Navigation – Plan du site
2011

Hänsgen D., Lentz S. et Tzschaschel S. (dir.), 2010, Deutschlandatlas. Unser Land in 200 thematischen Karten, Primus Verlag, Darmstadt, 240 p.

Construire son identité collective par l’atlas
Antoine Laporte

Texte intégral

  • 1  “Atlas d’Allemagne. Notre pays en 200 cartes thématiques”.

1La production d’atlas en Allemagne ne se tarit pas depuis quelques années. Le nouvel atlas d’Allemagne intitulé Deutschlandatlas. Unser Land in 200 thematischen Karten1 se présente comme le successeur de la série du Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland, paru entre 2001 et 2007 en une douzaine de tomes. Même si cet héritage n’est pas rappelé, le Deutschlandatlas présente des similitudes avec son grand frère : la quasi-totalité des cartes provient du même Leibniz-Institut für Länderkunde de Leipzig. La présentation de l’ouvrage s’effectue également en une dizaine de thèmes comme la démographie, les villes, l’activité économique, la géographie urbaine, l’environnement ou sur le rôle de l’Allemagne dans le monde.

2Mais cette édition n’est pas une anthologie de cartes déjà connues sur l’Allemagne et encore moins une sorte de compilation des 12 tomes du Nationalatlas Bundesrepublik Deutschland. Les cartes utilisent des données récentes, qui, à deux ou trois exceptions près, sont postérieures à 2007 et dont beaucoup sont inédites.

  • 2  “Warum ein Deutschlandatlas?”, pp. 7-14.
  • 3  “Das kollektive Identitätslaboratorium Deutschland scheint ein geeignetes Beispiel, um zu fragen, (...)

3Comme l’écrit Sebastian Lentz dans les premières lignes d’un avant-propos intitulé “Pourquoi un atlas de l’Allemagne ?”2, les cartes, et plus encore leur collection dans un atlas, sont un outil d’appropriation du territoire par la géographie régionale (l’équivalent de l’intraduisible Länderkunde). “L’Allemagne comme laboratoire d’identité collective apparaît, écrit-il, comme une occasion unique de se demander jusqu’à quel point les dimensions et les arguments spatiaux, c’est-à-dire géographiques, influencent la constitution d’une imagined community3. Ainsi, ce qui sous-tend l’entreprise, c’est de proposer en un seul tome, un outil d’appréhension de l’Allemagne comme Etat, (et osons-le !) comme nation.

4Ainsi, d’emblée, ce n’est pas le territoire et ses propriétés physiques qui sont mis en avant, mais la communauté. La première partie s’ouvre donc non pas sur une étude du milieu comme on l’attendrait en France, mais sur une étude de la démographie. Et celle-ci présente notamment une Allemagne à la population désormais stagnante, où l’ancienne limite RDA-RFA s’efface peu à peu. Encore visible si l’on étudie le nombre d’enfants nés hors mariages, l’ancienne frontière disparaît presque complètement lorsque l’on aborde le taux de natalité ou l’espérance de vie. Cette logique sous-tend également le chapitre suivant sur les conditions de vie, notamment en ce qui concerne le chômage de longue durée par exemple (p. 48) même si des disparités persistent (cf. p. 44, la carte sur le travail féminin).

5Les deux chapitres suivants, qui abordent des sujets très différents de l’économie et de la culture, montrent une géographie pourtant semblable : la permanence d’une organisation polycentrique du territoire et encore une relative faiblesse de la partie est, Berlin ne faisant pas exception. La sixième partie, sur l’État et son infrastructure, présente également cette organisation si particulière du fédéralisme allemand, où les régions n’ont pas seulement des pouvoirs très importants, mais où les institutions de l’État lui-même sont éclatées sur tout le territoire (pp. 128-129).

6Les septième et huitième chapitres portent sur le milieu naturel et sur l’environnement. C’est à ce moment qu’intervient la géographie physique, avec son lot de cartes géologiques et climatiques détaillées, avec quelques curiosités comme une carte de l’heure des levers et des couchers de soleil sur l’Allemagne (p. 158)

7Enfin, la dernière partie sur “l’Allemagne dans le monde”, permet de transposer à une autre échelle un grand nombre de sujets déjà abordés, celui de l’importance de la machine économique allemande, celui du rayonnement culturel à travers le réseau des “Gœthe-Instituts”, ou encore l’insertion de son territoire dans l’espace européen, par des frontières récentes (p. 211) et des euro-régions (p. 214).

8Les cartes présentées sont très claires et soignées, suffisamment grandes pour pouvoir être précises sans être surchargées. En revanche, elles ne brillent pas par leur capacité d’innovation. On n’y trouve aucune carte en anamorphose par exemple. Pourtant, un certain dynamisme n’y est pas absent, notamment, avec la mise en perspective de plans de ville à différentes époques (Essen p. 109, Munich p. 115, Berlin pp. 120-121). Si l’échelle nationale, l’Allemagne, est largement privilégiée, les autres niveaux régionaux ou locaux ne sont pas absents pour montrer des concentrations (les brasseries en Franconie, p. 80 !), des phénomènes plus fins ou pour illustrer à l’aide d’exemples (comme la répartition des commerces dans Wurtzbourg, p. 118).

9Une fois à la fin, un seul petit regret : le manque d’une dimension de géographie historique plus conséquente. En effet, appréhender l’histoire du réseau urbain depuis ses débuts ou les aménagements des infrastructures de transports de l’après réunification nécessiterait des cartes avec des découpages différents, avec la trace d’anciennes limites, comme la frontière inter-allemande. L’oubli est d’autant plus curieux pour un atlas qui cherche d’emblée à former une représentation collective du pays. Très peu de cartes présentent des espaces hors d’Allemagne. Or, celle-ci tient pour beaucoup à une géopolitique héritée de la Guerre froide et de la Seconde Guerre mondiale. Mais peut-être était-ce simplement le but ? Forger une forme figée d’un territoire qui provient justement du douloureux dessin de ces frontières. Cette dernière remarque n’enlève rien à un travail cartographique à la fois précis et très soigné et à des textes éclairants. Bref, un ouvrage incontournable pour une approche générale de l’Allemagne, pour géographes et non-géographes germanistes (les textes et les légendes sont en allemand).

Haut de page

Notes

1  “Atlas d’Allemagne. Notre pays en 200 cartes thématiques”.

2  “Warum ein Deutschlandatlas?”, pp. 7-14.

3  “Das kollektive Identitätslaboratorium Deutschland scheint ein geeignetes Beispiel, um zu fragen, inwieweit räumliche, d.h. geographische Dimensionen und Argumente in die Konstitution einer neuen imagined community einflußen”, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Laporte, « Hänsgen D., Lentz S. et Tzschaschel S. (dir.), 2010, Deutschlandatlas. Unser Land in 200 thematischen Karten, Primus Verlag, Darmstadt, 240 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23476

Haut de page

Auteur

Antoine Laporte

Université Paris 7 – Université du LuxembourgAntoine.laporte@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page