Navigation – Plan du site
2010
508

Peut-on estimer la population des villes chinoises à partir de leur surface bâtie ?

An estimation of Chinese cities population based on built-up areas
Elfie Swerts et Denise Pumain

Résumés

La rapide urbanisation de la Chine conduit à mettre au point des méthodes d’analyse et de suivi de la taille des villes. Devant l’hétérogénéité des divisions administratives et des dénombrements des populations, nous en proposons ici une estimation par les surfaces bâties, obtenues sur des images satellites Landsat. On mesure ainsi l’extension en superficie d’une cinquantaine d’agglomérations urbaines de 1980 à 2000, que l’on compare ensuite aux chiffres de population indiqués pour les villes éponymes dans diverses bases de données internationales. Les relations non linéaires établies entre populations et surfaces attestent de la cohérence des résultats obtenus par cette méthode. Cependant, lorsqu’il s’agit de mesurer l’évolution des surfaces comme des populations, les nombreuses fluctuations rendent la méthode moins fiable et celle-ci doit être complétée par d’autres types d’observations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Chine fascine, depuis que le géant qu’on croyait endormi, plus ou moins isolé, devient un pays émergent, prenant une place croissante dans tous les réseaux qui sous-tendent l’organisation économique et politique du Monde. Les villes chinoises sont à la fois l’expression et les agents de ce développement, sans précédent en termes de masse démographique et économique. Leur croissance affole, à la fois en raison de la rapidité du décollage économique, qui a soutenu une progression à deux chiffres pendant au moins deux décennies, et à cause du gigantisme des conurbations en cours de constitution. Celles-ci sont en fait simplement à la mesure des gigantesques dimensions du pays, en termes de superficie et de population. Mais cette “irrésistible urbanisation” chinoise, selon les termes de Pierre Gentelle (1994) suscite aussi, à juste titre, des inquiétudes en termes de soutenabilité écologique.

2Par rapport à d’autres pays en développement, la Chine se caractérise encore par l’importance de l’intervention politique dans le processus d’urbanisation. Sanjuan (1996) rappelle que “la constitution d’une armature de villes grandes ou moyennes avait donné à l’Empire les points d’appui indispensables à l’administration et au contrôle de cet espace-continent”. L’évolution de cette armature de lieux centraux (Skinner, 1964) a pu être profondément perturbée par les nombreuses mesures prises depuis la Seconde Guerre mondiale pour freiner l’expansion des villes, notamment par un contrôle sévère des migrations, puis à partir des années 1980 par la politique d’ouverture aux investissements étrangers, qui a favorisé l’expansion de certaines villes, généralement en situation côtière.

3Dans ce contexte, il est crucial de disposer d’une observation précise de la croissance des villes. La qualité des mesures est essentielle pour construire une interprétation théorique du processus d’urbanisation en Chine et évaluer les effets de la planification. Or, la mesure de l’urbanisation en Chine est difficile. Elle peut difficilement s’appuyer sur les seules définitions officielles, tellement “The lack of well-defined and standardized terms for urban settlements in China has created much confusion among Chinese” (Ma et al., 1987). L’emploi de définitions et de délimitations différentes selon les auteurs est souvent observé dans la littérature scientifique (Chan et Hu, 2003, Zhou et Ma, 2005) et un a priori quant à la spécificité de l’histoire de la Chine peut aussi conduire à des représentations erronées (Lin, 1998 et 2000 ; Zhang et al., 1995, 1998 et 2003). Seules des mesures de l’évolution des populations urbaines, conduites dans des délimitations géographiques évolutives et cohérentes, doivent permettre de qualifier le processus d’urbanisation en cours, par comparaison avec celui d’autres pays ou d’autres périodes. Les difficultés de mesure des populations urbaines et de leur comparaison pour une évaluation du processus d’urbanisation dans l’ensemble des pays du monde sont bien connues (UN, 2007 ; Moriconi-Ebrard, 1994 ; Bretagnolle et al., 2002 et 2008 ; Forstall et al., 2007), mais il s’y ajoute dans le cas de la Chine un contexte politique et social qui complique encore les estimations.

4Notre étude propose d’utiliser la mesure de la surface du bâti urbain comme une approche complémentaire à la mesure de la taille des populations urbaines. Nous comparons les surfaces obtenues pour une cinquantaine de villes aux mesures de la taille des villes d’après leur population dans différentes bases de données qui n’utilisent pas les mêmes délimitations administratives pour leurs estimations. La confrontation de ces mesures permet d’estimer les densités de population urbaines, de déterminer la variation de la surface des villes face à la rapidité de leur croissance démographique et de tester la forme de la liaison statistique entre surface et population. Nous consacrons un premier point à la difficile question de la définition des populations urbaines en Chine, avant de préciser les sources et la méthode que nous avons employées, puis de présenter les résultats de nos estimations.

Évolution des définitions de la ville en Chine

5En Chine, les villes sont définies en fonction d’un statut politico-administratif et les critères de cette définition constituent “a system that appears to be the world’s most complicated and confusing” (Chan, 2007). En effet, le terme de ‘ville’ a plusieurs acceptions qui sont employées sous le même nom par différentes sources établies pour des objectifs différents, dans le cadre des statistiques officielles (Lo et Welch, 1977). De plus, il est bien connu que le statut des populations interfère avec le dénombrement des populations urbaines, le système du hukou (registre des ménages procurant aux personnes un statut de résident local et donc une sorte de passeport intérieur, institué dans les années 1950 et renforcé jusque dans les années 2000), différent pour les habitants des villes et des campagnes, ayant engendré dans les villes une masse de “population flottante” (les liudong renkou ou mingong), qui y travaille de fait mais n’est pas censée y résider de droit. La complexité s’accroît avec les comparaisons dans le temps, car les définitions ont été sensiblement modifiées à plus de trois reprises depuis les années 1950 (Blayo, 1997 ; Chesnais, 1999).

6Le territoire, ou division administrative de la ville (shi), comprend généralement les districts formant la ville proprement dite et des districts suburbains (shiqu), ainsi que des comtés ruraux agricoles (xian), lesquels englobent aussi des bourgs ou plus petites villes (zhen). Les catégories ‘urbain’ et ‘rural’ correspondent à des administrations différentes. Le terme de ‘ville’ (‘city’ dans la littérature anglophone) correspond ainsi souvent à la région urbaine de la ville éponyme (diqu dans les publications statistiques). Mais les noms et les statuts donnés à chacune de ces composantes sont susceptibles de varier localement, en fonction de reclassifications administratives. Les plus grandes de ces régions administratives urbaines coïncident d’ailleurs avec les limites de provinces, par exemple à Beijing, Tianjin, Shanghai et Chongqing (Blayo 1997 ; Sanjuan, 2007).

7Selon Chan (2007), avant 1949, les limites des villes chinoises coïncidaient à peu près avec celles de l’agglomération bâtie en continuité. C’est dans les années 1950 que des délimitations administratives plus larges furent définies, de manière à englober dans la région administrativement contrôlée par les villes de vastes zones rurales destinées à garantir les approvisionnements des villes. D’une manière générale, les statistiques fondées sur les limites administratives sont utilisées pour les besoins de la planification (le baobiao) et s’appuient sur le registre du hukou, tandis que des enquêtes menées par le bureau national de la statistique s’efforcent de réaliser des dénombrements plus réalistes, dégagés des contrôles liés aux obligations de la politique de l’enfant unique et du système du hukou. On dénombre alors des populations de facto et non plus de jure (Chan, 2007). Ainsi, les estimations faites pour le recensement de 2000 et dans l’enquête au 1/1000 du Bureau national de la statistique donnent des chiffres fondés sur les personnes réellement résidentes (changzhu renkou) et incluant les travailleurs étrangers à la ville mais y résidant depuis plus de six mois. Le Bureau national de la statistique a défini en outre un critère impliquant de ne compter comme urbaines que les zones où la densité dépasse 1500 hab./km2. Les limites des villes pour lesquelles Chan (2007) établit une population de facto plus réaliste, ne sont cependant pas généralement celles utilisées dans l’abondante littérature sur les villes chinoises. Le plus souvent, les chercheurs se contentent de reprendre la population des quelque 663 “villes” définies officiellement (jianzhi shi) (Gentelle, 1994 ; Liu et al., 2003), avec leur population souvent surestimée, qui sont les principales métropoles (dont quatre villes définissant à elles seules des provinces et les capitales de province) et font plus rarement référence aux 19 692 “villes désignées” (jianzhi zhen) qui incluent toutes les petites villes situées à l’interface du monde rural et du monde urbain ayant une fonction administrative, telles que les sièges de préfecture et les sièges de “comté”, avec parfois moins de 20 000 habitants (Knapp, 1992 ; Gentelle, 1994 ; Liu et al., 2003).

Les sources d’information

8Dans la mesure où les sources disponibles ne permettent guère d’établir une représentation de l’urbanisation chinoise analogue à celle constituée dans d’autres pays, nous avons entrepris d’évaluer, à partir de données disponibles gratuitement sur Internet, une méthode d’estimation de la taille des populations par la détermination des surfaces urbanisées pour un échantillon de villes chinoises. Plusieurs auteurs ont suggéré d’employer les surfaces urbanisées d’après des images satellites pour produire une méthode plus rapide d’estimation des tailles ou des populations urbaines, sans passer par les sources statistiques officielles et les recensements, incertains ou inexistants (Dureau, Weber, 1995). La méthode est aussi employée pour estimer directement la pression urbaine exercée sur l’environnement par les surfaces bâties (Marshall, 2007) ou bien pour confronter la mesure du bâti urbain à d’autres mesures de la taille des villes, par exemple à la recherche de lois invariantes d’échelle. Marshall (2007) et Rozenfeld et al. (2008) ont ainsi employé des sources différentes pour analyser l’extension des aires urbanisées aux Etats-Unis. Ces lois d’échelle étant tributaires des formes prises par l’urbanisation et les variations des densités étant énormes entre villes d’Amérique du Nord et villes chinoises, les comparaisons doivent être établies avec beaucoup de précautions.

La banque d’images satellitales Landsat

9Les images radiométriques utilisées pour cette étude sont disponibles gratuitement sur le site Global Land Cover Facilities (http://glcfapp. umiacs.umd.edu :8080/esdi/index.jsp). Elles ont été prises par les satellites Landsat au cours des années 1980, 1990 et 2000. Orthorectifiées mais non traitées, elles peuvent présenter des bruits et confusions radiométriques. La définition des images satellites est de 56 x 76 mètres pour les radiomètres MSS (images des années 1980), de 30 x 30 mètres pour les radiomètres TM (images des années 1990) et ETM+ (images des années 2000).

Les bases de données démographiques

10Nous utilisons ici plusieurs sources gratuites de données sur les populations urbaines en Chine. La base “UNStat” (http://unstats.un.org/​unsd/​demographic/​products/​dyb/​dyb2.htm) est constituée à partir d’informations issues des Annuaires de la Division de la Population des Nations Unies, lesquels reprennent les chiffres des Yearbooks chinois produits par le Bureau National des Statistiques de Chine (BNSC). Cette base regroupe les chiffres de population pour les “villes proprement dites”, pour lesquelles nous avons retenu les années 1980, 1990 et 2000. La base “CityPop” (http://www.citypopulation.de/​China.html) regroupe des données des projets du Data Center for Resources and Environmental Sciences Chinese Academy of Sciences (http://www.resdc.cn/​) pour l’année 2000. Cependant, cette source n’indique pas quelles sont les délimitations administratives utilisées pour construire ces bases de données démographiques. La base “Wikipedia” donne une estimation de la population urbaine des “municipalités”, au sens de ville, en 1999 ou 2001 (http://fr.wikipedia.org/​wiki/​Liste_alphab %C3 %A9tique_des_villes_de_Chine). La base “Mongabay” (http://www.mongabay.com/​igapo/​China.htm) regroupe les données de population en 2002 des villes et des zones urbaines de plus de 100 000 habitants. La base “Tageo” (http://www.tageo.com/​index-e-ch-cities-CN.htm) s’intéresse à la démographie en 2000 des “cités” et des “villes” classées entre les rangs 1 et 5. Enfin, la base World Gazeeter (http://world-gazetteer.com) est construite d’après le recensement officiel. Elle contient des données de population pour les “cités” et “villes” en 2000.

11Bien que les différences entre les chiffres de population donnés par ces différentes bases soient parfois prononcées, nous les avons toutes confrontées aux chiffres de surfaces obtenus, l’objectif de ce travail étant de tester une méthode d’évaluation de la taille des populations des villes par leur surface et non de juger de la qualité des bases de données disponibles.

L’échantillon de villes

  • 1  Par François Moriconi-Ebrard, projet e-geopolis du laboratoire SEDET et de l’Institut Français de (...)

12Dans cette étude à visée méthodologique, nous avons sélectionné en fonction des images satellites et des données démographiques disponibles 51 villes prises dans toutes les parties du territoire et dans différentes catégories de taille, de façon à représenter l’ensemble de la distribution (Carte 1). Au total, 153 surfaces bâties ont ainsi été calculées pour les années 1980, 1990 et 2000. Nous ne pourrons cependant vérifier la représentativité que lorsque les programmes en cours de réalisation, dans le cadre de l’ANR Corpus1 par exemple, auront permis de réaliser une estimation plus exhaustive de l’urbanisation chinoise. En 2000, les populations des villes sélectionnées s’échelonnent entre 200 000 et 14 millions d’habitants (Tableau 1).

Carte 1 : Localisation des villes de l’étude

Méthodologie

13Afin d’obtenir un échantillon de villes suffisamment important pour faire l’objet d’une étude statistique, une méthodologie robuste, rapide et reproductible de mesure de la surface du tissu urbain a été mise au point. La surface est calculée d’après la représentation des zones bâties sur les images satellitales, indépendamment des délimitations administratives, compte tenu de l’incertitude de celles choisies pour mesurer la population urbaine. Le bâti urbain ainsi délimité n’inclut ni le bâti isolé, ni les sites industriels, même si parfois ils sont le lieu d’habitation de la population ouvrière y travaillant.

14On peut considérer une image satellite comme un ensemble de pixels ayant chacun une réflectance dans une frange de longueur d’ondes donnée. Les différents éléments présents dans les images radiométriques ont une signature spectrale spécifique et des réflectances qui leur sont propres au sein des images mono-bande ou monocanal. On peut alors construire des classes d’objets individualisés par rapport aux autres éléments de l’image comme un ensemble de pixels de mêmes réflectances. La classe “bâti urbain” est isolée par la technique de seuillage, qui consiste à effectuer un seuillage des valeurs numériques de réflectance permettant de regrouper automatiquement les objets considérés comme constituant une classe en leur affectant une nouvelle valeur arbitraire. Les réflectances des objets présents sur les images sont ainsi recodées et les éléments de l’image résumés à deux “classes” : le “bâti” et le “non bâti”.

15C’est dans le proche infrarouge (pour Landsat canal, les canaux MMS4, TM4 ou ETM4), qui détecte les radiations émises par la végétation active, que la réflectance de l’élément urbain est par contraste le mieux discriminée.

16Pour de nombreuses villes, les images Landsat disponibles correspondent à une saison différente suivant les années, ce qui est susceptible de gêner l’identification des éléments de bâti urbain par seuillage sur des images. Les seuils retenus pour isoler le bâti urbain ont par conséquent été redéfinis pour chaque image. D’autre part, les images que nous avons utilisées n’ont pas été traitées pour corriger les confusions atmosphériques. Nous avons estimé que leurs caractéristiques étaient suffisantes pour pouvoir tester la méthodologie qui est l’objet de cette étude. Néanmoins, les bruits et les confusions radiométriques causés par la présence de nuages, de fumées ou encore par des éléments aqueux ou montagneux, qui ont sur certaines images une réflectance qui les apparente à des surfaces bâties, ont pu être éliminés pour une part par différentes méthodes.

17Une première méthode consiste à transformer l’image monocanal en image néocanal à partir d’indices, produits de la combinaison selon une équation mathématique des pixels d’une même image issue de canaux différents. Cette transformation crée une nouvelle image dont la valeur de réflectance des pixels qui la composent est le produit de la fonction utilisée. Les indices de végétation ou de brillance qui ont été utilisés pour cette étude sont obtenus chacun à partir de combinaisons différentes des canaux TM3 et TM4. L’indice de végétation, qui sert à mettre en évidence l’activité chlorophyllienne, améliore le contraste entre les zones urbaines et les zones cultivées. L’indice de brillance fait ressortir les zones urbanisées d’une image mais également les zones rocheuses.

18Une autre approche consiste à réaliser de nouvelles images supports à partir d’une analyse en composantes principales (ACP). L’ACP est une analyse factorielle permettant d’évaluer la corrélation entre plusieurs variables afin de les réduire à un nombre restreint de facteurs ou composantes principales. Appliquée à la télédétection, elle sert à éliminer toutes les redondances existant entre les valeurs de réflectances des pixels composant les images correspondant à différentes bandes spectrales. Cette opération génère une série d’images, dont la valeur des pixels originaux a été transformée, et au sein de laquelle la quasi-totalité des informations se concentre sur les premières composantes.

19Enfin, des masques radiométriques, déterminés à partir des histogrammes des images, peuvent être appliqués aux images pour éliminer de l’image un ou plusieurs éléments vecteurs de confusion radiométriques.

20On choisit ensuite parmi les différentes images supports celle où l’on va le mieux restituer le bâti urbain.

Figure 1 : superposition des classifications automatiques supervisées obtenues à partir d’une image TM4, d’un indice de végétation et d’un indice de brillance pour l’aire de Guiyang (province du Guizhou) en 2000

Les zones recouvertes par la classification issue du canal TM4 apparaissent en orange, celles recouvertes par le néocanal résultant de l’indice de brillance en vert et celles recouvertes par le néocanal issu de l’indice de végétation en bleu.

21Sur la figure 1, les différentes images obtenues avec des indices et le canal TM4 sont comparées selon leur capacité à individualiser le bâti urbain, sur l’exemple de la ville de Guiyang en 2000. L’indice de végétation permet d’éliminer la zone de montagne fortement ombragée tout autour de la ville prise en compte dans l’image binarisée obtenue à partir du canal TM4. En revanche, il a le défaut de prendre en compte les infrastructures routières et une partie du bâti industriel. L’indice de brillance n’est quant à lui pas du tout adapté : certaines zones de bâti urbain ne sont pas prises en compte alors que la surface de montagne prise en compte est encore accentuée. Dans le cas de Guangzhou, c’est donc l’indice de végétation qui a été retenu pour l’analyse des images satellitales.

22Cependant pour la majorité des images, l’utilisation d’indices de végétation ou de brillance ou d’images issues d’ACP n’a pas été nécessaire. Ils n’ont été retenus que lorsque l’analyse des images issues du canal TM4 s’avérait trop complexe, du fait notamment de confusions radiométriques.

23Après conversion de l’image raster en image vecteur, la sommation des surfaces des polygones associés à la classe “bâti urbain” permet de déterminer la surface totale du bâti urbain de la ville étudiée (Figure 2).

Figure 2 : détermination de l’aire de Guiyang (province du Guizhou) en 2000 à partir d’une classification automatique supervisée obtenue à partir d’un indice de végétation

A – Photo satellite de la zone de Guyang (Source : Google maps)
B – Image obtenue à partir de l’indice de végétation effectuée sur les canaux TM 3 et 4
C – Image vecteur finale à partir de laquelle est déterminée la surface de la ville de Guyang
F – Traitement de la photo A sous Adobe Photoshop pour faire ressortir le bâti urbain

24Cette étape permet également d’éliminer manuellement les polygones discontinus associés à un bruit de fond résiduel (Figure 2D), en s’appuyant soit sur des images satellitales (Figures 2A et F) soit sur des compositions colorées (Figures 3A et C). Ont été considérés comme bruit de fond à éliminer non seulement tous les pixels associés à des surfaces non bâties, mais également tous les pixels “urbains” associés à des zones industrielles et, le plus souvent, possible des pixels associés avec des infrastructures routières.

25La figure 3 illustre l’évolution de l’aire du bâti urbain continu de la ville de Guiyang mesurée par classification automatique supervisée obtenue à partir de l’indice de végétation. Cette ville de région montagneuse s’est étendue dans la plaine centrale et en suivant les vallées parfois étroites. La surface du bâti urbain continu est passée de 22 km² en 1980, à 27 km² en 1990 et 48 km² en 2000.

Figure 3 : superposition des classifications automatiques supervisées obtenues à partir de l’indice de végétation pour l’aire de Guiyang (province du Guizhou) en 1980, 1990 et 2000

La classification pour 1980 apparaît en jaune, celle pour 1990 en rouge brique et celle pour 2000 en bleu-vert.

26La limite des tailles de villes étudiables par cette méthode dépend surtout de la résolution des images satellitales, mais aussi de leur qualité (proportion de bruits et confusions radiométriques). De ce fait, les images Landsat MMS4 de plus faible résolution utilisées pour les années 1980 fixent la limite de l’interprétation, tout au moins pour les villes ayant les surfaces les plus faibles (Figure 3). En effet, la définition des images est de plus de 4,7 fois inférieure à celles des années 1990 et 2000, alors que les villes étudiées ont toutes une surface moindre. De plus, l’absence de photographies satellitales pour les années 1990 et 1980 représente une difficulté supplémentaire dans l’interprétation des images néocanal. Cette difficulté a été partiellement levée par l’utilisation de compositions colorées réalisées à partir des canaux MMS2, MMS3 et MMS4 (Figures 4A et B).

Figure 4 : Comparaison de classifications avec les compositions colorées

A– Composition colorée des images Landsat MSS2, MSS3 et MSS4 pour la ville de Wuhan (1978)
B– Superposition d’une classification du bâti à partir d’une image monocanal MSS4 et de la composition colorée pour la ville de Wuhan (1978)
C– Composition colorée des images Landsat MSS2, MSS3 et MSS4 pour la ville de Tiefa (1979)
D– Superposition d’une classification du bâti à partir de l’indice de végétation et de la composition colorée pour la ville de Tiefa (1979)

27Néanmoins, même avec une composition colorée, la classification et l’élimination du bruit de fond sont des choix complexes sans l’aide d’une photographie satellitale lorsque la taille de la ville et la résolution de l’image sont faibles. Ainsi, pour les villes dont la surface du bâti est “faible”, la limite inférieure de la taille des villes étudiables en 1980 correspond à 200 000 habitants en 2000, comme dans le cas de Tiefa (Figures 4C et D).

Confrontation des surfaces bâties et des populations

28Le tableau 1 constitue notre première synthèse de l’application de cette méthodologie à la détermination des superficies couvertes par le bâti urbain. Dans ce tableau, les aires du bâti urbain, exprimées en km2 et mesurées pour les 51 agglomérations sélectionnées, sont comparées avec les données des six bases indiquant la population des villes en 2000 ou 2002.

Tableau 1 : Surfaces du bâti urbain en km² calculées pour les années 2000 à partir d’images Landsat et des données démographiques correspondantes issues des bases UNStat, CityPop, Wikipedia, Tageo, Mongabay et World Gazeetter

Les données de population UNStat et CityPop, encadrées en rouge, ont été privilégiées dans cette étude

29Alors que ces données sont toutes censées représenter le volume de population des villes pour l’année 2000, à l’exception de la base Mongabay (2002), les chiffres qu’elles présentent diffèrent singulièrement. C’est le cas, par exemple, des données de population de très grandes villes comme Chongqing ou Beijing, qui varient respectivement de 2 311 600 à 9 691 901 et 6 892 000 à 11 509 595 selon les bases de données, ou encore de villes plus petites comme Zigong ou Xichang, pour lesquelles les estimations proposées s’étendent de 262 300 à 1 051 384 et 119 400 à 615 212. En moyenne, une ville chinoise occupant une surface de 40 km² aurait une population d’environ 1,5 à 2,7 millions d’habitants urbains, selon la base considérée (Tableau 1).

30Dans les Yearbooks chinois, les chiffres de population sont donnés comme ceux de la “ville proprement dite”, c’est-à-dire constituée de la réunion des districts urbains et suburbains que l’on peut assimiler à une agglomération. On peut donc émettre l’hypothèse que les données des bases UNStat (où sont reportés les chiffres des Yearbooks Chinois) et CityPop correspondent plutôt aux “agglomérations” dont les limites sont ajustées sur celles de subdivisions administratives, tandis que les données des quatre autres bases correspondraient plutôt aux centres urbains bâtis en continu de ces agglomérations (formant donc une “agglomération morphologique”). Les bases de données présentées peuvent donc être regroupées en deux sous-ensembles.

La ville chinoise, un emboîtement de délimitations complexes

31En Chine, le territoire administratif de la “ville proprement dite” est la réunion de différents arrondissements urbains (subdivisions administratives). Ces arrondissements couvrent des surfaces et des densités de population et de bâti urbain très inégales. Généralement, la surface d’un arrondissement urbain est très supérieure à celle du bâti urbain qu’elle englobe. Schématiquement, on peut distinguer un noyau très peuplé où le bâti urbain est dense et continu, le centre urbain, et des arrondissements suburbains périphériques où l’on trouve des campagnes, des villages et des bourgs, avec une population et un bâti urbain beaucoup moins denses (Gentelle 1994 ; Sanjuan 1996 ; Chan 2007). Ainsi, à l’exception des arrondissements centraux des grandes villes, telles Beijing, Shanghai, Guangzhou ou encore Tianjin, qui constituent le noyau historique de villes au bâti urbain particulièrement dense, le bâti continu ne représente qu’une part parfois très faible de la surface des arrondissements qui composent la “ville proprement dite”.

32L’étude du bâti urbain par la présente méthodologie confirme ces observations. En effet, la surface que nous avons mesurée, volontairement de façon restrictive, est systématiquement inférieure à celle correspondant aux délimitations administratives de la “ville proprement dite”, non seulement parce que nous avons éliminé de notre décompte des surfaces correspondant aux principaux espaces verts et infrastructures, mais aussi parce que le noyau de bâti urbain dense et continu représente une proportion parfois faible des zones administratives considérées.

33La difficulté de relier une surface mesurée avec des chiffres de population donnés pour une entité administrative mal définie, peut être illustrée par l’exemple de la ville de Guangzhou située au sud de la Chine, dans une zone fortement urbanisée de la province du Guangdong, au niveau du delta de la Rivière des Perles (Figure 5).

Figure 5 : photographie satellite de la ville de Guangzhou (Source : Google maps)

34L’espace urbain de Guangzhou est constitué en 2000 de la réunion des arrondissements de Liwan (sans Dongshan) et Yuexiu (cerclés en jaune sur la figure 6), qui constituent le cœur historique de la ville, des arrondissements de Haizhu et Tianhe (cerclés en rouge) qui sont des zones en pleine expansion, à la périphérie de la ville. La “ville proprement dite” de Guangzhou ou “cité” est constituée de cet espace urbain central et des districts de Baiyun et Huangpu (cerclés en vert). La municipalité de Guangzhou comprend cette ville « proprement dite » ainsi que les districts ruraux de Conghua, Huaxian, Panyu et Zengcheng (Sanjuan, 1996).

Figure 6 : Tracé du plan de la ville sur une photographie satellite de Guangzhou (Source : Yahoo maps 2010)

Le bâti urbain délimité pour l’année 2000 est surimposé en rose.

35La surface du bâti urbain délimitée par notre méthode pour l’année 2000 correspond au bâti urbain le plus dense. Le prolongement du bâti continu qui s’étend le long de la Rivière des Perles n’a pas été pris en compte. La surface retenue, de 121,2 km² en 2000, s’étend sur les arrondissements de Liwan, Yuexiu, Tianhe et sur une partie des arrondissements de Hiazhu, Baiyun et de Huangpu (lesquels sont composés en partie d’espaces non bâtis ou industriels). Si l’on admet que la surface totale sur laquelle s’étendent des constructions bâties, continues et discontinues, correspond à peu près à la surface de l’espace défini officiellement comme urbain (soit environ 280 km² [Sanjuan, 1996]), alors la surface de bâti urbain dense représentait environ 43,3 % de la superficie de cette entité administrative en 2000, mais seulement 22,4 % en 1990 et 18,0 % en 1980. Selon les Yearbooks 2000, la population associée à ce centre urbain de Guangzhou est de 4 054 958 hab. en 1999 dont une population purement urbaine de 3 365 393 hab. (http://data.gzstats.gov.cn/​gzStat1/​chaxun/​njsj.jsp). La même année, la population totale de la ville en tant que municipalité, qui s’étend sur 7 434,40 km² (Sanjuan, 1996), est de 6 850 024 hab. pour une population urbaine de 4 250 680 hab. (Yearbooks de Guangzhou 2000).

36L’intérêt principal de la méthodologie proposée dans cet article est donc de circonscrire l’étude de la démographie urbaine aux aires de bâti urbain dense et continu, sans tenir compte des délimitations administratives, dont le tracé reste relativement indépendant de l’expansion matérielle des villes.

Variation des surfaces de bâti continu des villes en fonction des populations des centres urbains et des “villes proprement dites”

37L’intensité moyenne d’occupation du sol par habitant, qui inclut non seulement la surface des bâtiments mais également une partie des infrastructures des villes, est comprise entre 15 et 25 m²/hab. Cet ordre de grandeur est compatible avec les valeurs de la surface habitable indiquée officiellement pour les villes chinoises, qui selon les sources s’échelonnait entre 10,30 m² et 14 m² par habitant en 2000 (Allaire, 2007 ; http://french.10thnpc.org.cn/​french/​shuzi-fa/​rm/​htm/​biao/​10-27.htm, Centre d’Informations sur Internet de Chine). Il faut en effet rappeler que les superficies que nous avons considérées ne prennent pas en compte la troisième dimension, l’élévation des immeubles, qui est très inégale d’une ville à l’autre et selon les quartiers.

38Les graphiques de la figure 7, qui représentent les ajustements réalisés entre les logarithmes des surfaces et ceux des populations, montrent que la relation linéaire entre ces deux variables est très étroite quelle que soit la base de données démographiques employée (les coefficients de corrélation et de détermination de la droite d’ajustement sont dans tous les cas largement significatifs). Les pentes d’ajustement ne sont pas significativement différentes selon les bases de données prises en compte. Les valeurs de ces pentes, qui correspondent aux exposants des fonctions puissance exprimant la superficie des villes en fonction de leur population, sont inférieures à 1, proches de 0,9 d’après les données de population de UNSat et Wikipedia et de 0,8 selon les informations des autres bases de données. Ces valeurs signifient que plus les villes sont peuplées, moins elles offrent d’espace au sol disponible par habitant. Cette observation est en accord avec la relation tendancielle d’une élévation des densités urbaines avec la taille des villes, observée dans tous les pays du monde. La variation des surfaces bâties des villes en fonction de leur population semble donc suivre une loi allométrique.

Figure 7 : Régression linéaire entre la surface en km² et la population en millions (échelle logarithmique) en fonction des données de population de différentes bases de données

Les pentes des droites, les ordonnées à l’origine, les coefficients de corrélation (R) et de détermination (R²) et le nombre de villes étudiées (n) sont donnés pour chaque base. Dans les deux dernières lignes du tableau figurent les intensités d’occupation au sol exprimées en m²/hab. pour la plus petite ville de l’échantillon en haut et pour la plus grande ville en bas.

39Malgré la disparité des données de population des différentes bases étudiées, les coefficients de corrélation entre les chiffres donnés par ces sources sont dans tous les cas largement significatifs. Cette régularité suggère une proportionnalité entre les données contenues dans les bases UNStat et CityPop, qui correspondraient aux agglomérations ajustées sur les limites administratives, et les données contenues dans les autres bases, qui correspondraient aux centres urbains (agglomérations morphologiques). Cette proportionnalité est d’ailleurs démontrée si l’on confronte les données des bases UNStat et CityPop à celles des autres bases au moyen d’ajustements linéaires (Figure 8).

Figure 8 : Régression linéaire entre les populations en millions des villes indiquées dans différentes bases de données

Les équations des droites et les coefficients de corrélation (R) et de détermination (R²) sont donnés pour chaque courbe, ainsi que le nombre n de villes.

40Entre les données des bases CityPop vs UNStat (régression non représentée sur la figure 8), la similitude est très grande, avec une pente de 0,91 et un coefficient de corrélation de 0,974. Lorsque les données de ces deux bases sont confrontées aux données des bases Wikipedia, Mongabay et World Gazetter (les données des bases Tageo et World Gazetteer étant relativement proches, seule la base World Gazetteer, plus riche, a été étudiée), les pentes sont nettement inférieures à 1, s’étalant de 0,53 à 0,72. Bien que l’on ne puisse rien en conclure pour les villes prises individuellement et si notre hypothèse est correcte, les populations des centres urbains (agglomérations morphologiques) pris dans leur ensemble pourraient donc représenter avec une remarquable régularité entre 53 à 72 % de la population des agglomérations urbaines dans leur délimitation administrative.

41Pour obtenir des comparaisons plus précises, il faudrait travailler non plus avec des valeurs de population associées à des entités “villes”, aux délimitations larges, mais bien avec des valeurs associées à des districts urbains. Il serait alors possible de compiler les valeurs des districts correspondant aux surfaces de bâti continu déterminées préalablement, afin d’établir une correspondance stricte entre la surface de bâti étudiée et la population qui lui correspond.

42C’est donc un travail de fond qu’il faut entreprendre pour clarifier les définitions des villes et les données de population existantes, voire en fournir de nouvelles, suivant que l’on s’intéresse à l’évolution démographique des centres urbains, des villes dans leur limites administratives ou encore des agglomérations.

Evolution des surfaces de bâti continu et des populations entre 1980 et 2000

43Fortes de la régularité supposée entre les populations des centres urbains et des agglomérations, nous avons étudié l’évolution des surfaces de bâti continu et des chiffres de populations en 1980, 1990 et 2000 à partir des données de la base UNStat. En effet, bien que ces données de population intéressent clairement des surfaces plus importantes que les surfaces calculées par la méthodologie présentée dans cet article, c’est la seule base qui soit disponible gratuitement pour les trois périodes (Tableau 2).

Tableau 2 : Surfaces du bâti urbain calculées pour les années 1980, 1990 et 2000 à partir d’images Landsat et données démographiques correspondantes issues des bases UNStat

Constance de la relation entre surfaces bâties et population

44La proportionnalité entre les logarithmes des populations et des surfaces présentées dans le tableau 2 est mise en évidence dans la figure 9. De nouveau, cette proportionnalité suppose une relation de type fonction puissance entre les surfaces et les populations, la surface variant selon un exposant de la population inférieur à 1, de l’ordre de 0,9. Rappelons que cela signifie que plus les villes sont grandes, moins elles offrent d’espace au sol disponible par habitant.

Figure 9 : Régression linéaire entre la surface en km² et la population en millions d’après les données de la base de population des Nations Unies (UNStat)

Les pentes des droites, les ordonnées à l’origine, les coefficients de corrélation (R) et de détermination (R²) et le nombre de villes étudiées (n) sont donnés pour chaque date. Les deux dernières lignes du tableau donnent les intensités d’occupation au sol des surfaces bâties exprimées en m²/hab. pour la plus petite ville de l’échantillon en haut et pour la plus grande ville en bas.

45Les pentes des droites restent du même ordre, quelle que soit l’année considérée. La relative constance de l’exposant constatée entre 1980 et 2000 pourrait toutefois dissimuler un accroissement plus rapide de la population que des surfaces au cours de ces deux décennies d’explosion de la construction immobilière sous forme d’immeubles de plusieurs dizaines d’étages dans les grandes villes chinoises. D’ailleurs, alors que selon nos mesures l’intensité d’occupation du sol est restée à peu près constante, variant suivant la taille des villes entre 19 et 13 m²/hab., la surface habitable des logements est passée durant la même période de 3,9 m² en 1980, à 6,7 m² ou 10 m² en 1990 et à 10,30 m² ou 14 m² en 2000 dans les régions urbaines et respectivement de 9,40 m² à 17,80 m² puis à 24,8 m² dans les régions rurales (voir Allaire, 2007 ; Centre d’Informations sur Internet de Chine, http://french.10thnpc.org.cn/​french/​shuzi-fa/​rm/​htm/​biao/​10-27.htm).

46Par ailleurs, selon Allaire (2007), la surface au sol des bâtiments en Chine est passée de 3980 km² en 1990 à 7660 km² en 2000, soit une augmentation de 192 %. En ce qui concerne l’échantillon de villes étudiées dans cet article, la surface moyenne de bâti urbain est passée durant la même période de 27 km² à 41 km², soit une augmentation de 152 %. La variation mesurée est donc du même ordre de grandeur, surtout si l’on considère que dans notre étude les 475 villes qui sont apparues entre 1978 et 1998 (Allaire, 2007), par exemple, ou encore des villes à la croissance extraordinaire comme Shenzhen, n’ont pas été prises en compte.

47Il est impossible d’aller plus avant dans les conclusions car, rappelons-le, les superficies considérées ne prennent pas en compte la troisième dimension, les inégales élévations des immeubles d’une part, et les populations sont certainement surestimées par rapport aux surfaces étudiées d’autre part. Cependant, la grande régularité de l’équation entre 1980 à 2000 est frappante et mériterait d’être confirmée dans des études ultérieures, en s’appuyant sur des chiffres de population correspondant plus directement aux surfaces de bâti continu estimées. Quoi qu’il en soit, il semblerait que la variation des surfaces des villes en fonction de la population ait suivi une loi allométrique de 1980 à 2000, avec une relative constance de l’exposant, ce qui suppose que la surface urbanisée augmente toujours dans les mêmes proportions en fonction de la population des villes. Nous avons pu vérifier que ce comportement est analogue lorsque l’on confronte les mêmes données de surface aux données de population de la base CityPop pour les années 1980 et 1990, avec un exposant de la population légèrement inférieur, de l’ordre de 0,8. La même régularité est observée, ce qui était attendu au vu de la proportionnalité entre les données des deux bases.

48La figure 9 montre au cours du temps une “montée en diagonale” du nuage de points qui correspond à l’accroissement de la taille des villes entre 1980 et 2000. Cette évolution est illustrée dans la figure 10, qui met en évidence une urbanisation importante des “petites villes” entre 1980 et 1990, ainsi qu’une émergence des très grandes villes entre 1990 et 2000 (Zhao et al., 2003).

Figure 10 : évolution de la répartition des 51 villes étudiées par classe de taille de villes : les petites villes comprises entre 80 000 et 600 000 habitants (PV), les villes moyennes comprises entre 600 000 et 2 millions d’habitants (MV), les grandes villes comprises entre 2 millions et 4 millions d’habitants (GV) et les très grandes villes au-delà de 4 millions d’habitants (TGV).

Taux de croissance des surfaces et des populations

49Pour les villes étudiées, sans doute assez représentatives de l’ensemble des villes chinoises, nous observons des taux de croissance de population très élevés, de l’ordre de 4 % par an pour les trois périodes étudiées, ce qui situe bien la Chine en tant que pays émergent, encore très rural mais pleinement engagé dans la phase de croissance exponentielle de la transition urbaine. Il est remarquable que les superficies bâties, également en croissance rapide, ne progressent qu’un peu moins rapidement (environ 3,5 % par an), confirmant la tendance observée à la densification. Celle-ci s’opère sans aucun doute du fait de l’utilisation de la troisième dimension, dans la mesure où les autorités annoncent au cours de la même période une augmentation de la surface de logement disponible par habitant. Quelques villes (moins de 5 % de l’échantillon) se distinguent par des taux extrêmes, de plus de 10 % par an pour l’augmentation des populations ou des superficies : Ezhou en Chine centrale, Tianshui dans l’ouest ou Zibo dans l’est, passant de moins de 200 000 habitants chacune à plus de 1 million en l’espace de vingt ans, mais nous ne les analyserons pas en détail compte tenu des incertitudes qui pèsent sur les données.

50Plus remarquable encore est l’accélération de la poussée urbaine entre 1980 et 2000 : les taux de croissance annuelle de la population sont passés de 3,8 à 4 % et ceux des surfaces bâties de 3,4 à 3,8 % entre la première et la seconde décennie. On voit ici que, entre ces deux périodes, l’accélération est plus forte pour les surfaces que pour les populations, ce qui indique aussi, en même temps que la densification, une tendance à la progression de l’étalement urbain.

  • 2  Les travaux de Julian D. Marshall sur l’expansion urbaine (Marshall, 2007) ont mis en évidence qu’ (...)

51Ce résultat est confirmé par l’augmentation du ratio moyen entre croissance des surfaces bâties et croissance de la population (appelé facteur n dans le tableau 3)2, qui passe de 0,90 entre 1980 et 1990 à 0,99 entre 1990 et 2000. En effet, la valeur inférieure à 1 du facteur n pour les années 1980-1990 traduit une croissance de la population plus forte que celle des surfaces entre ces deux dates, alors que la valeur 1 du facteur n pour la période 1990-2000 signifie que la croissance de ces deux paramètres s’est effectuée selon une même proportion, témoignant ainsi d’un relatif étalement du bâti urbain des villes, en réponse à l’augmentation de la population pour la décennie 1990-2000. Le facteur n montre des variations sensibles d’une ville à l’autre et au cours du temps, qui ne semblent liées ni à la taille des villes ni à leur localisation.

52Les inégalités de croissance d’une ville à l’autre, tant pour les populations que pour les surfaces, restent assez fortes, comme dans d’autres pays, car c’est une caractéristique de ces évolutions que d’admettre d’assez grandes fluctuations (les écarts-types sont presque égaux aux moyennes). Elles ont cependant tendance à se réduire entre les deux périodes, ce qui pourrait indiquer une certaine convergence ou une diffusion du processus de la transition urbaine (Tableau 3).

Tableau 3 : Taux de variation des surfaces du bâti urbain et des populations pour les périodes 1980-90, 1990-2000 et 1980-2000

53Enfin, et cette dernière remarque va dans le même sens, même si la corrélation entre taux de croissance et taille des villes n’est guère significative, elle est négative, ce qui laisse augurer d’un futur (relatif) ralentissement de la croissance des surfaces de bâti urbain des villes à mesure que la population de celles-ci s’accroissent.

Estimations de la densité de population des villes

54L’estimation de l’ordre de grandeur des densités de population dans les villes chinoises, de leur dépendance à l’égard de la taille des villes et de leur évolution dépend bien évidemment de la qualité et du référentiel des données de population qui peuvent être associées aux surfaces du bâti continu que nous avons mesurées. Le tableau 4 en fait la démonstration avec des densités s’étalant entre 17 268 et 114 821 habitants par km² (56 356 en moyenne) à partir des bases UNStat et CityPop (certaines de ces données étant peut-être surestimées dans la base UNStat et d’autres sous-estimées dans la base CityPOP) et de 10 013 à 67 649 (36 223 en moyenne) pour les autres.

Tableau 4 : Densités de population en 2000 des 51 villes chinoises, estimées à partir des surfaces du bâti urbain calculées d’après des images Landsat et les populations correspondantes issues de plusieurs bases de données

Les données surlignées en jaune correspondent à des données peut-être surestimées (base UNStat) et celles surlignées en vert à des données peut-être sous-estimées (base CityPOP).

55Même si l’on retient seulement une valeur moyenne pour les densités des villes étudiées, de près de 40 000 habitants au km², c’est un ordre de grandeur important par rapport aux chiffres généralement proposés pour ces villes (voir par exemple http://www.citymayors.com/​statistics/​largest-cities-density-125.html). En revanche, bien que situé dans la fourchette supérieure au niveau mondial, il correspond tout à fait aux densités généralement données pour des centres des villes asiatiques (voir par exemple http://www.demographia.com/​db-dense-nhd.htm). Ces densités urbaines moyennes sont plus de dix fois plus élevées que celles des villes européennes et vingt fois plus que celles des villes américaines, d’après une autre étude également fondée sur le rapport entre populations des agglomérations et surfaces bâties (Bertaud, 2007). Certes, ces densités impressionnantes s’expliquent par le très grand nombre de constructions en hauteur, dans de gigantesques immeubles résidentiels, et tendraient a priori à invalider notre choix d’une mesure de surface bâtie, mais il se trouve que nos chiffres n’en ont pas moins de cohérence et de régularité. Pour estimer l’importance de la troisième dimension, on peut d’ailleurs rapprocher la surface bâtie au sol de celle des logements, en utilisant un ordre de grandeur moyen de l’espace disponible par habitant indiqué dans les statistiques nationales et locales (voir ci-dessus). D’ailleurs, en 2006, la surface habitable avait encore augmenté pour atteindre 27 m² pour toute la Chine (voir Le quotidien du peuple : http://french.peopledaily.com.cn/​Chine/​6287262.html), avec 20,1 m2 à Beijing et 39,1 m2 dans les régions rurales (voir Le quotidien du peuple : http://french1.peopledaily.com.cn/​VieSociale/​6241454.html).

56Bien que leur niveau soit certainement surestimé, nous avons étudié l’évolution entre 1980 et 2000 des densités “relatives”, d’après les chiffres de population de la base UNStat, par décile de population (Figure 11). Ces courbes montrent une augmentation globale et progressive de la densité entre les années 1980 et les années 2000, pour toutes les classes de taille de villes. Cependant, les densités des petites villes pourraient avoir augmenté plus vite entre 1990 et 2000, alors que celles des moyennes et grandes auraient augmenté davantage entre 1980 et 1990. De manière générale, il est clair que la densité tend à augmenter avec la taille des villes.

Figure 11 : Distribution de la densité de population par décile pour les années 1980 (orange), 1990 (rose) et 2000 (bleu)

Conclusion

57L’analyse de l’urbanisation, notamment dans les pays émergents, requiert des bases d’information cohérentes et comparables reposant sur des définitions et des délimitations claires des entités urbaines à différentes échelles. Ce problème très général revêt une acuité particulière en Chine où ni les dénombrements de la population urbaine, ni les dénominations officielles des entités villes, ni le suivi de leur évolution au cours du temps ne recouvrent des concepts qui seraient sans ambiguïté.

58Il est d’ailleurs frappant de constater que les cinq bases de données de population des villes chinoises utilisées dans l’étude présentent toutes des chiffres différents pour chaque ville et semblent correspondre à des délimitations variables comprises entre celle la “ville proprement dite” telle qu’elle est définie par les statistiques officielles et celle du noyau urbain.

59Il est donc nécessaire de proposer des concepts et des outils adaptés à l’étude rigoureuse de la genèse et du changement urbain ainsi qu’à sa prospective. Dans ce contexte, nous avons choisi de définir la ville comme étant un noyau de bâti urbain dense et continu et d’en délimiter la surface à partir d’images satellites. Cette définition de la ville n’est ni unique, ni incontestable, mais elle permet de s’affranchir des limites administratives des villes et de mesurer une surface correspondant toujours au même type d’entité, quelles que soient la ville et l’époque considérées. Cette définition correspond à peu près à celle de l’agglomération urbaine favorisée par les Nations-Unies pour faciliter les comparaisons internationales, elle permet aussi de mesurer l’expansion physique de la ville sur son territoire, alors que les limites administratives sont souvent inadaptées à cette mesure. En outre, on a rappelé que de nombreux bourgs (zhen) et villages sont inclus dans les limites administratives de la “ville proprement dite” au sens des statistiques chinoises et que donc la population indiquée pour cette ville inclut celle vivant dans ces bourgs et villages. Par leurs situations géographique, politique et économique qui les lient aux populations rurales, les bourgs sont le siège de nombreuses activités, en particulier industrielles, et d’importants réceptacles de la migration paysanne (Heikkila et al., 2003). Leur nombre et leur population ont considérablement augmenté dans les années 1980, conséquence conjointe du surplus de main d’œuvre dans les campagnes engendré par la mécanisation, l’industrialisation et la multiplication des “Town and village entreprises” dans les années 1970, ainsi que de l’assouplissement du système d’enregistrement des ménages (hukou) de 1984, qui autorisait les paysans à migrer à condition qu’ils conservent leur enregistrement à la campagne et aillent en priorité vers les villages proches (Gentelle, 1994 ; Blayo, 1997). Mesurer l’extension des villes par le bâti urbain permet donc de distinguer la croissance propre à la ville de celle des bourgs et villages avoisinants.

60Dans cette optique, les résultats présentés valident l’approche choisie, car la relation que nous avons mise en évidence entre surface bâtie et taille démographique est toujours de type fonction puissance avec un exposant légèrement inférieur à 1 : plus les villes sont peuplées, moins elles offrent d’espace au sol disponible par habitant. Cette relation de type fonction puissance est restée stable de 1980 à 2000, alors que cette période a vu l’explosion de la construction en hauteur dans les grandes villes chinoises. Cet apparent paradoxe peut trouver une explication par l’accroissement concomitant de la surface habitable des logements dans les régions urbaines par un facteur de plus de 2 (Allaire, 2007).

61En moyenne, nous avons estimé les densités de population des cœurs urbains des villes chinoises à environ 40 000 habitants au km² et noté une légère tendance à l’élévation de la densité avec la taille des villes. Ces densités sont comparables à celles des centres urbains asiatiques, même si elles sont supérieures à celles communément retenues pour les villes chinoises, lesquelles prennent en compte les surfaces non bâties présentes au sein des délimitations administratives des villes.

62Les taux de croissance de la population, très élevés, de l’ordre de 4 % par an, confirment que la Chine, encore très rurale, est pleinement engagée dans une transition urbaine exponentielle. Pour les villes étudiées, sans doute assez représentatives de l’ensemble des villes chinoises, on observe, avec les données disponibles, une relative constance du taux de croissance de la surface du bâti urbain des villes et de leur population entre les années 1980 et 2000. Cependant, les superficies bâties progressent un peu moins rapidement que la population (environ 3,5 % par an), suggérant une densification urbaine.

63Ce travail visant à tester la pertinence d’une méthode d’estimation de la taille des villes par la détermination des surfaces urbanisées a été effectué uniquement à partir de bases de données disponibles gratuitement. Ces différents résultats mériteraient donc d’être confirmés dans des études ultérieures en s’appuyant sur d’autres sources, incluant des chiffres de population qui correspondent plus directement aux surfaces bâties estimées. Il faudrait par exemple croiser les surfaces bâties avec les chiffres de population correspondant à la zone construite des municipalités, les jianchengqu, ou encore avec ceux des arrondissements ou chengqu qui couvrent le bâti urbain. Par ce moyen, on peut espérer une analyse beaucoup plus fine de la relation existant entre l’évolution de la superficie de bâti urbain d’une ville et celle de la population correspondante. Par ailleurs, il serait certainement fructueux de reprendre ce travail avec des images de haute résolution pour mesurer les surfaces de bâti urbain avec une plus grande précision. Enfin, le croisement des données de coefficient d’occupation du sol avec les données de population et de surface permettrait d’affiner les résultats obtenus par le calcul du ratio entre croissance des surfaces bâties et croissance de la population.

64C’est donc un travail de fond qu’il faut entreprendre pour clarifier les définitions des villes et les données de population existantes, voire en fournir de nouvelles, selon que l’on s’intéresse à l’évolution démographique des centres urbains, des villes dans leur limites administratives ou encore des agglomérations. C’est seulement lorsque nous disposerons de bases de données consolidées et plus exhaustives, pour les quelques milliers d’agglomérations urbaines chinoises, qu’il sera possible de discuter sérieusement les résultats qui ont pu déjà être proposés au sujet de la forme statistique de la distribution de la taille des villes (Anderson, Ge, 2005) ou de la répartition de la croissance dans le territoire et en fonction de la hiérarchie urbaine. Pour obtenir des comparaisons plus précises, il faudrait travailler non plus avec des valeurs de population associées à des entités “villes”, aux délimitations larges, mais bien avec des valeurs associées à des arrondissements urbains, voire à l’échelle des “cantons” ou xiāng, niveau suffisamment fin (équivalent à un quartier pour les grandes villes) pour servir de brique élémentaire à l’estimation de la population des villes. Il serait alors possible d’établir une correspondance plus précise entre la surface bâtie et la population résidente – le problème des populations migrantes restant toutefois encore en suspend.

Haut de page

Bibliographie

Allaire J., 2007, L’impact du développement urbain en Chine sur le réchauffement climatique, Perspectives chinoises, No.1, 1-14.

Anderson G., Ge Y., 2005, The size distribution of Chinese cities, Regional Science and Urban Economics, Vol.35, No.6, 756-776.

Blayo Y., 1997, Des politiques démographiques en Chine, Travaux et Documents, INED, 409 p.

Bertaud A., 2007, Urbanization in China: land use efficiency issues, http://alain-bertaud.com/AB_Files/AB_China_land_use_report_6.pdf

Bretagnolle A., Paulus F., Pumain D., 2002, Time and space scales for measuring urban growth. Cybergeo, No.219, 12 p.

Bretagnolle A., Giraud T., Mathian H., 2008, La mesure de l’urbanisation aux Etats-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan areas (1790-2000), Cybergeo : http://cybergeo.revues.org,, No.427.

Chan K.-W., 2007, Misconceptions and complexities in the study of China’s cities: Definitions, statistics and implications, Eurasian Geography and Economics, vol. 48, No.4, 383-412.

Chan K.-W., Hu Y., 2003, “Urbanisation in China in the 1990s: New definition, different series and revised trends”, The China Review, vol. 3, No.2, 49-71.

Chesnais J.-C., 1999, “Les comptes fantastiques de la Chine”, Annales des mines, mars, 90-94

Dureau F., Weber C., 1995, Télédétection et systèmes d’information urbains, Paris, Anthropos.

Forstall R., Greene R.-P., Pick J.-B., 2007, The World’s largest cities? Why so little consensus, Paper presented at the AAG meeting, San Francisco, April.

Heikkila E-J, Shen T-Y, Yang K-Z, 2003, "Fuzzy urban sets: theory and application to desakota regions in China" Environment and Planning B: Planning and Design, vol. 30, No.2, 239-254

Gentelle P., Pelletier P., 1994, Chine, Japon, Corée, in Brunet R. (dir.), Géographie Universelle, Paris, Belin-Reclus.

Knapp R.-G. (ed.), 1992, Chinese landscapes: the village as place, Honolulu, University of Hawaii Press.

Liu S., Li X., Zhang M., 2003, Scenario Analysis on Urbanization and Rural-Urban Migration in China, Institute of Geographic Sciences and Natural resources Research, Chinese Academy of Sciences, Beijing.

Lin G.-C.-S., 1998, “China’s industrialisation with controlled urbanisation: Anti-urbanism or urban biased?”, Issues and Studies, 34, 98-116.

Lin G.-C.-S., 2000, “State, capital, and space in China in an age of volatile globalization”, Environment and Planning A, vol. 32, No.3, 455-471.

Lo C.-P., Welch R., 1977, “Chinese Urban Population Estimate”, Annals of the Association of American geographers, vol. 67, No.2, 246-253. http://www.jstor.org/stable/2561864

Ma L.-C., Cui G., 1987, “Administrative Changes and Urban Population in China”, Annals of The Association of American Geographers, vol. 77, No.3, 372-395.

Marshall J.-D., 2007, “Urban land area and population growth: a new scaling relationship for metropolitan expansion”, Urban Studies, vol. 44, No.10, 1889-1904.

Moriconi-Ebrard F., 1994, Geopolis, pour comparer les villes du monde, Paris, Anthropos-Economica.

Rozenfeld H.D., Rybski D., Andrade J., Batty M., Stanley H.E., Makse H.A., 2008, “Laws of population growth”, PNAS, December 2, vol. 105, No.48, 18702-18707.

Sanjuan T., 1996, “Qu’est-ce qu’une population urbaine en Chine ? L’exemple du delta de la rivière des Perles (province du Guangdong)”, Géographie et cultures, No.19, 33-49.

Sanjuan T., 2007, Atlas de la Chine,les mutations accélérées, Paris, Autrement, 80 p.

Skinner G.-W., 1964, Marketing and social structure in rural China, Ann Arbor (MI), Association for Asian Studies.

United Nations, 2007, World urbanisation prospects, Population Division.

Zhang L., Zhao X.-B., 1995, “Urban performance and the control of urban size in China”, Urban Studies, vol. 32, No.4-5, 813-846

Zhang L., Zhao X.-B., 1998, “Re-examining China’s ‘urban’ concept and level of urbanization”, The China Quarterly, vol. 154, 330-381.

Zhang L., Zhao X.-B, 2003, “Reinterpretation of China’s Under-urbanization: A Systemic Perspective”, Habitat International, vol. 27, No.3, 459-483.

Zhao X.-B., Chan R., Sit K.-T.-O., 2003, “Globalization and Urban Dominance of Larger Cities in Contemporary China”, Cities, vol. 20, No.4, 265-278.

Zhou Y., Ma L.-J.-C., 2005, “China’s urban population statistics, a critical evaluation”, Eurasian Geography and Economics, vol. 46, No.4, 272-289.

Sitographie

Base “CityPop”: http://www.citypopulation.de/China.html

Base “Mongabay”: http://www.mongabay.com/igapo/China.htm

Base “Tageo”: http://www.tageo.com/index-e-ch-cities-CN.htm

Base “UNStat”: http://unstats.un.org/unsd/demographic/products/dyb/dyb2.htm

Base “Wikipedia”: http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_alphab%C3%A9tique_des_villes_de_Chine

Base World Gazeeter: http://world-gazetteer.com

Data Center for Resources and Environmental Sciences Chinese Academy of Sciences: http://www.resdc.cn/

Haut de page

Notes

1  Par François Moriconi-Ebrard, projet e-geopolis du laboratoire SEDET et de l’Institut Français de Pondichéry.

2  Les travaux de Julian D. Marshall sur l’expansion urbaine (Marshall, 2007) ont mis en évidence qu’une fonction puissance reliait les évolutions respectives de l’aire urbaine et la taille de la population d’une ville. L’aire urbaine A est proportionnelle à Pn. Dans cette relation, n est une constante empirique propre à chaque aire urbaine. Ainsi, si l’aire urbaine A1 et la population P1 d’une ville évoluent vers une aire A2 et une population P2 entre le temps t1 et t2, l’équation qui lie l’évolution de l’aire urbaine et l’évolution de la population peut s’écrire ainsi :
Image14 = Image15 n
Le paramètre n est alors obtenu par l’équation :
Image16 = Image17n n = ln Image18 / ln Image19

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elfie Swerts et Denise Pumain, « Peut-on estimer la population des villes chinoises à partir de leur surface bâtie ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 508, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23319 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23319

Haut de page

Auteurs

Elfie Swerts

Doctorante, UMR Géographie-cités, Elfie.swerts@club-internet.fr

Articles du même auteur

Denise Pumain

Professeur, Université Paris I, Institut Universitaire de France, pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page