Navigation – Plan du site
2010

Deboudt Ph. (dir.), 2010, Inégalités écologiques, territoires littoraux et développement durable, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 409 p.

Servane Gueben-Venière

Texte intégral

1Dirigé par Philippe Deboudt, cet ouvrage est le fruit d’un projet de recherche sur “les inégalités écologiques dans les marges urbaines des territoires littoraux”, pour lequel se sont réunis des chercheurs et enseignants-chercheurs dans des domaines aussi variés que la géographie, l’écologie, le droit, la sociologie, l’urbanisme et l’économie. Comment les inégalités écologiques se manifestent-elles au sein des territoires littoraux ? Comment mieux les prendre en compte dans les politiques publiques d’aménagement du territoire littoral ? Telles sont les deux questions posées par les auteurs.

2Cette notion récente d’inégalité écologique s’est construite dans un double contexte de réchauffement climatique et de mise en œuvre des principes de développement durable, définis en 1987 dans le rapport Brundland. Le concept d’inégalité écologique fait désormais partie des nouveaux champs de recherche aussi bien des sciences dites de ‘nature’, comme l’écologie, que des sciences humaines et sociales, et s’affirme comme une clé incontournable dans l’étude du lien entre les questions environnementales et sociales. Pourtant, il semblerait que “les inégalités écologiques constituent un enjeu encore peu politique en France, contrairement aux Etats-Unis où ce que l’on appelle la Political Ecology revendique fortement une attention croisée entre inégalités sociales et environnementales” (p. 15)

3À travers une approche interdisciplinaire et en rapportant les inégalités écologiques aux territoires littoraux, les auteurs analysent ce ‘retard’ français et proposent par ailleurs une méthode d’évaluation globale de ces inégalités, permettant désormais aux gestionnaires de tenir également compte de ce facteur dans les politiques publiques d’aménagement du territoire. Cet ouvrage conséquent se décline ainsi en trois parties : la première propose une réflexion théorique sur la façon dont les différentes disciplines évoquées envisagent d’une part les territoires littoraux, d’autre part la notion d’inégalités écologiques ; la seconde offre aux lecteurs six études de cas mettant en exergue différentes formes d’inégalités écologiques ; la troisième tente de dépasser les contrastes interdisciplinaires exposés en tête d’ouvrage et propose – après avoir établi la liste des indicateurs pertinents à prendre en compte parmi les nombreux indicateurs existants – une méthode-outil que l’on peut qualifier d’application transdisciplinaire puisque sa finalité ne réside pas dans la recherche disciplinaire proprement dite, mais dans son utilisation par les gestionnaires pour aménager les territoires littoraux. Enfin, cette dernière partie met en perspective des recherches sur les inégalités écologiques par rapport aux processus de gestion intégrée des zones côtières.

4L’approche pluridisciplinaire très intéressante proposée dans cet ouvrage est à double tranchant. La notion d’inégalités écologiques est définie pour chaque discipline selon les entrées pertinentes possibles (entrée par le milieu, l’écoumène en géographie, par les usages en sociologie, par la rente de situation en économie…), ce qui permet une confrontation disciplinaire relativement approfondie (un chapitre de 24 pages sur la question) et par conséquent enrichissante pour le lecteur. En revanche, cette réflexion pluridisciplinaire rend très difficile l’adoption d’une définition unique satisfaisant chaque discipline. Cette difficulté est justifiée par l’écart trop important entre les différentes acceptions du terme “écologie” selon les disciplines – écart qui ne saurait se réduire à de simples nuances : “si les points de vue disciplinaires sur le concept de territoire permettent d’établir des rapprochements entre les disciplines ou des approches complémentaires, le sens donné à la notion d’inégalité écologique détermine quelques lignes de fractures, par exemple entre les sciences de la nature et les sciences humaines et sociales” (p. 107). Ainsi, les inégalités écologiques des écologues ne peuvent se comparer à celles des géographes, qui s’apparentent à des inégalités socio-spatiales, ou encore à la notion de “capability” des économistes. A défaut d’une définition pluridisciplinaire, l’ouvrage propose néanmoins quatre grands types d’inégalités, toutes disciplines confondues : les inégalités géographiques liées aux politiques de préservation du patrimoine naturel, qui déterminent une inégale répartition des espaces naturels de haute valeur écologique dans un territoire ; les inégalités d’accès aux usages de la terre et de la mer et aux aménités environnementales ; les inégalités dans l’exposition à des risques naturels et anthropiques ; les inégalités de gouvernance. Pourtant, c’est principalement cette absence de consensus scientifique qui rend la notion d’inégalité écologique encore trop abstraite pour être facilement prise en compte dans les politiques publiques d’aménagement.

5Partant de ce constat, les auteurs ont voulu dépasser le cadre strictement théorique de ce concept en mettant six études de cas à disposition des lecteurs et en proposant une méthode d’évaluation globale des inégalités écologiques présentes dans les territoires littoraux. Les études de cas illustrent principalement les deux premiers types d’inégalités écologiques définis par les auteurs. Ainsi, les inégalités liées au marché foncier et à l’utilisation du sol dans les marges urbaines sont mises en exergue dans la région Nord-Pas-de-Calais. Les inégalités résidentielles induites par le rapport à la mer ou à la proximité d’un site classé sont traitées au sein des communes d’Ensuès-la-Redonne dans les Bouches-du-Rhône, de Boulogne-sur-mer et du Touquet dans la région Nord-Pas-de-Calais. La question de l’insularité comme facteur d’inégalités écologiques est posée pour l’archipel du Frioul à Marseille. Enfin, l’étude de la plage du Prado à Marseille et du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer donne à voir le décalage possible entre aménageurs du territoire et habitants concernés par un projet urbain : la proposition de création d’espaces naturels des premiers ne correspond pas systématiquement aux attentes des seconds. Les auteurs montrent ainsi que les différentes représentations que les aménageurs et les habitants se font de la valeur sociale d’un espace naturel peuvent elles-mêmes être à l’origine d’inégalités écologiques.

6Afin de mieux permettre l’intégration de ces inégalités écologiques complexes et leur régulation dans les politiques publiques, la troisième partie de l’ouvrage propose une méthode globale et transdisciplinaire. Celle-ci résulte de la traduction d’un langage scientifique en un langage quotidien de gestion, de la conversion d’une réflexion théorique en un outil de gestion. Elle propose ainsi l’utilisation par les gestionnaire d’un “tableau de bord” ou “grille d’évaluation multicritères” dans lequel figure l’ensemble des indicateurs indispensables à prendre en compte pour une gestion optimisée des inégalités écologiques (fig. 34, p. 304). Cependant, l’absence de consensus scientifique autour de la notion d’inégalités écologiques rend aujourd’hui impossible l’expression et la diffusion d’une définition scientifique transdisciplinaire. Ainsi, le risque encouru est de privilégier une approche scientifique particulière au détriment d’une pluridisciplinarité de la notion d’inégalités écologiques, et par conséquent de proposer une traduction tronquée, voire réductrice de cette réflexion théorique. Néanmoins, l’intérêt de cet ouvrage est de poser la question du traitement des inégalités écologiques au sein des politiques publiques et d’ouvrir ainsi le débat en s’adressant aussi bien à un public universitaire pluridisciplinaire qu’aux acteurs politiques et aux gestionnaires. Un seul regret – mineur toutefois : quelques redondances ponctuelles, quelques oublis (titre manquant pour certaines figures) et parfois un manque de qualité d’impression des figures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Servane Gueben-Venière, « Deboudt Ph. (dir.), 2010, Inégalités écologiques, territoires littoraux et développement durable, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 409 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23303

Haut de page

Auteur

Servane Gueben-Venière

Doctorante de géographie
UMR Prodig 8586, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
servaneveniere@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page