Navigation – Plan du site
2011
518

Existe-t-il une nouvelle géographie socialiste au Venezuela ? Justice spatiale et justice sociale dans la révolution bolivarienne de Hugo Chavez

Is there a New Socialist Geography in Venezuela? Spatial Justice and Social Justice in the Hugo Chavez Bolivarian Revolution
Jean-Marc Fournier

Résumés

Cet article cherche à évaluer l’impact géographique de la révolution bolivarienne au Venezuela. Il confronte la rhétorique révolutionnaire à la réalité empirique en analysant les déséquilibres régionaux et des programmes socialistes mis en place dans l’état du Zulia tant dans des espaces ruraux qu'urbains. Sont utilisés les concepts de justice spatiale et de justice sociale pour essayer de comprendre dans quelle mesure cette nouvelle géographie socialiste contribue au développement du pays. En dépit des avancées de la révolution, le capitalisme de rente pétrolière hérité du 20ème siècle perdure. Si l'on observe une meilleure intégration territoriale et sociale des habitants pauvres et des exclus, parfois plus symbolique que réelle, cela n’a pas vraiment induit pour autant une plus grande justice spatiale et sociale à leur égard. Ce constat est valable dans les limites de la définition de la justice retenue, pour le moment, et dans le cadre des espaces géographiques analysés.

Haut de page

Texte intégral

1« Nous devons coloniser et peupler les régions désertes du Venezuela en semant le pétrole (…). Nous devons y créer des villes socialistes basées sur des principes d’organisation où la solidarité et les communautés unies triompheront du capitalisme et de l’individualisme (…). Les territoires sociaux et les noyaux de développement endogène sont la base de notre économie socialiste. La révolution bolivarienne, c’est aussi la révolution de l’aménagement de notre pays par les communes socialistes (…). Grâce à l’aide de Dieu, la nouvelle géographie socialiste doit rompre avec les vieux paradigmes et vaincre les obstacles que sont les divisions politico-administratives traditionnelles (...) pour enfin donner au peuple vénézuélien le pouvoir sur son territoire ». Extraits d’un discours du président Hugo Chavez prononcé dans son émission radiotélévisée Aló Presidente1.

2Depuis son arrivée au pouvoir en 1999, les discours et actions du président Hugo Chavez suscitent de nombreuses questions : l’application d’un socialisme du 21ème siècle conçu comme une alternative au monde capitaliste et néolibéral est-il aujourd’hui possible ? Quelles transformations de l’espace géographique ces changements impliquent-ils ? Quelles sont les échelles géographiques privilégiées pour tenter de modifier de manière « révolutionnaire » la société ? Le Venezuela constitue actuellement un laboratoire de plus de dix années d’expériences pour essayer de transformer l’espace géographique et induire de cette manière plus de justice sociale. Si de nombreux auteurs ont publié sur les changements politiques, économiques et sociaux en cours (Romero Salazar, 2003, Ellner, Hellinger, 2003, Ugalde, 2004, Barrios, 2006, Bolivar, 2006, Maingon, 2006, D’Elia, 2006, Figueroa, 2006, Langue, 2006, Castro, 2007, Ellner, Tinker Salas, 2007, Wilpert, 2007, Compagnon, 2009, Sanoja, 2009, España, 2009, Cannon, 2009, Fernandes, 2010) peu d’auteurs se sont intéressés aux évolutions géographiques (Camargo, 2006, Rebotier, 2009, De Lisio 2009, Rojas López, Pulido, 2009, Fournier, 2010). Toutes les échelles géographiques sont concernées. A l’échelle internationale, le combat géopolitique de Hugo Chavez s’inscrit contre le néolibéralisme et les Etats-Unis, et en faveur d’un monde multipolaire donnant plus d’importance aux pays du Sud. A l’échelle nationale, il adopte des stratégies de contrôle des espaces frontaliers, conteste les frontières avec les pays voisins (Colombie et Guyana), et souhaite conquérir les vastes espaces du sud du pays encore vierges de tout aménagement. Aux échelles des régions, on annonce un double mouvement de décentralisation (transfert des pouvoirs centraux et octroi de capitaux) et de déconcentration (implantation d’activités productives) en faveur des régions périphériques et défavorisées. Enfin aux échelles plus locales, l’objectif est de concrétiser sur le terrain la « lutte des classes ». Pour les espaces ruraux, le gouvernement vénézuélien souhaite mieux répartir la propriété de la terre afin d’impulser ce qu’il appelle une révolution agraire. Dans les villes, au-delà de l’accès à la propriété pour tous, il s’agit de rompre les frontières intra-urbaines de la ségrégation et de donner légitimité et dignité aux habitants des quartiers d’habitat précaire périphériques. Inspirée par le marxisme, la géographie de Hugo Chavez oppose de manière dialectique des centres dominants à des périphéries dominées, de l’échelle internationale jusqu’aux échelles les plus locales. Sont signalées des mesures de discrimination positive territorialisées pour les habitants socialement exclus afin de compenser la « dette historique », selon l’expression révolutionnaire consacrée, que l’Etat a envers eux. Les ambitions de la révolution bolivarienne visent donc à assurer un rééquilibrage spatial à différentes échelles géographiques, le but ultime étant d’instaurer une plus grande justice sociale.

3Mais en quoi cette « nouvelle géographie socialiste » est-elle réellement nouvelle ou innovante ? Ne mobilise-t-elle pas des schémas d’aménagement anciens, déjà éprouvés à différentes reprises, et menant éventuellement à reproduire des erreurs commises par le passé ? Afin d’apprécier la portée des changements dans l’aménagement du territoire, cet article utilise les notions de justice spatiale et de justice sociale, non pas dans un objectif de dénonciation « engagée », mais comme grille de lecture (Reynaud, 1981, Bret, 2001, 2009) et outil scientifique opératoire (Gervais-Lambony, Dufaux, 2009). Trois hypothèses sont retenues. La première est que, tout au long du 20ème siècle, l’aménagement du pays en fonction des ressources pétrolières à exploiter dans des régions périphériques et le maintien de la concentration des pouvoirs à Caracas auraient contribué à définir des systèmes locaux et régionaux inégalitaires car davantage soumis aux enjeux de pouvoir locaux qu’aux principes égalitaires de la nation. La deuxième est que la stratégie de Hugo Chavez, au-delà des discours, est en pratique essentiellement spatiale alors qu’elle devrait être socio-spatiale pour arriver à modifier en profondeur la société et induire effectivement le développement. Enfin la troisième hypothèse réside dans le fait que les politiques de décentralisation et déconcentration, et les transferts de richesses et de compétences qui en découlent, bénéficient le plus souvent, en fin de compte, aux élites locales et régionales.

  • 2 Chávez H., 2004, Desarrollo endógeno, desde adentro, desde la Venezuela profunda, Caracas, Minister (...)

4Pour ancrer notre propos dans la réalité vénézuélienne, plusieurs exemples de projets dits révolutionnaires sont étudiés. Ils appartiennent tous à l’état du Zulia qui apparaît emblématique des transformations en cours au Venezuela pour plusieurs raisons. Situé à l’extrême ouest du pays, il incarne l’état pétrolier par excellence dont la capitale, Maracaibo, deuxième ville du pays avec environ deux millions d’habitants, reflète tant la prospérité inhérentes aux booms pétroliers que les inégalités sociales et la ségrégation (Fuenmayor, 2005, Negrón, 2007). Le Zulia est également connu pour compter le plus grand nombre d’Indigènes du pays, ces derniers étant au Venezuela historiquement les laissés-pour-compte de la société. Certains espaces de cet état où vivent des Indigènes relèvent d’ailleurs de ce que Hugo Chavez appelle le « Venezuela profond »2, c’est-à-dire des espaces difficilement accessibles et dépourvus de tout aménagement et services. Il s’agit enfin d’un état frontalier avec la Colombie et d’un fief national de l’opposition politique. État périphérique, frontalier, terre de richesses pétrolières et de fortes inégalités sociales et ethniques, le Zulia semble approprié pour évaluer l’impact de la nouvelle géographie socialiste sur la justice sociale et spatiale.

Figure 1 : Les 23 états du Venezuela.

Figure 1 : Les 23 états du Venezuela.

Figure 2 : L’état du Zulia.

Une géographie historiquement déséquilibrée et injuste ?

5Apparue dans les années 1970, la notion de justice spatiale fait aujourd’hui l’objet d’un certain renouveau3 pour analyser les politiques d’aménagement de l’espace et la gouvernance territoriale. Selon les objectifs poursuivis, on peut définir la justice de plusieurs manières, depuis l’équité (appréciation de ce qui est dû à chacun) jusqu’à l’égalitarisme (stricte égalité entre les personnes). De ce point de vue, Hugo Chavez annonce des objectifs communistes d’égalitarisme radical et d’abolition totale des inégalités socio-économiques mais, dans le même temps, il cherche à favoriser les catégories les plus démunies dans une logique de revanche sociale. Dans les théories sur la justice de John Rawls, l’égalitarisme n’est pas possible, ni même souhaitable car les individus sont considérés comme étant trop divers pour cela. En revanche, J. Rawls prône l’optimisation des inégalités destinée à la promotion maximale des plus modestes : le meilleur sort doit être assuré aux plus modestes, c’est-à-dire qu’il faut faire en sorte que ceux qui ont le moins aient le plus possible. Pour être juste, l’inégalité doit être telle qu’elle maximise le sort de ceux qui ont le minimum (principe du maximin). On admet alors certaines inégalités dans la mesure où leur existence contribue à plus de justice pour tous. En revanche, les inégalités qui ne bénéficient pas à tous sont conçues comme des injustices et sont à bannir. Sans revenir en détail sur les théories entre justice et géographie déjà évoquées par d’autres auteurs (Bret, 2009, 2010, Gervais-Lambony, Dufaux, 2009), il importe de préciser quelques points. Tout d’abord, il n’est pas possible de vouloir instaurer une forme de justice dans une société sans agir, directement ou indirectement, sur l’organisation de l’espace. La justice sociale comporte une incontournable dimension géographique. Les inégalités spatiales doivent ainsi être entendues comme des inégalités socio-spatiales ou comme des inégalités sociales spatialisés. La question de savoir si l’inégalité territoriale peut être qualifiée d’injuste conduit, à l’instar de B. Bret (2001), à appliquer à l’analyse de l’espace le principe du maximin : « l’unité territoriale la plus pauvre est-elle appauvrie par la concentration de la richesse dans l’unité territoriale la plus riche, ou, étant donné qu’il ne s’agit pas d’un jeu à somme nulle, la première gagne-t-elle par entraînement au fait que la seconde soit mieux lotie ? » Bien que très classique et amplement commenté, le modèle centre-périphérie, notamment tel qu’il a été exposé par A. Reynaud (1981), apparaît alors particulièrement adapté pour saisir les évolutions actuelles au Venezuela. Pour simplifier, retenons de ce modèle que pour impulser le développement dans des espaces périphériques, les échanges entre centre et périphérie doivent évoluer vers la croissance (en capitaux, en hommes, etc.) des périphéries ainsi que vers leur émancipation politique. Schématiquement, selon cette interprétation, ce qui permet le développement, c’est la capacité d’une formation sociale à fixer sur place les fruits de son travail. Les stratégies territoriales suivies par les différents groupes sociaux et acteurs des périphéries sont de la sorte fondamentales. Dit d’une autre manière, l’inégalité entre le centre et la périphérie n’est pas une injustice si la périphérie tire bénéfice de sa condition de périphérie et se trouve dans une situation plus confortable que s’il n’y avait pas de centre. L’application du principe de maximin à l’espace amènerait alors à concevoir l’optimisation des inégalités comme moteur de développement, lui-même nécessaire à l’amélioration du sort de tous, et d’abord des plus démunis (Bret, 2001).

  • 4 Vastes plaines herbeuses occupant le nord du bassin de l’Orénoque, possédant de grandes surfaces de (...)

6Si on tente d’appliquer ces théories au Venezuela, il importe de dire que, dès l’occupation espagnole, les villes ont organisé l’espace national en polarisant des régions . Le modèle colonial est celui de la cité-territoire opposant un centre dominant et des périphéries dominées économiquement, politiquement et socialement (Bataillon et al., 1991). Puis la structure de peuplement évolue et associe de manière transversale un port sur la côte, une ville dans la cordillère et une avancée dans le piémont vers l’intérieur des llanos4. Adaptée à l’extraversion de l’économie, à la faible densité de population et au morcellement du relief, cette structure a longtemps gêné l’unification du pays (Brisseau-Loaiza, 1982). D’une région à une autre, on peut distinguer trois variantes du modèle spatial qui en résulte et qui perdure pendant l’Indépendance : le modèle élémentaire proche de l’enclave étrangère (un gisement et/ou une aire de production associé à un port), le modèle de la province de ressources (l’espace exploité est un réseau régional) et le modèle du front pionnier incluant une colonisation agro-pastorale. Dans ces trois cas, le Venezuela reste fondamentalement un pays agro-exportateur de produits tropicaux : il fait figure de périphérie dépendante d’un centre européen. Ce schéma s’applique d’ailleurs à beaucoup d’autres pays d’Amérique latine. Puis à partir de 1930, les royalties du pétrole donnent la richesse à un Etat qui vient d’être centralisé : les capitaux et les hommes convergent vers Caracas. De plus, le pétrole n’a pas rompu avec l’extraversion de l’économie, au contraire, mais il a favorisé la polarisation régionale. Si le Venezuela reste une périphérie dominée, il l’est désormais par les Etats-Unis qui deviennent son principal client, puis très rapidement, son principal fournisseur.

7A l’échelle nationale, la géographie pétrolière du Venezuela est bien différente de la géographie agro-commerciale des siècles antérieurs (Pouyllau, 1992). Entre 1945 et la fin des années 1970, de grands projets industriels et hydro-agricoles voient le jour, correspondant à la période du « développementalisme ». Pendant cette phase, on cherche, selon l’expression consacrée, à « semer le pétrole » par la construction de grands barrages hydroélectriques ou encore d’unités de production structurées autour de la sidérurgie et de la pétrochimie. Les llanos du piémont apparaissent comme le domaine possible de la colonisation agricole. Puis dès les années 1960, une véritable politique d’aménagement du territoire est mise en place. A cette époque, la régionalisation a pour objectif de réduire le poids excessif de Caracas en créant des pôles de développement régionaux. Par la même occasion, il s’agit d’investir massivement dans des infrastructures pour conquérir et peupler de nouvelles régions. Le modèle économique dont on s’inspire est celui dit de substitution aux importations : le pays est censé s’industrialiser et produire lui-même tout ce dont il a besoin afin de limiter le plus possible les importations. Trois régions émergent. Tout d’abord, la région centrale entre Caracas et Valencia constitue le cœur démographique, économique, industriel et politique du pays. Elle forme une véritable épine dorsale structurante du paysage industriel et urbain du pays (Pouyllau, 1992). Puis la région du Zulia produit l’essentiel du pétrole et la ville de Maracaibo en constitue le centre. Enfin la région de la Guyana est structurée autour de Ciudad Guayana, ville nouvelle fondée par l’Etat aménageur en 1952 autour d’activités sidérurgiques et en parallèle au complexe hydro-électrique du Guri. Ces trois régions jouent les rôles de moteurs du développement vénézuélien basés en priorité sur l’activité extractive et accessoirement sur l’essor industriel et les services. La géographie du pays a donc été bouleversée au cours du 20ème siècle : les anciennes structures coloniales isolées nord-sud ont laissé place à un axe linéaire parallèle au littoral, avec un cœur centré sur la capitale, des annexes dynamiques, commerçantes et pétrolières mais aussi des régions vierges de tout aménagement.

  • 5 Ces chiffres sont issus de l’Atlas du Venezuela coproduit par l’Institut national des statistiques (...)

8Au début des années 1980, on constate que le modèle de développement adopté, industriel et dépendant, accentue l’écart entre les régions (Brisseau-Loaiza, 1982). Trente ans plus tard, les régions les plus pauvres ont-elles vu leur situation socio-économique s’améliorer, se dégrader ou rester stable face à la concentration des richesses dans les trois grands pôles ? Ces inégalités spatiales contribuent-elles, ou non, à plus de justice pour tous ? Le principe du maximin qui vise à optimiser l’inégalité fonctionne-t-il pour le Venezuela ? Globalement, la situation s’améliore puisque l’IDH progresse pour l’ensemble du pays passant de 0,64 en 1971 à 0,84 en 2007 (Nations Unies, 2009). Mais de grandes différences sont constatées d’un état à un autre. Entre 1971 et 2009, le classement décroissant des 23 états du pays en fonction de l’IDH fait ressortir, de manière récurrente, pour les quatre premiers, les états de la région centre (District fédéral, Miranda, Carabobo et Auragua), suivis par le Zulia (INE, PNUD, 2009). A l’opposé les quatre états ayant les IDH les plus faibles sont toujours les mêmes durant la période ; ce sont des états périphériques, peu peuplés et pratiquement jamais mis en valeur : Delta Amacuro, Apure, Amazonas et Barinas. Néanmoins on peut considérer que ces inégalités peuvent être justes si la situation socio-économique de ces états pauvres s’améliore. Or, il n’en est rien. En effet, si les états riches enregistrent une augmentation régulière de leur IDH, il n’en va pas de même pour les états les plus défavorisés dont la situation reste stable, l’état du Delta Amacuro enregistrant même une réduction de son IDH sur cette période puisqu’il passe de 0,58 en 1971 à 0,56 en 2007. A l’échelle locale, on observe de surcroît une nette dégradation de certaines municipalités. Par exemple la proportion de personnes vivant dans la catégorie dite d’extrême pauvreté passe, pour la municipalité de Antonio Díaz de 1 % en 1981, à 28 % en 1990 puis 49 % en 20055 (INE, PNUD, 2009). Au regard de ces données, la croissance des centres riches ne semble donc pas profiter aux périphéries pauvres. Ce constat tend à confirmer, en partie, notre première hypothèse selon laquelle l’aménagement du pays en fonction des ressources du pétrole contribue à créer des systèmes locaux et régionaux inégalitaires.

  • 6 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, 135 (...)
  • 7 Estimations de l’Institut national des statistiques (INE) en 2010.
  • 8 República Bolivariana de Venezuela, 2007, Proyecto Nacional Simón Bolivar 2007-2013, Desarrollo eco (...)

9La question centrale qui se pose à ce stade est de savoir si Hugo Chavez peut aujourd’hui réussir là où tous les gouvernements ont échoué depuis 50 ans : est-il possible de « semer le pétrole » et d’instaurer plus de justice sociale ? Plus précisément, l’optimisation des inégalités peut-elle conduire au développement ? Dans le Plan de développement régional 2001-20076 du ministère de la planification et du développement, il est préconisé de rompre avec le modèle historique d’occupation du territoire caractérisé par une concentration des populations et de la production de richesses dans le nord du pays : 60 % des 28,8 millions de Vénézuéliens7 continuent de vivre dans l’espace des Caraïbes, montagneux et littoral, alors que seulement 10 % de la population vit dans le grand sud du pays, soit dans quatre états représentant 57 % de la superficie du pays (De Lisio, 2009). Entre ces deux espaces existe un tiers pays, regroupant environ 30 % de la population, appelé par les aménageurs l’axe nord-llanero. Il est riche en possibilités agricoles et minières, mais relativement peu peuplé. Dans ce Plan de développement, le gouvernement de Hugo Chavez indique vouloir aménager cet espace intermédiaire afin de corriger les inégalités territoriales, de mieux articuler l’espace national et de générer un développement dit endogène. Les régions d’avenir qui apparaissent sont celles de la « ceinture de l’Orénoque » (à l’ouest de Ciudad Bolivar) avec ses réserves en hydrocarbures, les llanos qui offrent les principales disponibilités en terres cultivables et la Guyana qui recèle des réserves minières, en bois et en eau. Dans ce tableau, le Zulia historiquement riche se caractérise par un déclin relatif. Pourtant, Hugo Chavez s’intéresse à cet état périphérique. En effet, le développement territorial dit « déconcentré » du Projet national Simon Bolivar 2007-20138, également appelé Premier Plan Socialiste, a pour but « d’occuper et de consolider le territoire » mais aussi « d’approfondir la cohésion et l’équité socio-territoriale ». A ce titre, le Zulia doit former l’axe de déconcentration occidental reliant les Caraïbes à la « façade » andine.

Les revendications d’une enclave devenue périphérie exploitée : le Zulia

10En 1922, on découvre pour la première fois du pétrole au Venezuela dans le Zulia. Les gisements sont si importants que la nouvelle fait le tour du monde, et notamment la première page du New York Times. L’exploitation pétrolière y est massive tout au long du 20ème siècle. Aujourd’hui encore, la concentration des infrastructures compte parmi les plus importantes au monde avec quatre terminaux pétroliers, huit plates-formes marines, six stations de stockage, deux réseaux régionaux d’oléoducs doublés de gazoducs, des milliers de puits de pétrole, etc. Le modèle spatial s’apparente à celui de la province de ressources où les espaces sont mis en valeur exclusivement à des fins d’exploitation pétrolière et d’exportation. En effet, l’essentiel du pétrole est exporté brut, seule une partie étant raffinée soit dans l’état voisin du Falcon, soit sur l’île de Curaçao, territoire autonome des Pays-Bas. Si la production régionale reste aujourd’hui importante, l’épuisement progressif des champs pétrolifères annonce un processus de lent déclassement régional.

11Dans ce modèle spatial, toutes les richesses régionales sont concentrées à Maracaibo, deuxième ville du Venezuela et capitale du Zulia. Dès le 19ème siècle, avant l’exploitation de pétrole, cette ville vit de son port et du commerce avec les Andes et la Colombie. La bourgeoisie locale comprend beaucoup d’étrangers, et notamment des Allemands qui exportent du cacao et du café vers l’Europe (Portillo, 1999). Pendant longtemps, le Zulia fait figure de « colonie » produisant des matières premières dont les ventes profitent surtout à la capitale fédérale (Brisseau-Loaiza, 1982). Début 20ème siècle, la plupart des services de base (eau, électricité, tramway, etc.) sont financés par des capitaux étrangers. Au cours du boom pétrolier des années 1970, Maracaibo reste fortement dépendante des apports extérieurs : capitaux, technologies, cadres et techniciens, etc. L’immigration est massive, la main d’œuvre provenant de toutes les régions du Venezuela ainsi que de la Colombie, les personnes les plus qualifiées provenant de l’étranger, des Etats-Unis et de l’Europe essentiellement. Les élites locales jouent alors sur l’éloignement de la ville pour obtenir des services supérieurs (université, hôpital, instituts technologiques) et créer des industries de consommation (Cañas, 1988). La ville a ainsi profité des investissements de l’Etat central qui voulait en faire le pôle industriel de l’Ouest, fondé sur la pétrochimie (complexe de El Trablazo créé en 1974) et sur les constructions navales. A ce moment-là, l’aménagement du territoire s’inscrit clairement dans une perspective de justice spatiale visant à rééquilibrer l’espace national et à aider cette région périphérique. Par ailleurs, la décentralisation devient effective au Venezuela en 1989, date à laquelle maires et gouverneurs des états fédérés sont élus démocratiquement alors qu’ils étaient auparavant nommés par le gouvernement. Depuis cette date, le gouverneur du Zulia et le maire de Maracaibo cherchent, quelle que soit leur couleur politique, à accroître leurs ressources financières en exerçant constamment des pressions à Caracas, avec comme argument le fait que le pétrole constitue une richesse régionale avant d’être une ressource nationale (Revel-Mouroz, 1988, Fournier, 2010). L’idée que le Zulia soit favorisé et reçoive plus que d’autres régions qui n’ont pas de pétrole leur apparaît alors être juste. Grâce à une entité régionale d’aménagement, Corpozulia, ces élus élaborent des projets pour tenter de « semer le pétrole » et rendre justice à la région. Au-delà des royalties redistribuées, cet état bénéficie de retombées économiques indirectes très importantes. Le bilan de ces projets de développement est relativement modeste. De fait, les activités industrielles et agricoles sont restées relativement marginales dans une économie régionale centrée sur les activités extractives sans transformation sur place (Fuenmayor, 2005). Le Zulia relève donc davantage d’une périphérie exploitée (hautement dépendante du centre) que d’une périphérie intégrée (capable de produire des richesses) selon les catégories définies par A. Reynaud (1981).

12Pour comprendre cette situation, il convient d’indiquer que l’organisation de l’espace géographique dans cette région a été profondément influencée par l’édification de campements pétroliers par des compagnies essentiellement nord-américaines (Tinker Salas, 2003, 2009). En effet, au-delà des infrastructures industrielles et de transport, les campements pétroliers comprenaient des logements, des écoles, des églises, des aménagements sportifs et culturels. La ségrégation résidentielle y était très importante séparant clairement les logements des dirigeants étrangers des Etats-Unis ou d’Europe du Nord (qui avaient leurs propres écoles et ne parlaient que l’anglais), les logements des ingénieurs, contremaîtres, ceux des techniciens, des ouvriers spécialisés etc., de la simple main d’œuvre souvent immigrée de Colombie qui s’abritait dans des logements auto-construits et informels sur les pourtours des campements. La logique d’organisation des campements pétroliers a un impact sans précédent sur l’aménagement de l’espace régional (Briceño-León, 2006, Tinker Salas, 2009). Pour les régions à l’est du lac de Maracaibo, il s’agit d’une véritable forme de colonisation tant l’impact bouleverse le paysage mais aussi les modes de vie (Martín Frechilla, Texera Arnal, 2005). Dans ce modèle, les familles des dirigeants ne sont pas logées sur place mais à Maracaibo pourtant distante de plus de 100 km : aux ouvriers et à la main d’œuvre les paysages industriels et pollués, aux élites internationales et locales la ville, ses services de luxe et les activités culturelles (Marchand, 1971, León, 2006). Les richesses régionales n’ont donc pas été équitablement réparties mais ont renforcé le poids économique et la concentration des pouvoirs du centre préexistant : Maracaibo. Par ailleurs, au cours du 20ème siècle, le découpage administratif et politique du Zulia a été modifié à huit reprises au niveau des municipalités, des districts ou des sous-régions (Fuenmayor, 2005). Le maillage territorial est donc relativement instable et constamment soumis aux enjeux des pouvoirs locaux qui le modifient en fonction des rapports de force électoraux. Cette instabilité politico-administrative est à la fois cause et conséquence de l’absence de pôles secondaires qui auraient pu structurer l’espace régional et y impulser le développement agricole ou industriel (Cañas, 1988). Ces éléments contribuent à valider notre première hypothèse selon laquelle, depuis un siècle, l’aménagement du pays en fonction des ressources pétrolières à exploiter dans des régions périphériques et le maintien de la concentration des pouvoirs à Caracas ont façonné des systèmes locaux et régionaux inégalitaires.

Rééquilibrage spatial et compensation de la dette sociale dans le « Venezuela profond »

13En dehors du pétrole, l’autre caractéristique majeure du Zulia réside dans l’existence de populations indigènes : Guajiros, Baris, Yukpas et Paraujanos essentiellement. Le dernier recensement spécifique aux Indigènes date de 2001 et identifie au niveau national 26 grands peuples indigènes représentant 307 000 personnes essentiellement concentrés dans trois états : Zulia (191 500), Amazonas (43 700) et Bolivar (30 500) (Fuenmayor, 2005). En 1999, l’un des premiers déplacements de Hugo Chavez suite à son élection a d’ailleurs eu lieu dans la Sierra de Perijá, à 240 km au sud de Maracaibo, là où vivent les Baris, sur la côte ouest du lac restée très isolée et à l’écart de tout aménagement en raison de l’absence de pétrole. Il s’y est rendu en hélicoptère dans la mesure où il fallait compter à l’époque plus de quatre heures de trajet depuis Maracaibo lorsque la route, en mauvais état, n’était pas coupée par des crues de cours d’eau. Cette visite dans le « Venezuela profond » était hautement symbolique pour attirer l’attention sur des groupes stigmatisés, ou au mieux ignorés, et habitant des marges spatiales. Il s’agissait d’exprimer et de médiatiser la volonté de solder la « dette historique », selon la formule utilisée dans les discours, de l’Etat envers les Indigènes.

  • 9 Ley de Demarcación y Garantía del Hábitat y Tierras de los Pueblos Indígenas, Gaceta Oficial N°37 1 (...)
  • 10 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, Car (...)
  • 11 Accusé d’abriter des guérillas colombiennes dans des municipalités frontalières, le Venezuela a d’a (...)
  • 12 Decreto Presidencial Nº6 469, Gaceta Oficial Nº39 046, 28 de octubre de 2008 : Plan Integral para l (...)

14Les actions de Hugo Chavez pour instaurer plus de justice spatiale et sociale dans le Zulia commencent au début des années 2000. En 2001, la loi de démarcation des terres indigènes9 incite les Indigènes à cartographier leurs territoires, grâce à l’aide de commissions techniques, en fonction de la localisation des sites sacrés, des zones d’alimentation (chasse, pêche) et des espaces vécus par les ancêtres. Pour les Baris, le processus a duré plusieurs années ; au terme de longues discutions et réunions, un projet régional de territoire indigène a vu le jour. Si quelques titres de propriété collective ont été officiellement délivrés définissant des « parcelles » à des échelles très locales, le processus a été bloqué pour définir un territoire baris d’envergure régionale (Amodio, 2008). Les freins sont de plusieurs ordres. Tout d’abord les militaires ont redouté une diminution de leur pouvoir sur des espaces susceptibles de passer sous contrôle colombien, notamment via des caciques locaux devenus des trafiquants transfrontaliers, ou exerçant des pratiques mafieuses. A terme, comme le redoute le gouvernement vénézuélien10, le risque réside dans l’extension du conflit colombien au Venezuela et en particulier des zones d’influence des guérillas des Forces armées révolutionnaires colombiennes (FARC) ou de l’Armée de libération nationale (ELN)11. Des mesures d’intimidation de grands propriétaires terriens ont également ralenti le processus, cette reconfiguration territoriale menaçant leurs intérêts. Enfin la Sierra de Perijá comprend des ressources en minéraux inexploitées qui attisent la convoitise de groupes miniers, qu’ils soient publics ou privés (Amodio, 2008). On compte deux mines de charbon en activité dans cette Sierra, plus au nord, dont l’aménagement a été orchestré par Corpozulia et sa filiale Carbozulia, deux entités publiques d’aménagement régional. Depuis quelques années, des pressions s’exercent pour étendre cette activité plus au sud comme les médias locaux s’en font régulièrement l’écho. Face aux tensions et enjeux contradictoires, Hugo Chavez a signé en 2008 un décret présidentiel spécifique à cette région12 et aux objectifs ambigus puisqu’il remet en cause l’idée d’un territoire indigène : « Il faut garantir l’espace géographique grâce à la défense militaire, la coopération et le maintien de l’ordre, la participation active au développement social national, dans lequel les communautés ethniques devront nécessairement intervenir pour la protection de leur territoire ancestral, à travers une alliance participative et le binôme Forces armées-Indigènes ». Il s’agit donc pour l’Etat de garder, grâce à l’armée, la mainmise sur cette région sans renier totalement pour autant les promesses réalisées auprès des Indigènes. L’atteinte à la souveraineté et à l’intégrité de la nation a été évoquée pour justifier cette intervention. Concrètement, des routes et cinq bases militaires appelées bases de sécurité citoyenne ont été construites. En réalité, cette politique s’inscrit dans une continuité avec les gouvernements précédents. En effet, en 1997, le Président Rafael Caldera avait déjà fondé dans le sud du Zulia deux localités poursuivant un objectif similaire (Fuenmayor, 2005). Les impératifs militaires et économiques s’imposent donc dans cette région au-delà des discours de protection des Indigènes. Sur le long terme, la logique historique de conquête coloniale puis pétrolière au 20ème siècle qui a réduit progressivement mais inexorablement les territoires d’influence des Baris (Beckerman, 1979) semble aujourd’hui se poursuivre. Notre hypothèse qui indiquait que les systèmes locaux et régionaux inégalitaires et les enjeux de pouvoir locaux prévalaient sur les principes de justice nationaux tend ici à être confirmée.

  • 13 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, Car (...)
  • 14 Sistema de Aldeas Rurales Auto-Organizadas Sustentables (SARAOS).

15D’autres projets relevant de la nouvelle géographie socialiste ont été annoncés pour le Zulia. L’un d’eux visait par exemple à créer des villes socialistes fédérales distantes de 100 kilomètres les unes des autres et reliées par une route contournant le lac13. Aucune de ces villes n’existe à ce jour et il semble être totalement tombé en désuétude. Un autre projet avait pour but de créer deux zones économiques spéciales appelées SARAOS14 pour Système de villages ruraux auto-organisés durables, l’une au nord de l’état, l’autre au sud. Ces zones n’ont finalement pas pu fonctionner et ont été abandonnées. L’exemple de projet socialiste le plus abouti concerne une localité proche de Maracaibo et s’intéresse aux Guajiros, le principal groupe indigène du Zulia et du Venezuela avec 168 000 personnes d’après le recensement de 2001. Les Guajiros vivent traditionnellement de part et d’autre de la frontière séparant le Venezuela de la Colombie, sur la péninsule de la Guajira. Ils disposent de leur propre langue, d’un mode de vie traditionnel semi-nomade et d’une culture encore aujourd’hui présente par de multiples aspects.

Un noyau de développement endogène en périphérie urbaine

16Dès les années 1940, les Guajiros sont attirés par Maracaibo qui semble jouer le rôle de pôle de développement capable d’attirer, de produire et de diffuser de la richesse. Ils travaillent dans le commerce et résident dans les espaces périphériques informels et auto-construits. Tout long du 20ème siècle, ils sont constamment et systématiquement expulsés des terrains qu’ils occupent dès lors que ceux-ci sont convoités par d’autres personnes (Gomez, 1988, Mussat, 2009). En dépit de multiples promesses électorales, ils n’obtiennent jamais de titres de propriété légaux. Relégués à des périphéries toujours plus éloignées, leur stigmatisation est donc majeure et récurrente.

  • 15 Ce noyau a fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre du programme de recherche et de coopé (...)
  • 16 On estime généralement que la mission de santé Barrio adentro a accueilli entre 10 000 et 15 000 mé (...)
  • 17 Le mot lümaka est un terme guajiro dont la traduction en espagnol est enramada. Sur place, les deux (...)

17En 2006, le président Hugo Chavez entend remédier à cette injustice. Il fonde pour cela, à titre pilote, un noyau de développement endogène appelé Patria Bolivariana situé dans les lointaines périphéries ouest de Maracaibo15. L’endroit rassemble 250 familles guajiras vivant dans des conditions très précaires. Lorsqu’il se rend sur place, le Président fait la promesse devant les caméras des chaînes de télévision nationales et locales de substituer les habitations précaires (des cabanes en bois et en tôle) par des maisons en dur. Cet exemple est alors cité comme une action concrète de la révolution dans l’émission radiotélévisée Aló Presidente animée par Hugo Chavez lui-même tous les dimanches depuis 1999. Au titre de sa politique en faveur des groupes ethniques, le Président insiste sur le fait que les modes de vie et la culture des Guajiros seront respectés pour leur redonner leur dignité (Herrera Salas, 2007). Quelques mois plus tard, l’endroit est totalement rasé laissant la place à 250 logements tout neufs comprenant tous les services urbains. Bâties sur un mode industriel, il s’agit de petites maisons de trois pièces accolées les unes aux autres, rigoureusement identiques et d’une superficie de 80 m2 chacune. On compte une école maternelle et primaire bilingue espagnol-guajiro, équipée d’ordinateurs et d’accès à Internet, un gymnase et un dispensaire de la mission bolivarienne Barrio adentro tenu par deux médecins cubains16. Au cœur de cet ensemble, se dresse une lümaka ou enramada17 : une grande hutte en paille, sans murs et ouverte sur l’extérieur. Ses usages sont multiples : garde des enfants, sieste dans des hamacs, accueil des visiteurs, etc. Lui attenant, une autre hutte fait office de cuisine collective où sont préparés les repas : l’habitat collectif traditionnel des Guajiros est symboliquement conservé. Par ailleurs, afin de stimuler les activités de production du noyau de développement endogène, on propose d’ouvrir un restaurant guajiro et un restaurant dit international, de fabriquer des objets d’artisanat et de confectionner des vêtements grâce à des ateliers de couture. Le but est d’attirer des touristes et de faire connaître les modes de vie des Guajiros. Ces activités sont structurées par deux coopératives socialistes censées générer des emplois et une meilleure insertion des habitants. Une équipe de six personnes directement employées par la compagnie de pétrole publique Pdvsa a la charge d’encadrer les opérations et de fournir une aide technique.

  • 18 Chávez H., 2009, Comunas, propiedad y socialismo, Cuadernos para el debate, Caracas, Ministerio del (...)
  • 19 Chávez H., 2009, Las comunas y los cinco frentes para la construcción del socialismo, Aló President (...)

18Dans la rhétorique révolutionnaire, les microprojets sont systématiquement privilégiés : la microplanification doit remplacer la macroplanification jugée bureaucratique et inefficace. L’Etat est dit facilitateur et les communautés sont organisatrices. Pilotés par des conseils communaux créés en 2006, les nouveaux territoires socialistes peuvent en théorie disposer de terrains relevant d’un nouveau régime de propriété : la propriété sociale pour des usages collectifs. La transformation intégrale de l’espace géographique est par ailleurs un pré-requis à la mise en place de la « nouvelle géométrie du pouvoir » à l’échelle communale. Dans un contexte de lutte révolutionnaire, les communes doivent en outre se battre sur le « front territorial »18 pour conquérir l’espace local et le contrôler. Dans ce cadre, Patria Bolivariana comprend un comité de terres urbaines (Ctu) chargé de faire un recensement précis des ménages, d’évaluer leurs caractéristiques socioéconomiques, de faire un inventaire des infrastructures ainsi qu’un plan détaillé du quartier comprenant chaque parcelle et chaque logement. En théorie, celui-ci est ensuite complété pour aboutir à terme à un véritable cadastre local, c’est-à-dire à un système géoréférencé rassemblant toutes les données foncières et socioéconomiques (Antillano, 2006). Dans le vocabulaire révolutionnaire19, le polygone désigne le périmètre d’intervention du comité dans un premier temps ; puis, lorsque celui-ci est véritablement approprié par les habitants et que des activités collectives s’y développent, il est appelé un territorio : un territoire. L’appropriation de leur territoire par les habitants devient ensuite une condition pour promouvoir le développement dit endogène. L’ancrage à un lieu, qui est celui d’une communauté de voisinage, est jugé fondamental : il contribue à responsabiliser les habitants afin qu’ils prennent en charge leur destin. Le développement dit socio-territorial permet le passage d’une culture de la nécessité et d’assistanat à une culture de droits et d’obligations (Sanoja, 2009).

19Il convient de préciser que le président Chavez construit sa rhétorique révolutionnaire dans le cadre d’un métissage d’idées provenant de sources politiques, religieuses, idéologiques mais également scientifiques. Dans ces emprunts hétéroclites, les géographes peuvent être mobilisés. Par exemple, le concept de géométrie du pouvoir de la géographe britannique D. Massey est devenu en 2007 l’un des cinq « moteurs » de la révolution. Invitée par le gouvernement du Venezuela à participer à des débats visant à rendre opérationnel son concept, cette chercheuse engagée a précisé que la géographie avait vocation à être appliquée, tout en prenant ses distances avec les actions du Président (Massey, 2008). En tant que stratège militaire, Hugo Chavez pense logiquement la géographie en terme de conquête spatiale et il est particulièrement sensible aux analyses reliant espace et pouvoir. Il n’est donc pas étonnant que les plans ou discours concernant l’aménagement du territoire soient émaillés de concepts de la géographie du pouvoir et des inégalités.

20En 2009, le bilan pour Patria Bolivariana est nuancé. Toutes les activités prévues n’ont pas pu débuter. Si la cuisine collective fonctionne bien, les restaurants n’ont jamais pu ouvrir en raison de difficultés d’organisation et par manque de matériel. Il convient d’ajouter que les logements ne répondent pas exactement aux besoins des familles : par exemple, les Guajiros font traditionnellement la cuisine à même le sol et à l’extérieur de leur logement. De fait, les cuisines aménagées dans les maisons ne sont pas utilisées tandis que des appentis ouverts ont été ajoutés à cet effet sur le côté des maisons. De plus, si des réfrigérateurs ont été prévus, les installations pour sécher la viande au soleil, comme le veut la coutume, manquent. On a également construit de grands parkings goudronnés pour que chaque famille puisse un jour pouvoir y garer son automobile ; ils restent néanmoins vides puisque les Guajiros n’en disposent pas par manque de moyens. Ils utilisent sur place la bicyclette, la Chirinchera (bétaillère reconvertie en bus où les passagers sont debout) pour les trajets courts, et la Chiva (camion avec des bancs en bois) pour les longs trajets jusqu’à la Colombie. Enfin, n’ayant pas été consultés au préalable, les Guajiros ont eu des difficultés à planter comme ils le voulaient certains arbustes qui ont, pour eux, la vertu de protéger le foyer en repoussant les mauvais esprits. Hormis la construction de huttes en paille en position centrale et à fonctions collectives, l’aménagement de l’espace géographique n’est donc pas en phase avec les pratiques traditionnelles des habitants.

21Pour expliquer les difficultés à impulser une dynamique collective, il faut également avoir à l’esprit que la solidarité est plus familiale et clanique qu’ethnique chez les Guajiros (Mussat, 2009). Si quelqu’un a accès à des ressources particulières, il va en faire bénéficier son réseau de connaissances plutôt que les Guajiros en général. Ainsi, si la coopérative des ateliers de couture peine à démarrer, en revanche une grande quantité de personnes fait venir des membres de leur famille, qui résident en Colombie, pour bénéficier des soins gratuits du dispensaire tenu par les médecins cubains. Ce noyau de développement endogène fait face à deux problèmes supplémentaires. D’une part, en dépit de sa bonne volonté et de son dynamisme, on constate une certaine improvisation et le manque de proximité sociale et culturelle de l’équipe d’encadrement issue de Pdvsa. Elle n’a en effet aucune expérience de gestion participative et ne parle pas le guajiro, alors que nombre d’habitants ne maîtrisent pas bien l’espagnol. Pdvsa est avant tout une compagnie pétrolière. Bien qu’elle puisse faire appel à des professionnels de l’intervention sociale, elle n’apparaît pas forcément l’entité la mieux placée pour mener ce genre d’opération, ses contacts avec les autres professionnels locaux et régionaux de ce secteur étant inexistants. Mais pour Hugo Chavez, la fidélité inconditionnelle de Pdvsa à la révolution est essentielle pour mener à bien ses projets. D’autre part, la prise en compte des spécificités ethniques est d’une grande complexité. Cette intervention a été réalisée beaucoup trop rapidement pour pouvoir élaborer un véritable projet partagé, qui aurait demandé un investissement humain plus important. Pour les Guajiros encore en partie semi-nomades, les solidarités familiales et claniques l’emportent sur des solidarités spatiales qui tiendraient au fait d’habiter un même lieu. La logique spatialisante du gouvernement est ici confrontée à la complexité des liens entre sociétés et espaces sur le terrain (Angosto, 2010).

  • 20 Des bilans quantitatifs sont pourtant largement diffusés mais leur fiabilité n’est pas assurée dans (...)

22Malgré ces écueils, le noyau de développement a été cité dans les médias comme un projet exemplaire de la révolution bolivarienne et des points positifs, incontestables, ont été soulignés, tels que l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé ou encore l’amélioration des conditions alimentaires grâce à la vente de denrées de base à prix subventionnés et très réduits. Enfin, le noyau Patria Bolivariana ne concerne que 250 familles guajiras : une infime minorité par rapport à l’ensemble des Guajiros. Cet exemple va dans le sens de notre deuxième hypothèse selon laquelle la révolution de Hugo Chavez est, sur le terrain, essentiellement spatiale alors qu’elle devrait être plutôt socio-spatiale pour atteindre totalement ses objectifs. En effet, les Guajiros n’ont pratiquement pas été associés au plan d’aménagement de Patria Bolivariana qui a été imposé « par le haut » et non co-produit « par le bas ». Si les concepts sur le développement socio-territorial sont bien présents dans les discours, les textes législatifs ou encore les plans d’aménagement nationaux, ils ne sont pas réellement traduits par des actes à l’échelle locale. En 2006, on recense 105 noyaux de développement endogène actifs pour tout le Venezuela (Colina Rojas, 2006). Il est en réalité difficile de connaître le nombre exact de noyaux qui fonctionnent effectivement dans la mesure où le gouvernement vénézuélien communique peu sur ses résultats quantitatifs20 (Hawkins, Hansen, 2006) et que beaucoup de programmes révolutionnaires déclinent (D’Elia, Maingon, 2009). Ajoutons qu’en 2008, ces noyaux ont été rebaptisés noyaux de développement du socialisme car le discours révolutionnaire n’est jamais figé et il évolue sans cesse avec de nouveaux termes.

‟Maintenant le pétrole appartient à tous”

23Dans le Zulia, Hugo Chavez mène donc des actions de discrimination positive territorialisées dont les Baris et les Guajiros ne sont que quelques exemples. Le but final annoncé est de décentraliser les pouvoirs et de déconcentrer les activités pour transférer les richesses du centre vers la périphérie. Un problème essentiel expliquant les difficultés à impulser le changement est celui de l’absence de propriété foncière pour les catégories socialement défavorisées, ainsi que pour une partie de la classe moyenne, tant dans les campagnes que dans les villes. On estime en effet que les difficultés à devenir propriétaire concernent plus de la moitié des Vénézuéliens qui vit sur des terrains sans titre de propriété (Barrios, 2006, Bolivar, 2006). Pourtant, votée à l’initiative de Hugo Chavez, la Constitution de 1999 mentionne dans son article 182 que chaque Vénézuélien a le droit à un logement approprié, sûr, hygiénique et comprenant tous les services urbains de base. Le décret présidentiel n° 1 666 du 4 février 2002 va plus loin puisqu’il annonce la régularisation graduelle des logements sans titre de propriété. L’édification d’une démocratie de propriétaires, l’un des piliers de la révolution, a achoppé sur des conflits locaux, des problèmes techniques ou encore l’absence d’intérêts effectifs des habitants concernés (D’Elia, 2006, Fournier, 2010). Les régularisations de terrains sont restées exceptionnelles et les comités de terres urbaines ne fonctionnent pratiquement plus ou obéissent à des logiques de cooptation politique (García-Guadilla, 2007, D’Elia, Quiroz, 2010).

24Plus fondamentalement, le modèle de société et le modèle économique doivent être explicités pour mieux cerner l’évolution actuelle du Venezuela. Pendant 40 ans, entre le retour de la démocratie en 1958 et 1998, le pays suit un modèle de société que l’on appelle classiquement le modèle de Punto Fijo, lequel concilie trois éléments essentiels : le nationalisme, la modernité et la démocratie (Tarver, Frederick, 2006). Mais le Venezuela qui était qualifié d’Arabie Saoudite de l’Amérique latine au cours des années 1970 fonctionnait en fait avec une « illusion d’harmonie » (Naím, Piñango, 1984). Au cours de ces années, les pétrodollars ont en effet masqué une réalité économique, sociale et politique beaucoup plus complexe qu’en apparence ; de plus, la thèse qui a longtemps prévalu d’un pays qui aurait formé une exception dans un contexte latino-américain a été récusée (Ellmer, Tinker Salas, 2007). En réalité, comme beaucoup de pays pétroliers, le Venezuela relève d’un capitalisme très particulier dit de rente pétrolière dont les effets économiques peuvent être tant positifs que négatifs (Salazar Carrillo, West, 2004).

  • 21 Hugo Chavez poursuit et intensifie même depuis quelques années sa politique de nationalisation.

25Si l’on compare des pays aussi différents que le Venezuela, l’Iran, le Nigeria, l’Algérie ou l’Indonésie, on observe tout d’abord des différences politiques, culturelles et géopolitiques. Pourtant, ces pays appartiennent au même modèle d’États pétroliers ayant connu des booms pétroliers importants (Karl, 1997). Il est commun de faire appel à la notion de resource curse pour comprendre ce modèle. Cette dernière notion dont une traduction littérale serait la « malédiction des ressources » correspond à un paradoxe : les pays et régions qui bénéficient d’une abondance de ressources naturelles, et notamment les ressources non renouvelables telles que les minéraux ou combustibles, ont tendance à enregistrer une croissance économique plus faible et des revenus moindres que les pays disposant de moins de ressources naturelles (Auty, 1993). Dans une même logique, le phénomène dit de la maladie hollandaise désigne, lui, les conséquences nuisibles, et notamment le déclin de l’industrie manufacturière locale, provoquées par une augmentation significative des exportations de ressources naturelles par un pays. Les analyses les plus récentes concernant ces théories appliquées au Venezuela mettent en évidence le fait que le développement économique est beaucoup plus performant entre 1920 et 1980 qu’après 1980 (Di John, 2009). La principale raison tient au fait que, avant 1980, l’Etat est un acteur économique très important mais il ne reste qu’un acteur parmi d’autres. Il suscite des activités tout en assurant un rôle classique d’arbitrage général. Par la suite, et jusqu’à aujourd’hui, l’omniprésence et la prépondérance de l’Etat n’ont pas autorisé l’émergence d’activités économiques diversifiées liées au secteur privé, tant pour les grands groupes que pour les petites et moyennes entreprises21. Cette évolution interfère largement avec les modes de fonctionnement des partis politiques et des syndicats (financement, centralisation, clientélisme, corruption, etc.). Sans nier totalement la portée de la notion de resource curse pour comprendre le développement du Venezuela, J. Di John (2009) en relativise l’intérêt : l’analyse historique montre en effet que l’abondance de ressources naturelles ne constitue pas un problème en soi pour instaurer un développement économique. En revanche les contradictions entre politiques économiques et choix politiques sont centraux pour saisir les faibles performances économiques du Venezuela depuis 30 ans.

26Il importe donc de préciser que si le président Chavez diffuse des richesses vers les périphéries, elles ne sont pas réellement produites par le centre puisqu’elles proviennent pour l’essentiel de la rente pétrolière. De ce fait, la diffusion spatiale de la croissance vers la périphérie et la mise en capacité de cette dernière à produire, elle aussi, de la richesse, n’opère pas. Comme pour le Nordeste brésilien, il ne s’agit donc pas d’un véritable système centre-périphérie où la périphérie fournit des facteurs de production (force de travail, capitaux) et où, par effet de synergie, la co-présence des facteurs crée une productivité systémique (Bret, 2001). Il s’avère difficile de transférer des systèmes de production vers les périphéries au Venezuela parce que, dans les centres, ces systèmes sont artificiellement créés et maintenus par les revenus de la rente pétrolière. Le slogan révolutionnaire « Maintenant le pétrole appartient à tous », martelé tous les jours dans les médias depuis des années, illustre parfaitement l’idée que le pays dispose d’un capital (la rente pétrolière) à partager sans discrimination entre tous les Vénézuéliens, sans que cela corresponde à un travail, ni à un système de production, ni à un mérite particulier.

Du pôle de développement au pôle prédateur : l’accaparement des élites

27En 1981, A. Reynaud affirme que : « La situation défavorisée des aires marginales est à la fois imposée par le centre et aggravée par une autre partie des habitants de la périphérie. Renverser la tendance suppose que les habitants de la périphérie, à titre individuel, soient capables de faire passer l’intérêt collectif à long terme avant leur intérêt personnel à court terme. Si tel est le cas, la périphérie est capable de compter sur ses propres forces, et les aides accordées dans le cadre de la justice socio-spatiale contribueront utilement à son renouveau. Dans le cas contraire, la justice socio-spatiale ne constitue qu’un ballon d’oxygène et s’assimile, à la limite, à une forme de charité ». Dans cette perspective, le Zulia est-il une périphérie qui peut compter sur ses propres forces ou fonctionne-t-il dans un cadre proche de la charité ou de l’assistance grâce à l’octroi d’argent, sous forme de subventions, allocations et dons distribués par la révolution bolivarienne ?

28Dans le Zulia, le gouverneur, les maires, les militaires, les grands propriétaires, les médias, les grands commerçants, les associations de cadres et de professionnels ainsi que les représentants de l’Eglise catholique forment une élite historiquement opposée au centralisme de Caracas (Maldonado, 2005). S’y ajoutent les universitaires, qui ne forment néanmoins pas un groupe socialement homogène, qui entretiennent des liens, parfois étroits, avec les sphères politique et juridique, avec le monde des affaires ou encore avec les militaires (Ramousse, 1988). L’ensemble de cette élite locale a un intérêt commun à limiter le processus révolutionnaire dans la mesure où ses privilèges sont plus ou moins directement menacés, comme ailleurs au Venezuela. Dans ces conditions, peut-on dire que l’accaparement des richesses par les classes dirigeantes locales est un processus qui amène un lieu conçu pour être un pôle de développement à devenir un pôle prédateur (Bret, 2001) ?

29Au regard du faible développement de l’industrie et de l’agriculture depuis des décennies, et étant donné l’ampleur des rentes redistribuées, le Zulia semble bien être un pôle de prédation. Par exemple, les activités pétrolières représentent 76 % du PIB/habitant du Zulia alors que l’agriculture et l’industrie n’en représentent respectivement que 4,1 % et 4,3 % (Fuenmayor, 2005). De plus, l’analyse des espaces des élites de Maracaibo indique que celles-ci en sont les principaux bénéficiaires (Fournier, 2010). En effet, le boom pétrolier des années 2000 a bien montré la transformation rapide des quartiers riches : augmentation spectaculaire du nombre de logements et de commerces de luxe, flambée des prix de l’immobilier ou encore construction d’infrastructures de prestige comme par exemple une patinoire à glace artificielle sous un dôme de verre alors que la température moyenne annuelle dépasse les 29° C. Manuel Rosales, élu deux fois gouverneur de l’état et deux fois maire de Maracaibo, principal opposant national à Hugo Chavez au cours des années 2000, incarne de son côté la figure du caudillo régional typique c'est-à-dire celle d'un chef qui s’occupe de tout et qui endosse toutes les responsabilités. Il a ainsi mis en place son propre système social qui fait directement concurrence aux missions bolivariennes de la révolution. Ses programmes « Barrio a barrio » constituent une stricte réplique des programmes socialistes : soins médicaux de base, aide scolaire, régularisation des terrains illégaux, etc. dans les quartiers défavorisés. De plus, ses discours populistes entretiennent une clientèle électorale sensible aux discours régionalistes et à la redistribution directe de la rente pétrolière. Notre troisième hypothèse trouve ici des arguments de confirmation, tout du moins pour le Zulia.

  • 22 Selon la Banque Centrale du Venezuela, les taux d’inflation ont été très élevés au cours des derniè (...)

30En 1982, J. Brisseau-Loaiza écrit que « l’histoire du Venezuela est celle d’un pays dépendant de l’Espagne d’abord, puis des capitaux et des marchés européens ou plus récemment nord-américain ; c’est aussi celle des contradictions d’une bourgeoisie qui ne remet pas complètement en question ce système mais cherche à en tirer parti ». Cette logique historique semble se poursuivre actuellement. En effet, le boom pétrolier des années 2000 profite d’abord aux élites puis dans une moindre mesure aux classes moyennes. La captation de la rente pétrolière, au niveau des ménages, passe de fait par l’importance de leur capital financier et de leur insertion dans le marché du travail formel, marché dont est exclue environ la moitié des Vénézuéliens dépendant de l’économie informelle (España, 2009). Dans un contexte de forte croissance économique et de très forte inflation22, plus le capital financier d’un ménage est élevé, plus il lui est possible de bénéficier du boom pétrolier. Afin de contrer les élites de Maracaibo, et leurs nouvelles capacités d’enrichissement, Hugo Chavez a développé plusieurs stratégies spatiales, non plus à l’échelle régionale, mais à l’échelle des espaces qu’elles contrôlent le plus, c’est-à-dire essentiellement dans les beaux quartiers. Il a commencé par implanter une université bolivarienne située à proximité des quartiers les plus précaires de la ville pour y former de jeunes étudiants issus des strates socialement les plus défavorisées. Cette université n’est en réalité qu’un élément d’un système plus général visant à mailler un espace socialiste dans la partie ouest et populaire de la ville avec les écoles bolivariennes, les dispensaires, les coopératives de vente de denrées de base à prix subventionnés, etc. Progressivement, toute la partie ouest et sud de la ville s’est vue dotée de ces services dits socialistes. Dans un second temps, son action a voulu diffuser le socialisme dans les quartiers des catégories aisées et des classes moyennes : au nord et nord-est de la ville. En 2006, il a ainsi amputé les terrains du campus de l’université publique, La Universidad del Zulia, à proximité immédiate des beaux quartiers, en édifiant à cet endroit-là une ville socialiste appelée Ciudad Lossada. En théorie, elle devrait compter à terme 5 500 logements et accueillir 40 000 habitants dont un tiers devrait être d’origine guajira. L’opération est justifiée par la volonté de créer un certain mélange social et de réduire la ségrégation. Mais quatre ans après le début des travaux, on ne compte que quelques centaines de logements effectivement construits.

  • 23 Ley Orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Competencias del Poder Público, (...)
  • 24 Ley de Reforma Parcial de la Ley Orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Com (...)
  • 25 Conférence de presse de Hugo Chavez du 18 mars 2009 amplement commentée dans tous les médias.

31Par ailleurs, Hugo Chavez a voulu reconquérir un territoire symbolique aux mains de l’opposition, et notamment du gouverneur Manuel Rosales : l’aéroport de Maracaibo. En 2003, dans le cadre de la Loi de décentralisation23, la gestion des ports et aéroports est déléguée aux états fédérés. Cet aéroport avait alors fait l’objet d’un marquage territorial et politique particulièrement tapageur de la part du gouverneur Manuel Rosales. En effet, tout un système signalétique composé de plus d’une centaine de panneaux géants, d’affiches et de drapeaux faisaient apparaître le nom et le logo de Manuel Rosales partout à l’intérieur comme aux alentours de l’aéroport, jusqu’à plusieurs kilomètres de distance. Pendant plusieurs années cet aéroport, lieu de passage obligatoire pour se rendre ou quitter la ville, notamment pour la classe moyenne et les groupes aisés étant donné l’éloignement et l’absence de tout autre mode de transport rapide, était ainsi devenu un véritable territoire vitrine de l’opposition. Mais en mars 2009, la réforme de la Loi de décentralisation24 déclare que les compétences déléguées aux états fédérés concernant les ports et aéroports sont rétrocédées à l’Etat central. L’explication de ce retour vers une plus grande centralisation réside dans le fait que « le pouvoir public régional et municipal ne doit jamais être au-dessus du pouvoir public national, car cela conduit à rompre l’intégrité nationale »25. En parallèle, le président Chavez a également fait inculper pour corruption Manuel Rosales, qui a dû demander en mars 2009 l’asile politique au Pérou suite à sa menace d’emprisonnement, comme de très nombreux médias internationaux l’ont relaté. Sa femme Eveling de Rosales a par ailleurs été élue maire de Maracaibo fin 2010, ce qui n’est pas le signe d’une évolution vers un renouvellement de la classe politique locale.

32Au-delà de l’exemple de Maracaibo, on assiste plus généralement au Venezuela à un mouvement de centralisation. Dans le modèle de Punto Fijo (1958-1998), les élites ont trouvé aux échelles infra-étatiques des structures propices à la confiscation des affaires publiques à leur avantage alors que le pouvoir central tolérait implicitement ces pratiques (Mascareña Quintana, 2007). Le fait qu’une bonne partie de l’élite politique qui distribuait la rente s’octroyait des privilèges, notamment via la corruption, n’était pas perçu comme un problème intolérable : ceux qui gouvernaient étaient pour l’essentiel jugés en fonction de ce qu’ils redistribuaient (Gómez, Patruyo, 1999). Or Hugo Chavez a été justement élu en promettant de rompre avec l’establishment politique corrompu. Au cours des années 2000, se met donc en place un système socialiste parallèle visant à court-circuiter les structures conventionnelles aux mains de l’opposition et des classes supérieures. Ce système très centralisé fonctionne grâce à un nouveau maillage du territoire, avec en particulier la création de communes socialistes en 2006, pour concurrencer le maillage traditionnel qui lui échappe en partie.

33Au moment de sa première élection fin 1998, Hugo Chavez bénéficiait d’un large consensus incluant toutes les strates sociales. Une opposition politique a surgi dès les premières années, à partir du moment où les groupes dominants ont redouté de voir disparaître leurs acquis considérés dans un cadre révolutionnaire comme des privilèges. Rapidement, l’essentiel des cadres, dirigeants et investisseurs n’a plus soutenu le nouveau projet de société (Romero Salazar, 2003). Le contrat social a alors été rompu, divisant la société assez radicalement en deux blocs : les pro-Chavez et les anti-Chavez. De nombreux auteurs ont alors argumenté qu’il n’était pas possible de faire la révolution sans l’aide de leaders expérimentés et uniquement avec des analphabètes (Castro, 2007). Face à ce problème, la politique de Hugo Chavez a davantage été spatialisée car la lutte des classes est devenue une lutte plus élaborée pour le contrôle de l’espace. De plus, une nouvelle élite socialiste serait progressivement apparue pour remplacer les anciens groupes dirigeants. Elle serait composée de militants au service du gouvernement : cadres du Parti socialiste unifié du Venezuela, responsables de programmes révolutionnaires dans les ministères, leaders au sein des communes socialistes, des missions bolivariennes ou encore dans les entreprises d’Etat, telle que Pdvsa, etc. Les opposants à Hugo Chavez dénoncent d’ailleurs les abus de qu’ils appellent la boliburguesía, littéralement la « boli-bourgeoisie » : une nouvelle classe bourgeoise bolivarienne. En réalité, il existe peu de travaux scientifiques sur cette supposée nouvelle élite. Ajoutons que, même si les habitants impliqués dans les structures officielles de la révolution sont la plupart du temps sur-représentés parmi les bénéficiaires des programmes socialistes (Hawkins, Hansen, 2006), il faut aussi rappeler que tous les habitants proches de Hugo Chavez ne sont pas opportunistes (Valencia Ramírez, 2007). Enfin la reconversion idéologique d’une partie de la classe politique antérieure ne doit pas être éludée (Castro, 2007).

Conclusion

34Existe-t-il finalement une « nouvelle géographie socialiste » au Venezuela ? Deux réponses peuvent émerger. D’une part, une réponse par l’affirmative s’impose si l'on considère que les actions du président Chavez sont très spatialisées : les territoires révolutionnaires mis en avant ne sont pas le fait du hasard et toutes les échelles géographiques sont mobilisées pour définir un nouveau maillage territorial. La dimension révolutionnaire apparaît clairement dans la reconnaissance de groupes sociaux jusqu’alors ignorés et d’espaces périphériques trop rarement pris en compte et stigmatisés. Cependant, le processus participe également d’une instrumentalisation des minorités à des fins plus prosaïques de maintien au pouvoir. Au départ, le Président met l’accent sur les espaces ruraux et lointains ; il délaisse les centres pour favoriser les périphéries éloignées et dominées. Mais après 2005, il s’intéresse de plus en plus aux espaces urbains et centraux pour des raisons idéologiques (diffuser la révolution) et politiques (limiter les pouvoirs de l’opposition). Sur le terrain, des ajustements sont observés pour concilier enjeux économiques, sociaux et électoraux.

35D’autre part, on peut soutenir à l’inverse que la nouvelle géographie socialiste n’est pas révolutionnaire en considérant la faiblesse des résultats obtenus après dix années d’action. L’accès à la terre dans les campagnes, la régularisation de terrains urbains ou encore la création de noyaux de développement endogène pour impulser des systèmes productifs localisés produisant de la richesse en sont restés à des expériences pilotes, tantôt couronnées de succès, tantôt tombées en désuétude, mais jamais généralisées. Le système économique reste aujourd’hui fondamentalement capitaliste, le premier client comme le premier fournisseur du Venezuela continuant d’être les Etats-Unis. Pour l’essentiel, les programmes socialistes sont des opérations ponctuelles et fortement médiatisées sur fond de revanche sociale. Très centralisé, le nouveau maillage territorial reste fragile. Le socialisme du 21ème siècle se caractérise donc plutôt par une somme d’aménagements discontinus et isolés, rapidement mis en place, mais pouvant tout aussi rapidement décliner, voire disparaître totalement.

36Sur le plan théorique, Hugo Chavez conjugue deux formes de justice spatiale : une justice redistributive (répartition égale des ressources que le slogan « Maintenant le pétrole appartient à tous » illustre parfaitement) et une justice procédurale (répartition des ressources selon une logique de discrimination positive, suite à des négociations prenant en compte les groupes exclus, ethniques, etc.). En s’inspirant de la théorie de la justice de J. Rawls, peut-on affirmer que les espaces périphériques les plus pauvres sont appauvris parce que les espaces centraux et riches concentrent la richesse ou bien ces espaces pauvres bénéficient-ils, par effet d’entraînement, de la concentration de la richesse ? A l’échelle nationale, les états défavorisés du Venezuela restent dans des situations socio-économiques qui progressent peu, voire stagnent. A l’échelle régionale, l’exemple du Zulia indique que le groupe indigène Baris dans la Sierra de Perijá reste soumis aux pressions d’acteurs guidés par des enjeux économiques et politiques, et ceci à leur détriment. Enfin à l’échelle urbaine, le transfert des espaces riches (les beaux quartiers de Maracaibo) vers des espaces pauvres (Patria Bolivariana) n’opère pas. Pour cela, il faudrait que le noyau de développement endogène basé sur des activités de production (artisanat guarijo, confection, etc.) et de services (tourisme culturel) fonctionne effectivement et ne soit pas seulement le réceptacle de subventions socialistes. Cet exemple montre bien que la révolution ne génère pas vraiment de développement. Par ailleurs, beaucoup de programmes socialistes relèvent de stratégies spatiales et non socio-spatiales. Pour Patria Bolivariana, un exemple de modification radicale de l’espace géographique puisque le lieu a été entièrement rasé et reconstruit, le fonctionnement social n’a pas été changé de manière « révolutionnaire ». Le socialisme du 21ème siècle induit ainsi davantage de changements spatiaux que socio-spatiaux qui impliqueraient une transformation plus en profondeur de la société.

37La question de savoir s’il y a désormais plus de justice spatiale et de justice sociale au Venezuela dépend à l’évidence des définitions retenues pour ces notions. Pour Hugo Chavez, la compensation d’une « dette historique » de l’Etat envers les groupes exclus justifie d’avoir comme objectif premier la discrimination positive territorialisée. Aujourd’hui, plus personne ne nie que certains programmes de la révolution sont à l’origine de plus de justice sociale, notamment en ce qui concerne l’éducation et la santé. Mais si l'on retient que la justice sociale, qui est obligatoirement liée à la justice spatiale, passe par le développement du pays, et en particulier par des processus de diffusion partant des centres et au bénéfice des périphéries, alors il faut reconnaître que le Venezuela progresse peu dans cette direction. Si l'on observe une meilleure intégration territoriale et sociale des pauvres et des exclus, parfois plus symbolique que réelle, cela n’a pas engendré pour autant une plus grande justice spatiale et sociale à leur égard, tout du moins pour le moment et dans le cadre des espaces géographiques analysés.

Haut de page

Bibliographie

Amodio E., 2008, Los derechos indígenas en la Constitución Venezolana, Pueblos y culturas de la cuenca del lago de Maracaibo, Maracaibo, Acervo Histórico del Estado Zulia.

Angosto L. F., 2010, « Pueblos indígenas, multiculturalismo y la nueva geometría del poder en Venezuela », Cuadernos del Cendes, año 27, N° 73, 97-132.

Antillano A., 2006, « Comités de tierra urbana », in Ramírez Ribes M. (ed.), Lo mío, lo tuyo, lo nuestro… visiones sobre la propiedad, Caracas, Capítulo del Club de Roma, 199-212.

Auty R., 1993, Sustaining Development in Mineral Economies : The Resource Curse Thesis, London, Routledge.

Barrios A. et al., 2006, Venezuela, un acuerdo para alcanzar el desarrollo, Caracas, Universidad Católica Andrès Bello.

Bataillon et al., 1991, Amérique latine, Géographie Universelle, Paris, Hachette/Reclus.

Beckerman S., 1979, Datos etnohistóricos acerca de los Barí, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello.

Bolivar T. et al., 2006, Barrios en transformación, prácticas de rehabilitación, revitalización y reasentamiento, Caracas, Universidad Central de Venezuela.

Bret B. et al. (ed.), 2010, Justice et injustices spatiales, Presses universitaires de Paris Ouest.

Bret B., 2009, « Interpréter les inégalités socio-spatiales à la lumière de la Théorie de la Justice de John Rawls », Annales de géographie, N° 665-666, 16-34.

Bret B., 2001, « Penser l’éthique pour penser le territoire et l’aménagement, à propos du Nordeste du Brésil », L’information géographique, N° 3, 193-218.

Briceño-León R., 2006, « Propiedad, posesión y poder en la sociedad petrolera », in Ramírez Ribes M. (ed.), Lo mío, lo tuyo, lo nuestro… visiones sobre la propiedad, Caracas, Informe del Capítulo del Club de Roma, 305-318.

Brisseau-Loaiza J., 1982, Le Venezuela, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?, N° 2010.

Camargo M. G., 2006, « El desarrollo local y las tendencias socio territoriales emergentes en Venezuela », Revista Geográfica Venezolana, vol. 47, 2, 257-271.

Cañas J., 1988, « Les enjeux économiques dans un contexte de crise, les programmes industriels du Zulia », in Revel-Mouroz J. (ed.), Venezuela, centralisme, régionalisme et pouvoir local, Paris, Iheal, Cnrs, 81-90.

Castro G. (ed.), 2007, Debate por Venezuela, Caracas, Editorial Alfa, Universidad Central de Venezuela.

Colina Rojas A., 2006, « El nuevo cooperativismo venezolano : una caracterización basada en estadísticas recientes », Revista Venezolana de Economía Social, año 6, N° 12, 227-248.

Compagnon O. et al., 2009, Le Venezuela au-delà du mythe, Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, Editions de l’Atelier.

Cannon B., 2009, Hugo Chávez and The Bolivarian Revolution, Populism and Democracy in a Globalised Age, Manchester University Press.

D’Elia Y. (ed.), 2006, Las misiones sociales en Venezuela : una aproximación a su comprensión y análisis, Caracas, Instituto Latinoamericano de Investigaciones Sociales.

D’Elia Y., Maingon T., 2009, La Política Social en el Modelo Estado/Gobierno Venezolano, Caracas, Instituto Latinoamericano de Investigaciones Sociales.

D’Elia Y., Quiroz C., 2010, ¿ Las Misiones sociales : una alternativa para superar la pobreza ?, Intituto Latinoamericano de Investigaciones Sociales. http://www.ildis.org.ve/website/administrador/uploads/DocumentoYolandaMisionesPolSocial.pdf Site consulté le 02/02/2011.

Di John J., 2009, From Windfall to Curse ? Oil and Industrialization in Venezuela, 1920 to The Present, Pennsylvania State University Press.

De Lisio A., 2009, « Les défis de l’aménagement régional au Venezuela », in Compagnon O. et al. (eds.), Le Venezuela au-delà du mythe, Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, Editions de l’Atelier, 201-216.

Ellner S., Hellinger D. (eds.), 2003, Venezuelan Politics in the Chávez Era, Class, Polarization and Conflict, London, Lynne Rienner Publishers.

Ellner S., Tinker Salas M. (eds.), 2007, Venezuela, Hugo Chávez and the Decline of an « Exceptional Democracy », Lanham, Rowman and Littlefield Publishers.

España L. P. (ed.) 2009, Detrás de la pobreza, diez años después, Caracas, Universidad Católica Andrès Bello.

Fernandes S., 2010, Who Can Stop the Drums ?, Urban Social Movements in Chavez’s Venezuela, Durham, London, Duke University Press.

Figueroa V. M., 2006, « The Bolivarian Government of Hugo Chávez: Democratic Alternative for Latin America? », Critical Sociology, vol. 32, Issue 1, 187-211.

Fournier J.-M., 2010, L’autre Venezuela de Hugo Chavez, Boom pétrolier et révolution bolivarienne à Maracaibo, Paris, Karthala.

Fuenmayor W., 2005, Atlas del estado Zulia, Síntesis socio-histórico, cultural y geográfica, Maracaibo, Splanos Editorial, Universidad del Zulia.

García-Guadilla M. P., 2007, « Ciudadanía y autonomía en las organizaciones sociales bolivarianas : los Comités de Tierra como movimientos sociales », Cuadernos del Cendes, año 24, N° 66, 47-73.

Gervais-Lombany P., Dufaux F., 2009, « Justice… spatiale ! », 2009, Annales de géographie, N° 665-666, 3-15.

Gomez T., 1988, « L’enjeu ethnique : les Guajiros dans la stratégie économique et politique de l’État », in Revel-Mouroz J. (ed.), Venezuela, centralisme, régionalisme et pouvoir local, Paris, Iheal, Cnrs, 121-152.

Gómez L., Patruyo T., 1999, « Le Venezuela, entre espoir populaire et crise économique », Problèmes d’Amérique latine, n° 34, 117-147.

Hawkins K., Hansen D., 2006, « Dependent Civil Society, The Círculos Bolivarianos in Venezuela », Latin American Research Review, vol. 41, N° 1, 102-132.

Herrera Salas J. M., 2007, « Ethnicity and Revolution: The Political Economy of Racism in Venezuela », in Ellner S., Tinker Salas M. (eds.), Venezuela, Hugo Chávez and the Decline of an « Exceptional Democracy », Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 99-118.

INE, PNUD, 2009, Atlas de Venezuela, la geografía al servicio del desarollo, Caracas, Instituto Nacional de Estadísticas, Naciones Unidades, CR-Rom.

Karl T. L., 1997, The Paradox of Plenty, Oils Booms and Petro-states, Berkeley, University of California Press.

Langue F., 2006, « Pétrole et révolution dans les Amériques, les stratégies bolivariennes de Hugo Chavez », Hérodote, N° 123, 41-61.

León J. F., 2006, Crónica petrolera del Zulia 1900-2000, Maracaibo, Grupo Editus, Camara Petrolera de Venezuela.

Maingon T. (ed.), 2006, Balance y perspectivas de la política social en Venezuela, Caracas, Instituto Latinoamericano de Investigaciones sociales.
http://www.cendes-ucv.edu.ve/%20Site%20consulté%20le%2002/02/2011.

Maldonado Z., 2005, « Las ciudades dissidentes durante la independencia de Venezuela : el caso de Maracaibo », Revista de Ciencias Sociales, vol. XI, N° 1, 48-68.

Marchand B., 1971, Venezuela, travailleurs et villes du pétrole, Travaux et Mémoires de l’Iheal, N° 26, Paris, Iheal.

Martín Frechilla J., Texera Arnal Y. (eds.), 2005, Petróleo nuestro y ajeno, la ilusión de modernidad, Caracas, Universidad Central de Venezuela.

Mascareña Quintana C., 2007, « El federalismo venezolano re-centralizado », Revista Provincia, Universidad de los Andes, N° 17, 11-22.

Massey D., 2008, « When theory meets politics », Antipode, vol. 40, N° 3, 492-497.

Mussat H., 2009, Dynamique d’une transformation identitaire : le pentecôtisme Wayuu à Skupana (Colombie) et à Maracaibo (Venezuela), Etude ethnographique et sociologique, Thèse de doctorat de l’Université de Caen.

Naím M., Piñango R. (eds.), 1984, El caso Venezuela, ¿ una ilusión de armonía ?, Caracas, Ediciones IESA.

Negrón M. (ed.), 2007, Maracaibo Cenital, Caracas, Fundación para la cultura urbana, Econoinvest.

Portillo J., 1999, El glorioso ayer, Maracaibo 1870-1935, Caracas, Editorial Arte.

Pouyllau M., 1992, Le Venezuela, Paris, Karthala.

Ramousse D., 1988, « L’Université du Zulia (LUZ) : son rôle dans la formation des élites et le développement régional », in Revel-Mouroz J. (ed.), Venezuela, centralisme, régionalisme et pouvoir local, Paris, Iheal, Cnrs, 219-231.

Rebotier J., 2009, « Les principes alternatifs de la planification, statut des terres et logement à Caracas », in Compagnon O. et al. (eds.), Le Venezuela au-delà du mythe, Chávez, la démocratie, le changement social, Paris, Editions de l’Atelier, 169-183.

Reynaud A., 1981, Société, espace et justice, Paris, Puf.

Revel-Mouroz J. (ed.), 1988, Venezuela, centralisme, régionalisme et pouvoir local, Paris, Iheal, Cnrs.

Rojas López J., Pulido N., 2009, « ¿ Estrategias territoriales recientes en Venezuela : reordenación viable de los sistemas territoriales o ensayos de laboratorio ? », Revista Eure, vol. 35, N° 104, 77-100.

Romero Salazar A. et al., 2003, Venezuela : horizonte democrático en el siglo XXI, Buenos Aires, Libros en red, Sociedad Zuliana de Sociología.

Salazar Carrillo J., West B., 2004, Oil and Development in Venezuela during the 20th Century, Westport, Praeger Publishers.

Sanoja P., 2009, « Ideology, Institutions and Ideas: Explaining Political Change in Venezuela », Bulletin of Latin American Research, vol. 28, Issue 3, 394-410.

Santos A., Villasmil Bond R., 2006, « La economía venezolana durante el último cuarto de siglo: análisis y propuestas para alcanzar el desarrollo », in Barrios A. et al., Venezuela, un acuerdo para alcanzar el desarrollo, Caracas, Universidad Católica Andrès Bello, 341-367.

Tarver M., Frederick J., 2006, The History of Venezuela, New York, Palgrave Macmillan.

Tinker Salas M., 2009, The Enduring Legacy, Oil, Culture and Society in Venezuela, Durham and London, Duke Press University.

Tinker Salas M., 2003, « La industria petrolera y la construcción de la ciudadanía en Venezuela », in Romero Salazar R. et al., Venezuela : horizonte democrático en el siglo XXI, Buenos Aires, Libros en Red, Sociedad Zuliana de Sociología, 113-129.

Trigo P., 2005, La cultura del barrio, Caracas, Universidad Católica Andrès Bello.

Ugalde L. et al., 2004, Detrás de la pobreza, percepciones, creencias, apreciaciones, Caracas, Universidad Católica Andrès Bello.

United Nations, 2009, Human Development Report 2009, United Nations Program, New York.

Valencia Ramirez C., 2007, « Venezuela’s Bolivarian Revolution: Who Are The Chavistas? », in Ellner S., Tinker Salas M. (ed.), Venezuela, Hugo Chávez and the Decline of an « Exceptional Democracy », Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 121-139.

Wilpert G., 2007, Changing Venezuela by Taking Power, The History and Policies of The Chavez Government, London, Verso.

Haut de page

Notes

1 Extraits de l’émission n°330 du 23/04/2009. Voir le site Internet officiel : www.alopresidente.gob.ve Site consulté le 10/01/2011.

2 Chávez H., 2004, Desarrollo endógeno, desde adentro, desde la Venezuela profunda, Caracas, Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información.

3 Un colloque a été organisé en France sur ce thème en 2008 (http://www.justice-spatiale-2008.org/) qui a donné lieu à la création d’une revue en ligne (http://jssj.org/). Il importe de signaler un numéro thématique des Annales de géographie (2009) N°665-666. Sites consultés le 16/01/2011.

4 Vastes plaines herbeuses occupant le nord du bassin de l’Orénoque, possédant de grandes surfaces de marécages et de savanes, permettant l’élevage bovin et offrant également des potentiels dans l’agriculture intensive.

5 Ces chiffres sont issus de l’Atlas du Venezuela coproduit par l’Institut national des statistiques (INE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Néanmoins, le site Internet officiel de l’INE présente des chiffres qui peuvent être différents pour les années après 2005, date à laquelle Hugo Chavez a critiqué les méthodes de calcul de l’INE jugées en faveur de l’idéologie néolibérale. Les chercheurs de l’Université Andrès Bello à Caracas ont dénoncé une manipulation des données officielles, et en particulier les taux de pauvreté et d’alphabétisation. Voir : España L. P., 2009.

6 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, 135 p.
http://www.gobiernoenlinea.ve/gobierno_al_dia/docs/DesarrolloRegional.pdf Site consulté le 15/01/2011.

7 Estimations de l’Institut national des statistiques (INE) en 2010.

8 República Bolivariana de Venezuela, 2007, Proyecto Nacional Simón Bolivar 2007-2013, Desarrollo económico y social de la Nación, Caracas, Presidencia.
http://www.mpd.gob.ve/Nuevo-plan/PROYECTO-NACIONAL-SIMON-BOLIVAR.pdf
Site consulté le 16/01/2011.

9 Ley de Demarcación y Garantía del Hábitat y Tierras de los Pueblos Indígenas, Gaceta Oficial N°37 118, 12 de enero de 2001.

10 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, Caracas.

11 Accusé d’abriter des guérillas colombiennes dans des municipalités frontalières, le Venezuela a d’ailleurs rompu en juillet 2010 ses relations diplomatiques avec la Colombie. Il ne s’agit que d’une crise qui s’insère dans le cadre de relations tendues depuis longtemps entre les deux pays.

12 Decreto Presidencial Nº6 469, Gaceta Oficial Nº39 046, 28 de octubre de 2008 : Plan Integral para la Defensa, Desarrollo y Consolidación de los Municipios Fronterizos Machiques de Perijá, Rosario de Perijá y Jesús Mará Semprúm del Estado Zulia. Comunidades Indígenas Yukpa y Baris.

13 Ministerio de Planificación y Desarrollo, 2001, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, Caracas.

14 Sistema de Aldeas Rurales Auto-Organizadas Sustentables (SARAOS).

15 Ce noyau a fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre du programme de recherche et de coopération France/Venezuela Ecos-Nord n°07VH01 intitulé : Changements urbains et familiaux au Venezuela, l’exemple de Maracaibo. Il s’appuie notamment sur une enquête qualitative menée auprès de 42 habitants et de 12 acteurs institutionels. De plus, un atelier rassemblant les leaders de Patria Bolivariana a été organisé utilisant la méthode des groupes de discussion ou « focus groups » pour tester et conforter la validité de l’enquête qualitative.

16 On estime généralement que la mission de santé Barrio adentro a accueilli entre 10 000 et 15 000 médecins cubains depuis 2003 au Venezuela.

17 Le mot lümaka est un terme guajiro dont la traduction en espagnol est enramada. Sur place, les deux termes sont utilisés.

18 Chávez H., 2009, Comunas, propiedad y socialismo, Cuadernos para el debate, Caracas, Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información.
(http://www.minci.gob.ve/libros_folletos/6/p--2/tp--24/libros_folletos.html) Site consulté le 15/01/2011.

19 Chávez H., 2009, Las comunas y los cinco frentes para la construcción del socialismo, Aló Presidente Teórico, Caracas, Ministerio del Poder Popular para la Comunicación y la Información. (http://www.minci.gob.ve/libros_folletos/6/p--2/tp--24/libros_folletos.html) Site consulté le 15/01/2011.

20 Des bilans quantitatifs sont pourtant largement diffusés mais leur fiabilité n’est pas assurée dans la mesure où l’Etat est à la fois producteur de données et promoteur d’une idéologie. Voir par exemple : Ministerio del Poder Popular para la Planificación y Desarrollo, 2008, Logros de la Revolución, en un país de 28 millones de habitantes. http://www.mpd.gob.ve/Logros-Revolucion/Nuevo-Encarte.pdf Site consulté le 15/01/2011.

21 Hugo Chavez poursuit et intensifie même depuis quelques années sa politique de nationalisation.

22 Selon la Banque Centrale du Venezuela, les taux d’inflation ont été très élevés au cours des dernières années : 31 % en 2008 ou encore 26 % en 2009. Par ailleurs, le PIB augmente de plus de 3 % par an en 2000 et 2001 avant de chuter en 2002 et 2003 (- 8,9 et - 7,7 %) puis de connaître une forte croissance les années suivantes : + 17,9% (2004) et + 10,3 % (2006). Il diminue à nouveau en 2008 (+ 4,7 %) puis 2009 (- 3,3 %). Ces fluctuations sont liées aux variations du cours mondial du pétrole ainsi qu’aux aléas politiques et sociaux internes.

23 Ley Orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Competencias del Poder Público, Gaceta Oficial N°37 753, 14 de agosto de 2003.

24 Ley de Reforma Parcial de la Ley Orgánica de Descentralización, Delimitación y Transferencia de Competencias del Poder Público, Gaceta Oficial N°39 140, 17 de marzo de 2009.

25 Conférence de presse de Hugo Chavez du 18 mars 2009 amplement commentée dans tous les médias.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23477/img-1.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 1 : Les 23 états du Venezuela.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23477/img-2.png
Fichier image/png, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Fournier, « Existe-t-il une nouvelle géographie socialiste au Venezuela ? Justice spatiale et justice sociale dans la révolution bolivarienne de Hugo Chavez », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 518, mis en ligne le 25 février 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23477 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23477

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Fournier

Professeur de géographie
ESO-Caen UMR 6590 CNRS
Université de Caen
jean-marc.fournier@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page