Navigation – Plan du site
Le Géosystème

« T-Sphère » et médiance espace/étendue. L’antagoniste contradictoire et le concept de géoanthroposystème.

« T-Sphere » and mediance space/range : contradictory antagonism and the concept of geoanthroposystem.
Henri Reymond

Résumés

L’article de 2009 [Reymond, 2009a] proposait à partir de la logique de S. Lupasco et de la néoténie de L. Bolk, un modèle géographique à charpente cybernétique transdisciplinaire. L’article présent, qui en est la suite, montre que la néoténie, concept dans lequel il n’est pas possible de s’installer encore tranquillement, peut être cependant à la racine d’Homo geographicus et des objets techniques qu’il crée ; en particulier, ces concentrations de populations que nous appelons villes.
L’article regroupe pour cela les concepts de sphère (P. Sloterdijk), d’énaction (F.J. Varela), de transduction (G. Simondon), de fractalité (B. Mandelbrot) qui ouvrent, en tiers inclus, une théorie géographique reliant l’antagonisme contradictoire à la médiance (A. Berque), espace/étendue (H. Reymond). Dans ce cadre, il utilise et admet, sans les examiner à fond, le paradigme de la complexité et la théorie des excédents de H. Reichholf ; et il suggère un développement en trois phases du phénomène d’urbanisation : écoanthroposystémique biosphériquement limitée ; antropogéosystémique économiquement débridée ; géoanthroposystémique écologiquement réfléchie. Cette lecture géohistorique du concept de géosystème aboutit à ouvrir une réflexion épistémologique sur la mise au point d’une géoanthropo-éthique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une synthèse d’un article publié en 2009 [Reymond, 2009a] sur la résilience des géosystèmes urbains nous a été personnellement communiquée. Nous la reproduisons avec l’accord de son auteur en tête de ce travail. Elle permet, en effet, de mieux cerner ce qu’il y a de commun et de différent avec l’approche plus complète de la résilience que nous proposons dans le texte présent.

« Le texte se propose d’élaborer une géographie théorique assise sur l’hypothèse néoténique. La logique de S. Lupasco pose l’existence de phénomènes antagonistes contradictoires, qui peuvent s’équilibrer l’un l’autre puisqu’ils ne réclament pas, dans leur existence logique, la suppression du phénomène inverse. Elle admet une position qui leur est tierce (« le tiers inclus »). Cela rejoint l’idée qu’un géosystème n’est pas l’inverse absolu d’un écosystème, car il garde en lui la logique de l’écosystème dont il dépend. Par ailleurs la néoténie (« nouvelle expansion ») décrit le fait que l’essentiel de la mise en place fonctionnelle de l'homo sapiens sapiens s’effectue ex-utero, ce qui l’organise en rétroaction perpétuelle entre sa composante homogène biologique et sa composante hétérogène psycho-sociale.
Cette synergie antagoniste se retrouve dans celle qui oppose le réseau aux territoires et qui oblige le local à se restructurer face aux réseaux. Le Mzab a été choisi comme exemple d’un système de résilience proximale. Il s’oppose aux cas de moindre résilience des urbanisations inachevées africaines, qui n’arrivent pas à transformer un écosystème en transition perpétuelle mais jamais aboutie, où écosystème et géosystème évoluent indépendamment sans lien antagoniste, c’est-à-dire sans bascule de mémorisation permettant de repérer l’action de l’un sur l’autre » [Guermont, 2009] »

2Tout est bien dit ; une discordance cependant : ce texte présente certes la néoténie comme la base d’un possible ancrage d’une réflexion géographique transdisciplinaire appuyée sur la logique du tiers inclus de S. Lupasco, mais il argumente plus la transdisciplinarité que la théorie géographique elle-même. C’est ce qu’essaie l’article présent : qu’apporte la néoténie au concept d’Homo geographicus ?

3Telle que développée dans cet article, la réponse sera insuffisante. Elle demandera qu’on ajuste sa pertinence globale à un appareil critique. Ce sera fait ultérieurement. Actuellement, elle se présente en trois axes principaux liés à des argumentaires collatéraux.

  1. La séparation récente écosystème/géosystème et la relation antagoniste contradictoire conséquente : l’archétype urbain écosystémique.

  2. La théorie des excédents, la naissance néoténique d’Homo geographicus et l’actualisation de l’archétype urbain anthroposystémique.

  3. La transition anthroposystémique et l’élaboration antagoniste contradictoire du concept de géoanthroposystème.

L’archétype1 écosystémique : une individuation urbaine millénaire

  • 1 On rappelle que l’archétype (comme dans une acception différente l’idéal-type) n’est pas une moyenn (...)

4Rappelons l’exemple du M’zab explicité dans l’article précédent. Il faut de l’eau, beaucoup d’eau sans discontinuité pour maintenir sa production végétale ; quelques milliers de puits de profondeurs variées réclament qu’une noria d’ânes et de dromadaires tourne 24 heures sur 24 ; sans arrêt à l’air libre, elle ramène du stock d’eau concentré, à peu près pérenne, de la nappe phréatique et la répartit en surface à la rencontre de la diffusion solaire pour que fonctionne au mieux ce qu’on appellera plus tard l’assimilation chlorophyllienne.

5Beaucoup d’eau contrôlée par un géosystème ponctuel performant ; beaucoup d’eau mais rien dans ce déversement perpétuel qui trouble l’équilibre biosphérique millénaire. Géosystème et écosystème s’épaulent en un « T » lupascien très local mais aussi très général dans ce sens que n’est rejeté dans l’écosystème que ce qu’il a l’habitude de recycler.

6Il faut beaucoup d’eau aussi pour faire fonctionner une machine à vapeur rentable : à l’extrême bout du paléotechnique en 1939 Big Ben, la locomotive, joyau de ce savoir-faire, en emporte 115 000 litres avec en plus dans son tender le stock de charbon extrait d’une « nappe géologique » nécessaire à leur vaporisation sous pression.

7Beaucoup de charbon, de fer, d’acier très solide pour cette descendante de la machine à vapeur rotative de Watt. Cela confirme la devise de la première révolution industrielle : « Dire plus gros est une manière de dire meilleur ». Certes, mais il vaut mieux écrire : les lois de la thermodynamique imposent « plus gros » parce qu’il n’y a pas moyen de faire autrement pour aller plus vite. Beaucoup d’eau, beaucoup de charbon, plus d’espace en moins de temps à chaque tourde roue ; et à chaque tour de roue, un rejet d’eau sous forme de vapeur accompagné d’une quantité inusitée de CO2 et d’autres substances inattendues par l’écosystème.

Geosystèmes et géosystème : une globalisation horaire

8Plus vite : ce credo entraîne l’édification de cathédrales minières, ferroviaires, industrielles qui installent le nouveau paysage du paléotechnique. G. Appolinaire le constate :

  • 2 In : « Le Guetteur mélancolique ». Cette poésie consacrée aux villes ne porte pas de titre.

« Les usines sont plus hautes que les églises 
Et les villes le jour ce sont des soleils froids »2.

9Des « soleils froids » extraits des strates géologiques, mais il faut insister, le gigantisme n’est pas premier, uniquement incontournable technicité : le credo de la vitesse, récursif à tous les échelons de la hiérarchie industrielle émergente du xixe, se manifeste d’abord dans le domaine des transports.

Une bifurcation chorotaxique de la structure spatio-temporelle

  • 3 La malle-poste, pas la diligence dont les vitesses identiques partout n’ont aucune raison, a priori(...)
  • 4 Selon leur charge et la fluidité des infrastructures.

10Une véritable révolution en découle qui rompt l’ordre millénaire de l’univers écosystémique. D. Pumain parle de bifurcation [Pumain, 2009]. Cette qualification est essentielle. Une fluctuation annonciatrice s’est manifestée [Cauvin, Lepetit, Reymond, 1987] dans le domaine commercial au xviiie siècle, par un désir clairement exprimé de circulation plus rapide de l’information, mais s’est heurtée à ce que P. Bairoch [1969 ; 1985] appelle un « couloir d’étranglement » technico-économique : la malle-poste, si elle hétérogénéise3 l’espace français, reste soumise, bloquée, par la meilleure vitesse biologique des chevaux (8 à 16 km/heure)4. Les cartes comparées de 1770 et de 1914 crient à l’évidence la rupture écosystème/géosystème. Au xviiie siècle la différenciation spatiale ne se repère que si l’on utilise le jour comme unité ; au xixe, l’emploi généralisé de la locomotive Crompton, la « princesse du rail », entre 1852 et 1914, assure une déformation quasi identique en quelques heures [Chapelon, 2000].

  • 5 24 : 24 heures.
  • 6 Il s’agit de la complexité organisée de C. Bennett [in Delahaye, 2009].
  • 7 Transduction : voir définition §3.2.1.

11L’heure chasse le jour comme unité de compte, la dimension éventre la fractalité : les étendues topographiques sont remplacées par un espace surimposé inconnu qui se diffuse ; nouveau, unique dans l’histoire répertoriée du monde ; sa structure s’appuie sur une nouvelle trame et génère la forme tératogène que montre cette carte : les flux ainsi permis approfondissent en effets structuraux non visibles mais vrais cette déformation selon un processus constamment accéléré. Dans la simulation à l’horizon 2015, on ne reconnaît plus du tout la France du piéton et du cheval. L’arrangement des lieux, leur chorotaxie, change relativement les places tout en les laissant absolument aux mêmes endroits. Une trame plus profonde de lignes de talwegs draine les anciennes qui souvent ont du mal à suivre. La mesure du contrôle de l’étendue par l’espace est divisée « par 24 »5, installant un maillage spatio-temporel de plus en plus serré et de plus en plus rempli par la population de plus en plus appareillée de la transition démographique qui installe partout au rythme de sa diffusion réticulaire dimensionnée un nouvel effet de profondeur logique6. On passe de la modélisation selon Von Thünen à celles de Christaller, Loesch et Isard. L’objet construit « champ urbain » complexifie sa structure selon un processus de transduction7 et une diffusion de plus en plus rapide.

Un ensemble « fluctuation-bifurcation » récent

12Processus extrêmement récent et extrêmement brutal : le monde occidental inaugure une nouvelle géo-histoire, concept qu’il faut entendre au sens de F. Braudel [1979] et C. Grataloup [2009].

  • 8 Le problème de la simultanéité a conduit à l’élaboration de la théorie de la relativité.

13Aux géosystèmes ponctuels, particuliers de l’éotechnique se substitue, s’implante, s’affirme un géosystème généralisé, planétaire ; ses nouvelles structures nées des nouvelles vitesses posent des problèmes : dans un monde où les jours aboutaient les simultanéités8, les heures locales qui s’égrenaient différemment de place en place ne gênaient personne ; en abordant un autre jour de voyage on trouvait selon les habitudes et les distances de site le découpage horaire qui scandait un temps propre.

14Le train allait trop vite, d’heure en heure non de jour en jour, pour que l’on continue à s’accommoder de cette répartition. La coordination de la simultanéité des temps de la planète s’imposait. Celle-ci fut effectuée en termes de fuseaux horaires au congrès de Washington en 1884 : la trame régulièrement décalée suivant l’ordre astronomique d’un géosystème général s’est alors approprié tout le globe.

151884 : cette date marque une rupture mondialement acceptée ; c’est cette reconnaissance, implicite puisque le concept de dynamique géosystémique qui marque l’organisation de son fonctionnement, n’existait pas. J. Lévy montre bien à quel point l’histoire de la « société-monde », notre histoire, est courte [Levy, 1999]. Elle suit de très près celle de sa globalisation dont nous venons de voir la date repère peu discutable. Ce point mérite qu’on y insiste en méditant le fait que notre « civilisation » est extrêmement récente, pratiquement à quelques centimètres des starting-blocks d’un 400 mètres, si on la compare à celles que nous connaissons qui ont existé avant elle.

  • 9 Les fluctuations sont peut-être autres. Les quatre qui sont proposées paraissent logiques. Mais il (...)
  • 10 La théorie des excédents de J.H. Reichholf, qui sera utilisée ici sans être examinée sur le fond, o (...)

16Retournons à l’idée très solide d’une bifurcation ; celle-ci a 124 ans en prenant le congrès de Washington comme base ; 187 ans si l’on veut s’appuyer sur l’invention de la machine à vapeur rotative de Watt, 147 depuis la mise en œuvre de la locomotive Crompton. De toutes les façons, moins de deux siècles. Deux fluctuations9 (malle-poste de la première, machine à vapeur rotative pour la seconde), ou quatre (si l’on rajoute Hiroshima et Dolly) qui peut-être n’en font qu’une, dans un air du temps géohistorique « favorable » à une bifurcation génératrice de nouvelles possibilités. D’où la question : quelles différences majeures cette toute petite période introduit-elle dans la relation couplée entre géosystème et écosystème maintenant que le premier devient écouménalement aussi bien réparti que le second ? Que le premier accroît sans arrêt ses vitesses d’interactions alors que le second conserve les mêmes à quasi-stationnarité cyclique et recule par endroits selon l’équation du nénuphar [Jacquard, 1998] ? Pour brutale et toute nouvelle que soit cette transition « globalo-mondialisante », sa très courte existence permet-elle d’affirmer que nous sommes déjà sortis des périodes de fluctuations ? La bifurcation est en route mais il est difficile de savoir si nous la vivons déjà. Plus techniquement, sommes-nous au début exponentiel de la courbe « montante », dans cette courbe, à l’orée du plateau de saturation10 ? Ramenée à la fin de la dernière glaciation, sa temporalité de deux siècles représente 1,8 % ; au début de la naissance des villes : 4 %. Il est difficile de se prononcer. Cela réclame donc que dans notre domaine on examine les deux concepts couplés de géosystème et d’écosystème de façon à distinguer le mieux qu’il soit possible leurs points processuels communs et différents.

Ecosystème et géosystème : clôture opérationnelle et individuation

17On ne reviendra pas pour cela sur les définitions classiques acceptées ici ; le propos s’orientera sur les résiliences comparées, donc sur les comportements reconnus de l’un et de l’autre, de l’un face à l’autre. Il semble qu’un consensus s’établisse peu à peu quant à une définition empirico-théorique du concept d’écosystème.

18La présentation que nous retenons s’appuie sur les travaux de H.T. Odum et E.C. Odum [1983], P. Aguesse [1971], P. Clergeau [2007], P. Duvigneaud [1977], B. Fischesser et M.F. Dupuis-Tate [1996], F. Ramade [2002], J.H. Reichholf [1991 ; 1993]. Ils conduisent à dire qu’un écosystème dans sa fractalité n’a pas de frontière nette ; au sens plus général de F. Varela [1993], pas de « coupure opérationnelle » qui sépare « un intérieur » d’un milieu « extérieur ». De ce fait, il n’est pas un organisme dans l’ordre du vivant fonctionnant selon une homéostasie qui le « coupe » selon un déterminisme propre d’un déterminisme environnemental grâce à un effecteur à constance et des réserves qui l’autonomisent [Vendryes, 1956]. La relativisation de plus en plus marquée du concept de climax reconnaît qu’il n’existe pas de retour perpétuel à un état initial, mais d’éternels ajustements à des fourchettes d’équilibres métastables. Si on traite encore l’écosystème comme un quasi-organisme, les méthodes d’investigation indiquent que l’on remplace la notion de succession d’états discrets orientés vers un équilibre optimal, stable, milieu-végétation, le climax, par celle de processus d’ajustements perpétuels soumis à des modifications internes et à des perturbations externes : l’idée de persistance temporelle d’un processus n’implique plus l’existence d’un point d’équilibre que le système essaierait de rétablir. Ceci veut dire que l’on ne peut plus s’appuyer que sur une formalisation très relative de l’homéostasie et que les écosystèmes sont en déséquilibres permanents, antagonistes les uns avec les autres. On retrouve la logique énergie-matière de S. Lupasco. Est-ce exact ? La question est posée aux écologistes.

  • 11 Ecotone : cf. figure 3. La ligne théorique des « T » correspond écologiquement à la zone écotonique (...)
  • 12 Malgré les schémas, l’argumentaire de ce fonctionnement, qui suppose qu’une énergie de sortie, parc (...)

19Ceci dit, pour eux, l’écosystème reste l’entité fondamentale de la biosphère, laquelle n’est composée que d’écosystèmes en contact avec d’autres écosystèmes par des intersections floues à caractères spécifiques, qui permettent de les catégoriser : les écotones11. Délimité par ceux-ci, un écosystème obéit aux trois premières lois de la thermodynamique [Diu, 2000 ; 2005 ; Atkins, 1987] : conservation, dégradation, évaluation. Une quatrième lui serait propre [Pillet, Odum, 1987 ; Pillet, 1993], la loi du maximum de puissance. Elle caractériserait les écosystèmes capables de multiplier des effecteurs à tendance transformant sans arrêt l’énergie diffuse d’entrée en une énergie de sortie concentrée12.

20Dans ce cadre, l'obligatoire voisinage écosystémique entraînerait le déclenchement de successions – observées celles-là – au cours desquelles les écosystèmes dotés d’une puissance supérieure absorberaient – on le constate, ce qui renforce la probabilité de la quatrième loi – les écosystèmes moins résilients. De nombreux exemples [Ramade, 2002] montrent que beaucoup d’entre eux sont extrêmement sensibles à une perturbation extérieure. On voit immédiatement l’importance de ce fonctionnement en successions absorbantes : « l’écosystème urbs » [Duvigneaud, 1977] orienté discrètement par le néotène (sans donc que cette orientation indique un projet précis), fruit actuel de la mondialisation géosystémique, obéit à cette quatrième loi articulant feedback à tendance et à constance, utilisant une énergie de plus en plus concentrée imposant ses vitesses de successions beaucoup plus rapides aux dépens de celles de l’écosystème. Cela d’autant plus que deux autres différences prégnantes dans leur nouveauté permettent de mieux distinguer le géosystème de l’écosystème au fur et à mesure de leur dissociation liée interactive.

21La séparation écotonique « naturelle » des écosystèmes, séparation faible comme on vient de le voir, mais séparation quand même, disparaît quand on passe d’une action humaine faible à une action humaine forte. Les écosystèmes deviennent alors largement ouverts aux échanges de matière et d’énergie.

  • 13 L’homme s’en mêle de deux manières : sans faire attention et c’est la catastrophe ; écologiquement (...)

22Or nous avons vu qu’ils ne possèdent pas de clôture opérationnelle garantissant un minimum de stabilité temporelle ; ils ne sont pas « naturellement » reproductibles. Au mieux ils se conservent. On comprend sans peine que le processus d’ouverture par le géosystème leur enlève même cette possibilité. Ce dernier affirme son pouvoir : les écosystèmes peuvent effectuer un retour très partiel aux conditions initiales si l’homme s’en mêle13 et bloque d’une manière ou d’une autre l’invasion des vitesses horaires de sa création : celles du géosystème à espace dimensionné.

  • 14 Individuation : cf. §3.2.1. Un bref exposé de la théorie de G. Simondon.

23Le fond du problème est là : le géosystème urbain est au sens de G. Simondon un objet technique [Simondon, 1958 ; 1989 ; Hottois, 1992 ; Haniotou, 1989] en « individuation14 » constante : il se clôt sur lui-même comme un organisme, générant une barrière liée en antagonisme contradictoire avec l’extérieur : une clôture opérationnelle. Cela pose le problème de l’action du néotène, de l’évolution de son rapport avec l’environnement, de la gestation géographique de son anthropogénèse, bref de la signification de cette barrière filtrante, de son fonctionnement, de sa construction, de son rôle dans la réplicabilité du système urbain organique qu’il construit. L’examen de cette dernière dans l’édification des villes réclame une analyse plus poussée.

Individuation urbaine et réplicabilité : un archétype anthroposystémique

24B. Mandelbrot, en démontrant que l’univers est fractal, a confirmé il y a peu (1975) cette très ancienne remarque de Tsong-Tseu (ive siècle AC) condamnant l’introduction de l’espace dans l’étendue : « Celui qui se sert de la forme, du cordeau, du compas et de l’équerre pour rectifier, offense la nature. »

25Rectifications de la nature ? Grâce à B. Mandelbrot, nous pouvons traduire : rectifications par introduction du dimensionnement euclidien dans la fractalité biosphérique. Heuristique de valeur, elle conduit à mieux examiner la vieille soumission de l’écoumène à l’angle droit ; soumission qui atteint des sommets à partir de la révolution industrielle ; elle oblige à créer la distance de Manhattan, elle imprègne les rapports forme/structure analysés par W. d’Arcy Thompson [1917-1948] qui, pour éclairant qu’ils soient, conservent cette troncature de base. La fractalité propose une grille de lecture qui permet de mieux en apprécier les limites conceptuelles. Voyons cela.

Dimensionnement minéral et fractalité écosystémique

26Jusqu’en 1995, une approche exploratoire, réalisée en géométrie fractale [Batty, 1979 ; Frankhauser, 1994 ; Dauphiné, 1995] de la génération des morphologies urbaines, a permis de mieux pénétrer son profond intérêt spatial. Il en ressort que la ville serait un quasi-organisme technique, à fondement biosociologique qui se déploierait, en se repliant multiscalairement sur lui-même, en s’individualisant selon une réplicabilité fractale. P. Frankhauser montre en 1994 que deux forces antagonistes contradictoires – traduction en termes lupasciens – semblent à l’œuvre dans la genèse urbaine des grandes agglomérations :

  • Un dynamisme de croissance fractale « interne-externe » à fermeture spatio-temporelle de la surface par le périmètre correspondant assez bien à la notion de « clôture opérationnelle » de F. Varela telle que nous l’avions appliquée au géosystème.

    • 15 Cette idée de blocage rejoint celle de G. Simondon selon lequel les milieux humains peuvent s’oppos (...)

    Un dynamisme fractalement simulable – issu d’interactions sociales – de blocage du déploiement de la croissance15 [Frankhauser, 1994, pp. 218-256] qui montre très tôt dans le xxe siècle la lutte pour la préservation d’espaces verts, « écosystémiques avant l’heure ».

27Ce qu’il y a aussi d’extrêmement intéressant dans ces résultats, c’est d’abord que la multiplication des trames euclidiennes élaborées à grande échelle aboutisse à une structure géométriquement fractale à petite échelle ; c’est ensuite que ces deux dynamiques, créatrices d’ordre par oppositions liées, réclament pour être étudiées un autre principe logique que celui du tiers exclus comme ceux d’individuation de réplicabilité et de résilience.

28Nous commencerons par examiner la validité de cette mise en convergence ; nous aborderons ensuite plus fructueusement le postulat-axiome qui explique comment le traitement dimensionnel de la biosphère par le néotène introduit un nouvel antagonisme, une nouvelle donne incertaine dans ses conséquences : il installe un dimensionnement de plus en plus minéral à réplicabilité rapide dans une fractalité de formations végétales à réplicabilité temporelle plus lente [Barrue-Pastor, Bertrand, 2000]. L’importance de cette maîtrise des étendues écosystémiques grâce à l’espace, c’est-à-dire des étendues euclidiennement dimensionnées, a été mise en évidence avant que soit mis au jour le concept de fractalité. Ainsi T. Ribot écrit en 1897 : « Le véritable concept d’espace a été constitué le jour où les géomètres anciens ont dégagé des étendues diverses les caractères essentiels qu’ils appellent dimensions ».

29Un détour par les Una, groupe de néotènes « premiers » de la Papouasie-Irian Jaya, aide à une meilleure compréhension de la progressive extraction des dimensions euclidiennes. Ce détour permet aussi de commencer à concrétiser les notions de « double information » et d’ « individuation » de G. Simondon.

  • 16 Rien n’est dit sur le comment de la venue à l’existence de cette double information. Elle est prise (...)
  • 17 Configuration intrinsèque : les premières culasses de moteurs d’automobiles comportaient des ailett (...)

30A cause de leur double naissance psycho-sociale, le groupe de Una, via le langage, pratique la double information ; ils savent, tous et chacun, qu’ils cherchent dans les diverses pierres roulées fournies par « l’Esprit de la rivière » celles qui présentent une texture propre à en tirer de longues lames minces : première information. Elle leur a appris à reconnaître le type de pierre (deuxième information) « informée » (c’est-à-dire constituée)16, de la sorte pré-dimensionnée selon leurs vues. Entre eux et la pierre, à partir de cette extraction, va se constituer par taille et polissage un objet technique et son mode d’existence par individuation. G. Simondon veut dire par ce terme développement selon une logique spécifique à son utilisation, certes, mais aussi à une configuration intrinsèque17. Entre les deux, une « T-Sphère » qu’il faut approcher au plus près dans un effort transgénérationnel selon les contraintes que le type de matière pose à la fonctionnalité recherchée.

31L’individuation est donc constituée par l’ensemble des transformations dimensionnelles reflétant l’objet pendant le trajet qui l’amène à une forme définitive s’il s’agit des haches en pierre polie, actuelle s’il s’agit de nos villes ; villes à couvercle minéral [Barles, 1992] dont il a été démontré que la complexité relève de l’analyse fractale. Depuis, après 1995, comme nous le verrons plus loin, s’est construite une théorie opérationnelle applicable de la fractalité urbaine qui marque peut-être l’aube d’un urbanisme géoanthroposystémique capable de proposer des villes biosphériques, « naturelles » dans l’ancien vocabulaire. Revenons aux autres composantes de la réplicabilité.

32Nous parlerons de dimension pour désigner la formulation euclidienne, et de fractalité quand il s’agira des formulations selon B. Mandelbrot.

Organisme et réplicabilité. Tiers inclus et « sphère », le concept de « T-Sphère »

33Homo sapiens est le fleuron conceptuel occidental de cette construction et de la logique dualiste anthropocentrique du tiers exclu. Cette dernière conduit à nous représenter et à représenter tout organisme comme séparé d’un environnement extérieur qui le soutient.

La clôture spatio-temporelle de l’organisme

  • 18 L’ « Appendice théorique », p. 331 et suivantes, comprend une mise au point qui inclut la théorie d (...)

34M. Wackernagel et W. Rees notent : « … La plupart des auteurs – même les meilleurs – parlent de l’environnement comme de quelque chose qui est en dehors de nous, séparé et détaché des gens et leurs œuvres » [Wackernagel, Rees, 1999, p. 24]. La néoténie – en incluant Homo sapiens – peut s’appuyer sur une logique biologique ternaire qui ne conçoit ni l’homme ni l’organisme avant qu’ils ne soient produits, mais essaie de les saisir au courant de leurs constructions réciproquement alternées. Une réflexion sur la formation d’une frontière, d’un filtre, d’une clôture opérationnelle – au sens où elle permet une autopoïèse constructrice d’un ensemble protégé homéostatique/homéorhésique – conduit à l’idée que la membrane enveloppante doit être acceptée comme tierce et par l’environnement en formation et par l’organisme en formation. On retrouve la dialectique de l’homogène/hétérogène (nous n’entrerons pas en détail à cause de la longueur réclamée par le développement logique et nous renvoyons au texte de S. Lupasco [1974])18. Si l’on accepte cette proposition comme axiome, il semble évident que la sémiotique représentative doive correspondre à la signification sémantique qu’elle propose.

35Il faut alors exclure absolument la schématisation courante (figure 1a) et la remplacer par une schématisation en intersection (figure 1b). Il convient de justifier cette simplification en réfléchissant à la composante biologique homogène du néotène qui rejoint celle de tous les organismes vertébrés.

Figure 1. L’imbrication organisme/environnement

  • 19 … débordant à l’extérieur : vision, audition, préhension, locomotion, etc.

36Une partie extérieure évidente existe dont on connaît bien les rôles : la peau et l’appareillage19 qu’elle semble porter présente notre corporéité apparente. Réduits à cela, nous paraissons bien séparés des choses qui sont autour de notre emballage fonctionnel. Mais il existe une frontière interne beaucoup plus pertinente, qui trace à travers les poumons, les reins, l’appareil digestif, les limites spatio-temporelles incontournables pour le maintien de la stabilité de notre homéostasie. L’environnement n’est pas autour de nous, il est en nous. Biologiquement nous sommes des événements immergés, comme le soulignent M. Wackernagel et W. Rees : « les êtres humains sont enchâssés dans la nature » [1999, p. 25]. Si l’immergence pulmonaire est rompue plus de trois minutes, nous n’existons plus. Non seulement nous n’existons que comme parties de l’environnement (il faudrait d’autres mots pour le dire correctement) mais comme partie de cet environnement-là, pas un autre, avec cette clôture spatio-temporelle-là, pas une autre. Elle constitue avec de petites variations d’individu en individu une liaison (bio)logique du tiers inclus. Ce qu’exprime l’intersection du schéma 1b1, mais incomplètement. Il n’est qu’un écorché des schémas 1b2 et 1b3 plus expressifs ; écorché suffisamment simple pour être retenu comme symbole de l’imbrication organisme/environnement (figures 1b2, 1b3).

La signification profonde du terme environnement : milieu de vie20

  • 20 Milieu de vie : cf. M. Makassikis [in Haugier, 2009]. L’expression est une traduction du slovaque.

37On ne peut donc représenter l’organisme et l’environnement des mammifères – et des autres êtres vivants – comme deux entités séparées. Nous sommes deux manifestations interreliées du même ensemble. En ajoutant un raisonnement par l’absurde à cette argumentation, on peut écrire : si le mammifère n’est plus imbibé par son environnement, il n’existe plus ; s’il n’y a pas de mammifère, d’Homo sapiens exactement, l’environnement existe peut-être mais n’entoure plus rien. Il n’y a plus de raison, même s’il est vraiment là, de l’appeler environnement. Trois grands types de réflexion renforcent concrètement ces conclusions.

38Une expérience de pensée simple soutient le premier type. L’espace fermé d’une capsule spatiale (fermée = ne reçoit que de l’information) habitée reconstitue en permanence la totalité de l’entourage dont l’astronaute a besoin pour « vivre ». Homo sapiens est obligé d’emporter avec lui son « environnement » : il ne peut pas plus s’en séparer que de ses poumons… qui ne servent strictement à rien sans l’environnement correspondant ; on peut nuancer en disant qu’il doit y avoir au moins une symbiose étroite incontournable. Si Homo sapiens est bien cet environnement-là, pas un autre, alors il y a plus.

39Cette première affirmation est renforcée d’abord par ce qu’on pourrait appeler des expérimentations très actuelles et malheureusement historiques. On sait les résultats du manque de vivres, du manque d’eau. On connaît bien les effets des gaz toxiques s’entassant dans les foyers mal ventilés ou méticuleusement mis au point par de joyeux chimistes patriotes très au courant des effets d’une variation de la partie aérienne de cet environnement qui nous crée sans arrêt, qui nous est absolument consubstantiel. Ce terme correspond bien à la construction et au fonctionnement (même s’il n’a pas été concluant) de ces ballons d’essai écologiques dénommés Biosphère I et Biosphère II.

40Cette affirmation, enfin, se retrouve dans les explications qu’on peut avancer quant aux rythmes et aux étapes imposées par les théories péridarwienniennes de l’évolution. Une idée de J.H. Reichholf [1993], présentée dans son ouvrage sur « L’émancipation de la vie » les confirme par ses exemples et ses réflexions. Son intérêt pour nous tient au fait qu’elle montre que l’anthropogénèse s’ancre profondément dans la perpétuation d’un décalage vital : le vivant animal est le complément par sa respiration du vivant végétal ; ce dernier lui fournit en excédent l’oxygène qu’il rejette pour utiliser le gaz carbonique consommé pour augmenter sa biomasse.

41Le maintien de ce décalage biosphérique excédentaire – nous verrons l’importance de ce terme – conditionne celui de notre existence et nous a amené à proposer les schémas de la figure 1 pour conceptualiser notre rapport minimal à l’environnement : une immersion.

42Ce décalage est essentiel pour maintenir l’antagonisme contradictoire constitutif du néotène, son fonctionnement en rétroaction perpétuelle entre sa composante strictement homogène biologique et sa composante biosphérique hétérogène psychosociale [Reymond, 2009a]. L’oxygène relie les deux, condition de base nécessaire mais non suffisante pour comprendre le « Monde » – au sens de M. Heidegger – culturel du néotène englobant les environnements naturels du reste de la faune. Au-delà de « la courte laisse de l’animal », il y a la parole constitutive des cohésions diversifiées des groupes humains. Nous admettons cette explication sans la discuter pour l’instant : elle est, cependant, importante quant au passage Ecosystème/Géosystème. La parole géosystémique, son discours si l’on veut, n’est pas la parole écosystémique. Cette parole est devenue plus performante quant à la pertinence réalité/réel depuis qu’elle écrit l’univers en langage mathématique.

43Nous avons vu que la machine à vapeur changeait le paysage. A quel prix ? Nous allons voir que c’est elle qui a créé le nouveau discours, le nouvel évangile, qui installe assez brutalement une nouvelle médiance, une nouvelle logique chorotaxique, à autopoïèse dimensionnelle.

Individuation urbaine et bifurcation : un géosystème anthroposystémique

44Les individus de la ville contemporaine ont les mêmes exigences biologiques de base que ceux de tous les types de villes précédentes. Les jeunes vieillards des genres de vie sont remplacés par les alertes seniors du troisième âge. Il faut dans ce nouveau monde du mode de vie atteindre le quatrième pour être vieux : anthropos protégé par une enveloppe urbaine de plus en plus anthropocentrée profite d’un confort vital en individuation croissante potentialisation/actualisation favorable à la préservation biologique de l’individu.

Invariance et bifurcation : demande urbaine homogène et empreinte écologique

  • 21 Cf. Sloterdijk P. [2005] : p. 158-160 : cent ans de climatisation.

45La révolution médicale est passée par là (peut-être la goutte au nez de Fleming doit elle être ajoutée à la convergence des fluctuations) et aussi le soutien urbain à cette sécurisation hygiénique qui conserve les individus plus longtemps. L’outil urbain assoit de plus en plus la constance du métabolisme nécessaire aux exigences de plus en plus précises de ces derniers : électricité, eau, aisances, salles de bain, appareillage ménager complet ne sont plus des variables factorielles intra-urbaines discriminantes à partir des années 1980 [Cauvin, Gerber, 1998 ; Gerber, 2000]. Rayonnant sur 360 degrés à partir du centre ou de n’importe quel autre point, le label « confort » qui peut résumer toutes ces propriétés se retrouve partout, ne différencie spatialement plus rien. La présence ou non de la climatisation trouble encore à son échelle cette isotropie intérieure croissante des qualités de l’habitat des villes occidentales21.

  • 22 Précision orale du Père J. Cauvin, Docteur d’Etat en ethno-socio-linguistique. Elle insiste sur le (...)

46Ouagadougou (Burkina Faso) illustre un état « antérieur » – passé chez nous ou inaccompli – de l’individuation urbaine. L’accès à l’eau divise la ville en trois espaces grossièrement concentriques, hérités de l’histoire [Le Bris, 2000] : celui des robinets résidentiels, celui des fontaines publiques, celui des porteurs d’eau. L’îlotage moderne installe l’électricité, l’égout et l’eau. Il rompt les cercles concentriques et reproduit le modèle très classique d’accessibilité de O. Hoyt. Cette individuation de trame ne rencontre pas pourtant l’individuation sociale correspondante : l’abonnement coûte cher, le quidam vit et décide au jour le jour. L’isotropie « eau » boîte du côté social et reste un investissement individuellement difficile22.

47Dans les villes « en individuation » avancée du Nord, la structure processuelle de l’Urbs assure essentiellement en souterrain (le « tuyaucien » de S. Barles [1993]) le fonctionnement de ce métabolisme anthropocentré, toutes les heures, tous les jours, toute l’année, en adaptant et en perfectionnant son appareillage pour que les variations externes soient régulées de façon à bien répondre aux fourchettes d’homéostasie réclamées. Celles des personnes du quatrième âge étaient mal ajustées lors de la « canicule » de 2003.

48Techniquement, la ville en continuant à se replier fonctionnellement sur elle-même, s’ordonne en un anthroposystème à clôture régulatrice des flux qu’elle importe de toutes les zones concrètes d’entropie basse de son empreinte écologique dans lesquelles elle rejette ses résidus.

49Dans ce brassage organisé, permanent, loin de l’équilibre, de chaque ville et de toutes les villes à toutes les villes, un nouvel être urbain se dégage très différent dans son archétype encore mal élagué de l’archétype des millénaires cités écosystémiques.

50S’il conserve, en le magnifiant nous venons de le voir, le noyau biologique homéostatique obligé de la constitution néoténique, celui-ci ne dépend plus du seul site local de ressources. Sa clôture opérationnelle est au minimum dissociée : les réserves ne sont plus dans la ville mais sur tous les axes de transports, principalement sur les routes. Cela ne saute pas aux yeux qu’il existe, sous des aspects culturels et géographiques extrêmement divers, une même individuation [Simondon, 1989] technico-sociale de plus en plus fonctionnelle et prégnante.

51Individuations dimensionnelles totalement identiques de photographies aériennes en photographies aériennes, parfaitement auto-similaires en géométrie fractale quel que soit le lieu, et totalement différentes de lieu en lieu : elles s’appellent New-York/Kansas-City, Londres/Aberdeen, Paris/Strasbourg, Buenos Aires/Mendoza, Brasilia/Curitiba, Shanghai/ Ouroumchi, Manille/Bacolod, etc.

52Même noyau technique « a-temporel » dans ses buts, plus ou moins performant selon la date des décollages ; sous l’arrangement social idiosyncrasique de chaque unité urbaine, résultat de sa géohistoire, même demande, homogène, aux écosystèmes de toute la planète, qui répondaient « avant » aux demandes à répartition diversifiée des sites de ressource, et en conséquence, même marée nycthémérale de consommateurs producteurs navetteurs réclamant les mêmes produits dans leurs gites résidentiels parfaitement identiques dans leurs différences. On ne peut schématiser ces villes anthroposystémiques qu’en articulant l’ensemble des flux économiques qui les font vivre autour de l’obligatoire invariance de leur noyau biologique de plus en plus raffiné. Des schémas futurs essaieront de répondre à ces exigences.

53L’idée qui est donc défendue avance que la ville a été dès ses premiers essais une organisation profondément néoténique ; cet agencement est actuellement enfoui sous les développements successifs de son individuation. La réussite de la ville est vécue par les urbains actuels comme une évidence, une donnée quasi naturelle. Il faut démystifier cette banalisation, démythifier les surfaces de l’outil urbain, extirper le noyau dur conservé depuis ses origines en soulevant les peaux d’oignons qui masquent la prégnance de la néoténie. Nous allons pour cela interroger celle-ci à ses débuts théoriques, bien évidemment.

54La période sous questionnement aurait commencé il y a 15.106 à 7.106 années. Cette dernière date séparerait le néotène, débutant quelque part dans la fourchette chronologique indiquée, de son actuelle transfiguration urbaine.

L’abondance énergétique : J.H. Reichholf et la théorie des excédents

  • 23 J.H. Reichholf s’efforce de bâtir une théorie essentiellement causale ; nous avons respecté et suiv (...)

55Cette partie propose une réécriture du roman de nos origines, tel que le conçoit J.H. Reichholf23, en y introduisant l’opposition fractale/dimension. C’est dire que nous nous rallions, pour l’instant, à sa proposition de mise en cohérence des « faits connus » en y insérant un complément qui nous paraît non irrécusable mais fructueux.

56Il a trait à la spécificité récente de l’interaction du néotène avec les zonations bioclimatiques de ses derniers milieux de vie. Il essaie d’expliquer comment il a pu dominer – car il s’agit bien d’une domination (temporaire peut-être) – son interaction avec les environnements éclos à la fin de la dernière grande glaciation.

57La réponse tient à notre avis plus de l’axiome que du postulat : le potentiel de toutes les actualisations urbaines renvoie à l’utilisation puis à l’invention du concept de dimension. Les empreintes (γραφειν, graphein) de l’homme sur son milieu terrestre (γη, gé) après cette période en parlent abondamment. Homo geographicus plante la charrue, manie le fil à plomb et vise avec la groma, en tiers inclus ; il installe ainsi dans la fractalité des étendues biosphériques un monde dimensionnel récent de plus en plus minéral, qui l’abrite tout en lui imposant sa propre logique.

58Nous allons suivre le néotène, héros collectif de l’espace pré-euclidien [Nicolas-O., 1984], comme être d’abord peu sorti de la fractalité puis sorti de la fractalité, enfin tellement sorti de la fractalité qu’il la retrouve dans l’étalement des mégapoles.

59Nous prenons l’évolution en route, à l’époque où elle a abouti à la création d’organismes fractals couplant un germen – mémoire d’information phylogénétique (l’inné) – et un soma – tiers inclus d’innovations adaptatives face aux variations de l’environnement (l’acquis). L’organisme est protégé de ces dernières par une fonction « filtre » du soma : la clôture opérationnelle. Parmi ces organismes, Homo habilis ; nous allons le suivre en l’introduisant (Qui ?) dans le triangle de base de D. Peuquet [1994] (Quoi ? Quand ? Où ?) en réfléchissant à sa logique de mobilité (Comment ?).

Qui ? Où ? Quand ? : un néotène incertain, Homo habilis et/ou Homo ergaster ?

60Ces deux organismes animaux homéothermes existent « dans » un environnement fractal qui délivre un oxygène abondant, mieux excédentaire, ce qui veut dire que comme la lumière, il existe partout (fabriqué sans arrêt par l’assimilation chlorophyllienne) et ne leur demande aucun travail pour obtenir l’énergie, excédentaire pour eux, qu’il contient ; ils appartiennent à l’ordre des mammifères qu’on peut diviser en deux groupes selon leur comportement alimentaire. Ces derniers, quant à leur alimentation de survie, consomment soit essentiellement des plantes, c’est-à-dire des hydrates de carbone et des protéines végétales, soit de la viande, c’est-à-dire des protéines animales et du phosphore. Cette division physiologique correspond à l’adaptation de leur corporéité à leurs environnements familiers respectifs. Voici quelle en serait la logique, c’est-à-dire quelle cohérence « vraisemblable » peut être construite et proposée.

61Des primates indifférenciés, censés exister il y a 15.106 années, se seraient séparés à partir du DAC (Dernier Ancêtre Commun : 8.106 à 5.106 années) « brachi-pédestre » en deux ensembles : grands singes forestiers essentiellement végétariens avec, de ce fait, une corporéité à actualisation musculaire ; Australopithèque, puis Homo habilis, surtout carnivores, habitant la savane et, de ce fait, à actualisation cérébrale.

  • 24 On note le ralliement de Y. Coppens à cette hypothèse [2009, p. 53] sans qu’il adapte explicitement (...)

62A cause de leur spécialisation morphologique arboricole les « DAC simiesques » acquièrent peu à peu des mains à la place des pieds. Les « DAC Homo » développent en un redressement de plus en plus accentué la spécialisation de leur morphologie pédestre jusqu’à bien maîtriser la course de fond24 dans le milieu ouvert de la savane d’alors qu’ils dominent relativement de leur taille.

  • 25 Nous sautons l’Australopithèque qui, d’après Y. Deloison [Deloison, 2004, p. 195] formerait une bra (...)

63Avec un cerveau de 500 à 1000 cm3, une vision haute de loin, il s’agit d’Homo25 quelle que soit sa caractéristique d’espèce, prêt à entrer, sans le vouloir, dans une médiance dimension/fractalité commandée par le triangle de D. Peuquet [1994].

Quoi ? Quand ? Où ? Une prédation aléatoire dans le couvert végétal biosphérique

64Animal, parmi les animaux, pré-homme pour nous, mais l’ignorant tout à fait, « agi de l’extérieur » à travers les exigences d’action nécessaires à sa survie, Homo habilis est un carnivore qui ne sait pas l’action du phosphore sur son cerveau. Il ne dédaigne pas les racines et les fruits : sa dentition indique qu’il est omnivore, comme elle indique que la chair fraîche constitue son « fond de cuisine ». Il a de la chance : l’environnement offre bien un excédent permanent de troupeaux de mammifères végétariens et les cadavres de la mortalité normale qu’ils impliquent, mais situés selon des répartitions non évidentes qui réclament qu’on les localise. Des cadavres semés par des troupeaux qui se déplacent : le « où ? » s’emboîte ici dans le « quand ? ». Il faut repérer l’un et l’autre en même temps : ce repérage en savane arborée met en avant le rôle de la vue haute-distale de Homo habilis. Ce sont les groupes d’oiseaux charognards de plus en plus denses qui signalent le mieux un cadavre frais qui est un « maintenant-là », c’est-à-dire un « quand-où ». Les autres mammifères intéressés reçoivent aussi l’information, peut-être moins précisément : leur flair étant plus développé que leur vue, ils sont contraints au contact fractal qui, lui, gêne le néotène.

Quoi ? Où ? Comment ? L’émergence du comment dimensionnel et d’Homo geographicus

  • 26 Toute la cartographie n’est pas géographique, mais la géographie, science du « Quoi-Où-Comment » es (...)
  • 27 On pourrait écrire à la place : éo-dimensionnel, éo-spatial, éo-géographique, pour marquer les débu (...)

65Le « Quand-Où » met bien en relief le rôle toujours revendiqué par les géographes de l’information visuelle. L’accès au « Où », grâce à un repérage panoramique des difficultés, c’est-à-dire de l’irrégularité fractale de l’étendue, montre l’importance de la mobilité orientée du déplacement auto-organisé (on pourrait dire en rétroaction puisqu’il s’agit d’une correction vers la ligne la plus droite des écarts imposés par l’irrégularité de la végétation), c’est-à-dire l’importance du « Comment »26. Comment ? Réponse : la course de fond permet d’arriver sur la charogne encore fraîche avant les mammifères concurrents. Lions, hyènes, chacals, habitués, tapis au sol, à une chasse fractale « aux aguets » utilisent les irrégularités de la végétation au maximum au lieu de les ignorer au maximum, comme cet Homo habilis très dimensionnel, très spatial, très géographique27 sans le savoir dans son comportement. Nous parlerons désormais d’Homo geographicus. Arrivé premier, cet Homo geographicus découpe, emporte… Il reviendra après le festin des fauves casser les os restants, pour récupérer la moelle, remplie de ce phosphore qu’il ignore et qui, malgré lui, lui monte de plus en plus au cerveau.

  • 28 Le Rift n’étant plus obstacle, coupure, comme dans la théorie de l’East Side Story, mais zone de di (...)

66Homo geographicus tranche et agit comme le singe japonais friand de racines salées ; il a sous la main non des patates à tremper dans l’eau de mer mais des galets d’obsidienne affûtés. S’il est inutile de préciser davantage ce point quant à ses conséquences bien connues, il faut quand même dire qu’il bénéficie des galets roulés, venant des rivières de la chaîne volcanique du Rift28, qu’il transforme en « choppers ». Trouver des pierres toutes prêtes fractalement taillées, fractalement réparties dans l’environnement, ne réclame pas l’imagination nécessaire pour les détacher de la roche en place.

67A partir de là, se met en place toujours à son insu la boucle « vertueuse » externe-interne-externe de la médiance, ou, cela revient au même, « cumulative » avec un concept différent, la sphère de P. Sloterdijk. Ce dernier, entre autre explication, accentue le rôle de l’espace en développant l’idée de distanciation entre l’affrontement corporel et la fuite, introduisant le jet qui réclame une pré-logistique de la distance, une pré-théorie de l’espace, une préconception de la puissance du dimensionnement de la biosphère. Cela place Homo geographicus entre la part de l’Etre qui se manifeste en esquisses imaginatives qu’il ébauche, en se découvrant lui-même sans s’être cherché, et la part Animale d’autant plus précieuse à conserver qu’elle lui permet de tester leur validité sur la bête. Un tiers inclus, en ellipse très aplatie de sphère, s’ébauche et installe en Homo geographicus la respiration dimensionnelle alternée et bioculturelle du néotène.

68On peut donc effacer à ce stade, le point d’interrogation du début qui portait essentiellement sur le « Qui ? ». En effet, nous avons vu que l’animal qu’est Homo habilis n’a pas conscience du dynamisme « sphérique » qui installe en lui l’homme qu’il commence à devenir ; un tiers inclus perpétuel inscrit dans la fourchette d’équilibre entre les deux pôles antagonistes contradictoires qui la fondent : celui de l’animal qui en chassant crée peu à peu un être qui se construit sans qu’il le sache. A ce sujet, se pose la question de savoir si cet acquis du « soma » est transmis à l’ADN de l’information du germen (opinion de J. Reichholf) ou si les populations les plus bénéficiaires de cette variation se sont mieux reproduites que les autres. Ou les deux phénomènes à la fois ? Qui sait ? On admettra sans répondre qu’Homo geographicus, animal à structure néoténique s’est développé en synthèse ouverte à partir des premiers rapports de médiance dimensionnés en tiers inclus d’Homo habilis/Homo ergaster avec l’environnement.

69Le concept de sphère développé longuement par P. Sloterdijk [1999 ; 2000 ;2003] autorise un examen plus compréhensif de l’intérêt de la néoténie, cela d’autant plus qu’il rejoint et la logique antagoniste contradictoire de la cybernétique autour de l’état « T » de S. Lupasco, et la théorie de l’énaction de F. Varela et l’idée de l’introduction, inintentionnelle d’abord, conceptuellement élaborée ensuite, d’un espace dimensionné dans la fractalité des étendues.

Le concept de géoanthroposystème : un archétype urbain antagoniste contradictoire

70Le concept de « T-Sphère » synthétise les propositions de S. Lupasco et de P. Sloterdijk. Logique et philosophie s’y rejoignent. Ce concept ouvre dans sa grande généralité sur des thématiques particulières, à concepts plus étroits, géographiques dans notre cas : ceux de médiance et d’antagonisme espace/étendue.

71Il permet de mieux comprendre le passage du néotène à limites énergétiques écosystémiques au néotène à performance dimensionnelles permises par l’excédent énergétique fossile à la source de la multiplication des géosystèmes urbains minéraux. Il y a développement individué d’un Homo geographicus, gâté par la disponibilité d’une énergie qu’il croit indéfinie, au service de la technique urbaine poïétique de plus en plus performante qui le fonde, cependant qu’il la développe. Homo sapiens, homme savant, pense fortement « qu’il sait » et « qui sait qu’il sait ». Voyons cela de plus près.

Le concept de « T-Sphère » et l’ouverture néoténique : l’impasse de l’archétype anthroposystémique

72Homo sapiens, plutôt Homo economicus, stade actuel d’une conceptualisation erronée amputée du Géo de Homo geographicus est une construction aberrante sortie sournoisement avec l’énergie fossile de la caverne d’Ali-Baba.

73L’oubli technique de la structure fondamentale, « homme matière », va jusqu’à conduire à la fabrication d’une monnaie fictive, une « γραφειν (graphein) » sans « γη (gé) ». Pour bien comprendre cette imposture monétaire, il faut se plonger au-delà du questionnement ouvert jusque-là par l’individuation néoténique.

Un bilan du questionnement : l’effet de démonstration et la tragédie de l’énergie

74Eclairer par la logique lupascienne une lecture biologique de ce que sont les organismes, de la cellule au néotène, conduit à dire que leurs actualisations, sous diverses structures visuelles formellement repérables, correspondent à leurs potentiels spécifiques de maintien (et/ou de développement) grâce à la « mise en circulation réglée » à but homéostatique de leurs réserves [Vendryes, 1956].

75Ces potentialisations/actualisations stockées impliquent pour l’organisme une acquisition toujours renouvelée parce que limitée dans le temps (il s’agit de réserves), d’un type homogène de matière énergie « autre » (présente dans les aspects repérables hétérogènes d’anthropos, de la flore, de la faune) en potentialisation/actualisation permanente elle aussi.

  • 29 On retrouve « l’action précède l’essence » de J.P. Sartre… et de F. Varela.

76Insistons. Dépendant des apparences prédicables des répartitions des mêmes réserves spatio-temporelles physico-chimiques à homogénéité cachée, ces potentiels/actuels dissipatifs sont interdépendants comme « essence événementielle » (oxymore explosif pour la philosophie classique, mais nous raisonnons en tiers inclus)29, ils doivent donc développer un « être » (actualisation) par la mise en œuvre (potentialisation) d’une perpétuelle interaction fonctionnelle, ajustée plus ou moins profondément aux contraintes temporelles encadrant leur accessibilité spatiale (couplage). Cette relation mise en réserve/mise en circulation réglée, caractéristique du vivant, de la biologie, non de la physique comme l’explique P. Vendryès [1973] n’est pas périodique mais intermittente : elle dispose pour sa réalisation d’une fourchette plus ou moins importante de liberté ; un choix assez étroitement balisé existe, aspect temporel de la clôture opérationnelle (la « frontière » organisme/environnement n’est donc pas spatiale mais spatio-temporelle) : il est par exemple très bref pour l’eau, bien plus important pour l’alimentation, etc.

  • 30 D’après C. Marchetti [1991], entre autres, il semble que la contrainte de déplacement obligatoire r (...)

77Un organisme mobile, à réserves homéostatiques comme le néotène, implique donc spatialement un déplacement vers des organismes dissymétriques homogènes à l’intérieur des fourchettes frontalières temporelles. Tout événement élémentaire est manifestation d’un espace-temps biologiquement utile, socialement plus ou moins bien reconnu. Malgré les techniques jusque là maitrisées le néotène reste le prisonnier nycthéméral de ses obligations incompressibles de mobilité biologiques à expressions socio-culturelles différentes30. Dans ce cadre, il a cependant accru sans arrêt ses fourchettes de liberté jusqu’à en faire des revendications socio-spatiales planétaires. Comment ?

  • 31 Cette question sera examinée plus tard : il s’agit essentiellement de la succession imbriquée des m (...)

78Selon des processus que nous connaissons assez mal31, le néotène a pénétré dimensionnellement les « mécanismes » de potentialisation/ actualisation des écosystèmes qui le lient à son environnement. Mettant en branle la recherche obligatoire mais non explicite d’un état T, il s’est arrimé à des organisations à régulation cybernétique faible en combinaisons chroniques ou plus rarement à des organisations cybernétiques fortes par bascules interactives [Reymond, 2009a] plus contrôlables dans des intermittences réglées techniquement pour lui, par lui.

  • 32 La nature est utilisée ici selon l’acception de M. Lussault [2007] : des constructions-prédications (...)

79De ce fait, il a appris au cours des quelques millénaires de son existence, à détourner de plus en plus la matière énergie « naturelle »32 en transportant celle-ci à son profit en un type de géosystème plus ou moins abouti mais toujours écosystémiquement limité par les cycles biosphériques.

80Ce long apprentissage allait lui servir quand il parvint, il y a peu, à substituer l’énergie matière géologique non renouvelable à celle en perpétuelle création de la biosphère de surface. L’idée d’une énergie inépuisable, indépendante de celle fournie petitement par l’obligatoire continence des rythmes écologiques [Diamond, 2006] s’installe dans le discours technologique et dans une réification du charbon et/ou du pétrole, en constructions urbaines de plus en plus anthroposystémiques après l’immense cafouillage [Mumford, 1950 ; Bretagnolle, Robic, 2005] de la transition paléotechnique : l’action d’Homo geographicus échappe aux contraintes imposées par le seul renouvellement écosystémique matière-énergie.

81A « l’âge suivant », au néotechnique, rêve et réalité confondus en Occident grâce à la maîtrise d’une énergie superabondante à bon marché, se sont manifestés par des réalisations intra-urbaines de plus en plus raffinées de « villes utérus » – pour reprendre le vocabulaire de P. Sloterdijk – banalisant un confort placentaire, jadis réservé aux élites du pouvoir et de l’argent. Elles sont réclamées maintenant par des populations du monde entier suivant la logique de l’effet de démonstration [Duessenberry, 1949]. La cité radieuse matérielle est en cours de réalisation ; il ne faut pas la confondre avec la cité à base personnaliste, sociologiquement « heureuse » qui reste utopique et uchronique. Nos villes, polypiers utérins à placenta actif (rappelons le tuyaucien de S. Barles, que relaie, dans le même esprit, le livre de S. Allemand sur le génie urbain [2009]) sont donc des frontières opérationnelles qui nous lient en antagonismes contradictoires avec un environnement que nous continuons à nous créer (effet de serre, pollution) ; elles multiplient des résidences individuelles de plus en plus douces pour « anthropos », projetant dans leurs conceptions mêmes le nec plus ultra des commodités bioculturelles. Elles se développent en une individuation socio-spatiale anthroposystémique prolongeant le bien-être biophysique pré-natal.

82Ville utérus : métaphore, bien entendu ; mais métaphore significative qui s’insère dans la théorie de l’insulation [Sloterdijk, 2000] qu’on peut généraliser. Elle avance l’idée qu’à côté d’une évolution darwinienne « externe » exposant directement les individus d’une population aux contraintes des environnements successifs existent une évolution dérobée partiellement à ceux-ci, interne, concernant les organismes les plus faibles. La mère à travers son placenta protège la fœtalisation, l’arrangement périphérie exposée/centre protégé du troupeau de mammifères commence à le reproduire socialement ; le primaire paysan est plus en contact que l’artisan qui l’est plus que le bourgeois ; la ville « serre-autogène » aboutie en « clôture opérationnelle sphérique » est enfin l’extrême transformation socio-spatiale de cette structure biologique de base. Cela est vite dit pour situer la théorie. Les exemples précis sont nombreux ; ils seront examinés plus tard. A retenir pour discussion : la ville anthroposystémique reproduit le confort placentaire. Elle est de ce fait insuffisante ; il suffit non pas de nourrir le fœtus mais aussi de nourrir ce qui le nourrit et de penser pour cela à lui associer la face manquante indispensable de ce Janus : γη (gé).

83Epistémé logique ou logique épisystémique ? Peu importe. Le questionnement porte sur l’efficacité théorique et pragmatique de la logique ternaire de S. Lupasco comparée à la logique binaire aristotélicienne.

Le poids des mots : géosystème, anthroposystème, géoanthroposystème

84V. Forrester [2009], quand elle cite cette phrase de V. Wolf : « Il ne faudrait jamais donner de nom aux choses, de crainte que ce faisant on ne les déforme », rejoint sans le savoir une des mises en garde épistémologiques les plus importantes de P. Sloterdijk. Ce dernier souligne que pour éviter toute dérive dans les prédications et les raisonnements scientifiques, il ne faut pas présumer le produit avant qu’il n’existe. Ainsi de l’homme : « Il est le produit d’une production qui elle-même n’est pas homme, qui n’était pas menée par l’homme de manière intentionnelle, et il n’était pas encore ce qu’il allait devenir avant de le devenir » [Sloterdijk, 2000, p. 36].

85Homo sapiens, Homo sapiens sapiens, Anthropos sont des étiquettes atemporelles. Elles ont conduit à chercher ce que nous sommes actuellement en essayant de le trouver anachroniquement dans cette créature remarquablement catégorisée qu’est le singe sous la forme d’un « chaînon manquant » dans une suite de déspécialisations linéaires.

  • 33 Les bébés orang-outans orphelins sont rééduqués dans des instituts spécialisés pour réapprendre à v (...)

86Or, comme l’écrit Y. Deloison [2004, p. 156], une des lois les plus certaines de l’évolution biologique établit qu’il n’y a pas de retour de spécialisation « Une loi bien connue en anatomie est celle de l’irréversibilité de l’évolution, appelée loi de Dollo <…> elle s’impose comme la plus générale de l’évolution ». Même s’ils ne sont pas d’accord avec ses conclusions sur « La préhistoire du piéton », les paléoanthropologues les plus solides rejoignent sa pensée comme celle de P. Sloterdijk en raisonnant en termes de « Dernier Ancêtre Commun » provenant théoriquement d’un « Primate indifférencié » dont nous descendrions comme être plastique encore non spécialisé dans un Monde en exploration indéfinie alors que les grands primates ressortiraient d’une spécialisation arboricole environnementale définie, de plus en plus définie33.

  • 34 Anthroposystème : j’ai lu avec intérêt la présentation de ce concept par Ch. Lévêque et T. Muxart d (...)

87Homo sapiens, Homo sapiens sapiens, Anthropos présument, dans le contexte affiché – non, bien sûr, dans l’intelligence des recherches menées – que l’Homme est déjà prédiqué en l’Homme, rejoignant en cela l’évolutionnisme athée aussi bien que « l’intelligent design » créationniste, depuis les plus lointaines profondeurs du temps, cela dans quelqu’enveloppe animale qu’il se cache. Il est l’Homme. Une entité définie, définitivement définie. On en est tellement persuadé qu’on en fait le cœur vivant de l’étude de son évolution future face à la nature : l’anthroposystème34.

88La néoténie dit tout autre chose et permet de réfléchir à l’aide d’un concept adapté à l’intelligence de la recherche sans la bloquer, l’emprisonner dans les structures actuellement comprises. Ce concept ne présume rien des propriétés éternelles attachées à l’homme : il attise l’interrogation sur les transformations possibles d’une entité vivante, l’entité néoténique, en perpétuelle interaction, rétroaction, entre deux composantes, deux matrices, biophysiologique et biosociale ; en perpétuelle oscillation autour d’un état logique « T » sans arrêt recherché, minimisant l’écart entre n’importe quel environnement – n’importe lequel, pas un environnement particulier, prison donnée une fois pour toutes comme la canopée forestière à l’orang-outan – et le néotène qui organise la biosphère et ses au-delà macrophysiques et microphysiques en Monde : matériellement, biosociologiquement, en un géosystème construit à partir de l’écosystème.

89A la place d’étiquettes proclamant que l’homme c’est l’homme avant l’homme et aussi l’homme après l’homme, une entité fermée sur elle-même qu’il faut précieusement conserver selon l’intemporalité close de ses plus récents prédicats, nous avons avec le « néotène-devenant-homme » et toujours en train de le devenir une entité ouverte sur elle-même en conjonction avec le Monde qu’elle crée sans arrêt pour comprendre l’Univers. Cette entité utilise maintenant les schémas symboliques complexes et compliqués du troisième monde de K. Popper, noosphérique de P. Theillard de Chardin, mobilisable, à travers les archives dynamiques de l’EMEX.

L’antagonisme contradictoire géographique transdisciplinaire : de l’épistémologie critique à la théorie géographique

90L’EMEX, Espace de Mémoire Extérieure [Donald, 1999], marque une différence majeure, singe/homme, résultant de l’utilisation différenciée de l’antagonisme contradictoire. Exemple : l’articulation biologiquement partagée de la main de l’un et de l’autre. L’homme l’a coordonnée en écriture. Le singe, non. Il reste tributaire d’une mémoire très individuelle épisodico-mimétique ; Homo geographicus invente l’EMEX via l’écriture, une mémoire symbolique hors individu en liaison constante avec lui, relayée par des techniques plus modernes (téléphone, Internet, etc.). Au fond de cette différenciation, la pertinence thématique de la logique de S. Lupasco.

La pertinence thématique de la logique ternaire de Lupasco

  • 35 Ce schéma est simplifié graphiquement par commodité : l’équation dit exactement que chaque actuel e (...)

91Le premier schéma35 de la figure 2 (2a) représente un couple d’événements antagonistes contradictoires selon la logique ternaire de S. Lupasco. Il traduit graphiquement l’équation :

avec :
: événement logique
ē : anti-événement logique
a : actuel ; p : potentiel
⊃ : implication ; ⋁ : exclusion

  • 36 Cf. explication détaillée dans l’article de H. Reymond [2009], paragraphes 3 – 21.

92Celle-ci, on le rappelle, résume le lien structurel postulé entre des événements couplés36. Elle indique que ce couplage, pour exister concrètement, dépend de deux conditions incontournables :

  • Ces deux événements se ressemblent et se différencient assez pour, s’abreuvant globalement aux mêmes sources d’énergie, être antagonistes (condition d’hétérogénéité) mais en même temps, du fait de leur ressemblance, être similaires (condition d’homogénéité) et s’interpénètrent l’un l’autre en un processus qui les fait « se rapprocher, se fuir, se confondre et s’exclure » [Lupasco, 1960].

  • A cette condition, peut s’enclencher une construction structurelle sur cette opposition grâce à un processus qui, par balancement cybernétique et fluctuations dissipatives à bifurcation, la force à tendre vers un état « T » commun ; celui-ci, « constructeur-coordinateur » unifiant en un ordre, un arrangement mutuel leur discordance liée, met peu à peu en place un processus structuré d’antagonisme contradictoire.

93Les concepts de sphère de P. Sloterdijk [2003], de néoténie de L. Bolk [1926-1960], d’objet technique de G. Simondon [1958], d’espace/étendue de H. Reymond [1981], de trajectance de A. Berque [1990 ; 1996 ; 2000], d’experts-usagers de J.B. Racine [2008], relèvent de la même logique (figure 2).

Figure 2. La pertinence thématique de la logique ternaire de S. Lupasco

94La néoténie – on y revient, car il s’agit d’être le plus clair possible là-dessus, en complétant, en liaison avec elle, la théorie des excédents pour examiner ses conséquences – la néoténie résulte d’une formation hybride in utero/ex utero.

95In utero. Contrairement à celles des autres primates herbivores, cette formation est le fruit d’une lignée omnivore à alimentation carnée riche en phosphore. Cette dernière expliquerait pendant la gestation l’allométrie fractale positive du cerveau et de la boîte crânienne par rapport au reste du corps, face comprise.

96La taille de la tête déclencherait, semble-t-il mécaniquement ( ?) un accouchement très prématuré : on l’estime à huit mois avant terme ! La fœtalisation serait donc inachevée. A la naissance il y aurait hétérogénéité entre la tête et le reste du corps qui face comprise conserverait ex utero des caractéristiques « infantiles ».

97Ex utero. De ce fait, cet omnivore contrairement aux autres primates – qui naissent morphophysiologiquement achevés et n’ont plus qu’à développer les acquis génétiques – doit poursuivre cet achèvement morphophysiologique dans d’autres conditions que celles qu’il aurait eu à connaître dans la matrice maternelle.

98Soumis à d’autres contraintes socio-écologiques, environnementales, les facteurs de son achèvement ex utero sont nouveaux, ne dépendant pas uniquement du germen. Ils sont épigénétiques [Changeux, 1983]. Il y a nouvelle expansion : néoténie.

99L’hétérogénéité mise en route dans la matrice biophysiologique s’achève en se développant dans une matrice biosociale, différente selon les facteurs géographiques.

  • 37 P. Sloterdijk traduit cela en insistant sur le fait que le néotène ne peut faire autrement que de r (...)

100Ainsi le néotène, entité à double naissance, est un être « homogène biologiquement, hétérogène psycho-sociologiquement37 » par rapport aux autres mammifères [Reymond, 2009a] : les groupes d’Homo sapiens doivent avec la terre (γη) construire en y introduisant leurs empreintes (γραφειν) les conditions de leur achèvement. Le néotène est un Homo geographicus par obligation : il doit agir et penser en termes de géoanthroposystème (figure 2c).

101Le schéma philosophique qui ressort des réflexions de P. Sloterdijk recèle la même idée (figure 2b).

102Entre l’état d’encerclement biologique de l’animal et l’apocalypse incessante de l’être doit s’être déployée une sphère, échangeur cybernétique et serre autogène. Celle-ci ouvre une clairière dans les environnements grâce à l’action successive ou/et conjuguée de la maison du langage [Heidegger, 1986] et de la domestication concrète de l’Être imposée par la sédentarisation du néotène [Sloterdijk, 2000] pont homogène (vecteur de transformation) entre les environnements écosystémiques et le Monde du Géosystème.

103Le schéma biosociologique (figure 2c) essaie d’exprimer ces idées développées par D.R. Dufour [1998 ; 2005], P. Sloterdijk [2000], J.H. Reichholf [1991] et permet de cerner l’importance d’un concept « Sphère-Etat T » qui dépasse dans la pensée symbolique les implications de la logique binaire. Homo sapiens, état évolutif actuellement reconnu du néotène, articule sans arrêt le corporel animal en antagoniste contradictoire avec le symbolisme créateur de l’Être comme de ses concrétisations matérielles.

104D’après B. Stiegler [1993], G. Simondon propose en trois concepts une théorie de la concrétisation matérielle. Ils rejoignent sur le plan phénoménologique de la réalisation de l’objet technique ceux de S. Lupasco [2009, p. 7 et 40], de P. Sloterdijk [2000, p. 24], de P. Vendryès [1973, p. 5-25] et de F. Varela [1994, p. 14-22] : la transduction, l’individuation, la concrétisation.

105La transduction : relation dynamique qui constitue, crée les termes potentiels mis en relation – ici, l’homme et la matière. Ceci veut bien dire que les termes, tels qu’ils s’actualisent, n’existaient pas avant la relation.

106L’individuation : Anthropos principe opérateur qui est obligatoirement à l’écoute de ce que permet la « physis ». A travers l’organisation matérielle qui éclot de cette relation transductrice, la matière principe organisateur dégage la spécificité qui est propre à l’objet technique, son ipséité (figure 2d).

107La concrétisation : genèse, ci-dessus décrite, de l’objet technique qui fait partie de son « être ». La matière s’organise dans le fonctionnement. La forme de l’objet technique est déjà dans la matière. Il contient donc, une fois abouti, l’information du principe opérateur et celle du principe organisateur. Il est le résultat d’une double information, d’une double potentialisation-actualisation coordonnée (dans ce cas précis) en antagonisme contradictoire selon un déterminisme lent [Bennett, in : Delahaye, 2009].

108La forme constatée que prend l’objet technique à un moment de sa temporalité fonctionnelle se heurte au contre potentiel représenté par l’inertie géohistorique des milieux humains et ne réalise que rarement ou pas du tout toutes ses potentialités. Ainsi en est-il de la pierre taillée, ainsi en est-il de nos villes. Une grille de lecture à questions très précises est ainsi proposée qui joint le biophysique au biosocial, c’est-à-dire à la clôture opérationnelle que nous nommons « villes ».

La théorisation du concept de « T-Sphère »en géographie

  • 38 L’échelle G [Haggett, 1973] a l’avantage de reproduire dans son étendue, en plus synthétique, les r (...)

109Les deux derniers schémas de la figure 2 (2e, 2f) montrent comment utiliser le concept de « T-Sphère » selon l’échelle de la terre (Ga = 0) et celle de la ville (G = 8 à 11) en géographie38.

110Dans le premier cas, l’antagonisme étendue/espace construit une médiance répartissant les surfaces de la planète selon le résultat encore mal connu (cf. empreinte écologique) de l’ensemble des affrontements locaux écosystème/géosystème dont nous avons déjà vu que les enchaînements sont actuellement profitables au second.

111Dans le second cas, il s’agit d’allotir les détails d’une expansion urbaine ou plutôt ses évaluations à l’échelle soit du kilomètre carré soit de l’hectare (G = 8 à 11). L’action du néotène est saisie selon les mesures intra-urbaines de l’évaluation de projets du type « la ville que l’on désire » par des experts du plan et par des usagers de la ville.

112Le problème pour le néotène – vecteur de transformation bioculturel – est de pousser le local désiré à la limite (usager) du global acceptable (expert).

113Nous allons maintenant examiner comment le concept de « T-Sphère » permet théoriquement de passer de la logique du schéma à la cartographie de cette logique. Le concept de médiance, traduction géographique du concept de « T-Sphère » se présente comme un guide d’appréciation de l’antagonisme contradictoire, toujours présent, étendue écosystémique/ espace géosystémique.

114La figure 3 présente les avantages théoriques et apodictiques du concept de « T-Sphère ». Il associe dans les représentations individuelles et collectives de l’expert scientifique et des usagers de terrain les interactions pas toujours évidentes qui existent entre les plus petites échelles (G entre 1 et 2) et les très grandes échelles (G entre 8 et 11), c’est-à-dire les plus vastes surfaces de la planète et les surfaces intra-urbaines les plus réduites. Nous pouvons, en suivant de bas en haut les schémas exposés (figure 3 a, b, c), lier ce que nous côtoyons tous les jours à ce que nous ne pouvons que nous représenter et ainsi bâtir une image nouvelle et essayer d’ajuster au plus près le plus loin des exigences locales. La situation inter-urbaine extraurbaine est respectivement associée à l’évaluation économique proximale/distale de protection du site et à l’estimation de l’action écologique locale jointe avec la résilience globale [Pillet, Odum, 1987 ; Reymond, 2009a]. On retrouve et l’idée très forte proposée par D. Pumain [1996] de la ville comme adaptateur spatio-temporel, et l’idée très forte aussi d’un développement fractal multi-échelle [Tannier, 2009].

115La trame géographique à mettre en place doit favoriser des processus structurels d’un ordre durable bâti sur la synergie de leurs flux [Webber, 1964]. Le triangle central du schéma 3a résume cet essai de prise en compte par la société des obligations antagonistes contradictoires de l’urbs d’anthropos et de son assise terrestre.

116Le reste du schéma qui transpose cette analyse synthétique unidimensionnelle en un graphique bidimensionnel cartogéographique, aisé à comprendre, appelle cependant quelques remarques quant à sa signification.

117Celle-ci reste évidemment une paire de lunettes « T-Sphère » guidant la lecture du terrain, dans les zones d’ensembles flous en une pragmatique trame-structure qu’il faut alors mettre concrètement en place, mais en général les ajustements ne sont pas aussi simples. Il est clair par exemple que le « T » logique proximal/distal situé entre les deux ne se trouvera pas dans cette position géométrique graphiquement parlant, mais à l’intersection locale de lignes tarifaires exprimant les coûts généraux. Il en est de même pour la relation écosystème/géosystème, faite localement d’emboîtements et d’intersections parcellaires qu’il faut regrouper pour les évaluer. Simplement dans cet effort d’aménagement, l’annihilation non voulue, non conceptualisée de l’écosystème par le géosystème, n’est plus de mise puisqu’on sait avec la logique « T » qu’ils se consolident l’un l’autre. Ce qui pose plus précisément dans les termes où nous l’avons déjà analysé le problème libéralisme/protectionnisme. Ce n’est pas une question théorique générale de la valeur absolue de l’une des deux méta-idéologies mais une appréciation pratique économique spatio-temporelle locale/distale les coordonnant l’une à l’autre à des degrés divers compte tenu des autres paramètres.

Figure 3. La théorisation du concept de « T-Sphère » en géographie

Trois pistes de recherche transdisciplinaires : le concept de « T-Sphère », la place de la complexité, la transversale géoanthroposystémique

118Nous retrouvons les trois axes déjà proposés à la discussion dans un précédent article [Reymond, 2009a] : épistémologique, théorico-pragmatique, méthodologique. Ces trois pistes, ici plus approfondies, gravitent autour de la logique du tiers inclus qui les fait converger vers elle comme vers une structure processuelle stabilisante.

Des dérives disciplinaires convergeant vers le concept transdisciplinaire de « T-Sphère »

119Elles constituent le premier axe qui éclaire la différence de pertinence entre la logique binaire et la logique ternaire. Celle-là s’affirme comme une logique du tout ou rien : on ne peut pas « être » et « n’être pas ». L’un pour être considéré scientifiquement doit annihiler l’autre et inversement ; logique des extrêmes, elle est transposition de la vie et de la mort qu’elle réifie comme des nec plus ultra. Le contradictoire dans cette rationalité s’impose comme absolu et si son application a construit en grande partie la science occidentale elle l’a rendue prisonnière comme toute la tradition humaniste de la copule « est ».

120On connaît bien les effets du verbe être sur notre raison. Vieille antienne, oui, mais plus éclairante que jamais. « Est » stabilise les « choses » dans les prédicats que nous fabriquons pour les connaître. Prédiquer est une obligation pour le néotène « qui n’a nul lieu spécifique où vivre et nul rendez-vous défini avec nul objet du monde » [Dufour, 2005].

121De ce fait, nos prédications deviennent nos environnements. Or, dire « Homme » par rapport à « Primate » est une prédication extrêmement élaborée, utile mais binaire, rabotée, rabougrie, scientifiquement « réduite », privée de son potentiel d’actualisation.

122La différence est là : la logique ternaire, elle, garde le prédicat, mais elle ne le force pas définitivement dans l’objet ; elle le fait osciller, balancer, utilisant toutes les virtualités du langage, elle le place comme une liaison, fondamentale mais provisoire, une hypothèse qui ne dit pas son nom, entre le sujet et l’objet (ou le sujet et le sujet s’il s’agit d’appréciation réciproque homo à homo) : une « T-Sphère » : une logique de création liée à un concept dynamique d’ouverture.

123Trois citations d’auteurs dont deux, A. Berque et J.P. Changeux, ne connaissent, semble-t-il, ni S. Lupasco, ni P. Sloterdijk, indiquent bien qu’une convergence se dessine d’un besoin général pour un outil logique offrant une lecture plus ouverte à notre dialogue avec nos environnements.

124La première relève de la philosophie. « Au-delà de la bivalence, l’information intervient comme une troisième valeur entre le pôle de la réflexion et le pôle des choses, l’esprit et la matière » [Sloterdijk, 2000, p. 81].

125La deuxième concerne la géographie. « … Je conçois les milieux et leur ensemble, l’écoumène, comme des réalités construites, contingentes, à mi-chemin des deux termes, théoriques désormais, du sujet et de l’objet » [Berque, 1997, p. 337].

126Ainsi une dérive logique ternaire se dégage des apories imposées à la construction du Monde par la logique binaire – logique ternaire à prédications labiles qui rejoint de ce fait les analyses physiologiques du fonctionnement du cerveau : « La rigidité d’un encéphale entièrement déterminé scientifiquement limiterait d’emblée le nombre d’opérations effectuées. La capacité de construire des représentations labiles ouvre l’organisation de l’encéphale à l’environnement social et culturel » [Changeux, 1983, p. 367], et, de ce fait, à une résilience capable de créations contre-aléatoires.

127On retrouve, en effet, dans cette constatation sur le fonctionnement neuronal des représentations, les conceptions de F. Varela, et la théorisation pragmatique « T-Sphère » des liaisons du Monde avec nous : au-delà des environnements mesurés selon les trois états de la matière de S. Lupasco, elles proviennent aussi des pratiques heuristiques du néotène face à la complexité de l’Univers ; il doit inventer, construire les objets des lieux de son existence, outils et abris, transformer à toutes les échelles les étendues offertes en leur intégrant les trois dimensions spatiales orthogonales qu’il en extrait, cette partie géométrique simple à comprendre dans ses obligatoires relations, pour utiliser celles-ci à son profit, dans une remise en ordre, réduite, mais opérationnelle du dimensionnement fractal de la nature. Il élabora ainsi, à partir des entités imprécises et incertaines des environnements, une dynamique mondiale d’objets techniques « complexes » à synergie géoanthroposystémiques appelés villes. Nous acceptons pour l’instant la complexité sans en discuter le fondement pour ne considérer que la pratique courante de son approche.

Des questions sur la complexité : néoténie, clôture opérationnelle, auto-organisation, fractalité

  • 39 L’importance de la forme exponentielle gravitaire a été mise en évidence par R. Haynes en 1975.

128L’axe des pratiques, des ouvertures scientifiques, s’appuie en effet à partir de mesures chiffrées sur une écriture mathématique de la complexité. C’est elle qui transforme l’événementiel des environnements en Monde déchiffrable et manipulable parce que chiffré jusqu’à un certain point. Une vérité mathématique, sûre mais abstraite, épuisette plongée dans l’Empirie en propose une vérité équationnelle. Il faut prendre garde à ce que retirée de l'Empirie, selon sa forme propre cette louchée ne l’exprime pas forcément : l’équation obtenue peut dans sa pureté rationnelle transmettre une mondanité insuffisante selon les données fournies ou selon la forme même de la transcription. Il a fallu de nombreuses formulations du modèle gravitaire d’interaction des populations pour aboutir à cette nécessité minimale d’une expression sous la forme exponentielle39 pour avoir un rendu acceptable des débits et des vitesses. On comprend à partir de cet exemple qu’il en est de même des idées qui conduisent à ces formulations. Quelques remarques sur la réserve nécessaire à l’interprétation de cette écriture : il s’agit, bien entendu, des questions d’intérêt géographique, abordées dans cet article.

  • 40 Ce qui ne veut pas dire qu’il y a acquisition d’une représentation labile par minute, mais que la « (...)

129En premier la néoténie puisqu’elle est le sillon qui ouvre la complexité terrestre à Homo geographicus. Les mesures indiquent que pour des gestations approximativement comparables (224 et 270 jours) le chimpanzé et l’homme atteignent 70 % de leur développement neurosynaptique, le premier à un an, le deuxième à trois ans [Changeux, 2002]. Excellent indice néoténique si l’on réalise bien ce que signifie ce « trois fois plus lentement ». Il faut comprendre qu’elle concerne un rythme biologique d’imprégnation engrammant le corporel dans l’esprit selon des pulsations en minutes ou secondes [Changeux, 2002, p. 44]. Le temps actif différentiel séparant le chimpanzé du néotène n’est pas 1750 heures mais au minimum 1 051 200 minutes. Mathématiquement les deux chiffres représentent trois fois plus, mais physiologiquement il ne s’agit pas du même « 3 fois ». L’unité d’existence d’organisation, de création due à « la capacité du neurone et des synapses à changer d’activité » [Changeux, 2002, p. 43] ne peut que s’évaluer en minutes, voire en secondes40. Elle montre bien la formidable puissance de la lenteur de la néoténie dans le courant de l’achèvement biosociologique qu’elle ouvre à Homo geographicus. Celui-ci est passé de la mémoire épisodique individuelle interne à la mémoire symbolique collective externe, ce que M. Donald [Donald, 1999] nomme l’EMEX, Espace de Mémoire de Travail Externe (figure 4), concept aisément compréhensible pour les pratiquants de la Toile. L’internaute à connaissance extravertie, socio-appareillé électroniquement, a remplacé l’érudition introvertie sociobiologique symbolisée par G. Pic de la Mirandole.

  • 41 Néologisme.

130En second, une réflexion sur une des conséquences actuelles de la « néoténie » : la prédication « EMEXdistribuée41 » permise par l’élaboration de modèles de répartitions « optimales » de réseaux urbains. Il en existe beaucoup, plus ou moins mathématisés en géographie. Nous retenons ceux qui sont pris en compte par l’économiste P. Krugman dans la nouvelle formalisation qu’il en donne et dont il est difficile de décider s’il s’agit d’une auto-organisation – terme qu’il emploie – ou d’une autocréation dans la quasi-clôture opérationnelle qui internalise la stabilisation d’un système de lieux centraux.

131Il ne s’agit pas d’examiner l’apport de cet auteur en détail mais de souligner dans le cadre de ce qu’il nomme les « paysages complexes dynamiques » [Krugman, 2002, p. 39] son acceptation de la théorie hexagonale de Loesch. Il en construit une version émergente par ascendance (bottom up) contrainte par la main invisible d’une logique « T-Sphère » imposée par l’emboîtement concurrentiel des espacements d’échelle population/service. Il souligne la difficulté du fait de l’unidimensionnalité de son modèle d’évaluer même qualitativement sa complexité. Il en ressort clairement cependant que P. Krugman raisonne en événement (économie d’échelle poussant à la concentration) et anti-événement (économie de transport multipliant les localisations). On retrouve des lois spatiales exprimées selon la logique de S. Lupasco et réifiées par (auto)organisation ou par (auto)création dans la sphère de balancement cybernétique, donc temporelle, d’un état « T ».

Figure 4. L’EMEX et la transition actuelle anthroposystème/géoanthroposystème

132Le troisième axe concerne les concepts spécifiques à une géographie transdisciplinaire liant – on retrouve les interrogations de P. Krugman –mobilité/ localisation et espacements/ concentration, mais qui pointe aussi les insuffisances de ces paysages complexes dynamiques sans terreau, oubliant que toute « matière-énergie » fabriquée économiquement est une autre forme du cycle « énergie-matière » transformée écologiquement. La fabrication est une autre forme de transformation, une dérivation imposée par un Homo economicus sorti des obligatoires habits d’Homo geographicus. Elle appelle toujours valeurs ajoutées toutes les déperditions entropiques coactives aux chaînes de transformation de consommation intermédiaire, même si, actuellement, ces chaînes dépassent la consommation terminale pour être évaluées jusqu’au déchet ultime de façon à réduire et à concevoir de ce fait une suite de moindre déperdition. Il y a là l’idée de la mise en place d’une transversalité géoanthroposystémique. C. Raffestin [1992] a explicité très clairement pour notre discipline la nécessité de réfléchir à une écogéographie englobant l’humain et le physique. G. Pillet, H.T. Odum [1987] avaient déjà mis en place les bases d’une écologie économique. Dans l’une et l’autre approche, une reprise en considération de γη (gé), au-delà du consommateur terminal de l’anthroposystème, une marche vers des « T-Sphères » urbaines géoanthroposystémiques, réfléchie selon une médiance espace/étendue, est proposée.

  • 42 La bibliographie de l’article permet de suivre le cheminement heuristique 1995-2009.

133Les recherches effectuées en géométrie fractale par l’équipe du professeur P. Frankhauser à Besançon depuis 1995, ouvrent une nouvelle piste remarquable d’efficacité théorique et opérationnelle à la connaissance de cette médiance. Nous prendrons pour exemple de cette perspicacité géographique l’article de C. Tannier42 [2009] dont on analysera l’articulation du raisonnement et dont on soulignera l’apport heuristique.

134Le raisonnement ouvre la voie à la solution d’un problème posé par M. Webber qu’on peut généraliser ainsi : comment savoir si les flux comportementaux multivitesse [Ollivro, 2000] correspondent à l’arrangement multi-échelle des espaces bâtis ? Rajoutons : et inversement. La figure 5 résume la réponse apportée par une théorie d’une auto-organisation fractale des villes. L’argumentaire dialectique de la page 138 de l’article y est reproduit sous la forme cybernétique « T-sphère », très détaillée pour que les correspondances indiquées puissent être réfutées. On y voit que les optimalités ont été considérées comme des potentiels, les observés comme des actuels qui réalisent mal mais cherchent à réaliser ces potentiels par la construction antagoniste contradictoire d’une double actualisation, ce qu’exprime la liaison en rétroaction qui représente l’action humaine empirique et scientifique.

Figure 5. Implication contradictoire et contre-potentiel

135L’apport heuristique fonde ce raisonnement : dans la ligne de W. d’Arcy Thompson [1917-1948], avec des instruments que celui-ci n’avait pas, cet apport introduit explicitement le rôle de la forme comme concept et instrument géographique fondamental qui, à travers l’analyse multi-échelle, permet de joindre « extérieur » et « intérieur » d’une agglomération réticulée. Cette introduction de la forme, due à P. Frankhauser et à M. Batty, apparaît bien dans la figure 7 de l’article de C. Tannier [2009] : dans le modèle mono-échelle, les « cellules intéressantes à urbaniser » renforcent la compacité d’un urbanisme réticulaire diffus ; dans le modèle multi-échelle, les mêmes cellules augmentent le contact écosystème/géosystème pour le même urbanisme diffus, c’est-à-dire permettent la création d’une agglomération géoanthroposystémique.

136Il y aurait à ce sujet bien d’autres réflexions à présenter. Une seule conclura ce 3ème axe : la géographie étudie non seulement l’arrangement des lieux mais aussi la forme de cet arrangement, c’est-à-dire l’antagonisme contradictoire qui génère un ordre spatial.

Face à l’écosystème le besoin de préciser un contenu du géosystème implique une recherche

137La transformation en structures fractales au niveau de l’agglomération de trames créées dimensionnellement à grande échelle peut être comprise comme une expression de la mobilité propre à la vie animale.

138La nôtre, de moins en moins piétonne au fur et à mesure de l’étalement de nos villes, a en effet enfermé notre mobilité dans la logique de cet espace quadridimensionnel [XYZ, T] appelé automobile, utilisé par une population croissante, en circulation sans cesse accrue. Celle-ci se heurte à l’incompressibilité des capacités d’écoulement des véhicules, c’est-à-dire aux nécessités quotidiennes « d’une vie courante » sans jeux de mots. L’organique s’impose à travers le fabriqué : on le devine à suivre les résultats des études sur la fractalité des transports urbains.

139Y a-t-il plus ? La création de sous-centres est-elle l’expression fractale d’une réaction vitale au défaut de proximité ? On retrouverait les problèmes, en contrepoint, de seuils de refus de déplacement. L’impression se dégage d’une insuffisance du dimensionnel seul pour répondre en milieu urbain aux besoins sociobiologiques de la ville, de son articulation nécessaire en antagonisme contradictoire dans la constitution de parcs urbains associant la fractalité minérale à la fractalité biosphérique au plus intime d’un couplage de leurs trames. D’un couplage ? Lequel ou lesquels ? C’est une question ouverte. Encore faut-il apprendre à la poser.

140Si cette conception est en cours pragmatiquement dans plusieurs pays du monde, elle reste peu conceptualisée. Elle repose d’ailleurs épistémologiquement le problème de l’organicisme. Son évidence biophysique n’est pas en cause ; par contre il semble impossible de ne pas ouvrir la discussion sur le danger que présente un organicisme social. On risque de quitter le systémisme, où l’interaction entre toutes les parties (la majorité connue) est fondamentale pour un holisme où elles sont ignorées ou mal prises en compte parce que totalement dépendantes du tout.

141Dynamisme biophysique et dynamisme sociobiologique sont plus ou moins bien couplés sociologiquement à travers l’homogénéité biologique qui les fait communiquer selon, semble-t-il, un processus fractal de clôture opérationnelle en objet urbain. Son étude dans cet article nous conduit à retenir les propositions suivantes.

142– Comme le néotène l’objet urbain est en individuation constante. C’est un géosystème à réplicabilité minérale redoutable pour les écosystèmes qu’il consomme et encombre, qui, sous la dénomination de villes, continue selon les géohistoires régionales à traverser trois phases : écosystémique passée, anthroposystémique actuelle, géoanthroposystémique en discussion. Il serait souhaitable que la phase actuelle, l’anthroposystémique, soit une phase de transition aussi courte que possible vers une expansion urbaine écouménopolitaine largement ouverte en couloirs et parcs urbains au biomimétisme et au dimensionnement fractal.

143La série spatio-temporelle « trame-structure-processus-système-scénario », expression géographique de la transduction de G. Simondon, a montré sa pertinence quant aux effets géographiques de sa diffusion, mais devant l’incontournable apport de la fractalité, son insuffisance théorique : il devient nécessaire d’écrire désormais dans une organisation provisoire « trame-forme-structure-processus-système-scénario ». La réflexion géo-anthroposystémique implique aussi une inversion provisoire selon une suite « scénario-système-processus-structure-forme-trame ». Le scénario ouvre la discussion pour la mise en place déjà en cours d’expériences à logique lupascienne d’antagonismes contradictoires créateurs d’un débat démocratique usagers-experts.

144En effet, l’objet technique « géoanthroposystème » dans son mode d’existence à n’importe quelle échelle s’affirme comme un objet social : il faut que la société le reçoive, il faut qu’elle y ait accès. Il ne s’agit que rarement de pures technicités : les créations sont technico-sociales ou socialo-techniques, et elles connectent toutes des sources d’énergie à des « populations », organisations historiques d’utilisateurs producteurs d’énergie : ainsi, les géosystèmes urbains qu’elles individualisent en « concrétisations » à l’essai.

Conclusion

145Le géosystème est donc bien, comme le souligne Y. Guermond [2009], un élément indispensable du système terrestre, mais à la condition expresse de le comprendre et de l’ouvrir au concept de géoanthroposystème. Il possède alors et une valeur heuristique scientifique : explorer la rupture de déterminisme homme-environnement qui fait de la ville une clôture opérationnelle créant contre-aléatoirement un milieu quasi-homéostatique pour ses sociétés biologiques ; et une valeur opérationnelle qui permet à ces mêmes sociétés – créatrices des transformations qui leur approprient la Terre – d’y réfléchir en un débat antagoniste contradictoire liant experts et usagers, ce qui conduit au concept de géoanthroposystème. En effet, γη (gé) représente l’écosystème Terre et les géosciences ; Anthropos, l’écosystème Urbs (géosystème), et les transformations déjà réalisées ainsi que les sciences humaines ; le système représente les interactions méthodologiques entre les deux.

146On comprend l’importance de la lisibilité d’une articulation signifiant-signifié qui parle d’une même voix dans le débat qu’il soit scientifique ou citoyen. Pourquoi ? Géosystème ne met en avant que l’offre terrestre ; antroposystème la demande humaine ; seul géoanthroposystème est un concept qui exprime le couplage (système) à la terre (γη, gé) de l’action humaine (anthropos).

147Essayons de faire le point des propositions-interrogations des deux articles. Il faut dépasser l’histoire épistémologique de la naissance de la notion de géosystème et réfléchir au poids des mots nécessaires pour asseoir une épistémologie critique et opérationnelle ; ce que propose le concept de géoanthroposystème, et donc niché à l’intérieur même du concept : Homo geographicus, obligatoire compagnon de ses transformations au fur et à mesure de la transduction urbaine. Elle se dégage en trois phases inégales d’individuation, historiquement repérables ; inégalement réparties, elles existent encore aujourd’hui.

148Une phase de longue mise au point, à limites énergétiques biosphériques à appareillage mécanique. Une résilience éco-anthroposystémique s’y élabore avec la genèse du premier archétype de ville (exemple symbolique du M’zab), quasi organique, selon une logique antagoniste contradictoire terre/néotène limitée par la rigidité des appareillages mécaniques et la nécessité pour les manœuvres de faire appel à une force collective biologique équivalente : « Deux cents grenadiers ont dressé en une journée de travail l’obélisque de Louqsor ; un grenadier ne l’aurait pas fait en deux cents jours » [Proudhon, 1840]. Cette phase s’achève autour du point d’inversion symbolique de « 1884 », pendant paléotechnique du point d’inversion paléolithique de « -100 000 ans » d’Y. Coppens.

149Une phase extrêmement courte en coexistence avec la précédente, bénéficiaire d’un excédent énergétique fabuleux, suit : l’avatar néoténique, très géographiquement localisée, celle d’Homos occidentalis qui, comblée par les conquêtes de la thermodynamique, en oublie ses repères écosystémiques. Des unités urbaines nouvelles à haute énergie dissipative, à luxuriance anthropique, installent alors un nouveau type de villes ; ce dernier, de plus en plus biologiquement homéostatique, mais socioculturellement très inégalement réparti selon la « puissance » et la « richesse », et surtout, surtout détaché quant à sa résilience de tout souci d’ordre créateur antagoniste contradictoire avec γη (gé). Les écoles d’architecture urbaine proposent des « villes totales » fonctionnelles, puis des gammes de variations spatiales sur les semi-treillis. Les chorotaxies en sont remarquables d’ingéniosité. Certaines protègent même un peu le terreau planétaire local. Cela pour dire qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Le terme anthroposystémique proposé pour cette petite période traduite bien cet autisme ou ce vain redoublement insoutenable [Bonnin, Berque, 2006] : on peut dire, en effet, que cette phase Homo economicus, dans laquelle nous trempons encore et que nous essayons de quitter, a tenté de mettre au point, sans « projet » social participatif ou non, un autarcisme absolu « anthropo-anthroposystémique » ; une espèce de bizarre anthropidicée : l’homme y juge l’homme, sans l’avouer, selon le côté où il demeure, le long de cette ligne des échanges inégaux dits libres, imposés via l’impérialisme colonial, politique ou économique ou technique, masqué par l’idéologie du marché.

150Cet archétype entre actuellement, semble-t-il, dans une phase plus réfléchie, celle peut-être qui va accentuer le tournant géographique analysé par J. Levy [1999] et qui paraît se construire grâce aux nouveaux regards proposés par l’écologie scientifique ; celle transdisciplinaire de G. Pillet et H.T. Odum, par exemple, ou celle encore d’une écologie à opposition technique contradictoire ou d’une économie à opposition écologique contradictoire. C. Allègre [1990 ; 1993 ; 2010] présente une trame réfutable – dans l’acceptation épistémologique poppérienne de ce terme – ouverte à un débat expert-citoyen. Ceci nous éloigne de l’obsédant matraquage médiatique que nous subissons et qui va quelquefois jusqu’à demander que l’on programme des « régressions » dans tous les domaines : production, consommation, procréation. Il ne s’agit jamais d’utiliser des potentiels mais de réduire des actualisations plus ou moins bien repérées (figure 5).

  • 43 En ce qui concerne les experts, il conviendrait de distinguer les experts qui raisonnent plus en ac (...)

151Indépendamment de la discussion de fond qu’il faudra bien aborder, on peut dire de suite que cette vision d’école ne correspond à aucune tendance générale. L’archétype urbain, nous le constatons, augmente encore sa concrétisation à luxuriance anthropique. Pour reprendre une des idées humanistes d’Y. Guermond, une éducation bien cadencée est peut-être en couveuse dans les débats participatifs experts-usagers. A une condition incontournable si l’on ne veut pas qu’ils s’échinent à bâtir un cul de sac dès la ligne de départ : que la plateforme de réflexion soit géoanthroposystémique, qu’elle constitue le code de traduction qui homogénéise entre leurs positions antagonistes contradictoires les « possibilités » de la Terre et les « villes désirées » par l’Homme-habitant. Un processus de construction planétaire équitable de sous-régulation se trouve en puissance dans le concept de géoanthroposystème urbain. Encore faut-il en construire une pédagogie qui le tire du pli verbal de son expression et ouvrir les urbains aux débats permis par la concertation géocartographique. Ceci n’est pas simple. Les textes très éclairants de J.B. Racine [2008 ; 2009] le montrent parfaitement : l’actualisation prégnante des experts institutionnels normalise réglementairement toute action « mal alignée » des usagers. Cela conduit à l’idée de la nécessaire mise en place d’experts-usagers à pouvoir décisionnel et non simplement consultatif face aux experts institutionnels43 ; l’idée aussi – nous en parlerons plus tard en détail – des nouvelles trames structurantes que cela suppose ; du nouvel esprit que cela demande. Une remarque bouclerait cette conclusion : on ne peut pas « choisir sa ville » sans en connaître les contraintes locales et globales, donc sans évaluer sa résilience de proximalité « Médiance/T-Sphère », son potentiel d’adaptation spatio-temporelle [Pumain, 1996] dans un monde de réseaux territorialisés. Choisir sa ville implique une pédagogie citoyenne qui mette à la portée du plus grand nombre, le plus clairement possible, les concepts de ville géoanthroposystémique et de clôture opérationnelle urbaine.

152Bouclerait ? Il faut peut-être aller plus loin dans la réflexion. Dans un texte très parallèle au mien, mais avec sa grande clarté et les mots d’un philosophe, M. Serres [2009] aboutit à une conclusion beaucoup plus drastique. La Terre, dit-il, est devenue un sujet-tiers inclus entre anthropos et anthropos. Que les actions Homme soient obligatoirement reliées, quelles que soient les techniques (ceinture satellitaire comprise), par la Terre, cela va de soi. Par contre, la Terre ne peut être, logiquement et/ou concrètement, à la fois tiers inclus et sujet.

153Une Terre « sujet » signifie une Terre qui nous prédique comme nous la prédiquons. Ce qu’elle a toujours fait et continue à faire. Mais lui reconnaître vraiment un rôle de sujet oblige à nommer aussi autrement les trois phases toujours imbriquées que nous avons distinguées. Il s’agit dans une vision plus ample d’une théodicée : phase écosystémique ; d’une anthropodicée : la fluctuation que nous habitons ; d’une géoanthropodicée aussi, dans laquelle nous avons à démêler une bifurcation à travers des fluctuations incertaines. La pluridisciplinarité demande la constitution d’une éthique plurimodale, une géoanthropoéthique nous permettant d’habiter tous les bâtiments nouveaux et anciens de la maison humaine. Anthropos « sujet » doit dialoguer avec le sujet Terre à la recherche d’une nouvelle médiance « T-Sphère ». Nous retournons à A. Berque : il s’agit bien d’un changement de prédicat. On peut l’énoncer approximativement faute de vocabulaire adéquat : le géoanthroposystème est un devenant-ville comme le néotène qui se construit avec lui en le construisant est un devenant-Homme. Nous retrouvons aussi la logique du tiers inclus : un antagonisme contradictoire associant obligatoirement Anthropos et γη (gé) dans la génération continuelle d’un ordre à dominante urbaine réclame qu’on expérimente le concept opérationnel de contre-potentiel avancé ici pour instrumentaliser transdisciplinairement la formulation de la logique de S. Lupasco.

Haut de page

Bibliographie

Aguesse P., 1971, Clefs pour l'écologie. Seghers éditions, Paris, 222 p.

Allemand S., 2009, Sous la ville durable, le génie urbain. Rencontre avec les ingénieurs de l’EIVP, Editions Les Carnets de l’Info, Paris, 325 p.

Arcy Thompson (D’) W., 1917, On growth and Form. Traduit en 1994 par Teyssié D. sous le titre : Forme et croissance, Seuil, CNRS, Paris, 336 p.

Atkins P.W., 1987, Chaleur et désordre. Le deuxième principe de la thermodynamique. Editions Belin, Pour la Science, 1ère édition, 1984, Paris, 214 p.

Attali J. (en coll.), 2009, Le sens des choses. Editions Robert Laffont, Paris, 319 p.

Badescu H., Nicolescu B. (sous la dir.), 1999, Stéphane Lupasco : l’homme et l’oeuvre. Editions du Rocher, Monaco, 356 p.

Bairoch P., 1969, Révolutions industrielles et sous-développement. Sedes, Paris, 369 p.

Bairoch P., 1985, De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l’histoire. Arcades, Editions Gallimard, Paris, 708 p.

Barles S., 1993, La pédosphère urbaine : le sol de Paris xviiie-xxe siècles. Thèse de doctorat nouveau régime. Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Spécialité Urbanisme-Aménagement, Paris, 472 p. + annexes.

Barrue-pastor M., Bertrand G. (eds), 2000, Les temps de l’environnement. Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 544 p.

Batty M., Longley P., 1979, Fractal cities. A geometry of form and function. Academic Press, London, New York, 394 p.

Berque A., 1990, Médiance. GIP Reclus, Montpellier, 158 p.

Berque A., 1996, Etre humains sur la terre. Editions Gallimard, Paris, 212 p.

Berque A., 1997, « Entre l’éden et le nouveau paradigme : le discours méthodologique au Japon », p. 221-237, in : Larrère C., Larrère R., La crise environnementale, INRA Editions, Paris, 299 p.

Berque A., 2000, Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Belin, collection Mappemonde, Paris, 271 p.

Bonnin P., Berque A., Ghorra-Gobin C., 2006, La ville insoutenable, Belin, collection Mappemonde, Paris, 366 p..

Bolk L., 1926-1960, « La genèse de l’homme », Arguments, n° 18, p. 3-13.

Boutot A., 1993, L’invention des formes. Chaos, Catastrophes, Fractales, Structures dissipatives, Attracteurs étranges. Editions Odile Jacob, Paris, 377 p.

Braudel F., 1979, Le temps du monde. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, Tome 3, Collection Armand Colin, Paris, 607 p.

Bretagnolle A., Robic M.-C, 2005, « Révolution des technologies de communication et représentations du monde » -1. « Monde-point et monde difforme », -2. « Du petit monde au monde sans échelles », L’Information Géographique, Juin, vol. 69 p. 150-167 et 168-183.

Cauvin C., Lepetit B. Reymond H., 1987, « Cartes postales : un espace de relation dans la France pré-industrielle ». Histoire de la mesure. vol. II, n° ¾, p. 89-114.

Cauvin C., Gerber P., en collaboration avec Bronner A.C., Hirsch J., Schaub G., 1998, Communauté Urbaine de Strasbourg. Une première approche de la répartition socio-spatiale. Etat des lieux 1990. Etude réalisée à la demande de la Communauté Urbaine de Strasbourg. Direction des Etudes et de la Prospectives. Texte ronéoté, Strasbourg, 86 p.

Changeux J.P., 1983, L’homme neuronal. Editions Fayard, Le temps des sciences, Paris, 419 p.

Changeux J.P., 2002, L’homme de vérité. Editions Odile Jacob, Sciences, Paris, 448 p.

Chapelon L. (coord.), 2000, Transports et énergie, Atlas de France, dirigé par T. Saint-Julien, volume 11, Reclus, CNRS-GDR Libergéo, La Documentation Française, Paris, Montpellier, 144 p.

Clergeau P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Editions Apogée, Bretagne (France), 137 p.

Coppens Y., 2009, Le présent du passé. L’actualité de l’histoire de l’homme. Editions Odile Jacob, Paris, 290 p.

Dauphiné A., 1995, Chaos, Fractales, et dynamiques en géographie, Collection Espaces Mode d’emploi, Editions Reclus, Montpellier, 135 p.

Dauphiné A., 2003, Les théories de la complexité chez les géographes, Editions Anthropos, Paris, 248 p.

Delahaye J.P., 2009, Complexité aléatoire et complexité organisée. Editions Quae, Sciences en questions, Versailles, 75 p.

Deloison Y., 2004, La préhistoire du piéton. Essai sur les nouvelles origines de l’homme. Editions Plon, Paris, 132 p.

Diamond J., 1997, De l'inégalité parmi les sociétés. Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire. Gallimard NRF, Collection Essais, Paris, 484 p.

Diamond J., 2006, Effondrement : comment les sociétés décident de leur disaparition ou de leur survie, Editions Gallimard NRF, Collection Essais, Paris, 648 p.

Diu B., 2000, Traité de physique à l'usage des profanes, Editions Odile Jacob, Collection Sciences, Paris, 672 p.

Diu B., 2005, La physique mot à mot, Editions Odile Jacob, Collection Sciences, Paris, 721 p.

Donald M., 1999, « Les origines de l’esprit moderne. Trois étapes dans l’évolution de la culture et de la cognition », Editions De Boeck Université, Bruxelles, Paris, 424 p.

Dufour D.R., 1998, Lettres sur la nature humaine à l'usage des survivants, Calmann-Lévy, Paris, 144 p.

Dufour D.R., 2005, On achève bien les hommes. De quelques conséquences actuelles et futures de la mort de Dieu, Editions Denoël, Paris, 352 p.

Duessenberry J.S., 1949, Income, Saving and the Theory of Consumer Behavior, Harvard University Press, Cambridge (USA).

Duvigneaud P., Goedhuys I., Tanghe M., 1977 a, Carte écologique de l'occupation des sols et des degrés de verdurisation de l'agglomération bruxelloise au 1/10000e : Situation en mars 1975 : 4 feuilles. Editions Agglomération de Bruxelles – Service de l’Environnement, Bruxelles.

Duvigneaud P., Denaeyer De Smet S., Tanghe M., 1977b, Carte écologique de l'occupation des sols et des degrés de verdurisation de l'agglomération bruxelloise, Notice explicative. Editions Agglomération de Bruxelles – Service de l’Environnement, Bruxelles, 42 p.

Fischesser B., Dupuis-Tate M.F., 1996, Le guide illustré de l’écologie. Editions de la Martinière, collection Nature Ecologie, Paris, 319 p.

Forrester V., 2009, Virginia Woolf. Edition Albin Michel, Essais Doc, Paris, 347 p.

Frankhauser P., 1994, La fractalité des structures urbaines, Anthropos, Economica, Collection Villes, Paris, 291 p.

Gerber P., 2000, Gentrification et confort post-moderne. Eléments émergents de nouvelles centralités. L’exemple de Strasbourg. Thèse de doctorat en géographie, Université Louis Pasteur, Strasbourg I, vol. 1, 575 p.

Godelier M., 2007, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Editions Albin Michel, Bibliothèque Idées, Paris, 295 p.

Grataloup C., 2009, « La condition géohistorique entre diffusion et asabiya », Atala, La distance objet géographique, n° 12, Rennes, p. 215-227.

Guermond Y., 2009, « A propos du géosystème », Cybergeo, Le Géosystème, mis en ligne le 05 octobre 2009, modifié le 24 novembre 2009. URL : http://cybergeo.revues.org/index22699.html.

Haggett P., 1973, L’analyse spatiale en géographie humaine. Traduction : Hubert Fréchou, Collection A. Colin, Paris, 390 p.

Haniotou H., 1989, La ville – objet technique, mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies, Université Louis Pasteur, Département de Géographie, Strasbourg, 54 p.

Haugier S. (coord.), 2009, L’environnement à la croisée des savoirs, Préface de N. Kosciusko-Morizet, Editions Vuibert, Paris, 314 p.

Haynes R., 1975, « An introduction to dimensional analysis for geographers », Geographical Analysis, vol. 7, n° 1, p. 51-67.

Haynes R., 1982, « An introduction to dimensional analysis for geographers », Catmog, n° 33, London, 52 p.

Heidegger M., 1986, Etre et temps, Gallimard, Bib Philosophie, Paris, 1ère édition : 1927, 587 p.

Hottois G., 1993, Simondon et la philosophie de la "culture technique". Editions de Boeck Université, Le point philosophique, Bruxelles, Paris, 140 p.

Isnard H., Racine J.B., Reymond H., 1981, « Problématiques de la géographie, Presses Universitaires de France, Paris, 262 p.

Jacquard A., 1998, L'équation du nénuphar. Les plaisirs de la science. Calman-Levy, Livre de Poche, n° 14811, Paris, 184 p.

Krugman P., 2008, L’économie auto-organisatrice. Editions De Boeck, Ouvertures économiques (traduction : F. Leloup), Bruxelles, Paris, 129 p.

Le Bris E., 2000, « Ouagadougou : de l’immobilisme à l’entropie », p. 381-399, in : Dureau F. et al., Métropoles en mouvement. Une comparaison internationale, Economica Anthropos Coll. Villes, Paris, 651 p.

Leveque C., Muxart T., Abbadie L., Weil A., van der Leeuw s., 2003, « L’anthroposystème : entité structurelle et fonctionnelle des interactions sociétés - milieux ». In Leveque C., van der Leeuw s., (eds) Quelles natures voulons-nous ?, Elsevier, Paris, p. 110-129.

Leveque C., Muxart T., 2004, « L’anthroposystème », Hypergéo, Rubrique : Relations sociétés/ environnement, sous-rubrique : concepts, article 270, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article270.

Levy J., 1999, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde. Editions Belin, Mappemonde, Paris, 400 p.

Lupasco S., 1951, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie (prolégomènes à une science de la contradiction), Hermann, Paris, 135 p.

Lupasco S., 1960, Les trois matières. Collection 10/18, n° 473, Paris, 187 p.

Lupasco S., 1967, Qu’est-ce qu’une structure ? Christian Bourgois Editeur, Paris, 110 p.

Lupasco S., 1970, La tragédie de l’énergie, Casterman Poche, Paris, 141 p.

Lupasco S., 1974, L’énergie et la matière vivante. Editions Julliard, Paris, 353 p., 1ère édition, 1962.

Lussault M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain. Editions du Seuil, Paris, 366 p.

Makassikis M., 2009, « Le fabuleux destin de l’environnement », p. 39-51, in : Haugier S. (coord.), L’environnement à la croisée des savoirs, Préface de N. Kosciusko-Morizet, Editions Vuibert, Paris, 314 p.

Mandelbrot B., 1975, Les objets fractals. Forme, hasard et dimension. Editions Flammarion, Nouvelle bibliothèque scientifique, Paris, 192 p.

Marchetti C, 1991, « Voyages dans le temps. Considérations pour une meilleure exploitation de la liaison fixe », Futuribles, n° 156, p. 19-29.

Maturana H.R., Varela F.J., 1994, L’arbre de la connaissance, Addison-Wesley France, Paris, 258 p.

mumford L., 1950, Technique et civilisation, Collections Esprit « La cité prochaine », Editions du Seuil, Paris, 414 p.

Nicolas-O. G., 1984, L’espace originel. Axiomatique de la géographie, Collection Eratosthène, Peter Lang, Berne, Francfort sur le Main, New York, 317 p.

Nicolescu B., 1999, « Le tiers inclus, de la physique quantique à l’ontologie », p. 113-144, in : Badescu H., Nicolescu B., Stéphane Lupasco : l’homme et l’œuvre. Editions du Rocher, Monaco, 356 p.

Odum H.T., Odum E.C., 1981, Energy basis for Man and Nature, McGraw Hill Higher Education, New York, 337 p.

Offner J.M., Pumain D., 1996, Réseaux et territoires, significations croisées, Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 284 p.

Ollivro J., 2000, L’homme à toutes vitesses. De la lenteur homogène à la rapidité différenciée, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 179 p.

Peuquet D., 1994, « It’s about time : a conceptual framework for the representation of temporal dynamics in geographic information systems », Annals of the Association of American Geographers, vol. 84, n° 3, p. 441-461.

Picq P., 2003, Au commencement était l’homme. De Toumaï à Cro-Magnon. Editions Odile Jacob, Paris, 257 p.

Pillet G., Odum H.T., 1987, E3. Energie, écologie, économie. Georg éditeur, Genève, 257 p.

Pillet G., 1993, Economie écologique. Georg éditeur, Genève, 223 p.

Popper K., 1972, La connaissance objective, Presses Universitaires de France, Editions Complexes, Paris, 174 p.

Popper K., 1973, La logique de la découverte scientifique, Payot, Paris, 480 p.

Prigogine I., Stengers I., 1979, La nouvelle Alliance, NRF Gallimard, Paris, 296 p.

Proudhon P.J., 1840, Qu’est-ce que la propriété ? Ou Recherches sur le principe du droit et du développement, réédité en 2001, Adamant Media Corporation, Boston, 237 p.

Pumain D., Saint-Julien T., Sanders L., 1989, Villes et auto-organisation, Economica, Anthropos, Serie Villes, Paris, 191 p.

Pumain D., 1996, « Le temps et les villes », UKPIK, n° spécial, Mélanges offerts à J.L. Piveteau, Fribourg (Suisse), p. 17-31.

Pumain D., 2009, « Essai sur la distance et l’espace géographique ». Atala, La distance objet géographique, n° 12, Rennes, p. 33-49.

Pumain D., 2009, « L’espace, médium d’une construction spiralaire de la géographie, entre société et environnement ». p. 163-197, in : Walliser B., La cumulativité du savoir en sciences sociales, Editions de l’EHESS, coll. Enquêtes 8, Paris, 384 p.

Racine J.B., Reymond H., 1973, L’analyse quantitative en géographie, PUF, Collection SUP, Paris, 316 p.

Racine J.B., Pumain D., 1999, « L’Homo geographicus : de l’emprunt à l’empreinte », Revue Européenne de Sciences Sociales, Tome XXXVIII, n° 119, p. 77-86., PUF, Collection SUP, Paris, 316 p.

Racine J.B., 2008, « Projet urbain et démarche participative : contribution géographique à la possibilité de choisir sa ville aujourd’hui. Quelques leçons de l’expérience lausannoise », Bulletin de la Société géographique de Liège, n° 50, p. 5-15.

Racine J.B., 2009, « Città e democrazia partecipata : le nozze tra esperto e profano. Riflessioni sul possibile coinvolgimento del sapere geografico » (Ville et démocratie participative : les notes de l’expert et du profane. Réflexion sur l’engagement possible d’un savoir géographique), chapitre 9, pp. 129-142, in : Collectif, Le frontiere della geografia,Utet Università Editore, Italie, 384 p.

Raffestin C., 1992, « Géographie et écologie humaine », p. 23-36, in : Bailly A., Ferras R., Pumain D., Encyclopédie de géographie, Economica, Paris, 1132 p.

Ramade F., 2002a, Dictionnaire encyclopédique de l'écologie et des sciences de l'environnement, Editions Dunod, Paris, 1075 p.

Ramade F., 2002b, Ecologie appliquée, Editions Dunod, Sciences Sup, Paris, 6ème édition, 864 p.

Reichholf J.H., 1991, L'émergence de l'homme. Champs Flammarion, Munich, Paris, 356 p.

Reichholf J.H., 1993, L'émancipation de la vie. Flammarion, Stuttgart, Paris, 322 p.

Reymond H., 1981, « Une problématique théorique de la géographie : plaidoyer pour une chorotaxie expérimentale », chap. 3, p. 163-249, in : Isnard H., Racine J.B., Reymond H., Problématiques de la géographie, Presses Universitaires de France, Paris, 262 p.

Reymond H., Cauvin C., Kleinschmager R. (coord), 1998, L’espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates, Economica Anthropos, Coll. Villes, Paris, 557 p.

Reymond H., 2007, « Une évolution urbaine émergente : de l’ancienne symbiose ville-campagne à la future synergie des parcs urbains », p. 207-220, in : Da Cunha A., Matthey L. (coord), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 488 p.

Reymond H., 2009a, « L’intérêt géographique de la logique de S. Lupasco et de la théorie de la néoténie : proposition d’un crible transdisciplinaire pour l’étude de la résilience des géosystèmes urbains », Cybergeo, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 451, mis en ligne le 30 avril 2009, modifié le 03 juin 2009.

Reymond H., 2009b, « Du géosystème au géoanthroposystème », Cybergeo, Le Géosystème, mis en ligne le 01 décembre 2009, modifié le 01 décembre 2009. URL : http://cybergeo.revues.org/index22791.html.

Ribot T., 1897-1919, L’évolution des idées générales. Librairie F. Alcan, Paris, 1ère édition, 1897, 5ème édition, 1919, 268 p.

Robic M.C. (sous la dir.), 1992, Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Economica, Paris, 343 p.

Rozenblat C., 2007, « Villes et réseaux « petits-mondes » », p. 81-103, in : Da Cunha A., Matthey L. (coord), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 488 p.

Serres M., 2009, Le temps des crises, Manifestes ! Editions Le pommier, Paris, 79 p.

Simondon G., 1969, Du mode d’existence des objets techniques, Editions Aubier, Paris, 265 p.

Simondon G., 1989, L’individuation psychique et collective. Editions Aubier, Paris, 293 p.

Sloterdijk P., 1999, Règles pour le parc humain. Editions Mille et une nuits, Paris, 63 p.

Sloterdijk P., 2000, La Domestication de l'Être. Editions Mille et une nuits, Paris, 111 p.

Sloterdijk P., 2003, Sphères, 1. Bulles, Pauvert Editions, Paris, 686 p.

Sloterdijk P., 2005, Sphères, 3. Ecumes, Maren Sell Editeurs, Paris, 791 p.

Spire A., 1999, La pensée Prigogine, Desclée de Brouwer, Paris, 209 p.

Stiegler B., 1993, « Temps et individuation technique, psychique et collective dans l’œuvre de G. Simondon », Multitudes n° 6, Revue politique, artistique et philosophique, Articles et chroniques, Futur antérieur 19-20 : 1993/5-6, Mise en ligne le jeudi 23 octobre 2003, URL : http://multitudes.samizdat.net/Temps-et-individuation-technique.html

Tannier C., 2009, « Formes de villes optimales. Formes de villes durables. Réflexion à partir de l’étude de la ville fractale », Espaces et Sociétés, vol. 3, n° 138, p. 153-171.

Tobler W., 1981, "A Model of Geographical Movement”, Geographical Analysis, vol. 13, n° 1, p. 1-20.

Tobler W., 2001, "Geographical Movement", Conférence avec présentation power point, URL : http://www.geog.ucsb.edu/~tobler/presentations/shows/Movement_files/v3_document.htm.

Turco A., 1988, Verso una teoria geografica della complessita, Edizioni Unicopli, Milano, 184 p.

Varela F.J., 1989, Connaître les sciences cognitives. Tendances et perspectives. Editions du Seuil, Paris, 126 p.

Varela F.J., 1993, L'inscription corporelle de l'esprit. Editions du Seuil, Paris, 382 p.

Vendryes P., 1956, Déterminisme et autonomie, Editions A. Colin, Paris, 206 p.

Vendryes P., 1973, Vers la théorie de l’homme, Presses Universitaires de France, Paris, 284 p.

Veyret Y., Arnould P., 2008, Atlas des développements durables, Editions Autrement, Paris, 87 p.

Wackernagel M., Rees W., 1999, Notre empreinte écologique, Les éditions Ecosociété, Montréal, 207 p.

Webber M., 1964, The urban place and the non place urban realm. Traduction 1996 : L’urbain sans lieu ni bornes, (préface et annotations de F. Choay), Editions de l’Aube, Paris, 123 p.

Haut de page

Notes

1 On rappelle que l’archétype (comme dans une acception différente l’idéal-type) n’est pas une moyenne de réalisations urbaines constatées. C’est un modèle primitif (αρχετυπον, archétupon) créateur potentiel permanent qu’on retrouve au cœur de toutes les actualisations qu’il génère.

2 In : « Le Guetteur mélancolique ». Cette poésie consacrée aux villes ne porte pas de titre.

3 La malle-poste, pas la diligence dont les vitesses identiques partout n’ont aucune raison, a priori, de déformer cet espace plus que la route actuelle. Assertion à vérifier… et à discuter

4 Selon leur charge et la fluidité des infrastructures.

5 24 : 24 heures.

6 Il s’agit de la complexité organisée de C. Bennett [in Delahaye, 2009].

7 Transduction : voir définition §3.2.1.

8 Le problème de la simultanéité a conduit à l’élaboration de la théorie de la relativité.

9 Les fluctuations sont peut-être autres. Les quatre qui sont proposées paraissent logiques. Mais il semblerait exister une convergence plus générale de facteurs dits « aléatoires ». Le problème reste en discussion comme le montrent les interrogations sans réponse de ce passage. Il apparaîtra dans toute sa difficulté si on se reporte aux articles de A. Bretagnolle et M.C. Robic [2000] qui retracent les épisodes concrets et idéologiques de cette bifurcation.

10 La théorie des excédents de J.H. Reichholf, qui sera utilisée ici sans être examinée sur le fond, ouvre une piste de réflexion : la multiplication récente et actuelle des concentrations de population en ville et celle des villes correspondraient à une phase de découverte et de mise en exploitation technique de sources d’énergie abondantes (révolutions paléotechnique et néotechnique) ; une phase de diversification « devrait » suivre.

11 Ecotone : cf. figure 3. La ligne théorique des « T » correspond écologiquement à la zone écotonique située entre « l’écosystème urbain » et « l’écosystème rural ».

12 Malgré les schémas, l’argumentaire de ce fonctionnement, qui suppose qu’une énergie de sortie, parce qu’elle est plus concentrée, permet d’en substituer une partie (comment ? Dans quelles conditions ? Etc.) pour renforcer l’entrée, n’est pas bien clair, même s’il évoque le fonctionnement d’un amplificateur, sinon qu’il semble difficile qu’il en soit autrement. On le retient parce qu’il permet d’élaborer un corpus cohérent. Il s’agit d’un postulat auquel on accorde une valeur d’axiome.

13 L’homme s’en mêle de deux manières : sans faire attention et c’est la catastrophe ; écologiquement et cette partie de Gaïa retrouve vie.

14 Individuation : cf. §3.2.1. Un bref exposé de la théorie de G. Simondon.

15 Cette idée de blocage rejoint celle de G. Simondon selon lequel les milieux humains peuvent s’opposer à l’évolution technique.

16 Rien n’est dit sur le comment de la venue à l’existence de cette double information. Elle est prise dans sa seule actualisation. On ne peut que renvoyer à la formation théorique d’Homo geographicus. Au-delà, le débat, sérieux, devient philosophique.

17 Configuration intrinsèque : les premières culasses de moteurs d’automobiles comportaient des ailettes de renforcement devenues ensuite ailettes de refroidissement. Il ressort de ce mode d’existence de l’objet technique une exaptation (terme inconnu, semble-t-il, de G. Simondon), technique qui constitue une étape d’une configuration intrinsèque en « individuation ».

18 L’ « Appendice théorique », p. 331 et suivantes, comprend une mise au point qui inclut la théorie des systèmes et ouvre sur les « trois matières ».

19 … débordant à l’extérieur : vision, audition, préhension, locomotion, etc.

20 Milieu de vie : cf. M. Makassikis [in Haugier, 2009]. L’expression est une traduction du slovaque.

21 Cf. Sloterdijk P. [2005] : p. 158-160 : cent ans de climatisation.

22 Précision orale du Père J. Cauvin, Docteur d’Etat en ethno-socio-linguistique. Elle insiste sur le fait que l'îlotage, socialement installé, suit aussi les avenues principales. Il semble qu’en respectant une spécificité locale à prendre en compte, les modèles de Burgess et Hoyt peuvent, semble-t-il, servir à débroussailler le développement du mode de vie urbain africain.

23 J.H. Reichholf s’efforce de bâtir une théorie essentiellement causale ; nous avons respecté et suivi le mieux possible son argumentaire sans ouvrir – cela sera fait ultérieurement – une discussion critique sur la néoténie.

24 On note le ralliement de Y. Coppens à cette hypothèse [2009, p. 53] sans qu’il adapte explicitement le « pied originel » remontant au primate indifférencié de Y. Deloison : la course de fond commence pour lui avec Homo Habilis.

25 Nous sautons l’Australopithèque qui, d’après Y. Deloison [Deloison, 2004, p. 195] formerait une branche intermédiaire entre les grands singes et l’homme, alors que d’après J.H. Reichholf [1991], il serait le segment précédant Homo habilis. La bipédie récemment reconnue d’Ardipitecus ramidus reporte les interrogations sur l’évolution post-DAC à 4,5.106 années. Cela ne change rien à la logique d’ensemble, d’autant plus qu’Homo habilis et Homo ergaster font partie dans le cadre imprécis des datations anthropologiques d’un même bouquet dont des éléments ont pu voisiner au Kenya.

26 Toute la cartographie n’est pas géographique, mais la géographie, science du « Quoi-Où-Comment » est forcément cartographique. Il en découle la nécessité de réfléchir à la mise en place d’une géo-cartographie. Cette manière de voir rejoint les idées de W. Tobler, au sujet de la cartographie [Tobler, 1981 ; 2001].

27 On pourrait écrire à la place : éo-dimensionnel, éo-spatial, éo-géographique, pour marquer les débuts incertains de ce processus.

28 Le Rift n’étant plus obstacle, coupure, comme dans la théorie de l’East Side Story, mais zone de dispersion, la situation excentrique de Toumaï, pour n’être toujours pas évidente, n’est plus a priori en contradiction avec l’explication.

29 On retrouve « l’action précède l’essence » de J.P. Sartre… et de F. Varela.

30 D’après C. Marchetti [1991], entre autres, il semble que la contrainte de déplacement obligatoire reste en moyenne égale à une heure par jour depuis que la mesure en est possible quelle que soit la société. Il s’agit d’une moyenne, d’une possibilité rationnelle et d’un désir.

31 Cette question sera examinée plus tard : il s’agit essentiellement de la succession imbriquée des mémoires épisodique, mimétique, symbolique.

32 La nature est utilisée ici selon l’acception de M. Lussault [2007] : des constructions-prédications sociales des civilisations humaines, le sens dualiste occidental s’étant peu à peu imposé en rigidifiant le concept grec de physis.

33 Les bébés orang-outans orphelins sont rééduqués dans des instituts spécialisés pour réapprendre à vivre en forêt, leur milieu défini. J’apprends qu’on régénère pour eux des étendues de forêt tropicale.

34 Anthroposystème : j’ai lu avec intérêt la présentation de ce concept par Ch. Lévêque et T. Muxart dans la relation du 24/11/2004 qu’en donne le site Hypergéo. Je suis en désaccord total avec le terme adopté qui va en sens inverse de l’analyse interactionnelle annoncée, qui, elle, converge largement avec ma position.

35 Ce schéma est simplifié graphiquement par commodité : l’équation dit exactement que chaque actuel est couplé avec son contre-potentiel. Une schématisation adaptée à la formulation en est proposée dans la figure 5.

36 Cf. explication détaillée dans l’article de H. Reymond [2009], paragraphes 3 – 21.

37 P. Sloterdijk traduit cela en insistant sur le fait que le néotène ne peut faire autrement que de réifier dans l’environnement qu’il trouve le confort de l’utérus. Nos villes sont pour l’instant dans leur construction passée et leur conceptualisation actuelle la réalisation extrême de ce « confort placentaire » lié aux nécessités néoténiques, à dynamisme homogénéisant géosystémique antagoniste de l’hétérogénéité des dynamismes écosystémiques de la planète.

38 L’échelle G [Haggett, 1973] a l’avantage de reproduire dans son étendue, en plus synthétique, les rapports d’échelle utilisés en géographie.

39 L’importance de la forme exponentielle gravitaire a été mise en évidence par R. Haynes en 1975.

40 Ce qui ne veut pas dire qu’il y a acquisition d’une représentation labile par minute, mais que la « répétitivité » à potentiel d’engrammation est de l’ordre de la minute.

41 Néologisme.

42 La bibliographie de l’article permet de suivre le cheminement heuristique 1995-2009.

43 En ce qui concerne les experts, il conviendrait de distinguer les experts qui raisonnent plus en actuel qu’en potentiel des scientifiques qui raisonnent plus en potentiel qu’en actuel. La présence des deux s’avère donc indispensable dans la gestion des décisions institutionnelles.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Légende avec : : événement logique ē : anti-événement logiquea : actuel ; p : potentiel⊃ : implication ; ⋁ : exclusion
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-2.png
Fichier image/png, 2,7k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-3.png
Fichier image/png, 53k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-4.png
Fichier image/png, 98k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-5.png
Fichier image/png, 110k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23433/img-6.png
Fichier image/png, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Reymond, « « T-Sphère » et médiance espace/étendue. L’antagoniste contradictoire et le concept de géoanthroposystème. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le Géosystème, mis en ligne le 10 janvier 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23433

Haut de page

Auteur

Henri Reymond

Professeur honoraire Université Louis Pasteur (Strasbourg)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page