Navigation – Plan du site
2010

Guérin-Pace F. et Filippova E. (dir.), 2008, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube

Bernard Debarbieux

Texte intégral

1Ce livre collectif constitue une contribution significative à la montée en puissance du concept d’identité dans les sciences sociales au sein du monde francophone. Mais il le doit plus à la diversité de ses contenus qu’à la mise à disposition d’une proposition forte qui leur serait commune ou transversale.

2L’ouvrage est issu d’un séminaire pluri-disciplinaire organisé à l’INED en 2007 à l'initiative des deux directrices de l’ouvrage, France Guérin-Pace, géographe, et Elena Filippova, anthropologue. En 2006, en compagnie d’Yves Guermond, France Guérin-Pace avait déjà initié une discussion comparable, mais entre géographes cette fois, qui avait débouché sur un numéro thématique de l’Espace Géographique (2006, No.4).

3Les 15 contributions que contient ce livre présentent une diversité de points de vue et d’exemples qui en constituent la richesse et permettent au lecteur de trouver quantité de pistes d’analyses et d’illustrations de la question. La question est celle du rôle des lieux, de la mobilité, des territoires et des temporalités qui leur sont relatives dans la construction des identités individuelles, collectives et institutionnelles. Un vaste programme donc qui trouve son unité dans l’idée, désormais largement acquise, que l’identité est un construit, contingent, et non une essence.

4Unité relative toutefois car on trouve notamment une très intéressante proposition de Hervé Le Bras qui s’en écarte radicalement. Il retravaille et raffine un modèle de l’économiste Schelling relatif à la répartition spatiale d’individus de types différents selon le degré d’intolérance qu’ils éprouvent entre eux. Cet exercice, parfaitement bien mené, le conduit à l’analyse de la construction d’entités plus ou moins homogènes, dotées donc d’une certaine identité spatiale, mais sans jamais s’interroger sur les identités individuelles et collectives des individus correspondants. Mais le concept d’identité permet cela aussi.

5Les autres textes s’intéressent principalement aux identités autres, celles des individus, des collectifs et des institutions. Cela ne les empêche pas d’être aussi très divers. Celui d’Yves Guermond, consacré à l’identité nationale, adopte un point de vue assez naturalisant, l’interrogation portant sur les configurations spatiales et les attributs correspondant à ce type d'identité. D’autres, plus nombreux, adoptent le point de vue, subjectif donc, des personnes dont on questionne les identités personnelles et collectives ; c’est notamment le cas du texte des directrices de l’ouvrage, combinant les résultats de la très intéressante et ambitieuse enquêteHistoire de Vie(2003), conduite par l’INSEE et l’INED, et ceux de l’analyse de nombreuses trajectoires de vie collectées dans la foulée ; c’est aussi le cas de celui de Maria-Laetitia Helluy-des Robert qui exploite deux séries d’entretiens compréhensifs réalisés en France en 2000 et de celui de Catherine Armanet sur les lieux de sépulture choisis par les Français. Dans la même veine, mais à distance de données de terrain précises, Yannick Sencébé propose une grille d’analyse conceptuelle des rapports entre identités contemporaines et lieux qui conjugue élégance et efficacité.

6Pour plusieurs auteurs, c’est l'entité spatiale qui fournit le cadre à l’analyse : les Landes sont étudiées au regard du degré croissant d’attachement que les habitants manifestent à l’égard de ce département (Julien Aldhuy) ; l’histoire de la ville de Padang (Malaisie) est excellemment retracée par Christian Giordano qui prend pour guide la constitution de groupes ethniques et linguistiques, dont les localisations et les identités sociales se font et se défont à la faveur des politiques impériales et de l’indépendance ; les différentes échelles de définition identitaires en Bretagne sont détaillées par Ronan le Coadic ; les conditions particulières et particulièrement contraintes de construction d’identité régionale dans un contexte transfrontalier – ici SarLorLux – sont présentées par Eric Aubertin ; Philippe Pesteil détaille le cas de la côte orientale de la Corse ; enfin, le quartier du Marais à Paris est étudié par Marianne Blidon en suivant la constitution d’une communauté gay mais en relativisant le rôle de cette dernière pour mieux mettre en perspective le rôle des stéréotypes de la ville contemporaine. Dans cet éventail d’illustrations locales ou régionales, les auteurs mettent l’accent sur ce que l’on appelle souvent les identités collectives et les images des territoires correspondants.

7Trois autres contributions s’attachent plutôt aux identités institutionnelles et aux identités sociales telles qu’elles sont travaillées par les institutions. Il s’agit d’abord de l’analyse par Vincent Veschambre de plusieurs initiatives de patrimonialisation dont l’auteur étudie les ressorts identitaires. Il s’agit ensuite du récit de la tentative avortée de rebaptiser la région Languedoc-Roussillon en Septimanie (Sylvie Sagnes) qui montre parfaitement bien comment peuvent entrer en concurrence et en conflit des stratégies d’image, des attachements individuels et des convictions politiques dès qu’il s’agit de donner et d’user d’un simple nom pour désigner un territoire ou un lieu de vie. Il s’agit enfin de la description, magistrale, que donne Kamel Kateb de la procédure adoptée par l’administration coloniale pour instaurer un état-civil en Algérie et aligner la désignation patronymique des indigènes sur le modèle métropolitain, le tout pour casser les identités tribales et fluidifier le marché foncier. Ce texte est un des rares, et un des meilleurs, qui ait jamais tenté de coupler une analyse de l’identification administrative des individus et une analyse des effets, attendus ou avérés, de cette procédure sur les identités collectives.

8Ce livre rassemble donc des textes d’une grande variété, cette variété portant autant sur les exemples, que sur les types d’identités visées, que sur les postures épistémologiques et méthodologiques adoptées. Il faut dire que le concept s’y prête. La diversité aurait été plus grande encore si des auteurs avaient été invités à parler d’autres pistes encore, très fructueuses : celle de la construction intersubjective des identités (au sens des ethnométhodologues), celle des identités comme mode d’être dans l’espace public, comme nous y invitent Hannah Arendt ou Charles Taylor, ou celle encore du rôle des constructions savantes, celles des géographes en particulier, dans la négociation ou la contestation des identités spatiales. Car tel est le prodigieux et vertigineux foisonnement des analyses et des commentaires sur le mot identité : il désigne des choses très variées – de l’identité d’un lieu à l’identité d’un sujet, en passant par l’identité administrative et l’identité collective – pour lesquelles les méthodes d’analyse sont plus ou moins fiables (l’identité personnelle étant le parent pauvre en la matière puisque la plupart des méthodes se contentent de les effleurer avec des questionnaires assez superficiels) et à l’articulation desquelles bien peu de chercheurs travaillent. Ce n’est pas la moindre vertu des textes de Guermond et de Kateb que d’avoir tenté l’exercice, au moins pour certaines des acceptions du mot.

9En revanche, on peut regretter que l’addition des textes, mais aussi sans doute leur discussion collective lors du séminaire préparatoire, n’ait pas permis sinon l’adoption d’un vocabulaire partagé (que d’acceptions différentes, explicites ou implicites ici, du “lieu”, du “territoire”, de “l’appartenance” et bien sûr de “l’identité”), du moins une mise en perspective des propositions et de leurs bases théoriques, ontologiques ou conceptuelles. Les directrices de l’ouvrage, sans doute soucieuses de donner de l’espace à un florilège de propositions au moment de la discussion de leurs propres recherches, ne semblent pas avoir été tentées par l’aventure. La tâche revient au lecteur, s’il n’est pas saisi par le vertige.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Guérin-Pace F. et Filippova E. (dir.), 2008, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23362

Haut de page

Auteur

Bernard Debarbieux

Université de Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page