Navigation – Plan du site
2010
511

Politiques de la fragmentation urbaine et violence, l’exemple de Kingston, Jamaïque

Urban fragmentation politics and violence, the case of Kingston, Jamaica.
Romain Cruse

Résumés

Cet article traite de la fragmentation socio-économique, ethnique, et politique de la capitale jamaïcaine, Kingston. Les acteurs et les enjeux de cette division géopolitique du territoire sont présentés. Il ressort de l’analyse des victimes de cette ségrégation (populations « noires » et pauvres concentrées dans une ville basse miséreuse) et des bénéficiaires (élites politiques et économiques, etc.). Si le mécanisme qui a conduit à la fragmentation ethnique, économique et politique de l’espace est explicite, et les responsables partiellement identifiés, il est indéniable qu’une certaine inertie du phénomène conduit plus subtilement à la reproduction de cette division dans l’espace culturel. Cette inertie est localement connue comme « syndrome de Lynch ».

Haut de page

Texte intégral

Les clichés présentés dans cet article sont, sauf indication contraire, l’œuvre du photographe Romain Philippon qui travaille régulièrement sur le terrain avec l’auteur. Qu’il soit ici remercié pour sa participation.

Introduction

1L’île caribéenne de la Jamaïque a fait irruption sur la scène médiatique durant les années 1970 en raison de l’émergence d’une trilogie indissociable : le “socialisme démocratique” mis en place par Michael Manley à un jet de pierre du Cuba révolutionnaire, la violence politique associée à la déstabilisation du régime et bien sûr le Reggae de Bob Marley. Nous avons détaillé ailleurs les liens qui unissent ces trois facettes – politique, culturelle et criminelle – de l’île (Cruse, 2010d).

2Le présent article revient sur les racines de la profonde fragmentation de la société jamaïcaine à travers l’étude d’un espace particulièrement segmenté : la capitale Kingston.

3En faisant appel à l’Histoire de la Jamaïque coloniale, nous nous interrogerons tout d’abord sur les raisons de la division actuelle de l’espace urbain selon des critères ethniques et sociaux. Comment expliquer en effet une organisation de l’espace faite de “quartiers ethniques”, véritables “ghettos” juxtaposés ? La construction d’un tel espace urbain s’est elle faite sous la contrainte d’une autorité raciste comme ce fut le cas en Afrique du Sud par exemple ? L’analyse de la construction historique de l’espace urbain de Kingston révèle la complexité de ces territoires segmentés qui abondent dans la région caribéenne.

4Dans un second temps, nous nous intéresserons à la deuxième ligne de fracture majeure de l’espace urbain jamaïcain : les divisions politiques. Nous nous demanderons à ce moment comment expliquer l’émergence durant le dernier demi-siècle d’enclaves regroupant des communautés homogènes de supporteurs de l’un des deux partis jamaïcains, au sein même des espaces déjà segmentés sur des critères ethniques et sociaux.

5Enfin, dans la dernière section, nous analyserons le morcellement des territoires criminels jamaïcains – ces espaces abandonnés par l’autorité de l’Etat au contrôle de groupes gérant bon nombre d’activités illégales.

6La violence qui caractérise la capitale Jamaïcaine est bien connue, particulièrement en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne où la guerre des gangs jamaïcains fut exportée à partir des années 1970 via les réseaux diasporiques. Les liens entre les milieux politiques jamaïcains, le principal service de renseignement des Etats-Unis (la CIA) et les gangs jamaïcains responsables de cette violence sont aujourd’hui bien connus (Gunst, 1994 ; Harriot, 2003, 2008 ; Cruse, 2009 ; Sives, 2010). La division de l’espace engendrée, si elle est largement commentée, a par contre été très peu analysée d’un point de vue géographique (Eyre, 1984). Les premières cartes tentant de représenter ce phénomène datent par exemple de 2009 (Cruse, 2009).

7Dans cet article, nous verrons en quoi les termes “ghetto” ou encore “communauté-garnison”, largement employés pour décrire les bidonvilles jamaïcains, dérivent de la segmentation de l’espace d’une société divisée. Nous tenterons de comprendre comment la tectonique des territoires morcelés – c’est à dire l’extension de certaines zones d’influences au détriment d’autres – engendre la violence caractéristique de la capitale du pays. Surtout, nous verrons comment ces divisions résultent bien souvent de politiques mises en place pour servir un objectif commun : la perpétuation du pouvoir d’une petite minorité ayant hérité de l’“économie de plantation modifiée”, c’est à dire une économie moderne largement ouverte sur les secteurs secondaires et tertiaires mais toujours organisée selon le principe de l’économie coloniale de plantation (Best, 2005 ; Girvan, 2007 ; Best et Levitt, 2009)

Fragmentation ethnique et sociale

8Kingston a connu une explosion démographique très récente et similaire au modèle suivi par des nombreux espaces urbains des pays périphériques (Davis, 2006). Ceci apparaît clairement sur les cartes de la capitale produites par C. Clarke (2006). En 1900, la capitale jamaïcaine est une ville « blanche » qui compte à peine 60 000 habitants. Une large partie de l’exode rural est alors absorbée par l’émigration vers Panama (construction du canal) et vers les États-Unis. Le canal est achevé et ouvert en 1914 et la crise de 1929 referme temporairement la porte migratoire nord-américaine. Si certains établissent une communauté à Panama (on parle toujours le « patwa » jamaïcain dans certains quartiers de Panama City qui relèvent d’un modèle particulier de fragmentation diasporique), et à New York, la plupart rentrent alors en Jamaïque et s’installent dans l’unique espace urbain où affluent par ailleurs de plus en plus de migrants ruraux. C’est ce qui explique (avec la démographie) que, malgré un nouveau débouché d’émigration vers la Grande-Bretagne, pour la seconde guerre mondiale puis la reconstruction (1940-1960), la population de Kingston double entre 1943 et 1960 pour atteindre le chiffre de 380 000 en 1960, à l’aube de l’indépendance (Dodman, 2004 ; Clarke, 2006). La composition ethnique de l’espace urbain se complexifie alors avec l’arrivée massive des travailleurs afro- et dans une moindre mesure indo-jamaïcains. Depuis l’indépendance (1962) la population de la capitale double une fois encore pour atteindre 660 000 habitants en 2004.

9Durant ce bouleversement, la ségrégation ethnique de l’espace urbain se fait à Kingston sur le modèle colonial typique : la ville est fragmentée selon des clivages ethniques et sociaux qui s’emboitent. Les travailleurs afro- et dans une moindre mesure indo-jamaïcains sont cantonnés dans les bidonvilles du Sud-ouest de la ville – ils sont interdits des activités commerciales et autres activités lucratives par des attributions de licence discriminatoires et par leur niveau d’éducation. Les chinois se dispersent dans les quartiers relativement aisés où ils font du commerce de détail (Chen, 2005). Les juifs créent des communautés relativement hermétiques dans les beaux quartiers, grimpant l’échelle sociale grâce à la monopolisation de l’import-export permise par leur pigmentation claire, le respect dont ils sont gratifiés dans les territoires britanniques, et les réseaux créés dans la région (Delevante, M., 2006). Les ’syriens’ – en réalité dans leur écrasante majorité des libanais originaires d’un village proche de Beyrouth – se spécialisent aussi dans le commerce et forment à leur tour des communautés hermétiques dans les beaux quartiers, profitant peu ou prou des mêmes avantages qui avaient permis aux juifs de prospérer (Nichols, 1996). Les ’blancs’, enfin, monopolisent les emplois administratifs élevés, les sièges au barreau et au gouvernement, vivant eux aussi dans des quartiers ségrégés de la ville haute qu’ils ne partagent qu’avec les ’blancs inférieurs’ que sont à leurs yeux les juifs et les ’syriens’ (Clarke, 2007).

10Si elle tend à diminuer lentement, l’association étroite entre ethnotype et classe sociale est toujours valable à l’heure actuelle. Une classe moyenne et une petite bourgeoisie « noires » ont certes vu le jour avec l’émigration massive des minorités chinoises, juives et syriennes après les grands mouvements de grève de 1938. Mais la masse des pauvres jamaïcains est aujourd’hui afro-jamaïcaine. Dès l’école, les enfants jamaïcains sont placés dans la classe selon un gradient de pigmentation, les plus clairs de peau devant, les plus foncés derrière, comme nous avons pu l’observer dans des établissements visités pour les besoins de différentes études sur place. Le problème se déplace cependant, et le clivage sépare désormais de plus en plus les écoles publiques surpeuplées d’enfants afro-jamaïcains issus de familles pauvres, en manque chronique de moyens et de professeurs, et des écoles privées où des petits groupes d’enfants de tous ethnotypes – mais avec une très forte représentation des minorités – étudient dans des classes climatisées. Ce clivage public/privé s’inscrit dans l’espace, les écoles publiques se concentrant dans la ville basse (downtown), tandis que les écoles privées n’existent pas sous la limite de la ville haute (uptown).

11La ligne de fracture entre la ville basse, chaude, poussiéreuse, au ramassage d’ordure et à l’alimentation en eau et en électricité erratiques, et subissant les inondations régulières, et la ville haute, ventée, moins densément peuplée, se localise aujourd’hui sur l’axe routier qui relie le centre commercial de Half-Way-Tree au carrefour des bus de Crossroad. La fracture Nord-Sud sépare ici deux parties de la ville antagonistes mais complémentaires. Comme il est régulièrement noté par les universitaires jamaïcains, la grande majorité des « uptowners » – y compris ces universitaires eux mêmes – ne s’aventurent sous cette ligne de démarcation nettement marquée sous aucun prétexte (Gray, 1991). Comme toutes les frontières, cette limite a évolué avec le temps et l’expansion démographique et géographique de la capitale, cette dernière étant aujourd’hui limitée par le cadre physique des Montagnes Bleues au nord et à l’est, par les marais de Portmore à l’Ouest (dont bon nombre ont déjà été comblés et convertis en habitat résidentiel bon marché) et par la mer des Caraïbes au Sud.

12Durant la première moitié du XXe siècle, avant l’indépendance du pays, la fragmentation ethnique et sociale de l’espace urbain s’organise selon un modèle presque concentrique. Le centre ville, situé en front de mer, aujourd’hui abandonné et totalement délabré, est alors le centre commercial, situé à deux pas du débarcadère. Plus haut, au nord, s’étendent les quartiers des classes aisées, des jamaïcains d’origine britannique, juives et ’syrienne’. Autour s’entassent – hors de la ville – les nouveaux arrivants des campagnes, particulièrement le long de la route de Spanish Town, à l’Ouest (Clarke, C., 2007). L’arrivée au pouvoir de M. Manley au début des années 1970 marque un nouvel élan de planification urbaine. Dans l’Est de la ville basse se construisent de beaux lotissements résidentiels de grandes maisons, ainsi que sur les hauteurs de la route de l’espoir, autour de ce qui devient alors la plus influente Université régionale (University of the West Indies, à Mona). Dans l’Ouest, au contraire, les politiciens au pouvoir, en alternance, font raser les bidonvilles des migrants ruraux pour reloger les supporteurs de leur parti : les quartiers de Rema et Tivoli serviront d’exemple pour ce modèle au milieu des années 1960, durant le règne JLP. Le PNP suivra cet exemple à partir de 1972 (Gray, 2001).

13D’un modèle de fragmentation concentrique on passe progressivement à un modèle plus morcelé, plus proche du modèle en zones. La crise de l’Etat, attaqué dans ses fondations par une successions d’« ajustements structurels » ayant contribué au délabrement général de l’habitat et accru le chômage et la pauvreté sans pour autant entrainer de croissance économique (Anderson, 2004), ainsi que l’explosion de la violence urbaine, l’essor démographique et le gonflement des bidonvilles chassent progressivement les classes aisées de la ville basse. Cette bourgeoisie se réfugie alors dans des lotissements similaires, sur les hauteurs de la ville. Les grandes maisons de Kingston-Est connaissent un processus progressif de morcellement. Plusieurs familles les partagent sur le modèle de la « Tennament Yard », l’unité spatiale traditionnelle jamaïcaine, héritée des constructions gouvernementales (les « Government Yard » avec leurs cuisines et sanitaires collectifs). L’unité est une cour vers laquelle sont tournées de multiples chambres louées chacune par une famille. Ce modèle d’occupation de l’espace prend un tel essor qu’il est bientôt reflété par le langage. En créole jamaïcain on ne se réfère pas à sa « maison » (« house », « home ») mais à sa cour (« yaad » de l’anglais yard). Par extension un « yardie » désigne un jamaïcain et « yaad » désigne le pays natal pour un Jamaïcain de la diaspora.

  • 1 On parle en Jamaïque de ‘bidonville’, de ‘ghetto’ ou de ‘garnison’ pour décrire les mêmes quartiers (...)

14Densification et paupérisation, ainsi que l’abandon de l’Etat, contribuent au délabrement rapide. La situation est pire dans Kingston-Ouest où les densités sont encore plus élevées et les bidonvilles1 gonflent rapidement entre les lotissements, qui eux même subissent rapidement l’érosion du temps, des matériaux bon marché, de la chaleur humide tropicale...

15Depuis une vingtaine d’années, les interstices entre les lotissements de la ville haute sont même pris d’assaut par les squatteurs (première génération), puis leurs familles et leurs locataires (générations suivantes), particulièrement le long des canaux d’évacuation des eaux (« gully ») (Standpipe, Grant’s Pen, Whitehall, Gullyside, etc.). Le plus souvent ces constructions occupent des zones inondables et autres zones de forte déclivité (August Town, dont une grande partie est construit dans la vallée inondable de la rivière de l’espoir, par exemple). Ces bidonvilles des beaux quartiers sont connus localement sous l’appellation de « uptown ghettoes » (Clarke, C., 2007).

16La segmentation sociale qui émerge est marquée par une nette division, globalement Nord/Sud qu’on observe particulièrement bien sur une représentation des densités de population (Cf. Carte 1). Après quelques calculs élémentaires (addition de la population de chaque quartier fournis par la STATIN), le recensement de 2001 permet de prendre conscience du fait que seulement 35 % des Kingstoniens résident au Nord de cette ligne de démarcation (« Uptown »). Ceci ne correspond de plus pas tout à fait à la proportion d’« uptowners » (synonyme de « bourgeois » en créole jamaïcain, avec un net attachement spatial) puisqu’il faut retrancher les 50 000 habitants des « uptown ghettoes » précédemment cités, et facilement identifiables sur la carte en raison de leurs densités. Au total on compte donc 25 % d’« uptowners », 10 % de résidants des bidonvilles et autres espaces pauvres de la ville haute, et près de 65 % (!) d’habitants concentrés sous la ligne de fracture uptown/downtown. La densité de population est particulièrement forte dans Kingston-ouest, Olympic Gardens, et dans les bidonvilles du bord de mer (15 000 habitants sur la mangrove de Seaview) et de la décharge de Riverton (3 000 habitants)...   

Carte n° 1 : Densités de population dans Kingston, Jamaïque

(Sources : Recensement, 2001 ; AUTEUR, R., 2009)

17Les différences entre la ville haute et la ville basse ne se limitent pas à une lecture des densités, facilement identifiables sur une carte, mais sont aussi visibles selon des critères économiques et sociaux : revenus, chômage, équipements, nombre de docteurs/policiers par habitant, etc. (Clarke, 2006). Un autre indicateur montrant une nette séparation est le type d’habitat et notamment l’utilisation de béton dans les constructions. Sous la ligne Cross – Road / Half Way Tree, le taux est à de très rares exceptions près inférieur à 10 %, généralement sous les 1 %. De manière générale plus de 85 % des habitants du sud de cette démarcation louent leur habitation ou squattent, alors que plus de un tiers des habitants du Nord de cette frontière sociale sont propriétaires, proportion qui dépasse deux tiers lorsqu’on aborde les banlieues résidentielles (Stonny Hill, Mona, etc.) (Clarke et Howard, 2006). L’occupation informelle de l’espace – ou squat – est particulièrement répandue. Le ministre du logement estimait récemment la proportion d’occupants illégaux est plus d’un tiers de la population totale2. Il est notable que ce type d’occupation de l’espace reflète le fait qu’une proportion croissante de Jamaïcains évolue partiellement ou complètement en dehors de la sphère légale : habitat “squatté”, connexions aux réseaux d’eau, d’électricité et de télévision “piratés” (bien souvent avec l’aide rémunérée d’employés des compagnies légales), occupation informelle (taxi non déclaré, soins à domicile en dehors des heures de travail, etc.), appel à des praticiens non déclarés en cas de problèmes de santé (médecine traditionnelle, etc.), non déclaration des revenus... (Witter, 2005)

18Cette ségrégation de facto laisse une empreinte paysagère notable comme on peut l’observer sur les photographies 1 et 2.

Photographie 1 : Trenchtown (Kingston-ouest), 3e rue

© Romain Philippon : http://www.romainphilippon.com

19

Photographie 2 : Beverly Hills (Uptown)

© Romain Philippon : http://www.romainphilippon.com

20Comme on l’a noté, et comme l’illustrent les cartes « ethniques » de la répartition de la population à Kingston (Clarke et alii, 2006), cette segmentation sociale de l’espace suit des clivages ethniques : la population est très majoritairement « noire » dans la ville basse, « blanche », métissée, syrienne et chinoise dans la ville haute.

21Amnesty International précise dans son rapport de 2009 qu’il existe aussi une nette différence de traitement de la part de l’Etat, et particulièrement de la part des forces de police, au détriment de la ville basse où la justice est souvent expéditive et les victimes des balles perdues des M16 de la police nombreuses, particulièrement chez les enfants3. Les évènements de mai 2010 – la résistance de bon nombre des habitants de Kingston à l’arrestation de C. Coke – ont en outre montré qu’une partie non négligeable des habitants de la ville basse obéit à l’ordre des ’Dons’, les leaders des gangs de quartiers, avant d’obéir aux autorités du pays (Cruse, 2010a).   

22La fragmentation ethnico-sociale de la capitale Kingston rejoint le modèle traditionnel des capitales caribéennes où des quartiers « ethniques » correspondent peu ou prou au gradient social urbain. Ceci s’explique par l’histoire et ses héritages faits de discrimination vis-à-vis des populations “noires” notamment. Prenons par exemple le cas de Port of Spain, Trinidad, où les bidonvilles de Laventille, Morvant, John John ou encore Belmont (connu comme le « Black Belmont ») concentrent une population miséreuse d’afro-trinidadiens, spatialement exclus des beaux quartiers de Maraval ou de St Clair par exemple (AUTEUR, 2009). On ne retrouve cependant pas dans ce cas le modèle jamaïcain Uptown/Downtown (le bidonville de Laventille occupe au contraire les hauteurs de la ville, tandis que celui de Beetham s’étend sur la mangrove autour du port). On observe ici plus une ségrégation Est/Ouest, avec un centre ville toujours occupé par les commerces et les espaces de la nuit (comme St James). Cependant, on pourrait considérer que le centre ville de Kingston s’est en réalité déplacé durant le XXe siècle pour désormais se trouver entre le quartier commercial de Half Way Three et le quartier d’affaires de New Kingston. Ce déplacement du centre de gravité de la ville aurait accompagné le mouvement des classes riches vers les hauteurs de la baie de Kingston (Clarke, 2006). L’étiquette « downtown » ne décrirait ainsi plus le « centre ville », mais littéralement la ville basse, devenue une périphérie de ce nouveau centre ville (beaucoup plus central par ailleurs). Dans ce cas on observe une dissymétrie relativement semblable à celle observée à Port-of-Spain. Si, à l’opposé, on continue de considérer ’downtown’ comme le centre ville délabré de la capitale jamaïcaine (en se référant par exemple à la répartition de la population), on se retrouve plutôt dans le modèle de la ville américaine avec son centre ville pauvre et ses zones riches en périphérie (avec le même hermétisme spatial que dans le cas jamaïcain). Comme on l’observe sur la carte, ce modèle est cependant rendu imparfait par l’étendue des quartiers pauvres et surpeuplés. Dans les deux cas, les espaces dont les plus pauvres prennent possession sont ceux qui sont perçus comme les plus répulsifs. Seuls dans ces endroits ils ne seront pas chassés par les propriétaires terriens. Les mangroves, si elles sont peu propices à l’habitat (difficultés de construction, problèmes sanitaires, risques naturels), représenteront par exemple des espaces de choix pour l’implantation car la concurrence pour ces terres est très faible. De même en est-il des zones trop escarpées. Cependant la perception de l’espace change avec le temps et, à mesure que les capitales s’agrandissent, certaines mangroves centrales peuvent devenir intéressantes (une fois remblayées), tout comme les hauteurs plus ventées de la périphérie deviennent recherchées pour leur fraicheur. Les espaces des pauvres sont en permanence menacés par l’appétit d’espace des grandes villes. L’exemple type est celui du bidonville de Riverton City, bâti autour de la décharge de Kingston, sur la mangrove. Cette zone fut durant de nombreuses années un espace répulsif type (mangrove, décharge, et positionnement en vis-à-vis du “ghetto” le plus violent de la capitale). Mais sa centralité et sa proximité avec les principales artères de communication de la capitale Jamaïcaine (Spanish Town Road, Nelson Mandela Highway) changent la donne à mesure que la ville gonfle et se densifie. L’extension étant limitée de toutes parts en raison du relief, il est désormais prévu que la décharge soit fermée et comblée pour construire des logements de haut standing avec une vue imprenable sur la baie et une connectivité maximale.

23Par ailleurs, la fragmentation qui caractérise la capitale jamaïcaine ne s’arrête pas à une projection spatiale de l’hermétisme de classes (classes qui, comme on l’a vu sont intimement liées à l’ethnotype). En effet, si les frontières entre les espaces de classes se matérialisent notamment par des barrières gardées (gated communities sous toutes leurs formes), d’autres lignes de fractures délimitent des espaces segmentés selon d’autres clivages, comme l’appartenance à un groupe politique.

Fragmentation politique

24Le deuxième élément clef pour la compréhension de la fragmentation de l’espace urbain jamaïcain est la profonde division politique et ses répercussions spatiales : les enclaves politiques appelées « garnisons ».

25Un détour par l’Histoire politique s’impose pour comprendre ces enclaves. En 1938 naissent les deux syndicats qui, sur le modèle caribéen, évolueront pour devenir les deux partis politiques. Ces syndicats sont fondés par deux cousins issus d’une famille bourgeoise : Norman Manley et Alexander Bustamante (né William Clarke). Manley est un intellectuel qui a fait ses classes dans les Universités britanniques durant l’apogée du socialisme des Fabiens, Bustamante un homme d’argent, grand voyageur, conservateur, qui a fait tous les métiers. Bustamante fonde le Bustamante Industrial Trade Union (BITU) en 1938, qui deviendra le Jamaican Labor Party (JLP) en 1943. Manley fonde en même temps le People National Party (PNP) et son syndicat le Trade Union Congress (TUC), dès 1938. Très rapidement il apparaît que Bustamante est financièrement lié aux planteurs (AUTEUR, Célimène, 2010) et qu’il reçoit des rétributions pour « casser » les grèves dans les champs de canne et les docks, particulièrement intenses en 1938, et pour empêcher les meetings du parti socialiste de son cousin (AUTEUR, R., 2009). Des membres du BITU sont envoyés pour caillasser les foules à l’écoute de Manley, ce dernier appelant en retour ses supporteurs à se munir de leur balais pour leur chanter en cœur « sweep dem out », joignant parfois le geste à la parole (Gunst, 1995 ; Sives, 2003 ; Sives, 2010).

  • 4 Définition du Trésor de la Langue Française Informatisé

26Dans la partie ouest de la ville, les maires d’arrondissement se lancent dans des campagnes de destruction des bidonvilles – sans relogements - pour construire des lotissements flambants neufs où entasser leurs supporteurs (Sives, 2010). Par la suite, les politiciens comme E. Seaga s’assureront que ces supporteurs reçoivent les moyens de “se défendre” (Sives, 2010). Les habitants de ces enclaves deviennent rapidement une véritable garnison : “un ensemble de troupes occupant une forteresse pour la défendre4. Comme cela est courant dans la langue jamaïcaine, le contenu devient contenant et ces enclaves sont rebaptisées “garrisons”, les “garnisons”.

27La première de ces “garnisons”, aujourd’hui la plus célèbre, est celle de Tivoli Gardens. Durant le règne de E. Seaga sur l’arrondissement, le bidonville de « Back O’ Wall » est rasé (1966) pour édifier ces petites tours d’habitations résidentielles où sont logés les plus durs des partisans du JLP. Depuis lors on vote ici à plus de 95 % pour le parti (Cruse, 2009). Puis une extension résidentielle est construite de l’autre côté de la route, à Denham Town, seconde garnison JLP, et à Rema. Plus à l’Ouest, le lotissement de Trenchtown est mis en train par l’administration PNP, mais il est ensuite repris en main par l’équipe de Seaga qui contrôle le quartier. Le quartier, comme la communauté voisine de Rose Town, ne sera jamais complètement homogène. C’est là que passera la « ligne de front » séparant des bastions que le PNP fait construire plus au Nord, à Arnett Gardens et Jones Town. Petit à petit toute la ville basse obéit à ce schéma de « garnisonnement » politique. Là où les politiciens ne reconstruisent pas, ils s’assurent les suffrages en distribuant des armes à des groupes de jeunes hommes à qui ils offrent en outre des petites opportunités économiques, comme la protection de chantiers avoisinants, etc. Le jour des élections, ces groupes feront en sorte que les urnes reviennent remplies de bulletins pour le parti qui les engage. (Figueiroa et alii, 2007)

  • 5 Nom local du Cannabis.

28En 1972 le fils de Norman Manley, Michael, est élu Premier Ministre sur un programme très modérément socialiste (ces positions se radicaliseront légèrement à mesure que les Etats-Unis accentueront leur déstabilisation). L’écrivain Russell Banks (1996) écrit dans sa très juste description du pays (« Le livre de la Jamaïque ») que M. Manley serait classé comme un centriste dans une démocratie occidentale, mais que la temporalité (guerre froide), la présence du voisin cubain et le mythe de la théorie des dominos aideront à la présenter comme « communiste ». Norman Manley remet en cause, il est vrai, les piliers de l’exploitation du pays par les Etats-Unis, facilitée par le règne précédent du parti conservateur (A. Bustamante, 1962-1967 ; H. Shearer, 1967 – 1972). Il fait augmenter les taxes dérisoires sur la bauxite (35 centimes par tonnes) et tente d’interdire les plages privées et la ségrégation en cours sur la côte Nord touristique de l’île, où l’ambiance ressemble alors au Cuba de Batista. Michael Manley refusera de se plier, et l’endettement restreint du pays ne permet alors pas au FMI d’exercer une pression suffisante pour contrôler l’ « ouverture » de l’économie (King, 2000). Suivront donc huit années de « déstabilisation », menée principalement par la CIA (Blum, 2004). Le directeur de l’aéroport de Montego Bay de l’époque, Ben Wiggan, nous confiait récemment se souvenir des vols hebdomadaires d’une compagnie écran de la CIA qui faisaient entrer dans le pays les armes destinées aux garnisons JLP (cité dans Cruse, R., 2009). De même, selon une technique rodée (Cockburn, St Clair, 1998 ; McCoy, 2003), l’agence américaine connectera les gangs politiques de ces garnisons sur les réseaux du trafic de cocaïne colombienne pour financer une partie de la lutte contre le régime socialiste modéré de M. Manley (Agee, 1975. ; Blum, 2005). Pendant ce temps, le gouvernement de M. Manley survit, dit-on aux Etats Unis et dans les journaux, grâce aux retombées du trafic de ganja5. En réalité, s’il est vrai que bon nombre de Jamaïcains ont profité du laxisme relatif du gouvernement socialiste sur la question, on sait aujourd’hui, par d’anciens agents comme P. Agee, que la CIA avait alors également infiltré ces réseaux qu’elle utilisait à la fois pour financer l’opposition armée, et aussi pour faire rentrer des armes dans le pays : les petites avionnettes chargées en ganja sur des pistes clandestines – bien connues – dans les collines de Westmorland et de St Ann déchargeaient facilement leurs cargaisons en Floride, avant d’être chargées en armes de guerre qui repartaient immédiatement pour la Jamaïque (Cruse, 2009).

29Pour s’armer, les gangs des garnisons PNP doivent alors se tourner vers le marché noir des armes de la police et de l’armée (il est très probable que certains membres du PNP aient facilité ce genre de transactions) et suivre leur compatriotes « labourites » dans les méandres du trafic de drogues illicites aux Etats Unis. Les politiciens des deux bords accordent avec largesse des visas pour les Etats-Unis à leurs protégés, à la fois pour assurer l’armement et le financement de leurs « garnisons » respectives, à la fois pour éloigner des témoins trop gênants du banditisme politique (Gunst, 1994). Certains, comme Lester « Jim Brown » Coke – homme fort de E. Seaga à Tivoli mort lors de l’incendie de sa cellule à la veille de son extradition pour les États Unis – payeront le prix fort pour avoir menacé de démystifier le prétendu « tribalisme politique » en dénonçant leurs employeurs6.

30C’est dans ce contexte de lutte pour la perpétuation du pouvoir politique, à travers le processus d’indépendance, que sont nées les « communautés-garnisons ». Ces quartiers ont été définis par les universitaires spécialistes comme « un espace où toute personne essayant de s’opposer (…) au parti dominant est en danger grave, qui rend sa résidence dans le quartier extrêmement difficile, voire impossible. C’est une forteresse politique complètement contrôlée par un parti. » (Figueroa, Sives, 2003). Le vote y est homogène ou quasi-homogène (Figueroa, 1985 ; Cruse, 2009).

Carte n° 2 : garnisons politiques de la communauté de Olympic Gardens

(Sources : Rapports électoraux, 1989)

31Un article du géographe Alan Eyre, paru au début des années 1980, montre comment cette fragmentation politique de la ville est à l’origine de l’essor du pouvoir des « Dons », les leaders de quartiers, qui font office de police (et à la fois de chef de gangs) dans ces communauté. Les inscriptions spatiales délimitent les garnisons comme des espaces de l’exclusion. Ces inscriptions menacent en effet de mort les partisans du parti adverse (Eyre, 1984). Pour l’essentiel de la population – des femmes, des enfants et des ouvriers –, ceci signifie avant tout des itinéraires complexes pour se rendre à l’école, au marché ou au travail, en évitant soigneusement les « zones ennemies » (Lee, 1999). Au final, la carte politique de Kingston dresse un échiquier fait « de zones de guerre et de pièces humaines » (Gunst, 1995).

32La fragmentation politique a laissé une empreinte durable dans l’espace à travers la dégradation rapide des habitations et équipements publics liée en partie aux violentes oppositions (fusillades, bombes, cocktail molotov, etc.), les inscriptions murales délimitant les zones d’influences des gangs politiques (Cf. Photographie n° 3 montrant l’inscription murale marquant la territorialisation d’un quartier situé au Sud de Half Way Tree par le gang Spangler) et la toponymie de certains bidonvilles : « Viet-Nam » (dans la communauté plus vaste de August Town), « Moscow » (Waterhouse), « Zimbabwe » (partie Sud de Arnett Gardens), « Angola » (August Town), etc. Il existe cependant de manière plus générale une tendance toponymique à désigner les bidonvilles de Kingston – désignation émanant de ses propres habitants – par des termes évoquant des zones de guerre, des espaces de guérilla, ou des espaces du crime organisé : « Gaza » (voir plus bas), « Tel Aviv », « Mexico », « Backbush », « Jungle », etc.

Photographie n° 3 : Délimitation de la zone d’influence d’un gang politique (le “Spangler”, affiliation PNP), au Nord de Concrete Jungle (2009)

© Romain Philippon : http://www.romainphilippon.com

33Cette fragmentation politique divise les quartiers pauvres identifiés dans la première partie de cet article. L’ensemble de Kingston Ouest est découpé entre zones d’influences des deux partis. Cela est tout aussi vrai des ruelles du vieux centre (Downtown) et d’une partie de plus en plus importante de Kingston-Est. Seule la ville haute (Uptown) est encore épargnée par le phénomène, à l’exception des “uptown ghettoes” comme Cassa Piece, Standpipe ou August Town par exemple (Cruse, 2010). Les frictions sont importantes sur les zones frontalières qui se caractérisent, dans les cas les plus extrêmes, par de véritables “no man’s land” désertés par leurs habitants. Par ailleurs, il est notable qu’une hiérarchie s’était mise en place, avec à sa tête la garnison JLP de Tivoli Gardens. Ce schéma a été remis en cause par l’arrestation de son leader Christopher ’Dudus’ Coke et l’ampleur de l’intervention, depuis le mois de juin 2010, des forces armées dans les garnisons de la capitale, de Spanish Town et de Montego Bay.

34A la première grille de lecture – ethnico-sociale –, il convient donc d’ajouter une grille politique qui seule permet de comprendre la fragmentation extrême de la « ceinture de misère » de Kingston. Cette ceinture, qui regroupe la majeure partie des habitants de la capitale, connaît en outre une division supplémentaire liée aux pouvoirs officieux en place dans les quartiers qui la composent.

Fragmentation criminelle : gangs politiques, gangs a-politiques et déportés

35Comme on le voit à la lecture de cette très brève histoire du clientélisme politique jamaïcain, il existe un lien très étroit entre les secteurs politiques et les secteurs du crime organisé. Particularité de l’île, les gangs jamaïcains ont été historiquement formés – et armés – par les milieux politiques locaux (et par la CIA dans les années 1970) pour assurer la domination locale d’un représentant au parlement, et derrière lui, celle de son parti. L’apparition dans cette matrice du trafic de cocaïne, au début des années 1980, viendrait progressivement remettre en cause les rapports de domination établis (Harriot, 2008 ; Sives, 2010, Cruse, 2009, Cruse et Célimène, 2010).

36Les gangs de trafiquants jamaïcains – souvent de très jeunes hommes issus des bidonvilles de Kingston – ont reproduit dans le Bronx et à Miami (entre autres) la fragmentation politique conflictuelle de leur île natale, ajoutant à leur guerre ouverte pour la reprise des points de vente tenus par les autres mafias « ethniques » (afroaméricains, mexicains, porto-ricains, ’bikers’, etc.) une guerre interne basée sur l’appartenance aux réseaux des deux partis rivaux (puis des guerres internes) (Gunst, 1995 ; Baker, 1995, Blake, 2002 ; Cruse, 2009). Des gangs PNP volent les cargaisons des gangs JLP, ceux-ci se vengent en ouvrant le feu sur une foule participant à une soirée organisée par un gang PNP, etc. C’est ce caractère « too nuff7» des jamaïcains qui va les conduire à leur perte et à l’infiltration de leurs réseaux par des agents afroaméricains du FBI à qui on apprend l’accent « yardie ». De plus les agents du FBI et de la DEA comprennent rapidement comment faire tomber des gangs entiers en arrêtant un seul suspect. Il suffit ensuite de lui promettre argent et protection en échange du nom de ses complices (Gunst, 1995). Ce point rappelle le caractère jeune du crime dans la culture jamaïcaine (à comparer avec l’ampleur démesurée de cette criminalité en termes d’homicides8), et la différence qui l’oppose à de véritables « cultures criminelles matures » comme la Mafia italienne ou les Triades chinoises par exemple (Harriot, 2003). Les gangs jamaïcains – connus comme les « posses » – vont tomber un par un dans les années 1980/1990, sur ce modèle. L’historienne Laurie Gunst a produit un important travail de recherche sur le sujet. On possède en outre la biographie de Vivian Blake, leader du « Shower Posse », gang de Tivoli Gardens étroitement lié à E. Seaga. (Gunst, 1995, Blake, 2002). Un excellent et très détaillé exposé historique est en outre disponible sous forme romancée avec la nouvelle ’Blood Posse’, dont la véracité des faits est attestée par de nombreux protagonistes (Baker, 1997).

37Ces gangs obéissent généralement à une logique spatiale bicéphale. L’organisation naît dans un bidonville de Kingston, et se développe avec le soutien de politiciens locaux qui échangent des armes contre l’assurance d’un vote homogène dans la communauté. Ces gangs ont une structure avec une tête, le « Don » ou « Community Leader », des « généraux » et des « soldats », généralement des jeunes adolescents. Puis, particulièrement dans les années 1970, certains membres de ces gangs, ou parfois juste de jeunes habitants du quartier, parviennent à migrer vers les Etats-Unis. Là, certains se lancent dans le proxénétisme et le trafic de drogues illicites. A mesure que leur entreprise prospère, ils jouent des réseaux de corruption jamaïcains pour obtenir des visas et des billets d’avion pour leurs « bredren ». Le rôle des politiciens dans l’obtention de ces visas est fondamental (Cruse, 2010a.). Le gang du bidonville a désormais une extension exogène qui prospère rapidement car les « ghetto youth » qui ont grandi dans le Kingston des années 1960 – 1970 affichent des facilités évidentes pour la guerre de gangs et le trafic de drogues illégales. Mis en contact dès l’enfance avec les meurtres violents et les armes (de jeunes enfants, les « fryers », sont généralement chargés des meurtres « faciles ») ainsi qu’avec la mythologie hollywoodienne des Western et des « Scarface » (histoire d’un jeune migrant Cubain s’imposant dans les territoires de la cocaïne à Miami à la fin des années 1960), ces adolescents excellent dans la vente au détail, leurs aînés embauchant leurs « girlfriends » pour dispatcher des valises de ganja depuis le terminal de Miami vers le Bronx, Washington, etc. Rapidement le gang, qui prend le nom de « posse » en référence aux équipées de cowboys hollywoodiens, développe une seconde tête aux Etats-Unis. Ces deux têtes communiquent et surtout l’organisation basée aux États-Unis renvoie vers la communauté à Kingston des « vote-getters » (armes), de l’argent, de la nourriture et des cadeaux sous différentes formes (AUTEUR, 2009).

38L’implication du FMI dans les finances publiques jamaïcaines à partir des années 1980 eut une conséquence inattendue. L’Etat se trouva progressivement privé des moyens qui lui permettaient jusque là de contrôler ses gangs. Dans le même temps, le JLP étant coulé par son bilan désastreux, le PNP autorisa l’arrivée dans l’île d’observateurs internationaux (centre Carter notamment) chargés de s’assurer du bon déroulement des différentes élections (Figueroa, M., Sives, 2003). L’existence même des “garnisons” était menacée à la source. Mais le fait que ces “ghettoes” puissent désormais largement s’autofinancer par le recours au trafic de drogues illicites (notamment) créa un phénomène d’inertie spatiale : vouées à disparaître en raison d’une demande en baisse de la part des milieux politiques dans les années 1990, elles survécurent en s’assurant de leurs financements propres. Et rapidement les milieux politiques ré-investirent ces espaces pour s’assurer du contrôle des circonscriptions.

39Par ailleurs, de nombreux gangs a-politiques virent progressivement le jour, en raison (notamment) de la prolifération des armes de guerre disponibles sur le marché noir et de l’absence complète d’alternatives économiques (Figueira, 2004), d’autant plus marquée par sexe (hommes), âge (jeunes), et quartier d’origine (« downtown ») (Clarke, 2006). Ceux-ci se lancèrent dans le racket ainsi que dans le petit trafic de drogues illicites, notamment la ganjaet, de manière plus marginale, en raison de résistances culturelles, le crack utilisé par les trafiquants colombiens pour payer leurs manutentionnaires locaux (et ainsi s’assurer l’ouverture d’un marché de consommation local) (Labrousse, 2003 ; Figueira, D., 2004). Les zones à géométrie variable des gangs politiques et a-politiques se recoupent parfois, et l’hégémonie des uns sur certains territoires est constamment contestée. La ville se découpe en une mosaïque de territoires criminels disputés. Ce pavage criminel se superpose au pavage politique. Un exemple typique fut l’affrontement en 2004 entre gangs politiques et a-politiques pour le contrôle du racket des commerces de Spanish Town, à quelques kilomètres de Kingston. (Figueira, 2004).  

40Troisième série d’acteurs dans cette matrice géopolitique : les déportés qui sont renvoyés en Jamaïque, généralement après avoir effectué les premières années de leur terme en prison fédérale. Habitués au train de vie luxueux des trafiquants et des « pimps » aux Etats-Unis, ils reprennent contact avec la dure réalité d’une capitale qui a été frappée à la fois par l’ajustement structurel du FMI, par l’ineptie économique des deux partis conservateurs (l’ancien parti socialiste s’est plié complètement à l’idéologie néolibérale depuis son retour au pouvoir à la fin des années 1980) – plages privées, bauxite sous taxée et zones franches industrielles en sont les principales cicatrices –, et par la violence des affrontements armés. Sur la route qui mène de l’aéroport vers la ville, les anciens quartiers huppés de Rockfort, Rennock Lodge, Mountain View, etc., se sont transformés en « garnisons » et en territoires criminels disputés marqués par la violence et la dégradation rapide des infrastructures. Les rues autrefois animées sont désormais le plus souvent désertes, particulièrement le soir. Se refaire une place dans une économie criminelle aussi concurrente, et où les opportunités économiques sont aussi limitées, n’est pas chose facile et certains déportés qui ont réussi à conserver de l’argent payent jusqu’à plusieurs centaines de milliers de dollars (US$) pour retourner aux Etats-Unis. Les autres se réintègrent tant bien que mal, reformant de nouveaux gangs qui viennent ajouter à la fragmentation criminelle de la capitale.  

41Avec la réduction drastique des retombées économiques du clientélisme politique, dont la raison principale est la restriction du budget de l’Etat par les ajustements structurels successifs, les gangs politiques, puis les autres, se sont progressivement tournés directement vers le racket. Le gouvernement jamaïcain estime perdre chaque année 54 milliards de JA$ pour la seule « protection » de ses chantiers de construction publique (Figueira, D., 2004). Ce racket prend plusieurs formes : le gang qui territorialise la zone demande une somme d’argent au départ et des versements réguliers pour autoriser le déroulement du chantier, l’embauche d’agents de sécurité fournis par le gang, l’ajout d’emplois fictifs, etc. Le gang choisit en outre les sous-traitants, fixe les salaires, et réclame une participation financière pour les évènements qui se déroulent dans la communauté (anniversaires, funérailles, etc.) (McDavid, Clayton, 2005). Les profits de ce type d’entreprises répondant aux appels d’offre du gouvernement pour des chantiers publics sont de 5 à 20 fois plus faibles dans les zones touchées par le racket (McDonald, A., 2003).

42La segmentation de l’espace selon des clivages criminels ajoute une touche inédite au modèle jamaïcain. La tectonique de ces multiples territoires est intimement liée à la criminalité jamaïcaine exceptionnelle (1600 meurtres commis en 2009 dans un pays de moins de 3 millions d’habitants !). Un lien direct apparaît lorsque l’on analyse les homicides liés à la guerre des gangs, ou encore les assassinats de businessmen s’opposant au racket. Surtout, la multiplication des armes, et son corollaire en terme de résolution violente de conflits « banals » (Harriot, 2008), sont aussi indirectement attribuables à ces divisions. L’affaire Christopher ’Dudus’ Coke (localement connu comme le « président ») montre cependant que les lignes de cette division traditionnelle entre gangs sont en train de bouger, ce qui pourrait expliquer la violente réaction de la part de l’Etat (entre 70 et 125 morts de l’incursion de la police et de l’armée à Tivoli, en mai 2010). En effet, l’importante résistance dont ont fait part de nombreux gangs jamaïcains liés à des garnisons (y compris des garnisons traditionnellement PNP) à l’annonce de l’imminence de l’arrestation de C. Coke semble indiquer qu’un rapport hiérarchique s’était mis en place. Il semble que du modèle de petits gangs de quartiers, la situation ait évolué vers un regroupement et une hiérarchisation derrière les ordres du « président » et de son groupe basé à Tivoli Gardens (Cruse 2010a).

Conclusion

43L’espace urbain Kingstonien est segmenté selon de multiples lignes de partage. Un premier découpage ethnique et social divise globalement la ville en deux, selon un gradient Nord/Sud : les plus pauvres et les plus “noirs” au Sud, les plus riches et les plus “clairs” au Nord. On parle à ce niveau de “ghettos”. Comme on l’a vu, la construction des quartiers ethniques s’est faite de manière relativement insidieuse. Aucune autorité n’a forcé les populations “noires” à se regrouper dans les bidonvilles de Kingston-Ouest par exemple. L’explication tient en grande partie à l’histoire : ces quartiers furent colonisés durant l’exode rural qui s’est amplifié durant le XXe siècle. Pour des raisons liées à la colonisation, ces migrants étaient alors des afro-jamaïcains pauvres quittant les campagnes miséreuses avec l’espoir de trouver un emploi en ville. En l’absence d’un processus d’industrialisation, la ville de Kingston a crû en population sans générer les emplois nécessaires à son bon fonctionnement. Ceux qui tirèrent leur épingle du jeu, généralement les héritiers de la “plantocratie”, se regroupèrent rapidement et s’isolèrent de plus en plus des quartiers pauvres. Les premières barrières virent le jour et l’espace type de cet isolement volontaire est aujourd’hui la “gated community”. De l’autre côté de l’échelle sociale, pour des raisons différentes, les “ghettos” tendent aussi à s’enfermer : les entrées sont bloquées par des troncs d’arbres barrant la route, des jeunes hommes armés assurent l’ordre, etc.

44Une des explications à ce phénomène est qu’un violent découpage politique s’est rapidement surimposé à la segmentation sociale et ethnique. Dans le langage courant (repris dans les milieux universitaires), les “ghettoes” deviennent alors des “community-garrisons” (“communauté-garnisons”). C’est à dire qu’au découpage ethnique et social s’ajoute une composante politique.

45Dernier élément notoire de découpage des quartiers pauvres : la territorialisation par un groupe criminel qui peut être ou ne pas être affilié à un parti politique.

46Ces multiples lignes de partage sont parfois matérialisées par des frontières : les frontières de classe se matérialisent par des barrières et des postes de surveillance gérés par l’une des nombreuses agences de sécurité qui fleurissent à Kingston, les frontières politiques s’observent par des terrains en friche abandonnés sur la “frontline” – la “ligne de front” comme on l’appelle localement – ou par des ruelles barrées par des troncs d’arbres ou de vieux réfrigérateurs... Ces frontières coexistent, se surimposent et évoluent avec le temps.

47Dans la culture populaire, cette division est perçue en Jamaïque comme le « syndrome de W. Lynch », du nom d’un planteur qui recommandait aux élites à peau “claire” d’encourager les divisions au sein des populations noires en accordant des privilèges distincts selon le degré de pigmentation (pour faire naître des ressentiments et des divisions). Malgré une prise de conscience notable, les divisions perdurent et de nouvelles se surimposent à mesure que les anciennes, parfois, perdent de leur signification. C’est ainsi que l’espace culturel, notamment ce que nous avons nommé l’ « espace sonore » (AUTEUR, 2009), reproduit ce modèle et se voit aujourd’hui divisé en clans rattachés à certains quartiers de la capitale (les « ghettos » de Gaza et de Gullyside pour les plus connus)

48Selon notre analyse, cette division explique en grande partie comment la légitimité des deux partis politiques – pourtant perçus par la majorité comme corrompus, parasitaires et télécommandés par les élites jamaïcaines (voir à ce sujet Gray, O., 2001 par exemple) – n’a toujours pas été remise en cause, et ce malgré le très haut degré d’armement des « ghettoes » jamaïcains. Un exemple du potentiel de résistance de ces espaces : en Mai 2010, une véritable milice de près de 500 hommes originaires de ces quartiers a tenu tête aux forces armées jamaïcaines, et réussi – pour un temps – sa mission de protection du ’Don’ Christopher Coke. Plusieurs stations de police de la capitale ont été attaquées, pillées et brulées (Cruse, 2010a). Si l’ONG Transparency International dénonce dans son dernier rapport le risque de « capture » de l’Etat par des groupes criminels9, le schéma politique traditionnel n’est nullement remis en question. Il y a dans l’analyse de l’organisation une lacune cruelle dans la compréhension des événements politiques contemporains. Cette lacune doit être soulignée car elle est récurrente dans l’analyse qu’ont fait les médias internationaux d’une affaire comme celle de l’arrestation de Christopher Coke. La “capture” de l’Etat a en effet été réalisée lors du passage à l’indépendance par un groupe élitiste qui a par la suite armé des gangs pour défendre sa domination. Les partis politiques ont besoin des gangs pour assurer leur pouvoir, les gangs ont besoins des partis politiques pour conserver le leur. D’où les rapports complexes qui se lient entre ’Dons’, membres du parlement (être membre du parlement nécessite d’être élu local, et donc de représenter un quartier) et représentants des principaux partis (Cruse, 2010a, 2010c).

49L’analyse de la fragmentation de l’espace urbain jamaïcain est donc révélatrice de la complexité des sociétés caribéennes qui ont souvent été analysées de manière réductrice. Ces sociétés se caractérisent avant tout par l’opposition entre Etat et Nation, gouvernement et population (Trouillot, 1990 ; Cruse, 2009). C’est ainsi que la professeure de sciences politiques Obika Gray parle en Jamaïque d’un “État prédateur”, opposé aux intérêts de sa population (Gray, 2003). Ceci concorde avec la “plantalogique” de S. Morris (2005), c’est à dire l’entretien d’une “économie de plantation modifiée” telle qu’elle a été définie par Best et Levitt (2009) : une petite élite accapare des secteurs lucratifs de l’économie locale, tout en excluant la majorité de la population des bénéfices.

50Mais à cette opposition, dont une manifestation visible est la progression démesurée des secteurs informels, s’ajoutent des oppositions plus fines, au sein des classes dominantes comme au sein des classes pauvres : ethnotype, appartenance politique, etc. Il existe là un très vaste champ de recherche ouvert.

Haut de page

Bibliographie

Agee P., 1975, Inside the company: the CIA diary, Londres, Penguin Books.

Anderson P., 2004, “The Jamaican Labour market: stagnation or change?”, Paper given to the American Sociological Association annual meeting

Banks R., 1996, Book of Jamaica, Londres, Harper pernenial.

Baker P., 1997, Blood Posse, New York, St Martin Griffin.

Best L., 2005, “A model of pure plantation economy”, in Pantin D. (Ed.), The Caribbean Economy, a Reader, Kingston, Ian Randlle Publishers, 44-58.

Best L., Levitt K., (2009), Essays on the Theory of Plantation Economy, Kingston, University of the West Indies Press.

Blake D., 2002, Shower posse, the most notorious jamaican criminal organisation, New York, Diamond Publishing.

Blum W., 2005, Killing Hope, Us Military and CIA interventions since World War II, Verso.

Chen R., 2005, The shopkeepers, commemorating 150 years of the chinese in Jamaica 1854 – 2004, Periwinkle Publishers, Kingston

Cohen S., 1973, Geography and politics in a World divided, New York, Oxford University Press.

Clarke C., 2006, Decolonizing the colonial city, Urbanization and stratification in Kingston, Jamaica, Oxford University Press

Clarke C., Howard, D., 2006, “Contradictory socio-economic consequences of structural adjustment in Kingston, Jamaica”, The Geographical Journal, vol. 172, n° 2, p. 106-129

Cruse R., 2007, “Coopérations informelles au coeur de l’antimonde Caraïbe”, in Taglioni F. (Ed.) Coopération et intégration, perspectives panaméricaines, Paris, L’Harmattan.

Cruse R., 2009, L’Antimonde caribéen entre les Amériques et le Monde, thèse de doctorat, Université d’Artois, 731 p.

Cruse R., 2010a, “Jamaïque : les « ghettos » contre l’Etat”, Le Monde Diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-05-31-JamaiqueJuin 2010.

Cruse R., 2010b. (à paraître), Géopolitique du trafic de drogues illicites et du crime organisé à Trinidad et Tobago, Presses Universitaires des Antilles Guyane, Publibook.

Cruse R., 2010c., “Tivoli, une garnison assiégée à Kingston”, Mappemonde : http://mappemonde.mgm.fr/num26/mois/moi10202.html, n° 98.

Cruse R., 2010d., “Les territorialisations du Dancehall jamaïcain”, Echogéo : http://echogeo.revues.org/11737

Cruse R., Celimene F., 2010 (à paraître), La Jamaïque, les raisons d’un naufrage, Presses Universitaires des Antilles Guyane, Publibook.

Cockburn A., St Clair J., 1998, Witheout, London, Verso.

Davis M., 2006, Planet of slums, London, Verso.

Delevante M., 2006, The island of one people, an account of the history of the jews of Jamaica, Ian Randle Publisher, Kingston.

Eyre A., 1984, “Political violence and urban geography in Kingston, Jamaica”, American Geographical Society :http://www.jstor.org/pss/214758

Figueira D., 2006, Cocaine and heroin trafficking in the Caribbean, Vol II, The case of Haiti, the Dominican Republic and Venezuela, New York, Iuniverse.

Figueiroa M., Harriot A., Satchell N., 2007, “The political economy of Jamaica’s inner city violence”, in: Jaffe R., The Caribbean city, Ian Randles Publishers, Kingston.

Girvan N., 2009, “Plantation economy in the age of globalisation”, in: Best L. et Levitt K., Essays on the Theory of Plantation Economy, Kingston, University of the West Indies Press.

Gray O., 2001, Demeaned but empowered, the social power of the urban poor in Jamaica, Kingston, UWI Press, 430 p.

Gray O., 2003, “Badness-Honor”, in: Harriott A., 2003, Understanding crime in Jamaica, new challenges for public policies, Kingston, UWI Press

Gunst L., 1995, ’Born fi dead’, a journey through the jamaican underworld, New York, Owl Book.

Harriot A., 2003, “Social Identities and the escalation of homicidal Violence in Jamaica”, in: Harriot A. (ed), Understandig crime in Jamaica, new challenge for public policies, Kington Jamaica, UWI Press, 89-112.

Harriot A., 2008, Organizational Crime and Politics in Jamaica: breaking the nexus, Kingston, Canoe Press.

King D., 2000, “The evolution of structural adjustment and stabilization policies in Jamaica”, in: Growth, employment and Equity: Latin America in the 1990’s, série reformas economicas, projet de recherches financé par le gouvernement des Pays Bas, 49 p.

Labrousse A., 2003, Dictionnaire géopolitique des drogues, De Boeck, Bruxelles.

Laugston R., Sibblies M., 1975, A critical and historical analysis of the dangerous drugs legislation of Jamaica as it relates to ganja, University of the West Indies, Kingston.

Lee H., 1999, Le premier rasta, Paris, Flammarion.

Lee H., 2004, Voir Trenchtown et mourir, Paris, Flammarion.

Lefranc E., (Ed.), 1994, Consequences of structural adjustment: a review of the Jamaican experience, Kingston, Canoe Press.

McCoy A., 2003, The politics of heroin: CIA complicity in the global drug trade, Lawrence Hill & Co.

McDavid H., Clayton A., 2005, The impact of terrorism and extortion on engineering, construction and development, www.asem.org/conferences/.../mcdavid92.pdf

McDonald A., 2003, What effects does extortion have on the operations and profitability of building construction industry in Kingston, MSc. Thesis, Department of civil engineering, UWI, St Augustine, Trinidad and Tobago

McLean R., Levaughn F., 2009, Seeing beyond the Gaza/Gully smoke screen : The social issues underlying dancehall tribalism, Jamaica Gleaner, 13 septembre 2009

Morris S., 2005, St Kitts: a plantation society, 1664-1999, UWI Thesis, Kingston.

Nichols D., 1996, “The ’syrians’ of Jamaica”, in: Jamaica historical review: minorities in Jamaican history, 50-62.

Sives A., 2003, “The historical roots of violence in Jamaica, the Hearne Report, 1949”, in Harriot, A., (Ed.) Understanding crime in Jamaica, New challenges for public policies, Kingston, Jamaica, UWI Press, 49-61

Sives A., 2010, Élections violence and the democratic process in Jamaica, 1944 – 2007, Ian Randle Publishers.

Stolzoff N., C., 2000, Wake the town and tell the people, dancehall culture in Jamaica, Durham, Londres, Duke University Press.

Trouillot M., 1990, Haiti, State against Nation, origins and legacy of Duvalierism, New York, Monthly Review Press.

Witter M., 2005, “The informal economy of Jamaica”, in: Pantin, D. (ed.), The Caribbean Economy, A Reader, Kingston, Ian Randle Publishers, 434-464

Haut de page

Notes

1 On parle en Jamaïque de ‘bidonville’, de ‘ghetto’ ou de ‘garnison’ pour décrire les mêmes quartiers pauvres, selon qu’on les analyse sous l’angle du délabrement des infrastructures, de l’homogénéité socio/ethnique, ou de la violence politique liée au phénomène du vote homogène. Voir à ce sujet Clarke, 2006.

2 http://www.jamaica-gleaner.com/gleaner/20090416/lead/lead7.html

3 http://www.amnesty.org/en/library/asset/AMR38/001/2008/en/c7546d90-ff39-11dc-b092-bdb020617d3d/amr380012008eng.html

4 Définition du Trésor de la Langue Française Informatisé

5 Nom local du Cannabis.

6 Voir par exemple : http://www.newsweek.com/id/125454

7 Du jamaïcain « nuff » : beaucoup. L’expression signifie « qui en fait trop ».

8 http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/IHS-rates-05012009.pdf

9 http://www.normangirvan.info/.../2009/.../ti_report_to_usaid_on_visit_to_jamaica_final11.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Cruse, « Politiques de la fragmentation urbaine et violence, l’exemple de Kingston, Jamaïque », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 511, mis en ligne le 25 novembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23369 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23369

Haut de page

Auteur

Romain Cruse

CEREGMIA, Chargé de cours à l’Université des Antilles et de la Guyane (UAG), kermarron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page