Navigation – Plan du site
2011

Dumont M., Hellier E., 2010, Les nouvelles périphéries urbaines : formes, logiques et modèles de la ville contemporaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 218 p.

Les périphéries, un analyseur des mondes contemporains
Laurent Matthey

Texte intégral

1Faire de la morphologie spatiale un outil de compréhension et de critique de la société est une manière connue de la pensée urbaine. L’exemple le plus évident réside dans le postulat lefebvrien de la production de l’espace. L’intérêt du récent ouvrage dirigé par Marc Dumont et Emmanuelle Hellier – Les nouvelles périphéries urbaines : formes, logiques et modèles de la ville contemporaine (2010) – consiste dans ce que ce schème est mis au travail autour de la transformation des périphéries urbaines, suivant un postulat voulant que ces espaces soient un analyseur des mondes contemporains.

Un jeu de la forme et de ses mutations

2L’ouvrage – qui regroupe 12 contributions d’origines disciplinaires diverses quoique proches (géographes, aménagistes, urbanistes, architectes) – s’organise en trois parties (“Habitat, habiter : formes et métamorphoses”, “Espaces ouverts émergents”, “Revisiter les modèles”) qui constituent autant de focales sur la fabrique contemporaine de la ville.

3La première partie (pp. 23-98) se saisit ainsi des formes de l’habitat des périphéries urbaines en cherchant à identifier ce qui les caractérise – c’est-à-dire ce qui les singularise par une inscription dans la durée – et ce qui en révèle les mutations. Ce jeu de la forme et de ses métamorphoses se décline dans une série de contributions qui s’intéressent tour à tour aux façons de vire dans le périurbain (Lionel Rougé, pp. 25-38), à la “montée du désir de maison” (Daniel Le Couédic, pp. 39-56), à la “recomposition territoriale” des pôles périphériques et à leur diversification fonctionnelle (Arnaud Gasnier, pp. 57-71), aux gestions des mobilités considérées du point de vue de leurs interactions avec les “stratégies locales de développement” (Marianne Thébert, pp. 73-86) et enfin au transfert d’un mode de faire la ville (les opérations de renouvellement urbain) aux territoires périphériques (Catherine Guy, pp. 87-98). Les contributions rassemblées dans cette partie interrogent donc substantiellement l’épaisseur temporelle des périphéries, ce qui y paraît relever de l’ordre de la “permanence”, ce qui y semble caractéristique du “renouvellement”, de la “recréation de la ville”. Peut-être est-ce ici un des points faibles de l’ouvrage que de ne pas traiter explicitement de la mutabilité de ces espaces périphériques, de leur capacité à changer et à accueillir le changement, notamment en lien avec les problématiques d’intensification ou de densification de l’urbain.

4La deuxième partie (pp. 99-164) investit la problématique des espaces ouverts, interrogés du point de vue de leur multifonctionnalité et donc des conflits d’usage ou de rationalité planificatrice dont ils sont potentiellement l’objet. Cette problématique générale est abordée au gré des différentes focales. On s’y arrête, dans l’agglomération bordelaise, sur les jeux d’acteurs présidant à la production d’un espace fragmenté, aménagé au regard de logique communale alors que le projet aspirait à un très anglo-saxon open space (Mayté Banzo, Laurent Couderchet, Élodie Valette, pp. 101-115). On y est conduit à penser l’intégration des espaces agricoles – en tant “qu’espaces d’usages” quotidiens – dans les pratiques d’habitants de grands ensembles (Yvon Le Caro, pp. 117-133). On y problématise les “modalités de gouvernance d’un réseau vert autour de l’agglomération de Stockholm”, leurs faiblesses et les remédiations possibles (Roland Engkvist, pp. 135-151). On se saisit de la frange périurbaine d’Ottawa pour interroger le potentiel de ce vieil outil d’urbanisme que sont les ceintures vertes : un vieil outil qui, porté à la dimension de l’agglomération, garde de sa pertinence (Mario Gauthier, Anne Mévellec, pp. 153-164). Cette deuxième partie s’achève donc sur la mise en perspective d’un modèle ancien doté d’une nouvelle échelle d’opérationnalisation. Posant un pont élégant avec la dernière partie du recueil coordonné par M. Dumont et E. Hellier.

5De fait, la troisième partie (pp. 216-165) cible plus singulièrement les recompositions des modèles urbains, singulièrement du point de vue de la macroforme. On nous y rappelle la difficulté à modéliser l’urbanisation dispersée, en en appelant à un “cadrage des territoires de l’entre-deux” (Bénédicte Grosjean, pp. 167-182). On y thématise le retour possible de la ville linéaire et son potentiel d’abolition de la centralité ou d’émergence d’une nouvelle articulation polycentrique hiérarchisée (Rémy Allain, pp. 183-199). Une sorte de revisitation christallérienne – née de la transposition à une autre échelle d’un polycentrisme préexistant – que ne dénie pas la macroforme linéaire de la ville éclatée (Thérèse Delavault-Lecoq, pp. 201-216). Cette dernière partie offre donc l’opportunité de réfléchir aux processus de traduction des échelles, de recomposition des niveaux spatiaux dans lesquels s’inscrivent les fonctionnements des nouvelles périphéries, mobilisant sous un autre aspect le jeu de la forme et de ses mutations, la tension des “états intermédiaires”, à l’œuvre dans les parties 1 et 2. Donnant ainsi un motif d’organisation cohérent à l’ensemble de l’ouvrage.

6Au total, les contributions sont généralement intéressantes et permettent une cartographie contemporaine des différents terrains de recherches relatifs aux espaces périurbains. On regrettera peut-être certaines taches aveugles, telles celles des nouvelles esthétiques qui traversent ces territoires périphériques (autrement dit, la question des nouvelles matières paysagères), des stratégies de densification qui les ciblent, de requalification des zones pavillonnaires qui s’y déroulent, des dispositifs de surveillance et de sécurisation de l’espace public dont elles seraient potentiellement la cible. La mise en dialogue des contributions permet toutefois de déplacer la question urbaine aux “marges” de la ville (ce qui est un des objectifs de l’ouvrage), bien que la dimension sociale soit un peu l’absente de ce recueil – or, on se rappelle que la question urbaine consiste en une réponse spatiale à la question sociale.

Faire émerger de nouvelles catégories pour penser le temps long de l’espace des sociétés

7Mais l’ouvrage est encore intéressant du fait de la mise en perspective effectuée par les deux éditeurs scientifiques. En effet, la manière dont une introduction se saisit des diverses monographies qui composent un ouvrage collectif pour les élever à une puissance proche de la vision totalisante, c’est-à-dire la capacité d’un chapitre introductif à relever les potentialités qui miroitent dans un ensemble de textes, a toujours – quand l’exercice est réussi – quelque chose de fascinant. La mise en perspective qui ouvre le recueil de Marc Dumont et Emmanuelle Hellier relève indubitablement de ce plaisir. Faisant jouer les focales et les dispositifs, les deux éditeurs parviennent en effet à faire parler leurs contributeurs à un niveau qui permet de produire un discours généralisant sur les nouvelles périphéries urbaines. Pour ce faire, les éditeurs déconstruisent certains des poncifs qui ont longtemps nui à une saisie de ces terres au loin de la ville.

8La première pièce du prêt-à-penser des périphéries que M. Dumont et E. Hellier passent à la critique est celle de leur “inurbanité”. Les marges urbaines ont en effet souvent été appréhendées sur le mode des non lieux, dans une logomachie qui articulait mort annoncée du paysage (mitage), insoutenabilité (étalement) et développement d’un entre-soi suspicieux (habitat pavillonnaire) : loin des centres, la ville perd de sa densité et de son hétérogénéité, donc de son urbanité. Or M. Dumont et E. Hellier rappellent ici, avec d’autres, que ces territoires ne sont pas sans qualités, qu’ils sont des lieux où penser la composition urbaine, problématiser ce qui s’esquisse dans ces nouvelles individualités marquées au sceau de la dé-densification et de la naturation ; ces espaces singulièrement hybrides au sens où ils recomposent des fragments de ce qui a été longtemps conçu comme de l’anti-ville, brouillant – résolument et définitivement – la frontière de l’urbain et du rural.

9M. Dumont et E. Hellier discutent encore l’idée voulant que certains processus institutionnels (intercommunalité) ou certains flux pendulaires (mouvements de périphérie à périphérie) constituent les indices d’une institutionnalisation et d’une autonomisation du périurbain. L’indice de “périphéries dominantes, par leur capacité d’organisation des espaces et des modes de vie” (p. 12). M. Dumont et E. Hellier nuancent cette hypothèse au moyen d’une contre-hypothèse – “les périphéries sont et restent aujourd’hui sous domination urbaine” – qui leur permet d’inscrire la production des périphéries urbaines à un autre niveau que celui auquel on a coutume de les interroger, celui de la mondialité. En effet, le constat de mouvements de périphérie à périphérie ne doit pas faire oublier que ces périphéries… sont des périphéries (ou des centralités secondaires), qu’elles s’inscrivent dans une logique de distribution des fonctions, elle-même subordonnée à une hiérarchie spatiale. Les périphéries sont des “espaces sous conditions urbaines” (p. 14) ; des espaces non pas autonomes ou en voie d’autonomisation, mais bien des espaces inscrits dans une dynamique qui est celle des réseaux de villes. Les nouvelles périphéries constituent ainsi un “niveau urbain sub-mondial” (p. 14). La centralité que certains leur attribuent devrait être considérée d’un point de vue réticulaire et au regard d’une hiérarchie urbaine.

10Dernière idée-force des deux éditeurs que je retiendrai ici, celle voulant que les périphéries soient constitutives d’“état d’urbanité” plutôt que de “degré d’urbanité”. Les tissus périurbains sont souvent pensés comme un entre-deux, un je-ne-sais-quoi qui n’est ni de la ville, ni de la campagne, quelque chose qui est de la ville en devenir, pas tout à fait là, mais là en puissance. M. Dumont et E. Hellier thématisent cette émergence comme des “états urbains spécifiques”, dotés d’une qualité propre – et qui doivent être pensés comme tels plutôt qu’en tant que presque ville. On retrouve ici quelques-unes des considérations de M. Vanier sur le “tiers espace’’ du périurbain qui se prolonge dans la proposition d’un périurbain en tant que territoirespost-ruraux ou post-urbains, prenant acte de l’hybridité des matières paysagères ainsi que du caractère métissé des modes de vie attachés à ces espaces. Ces territoires intermédiaires dessinent des zones d’incertitude que renforcent les mobilités quotidiennes des habitants, lesquels floutent les ancrages et diversifient les appartenances territoriales.

11Marc Dumont et Emmanuelle Hellier offrent ainsi une vision riche de ces territoires aux franges de la ville, qui apparaissent plus incertains et complexes que leur statut de simple produit d’un étalement urbain, d’une aspiration vague à la propriété ou du désir flou d’une proximité de la nature ne le laisse généralement penser. Ils rappellent que l’urban sprawl a aussi été générateur de quelque chose qui l’excède. Des “états de ville” certes, mais aussi des “états de territoire” qui sont autre chose qu’une autre façon de la ville : des nouvelles espèces d’espaces, de nouvelles épaisseurs locales qui nécessitent un renouvellement des notions, des concepts, des modèles et des outils utilisés pour penser, aménager et gouverner les périphéries. Un renouvellement qui procède sans doute plus par hybridation des savoirs que d’une logique de la table rase et qui permet de mieux saisir les rythmes du temps long. C’est sans doute pourquoi, “[l]’ensemble de l’ouvrage nourrit l’idée que ces nouvelles périphéries constituent des instantanés temporels d’une étape de transition qui serait moins spatiale […] que celle d’un cycle plus général dans l’histoire des sociétés rurales et urbaines” (quatrième de couverture). Au lecteur de participer à cet appel – discret et ambitieux – à la production de nouvelles références pour le développement urbain et l’aménagement de l’espace des sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Matthey, « Dumont M., Hellier E., 2010, Les nouvelles périphéries urbaines : formes, logiques et modèles de la ville contemporaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 218 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23491

Haut de page

Auteur

Laurent Matthey

docteur en géographieFondation Braillard Architectes (Genève)laurent.matthey@braillard.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page