie.

38Selon ces différentes situations, quelques commentaires méritent d'être soulignés:

  • Dans le complexe central, le Cameroun qui présente de nombreuses populations virales enregistre des taux de prévalence inférieurs à ceux qui sont enregistrés en Centrafrique (10,7%). Les raisons de cette différence demeurent mal connues; elles pourraient renvoyer aux combinaisons des déterminants de nature bio-épidémiologique et socio-épidémiologique;

  • Le complexe occidental attire l’attention sur un foyer ivoirien du virus. De plus, les niveaux de taux enregistrés au Nigeria et en Gambie sur les possibilités pour ces pays à servir comme «sites relais» pour l’infection ;

  • Le complexe oriental s’organise autour des Balkans africains (Ouganda, Rwanda, Burundi) selon un réseau de pays. Ce réseau prendrait appui sur le Malawi, le Rwanda et le Kenya où l’infection est déjà notablement installée. De plus, la vie économique dans les pays de ce complexe demeure associée aux réseaux commerciaux qui partent des villes tanzaniennes de Dar es Salaam, Zanzibar et Pemba en Tanzanie où les prostituées sont déjà fortement touchées par le virus.

Conclusion

39Saisir les dimensions exactes de l’importance de l’épidémie de VIH en Afrique Subsaharienne est un exercice difficile et cette étude, par une approche alternative, présente les typologies épidémiologiques les plus remarquables des pays avec une vision globale de leurs dispersions. Les explorations entreprises indiquent que les composantes socio-géographiques offertes à l’infection interfèrent selon des combinaisons complexes qui varient d’un espace géographique à un autre. Il semble que sur l’ensemble des infections, la majorité soit concentrée dans les régions australe et orientale. L’importance du VIH dans ces lieux apparaît liée aux situations propres aux pays (contextes socio-économiques, position géographique) et au degré initial des infections. La progression de l’épidémie en Afrique au Centre-ouest et à l’Ouest pourrait obéir aux mêmes propriétés ; Le temps pourrait avoir joué un rôle dans cette progression.

40Puisque la recherche menée est proprement exploratoire, les résultats obtenus ne sont que des tendances, mais ils contribuent à dégager les principaux aspects du phénomène épidémiologique étudié et connu. Selon la place que tient chaque pays dans cette analyse, les propriétés épidémiologiques des pays méritent des études approfondies afin d’être prises en compte dans des actions de contrôle ou de surveillance.

Figures

Figure n°1 : Boîte de Tukey représentant la dispersion des groupes par variable.

Figure n°1 : Boîte de Tukey représentant la dispersion des groupes par variable.

Figure n°2 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des modalités des variables.

Figure n°2 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des modalités des variables.

Figure n°3 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des pays.

Figure n°3 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des pays.

Figure n°4 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des modalités des variables.

Figure n°4 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des modalités des variables.

Figure n°5 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des pays.

Figure n°5 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des pays.

Figure n°6 : Plan des axes factoriels (1 et 4). représentation des modalités des variables.

Figure n°6 : Plan des axes factoriels (1 et 4). représentation des modalités des variables.

Figure n°7 : Plan des axes factoriels (1 et 4). représentation des pays.

Haut de page

Bibliographie

 [1] AMAT-ROZE, JM., 1989, "L’infection à VIH et le SIDA en Afrique noire : facteurs d’épidémisation et de régionalisation", Cahiers d’Outre Mer,  Vol 42, N°168, 333-356.

[2] ANDERSON. R.M, MAY. R.M, BOILY. M.C, GARNET. G.P, ROWLEY. J.T., 1991, "The spread of HIV-1 in Africa: sexual contact patterns and the predicted demographic impact of AIDS", Nature, N°352, 581-589.

[3] ANDRIAMAHENINA.R, RAVALOJAONA.B, RARIVOHARILALA.E & al, 1998, "Le Sida à Madagascar. 1. Epidémiologie, prospections, impact socio-economique, interventions", Bulletin de la Société de pathologie exotique, Vol.91, N°1, 68-70.

[4] LEMARCHAND Ph. (dir), 1994, Atlas du XXème siècle. 1994. L’Afrique et l’Europe, Bruxelles, Ed. Complexe.

[5] BENZECRI. J-P., 1973, L’Analyse des Données. L’Analyse des Correspondances. Paris, Dunod, 2/2.

[6] CHAMBON.R, LOUIS F-J, LOUVET.F, FAGOT.P, MAUCLERE.P, SALLA.R, CHERINGOU.H., 1995, "Séro-prévalence VIH1 et groupes à risque dans un marché frontalier du Nors-Est du Cameroun, Mbaïboum 1993-1994",Bull. liais. doc. OCEAC, 28, N°1 Mars.

[7] KLEINBAUM DG, KUPPER LL, 1978, Applied Regression Analysis and Other Multivariate Methods, Boston, Duxbury Press.

[8] LEBART.L, MORINEAU.A, PINON.M., 1995, Statistique exploratoire multidimensionnelle, Paris, Dunod.

[9] LEBART.L, MORINEAU.A, TABARD.N., 1977, Techniques de la description statistique, méthodes et logiciels pour l’analyse des grands tableaux, Paris, Dunod, 124-150.

[10] McCUTHAN, F E., 2000, "Understanding the genetic diversity of HIV-1", AIDS, 14 (suppl 3), 31-44.

[11] MAKUBALO.L.E., 1998, "Eigth annual national HIV sero-prevalence survey of women attending antenatal clinics in South Africa 1997", Health Systems Research abd Epidemiology, june report, Dept. of Health.

[12] MERTENS T. E., LOW-BEER D., 1996, VIH et SIDA : où va l’épidémie ?Bulletin de l’OMS, Vol.74, N°3, 243-252.

[13] MBIAGA.C., 1999, Contributions Méthodologiques à une Analyse de la dynamique socio-spatiale des infections à VIH en Afrique Centrale. Régions de Batouri (Cameroun) - Berberati (Centrafrique). Thèse de doctorat en sciences - Spécialité Biomathématiques. Aix-Marseille 3.

[14] MORRIS, L, WILLIAMSON, C, GRAY, C, TIEMESSEN, C, T., 2000, "HIV1 subtype C as a major determinant of the global AIDS epidemic", S AFR J SCIENCE, N°96, 339-346.

[15] ONU, 1999, World population data 1999. Division de la population, Département des affaires économiques et sociales, Secrétariat des Nations Unies.

[16] ONUSIDA., 2000, "Estimations et Indicateurs relatifs à l’infection à VIH/SIDA, fin 1997.", Rapport sur l’épidémie mondiale de VIH/SIDA Juin 1998. Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA. Genève.

[17] PICHERAL H., 1982, "Géographie médicale, géographie des maladies, géographie de la santé", L'espace géographique, N°3, 161-175.

[18] REMY.G, MBIAGA.C, MIGLIANI.R, LOUIS.J.P, TREBUCQ.A, JABOT.F, ROUX.M, GEROYANNIS.H., 1996, "Dynamique socio-geographique de l’infection à VIH-1 en Afrique centrale. Régions de Batouri (Cameroun) - Berberati (Centrafrique)" Médecine d’Afrique Noire, Vol. 43, N°8/9.

[19] SIMA.J-O., 1995, HIV sentinel surveillance summary report. Programme national de lutte contre MST/SIDA. Ministère de la santé et de l’environnement. Malabo-RGE.

[20] SORRE M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine, Paris, Ed. Colin.

[21] SORRE M., 1961, L'homme sur la terre, Paris, Hachette.

[22] TOMASSONE R, AUDRAIN. S, LESQUOY DE TURCKHEIM. E, MILLIER. C., 1992, La Régression. Nouveaux regards sur une ancienne méthode statistique, 2ème édition, Paris, Masson.

[23] TOMASSONE R, DERVIN. C, MASSON. J-P., 1993, Biométrie. Modélisation de phénomènes biologiques, 2ème Edition, Paris, Masson.

[24] TOYB.M, LOMBART.J.P, FARINA.C & al., 1997, "Prevalence of STD pathogens among pregnant women in Moroni, Comores", Xth International Conference on AIDS and STD in Africa, Abidjan, Côte d’ivoire, 12/7-11, Abstract B391.

Haut de page

Notes

1  Nombre total de personnes infectées rapportées à l'ensemble d'une population donnée sans restriction entre les anciens et les nouveaux cas.

2  Systèmes groupes de pays = pays présentant des similitudes d’exposition à l’infection selon les variables sociales et spatiales étudiées.

3  Problématique qui n’écarte aucune hypothèse à priori.

4  La médiane est un indice de valeur centrale. Elle correspond à la valeur de la variable pour laquelle 50 % des unités ont une valeur inférieure à celle-ci. Indépendante des valeurs extrêmes, la médiane a la propriété d’éliminer les éléments aberrants d’une série de données (un avantage par rapport à la moyenne).

5  La notion de 'complexe' traduit en fait la diversité et la multitude des interactions de multiples facteurs (bio - socio - économiques). 'Socio' est donc une méta-variable pour résumer bio - socio - économiques.

6  Dans le pays , les modes de transmission majeurs sont les contacts homosexuels masculins (HOMO) et l’utilisation des drogues par injection (UDI). Les taux relevés dans ces deux modes sont comparables et s’élèvent à 35 % [13].

7  Méthode du moment d’ordre deux basée sur une généralisation multidimensionnelle de l’équation usuelle de l’Analyse de la Variance.

8  Groupe viral qui prédomine au centre et à l’est de l’Afrique.

9  Groupe viral prédominant à l'ouest de l'Afrique

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau n°1 : description et codification des modalités des variables.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-4.png
Fichier image/png, 2,9k
Titre Figure n°1 : Boîte de Tukey représentant la dispersion des groupes par variable.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure n°2 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des modalités des variables.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure n°3 : Plan des axes factoriels (1 et 2). représentation des pays.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure n°4 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des modalités des variables.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure n°5 : Plan des axes factoriels (1 et 3). représentation des pays.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure n°6 : Plan des axes factoriels (1 et 4). représentation des modalités des variables.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2329/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Mbiaga, Thierry Naizot et Michel Roux, « Sur une représentation globale des infections a VIH en Afrique subsaharienne. Les complexes socio-spatiaux de risques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 215, mis en ligne le 23 mai 2002, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2329 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2329

Haut de page

Auteurs

Cyrille Mbiaga

flotiti@wanadoo.frLaboratoire de Télé-analyse Espaces et Sociétés, Centre d'Analyse en Mathématiques Sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales (LATES CAMS/ EHESS) - CNRS, UMR 17, Centre de la vieille Charité, 2 rue de la vieille charité, 13002 Marseille.

Thierry Naizot

Laboratoire de Biomathématiques, Faculté des sciences et techniques de Saint-jérôme, case 462, Avenue Escadrille Normandie Niémen 13397 Marseille cedex 20

Michel Roux

Laboratoire de Biomathématiques, Faculté des sciences et techniques de Saint-jérôme, case 462, Avenue Escadrille Normandie Niémen 13397 Marseille cedex 20.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page