Navigation – Plan du site
2011

Poupeau F., François J.-C., 2008, Le sens du placement. Ségrégation résidentielle et ségrégation scolaire, Paris, Raisons d’Agir, 229 p.

Zoé Boularan

Texte intégral

1Le sens du placement est le résultat d’une enquête originale concernant les pratiques de scolarisation dans l’agglomération parisienne à l’entrée au collège au début des années 2000 conjointement menée par Franck Poupeau, sociologue chargé de recherche au Centre de sociologie européenne rattaché au CNRS et Jean-Christophe François, maître de conférences en géographie à l’université Paris-VII Denis Diderot.

2Les auteurs sont tous les deux spécialistes de la question des inégalités scolaires. En 2005, ils avaient rédigé à la demande du ministère de l’Éducation nationale une étude sur les disparités territoriales dans le système scolaire intitulée : Les pratiques d'évitement scolaire en Ile-de-France. De l'espace résidentiel à l'espace scolaire. Cette étude a coïncidé au plus fort du débat sur l’assouplissement de la carte scolaire. Cette dernière, qui affecte un élève à un établissement scolaire en fonction de son lieu de résidence, est un outil administratif mis en place à la fin des années 1950 pour garantir l’égalité d’accès à l’école républicaine et son bon fonctionnement, et plus tard pour préserver la mixité sociale à l’intérieur même des établissements. Toutes les études menées dans ce domaine constatent pourtant une mixité sociale en berne et des inégalités scolaires en augmentation. La réussite scolaire est devenue un enjeu primordial et les familles cherchent à “placer” leurs enfants dans une “bonne école” afin de leur assurer un avenir social certain. Dans ce contexte, Le Sens du placement aspire à un double objectif. Il analyse de manière novatrice l’articulation entre l’espace scolaire et l’espace résidentiel en tenant compte des processus sociaux et spatiaux à l’œuvre. Ceci permet alors aux auteurs de disposer des arguments nécessaires pour contredire la mise en œuvre d’une politique de dérégulation de l’offre scolaire qui viserait à réduire la ségrégation scolaire. L’apport croisé de la géographie et de la sociologie confère à cette enquête un regard inédit, fruit d’un travail fouillé et rigoureux sur la question des logiques constatées dans les pratiques de scolarisation dans l’espace francilien.

3Reprenant les principaux résultats des analyses jusqu’ici publiées sur le sujet, les auteurs ont axé leur recherche sur une nouvelle vision de l’espace social et démontré combien les logiques de l’articulation entre espace scolaire et espace résidentiel sont complexes. En cartographiant l’espace scolaire distinctement de l’espace résidentiel, ils ont constaté que la carte scolaire n’est pas le simple reflet des inégalités résidentielles. L’espace scolaire apparaît, dès lors, encore plus hiérarchisé et fragmenté que l’espace résidentiel du fait des pratiques d’“évitement scolaire”, terme désignant le contournement de la carte scolaire. On peut se référer aux précédents travaux de J.-C. François et F. Poupeau qui éclairent judicieusement cette pratique de l’évitement, pratique qui procède à la fois des discontinuités territoriales observées dans l’espace scolaire et de l’hétérogénéité locale. L’hypothèse selon laquelle les inégalités spatiales amplifient les inégalités sociales sert ainsi de point de départ à la construction de l’objet de recherche de l’ouvrage. L’étude de la relation entre les inégalités socio-scolaires et l’incidence des localisations des pratiques de scolarisation des familles est donc au cœur des préoccupations des auteurs. Ceux-ci rappellent que “la logique du placement scolaire doit alors être replacée dans un ensemble plus large de conditions de vie, comme le choix (souvent sous contraintes) de résider dans un lieu donné, qui conditionne l’accès physique et informationnel à des biens culturels et scolaires”. L’ouvrage tend ainsi à “préciser les modalités d’ajustement des stratégies familiales à leurs conditions sociospatiales d’existence” (pp. 23-24).

4Les auteurs ont ainsi mené une grande enquête sur le placement scolaire à l’entrée en sixième. Elle structure l’ouvrage en trois parties, chacune correspondant à une méthode d’analyse particulière menée à une certaine échelle.

5D’abord, l’analyse cartographique. À l’échelle de l’espace francilien, elle rend compte d’une géographie du contournement de la carte scolaire qui va à l’encontre des critiques souvent formulées à l’égard de la carte scolaire (son inefficacité, sa rigidité entre autres arguments utilisés par les tenants de sa suppression). Contre toute attente, les élèves concernés par le non-respect de la carte scolaire ne cherchent pas en premier lieu à déserter les établissements “difficiles” des quartiers populaires. La pratique de l’évitement de l’établissement de secteur est majoritairement le fait des catégories sociales les plus élevées, vivant déjà dans les quartiers les plus favorisés qui abritent les meilleurs établissements publics. Les auteurs analysent donc en premier lieu un évitement de l’école publique vers le secteur privé par les catégories sociales les plus aisées qui, de fait, ne sont pas concernées par la carte scolaire. Cette dernière n’apparaît donc remplir son rôle de mixité sociale que pour les classes moyennes et populaires.

6Dans la deuxième partie de l’ouvrage, les auteurs comparent les résultats de questionnaires diffusés dans deux communes sises de part et d’autre du périphérique parisien, Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Les logiques à l’œuvre démontrent à quel point le contexte spatial peut jouer sur la position sociale, jusqu’à la transformer au sein d’une même catégorie sociale. Il est donc possible d’observer différentes stratégies de placement scolaire selon que l’on habite Ivry ou Levallois. Le lieu de résidence influe sur les pratiques de placement “en permettant une plus ou moins grande rentabilisation des capitaux [économiques et culturels] possédés” (p. 107). Question de quartier, de hiérarchie sociale, de politique et de rapport à l’école : les auteurs font alors l’hypothèse qu’il existe un sens du placement scolaire socialement et spatialement déterminés.

7La troisième partie cherche à vérifier cette hypothèse par l’intermédiaire d’une modélisation statistique intégrant des variables sociales et spatiales à l’échelon de Paris intra-muros. Les déterminants sociaux sont analysés dans leur contexte spatialisé, c’est-à-dire rapportés à la zone de l’établissement de secteur et à la zone de voisinage immédiat d’établissements. L’intégration de la dimension spatiale dans le modèle permet aux auteurs de préciser les circuits de scolarisation des familles. Ils en déduisent que la situation géographique des établissements est un facteur aggravant des inégalités économiques et culturelles. Ainsi, les élèves issus des milieux populaires fréquenteront des établissements à l’image de leur catégorie sociale et, inversement, les enfants des catégories sociales les plus aisées fréquenteront des établissements favorisés, où qu’ils se situent. Pour les classes moyennes, la situation apparaît plus contrastée. Dans une situation où les établissements du secteur comme ceux hors secteur proche sont de types “défavorisés”, les classes moyennes (comme populaires) resteront dans ces établissements-là. En revanche, dans une situation où les établissements hors secteur proche sont plus favorisés que celui du secteur, elles tendront à inscrire leurs enfants dans les premiers.

8Pour les auteurs, les logiques de placements scolaires opérées par les familles procèdent donc d’un ajustement entre des possibilités locales, c’est-à-dire l’offre scolaire dans l’espace résidentiel correspondant, et des ressources économiques comme culturelles dont elles disposent. Fait nouveau, le facteur culturel s’efface au profit du facteur économique. Ainsi, “les stratégies de reproduction des familles révèlent une revalorisation du capital économique par rapport au capital culturel” (p. 157). Dès lors, constatent les auteurs, la disparition de la carte scolaire ne fera que renforcer la ségrégation scolaire existante, puisque le sens du placement est inégalement distribué entre les groupes sociaux, les catégories sociales les plus favorisées ayant le plus de capacité à s’orienter dans l’espace scolaire.

9L’approche pluridisciplinaire rend compte de ce processus jusqu’alors non visible dans les études réalisées séparément sur les mêmes thématiques. Le contournement de la carte scolaire engendre la mise en place de facto de pôles d’établissements attractifs et renforce les processus ségrégatifs économiques, sociologiques, culturels et géographiques déjà existants. Les principaux arguments accusant la carte scolaire d’un mauvais fonctionnement sont ici déconstruits par les auteurs. Ils soulignent le fait que la carte scolaire, déjà très souple, n’exerçait qu’une faible contrainte dans les zones les plus favorisées. Et que sa disparition entraînera l’accentuation des logiques inégalitaires pour les plus démunis.

10Cet ouvrage est particulièrement bien argumenté. Par le biais de méthodes qualitatives et quantitatives pertinentes, il met à jour la complexité de la mécanique de ségrégation scolaire et offre un nouveau regard sur cette problématique. S’appuyant sur bon nombre de travaux existants (une riche bibliographie en témoigne), les auteurs restituent historiquement et épistémologiquement les différentes approches sociologiques, géographiques et économiques de la ségrégation scolaire en milieu urbain, analysant ainsi l’évolution des études consacrées au sujet. L’une des spécificités de l’ouvrage réside dans la contextualisation spatiale des déterminants sociaux à l’œuvre dans le placement scolaire, affichant ainsi le rôle de la dimension spatiale dans ces thématiques. Mais il a surtout le mérite de resituer cette problématique dans le champ du politique et d’anticiper sur les conséquences négatives de la disparition de la carte scolaire au profit d’une libéralisation de l’enseignement. Dans le débat simplifié, voire simplificateur, qui oppose les pro- et les anti-carte scolaire, l’ouvrage de J.-C. François et F. Poupeau ne se limite pas à relever les arguments des uns et des autres à l’aune des analyses scientifiques. Il permet surtout de mesurer l’importance des enjeux de ce débat pour construire l’école du XXIe siècle, en défaisant les approximations et les idées reçues qui sont légion en la matière. Et si les méthodes statistiques intéressent plus particulièrement un lecteur un tant soit peu aguerri, les analyses et les recoupements des divers témoignages recueillis comme les conclusions et le cheminement de la pensée des auteurs sont, quant à eux, accessibles à tous, personnels de l’Éducation nationale comme parents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Boularan, « Poupeau F., François J.-C., 2008, Le sens du placement. Ségrégation résidentielle et ségrégation scolaire, Paris, Raisons d’Agir, 229 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 18 janvier 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23464

Haut de page

Auteur

Zoé Boularan

Master 2 Géoprisme, Université de Paris 1, Francezboularan@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page