Navigation – Plan du site
2010

Garnier J.-P., 2010, Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, Marseille, Agone, coll. Contre-Feux, 254 p.

Anne Clerval

Texte intégral

  • 1  Jean-Pierre Garnier était ingénieur de recherche au CNRS à l’IPRAUS (Institut parisien de recherch (...)
  • 2  Garnier J.-P., 1998, Des barbares dans la cité. De la tyrannie du marché à la violence urbaine, Pa (...)
  • 3  Ces articles sont parus sur des supports variés, que ce soit des revues scientifiques, des ouvrage (...)

1À la fois urbaniste et sociologue de formation, Jean-Pierre Garnier est un chercheur1 trop souvent méconnu des géographes. Il a pourtant déjà beaucoup publié, en particulier sur l’urbanisme sécuritaire2. Les éditions Agone publient cette année un recueil d’articles parus entre 1979 et 20083, ainsi que des inédits. Ces articles ont en commun de traiter à la fois de la ville – du centre comme de la banlieue – et de la recherche urbaine. Sous la forme d’essais écrits dans un style riche et alerte, ils proposent un point de vue critique solidement argumenté qui devrait donner à penser à tous ceux et celles qui travaillent sur la ville, et en particulier sur ses dynamiques sociales. Sans correspondre à une forme académique, ces essais s’appuient sur une grande érudition et une observation de longue date des politiques urbaines et de leurs conséquences sociales. À partir de questions variées comme la gentrification des centres, les émeutes dans les banlieues populaires, le logement ou le droit à la ville, l’ouvrage propose une vision d’ensemble remarquablement cohérente des rapports sociaux dans l’espace urbain et de la façon dont la recherche urbaine s’y insère elle-même. Et c’est précisément en s’appuyant sur l’analyse des rapports sociaux antagonistes que l’auteur propose un point de vue critique sur la recherche elle-même.

  • 4  Lefebvre H., 2009 (première édition en 1968), Le Droit à la ville, Paris, Economica/Anthropos, 136 (...)
  • 5  Harvey D., 2008, “The Right to the City”, New Left Review,No.53.

2Intitulée “La contre-révolution urbaine”, l’introduction présente la thèse principale de l’auteur, qui lie étroitement changements urbains et changements sociaux. Celle-ci part d’une définition radicale du “droit à la ville” proposé par Henri Lefebvre4, entendu comme un droit à la centralité urbaine qui, en incluant droit à la participation et droit à l’appropriation, s’avère incompatible avec les rapports de production capitalistes. Cela est d’autant plus vrai que l’orientation néolibérale de la politique économique mondiale accroît l’accaparement des richesses par la classe dominante et donc l’emprise de cette dernière sur la ville, elle-même issue du réinvestissement des profits. Citant David Harvey5, J.-P. Garnier rappelle que “seule une petite élite politique et économique dispose du droit de façonner la ville conformément à son désir le plus cher” (p. 11). La restructuration urbaine en cours révèle cet accaparement croissant par l’éviction des pauvres, et plus largement des classes populaires, des centres urbains, voire des périphéries proches. Cette éviction prend des formes variées allant de la destruction brutale des bidonvilles ou de l’habitat dégradé en Asie à la réhabilitation progressive de l’habitat ancien qui s’accompagne de la hausse des prix immobiliers en Europe, en passant par l’expulsion massive des ménages populaires surendettés à la suite de la crise des subprimes aux États-Unis. La déstructuration de la classe ouvrière dans l’espace social s’accompagne de l’éloignement croissant des classes populaires dans l’espace urbain, les centres concentrant de plus en plus de richesses en lien avec la métropolisation. Parallèlement à l’affaiblissement du prolétariat, les dernières décennies ont vu émerger une nouvelle “petite bourgeoisie intellectuelle très diplômée occupant des emplois hautement qualifiés dans la ‘nouvelle économie’ fondée sur l’information, la communication et la création” (p. 20). Cette nouvelle classe a une position intermédiaire entre la classe dominante et les classes populaires, assurant les tâches de médiation (conception, organisation, contrôle) et de reproduction dans la division sociale du travail. Dans le même temps, sur le plan politique, J.-P. Garnier met en évidence la dérive progressive de la thématique des luttes urbaines. L’extension du domaine de la lutte sociale sur le terrain urbain, espérée dans les années 1970, a échoué, et certains des militants ou des universitaires qui se sont engagés à l’époque pour les luttes urbaines se retrouvent aujourd’hui dans les préoccupations pour le cadre de vie, oubliant la question sociale. Il n’est plus question de combattre la pauvreté ou les inégalités sociales mais d’embellir la ville et d’y assurer la mixité sociale. Se faisant, la petite bourgeoisie intellectuelle s’est faite l’alliée objective de la bourgeoisie pour transformer la ville en une vitrine ou un produit d’appel aux investisseurs et aux touristes et exclure des centres-villes les classes populaires.

3Les articles regroupés dans cet ouvrage viennent illustrer et approfondir cette thèse dans trois parties bien distinctes, centrées sur la France : la première se concentre sur la gentrification du centre à partir du cas de Paris ; la seconde s’intéresse à la recherche urbaine et en propose une critique située ; enfin, la troisième et dernière est centrée sur les émeutes des banlieues populaires de novembre 2005 et propose une analyse peu entendue jusqu’ici.

  • 6  Bourdieu P., 1979, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.
  • 7  Voir Clerval A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports soci (...)

4La première partie, intitulée “Les néo-citadins parisiens”, analyse la gentrification du centre de Paris. Son intérêt réside moins dans la description du processus que dans son analyse. L’auteur ne parle pas de gentrification, terme évoqué seulement en introduction (donc après coup), mais de “conquête des quartiers populaires”, et il a le mérite d’avoir cerné très tôt les dynamiques à l’œuvre au cœur de Paris. L’article le plus intéressant est celui de 1979, intitulé “La nouvelle beaubourgeoisie”, qui met au jour l’émergence de cette nouvelle petite bourgeoisie – identifiée à la même époque par Pierre Bourdieu6 – à partir du cas du Centre Georges Pompidou, ouvert deux ans auparavant. Il montre ainsi la double fonction de ce nouveau musée créé en plein centre de Paris, à deux pas de la nouvelle gare RER de Châtelet-Les Halles : celui-ci appuie la reconquête du centre ancien de la rive droite avec l’une des premières démolitions d’îlots dits “insalubres” sur le plateau Beaubourg ; et en même temps, le Centre se met au diapason des aspirations de la nouvelle petite bourgeoisie, à travers l’évolution du Centre de création industrielle (CCI) qui en fait partie. Destiné à l’origine à devenir une vitrine de la création industrielle contemporaine, faisant ainsi entrer l’objet manufacturé au rang d’œuvre d’art, il intégra progressivement des éléments de réflexion critique sur ce type d’objet, tout en la dépolitisant. Ainsi, on s’interrogera désormais sur le rapport individuel à l’objet de consommation sans remettre en cause le mode de production de cet objet et les rapports d’exploitation et de domination qu’il nécessite. Le but est ici de récupérer en partie le foisonnement critique issu de Mai 68 tout en le neutralisant, et ainsi donner une place à la petite bourgeoisie intellectuelle en pleine ascension. Selon J.-P. Garnier, “Beaubourg et plus particulièrement le CCI participent d’une stratégie idéologique à long terme qui s’inscrit dans un projet politique global qui, depuis ‘l’alerte’ de 1968, apparaît de plus en plus comme le ‘grand dessein’ des dirigeants éclairés de la classe dominante : le ralliement de la nouvelle petite bourgeoisie née du développement du mode de production capitaliste et appelée à remplacer l’ancienne petite bourgeoisie comme classe d’appui de la bourgeoisie” (p. 64). “À la ‘révolution culturelle de mai’, elle va répondre en mettant précisément ‘la culture’ au poste de commandement” (p. 66). L’intérêt de cette analyse est de montrer le contexte social et politique de l’émergence du secteur de la culture, dont émane l’avant-garde des gentrifieurs à Paris7. La digestion de la subversion par son cantonnement au secteur culturel permet ainsi une double opération de séduction de la petite bourgeoisie intellectuelle par la bourgeoisie : sur le plan social et politique, neutraliser son potentiel révolutionnaire et s’assurer de son ralliement au système ; sur le plan urbain, l’attirer dans de nouveaux quartiers où elle est appelée à remplacer progressivement les classes populaires.

  • 8  Bourdieu P., 1989, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit.
  • 9  Voir notamment les premiers numéros de la revue Antipode en 1969-1970.

5Dans la deuxième partie, J.-P. Garnier se lance dans une “critique de la raison pseudo-scientifique” en utilisant la même grille d’analyse. Il montre comment la recherche urbaine a suivi ce mouvement de dépolitisation en analysant de plus en plus les “problèmes urbains” en dehors de la question sociale. Son propos est irrigué par une démarche bourdieusienne de sociologie des sciences en montrant comment les chercheurs eux-mêmes appartiennent à la petite bourgeoisie et ont donc été les cibles de la récupération de la critique par les classes dominantes. Nombreux sont les chercheurs se revendiquant du marxisme dans les années 1960-1970 qui ont répondu à la commande publique (par exemple à travers le Plan Urbanisme, Construction et Architecture du Ministère de l’Équipement) et se sont intégrés aux institutions étatiques en abandonnant la critique politique. Aujourd’hui, c’est l’essentiel de la recherche urbaine qui se focalise sur la mixité sociale sans jamais parler du capitalisme et des rapports de classe, alors que ceux-ci permettent de comprendre l’existence de groupes sociaux aux intérêts antagoniques et la production de la ville comme un espace ségrégué. Citant P. Bourdieu (1989), J.-P. Garnier met en évidence une pratique courante du non-dit ou de l’impensé : “Quoi qu’ils en prétendent, les chercheurs qui se targuent de “ne pas confondre science et politique” […] sont plus que jamais imprégnés de ‘catégories impensées qui délimitent le pensable et prédéterminent la pensée’8. Sans y faire référence explicitement, J.-P. Garnier s’inscrit là dans la critique de la prétendue neutralité scientifique qui, avant d’être reprise dans un sens relativiste par le postmodernisme, a été largement argumentée par la géographie radicale anglo-saxonne9. Avec elle, il fustige le conformisme de la pensée dominante des sciences sociales sur la ville et œuvre à remettre sur pied une approche non édulcorée des “problèmes urbains”. Un article remet par exemple en cause l’expression même de “question du logement” en montrant que l’impossibilité de loger les classes populaires selon les lois du marché est inhérente au capitalisme : il n’y a donc pas de crise du logement mais un système de production des logements qui tend à en faire une marchandise comme une autre et, ce faisant, est incompatible avec la garantie du droit au logement. À la suite d’Engels, J.-P. Garnier rappelle ainsi que l’État ne peut ni ne veut pallier ce déficit de logements et ne fait qu’assurer à la marge un parc de logements permettant d’accueillir en partie les classes populaires tout en les contrôlant, s’assurant ainsi la paix sociale. On retiendra de cette partie que les problèmes urbains sont d’abord des problèmes sociaux et qu’oublier cela, c’est s’assurer de ne pas les régler.

6C’est avec la même rigueur d’analyse que J.-P. Garnier s’intéresse aux émeutes dites “urbaines” de novembre 2005 dans la dernière partie de l’ouvrage intitulée “Question urbaine ou question sociale ?”. Analysant l’abondance de commentaires sur cet événement politique hautement médiatisé, les différents articles mettent en évidence les nombreux glissements qui permettent aux chercheurs comme aux journalistes de le traiter comme un problème urbain qui serait lié à la crise des grands ensembles et à la ségrégation, tout en le déconnectant de la question sociale. L’auteur rappelle que la première violence est celle du système capitaliste à l’encontre des enfants de la classe ouvrière, en particulier immigrée, auxquels elle n’offre même plus d’être exploités à l’usine comme leurs parents ; et celle de l’État, qui gère la relégation d’une partie des classes populaires sur un mode de plus en plus répressif. Du côté de la classe ouvrière elle-même, le délitement de la conscience de classe, la disqualification permanente de l’action syndicale depuis plusieurs décennies dans les médias comme au sein de la classe politique de gouvernement, et au contraire la promotion de la réussite individuelle, mesurée en niveau de revenus, expliquent en grande partie le développement des trafics dans les banlieues populaires et la faiblesse de l’organisation collective, a fortiori politisée et porteuse de revendications claires. Et J.-P. Garnier est l’un des rares à faire le lien entre la forme qu’a prise la révolte de 2005 et la disqualification de toute perspective politique en termes de lutte de classe – disqualification à laquelle les chercheurs ont largement contribué : “‘Ces jeunes sont perdus, ils ne savent pas ce que c’est qu’une classe sociale, une lutte’, regrette l’ancien maire PCF de Stains. Où l’auraient-ils appris, dans une France où ces mots, surtout quand ils sont accouplés, sont désormais quasi unanimement considérés comme des gros mots. […] La remarque néanmoins comporte une part de vérité. La violence orientée de la lutte des classes d’antan semble avoir effectivement fait place à la violence erratique des ‘déclassés’” (p. 200-201). À ceux qui se concentrent sur les facteurs locaux des “émeutes urbaines”, J.-P. Garnier adresse un vigoureux rappel de ce qui se passe à une échelle plus large et qui permet de les comprendre comme une véritable révolte sociale des déclassés.

7Dans la conclusion intitulée “L’espace public urbain comme scène ‘post-historique’”, J.-P. Garnier revient sur l’accroissement de la violence dans les villes des pays riches depuis les années 1970. Il montre qu’il s’agit là d’une “mutation de la conflictualité sociale” (p. 226). Si la problématique de la lutte des classes était subversive, elle avait également le mérite de canaliser la révolte des opprimés dans une lutte émancipatrice, souvent non-violente. À trop avoir délégitimé cette perspective en promouvant une société pacifiée et consensuelle, alors même que le capitalisme néolibéral ne faisait qu’accroître la violence sociale des dominants contre les dominés, on voit émerger aujourd’hui une nouvelle violence apparemment aveugle, symptôme d’anomie sociale. “Ceux qu’un ministre de l’Intérieur “républicain” avait cru bon de baptiser de ‘sauvageons’ ne sont pourtant que de purs produits d’un capitalisme redevenu ‘sauvage’ une fois privé des adversaires qui, en faisant contrepoids, l’avaient obligé à se civiliser” (p. 239). On comprendra que pour l’auteur, rétablir le “lien social” ne consiste pas à promouvoir un improbable “vivre ensemble” harmonieux, mais, au contraire, à mettre en évidence les antagonismes de classe afin de permettre aux opprimés d’en être conscients et de se ressaisir des possibilités émancipatrices des luttes collectives.

8D’une manière générale, on pourra reprocher à J.-P. Garnier de ne pas faire dans la nuance, caricaturant parfois certains aspects des politiques publiques. Mais c’est la cohérence et la clarté de l’analyse d’ensemble qui fait toute la valeur de l’ouvrage, permettant de lier champ politique, espace social et espace urbain. Elle est un appel à approfondir cette voie originale et si peu présente dans la recherche urbaine française, là où tant de nuances servent trop souvent à éviter de lier ces différents domaines, ou à amoindrir la portée critique de la recherche.

Haut de page

Notes

1  Jean-Pierre Garnier était ingénieur de recherche au CNRS à l’IPRAUS (Institut parisien de recherche sur l'architecture, l’urbanisme et la société). Aujourd’hui à la retraite, il demeure membre du comité de rédaction de la revue Espaces et Sociétés.

2  Garnier J.-P., 1998, Des barbares dans la cité. De la tyrannie du marché à la violence urbaine, Paris, Flammarion, 1998. Garnier J.-P., 2000, Le Nouvel ordre local. Gouverner la violence, Paris, L’Harmattan.

3  Ces articles sont parus sur des supports variés, que ce soit des revues scientifiques, des ouvrages collectifs ou des revues militantes, en France ou à l’étranger.

4  Lefebvre H., 2009 (première édition en 1968), Le Droit à la ville, Paris, Economica/Anthropos, 136 p.

5  Harvey D., 2008, “The Right to the City”, New Left Review,No.53.

6  Bourdieu P., 1979, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

7  Voir Clerval A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

8  Bourdieu P., 1989, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit.

9  Voir notamment les premiers numéros de la revue Antipode en 1969-1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Clerval, « Garnier J.-P., 2010, Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, Marseille, Agone, coll. Contre-Feux, 254 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 30 octobre 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23336

Haut de page

Auteur

Anne Clerval

Maîtresse de conférences en géographie
Université de Paris Est – Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs
anne.clerval@univ-paris-est.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page