Navigation – Plan du site
2010
510

Services globaux, géographies locales : les services aux entreprises dans les métropoles de Londres et Paris

Global services, local geographies: producer services in London and Paris
Ludovic Halbert et Kathy Pain

Résumés

À la suite des travaux du GAWC (Globalization And World Cities), le programme de recherche Polynet a testé l’hypothèse selon laquelle les professionnels des services aux entreprises mis au cœur de la théorie de la ville globale selon S. Sassen participent à la formation de vastes régions métropolitaines dénommées Mega-Régions Urbaines (MRU). Cet article discute les hypothèses et la réalité de l’émergence des MRU à partir des cas de Londres et de Paris. En confrontant des entretiens réalisés avec des professionnels des services aux entreprises et des cartographies produites par l’application du modèle d’interconnexion du GAWC au niveau intra-métropolitain, on montre à la fois l’importance des zones centrales de Londres et de Paris pour le fonctionnement du Sud-est anglais et du Bassin parisien mais aussi la persistance de trajectoires métropolitaines spécifiques sur fond de mondialisation. Le polycentrisme hiérarchisé de la région de Londres et du Sud-est anglais se rapproche du modèle de la MRU alors que l’organisation multipolaire monocentrique de la métropole parisienne souligne la variété des formes spatiales prises par la métropolisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Les agglomérations de Paris et Londres concentrent respectivement 37 et 31 sièges "monde" du class (...)

1Londres et Paris occupent une place à part au sein du système urbain européen. Leur taille largement supérieure aux villes de rangs suivants, la concentration des pouvoirs économique, politique et culturel dans deux pays à l’organisation traditionnellement centralisée, leur profil économique associant diversité sectorielle et spécialisation dans des activités à forte valeur ajoutée, en font des moteurs de la mondialisation en Europe. Fortes de la taille et de la diversité de leurs marchés, de leur accessibilité internationale et de leur bassin d’emploi à la fois large et diversifié, Paris et Londres sont depuis longtemps considérés dans la littérature scientifique comme les deux principales “villes mondiales” européennes (Hall 1965), ce dont témoigne par exemple la concentration des centres de commandement des multinationales1. Dans le contexte d’économies urbaines plus mondialisées, leurs trajectoires reposeraient alors sur un accroissement des échanges de capital, d’information, d’idées et de personnes (Castells 1996). Encore faut-il parvenir à rendre compte de l’importance de cette économie “des flux” qui l’emporterait sur celle plus traditionnelle “des lieux” (Castells 1996). P. Taylor (2004) et d’autres chercheurs rattachés au GAWC (Globalization And World Cities) soulignent combien les analyses urbaines classiques, qui mobilisent notamment des attributs statistiques attachés à des lieux (un nombre d’emploi, des spécialisations sectorielles, des surfaces immobilières, des sièges sociaux) peinent à renseigner le fonctionnement de villes qui sont avant tout des “processus” (Castells 1996), des laboratoires d’interconnexion et de commutation des flux de la mondialisation (Veltz 2005). Les classements de villes proposé par Friedmann pour qualifier le système urbain mondial (Friedmann 1986, 1995) tout comme les travaux plus récents décrivant le système urbain européen (Cattan et al. 1999 ; Rozenblat et Cicille 2003 ; Nordregio 2005 ; ESPON 1.4.3. 2007) ne parviennent qu’imparfaitement à se défaire de ces approches jugées trop statiques (Beaverstock et al. 2000). Pourtant, dans la poursuite des réflexions de Castells sur la société en réseau (1996), et, de manière plus générale, dans le prolongement d’approches réticulaires du système urbain (Pred 1977 ; Rozenblat et Pumain 1993, 2006), il conviendrait de décrire les mécanismes œuvrant à la mise en réseau des espaces urbains au moins à deux échelles. La première, approfondissant l’hypothèse du renforcement d’une économie de métropoles en archipel (Scott et al. 2001 ; Veltz 2005) renvoie à la compréhension des liens entre les régions urbaines mondiales (nature, direction, intensité, acteurs de ces échanges). La seconde souligne les différenciations spatiales qui s’opèrent au sein même des grandes régions urbaines avec notamment des pôles urbains et économiques qui font partie, selon l’hypothèse de Graham et Marvin (2001), des “espaces de réseau de premier ordre” (’premium network spaces’ Graham et Marvin 2001). Ces pôles branchés les uns aux autres constitueraient les principaux lieux de la mondialisation économique en train de se faire et se développeraient en rupture avec le reste du territoire régional, à l’image des quartiers d’affaires de Londres ou de Paris (Amin et Thrift 1992) qui, grâce notamment à des infrastructures les dotant d’une forte accessibilité internationale (Rutherford 2004), échangeraient plus entre eux qu’avec leurs propres hinterlands régionaux.

2Les travaux développés initialement par Sassen ont fait des professionnels des services aux entreprises des acteurs-clés de ces recompositions qui travaillent la “ville globale” (Sassen 1991, 2001), et par extension les régions urbaines mondiales (les “global city-regions” de Scott et al. 2001). Le lien entre activités de services avancés et métropolisation a été largement rappelé par la littérature (Lacour et Puissant 1999 ; Philippe et al. 1999). Les professionnels des services contribuent, dans la pratique quotidienne de leurs activités, à la circulation du capital, des idées et des personnes, à la fois entre et au sein des régions métropolitaines. Appartenant à la catégorie des “manipulateurs de symboles” (Reich 1991), ils joueraient un rôle-clé tant dans le renforcement d’une économie de l’information et de la connaissance plus mondialisée que dans les recompositions géographiques au sein des grandes régions urbaines (Philippe et al. 1999).

3Dans l’ouvrage collectif issu du projet de recherche européen Polynet, Hall et Pain (2006) font l’hypothèse que les processus d’étalement et de polarisation en cours dans les régions métropolitaines, en particulier ceux résultant des nouvelles logiques de localisation des services aux entreprises, contribuent à la formation de vastes ensembles urbains multipolaires décrits par le terme de “Mega-City-Regions”, et que nous traduirons dans cet article par Méga-Régions Urbaines (MRU). Ces dernières associeraient un ensemble de villes secondaires voisines à la région fonctionnelle d’une agglomération principale. Sans nier une certaine filiation avec le concept de Mégalopolis (Gottmann 1961), celui de MRU propose une compréhension en contrepoint des processus d’émergence et de consolidation des régions métropolitaines (notamment face au concept de métapolis, beaucoup plus vaste dans son acception. Voir : Ascher 1995). Ce sont les pratiques des acteurs de l’économie de l’information et du savoir qui contribueraient à la mise en réseau des différentes villes du système métropolitain. On le comprend, il s’agit finalement d’appliquer à l’échelle intra-métropolitaine les travaux de Sassen et de Taylor sur le réseau des villes globales. Par hypothèse, les professionnels des services aux entreprises participeraient à la formation d’une région en réseau qui se développerait autour de villes de rang mondial et se caractériserait par un système de villes qui sont physiquement séparées mais interconnectées selon une division spatiale des tâches complexe (Hall et Pain 2006, p. 3)

4Notre article discute l’existence de telles MRU pour les cas de Londres et Paris. Il s’intéresse ainsi à la localisation des activités de services aux entreprises comme marqueur des recompositions au sein et entre les régions métropolitaines. Pour cela, nous mobilisons les théories relatives à la géographie des services aux entreprises, tant du côté de la demande, dans la filiation de modèles d’inspiration christallérienne, que de l’offre avec l’analyse des modalités de la production de service (voir Mérenne-Schoumaker et Moyart 2006 pour une synthèse éclairante sur l’état des savoirs). Si l’article contribue indirectement à préciser les modalités de localisation des activités de services dans les grandes villes européennes, notre ambition première est de discuter de la façon dont les professionnels de ces secteurs permettent de rendre compte du fonctionnement des régions métropolitaines, c’est-à-dire de montrer comment les espaces métropolitains sont mobilisés dans des interactions de plus ou moins grande portée à travers la réalisation de l’activité servicielle.

  • 2  Si les valeurs retenues sont légèrement différentes, la définition des R.U.F. repose sur des princ (...)
  • 3  Dans ce cas, on a inclus les régions urbaines fonctionnelles des départements considérés dans la l (...)

5Les périmètres d’études ont été définis selon une méthodologie (Encadré 1) inspirée par les projets GEMACA (Gemaca 1996 ; Gemaca II 2002). Les MRU sont considérées comme des agrégations de Régions Urbaines Fonctionnelles (R.U.F.) contiguës, organisées autour d’une ville principale de rang international. Pour mémoire, les R.U.F. sont constituées d’un pôle urbain réunissant l’ensemble des unités NUTS 5 jointives (communes en France et comtés en Angleterre) ayant au moins 20 000 emplois ou une densité d’emplois à l’hectare supérieure à 7 et d’un anneau d’unités NUTS 5 dont au moins 10 % des actifs travaillent dans le pôle urbain2. Notons que dans le cas de la MRU de Paris, deux périmètres ont été testés : le premier sur un critère de contiguïté stricte entre les R.U.F., le second, selon une définition un peu plus lâche3 qui a permis de prendre en compte les villes de la route des cathédrales afin de faciliter la comparabilité avec le Sud-est anglais.

6Le périmètre de l’étude est donc constitué par l’ensemble des Régions Urbaines Fonctionnelles contiguës entourant celles de Londres et Paris telles que définies dans le cadre du programme de recherche Polynet (Hall et Pain 2006). Cet ensemble, qui réunit dans le cas de Londres une quarantaine de RUF et environ une trentaine dans celui de Paris, forme une région métropolitaine étendue que l’on appellera par hypothèse Méga-Région Urbaine dès lors que les conditions suivantes sont vérifiées :

  1. il existe des interactions soutenues entre les différents pôles urbains, en particulier en raison des échanges résultant de l’activité des professionnels des services aux entreprises,

  2. il existe une division interne des tâches entre les Régions Urbaines Fonctionnelles.

  • 4  On s’intéresse ici à la manière dont la conduite du travail est menée, et en particulier comment l (...)

7Cet article souhaite tester la validité de l’hypothèse de la formation d’une Méga-Région Urbaine dans le Sud-est anglais et dans le Bassin parisien. Pour cela, nous analysons à la fois les localisations des établissements de services aux entreprises et les pratiques4 professionnelles quotidiennes de ces derniers, afin de déterminer leur capacité à mettre en réseau des espaces urbains distants, à la fois entre les villes constituant les régions métropolitaines que nous testons, et entre les MRUs de Paris et de Londres. Nous cherchons ainsi à qualifier les formes et les modalités récentes de la métropolisation observée depuis les deux principales métropoles mondiales européennes. De manière indirecte, l’article discute la nature des relations économiques associant Londres et Paris en soulignant la complexité des logiques de concurrence et de complémentarité qui s’y déploient, du point de vue des firmes de services. Enfin, au niveau intra-métropolitain cette fois, en réponse à l’hypothèse d’une homogénéisation des formes régionales liées à une économie de plus en plus mondialisée (implicite dans l’hypothèse de l’avènement des Méga-Regions Urbaines définies par Hall et Pain 2006), nous discuterons l’importance des configurations urbaines régionales ainsi que la persistance des schémas d’organisation fonctionnelle qui distinguent les régions métropolitaines les unes des autres.

8La démonstration repose sur la mobilisation de données de localisation qui ont permis de cartographier les activités de services aux entreprises ainsi que sur un corpus documentaire constitué par la production textuelle et iconographique des sociétés de ce secteur (rapports d’activités, documentation officielle, coupures de presse portant sur l’entreprise) et par la retranscription d’entretiens semi-directifs réalisés dans le Bassin parisien et dans le Sud-Est anglais.

9L’article commence par un bref rappel des recompositions spatiales observées au sein du Bassin parisien et du Sud-Est anglais (section 1). La section suivante s’appuie sur le modèle d’interconnexion développé par le GAWC en l’appliquant suivant l’approche originale du programme Polynet à l’échelle intra-métropolitaine. Il vise à tester les liens potentiels entre les villes situées au sein des régions métropolitaines de Londres et de Paris. Les troisième et quatrième sections analysent le corpus documentaire constitué par les entretiens et la documentation produite par les firmes pour comprendre 1.) la nature des interactions entre les deux régions métropolitaines puis, au sein de ces dernières, 2.) les processus de mise en réseau des villes qui les constituent. L’objectif de ce travail est d’apporter une compréhension des pratiques effectives des professionnels des services aux entreprises, considérés par la littérature comme les agents qui, au quotidien, “fabriquent la mondialisation” (Sassen 2002). Enfin, la cinquième section discute des facteurs expliquant les différences observées entre les régions métropolitaines du Sud-Est anglais et de Paris. On insiste notamment sur le rôle des environnements nationaux et régionaux, et, in fine, sur le poids des politiques publiques dans les formes spatiales prises par la mondialisation.

De la métropolisation aux services aux entreprises en réseau ou la genèse de l’hypothèse des méga-régions urbaines

10Paris et Londres se sont fréquemment regardées, s’inspirant de leurs expérimentations respectives, imitant des initiatives qui apparaissaient de part et de l’autre de la Manche comme des réussites (Hall 1995 ; Wellhoff 1995). L’Etat français a puisé dans les villes nouvelles britanniques et dans le concept de ceinture verte deux principes d’aménagement qu’il a voulu transférer à la région parisienne dont on regrettait la désorganisation et l’étalement croissants. De son côté, le gouvernement britannique s’est approprié l’exemple de La Défense pour concevoir et justifier son projet de re-développement du quartier d’affaires des Docklands qui visait à favoriser un hypothétique rééquilibrage Est-Ouest. Au-delà de ces effets de miroirs et d’imitations, les relations entre les deux villes alternent recherche de complémentarité et mise en concurrence sur fond d’économie mondialisée. Du côté des complémentarités, si le tunnel sous la Manche est l’infrastructure qui aura relié le Royaume-Uni et la France, l’Eurostar est un service qui réunit plus sûrement encore le cœur des agglomérations de Londres et de Paris. Dans le même temps, alors que les politiques publiques assimilent hâtivement compétitivité et concurrence, la course aux investissements directs étrangers ou la lutte pour l’obtention d’événements internationaux se sont durcies. La candidature pour les Jeux Olympiques de 2012 s’est faite sur le mode de la concurrence plutôt que sur celui de la complémentarité qu’aurait offerte une réponse commune. Les grands projets économiques n’échappent pas non plus à la règle : la labellisation du pôle de compétitivité francilien pour l’innovation dans l’industrie financière cite comme référence explicite un cadre concurrentiel dans lequel la City - avec Tokyo et New York - est le compétiteur contre lequel des parts de marchés devront être conquises (La Tribune, juillet 2007). Entre rivalités et proximité, nous observons cependant des dynamiques communes de métropolisation qui contribuent au renforcement de deux régions métropolitaines organisées en relation avec une agglomération principale.

Une armature urbaine similaire ?

11D’un point de vue morphologique, les deux régions se caractérisent par la présence d’une agglomération centrale avoisinant 10 millions d’habitants et entourée par une couronne périurbaine de grande taille. Un ensemble de villes petites et moyennes constitue une armature maillée autour des régions urbaines fonctionnelles de Paris et de Londres. La figure 1 traduit ceci en soulignant une distribution relativement primatiale en faveur des deux capitales nationales. Les dynamiques de desserrement qui affectent à la fois l’agglomération principale de Paris et de Londres et les villes secondaires qui les entourent, contribuent à la formation d’un espace urbanisé de plus en plus vaste, moulé notamment sur les axes de transport, et dont les couronnes périurbaines se recoupent de manière accrue (Berger 2005). En raison de l’étalement urbain, les régions urbaines fonctionnelles finissent ainsi par se rencontrer et se “superposer”. C’est tout particulièrement vrai du Sud-Est anglais où en retenant le critère d’au moins 10 % de la population active occupée résidente travaillant dans l’agglomération de Londres ou dans une ville moyenne contiguë, on dénombre pas moins d’une quarantaine de régions urbaines fonctionnelles associées à celles de la capitale britannique. Le cas du Bassin parisien est moins spectaculaire en raison de la préservation de la vocation agricole de vastes plateaux qui continuent d’aérer un système urbain régional qui, selon que l’on retienne un critère de contiguïté plus ou moins strict, compte d’une dizaine de régions urbaines fonctionnelles périphériques à une trentaine (Figure2).

Figure 1 : Graphique rang-taille des Régions Urbaines Fonctionnelles (Bassin parisien et Sud-Est anglais)

Figure 1 : Graphique rang-taille des Régions Urbaines Fonctionnelles (Bassin parisien et Sud-Est anglais)

Figure 2 : Le périmètre des Méga-Régions Urbaines retenues dans Polynet

Une division intra-régionale des tâches ancienne

12Ce desserrement n’affecte pas uniquement la fonction résidentielle. La géographie des activités économiques se recompose aussi à cette échelle métropolitaine élargie. Les villes secondaires, tout en conservant des fonctions de services aux populations locales qui colorent fortement leurs profils économiques, ont elles aussi accueilli des activités provenant de l’agglomération principale tant dans la période fordiste que dans les trente dernières années. Dans le cas du Bassin parisien, plusieurs auteurs ont rappelé les dynamiques encourageant dans l’après-guerre et jusque que dans les années 1980 au moins, une division entre des activités de conception et de commandement polarisées en Ile-de-France et des tâches de production plus “concrète”, notamment industrielle, dans les villes secondaires alentour, en particulier dans certaines villes de la route des cathédrales qui se trouvaient opportunément à la limite du périmètre d’agrément imposé par la Datar (Saint Julien 1982 ; Pumain et Saint-Julien 1989 ; Damette et Scheibling 1995 ; Thiard 1998 ; Veltz 2008). Cette division à l’échelle du Bassin parisien s’est complexifiée plus récemment puisque des fonctions de services logistiques et de back-office (centre d’appels par exemple) ont été reportées dans les villes secondaires (Gilli 2005 ; Berger et al. 2006). Des dynamiques similaires ont été observées à Londres et dans le Sud-Est anglais. Le Grand Londres concentre des activités de traitement de l’information (Hepworth et al. 1987) et de R&D (Heim 1987) face à la relégation des activités de production dans d’autres territoires, notamment dans les années 1970 et suivantes. Il en va de même pour la géographie des centres d’appels plus récemment (Bristow et al. 2000).

L’intégration par les migrations pendulaires

13Les recompositions de la géographie résidentielle et des activités économiques alimentent des circulations quotidiennes croissantes. Les migrations-alternantes en fournissent une première approximation même si elles ne renseignent que l’articulation spatiale entre les choix résidentiels des actifs et leur lieu de travail. La cartographie des navettes entre les régions urbaines fonctionnelles montre l’intensité des circulations multi-directionnelles qui organisent le système urbain régional, mais avec l’inconvénient de masquer les migrations-alternantes de proximité, en particulier entre deux communes voisines n’appartenant pas à une même région urbaine fonctionnelle. A cette limite méthodologique près, on observe des échanges centre-périphérie, depuis les villes secondaires vers la région urbaine de Paris ou de Londres, qui sont intenses et couvrent une aire de recrutement étendue (Figure 3). Cependant, des flux transversaux, c’est-à-dire qui contournent l’agglomération principale, renforcent des organisations régionales ou sous-régionales plus polycentriques entre les pôles secondaires du Sud-Est anglais et entre ceux du Bassin parisien (Gilli 2002).

Figure 3 : Cartographie des principaux flux de navettes domicile-travail (Bassin parisien et Sud-Est anglais)

14L’hypothèse du renforcement de régions métropolitaines qui s’étendent aux villes secondaires, s’appuyant sur une division des tâches dans des organisations multipolaires est vérifiée pour certaines fonctions et certains types d’échanges (migrations-alternantes par exemple) qui tendent bien à créer un espace métropolitain en cours d’extension. Qu’en est-il pour les activités des services aux entreprises qui sont au cœur de l’hypothèse que nous discutons dans cet article ?

Vers des Méga-Régions Urbaines : une première mesure par les échanges potentiels au sein des entreprises

  • 5  Pour une cartographie des activités de services aux entreprises en France, on consultera notamment (...)

15Les services aux entreprises que l’on considère par hypothèse comme des marqueurs pour qualifier l’émergence des Méga-Régions Urbaines en Europe ne sont guère faciles à appréhender. Les sources statistiques sont difficiles à manipuler : les nomenclatures statistiques sectorielles peinent à distinguer ce qui seraient des emplois de “services de haut niveau” (Coffey et Shearmur 2002) ou de “services avancés” (Sassen 1991, 2001) par rapport à d’autres emplois de service plus “banaux”. Les emplois métropolitains supérieurs de la littérature sont plus larges dans leur définition (Julien et Pumain 1996). Même des catégories très agrégées comme celles des services aux entreprises et des services aux personnes font difficulté5. On a développé ailleurs des pistes pour dépasser ces limites des nomenclatures en combinant notamment des données portant sur les professions et les secteurs (Halbert 2004), grâce au recours à la grille structurale-fonctionnelle développée dans les années 1990 par le laboratoire Strates de l’Université Paris-1 (voir notamment Beckouche et Damette 1993). Cependant, les résultats obtenus pour la France, et en particulier dans le Bassin parisien (Berger et al. 2006) ne peuvent guère être généralisés dans le cadre d’une comparaison à l’échelle européenne, fautes de données similaires.

16Les analyses à partir des seuls secteurs d’activités ont montré des processus de division fonctionnelle des tâches approfondis au sein du Bassin parisien avec 1) une concentration des activités de “production abstraite” dans l’agglomération francilienne, et en particulier dans le triangle centre-métropolitain Paris - Boulogne - La Défense et 2) une polarisation des services plus technopolitains, dans le quadrant sud-ouest de l’agglomération francilienne, entre Vélizy, Saint-Quentin et Massy (Halbert 2004). Dans le cas londonien, la concentration des services avancés aux entreprises est toujours soutenue dans la zone centrale allant de la City aux Docklands (Beaverstock et al. 2001), alors que des polarités secondaires se sont renforcées, notamment dans la partie Ouest depuis Slough jusqu’à des villes plus éloignées comme Reading, et d’une manière plus générale dans d’autres pôles secondaires dont Milton Keynes, Cambridge, Southampton, Basingstoke, etc. Par comparaison, des villes comme Orléans, Reims et Rouen, si elles disposent elles aussi d’activités de services aux entreprises, semblent cependant moins spécialisées dans ces secteurs que les villes secondaires du Sud-Est anglais (Berger et al. 2006).

17Les approches par la localisation des entreprises ne renseignent pas les relations que génèrent les activités de services et ne permettent donc pas de comprendre leur contribution à l’émergence des Méga-Régions Urbaines. Pour y parvenir, et devant l’incapacité à trouver des sources mesurant directement ces échanges (flux d’affaires, échanges téléphoniques, courriels, etc.), nous mobilisons en guise d’analyse exploratoire le modèle d’interconnexion des villes développé à l’Université de Loughborough (GAWC). Ce modèle initialement conçu pour des comparaisons entre des villes mondiales a été déployé pour les régions métropolitaines de Paris et de Londres ainsi que dans 6 autres régions d’Europe du Nord-Ouest dans le programme de recherche Polynet.

L’adaptation du modèle d’interconnexion du GAWC

18Le modèle considère que les établissements de services aux entreprises connectent les villes dans lesquelles ils s’implantent du simple fait des échanges réguliers que réalisent leurs salariés. Par hypothèse, une société offrant des services aux entreprises qui disposerait de plusieurs bureaux localisés soit au sein d’une même région métropolitaine, soit en différentes régions du globe, s’appuie sur les compétences spécialisées présentes dans l’ensemble de ces différents établissements pour proposer une solution à ses clients. Le modèle d’interconnexion du GAWC infère des flux (d’informations, de personnes, de capital) au sein d’entreprises multi-localisées et spécialisées dans les services aux entreprises. Les postulats du modèle sont les suivants :

  1. la taille et la nature des activités exercées dans chacun des établissements d’une entreprise déterminent l’intensité des échanges qu’entretient ce site avec les autres établissements. Un établissement possédant beaucoup de professionnels des services aux entreprises et/ou dotés de compétences extra-locales aura tendance à générer plus d’échanges qu’un établissement de petite taille et/ou doté de compétences généralistes,

  2. les professionnels des services aux entreprises travaillent en réseau et sont amenés à échanger, indépendamment de la distance, avec d’autres établissements de l’entreprise pour réaliser leurs activités. En d’autres termes, les relations hiérarchiques et/ou dépendantes de la distance sont considérées comme négligeables face aux échanges réticulaires permis par la diffusion des NTIC et l’hypermobilité des actifs concernés,

  3. les échanges entre les établissements des entreprises constituent une bonne approximation des circulations au sein de l’ensemble des services aux entreprises.

19Bien que ces hypothèses soient fortement contraignantes, et limitent la portée de ce modèle à un travail exploratoire des relations potentielles entre professionnels des services aux entreprises, les résultats offrent une première image de la mise en réseau des villes du Sud-Est anglais et du Bassin parisien, permettant ainsi de tester par une approche quantitative l’hypothèse de l’émergence des Méga-Régions Urbaines.

  • 6  Les auteurs remercient Maude Sainteville et Renan Combreau pour leur aide.
  • 7  Pour mémoire, un pôle urbain est constitué par au moins 20 000 emplois et une densité supérieure à (...)
  • 8  D’un point de vue pratique, la collecte des données a été réalisée par ordre décroissant de taille (...)

20La collecte des données6 a porté sur une population d’entreprises dont les caractéristiques sont 1) l’appartenance à l’un des 8 secteurs des services aux entreprises suivants : banque/finance, assurance, publicité, consultance, comptabilité, ingénierie/architecture/design, logistique et droit et 2) la localisation d’au moins deux établissements de l’entreprise dans des pôles urbains7 différents au sein de la région métropolitaine analysée. La collecte des données a été réalisée grâce aux informations fournies sur le site Internet des sociétés. Celles-ci ont été identifiées à partir des classements de la presse économique (les 1000 de l’Expansion, Fortune 500)8, et, pour certains secteurs, à l’aide des annuaires d’entreprises spécialisés. Ces informations publiques ont été vérifiées par téléphone, ce qui a permis de préciser pour chaque établissement les effectifs et la nature des activités réalisées en fonction de leur taille et de la présence de fonctions extra-locales. Les liens potentiels entre les établissements de chacune des firmes sont calculés comme le produit de la valeur associée à chaque pôle urbain. Par hypothèse, plus un établissement est de grande taille et/ou dispose de fonctions remarquables, et 1) plus il contribue à des échanges importants en volume, 2) plus les liens qu’il entretient avec les établissements localisés dans d’autres pôles urbains sont forts. Le cumul de l’ensemble des réseaux d’entreprises observées fait apparaître un réseau agrégé qui correspond à l’interconnexion potentielle entre les villes résultant des stratégies de localisation des entreprises dans les huit secteurs des services retenus.

  • 9  L’attribution des modalités à chaque établissement relève d’une appréciation réalisée lors de la c (...)

21Pour faciliter la compréhension de ce modèle, nous partons d’un exemple théorique à partir de 3 villes A, B et C et de 3 entreprises de services E1, E2 et E3. À chaque établissement de ces trois firmes est allouée9 une valeur allant de 0 à 3 de la manière suivante :

  • 0 : pas d’établissement dans la ville considérée

  • 1 : un établissement mineur, c’set-à-àdire de faible taille et/ou accueillant des fonctions locales ;

  • 2 : un établissement dans la ville considérée ;

  • 3 : un établissement de taille remarquable (ou plusieurs établissements) et/ou disposant de fonctions extra-locales (siège social mondial ou continental, activité de R&D ou de design, compétences rares)

22La collecte des données permet de construire une matrice représentant la présence des établissements d’une entreprise dans les villes de l’échantillon. Ceci permet de qualifier le poids de chaque ville dans le profil individuel des entreprises et de l’ensemble des firmes observées.

Entreprise

Ville A

Ville B

Ville C

E1

3

0

2

E2

2

2

2

E3

1

1

3

E1,E2,E3

6

3

7

Tableau 1 : Trois entreprises, trois régions urbaines fonctionnelles

23Cette matrice permet d’inférer la connectivité potentielle à partir des valeurs associées aux établissements des entreprises (méthode retenue : multiplication des scores). On en déduit la connectivité des villes par addition des connectivités de chaque entreprise (Figure 4).

24Soit, dans cet exemple :

Figure 4 : Une illustration du modèle d’interconnexion du GAWC

  • 10  Le nombre de pôles urbains est plus élevé dans le cas français car l’on a souhaité tester l’import (...)
  • 11  Le choix d’un nombre limité à 6 régions urbaines a été guidé par la méthodologie associée au progr (...)
  • 12  Cette liste reprend celle proposée par P. Taylor (2004)

25En pratique, on a réalisé 143 cartographies d’entreprises réparties entre 8 pôles urbains dans la région métropolitaine de Londres et du Sud-Est anglais et 247 pour la région métropolitaine de Paris réparties dans 18 pôles urbains situés à la fois au sein de la région parisienne et dans des villes du Bassin parisien10 (Tableau 2). Le travail de repérage a été complété lors de la collecte de données par un recensement secondaire visant à distinguer quatre échelles de relations des entreprises. Ceci a permis de construire quatre matrices de flux. Dans une première matrice dite “régionale”, on ne s’intéresse qu’aux liens potentiels au sein de la région, l’on ne renseigne donc que les échanges entre des établissements situés dans la région métropolitaine observée. Dans une seconde matrice, dite “nationale”, on informe aussi les établissements localisés dans les 6 plus grandes régions urbaines respectivement du Royaume-Uni et de France afin d’évaluer les relations potentielles entre les pôles urbains analysés et le système urbain national11. Enfin, les matrices “européennes” et “mondiales” renseignent, en sus, les établissements situés respectivement dans 25 grandes villes européennes et dans 25 grandes villes mondiales12, afin de donner à comprendre la place des pôles des régions de Londres et de Paris dans l’archipel métropolitain (Veltz 2005).

Régions

Bassin parisien

Sud-est anglais

Assurance

24

8

Banque / Finance

24

20

Comptabilité

55

20

Droit

26

16

Ingénierie / Design

22

25

Management

37

23

Logistique

32

11

Publicité

27

20

Total

247

143

Tableau 2 : Ventilation sectorielle des entreprises analysées

Multi-polarité et mono-centricité

26Les résultats montrent que dans les deux régions métropolitaines étendues de Londres et Paris, c’est la “ville principale” (le Grand Londres d’un côté et Paris et les départements de la première couronne de l’autre) qui continue de peser fortement dans les localisations des entreprises de services (Figure 5). Ce sont bien les agglomérations principales qui, peu importe la portée de la matrice retenue (régionale, nationale, européenne ou internationale) constituent le premier pôle par le nombre d’établissements (Tableaux 3, 4, 5 et 6).

Figure 5 : Le modèle d’interconnexion du GAWC appliqué au Bassin parisien et au Sud-Est anglais

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Paris**

1,00

5160

Rouen

0,28

1425

Orléans

0,24

1235

Reims

0,19

965

Marne-la-Vallée

0,15

765

Amiens

0,15

751

Cergy-Pontoise

0,14

708

Saint-Quentin en Yv.

0,13

672

Évry/Melun/Sénart

0,12

621

Roissy

0,12

625

Chartres

0,11

588

Le Mans

0,1

527

Troyes

0,1

514

Meaux

0,09

450

Beauvais

0,09

452

Mantes-la-jolie/

0,08

404

Compiègne

0,08

404

Évreux

0,06

297

Tableau 3 : Connectivité (Monde) – 3.1 : Bassin parisien

* Rapportée à la plus forte valeur
** Paris et les communes des départements limitrophes

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Londres

1,00

2711

Reading

0,23

620

Cambridge

0,18

499

Southampton

0,18

495

St Albans

0,14

381

Milton Keynes

0,13

365

Crawley – Gatwick

0,12

338

Bournemouth

0,08

225

Swindon

0,05

132

Tableau 3 : Connectivité (Monde) – 3.2 : Sud-Est anglais

Rapportée à la plus forte valeur

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Paris**

1,00

7279

Rouen

0,28

2036

Orléans

0,25

1835

Reims

0,21

1515

Amiens

0,15

1066

Marne-la-Vallée

0,13

954

Cergy-Pontoise

0,12

861

Roissy

0,11

827

Saint-Quentin en Yv.

0,11

823

Chartres

0,11

806

Évry/Melun/Sénart

0,11

780

Troyes

0,1

753

Le Mans

0,1

729

Meaux

0,08

549

Compiègne

0,07

528

Beauvais

0,07

528

Mantes-la-jolie

0,07

510

Évreux

0,05

375

Tableau 4 : Connectivité (Europe) – 4.1 : Bassin parisien

* Rapportée à la plus forte valeur
** Paris et les communes des départements limitrophes

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Londres

1,00

3092

Reading

0,22

694

Cambridge

0,20

628

Southampton

0,19

573

Milton Keynes

0,15

453

Crawley – Gatwick

0,12

377

St Albans

0,12

377

Bournemouth

0,09

275

Swindon

0,06

179

Tableau 4 : Connectivité (Europe) – 4.2 : Sud-Est anglais

* Rapportée à la plus forte valeur

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Paris**

1,00

4522

Rouen

0,36

1646

Orléans

0,32

1465

Reims

0,26

1158

Amiens

0,21

956

Cergy-Pontoise

0,17

785

Saint-Quentin en Yv.

0,16

736

Évry/Melun/Sénart

0,16

709

Chartres

0,16

721

Le Mans

0,16

705

Troyes

0,15

680

Marne-la-Vallée

0,14

639

Roissy

0,12

530

Compiègne

0,12

540

Beauvais

0,1

468

Meaux

0,09

417

Mantes-la-jolie

0,09

404

Évreux

0,09

391

Tableau 5 : Matrice (National) – 5.1 : Bassin parisien

* Rapportée à la plus forte valeur
** Paris et les communes des départements limitrophes

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Londres

1,00

1432

Reading

0,52

739

Southampton

0,50

714

Cambridge

0,43

611

Milton Keynes

0,32

460

Crawley – Gatwick

0,31

445

St Albans

0,27

383

Bournemouth

0,23

324

Swindon

0,19

272

Tableau 5 : Matrice (National) – 5.2 : Sud-Est anglais

* Rapportée à la plus forte valeur

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Paris**

1,00

4049

Rouen

0,48

1939

Orléans

0,41

1661

Reims

0,35

1408

Amiens

0,32

1283

Chartres

0,28

1120

Cergy-Pontoise

0,27

1106

Troyes

0,25

1030

Évry/Melun/Sénart

0,24

966

Marne-la-Vallée

0,23

951

Saint-Quentin en Yv.

0,23

934

Le Mans

0,21

854

Compiègne

0,21

853

Beauvais

0,19

786

Meaux

0,19

781

Mantes-la-jolie

0,16

632

Roissy

0,15

589

Évreux

0,15

589

Tableau 6 : Matrice (Région) – 6.1 : Bassin parisien

* Rapportée à la plus forte valeur
** Paris et les communes des départements limitrophes

Régions Urbaines / Villes

Connectivité standardisée*

Nombres de liens

Londres

1,00

681

Reading

0,52

353

Cambridge

0,47

321

Southampton

0,39

263

Milton Keynes

0,34

231

Crawley – Gatwick

0,33

222

St Albans

0,31

211

Bournemouth

0,28

188

Swindon

0,26

176

Tableau 6 : Matrice (Région) – 6.2 : Sud-Est anglais

* Rapportée à la plus forte valeur

27Cependant, au-delà de ce premier constat, les cartographies montrent aussi des cas de figure sensiblement différents entre les régions métropolitaines de Paris et Londres. Pour la première, les relations estimées au sein de la région métropolitaine affichent une organisation principalement centre-périphérie : rares sont les entreprises disposant d’établissements à la fois dans l’agglomération parisienne et dans plusieurs villes secondaires. Ceci est d’ailleurs vérifié à la fois à l’échelle des villes moyennes du Bassin parisien comme Reims, Rouen, Orléans, Le Mans ou Amiens, mais aussi pour les pôles des franges de l’agglomération francilienne comme Melun, Meaux, Marne-la-Vallée, Cergy, Roissy ou Saint-Quentin-en-Yvelines. Dans le cas du Sud-Est anglais, l’organisation est plus complexe : on trouve certes des relations qui associent étroitement Londres et les sept pôles périphériques retenus mais on observe aussi des liens potentiels soutenus entre les pôles secondaires, contribuant à dessiner une organisation plus polycentrique. Ceci est particulièrement vrai pour les villes localisées dans l’Ouest du Sud-est anglais. Reading joue à ce titre le rôle de pôle secondaire articulant des flux potentiels provenant de Cambridge, Southampton, Swindon, Bournemouth ou Crawley-Gatwick.

28Les profils observés entre d’un côté l’organisation “multipolaire monocentrique” du Bassin parisien (Bourdeau-Lepage et Huriot 2005 ; Halbert 2007) et le polycentrisme relatif du Sud-Est anglais sont à mettre en perspective avec d’autres régions métropolitaines d’Europe du Nord-Ouest. La Randstad, Rhin-Main ou Rhin-Ruhr constituent des exemples encore plus approfondis d’organisation polycentrique des services aux entreprises, se calquant sur l’organisation morphologique de systèmes urbains eux-mêmes polynucléaires. Dortmund, Dusseldorf, Essen, Cologne, Bonn et Duisburg sont susceptibles d’entretenir des relations intenses. De même pour les pôles d’Amsterdam, Rotterdam, Utrecht, la Haye et Amersfoort (Hall et Pain 2006).

29La limite de cette analyse tient par hypothèse au caractère potentiel des échanges repérés par le modèle d’interconnexion. On infère des interactions, on ne mesure pas des échanges effectifs d’information, de personnes ou de capitaux. Les difficultés à produire des données permettant de mesurer des relations réelles incitent à proposer un autre protocole d’observation qui s’intéresse cette fois non pas tant à la cartographie des échanges qu’aux pratiques des professionnels des services aux entreprises.

Paris et Londres : des districts des services aux entreprises

  • 13  Les entretiens ont été menés à partir des entreprises recensées lors de l’analyse quantitative aux (...)

30Les entretiens semi-directifs13 réalisés avec des professionnels des services aux entreprises, des responsables d’entreprises et des associations professionnelles des secteurs concernés visaient à mieux comprendre les relations de production existant entre les deux régions métropolitaines de Paris et de Londres. Il s’agissait aussi, au sein de ces dernières, d’analyser les liens entre l’agglomération principale définie sommairement pour cette série d’entretiens comme le Grand Londres et comme Paris et ses trois départements limitrophes, et des pôles urbains plus périphériques.

  • 14  Pour le cas français, 65 entretiens ont été réalisés lors du programme Polynet ; une quarantaine d (...)

31148 entretiens ont été réalisés dans le Sud-Est anglais, dont environ un tiers avec des professionnels localisés dans le Grand Londres, et environ 110 pour la région métropolitaine de Paris14, répartis à part égale entre des professionnels exerçant dans la zone centrale (Paris et les départements limitrophes), dans les pôles situés sur les franges de l’agglomération parisienne (villes nouvelles, Meaux, Mantes, Roissy et Melun) et dans ceux des villes principales du Bassin parisien (Reims, Rouen, Orléans, Amiens notamment).

32Les entretiens ont été réalisés de manière semi-directive afin d’enregistrer un discours linéaire structuré par la fourniture de consignes secondaires lorsque nécessaire (Blanchet et Gotman 2003). Les entretiens ont duré entre 45 minutes et 2 heures. La consigne initiale présentait brièvement le programme de recherche, clarifiait les conditions de l’entretien (durée, respect du secret et conditions d’anonymat, modalités d’enregistrement) et s’achevait par l’énoncé des principaux thèmes qui ont organisé les récits : une présentation rapide de l’entreprise (histoire, marchés, modèles d’affaires), de l’établissement et de l’interlocuteur (formation, parcours, fonction dans l’organisation), une description de la localisation des principaux établissements au sein de la région métropolitaine concernée, une analyse détaillée de la nature, des formes et des modalités des interactions réalisées entre les différents établissements à la fois au sein de la région métropolitaine considérée mais aussi entre cette dernière et les autres régions métropolitaines européennes (au-delà donc des 7 régions couvertes par le programme de recherche Polynet). Il s’agissait d’observer non seulement les objectifs opérationnels et stratégiques poursuivis par les firmes dans leurs déploiements multi-sites mais aussi de renseigner les pratiques de manière concrète afin d’affiner la compréhension des interactions effectives entre les pôles urbains (et non plus potentielles comme avec le modèle d’interconnexion du GAWC). Le rôle, l’intérêt et les limites des différents modes d’échanges de l’information, à distance et en face-à-face, ont reçu une attention toute particulière faisant écho à des réflexions sur les modalités de la communication et sur leur influence dans le déploiement spatial des firmes (Storper et Venables 2004). La nature qualitative du travail ne vise pas à offrir une mesure des relations entre les pôles urbains mais à identifier les traits dominants des modalités de configuration spatiale et de relation professionnelle engagées par les professionnels des services aux entreprises. Les sections 3, 4 et 5 présentent les principaux résultats ressortant des entretiens. Ils peuvent aider à guider un travail proprement quantitatif mais n’ont pas vocation à s’y substituer.

Des entreprises face à la mondialisation : Londres et Paris, des districts de services aux entreprises

33Les entretiens ont montré la place prédominante de l’agglomération principale au sein des régions métropolitaines étudiées.

On est depuis six, sept ans ici. C’est très pratique d’être proche de l’ouest parisien, car on travaille beaucoup avec des entreprises de La Défense et Cergy. (…) Altran Technology est juste derrière. On est ici au cœur des clients et des entreprises du groupe. C’est la plus grosse concentration de clients et de sociétés du groupe, avant Londres et Bruxelles.” [Ingénierie, Entretien Bassin parisien n° 42]

34Ceci est vérifié pour Paris et Londres, mais aussi pour Francfort, Dublin, Amsterdam, Zurich et Bruxelles dans leur région respective. Dans cette perspective, les grands quartiers d’affaires, ne sont pas seulement les premiers pôles de localisation des sociétés de services avancés aux entreprises par les effectifs (lecture statique traditionnelle) mais sont aussi, en prenant en compte “l’espace des flux” de Castells (1996), des nœuds majeurs dans le dispositif productif en réseau que déploient ces entreprises de services.

“Hubs or super-hubs have become more important. The hubs are getting more powerful because, as they consolidate their critical masses, you more or less have to go to them.” [Banque, Entretien Sud-Est anglais, Référence Lon/B/W]

35Au sein de chacune des régions métropolitaines étendues, c’est bien dans ces lieux centraux, qui constituent les portes d’entrée de la mondialisation économique (Halbert 2007 pour le cas francilien), que les donneurs d’ordre, bien souvent des entreprises multinationales, trouvent les ressources humaines et matérielles (infrastructures de transports, de télécommunications, immobilier d’entreprise) nécessaires à leur activité. En retour, les professionnels des services aux entreprises accèdent aux clients de portée internationale qui réclament des compétences allant au-delà du simple service à un marché régional ou national. D’après les entretiens, les zones centrales de Paris et Londres sont des points névralgiques où se négocient des contrats de services internationaux de grande taille et à fort niveau de complexité.

The flow of transactions comes out of the US and into Europe through London so that if European law firms want access to international transactions they have to have a link into London, we’re a direct link to New York.” [Droit, Entretien Sud-est anglais, Référence Lon/L/G]

36C’est logiquement ici que les sociétés de services peuvent obtenir des contrats privilégiés avec des donneurs d’ordre qui mettent en place de leur côté des stratégies de production et de coordination de plus en plus transnationales (Berger 2006). L’agglomération centrale, à Paris ou Londres, est une place qui “branche”, au sens du splintering urbanism de Graham et Marvin (Graham et Marvin 2001 ; Graham 2002), les sociétés de services s’y implantant à des marchés d’échelle planétaire ou macro-régionale. Le “corporate complex” décrit dans la littérature (Coffey et al. 1996) prend alors la forme d’une relation symbiotique entre les sièges sociaux des multinationales et, par extension, l’ensemble de leurs activités tertiaires centrales d’une part, et les sociétés de services aux entreprises de l’autre.

37Les entretiens soulignent l’importance de la présence, à Londres et à Paris, d’équipes dont l’éventail de compétences est à la fois large (tous les métiers “à forte valeur ajoutée” d’une entreprise donnée y sont exercés) et spécialisé.

What we’re interested in is the infrastructure of where we are but the primary driver is workforce. So its us being able to ensure that we have access to a qualified and reasonably accessible workforce ... in London the fact that you’ve got a diverse and a very liquid, deep labour market is the primary consideration.” [Banque, Entretien Sud-Est anglais, Référence Lon/B/A]

38Dans une économie de l’innovation, la capacité des territoires à produire de l’intelligence collective constitue un atout majeur. A la City ou dans le 8ème arrondissement, les entretiens évoquent des échanges d’information codifiées ou tacites, des relations formelles ou informelles, l’importance d’effets de clubs, l’appartenance à des réseaux sociaux qui en font des “districts informationnels” dédiés aux services aux entreprises et qui rappellent les “nœuds néo-marshalliens” de la littérature (Amin et Thrift 1992).

Mes contrats viennent tous par mon réseau de relations. C’est un métier de réseautage qui marche uniquement par les relations et l’expérience. Personne ne connaît aussi bien que moi l’annuaire d’HEC. Donc il faut rester au milieu de ce réseau si on veut décrocher les missions.” [Management/Consulting, Entretien Bassin parisien n° 12]

La finance, c’est une histoire d’hommes. Il faut se voir. (…) Notre métier exige des relations basées sur la confiance parce que les gens y mettent leur argent. Vous ne donnez pas votre argent par un email.” [Banque, Entretien Bassin parisien n° 17]

39Les effets de milieu y sont sensibles jusqu’à l’échelle des quartiers où des professions se réunissent selon une micro-géographie qui constitue une institution informelle tant elle entre dans la codification et la reconnaissance entre ces professionnels. L’adresse n’est pas qu’une question de prestige évalué dans une métrique étalonnée sur la valeur des loyers (pour le dire vite, une stratégie de localisation qui viserait les prix les plus élevés comme signe extérieur de succès à projeter devant les clients potentiels). C’est aussi un dispositif qui permet de sélectionner et d’accéder à des entreprises voisines, physiquement et par la nature et la qualité de leurs activités. C’est un moyen de faciliter aussi des relations sociales qui sont nécessaires à la production des services.

This whole area – the market place is there in the room with the boxes and screens but actually it spills out into the immediate environment of this building in particular. A good example, I went down ... this morning when I had half an hour free ... and I had five conversations with people and picked up something interesting about what’s going on out of all five ... if I was a trader I’d probably have a multiple of that.” [Assurance, Entretien Sud-Est anglais, Référence Lon/I/T]

It’s lots of sort of chatter going on in pubs and you can often pick up who is on the move or things like that. If you just want to recruit people or generally just to know quickly what is going on in terms of clients really. I think a London presence is important in our business, it’s still you get the sense that you might be perceived to be parochial without it” [Publicité, Entretien Sud-Est anglais, Référence Adv 76].

40Comme pour de nombreux autres secteurs, les relations productives aux formes variées (partenariats avec des sociétés aux compétences complémentaires mais aussi concurrentes, organisation d’actions collectives, etc.) renforcent la compétitivité de ces capitales économiques engagées dans la mondialisation. En ce sens, et dans la limite d’un protocole d’observation qui ne prétend pas mesurer l’intensité des relations, les échanges informels jouent à plein dans la constitution de ces milieux.

Tout cela, c’est des alliances et des partenariats mais aussi plein d’arrangements et d’accords plus ou moins informels et plus ou moins limités dans le temps.” [Design, Entretien Bassin parisien n° 19].

41Cependant, il ne s’agit pas de considérer ces districts informationnels comme des milieux clos, au fonctionnement purement local. Entre clusters et réseaux (Hamdouch 2008), si des relations privilégiées facilitent la (co-)production des services sur une base territoriale, les entreprises de services organisent, dans le même temps, une mise en réseau de longue portée. Le déploiement spatial de clients qui développent eux-mêmes des stratégies globales entraîne non seulement la constitution de (mi-)lieux facilitant l’interface entre ces acteurs multinationaux et les spécificités réglementaires et culturelles des marchés régionaux ou nationaux qu’ils visent, mais aussi le développement de réseaux d’établissements à l’échelle globale par des sociétés des services qui se mondialisent à leur tour.

Two of my corporate companies for example, have subsidiaries all over the World. So the UK parent company is responsible for consolidating financial statements for all those subsidiaries. Our job is to make sure that our teams around the world audit the individual statements. For my biggest corporate clients the global HQ is here and another one that I look after is an American global HQ but they split their world into three, America, Australasia (including the Middle East and India) and Europe. So basically I am responsible for Europe.” [Comptabilité, Entretien Sud-Est anglais, Référence AC 26].

42Cette globalisation des sociétés de services renforce les interrelations de production entre les villes globales, et notamment entre les agglomérations centrales des régions métropolitaines européennes.

If we are the auditors in, say, the US, then that company will ask us to do the work in the UK. So if they have a subsidiary near here, then that would come to us. It’s basically the annual audit service and the tax compliance work. The specialist work will tend to be done wherever the UShead office is.” [Comptabilité, Entretien Sud-Est anglais, Référence AC79]

Concurrences et complémentarités entre les villes globales

43L’intensité des relations entre les agglomérations centrales offre un élément de compréhension pour éclairer des pouvoirs publics qui, sous couvert de mondialisation, ont tôt-fait d’assimiler soutien à la compétitivité de leurs économies régionales et politiques de concurrence inter-métropolitaine. La littérature a depuis longtemps évoqué la complexité des relations de compétition et de coopération entre les entreprises dans un capitalisme post-fordiste (Porter 1998 par exemple). Les entretiens réalisés ici nous encouragent à préciser ceci pour le secteur des services aux entreprises.

Une concentration dans des hubs

44Deux types de relations principales coexistent. La première renvoie aux “arbitrages” réalisés par les sociétés de services lorsqu’il s’agit d’éviter la redondance dans l’organisation géographique de l’entreprise. Au déploiement suivant une logique de proximité aux marchés qui supposerait la présence d’établissements dans toutes les grandes villes européennes peut succéder un redéploiement au profit d’une ville unique qui concentrerait toutes les fonctions ne nécessitant pas une proximité immédiate. Ces deux schémas d’organisation sont décrits dans la Figure 6. A gauche (6.1.), le schéma montre comment une entreprise peut ouvrir un établissement dans chacun de ses principaux marchés afin de rester au plus près de ses clients. Ceci correspond à l’idée résumée par l’un de nos interlocuteurs :

Nous allons où sont tous les autres, nos clients et nos concurrents.” [Comptabilité, Entretien Bassin parisien n° 6]

45A droite (6.2.) la figure montre une organisation privilégiant cette fois une concentration de la plupart des effectifs dans un établissement-hub et le recours à une mobilité temporaire forte pour rejoindre les clients lors des phases nécessitant une coprésence effective (contractualisation, spécification, livraison, etc.). Observons que la mise en place de tels hubs fonctionnels résulte des mêmes facteurs qui poussent à la dispersion des activités dans des plateformes de traitement offshore à l’autre bout de la planète. Le regroupement dans une ville-hub n’est possible qu’à mesure de l’intensification de la fragmentation des tâches au sein des activités de service, fragmentation qui s’accroît grâce aux avancées techniques en matière de circulation de l’information à distance (NTIC) et à l’accélération des échanges physiques entre les métropoles européennes.

Ce qui tient tous nos bureaux ensemble, c’est la mobilité de nos collaborateurs, les projets que nous avons en commun, et notre système informatique parce que tous nos outils virtuels sont partagés, depuis les sites intranet jusqu’à nos bases de données. ” [Publicité, Entretien Bassin parisien n° 11]

46La suppression d’établissements dans certaines villes ou, de manière plus plausible, la réduction de leurs effectifs pour n’y maintenir que des fonctions nécessitant la proximité immédiate des clients (équipes commerciales et prestataires directs par exemple) pourrait ainsi être liée à la mise en place de solutions de communication à distance. Les entretiens montrent nettement l’importance du réseau TGV dans le Nord-Ouest de l’Europe. Une infrastructure capable de relier les principaux pôles d’affaires du centre des agglomérations peut constituer une incitation au regroupement des équipes dans un établissement unique. À ce titre, la métropole londonienne est bien placée, notamment pour les activités de services financiers et les services avancés travaillant pour des multinationales extra-européennes (Amérique du Nord, Asie). Plusieurs entretiens ont fait état de réflexions en cours sur les possibilités de redéploiement de leurs activités, notamment depuis Paris vers Londres dans le secteur financier, mais aussi d’une manière plus générale entre les grandes villes d’Europe du Nord-Ouest.

47Cependant, cette première tendance est contrebalancée par une dynamique parallèle, observée parfois dans les mêmes entreprises mais pour d’autres fonctions, qui renvoie à des stratégies de mise en réseau des établissements situés à Paris et à Londres. Loin de jouer uniquement la carte de la concurrence entre deux villes, ces entreprises privilégient alors la complémentarité des compétences pour améliorer l’efficacité de leur modèle de prestation de service, ce qui a pour effet de renforcer l’intensité des interactions entre Paris et Londres.

Figure 6 : Déploiement spatial des sociétés de services aux entreprises

Multi-localisation : être à proximité des marchés

48Quelles sont les complémentarités privilégiées dans ce cas ? Bien souvent, ce sont des stratégies de conquête de marchés (logiques commerciales, cf. Figure 7) qui président à la mise en réseau entre les établissements. L’un de nos entretiens en fournit un exemple (Entretien Bassin parisien n° 32) : un cabinet d’avocats d’affaires du 16ème arrondissement a été sollicité par une multinationale de l’énergie localisée en région francilienne qui souhaitait pénétrer le marché britannique. Pour répondre au besoin de son client, le cabinet parisien s’est appuyé sur les compétences de l’établissement londonien de ce même cabinet d’avocats international. Ceci se produit dans le cadre d’établissements aux compétences relativement voisines et qui travaillent de manière autonome sur leurs propres marchés régionaux et nationaux. La figure 7.1 en rappelle les grandes lignes : il s’agit pour une société de service de suivre son client dans une autre région métropolitaine en le mettant en contact avec un autre établissement du groupe capable de lui fournir le même type de prestation. Les relations sont celles d’apporteur d’affaires, et, une fois la relation contractuelle établie, de suivi et de conseil du client à distance, notamment dans le cas où des difficultés surgiraient avec l’établissement londonien recommandé. C’est pour maximiser ce premier type de synergie commerciale que les majors de certains secteurs des services ont entrepris une expansion dans de nombreux marchés métropolitains, en ouvrant de nouveaux bureaux ou en rachetant des entreprises locales. On aurait cependant tort de limiter la dynamique aux seuls grands groupes du service. Il ne s’agit pas uniquement de quelques majors du consulting, de l’audit ou de la communication qui s’efforcent d’accompagner les grands noms du CAC40 dans leur déploiement à l’international. Les PME-PMI sont elles aussi engagées aujourd’hui dans le développement de leurs propres marchés de niche à l’international. Incapables de se doter en interne des compétences de professionnels des services avancés qui pourraient les aider à négocier leur expansion (par exemple en recrutant un juriste international spécialisé dans la propriété intellectuelle), elles aussi font appel à des prestataires de services pour les accompagner. Elles peuvent avoir recours aux majors des services aux entreprises mais aussi aux petites sociétés de conseil indépendantes qui les accompagnaient traditionnellement sur le marché national (expertise comptable, conseil en droit du travail, etc.). Pour répondre aux attentes de leurs clients en cours de globalisation, ces “petites” sociétés de service aux entreprises ont elles aussi engagé leur propre mondialisation, en s’affiliant à des réseaux internationaux (alliances d’experts-comptables ou de cabinets d’avocats par exemple).

On ne peut pas être partout dans le monde. Nous n’avons pas d’autres choix que de trouver des partenaires et de mettre en place des alliances.” [Logistique, Entretien Bassin parisien n° 34]

49De telles PME de service gagnent alors à la fois une exposition mondiale (ce réseau peut être un apporteur d’affaires lorsque des entreprises étrangères s’installent en France ou au Royaume-Uni) et étoffent leurs propres portefeuilles de compétences pour continuer de séduire une clientèle locale qui est de plus en plus tournée vers des marchés mondiaux.

50Une idée reçue consiste à croire que ces résultats ne valent que pour les sociétés de services aux entreprises localisées dans des villes globales comme Paris ou Londres. Dans toutes les villes secondaires analysées, à Reading comme à Orléans, des tendances similaires sont à l’œuvre : l’accompagnement à l’international des entreprises “locales” entraîne des recompositions pour les sociétés de services aux entreprises elles aussi traditionnellement “locales”. Ces dernières sont alors tenues de s’insérer dans des alliances, certes plus ou moins actives, avec d’autres cabinets dans les grandes régions métropolitaines du monde.

Multi-localisation : mobiliser la complémentarité des compétences

51Un second type de complémentarités inter-métropolitaines est observé lorsque les compétences des établissements de services aux entreprises sont fortement différenciées entre deux villes. On se situe alors ici dans le cas de synergies productives plutôt que commerciales ce dont témoigne la Figure 7.2. Il s’agit en fait pour un établissement de faire appel aux compétences rares d’une autre équipe localisée dans une aire métropolitaine suffisamment accessible pour rendre la production du service possible. Plusieurs entretiens ont souligné que la possibilité d’effectuer l’aller-retour dans la journée était un bon indicateur de la portée acceptable en la matière. L’un des entretiens en offre un exemple (Entretien Bassin parisien n° 81) : une société de conseil en immobilier localisée à Paris a obtenu un contrat de service avec un investisseur britannique cherchant à développer une plate-forme logistique en Ile-de-France. L’avantage comparatif qui a permis de convaincre cet investisseur de faire appel à cette entreprise a reposé sur la mobilisation des compétences d’un collaborateur, spécialiste de l’immobilier logistique, basé pour sa part à Londres. Concrètement, la mise en réseau entre les deux villes s’est traduite par des échanges de nature variée :

  1. une circulation des personnes et des idées : allers-retours entre Londres et Paris tantôt du spécialiste de la logistique basé à Londres, tantôt du responsable du dossier localisé à Paris se déplaçant pour rencontrer son client britannique (le rôle de l’Eurostar est critique en ce cas) ;

  2. des échanges d’information décrits comme “soutenus et intenses” reposant principalement sur des courriels et de “longues” séances téléphoniques (conférence téléphonée en interne au cabinet de conseil immobilier entre Paris et Londres et/ou avec le client) ;

  3. une circulation de capital avec le partage du contrat de prestation de service entre les établissements de Londres et Paris, puis, dans des proportions financières largement plus élevées, avec la réalisation effective de l’investissement, depuis l’investisseur britannique vers le détenteur du foncier en Ile-de-France.

52Tout cela participe des multiples formes de la mise en relation entre les deux régions. La liste n’est d’ailleurs pas exhaustive. L’entretien n’a évidemment pu dresser une cartographie complète de toutes les idées et contacts que le professionnel britannique de la logistique, par exemple, a su rapporter de ses séjours à Paris, enrichissant encore la densité et la nature des liens entre les deux villes. Ceci illustre d’ailleurs les limites de toute approche empirique en la matière : si l’on parvient à dégager les grandes lignes des interactions métropolitaines, il est impossible d’être exhaustif. Nos entretiens montrent cependant que les professionnels très spécialisés, dotés de compétences rares qui les amènent à circuler entre les grandes places économiques, contribuent au jour le jour à la mise en réseau des régions métropolitaines. Le spécialiste de la logistique, dont le profil associait un niveau de qualification élevé à une longue expérience de son métier, est à ce titre exemplaire d’un processus de métropolisation porté par une “élite économique globale” (Sassen 2002) qui négocie des savoirs considérés comme stratégiques par leurs clients internationaux. Ceci atteste de manière empirique du lien entre mondialisation des firmes, économie mobilisant des savoirs complexes et renforcement du réseau inter-métropolitain (Veltz 2005).

Figure 7 : Relations commerciales et productives dans les sociétés de services aux entreprises

53Dans ce contexte, la compétitivité des économies métropolitaines, et en particulier des villes principales à l’image de Londres et de Paris, ne se fait pas exclusivement sur le mode de la concurrence mais aussi par la mise en réseau de ressources au sein des sociétés de services aux entreprises. Précisons que ces relations de co-production du service entre des établissements situés dans plusieurs régions métropolitaines ne se font pas, contrairement à l’une des hypothèses du modèle d’interconnexion du GAWC, hors de toute hiérarchie. Au sein des sociétés de services aux entreprises, et malgré l’existence de pratiques de travail en réseau, les fonctions spécialisées ont tendance à se localiser soit à proximité du centre de décision principal des clients, soit à proximité du “milieu professionnel” offrant les ressources les plus adaptées pour réaliser ces activités spécialisées. Un interlocuteur d’une banque dont le siège mondial est situé en région francilienne envisage de relocaliser certaines activités très spécialisées à Londres. Les raisons invoquées renvoient à la fois à la crédibilité qu’offre la place financière britannique, à la qualité de la main-d’œuvre et à la porte d’accès aux clients non-européens que constitue désormais la capitale britannique.

Banque française: “We’re here for two reasons – one is that we have an ambition to be an international bank and you can’t be an international bank unless you have something in London. The other is that the exposure to London markets and London personnel and the ways of doing things in London is something we want to gain experience of and communicate through the rest of the French Group.” [Banque, Entretien Sud-Est anglais, Référence Lon/B/X]

54Ce constat ne vaut pas seulement pour la région métropolitaine de Paris qui peut de son côté se prévaloir de la présence de grandes entreprises nationales et internationales soutenant un niveau élevé de demande pour d’autres services (Halbert et Petit 2007). C’est aussi vrai pour des régions métropolitaines d’Europe du Nord-Ouest à l’image de Francfort, Amsterdam ou Bruxelles. Les entretiens ont renvoyé une impression générale sur la place croissante de la région britannique qui serait à la fois plus ouverte, attractive pour les professionnels très qualifiés et cumulerait des avantages appréciés des investisseurs et des entreprises internationales (en commençant par la maîtrise de l’Anglais et des réglementations économiques, sociales et fiscales jugées plus accommodantes que dans nombre d’autres pays européens voisins). Est-ce à dire qu’il faut y lire le signe d’une menace pour les autres régions métropolitaines du continent ? Rien n’est moins certain. Les recherches de Pain et Hoyler (présentées notamment dans Beaverstock et al. 2001) rappellent que le poids dominant de Londres dans les services financiers s’accompagne de complémentarités de plus en plus fortes avec Francfort, cette dernière semblant finalement bénéficier de ses relations avec la City plutôt que d’en pâtir. Selon ces auteurs, la mise en réseau de ces places financières ne serait pas synonyme d’appauvrissement du champion allemand mais signe d’une relation à somme positive pour les deux économies métropolitaines. Dans le cas de Londres et de Paris, il semble hâtif de considérer que le succès (relatif) de la région londonienne se fasse uniquement au détriment de la métropole parisienne. Les entretiens que nous avons réalisés tendent à souligner l’existence d’effets d’entraînement de Londres sur Paris comme pour d’autres régions métropolitaines du continent : en tant que porte d’entrée de certains capitaux internationaux, la mise en place d’une division des tâches n’implique pas forcément une dynamique au détriment des autres régions métropolitaines. Le fait que Londres soit en passe de se positionner au sommet de la hiérarchie de certains services aux entreprises, en particulier dans le secteur financier, peut aussi être considéré comme une opportunité pour les grandes régions européennes en leur permettant de participer aux recompositions de l’économie contemporaine. Notons que ces relations de complémentarité peuvent exister dans d’autres sous-secteurs des services (ingénierie, architecture) et dans d’autres secteurs industriels (mode, automobile, aéronautique, etc.) selon d’autres hiérarchies urbaines en Europe où Londres n’est pas en situation “d’avant-poste”.

Polycentrisme fonctionnel des services aux entreprises : les deux modèles métropolitains de Londres et Paris

55Au-delà de la reconfiguration des relations entre les régions métropolitaines face aux processus de mondialisation et du renforcement de certaines complémentarités commerciales et productives, les entretiens ont souligné l’intensité des recompositions affectant la géographie intra-métropolitaine. Ceci permet d’éclairer de manière différente les schémas d’organisation obtenus par l’analyse quantitative de la seconde section de cet article, en particulier pour la nature des interactions entre l’agglomération centrale et les autres pôles de la région métropolitaine étendue. Par hypothèse, le modèle d’interconnexion inter-urbain développé par le GAWC repose sur l’idée que les professionnels d’une entreprise de services multi-localisés échangent en réseau. Les déploiements spatiaux et les relations inter-établissements revêtent à notre sens des formes plus complexes. On remarquera au passage que les observations réalisées à l’échelle inter-métropolitaine rejouent de manière spécifique à l’intérieur même des régions urbaines, tout comme elles s’expriment à une échelle supra-régionale, disons inter-continentale, confortant ainsi le brouillage des échelles en cours dans le processus de mondialisation. En d’autres termes, rappelons à quel point il est illusoire désormais de limiter l’analyse de la métropolisation à une échelle, par exemple, intra-régionale, mais qu’il faut au contraire s’efforcer d’expliciter des mécanismes transcalaires, communs à toutes ces échelles.

Des logiques de marché 

56L’hypothèse de la formation de Méga-Régions Urbaines repose sur l’idée que les régions urbaines globalisées telles que Londres ou Paris sont en train d’organiser de vastes systèmes métropolitains en réseau, d’échelle hecto-kilométrique. Le déploiement des activités de services avancés aux entreprises contribuerait de manière critique à tisser des relations productives intenses entre les aires urbaines qui constituent ces régions métropolitaines élargies. Dans cette perspective, on assisterait à des échanges de personnes, d’idées et de capitaux entre les différents pôles urbains qui contribueraient à inscrire les territoires dans une géographie des flux à travers des organisations en réseau.

57Cependant, l’analyse des entretiens montre que le premier motif d’ouverture d’un nouvel établissement dans un pôle secondaire d’une région métropolitaine donnée (ex nihilo ou par rachat d’une entreprise locale) correspond à un rapprochement auprès de marchés peu exploités jusqu’alors. Les entretiens réalisés dans des pôles secondaires comme ceux du Mans, d’Amiens, de Reading ou de Crawley ont souligné avant tout une transformation des stratégies commerciales des majors du consulting, de l’audit, de l’expertise-comptable ou de la publicité. À mesure que la concurrence s’intensifie dans le secteur des services et que les entreprises, y compris les petites et les moyennes, externalisent de plus en plus des activités traditionnellement traitées en interne, les sociétés de services aux entreprises développent des stratégies pour séduire des clients au-delà de leurs marchés traditionnels. Les grands comptes (quartiers généraux des multinationales des villes globales pour reprendre l’imagerie héritée de Friedmann 1986 par exemple) ne sont pas les seuls clients qui comptent : les PME localisés dans des petits marchés constituent désormais des opportunités de développement intéressantes.

la compétition croissante nous force à nous rapprocher des petits clients.” [Publicité, Entretien Bassin parisien n° 13]

58À l’échelle intra-métropolitaine, c’est bien la facilité de circulation, notamment de manière radiale à partir de la ville principale, qui freine l’ouverture de nouveaux bureaux dans les pôles secondaires, en particulier dans le cas parisien. Les conditions de mobilité semblent suffisamment bonnes pour que clients ou prestataires de services se déplacent, évitant ainsi les charges associées à la multiplication d’établissements dans des pôles urbains secondaires qui peinent par ailleurs à atteindre un seuil de clientèle suffisant.

59Il y a bien sûr des différences selon les secteurs : les sociétés d’expertise-comptable qui, pour des raisons de confidentialité et de sécurité notamment, ont besoin de travailler dans les locaux des clients, sont plus sensibles à la proximité physique que des sociétés de conseil ou d’audit. Parmi ces dernières, certaines ont ouvert des établissements dans le Bassin Parisien dans les années 1990. Depuis, elles ont fait le choix de recentrer leurs consultants dans le cœur de l’agglomération francilienne (voir les locaux d’Ernst & Young, Accenture, KPMG Audit, McKinsey, BCG), tout en continuant de servir à distance des clients locaux.

60Notons que la stratégie de déploiement commercial peut aussi se faire en sens inverse, c’est-à-dire depuis des établissements présents dans plusieurs villes secondaires vers l’agglomération principale (Londres ou Paris). Cette dernière constitue un horizon de développement pour des PME qui cherchent à élargir leur clientèle en les accompagnant vers le marché de l’agglomération principale. C’est le cas lorsqu’une petite société de service aux entreprises s’efforce de gagner des clients sur le marché francilien, ce qui en cas de succès peut se traduire par l’ouverture dans la région capitale d’un bureau de représentation commerciale, voire d’un établissement où certains services sont effectivement réalisés. Ce sont principalement ces stratégies de conquête de marché qui expliquent les liens centre-périphérie relativement importants entre les villes centres et les pôles urbains périphériques tant dans les cas de Londres que de Paris.

Assurance localisée au Mans : “Nous avons un bureau à Clichy parce que Paris reste la plateforme principale des rencontres dans notre métier. Ça nous permet de rencontrer nos clients sans les extraire de leur mode de vie parisien. En plus, comme nos parties-prenantes sont assez diversifiées, quand nous devons les rencontrer, c’est toujours plus simple de réunir tout le monde à Paris en une seule fois.” [Assurance, Entretien Bassin parisien n° 41]

61D’un point de vue académique, les entretiens soulignent ainsi l’une des limites les plus fortes du modèle d’interconnexion développé par le GAWC et testé dans la seconde section de cet article : le déploiement de bureaux dans plusieurs pôles au sein d’une région métropolitaine n’est pas forcément synonyme d’interactions effectives entre les différents établissements de l’entreprise mais peut correspondre à une simple logique de couverture des principaux sous-marchés régionaux, suivant ainsi une logique pilotée par la demande (Mérenne-Schoumaker et Moyart 2006). Le mécanisme en jeu n’est alors pas lié à des contraintes de production des services aux entreprises mais à la recherche d’un optimum de localisation entre les coûts liés à la distance que les entreprises clientes acceptent de supporter et la taille de la zone de chalandise nécessaire à la survie d’un établissement de service. C’est cette logique qui permet vraisemblablement de comprendre le poids croissant de Reading dans la géographie des services aux entreprises au sein du Sud-est anglais. Cette ville bénéficie de l’arrivée d’entreprises multinationales qui ont trouvé une offre immobilière adaptée à leur besoin à une distance peu élevée de l’aéroport d’Heathrow et pour des prix sensiblement moindres que ceux de la City.

It got stronger, because Deloitte Touche closed their Bracknell office and moved into Reading. KPMG are out at Arlington Business Park. PWC’s main Thames Valley office is in Reading. And the surveyors, likewise, tend to be here. The banks tend to have their regional headquarters in Reading. So, Reading is very much a sort of professional services centre. And, if anything, that’s definitely strengthened over the last 16 years” [Droit, Entretien Sud-Est anglais, Référence Law 19].

62De même, la connectivité potentielle importante relevée dans la section 2 de cet article entre Paris et des villes secondaires du Bassin parisien comme Reims, Rouen, Orléans ou Amiens ne correspond pas forcément à des relations de travail régulières entre ces villes. Il s’agit bien plus souvent de l’existence de sous-marchés dans ces différentes agglomérations qui, pour certains secteurs des services aux entreprises, ont atteint une taille critique permettant le développement de petits cabinets de services (expertise-comptable, droit, etc.).

Ville centre, villes secondaires : un schéma hiérarchique pour la région parisienne

63Au-delà de ces simples logiques de marché, le passage à des organisations multi-sites au sein d’une région métropolitaine pose cependant la question de la nature des relations qui existent entre les pôles secondaires et les villes centres. L’hypothèse du modèle d’interconnexion fourni par le GAWC est que les professionnels de ces sociétés échangent indifféremment avec les autres établissements dans une logique purement réticulaire. L’analyse des entretiens montre qu’il n’en va pas ainsi dans le cas francilien : les relations prennent une forme fortement hiérarchisée.

64Ceci tient tout d’abord à ce que les grands comptes (en fait les instances de décision de ces derniers) continuent de se localiser dans la ville principale. Les relations entre les pôles secondaires et les établissements de l’espace central tendent alors à se faire selon un découpage fonctionnel. D’un côté, la ville-centre (l’agglomération de Paris) est le lieu où les accords commerciaux et stratégiques sont négociés, de l’autre, les pôles secondaires réalisent l’exécution pratique du service au bénéfice de l’établissement local du client. Il y aurait donc là un découpage du travail reposant sur des complémentarités (fonction stratégique et commerciale vs. fonction d’exécution pratique de la prestation) plus que sur des compétences spécifiques propres à chaque pôle de la région métropolitaine. Ce résultat a été observé à Paris, Bruxelles, Amsterdam, Dublin ou Zurich et, dans une certaine mesure à Londres aussi.

some of our services are only available in London, like tax, construction, pensions but central core services are available locally from lawyers based here. If we have to bring in a tax lawyer, the clients don’t necessarily need to know about that. If it’s say, a corporate transaction any tax advice that may be needed can often be just taken on board by the corporate partner here who’s driving the deal. There are obviously situations where the client would be introduced by us to a lawyer in London and then go and meet the lawyer in London or come and have a meeting here” [Droit, Entretien Sud-Est anglais, Référence Law 19].

65Cependant, dans le cas du Sud-Est anglais, plusieurs entretiens ont pointé un fonctionnement finalement beaucoup plus polycentrique que pour ses voisines européennes.

Une organisation polycentrique dans le Sud-est anglais

66Dans les principaux pôles secondaires du Sud-Est Anglais comme Milton Keynes, Reading, Crawley-Gatwick, Southampton, Basingstoke ou Cambridge, s’il n’est pas question de rivaliser avec le centre de Londres par le nombre d’entreprises, les relations productives sont, semble-t-il, beaucoup plus complexes que dans les autres régions métropolitaines d’Europe du Nord-Ouest. Les entretiens réalisés dans le Sud-est anglais attestent d’une montée en compétence relativement récente, depuis une dizaine d’années environ, de pôles secondaires.

We feel we should be near the place where the people who give out work and make recommendations to clients are based. Over the last ten years I think that the accountants gradually, banks and accountants used to be in Bournemouth and Southampton and Reading and then over the last ten years a number of them moved out of Bournemouth and centred on Southampton. What now tends to be happening is that they are regionalising and saying well where shall we have our HQ and Reading has been winning quite a lot of those discussions” [Droit, Entretien Sud-Est anglais, Référence Law 3].

67Ces derniers offrent à la fois une large gamme de services aux entreprises déclinée pour les différents secteurs d’activités présents dans la région mais aussi, fait rarissime ailleurs, des spécialistes de haut niveau qui fournissent leurs compétences aux établissements de services présents dans d’autres villes de la région métropolitaine, sans recourir, comme c’est le cas ailleurs, aux établissements de l’agglomération principale. Il en résulte la mise en place d’un réseau à l’échelle régionale qui n’est pas simplement centre-périphérie mais aussi de plus en plus polycentrique, avec des échanges d’information, de compétences et de capital entre les pôles secondaires, indépendamment de Londres. Cette dernière permet certes d’accéder à des clients internationaux mais sans pour autant créer un effet d’ombre qui empêcherait le développement d’activités fortement spécialisées dans les pôles secondaires. A contrario, dans le cas parisien, la concentration des clients internationaux dans l’agglomération centrale est telle que les plus petits marchés secondaires du reste du Bassin parisien ne parviennent pas à développer des compétences rares qui leur permettraient de devenir des centres de ressources pour les établissements localisés ailleurs dans la métropole parisienne. En d’autres termes, pour bénéficier d’une compétence pointue dont il ne dispose pas dans ses effectifs, un établissement de services aux entreprises fait appel à ceux qui sont présents dans Paris mais jamais à ceux des villes secondaires.

68C’est à ce titre que Londres et le Sud-Est anglais montrent des processus d’émergence, voire de consolidation d’une Méga-Région Urbaine où certaines villes secondaires sont mises en réseau par des sociétés de services aux entreprises. Au contraire, le cas parisien ne permet pas d’observer l’émergence d’un tel réseau fonctionnellement polycentrique, du moins à l’échelle de la région métropolitaine étendue, et ceci qu’on la définisse dans un périmètre large – en incluant les villes moyennes de la ceinture des cathédrales (Rouen, Chartres, Orléans, Reims, Amiens) - ou restreint aux seules villes secondaires proches de la région francilienne comme celles de l’Oise. Au mieux observe-t-on l’ouverture d’établissements secondaires travaillant principalement avec et pour les établissements de l’agglomération parisienne, afin de servir un marché sous-régional faiblement lié aux pôles voisins. Comment expliquer ces deux modèles différents ?

Des modèles différenciés

  • 15  Il est légitime de poser la question de l’influence du protocole d’observation dans l’obtention de (...)

69Notons d’emblée que les entretiens n’ont pas montré des modes de production de la part des sociétés de services aux entreprises qui soient sensiblement différents entre les deux régions étudiées. Les explications renvoient à des facteurs exogènes15 que l’on résumera en trois points principaux.

La localisation des principaux clients

70Tout d’abord, on peut émettre l’hypothèse – qui n’a pas été testée en profondeur dans ce travail - que la géographie des clients des sociétés de services aux entreprises est différente entre les deux régions métropolitaines. Les établissements ayant fonction de donneurs d’ordre ou consommant beaucoup de services avancés implantés dans le Bassin parisien sont localisés avant tout dans le centre de l’agglomération francilienne, en raison notamment de la persistance de la concentration de certaines activités de décision et de commandement (Halbert et Petit 2007). Si Londres capte elle aussi la majorité de ces grands comptes, il semblerait qu’une proportion plus importante d’établissements d’entreprises multinationales se localisent dans la moitié occidentale de la région métropolitaine, en direction d’Heathrow et plus à l’Ouest, vers Reading par exemple. C’est en particulier le cas de nombreux établissements de multinationales nord-américaines, asiatiques et européennes qui y installent leurs établissements, en particulier dans les secteurs de l’industrie informatique ou des télécoms. Le nombre plus important de clients potentiels soutiendrait alors non seulement le développement de bureaux secondaires dans le Sud-Est anglais mais aussi l’investissement dans des compétences plus rares. On se trouverait ici face à un effet de franchissement d’un seuil quantitatif qui changerait la qualité des activités exercées dans les établissements de services aux entreprises. Ce procédé renvoie aux schémas explicatifs testés dans les modèles multicentriques de l’économie spatiale (Bourdeau-Lepage et Huriot 2005). Selon ces approches, en atteignant une certaine masse critique, un pôle urbain secondaire offre des externalités positives à des fonctions d’entreprises qui jusqu’alors étaient tenues de se localiser dans le centre principal de l’agglomération pour en bénéficier. Cette logique n’est pas observée dans le cas du Bassin parisien où les établissements donneurs d’ordre des multinationales semblent continuer de se concentrer dans l’agglomération francilienne.

Le rôle des politiques d’aménagement

71Notons cependant que ce facteur renvoyant à l’influence de la géographie des clients est à comprendre à la lumière de systèmes urbains fortement différenciés de part et d’autre de la Manche. Outre l’analyse par la demande, il convient donc aussi d’insister sur des facteurs spécifiquement régionaux pour mieux comprendre les différences d’organisation spatiale. Les politiques publiques en matière d’aménagement régional semblent avoir joué de manière significative (Hall 1995). Dans le cas de Londres et du Sud-Est anglais, l’une des priorités poursuivie par les différents plans d’aménagement, notamment le plan du Grand Londres de 1944, est la préservation d’une ceinture verte qui a contraint le développement urbain à se reporter au-delà de ce périmètre. Des villes secondaires éloignées ont bénéficié de la croissance démographique de la région métropolitaine de Londres. Ce mouvement s’est notamment appuyé sur les villes nouvelles planifiées en 1946 (New Towns Act) et dont la troisième génération (Milton Keynes, Basingstoke, Swindon) joue aujourd’hui un rôle important dans le redéploiement des activités de services aux entreprises. Dans le cas de la région métropolitaine francilienne, si les schémas directeurs ont pu s’inspirer de principes similaires (ceinture verte et villes nouvelles), leur application a favorisé un desserrement de plus courte portée. Saint-Quentin-en-Yvelines ou Roissy ont plus bénéficié des déconcentrations d’activités, notamment des sociétés des services, qu’Orléans ou Reims. Cependant, on a aussi montré ailleurs que ce desserrement à l’intérieur même de l’agglomération francilienne des activités de services aux entreprises concerne encore principalement des compétences plutôt banales ou renvoient à des fonctions de relations commerciales actant la re-localisation de certaines activités de leurs clients. A l’exception près des services à forte composante technologique qui peuvent accompagner physiquement les industries high-tech dans leur déménagement vers le quadrant technopolitain du sud-ouest (de Boulogne à Saint-Quentin-en-Yvelines, Véliz-Villacoublay et Saclay), la majorité des services aux entreprises sont restés dans le triangle centre-métropolitain (Paris affaires / Boulogne / La Défense) avec quelques reports plus récents vers les communes limitrophes de Paris (St-Denis, Montreuil, etc.) (Halbert 2004). Le rôle des politiques publiques en matière d’aménagement métropolitain n’est donc pas négligeable.

Le rôle des investisseurs immobiliers

72Ajoutons aussi qu’à mesure que les entreprises occupantes des locaux (bureaux en l’occurrence) externalisent la fonction immobilière, les stratégies de localisation des investissements de la part des fonds détenant désormais les actifs immobiliers doivent eux aussi être pris en compte dans la différenciation observée entre Londres et Paris (Halbert et Diziain 2006). Nous manquons encore d’études comparant le fonctionnement des filières d’investissement entre les deux régions métropolitaines (voir tout de même sur ce point le travail exploratoire de Roberts et Henneberry 2007). Cependant, on peut faire l’hypothèse que certains investisseurs anglo-saxons ont pris des risques plus importants en investissant massivement dans des bureaux situés dans des pôles secondaires périphériques du Sud-Est anglais alors que la filière francilienne s’en tient principalement à la zone centrale de l’agglomération parisienne, négligeant des villes secondaires du Bassin parisien (Halbert et Diziain 2006).

Conclusion

73Ce travail discute en premier lieu le modèle d’interconnexion proposé par P. Taylor pour qualifier les relations entre et au sein des villes mondiales. Au-delà des difficultés de mise en œuvre de la collecte de données dont la validité tient essentiellement à la crédibilité accordée aux informations présentes sur les sites Internet des entreprises cartographiées, les entretiens réalisés lors de ce travail ont montré plusieurs limites aux postulats du modèle. Premièrement, bien que les professionnels des services avancés soient mobiles et hyperconnectés, les relations entre établissements ne suivent que rarement un schéma purement réticulaire. Les échanges qui existent entre des établissements appartenant à une même entreprise de services avancés sont encore largement pris dans des relations se conformant à une organisation fonctionnelle et hiérarchique. Parallèlement, d’un point de vue géographique, ces relations ne s’affranchissent pas de la distance. Il paraît illusoire de croire qu’au nom de la facilité de communication, un bureau de consulting à Paris échange aussi intensément avec celui de Manille ou de Sao Paulo qu’avec son voisin d’Orléans ou de Londres, comme le modèle d’interconnexion du GAWC en fait l’hypothèse implicite. L’analyse des échanges d’information entre entreprises franciliennes à partir des télécommunications téléphoniques vers l’international montre l’importance d’une mondialisation qui se fait avant tout avec les voisins géographiques (Halbert 2007). Plus fondamentalement, l’enquête par entretiens réalisée pour cette recherche souligne combien le déploiement spatial des sociétés de services aux entreprises dans de multiples sites à l’échelle du monde ou au sein d’une même région métropolitaine ne signifie pas mécaniquement l’existence d’échanges entre ces derniers. Les logiques en jeu ne renvoient bien souvent pas aux modalités de production des services évoqués dans les postulats du modèle d’interconnexion (la mobilisation de compétences spécifiques disséminées de part le monde) mais à des logiques d’accès aux clients dans un contexte de concurrence accrue. La multi-localisation ne met pas dans ce cas des lieux en réseau mais atteste plutôt du cloisonnement relatif de certains sous-marchés. Les liens potentiels sensés être mis à jour par le modèle d’interconnexion restent donc bien souvent virtuels. Ceci explique d’ailleurs la différence observée entre la représentation du Bassin parisien obtenue par l’application du modèle du GAWC (section 2) et celle décrite dans la section 5 à partir de l’analyse qualitative.

74L’article discute par ailleurs l’hypothèse de l’émergence en Europe du Nord-Ouest de Méga-Régions urbaines telles que définies par Hall et Pain (2006) et distingue deux modèles. La région métropolitaine de Londres et du Sud-est anglais témoigne bien d’un processus de renforcement d’un réseau d’établissements de sociétés de services qui opère une division des tâches complexes, y compris entre les pôles secondaires. Au contraire, les modalités de l’organisation parisienne ne montrent pas une même capacité de maillage : les relations prédominantes au sein des sociétés de services aux entreprises multi-sites dans le Bassin parisien sont avant tout déterminées par des relations directes entre l’agglomération parisienne et des pôles périphériques. Ce n’est que très rarement que des relations transversales, ignorant Paris, sont observées. En ce sens, il semble que la Méga-Région Urbaine organisée par le redéploiement des activités traditionnellement centrales des services aux entreprises ne soit qu’une des formes de recomposition en cours des métropoles. Certes, le Sud-Est anglais est de plus en plus fonctionnellement intégré et polycentrique au regard de ce type d’activités, mais ceci n’empêche pas, à l’image du cas parisien, l’approfondissement d’une division des tâches de forme multipolaire monocentrique. Les processus de métropolisation ne sauraient donc être réduits à un placage du concept de ville globale aux régions métropolitaines. On se gardera d’ailleurs de lire dans ces modalités d’organisation spatiale différenciées une explication aux différences potentielles de destins économiques des deux régions métropolitaines de Londres et Paris. Des travaux montrent que l’efficacité économique (mais aussi les solidarités sociales et la durabilité environnementale) ne semble pas corrélée de manière significative avec le degré de polycentrisme d’un territoire donné (Vandermotten et al. 2008). Notre travail empirique rappelle quant à lui que dans ce cas, il en va de même en géographie qu’en matière de développement économique : malgré un même processus général de globalisation économique, l’organisation spatiale des métropoles continuent d’offrir une diversité des trajectoires, loin de toute homogénéisation de l’urbain.

75Ce travail montre que malgré des organisations régionales différenciées, les deux métropoles s’appuient avant tout sur les têtes de réseau constituées par les agglomérations de Londres et de Paris. Ceci plaide tout d’abord pour la prise en considération, en particulier en matière de politique économique, de périmètres dépassant ceux de la seule ville-centre et s’étendant à l’ensemble de la zone dense afin de mieux adhérer à l’inscription en cours des régions métropolitaines dans une économie mondialisée. Par ailleurs, notons que dans ce contexte, la compétitivité de ces régions - qui sont souvent considérées comme des moteurs économiques pour leurs territoires nationaux - ne se fait pas (uniquement) sur le mode de la concurrence entre les deux champions européens. Si l’attraction de capitaux et de compétences mobiles tend à certains moments de la vie des entreprises à placer Paris et Londres en concurrence, on comprend aussi que les stratégies de multi-localisation des firmes de services mettent en relation des établissements qui recherchent des effets de synergie commerciale ou productive. Les entreprises analysées ici participent non pas uniquement d’une concurrence qui se serait accrue (Gordon 1999) mais aussi de l’élaboration de complémentarités qui incitent alors à ré-évaluer les approches concurrentielles privilégiées par nombre de pouvoirs publics. Le développement de coopérations ou d’actions collectives entre les principales métropoles européennes permettrait de dépasser un discours qui confond compétitivité et concurrence. Enfin, ce travail a montré à la fois la pertinence et les limites des approches qui, en suivant l’injonction de Castells (1996) s’efforcent de dépasser une géographie des lieux par une géographie des flux. Au-delà de la binarité entre lieux et flux, les entreprises de services génèrent et organisent des flux dans et depuis des lieux. D’une manière similaire, les mutations contemporaines, en particulier économiques mais pas seulement, liées à la mondialisation, encouragent à développer une lecture qui repose plutôt sur un gradient fluidité / fixité que sur des échelles figées distinguant le local et le global (Pain 2007 ; Halbert 2010). L’urbanisation du capital apparaît dans cette perspective comme un processus dialectique entre flux et lieux, les uns façonnant et étant façonnés par les autres, invitant ainsi à repenser les échelles géographiques comme un continuum transcalaire plus que comme des échelles juxtaposées (Halbert et Rutherford 2010). Le brouillage permanent des distinctions entre logiques intra et inter-métropolitaines des firmes présenté dans cet article en constitue une illustration.

Haut de page

Bibliographie

Amin A. et Thrift N., 1992, “Neo-marshallian Nodes in global Networks.” International Journal of Urban and Regional Research 16: 571-587.

Ascher F., 1995, Métapolis, ou l’avenir des Villes, Paris, Editions Odile Jacob.

Beaverstock J. V. Hoyler M., Pain K., Taylor P. J., 2001, Comparing London and Frankfurt as world cities: a relational study of contemporary urban change. , London, Anglo-German Foundation for the Study of Industrial Society.

Beaverstock J. V., Smith R. G., Taylor P. J., 2000, “World-City Network: A New Metageography?”, Annals of the Association of American Geographers 90(1) : 123 - 134.

Beckouche P., Damette F., 1993, “Une grille d’analyse globale de l’emploi.” Economie & Statistiques 270(10) : 37-50.

Berger M., 2005, Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée, Paris, CNRS Editions.

Berger M., Diziain, R., Halbert, L., Rousset-Deschamps, M. Thiard, P. (2006). Effets de débordement, polarisations économiques et stratégies d’acteurs en Ile-de-France et dans le Bassin parisien, Rapport final, Programme Organisation de l’Espace urbain et dynamiques économiques du PUCA. Paris, PUCA : 328.

Berger S., 2006, Made in monde : les nouvelles frontières de l’économie mondiale, Paris, Seuil.

Blanchet A., Gotman A., 2003, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan Université.

Bourdeau-Lepage L., Huriot J.-M., 2005, “On poles and centers: Cities in the French Style.” Urban Public Economics Review 3: 13-36.

Bristow G., Munday M., Gripaios P., 2000, “Call centre growth and location: corporate strategy; and the spatial division of labour” Environment and Planning A 32(3): 519-538

Castells M., 1996, The Information Age, Volume 1: The Rise of the Network Society, Oxford, Blackwell.

Cattan N., Pumain D., Rozenblat C., Saint-Julien T., 1999, Le système des villes européennes, Paris, Anthropos.

Coffey W., Drolet R., Polese M., 1996, “The intrametropolitan location of high order services: patterns, factors, mobility.” Papers in Regional Science 75(3): 293-323.

Coffey W. J., Shearmur R. G., 2002, “Agglomeration and Dispersion of High-order Service Employment in the Montreal Metropolitan Region, 1981-96.” Urban Studies 39(3) : 359-378.

Damette F., Scheibling J., 1995, La France, permanences et mutations, Paris, Hachette

ESPON 1.4.3. (2007). Study on Urban function. – Final Report, ESPON 1.4.3. programme 253.

Friedmann J., 1986, “The World City Hypothesis.” Development and Change 17(1): 69-83.

Friedmann J., 1995, “Where we stand: a decade of world city research” in Knox P. L. et Taylor P. J.,World Cities in a World System, Cambridge, Cambridge University Press,: 21-47.

Gemaca, 1996, Norhtwest European metropolitan regions : geographical boundaries and economic strcuture, Paris, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France.

Gemaca II, 2002, Performances économiques des régions européennes, Paris, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France.

Gilli F., 2002, “Déplacements domicile-travail et organisation du Bassin parisien.” L’Espace Géographique 4 : 289-305.

Gilli F., 2005, “Le Bassin parisien. Une région métropolitaine.” Cybergeo 305.

Gordon I., 1999, “Internationalisation and Urban Competition.” Urban Studies 36(5-6): 1001-1016.

Gottmann J., 1961, Megalopolis: the urbanized North-eastern Seabord of the United States, New York, 20th Century Fund.

Graham S., 2002, “Bridging Urban Digital Divides? Urban Polarisation and Information and Communications Technologies (ICTs).” Urban Studies 39(1): 33-56.

Graham S., Marvin, S., 2001, Splintering Urbanism, London, Routledge.

Halbert L., 2004, Densité, desserrement, polycentrisme et transformation économique des aires métropolitaines. Interpréter la concentration des activités d’intermédiation dans la zone centrale de la région francilienne. Paris, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Halbert L., 2004, “The intrametroplitain decentralization of Business Services in the Paris Region: Patterns, Interpretation, Consequences.”, Economic Geography 80(4) : 381-405.

Halbert L., 2005, “Les métropoles, moteurs de la dématérialisation du système productif urbain français : une lecture sectorielle et fonctionnelle (1982-1999).”, Bulletin de l’Association des Géographes Français 82(3) : 277-299.

Halbert L., 2007, “From sectors to functions : producer services, metropolisation and agglomeration forces in the Ile-de-France region.”, Belgéo 1 (Special Issue on The Advanced Services Sectors in European Urban Regions): 73-94.

Halbert L., 2007, “L’horizon des entreprises franciliennes vu par les appels téléphoniques” in. Mattei M.-F, Pumain D., Données Urbaines, Tome 5. Paris, Economica. 5 : 269-282.

Halbert L., 2010, L’avantage métropolitain, Paris, Presses Universitaires de France.

Halbert L., Diziain R., 2006, “Débordement et immobilier d’entreprise. Effets de débordement, polarisations économiques et stratégies d’acteurs en Ile-de-France et dans le Bassin Parisien” In Berger M., Diziain, R., Halbert, L., Rousset-Deschamps, M. Thiard, P. (2006). Effets de débordement, polarisations économiques et stratégies d’acteurs en Ile-de-France et dans le Bassin parisien, Rapport final, Programme Organisation de l’Espace urbain et dynamiques économiques du PUCA. Paris, PUCA : 81)136.

Halbert L., Petit T., 2007, Des sièges sociaux aux activités tertiaires centrales des grandes entreprises en Ile-de-France : développement économique, aménagement et réorganisations spatiales de l’économie métropolitaine, Paris, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France.

Halbert L., Rutherford J., 2010, “Flow-Place: Reflections on Cities, Commutation and Urban Production Processes” GAWC Research Bulletin 352.

Hall P., 1965, Les villes mondiales, Paris, Hachette.

Hall P., 1995, “Planifier les bassins métropolitains.” Metropolis 104-105: pp. 6-8.

Hall P., Pain K., 2006, The polycentric Metropolis. Learning from mega-city regions in Europe, London, Earthscan.

Hamdouch A., 2008, “Conceptualizing Innovation Clusters and Networks”, (http://ssrn.com/paper=1261972).

Heim C. E., 1987, “R & D, Defense, and Spatial Divisions of Labor in Twentieth-Century Britain.” The Journal of Economic History 47(2): 365-378.

Hepworth M. E., Green A. E., Gillespie A. E., 1987, “The spatial division of information labour in Great Britain”. Environment and Planning A 19(6) : 793 – 806

Julien P., Pumain D., 1996, “Fonctions stratégiques et images des villes.” Economie et statistique 294(1) : 127-135.

Lacour C., Puissant S., 1999, La métropolisation. Croissance, diversité et fractures, Paris, Anthropos-Economica.

Mérenne-Schoumake, B., Moyart L., 2006. “Les dynamiques de localisation des services aux entreprises ” in Gallouj C., Leloup F., Mérenne-Schoumaker B., Moyart L., Services aux entreprises et développement régional. Bilan et perspectives. Bruxelles, De Boeck Université : 65-105.

Nordregio, 2005, The role, specific situation and potentials of urban areas as nodes in a polycentric development, ESPON report 1.1.1.

Pain K., 2007, “The Urban Network Transformation: Planning City-Regions in the New Globalisation Wave.” GAWC Research Bulletin 225: http://www.lboro.ac.uk/gawc/rb/rb225.html.

Paulus F., 2004, Coévolution dans les systèmes de villes : croissance et spécialisation des aires urbaines françaises de 1950 à 2000, Paris, Université Paris I Panthéon -Sorbonne.

Philippe J., Léo P.-Y., Boulianne L. M., 1999, Services et métropoles : formes urbaines et changement économique, Paris, L’Harmattan.

Porter M. E., 1998, On competition Boston, Harvard Business Press.

Pred A., 1977, City-systems in advanced economies, London, Hutchinson University Library.

Pumain D., Saint-Julien T., 1989, Atlas des villes de France, Paris, Reclus,La Documentation Française.

Reich R. B., 1991, The Work of Nations. Preparing ourselves for 21st-Century Capitalism, New York, Vintage Books.

Roberts C., Henneberry J., 2007, “Exploring office investment decision-making in different European contexts.” Journal of Property Investment & Finance 25(3) : 289-305.

Rozenblat C., Cicille P., 2003, Les villes européennes. Analyse compartive, Paris, La Documentation Française.

Rozenblat C., Pumain D., 1993, “The Location of Multinational Firms in the European Urban System.” Urban Studies 30(10): 1691-1709.

Rozenblat C., Pumain D., 2006, “Firm linkages, innovation and the evolution of urban systems” in Taylor P. J., Derudder B., Saey P., Witlox F.. Cities in Globalization: Practices, policies and theories. London, New York, Routledge: 124-149.

Rutherford J., 2004, A Tale of Two Global Cities: Comparing the Territorialities of Telecommunications Developments in Paris and London, Aldershot, Ashgate.

Saint Julien T., 1982, Croissance industrielle et système urbain, Paris, Economica.

Sassen S., 1991, The Global City: New York, London, Tokyo, New York, Princetown University Press.

Sassen S., 2001, The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Sassen S., 2002. “Locating Cities on Global Circuits” in Sassen S., Global Networks, Linked Cities, New York, Routledge: Bulletin 46, pp. 1-36.

Scott A., Soja E., Agnew J., 2001, Global City-regions: Trends, Theory, Policy, Oxford, Oxford University Press.

Storper M., Venables A. J., 2004, “Buzz: face-to-face contact and the urban economy.” Journal of Economic Geography 4(4): 351-370.

Taylor P. J., 2004, World City Network: a Global Urban Analysis, New York, Routledge.

Thiard P., 1998, “Les mutations du système productif et de l’activité dans le Bassin Parisien.” Travaux de l’Institut de Géographie de Reims 25(97) : 31-58.

Vandermotte,C., Halbert L., Roelandts M. Cornut P., 2008, “European Planning and the Polycentric Consensus : Wishful Thinking ?” Regional Studies 42(8) : 1205 - 1217.

Veltz P., 2005, Mondialisation, villes et territoires L’économie d’archipel, Paris, Presses universitaires de France.

Veltz P., 2008, La grande transition. La France dans le monde qui vient, Paris, Seuil.

Wellhoff F., 1995, “Petite histoire de l’aménagement du bassin parisien”, Métropolis 104/105 : 9-12.

Haut de page

Notes

1  Les agglomérations de Paris et Londres concentrent respectivement 37 et 31 sièges "monde" du classement Fortune 500 en 2007 (voir (Halbert et Petit 2007))

2  Si les valeurs retenues sont légèrement différentes, la définition des R.U.F. repose sur des principes similaires à ceux employés par l’Insee pour définir les Aires Urbaines. Pour clarifier le propos auprès du lectorat français, on peut concevoir le périmètre spatial de la MRU comme un ensemble d’aires urbaines spatialement contiguës.

3  Dans ce cas, on a inclus les régions urbaines fonctionnelles des départements considérés dans la littérature comme relevant du Bassin parisien (Gilli, 2005).

4  On s’intéresse ici à la manière dont la conduite du travail est menée, et en particulier comment le service est produit pour (et avec) le client final, tout en mobilisant, bien souvent, des intervenants nombreux, dans ou en dehors de l’entreprise.

5  Pour une cartographie des activités de services aux entreprises en France, on consultera notamment : Pumain et Saint-Julien 1989 ; Paulus 2004 ; Halbert 2005.

6  Les auteurs remercient Maude Sainteville et Renan Combreau pour leur aide.

7  Pour mémoire, un pôle urbain est constitué par au moins 20 000 emplois et une densité supérieure à 7,5 actifs / ha.

8  D’un point de vue pratique, la collecte des données a été réalisée par ordre décroissant de taille des entreprises (chiffres d’affaires). Dans le cas où les données se sont avérées trop difficiles à obtenir et/ou à vérifier pour une entreprise, l’enquêteur passe à l’entreprise située immédiatement après dans le classement.

9  L’attribution des modalités à chaque établissement relève d’une appréciation réalisée lors de la collecte de données. Si l’on ne peut exclure un caractère arbitraire dans la décision, les possibilités d’erreur ont été réduites en imposant une démarche conservatrice : la valeur 2 est attribuée par défaut à tous les établissements. Ce n’est que lorsque des informations sur la portée extra-locale d’une activité sont recensées que la valeur 3 est attribuée.

10  Le nombre de pôles urbains est plus élevé dans le cas français car l’on a souhaité tester l’importance des relations entretenues par le centre parisien avec des villes plus éloignées appartenant au Bassin parisien – la route des cathédrales pour le dire vite – mais aussi avec des villes plus proches situées au sein de la région francilienne comme Meaux, Melun et certaines villes nouvelles. C’est aussi ce qui explique le nombre plus élevé d’entreprises analysées dans le cas parisien ainsi que le choix de considérer le pôle central parisien comme l’ensemble des communes et arrondissements de Paris et des trois départements limitrophes.

11  Le choix d’un nombre limité à 6 régions urbaines a été guidé par la méthodologie associée au programme de recherche Polynet : pour garantir la comparabilité des résultats, il a été choisi de ne retenir que le plus petit dénominateur commun aux différents pays de l’étude, en l’occurrence celui des Pays-Bas avec ses 6 grandes villes nationales.

12  Cette liste reprend celle proposée par P. Taylor (2004)

13  Les entretiens ont été menés à partir des entreprises recensées lors de l’analyse quantitative auxquelles nous avons adjoint des entreprises permettant de compléter la compréhension de certains pôles urbains plus secondaires. Nous avons contacté des cadres susceptibles de poser un regard stratégique sur leur organisation (responsable en développement et projet d’entreprise, responsable immobilier et implantations, etc.). Les entretiens ne visent pas une évaluation quantitative fine (qui aurait nécessité un nombre plus important de cas pour prendre en compte les différents secteurs et les différents pôles urbains). Il s’agit avant tout d’expliciter les stratégies sous-jacentes aux configurations spatiales observées, en particulier à partir de l’analyse des modalités de production effective du service par les professionnels des secteurs concernés.

14  Pour le cas français, 65 entretiens ont été réalisés lors du programme Polynet ; une quarantaine d’autres ont été réalisés par la suite.

15  Il est légitime de poser la question de l’influence du protocole d’observation dans l’obtention de deux modèles fonctionnels différenciés. Par souci de rigueur, rappelons que les entretiens ont été réalisés et analysés par deux équipes distinctes, l’une française, localisée dans le cœur de l’agglomération parisienne, l’autre britannique, située à Loughborough aux marges du Sud-Est anglais. Afin de réduire un biais éventuel qui pourrait être lié à des sensibilités différentes de la part de ces deux équipes, la recherche s’est appuyée sur un même guide d’entretien, un procédé similaire d’administration des interviews et une attention particulière à la convergence des méthodes d’analyse (analyse thématique dans les deux cas). L’on espère avoir réussi à minimiser les discontinuités possibles entre les deux équipes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 1 : Graphique rang-taille des Régions Urbaines Fonctionnelles (Bassin parisien et Sud-Est anglais)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-2.png
Fichier image/png, 164k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-3.png
Fichier image/png, 240k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-4.png
Fichier image/png, 9,2k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-6.png
Fichier image/png, 119k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23337/img-7.png
Fichier image/png, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Halbert et Kathy Pain, « Services globaux, géographies locales : les services aux entreprises dans les métropoles de Londres et Paris », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 510, mis en ligne le 19 novembre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23337 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23337

Haut de page

Auteurs

Ludovic Halbert

LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés), Université Paris-Est, UMR 8134, 6-8 av. Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Marne la Vallée Cedex 2, France. Tel : + 33 (0)1.64.15.38.39. Fax: + 33 (0)1.64.15.36.00. Email: ludovic.halbert@enpc.fr

Kathy Pain

ALDAR Professor of Real Estate Development, School of Real Estate & Planning, The University of Reading, Whiteknights, Reading. RG6 6UD. Tel : 0118 378 8175, k.pain@reading.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page