Navigation – Plan du site
2011
521

Le cluster innovant : conceptualisation et application territoriale

Innovative cluster: conceptualization and spatial implementation
Divya Leducq et Bruno Lusso

Résumés

Depuis les années 1980, à la suite de la redécouverte des travaux d’Alfred Marshall, la question de la proximité géographique et relationnelle a fait l’objet d’un très grand nombre de recherches scientifiques, principalement en Europe et aux États-Unis. La notion de cluster, popularisée à partir de 1990 par Michael Porter, a fait florès au sein de la communauté scientifique et ce, malgré de sérieuses limites conceptuelles, mises en évidence par différents courants de recherche. Ainsi, a émergé dans le discours d’économistes territoriaux travaillant sur les hautes technologies le concept de cluster d’innovations ou de cluster innovant, qui dispose de trois caractéristiques nouvelles par rapport aux analyses classiques : son échelle régionale, sa gouvernance collégiale et enfin, son caractère non immédiatement marchand. Si les contours du cluster innovant font encore l’objet d’un grand nombre de débats théoriques, son application territoriale dans le cadre de politiques publiques volontaristes - aux échelles continentale, nationale, régionale et métropolitaine et ce, quelque soit le niveau de développement du pays ou de la région - est indéniable. Si les expériences de politiques de cluster innovant conduisent à des réussites assez diverses, elles amènent toutefois à une résilience beaucoup plus forte des territoires en période de crise ou de restructuration économique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début des années 1970, les profondes mutations économiques engendrées par la mondialisation, la révolution des TIC et l’émergence sur les décombres du fordisme d’un système de production plus flexible, ont facilité l’apparition de nouveaux termes mondialement reconnus comme la "nouvelle économie", l’« économie de la connaissance » ou plus particulièrement les "learning regions" (Lundvall et Johnson, 1994). Dans le cadre de cette économie "post-industrielle" qui renforce la compétition entre les territoires, la principale ressource de ces régions apprenantes est devenue le capital humain, vecteur de savoir, de créativité et d’innovation. Ce concept a fait florès au sein des institutions publiques et des organes de planification, dans la mesure où il est synonyme pour nombre de chercheurs de croissance économique, de création d’emplois et de cohésion sociale (Florida, 1995). Les learning regions sont donc analysées comme une réponse et un défi à l’échelle régionale face aux changements contemporains de l’économie mondiale. Ainsi, le rôle stratégique joué par le capital humain et culturel est clairement souligné dans ce nouveau cadre. Mais il ne faut pas oublier l’importance des réseaux sociaux qui facilitent l’action collective, un bénéfice mutuel et donc l’innovation (Woolcock, 1998).

2En effet, la coopération et l’apprentissage collectif au sein de réseaux régionaux permettent de promouvoir l’innovation et la compétitivité des firmes et des régions (Ascheim, 1996 ; Morgan, 1997). Ainsi, la mobilisation socialement diffuse des différents acteurs du système et la participation d’agences humaines pourraient bien être la condition si ne qua non quant à l’émergence et à l’essor de ces learning regions (Ennal et Gustaven, 1999). Depuis la fin du XIXème siècle et le district marshallien (1890), de nombreuses théories ont été développées sur l’agglomération, la spécialisation régionale et les grappes industrielles. Redécouvertes et réappropriées par des chercheurs européens et nord-américains dans les années 1980, les études portant sur la proximité géographique et relationnelle sont désormais étroitement liées à la notion de cluster qui occupe ainsi une place très importante au sein des débats en économie territoriale et en géographie économique. Toutefois, ce terme qui provient du latin claustrum signifiant enceinte ou lieu clos, dispose de presque autant de définitions qu’il n’y a de publications, dans la mesure où les chercheurs ont très souvent reformulé le contenu de la notion en l’adaptant à un contexte économique ou géographique particulier. Par ailleurs, le cluster se distingue très mal de termes plus ou moins proches et parfois mal identifiés : district, milieu innovateur, technopôle, système productif localisé, système (national ou régional) d’innovation, pôle de compétitivité... En effet, ces chercheurs qui appartiennent à des écoles de pensée extrêmement diverses, ont aussi souvent proposé leurs propres termes.

3L’objectif de cet article n’est donc pas de faire un inventaire exhaustif des différents courants de pensée, mais de retracer les grandes étapes d’apport méthodologique et de "conceptualisation" de la notion de cluster, afin de mieux comprendre les débats et les incertitudes quant à ses délimitations spatiales, relationnelles ou technologiques qui relèvent, encore à l’heure actuelle, du flou théorique. Une question peut dès lors se poser : existe-t-il un terme capable de surpasser les points d’achoppement qui divisent la communauté scientifique pour proposer une approche davantage opératoire de la proximité géographique et relationnelle ? Pour ce faire, nous nous appuierons sur les récentes ouvertures autour du cluster d’innovations ou cluster innovant proposées par plusieurs économistes territoriaux travaillant sur les secteurs des hautes technologies. Enfin, il conviendra d’analyser les atouts et les limites de l’application territoriale et de l’instrumentalisation par les politiques publiques du concept de cluster innovant.

Du district marshallien au cluster porterien : cheminements théoriques et limites conceptuelles

4Retracer les grandes étapes de conceptualisation du cluster revient à mettre en évidence la multiplicité des écoles de pensée sur la proximité géographique et relationnelle, des contextes socio-économiques et géographiques, mais aussi des nouveaux termes développés qui ont conduit à rendre la notion davantage floue.

Les précurseurs européens

5A la fin du XIXème siècle, la Seconde Révolution industrielle et l’essor lié du machinisme dans une Europe dominante sur le plan économique ont favorisé l’émergence de nouvelles théories économiques sur l’agglomération industrielle, à l’image du district industriel développé dès 1890 par Alfred Marshall dans ses travaux sur les villes industrielles de Birmingham et de Sheffield. En 1890, dans le quatrième chapitre de son livre intitulé Principes d’économie politique, et en 1919 dans son ouvrage Industry and Trade, il assimile le district industriel à un groupement d'entreprises interdépendantes et organisées autour d’un marché du travail spécialisé. Alfred Marshall analyse l’agglomération industrielle sous l'angle des économies externes qui, selon lui, expliquent à la fois la co-localisation des entreprises et les avantages générés par le district, c'est-à-dire l'augmentation du nombre d'industries intermédiaires, le développement d'un bassin d'emploi spécialisé, le partage des ressources ou la création d'une structure de coordination propre. Ainsi, les relations particulières, la confiance réciproque et la mutualisation des savoirs-faire constituent des éléments clés quant à l’émergence d’une atmosphère industrielle (Marshall, 1890), davantage pressentie que démontrée, mais pourtant indispensable à la productivité des entreprises et à l’introduction d’innovations incrémentales. Les économies d’agglomération et d’organisation entraînent une baisse des coûts de production, à l’origine de rendements croissants et donc d’économies externes. Ces idées très - peut-être trop - novatrices pour leur époque sont pratiquement tombées dans l’oubli, avant de ré-émerger un demi-siècle plus tard.

6Ce qui n’a toutefois pas empêché certains penseurs de l’après guerre de s’inspirer fortement de ces idées sur la concentration industrielle pour développer leurs propres concepts et ce, dans le contexte des Trente Glorieuses et de l’essor toujours incontesté de l’économie fordiste. La théorie des pôles de croissance développée par l’économiste français François Perroux (1955) dans une approche purement aménagiste, en est un exemple éclatant. Selon ce dernier, les pôles de croissance comprennent ainsi des relations verticales et horizontales entre des entreprises industrielles innovantes facilitées par le soutien de politiques publiques volontaristes. L’approche perrousienne ne sera, à nouveau, guère suivie, dans un contexte de très fort dynamisme économique de la France et de volonté des pouvoirs publics nationaux d’assurer à tout prix un rééquilibrage du territoire au détriment de la concentration des moyens financiers et humains sur quelques "pôles de croissance".

7Pourtant, c’est au tournant des années 1980, dans un contexte de crise économique et de remise en cause du modèle fordiste, que le district marshallien est redécouvert par un groupe d´économistes italiens (Becattini, 1975 ; Brusco, 1982). En effet, le système d’économie districale est désormais perçu comme une alternative très sérieuse au modèle fordiste largement fondé sur la segmentation de la production et la division du travail. Ainsi, au moment où les grandes industries de Turin et de Gênes sont frappées par la crise, ces chercheurs ont remarqué dans le nord-est et le centre du pays une « Troisième Italie » marquée par une série de petits districts qui demeurent extrêmement compétitifs. Chacun d’entre eux contient une multitude de petites et moyennes entreprises, spécialisées dans une même branche. Des réseaux de coopération fondés sur des valeurs communes telles que la confiance et la réciprocité, se nouent entre les firmes situées dans un même environnement géographique. L´entrepreneuriat et l´innovation caractérisent la vie économique fondée sur un système de coopétition (Nalebuff et Brandenburger, 1996), facilité par différentes formes de communautés (famille, entrepreneurs, salariés, collectivités locales), qui réalisent des transactions marchandes et non-marchandes (Bagnasco et Trigilia, 1984). Les théories marshalliennes sont donc remises à l’ordre du jour dans une approche plus monographique et moins analytique. Par ailleurs, les réflexions autour de l’atmosphère industrielle ont été totalement occultées par ces courants de pensée.

8Dès lors, les districts industriels de la Troisième Italie connaissent une réputation internationale, entraînant l’apparition de nouveaux concepts. Ainsi, selon les termes de Giacchino Garofoli (1985) qui travaille lui aussi sur les districts italiens, les systèmes territoriaux de production principalement animés par des petites et moyennes entreprises, apparaissent comme étant les modèles économiques les mieux adaptés à la mondialisation, de par leur dynamique d’apprentissage sans cesse renouvelée et les interactions constantes qui existent entre les différents acteurs. Mais, c’est avec l’ouvrage de deux chercheurs américains, Michael Piore et Charles Sabel, intitulé The second industrial divide (1984), que les districts industriels italiens acquièrent une audience mondiale. Ces auteurs qui replacent l’exemple des districts italiens dans une tendance plus générale, soulignent que le dynamisme de la spécialisation flexible (industrie légère, artisanat) caractérisant ces firmes, allait succéder à la production de masse fordiste trop rigidement structurée. Ce livre montre aussi que l´existence de districts industriels n’est pas limitée aux régions peu urbanisées, ni aux petites et moyennes entreprises. Depuis, des districts industriels ont été identifiés et dans de nombreux pays comme la France avec le district du textile et de la chaussure du Choletais ou le Danemark avec le district du textile et du vêtement de Herning-Ikast (Illeris, 2005).

9Parallèlement, une réflexion sur les relations entre milieu et innovation émerge dans les années 1970. En effet, de nouvelles régions industrielles apparaissent et entraînent des modifications importantes de la hiérarchie spatiale. Toutefois aucune théorie économique classique n’a pu clairement expliquer ces évolutions. C’est pourquoi Philippe Aydalot décide en 1984 de fonder le Groupe de Recherche Européen sur les Milieux Innovateurs (GREMI). Ainsi, à partir de 1985-86, cinq programmes de recherche se sont succédés pour approfondir ces questions posées autour d’un concept nouveau, le milieu innovateur. Ces chercheurs partent de l’idée que le milieu est la source d’une innovation désormais territorialisée. De ce fait, un milieu innovateur désigne un ensemble territorialisé, ouvert sur l’extérieur – c'est-à-dire le marché et l’environnement technologique -, qui intègre et maîtrise des savoir-faire, des règles, des normes, des valeurs et un capital relationnel (Aydalot, 1986). Plusieurs années avant le succès de la théorie porterienne sur les clusters, le GREMI suppose le rôle déterminant des institutions (universités et agences publiques) dans le processus d’innovation. De même, le territoire est considéré comme un espace de relations et de décision entre les différents agents, soutenant ainsi l’innovation. Le milieu local n’est plus seulement un contexte, mais un acteur permettant d’adapter les comportements en fonction des changements de l’environnement et ce, grâce à une atmosphère coopérative et des liens de confiance (Maillat, 1992). Néanmoins, persiste un flou dans la définition de cet environnement qui n’a pas d’échelle géographique ou sociale.

10Les milieux innovateurs sont caractérisés par ces logiques d’interaction unissant un système local de production, un ensemble d’acteurs, des représentations et une culture industrielle, générant un processus dynamique d’apprentissage collectif (Camagni, 1991). De ce fait, un milieu innovateur est attaché à un système de production localisé, c'est-à-dire à un collectif d’acteurs et des ressources humaines et matérielles. Cette notion est reprise au même moment par Claude Courlet et Bernard Pecqueur (1992). Selon eux, un système productif localisé peut être à la fois ouvert et cohérent, avec pour caractéristiques fondamentales la présence de nombreuses PME spécialisées dans une activité et liées par des relations informelles fortes dans un climat social de réciprocité. La proximité géographique est donc une condition indispensable aux relations récursives et coopératives entre acteurs. Bernard Pecqueur et Hervé Gumuchian (2007) montrent que les entreprises s’agglomèrent avec l’objectif avoué de tirer profit de ces conditions optimales d’innovation technologique.

Des avancées de l’école californienne à l’approche porterienne des clusters

11Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, des chercheurs constatent aussi le renouvellement des bases de l’économie américaine et la vitalité éclatante des territoires qui ont fait un choix très clair en faveur d’un développement endogène fondé sur l’innovation technologique. Les publications des chercheurs américains sur ce sujet se multiplient et connaissent une audience extrêmement large et ce, en raison de la domination économique et culturelle de la première puissance mondiale que sont les Etats-Unis. Ainsi, des géographes et économistes californiens découvrent que les concentrations d’entreprises innovantes dans les secteurs très dynamiques expliquaient en partie l’essor économique des métropoles états-uniennes. Ils donnent en exemple l’industrie cinématographique hollywoodienne (Christopherson et Storper, 1986), l’informatique de la Silicon Valley au sud de la baie de San Francisco et la microélectronique de la Route 128 à Boston (Saxenian, 1985, 1994). S’appuyant sur les études menées antérieurement en Europe, ce groupe de chercheurs offre dans un premier temps une lecture transactionnelle du concept de spécialisation flexible : l’agglomération des entreprises permettrait de réduire les coûts de transactions entre les firmes (Scott et Storper, 1986). Puis, découvrant que les entreprises commercent peu entre elles, ces chercheurs concluent que la dépendance mutuelle entre les firmes, et donc leur agglomération était l’effet d’interdépendances non commerciales comme des traditions (institutions, conventions) régionales de comportement et d’apprentissage, et d’un marché de travail commun (Storper, 1999). C’est dans ce contexte qu’Anna Lee Saxenian, à partir de son étude de la Silicon Valley (1985), souligne l’importance de réseaux sociaux locaux qui associent chercheurs, entrepreneurs et investisseurs et favorisent la création d’entreprises (Saxenian, 1994).

12Les études menées sur la réussite dans le secteur des TIC de la Silicon Valley et de la Route 128 interpellent aussi les chercheurs européens (Ruffieux, 1991). Ainsi, émerge progressivement à partir de la fin des années 1970 le concept de technopôle pouvant être défini comme une concentration géographique locale dans un environnement de qualité d’entreprises innovantes (majoritairement petites et moyennes), situées à proximité des centres de recherche, de formation scientifique et d’organisations financières qui n’ont pas forcément des liens étroits avec l’extérieur. L’objectif du technopôle est de faciliter les contacts personnels entre ces milieux et de former un micro-système innovant allant de la recherche fondamentale à l’industrie. Le technopôle est le résultat d’une volonté ou d’un projet local affirmé (Benko, 1991 ; Castells et Hall, 1994). Cette définition n’est pas sans rappeler le développement polarisé des années 1950 soutenu autour du concept de pôle de croissance mis en avant par F. Perroux. Le technopôle concentre de ce fait les avantages compétitifs chers à Michael Porter.

13En 1990, paraît The Competitive Advantage of Nations de Michael Porter. Si la thématique principale de cet ouvrage repose sur la corrélation entre compétitivité internationale et compétitivité des entreprises, M. Porter désigne toutefois un certain nombre de facteurs explicatifs. Selon lui, les clusters ou grappes, terme déjà employé par Joseph Schumpeter (1911), seraient l’un des principaux facteurs de la compétitivité. M. Porter entend le cluster comme une concentration géographique d’entreprises liées entre elles, qui s’affrontent et coopèrent avec des fournisseurs spécialisés, des prestataires de services, des firmes d’industries connexes et des institutions associées (universités, agences de normalisation ou organisations professionnelles) dans un domaine particulier (Porter, 1990). Si ces thèses présentent des similitudes troublantes avec les notions précédemment développées par d’autres chercheurs, il est indéniable que M. Porter a largement contribué à populariser la notion de cluster. En 1998, il précise sa définition du cluster. Ainsi, la combinaison de relations concurrentielles et coopératives entre les firmes co-localisées induirait un meilleur apprentissage, une diffusion de l’innovation plus forte et donc une plus grande compétitivité des firmes et des industries localisées dans un cluster. En 2000, M. Porter complète son approche en assimilant le cluster à une chaîne de valeur intégrée territorialement, supportée par les pouvoirs publics, des réseaux sociaux plus ou moins formels, et par des relations entre producteurs, sous-traitants et clients. La spécialisation du marché du travail qualifié est déterminante quant à la capacité d’innovation du cluster. M. Porter rappelle par ailleurs l’importance de la proximité des acteurs dans la constitution d’un cluster, préalable nécessaire à sa phase de maturation marquée par la formation d’un réseau, c'est-à-dire une forme systémique de coopération qui promeut le savoir. Cette approche a priori simple et convaincante a été assez largement admise et reprise au sein de la communauté scientifique avec les travaux d’Allen J. Scott (1997), Michael Storper (1999), Bjorn Asheim (2000), ou encore de Philip Cooke (2001). Néanmoins, d’autres chercheurs, en mettant en exergue ses parts d’ombre, ont une vision plus nuancée et critique du cluster porterien.

Les critiques de l’approche porterienne des clusters

14Dans un article publié en 2008, Abdelillah Hamdouch souligne quatre limites à la définition porterienne du cluster :

  1. une délimitation spatiale extrêmement floue ;

  2. de fortes imprécisions sur le type de relations interfirmes ;

  3. des liens entre les firmes et les autres institutions du cluster mal explicités ;

  4. le domaine d’activité du cluster ignoré dans la définition.

15Si, dans un premier temps, M. Porter (1998) évoque la possibilité de délimiter un cluster en s’appuyant sur ses frontières organisationnelles et concurrentielles, il envisage par la suite que tout type d’espace géographique, y compris un pays ou un ensemble de pays voisins, peut constituer la limite spatiale d’un cluster (Porter, 2000). De ce fait, il devient plus difficile de distinguer un cluster de la notion plus générale de réseau. L’étendue géographique du cluster n’est donc pas prédéterminée. Guiseppina Passiante et Giustina Secundo (2002) vont encore plus loin dans l’approche, dans la mesure où elles assimilent le cluster à un réseau d’innovation virtuel, basé sur l’apprentissage croisé entre acteurs électroniquement connectés. Même si les échanges dématérialisés d’informations prennent de plus en plus d’importance, la dimension spatiale multiterritorialisée demeure néanmoins essentielle. Michael Storper et Anthony J. Venables (2003) soulignent que le contact direct (face-to-face) reste le moyen le plus efficace pour dépasser les différences et parvenir à une coopération entre les firmes, dont la localisation n’est pas ultra-flexible (Rallet et Torre, 2004). La dimension spatiale du développement d’un cluster demeure essentielle. Ainsi, Stuart Rosenfield (2002) souligne qu’un cluster est une masse critique d’entreprises ayant des relations systémiques soutenue par des complémentarités et des similarités sur une étendue géographique limitée. Cette définition pousse à se poser la question de l’échelle d’étude pertinente des clusters. En effet, dès 1992, Michael Storper a évoqué le fait que la théorie des clusters entraînait nécessairement le retour des territoires locaux. Cette conception est battue en brèche par Alain Rallet de André Torre (2004) qui rappellent les dangers d’une approche trop localiste. En effet, des facteurs traditionnels peuvent expliquer l’agglomération géographique sans qu’il s’agisse pour autant de stratégies préméditées par les entreprises en fonction d’une quelconque atmosphère. De plus, ce sont les institutions qui conditionnent le cadre géographique des interactions économiques, et non l’inverse. Enfin, les relations économiques demeurent encastrées dans des réseaux sociaux plus larges (Rallet et Torre, 2004). Même si le cluster est très ancré localement, il est avant tout fortement internationalisé (Bathelt, 2005).

16Le type de relations que les firmes entretiennent au sein d’un cluster n’est pas clairement précisé. Ainsi Harald Bathelt, Anders Malmberg et Peter Maskell (2004) critiquent la préoccupation presque exclusive d´interdépendance des flux d’informations et de transfert de connaissances, oubliant totalement l’ouverture sur l’extérieur, les exportations et les flux globaux, éléments pourtant décisifs dans la dynamique d’un cluster. Selon H. Bathelt (2005), les entreprises exportent la plupart de leurs produits (outputs) et importent une grande partie de leurs intrants (inputs), dont les informations qui peuvent provenir du « local buzz », c'est-à-dire d’échanges internes au cluster, de faible amplitude, permettant certes la cohésion du système mais n’entraînant pas d’innovation. Mais ce sont surtout les « global information pipelines », à savoir des échanges extérieurs au cluster soutenus par des liens forts avec des organisations possédant les compétences indispensables à l’innovation. Il existerait des clusters sans réseaux internes denses. Ces derniers se maintiendraient grâce à la présence d’un fort potentiel de travailleurs très qualifiés, répondant régulièrement ou plus occasionnellement aux besoins des entreprises et ce, dans le cadre de la division internationale du travail (Bathelt, Malmberg et Maskell, 2004).

17La troisième difficulté tient à la manière dont M. Porter définit les liens qu’entretiennent les firmes avec les autres institutions du cluster (enseignement, recherche, pouvoirs publics). Pour lui, il s’agit de liens informels expliquant l’efficience et la flexibilité de ce mode d’organisation industrielle à la différence des relations de pur marché, de l’intégration à des alliances, partenariats ou réseaux. Or, ce sont ces dernières formes de collaboration, couplées avec des relations inter-organisationnelles et interpersonnelles plus informelles, que de nombreux travaux récents autour de la problématique des clusters mettent en avant comme fondements des réseaux industriels ou d’innovation. Pourtant, ces collaborations deviennent incontournables notamment lorsque se posent les questions de financement, d’accès à de nouveaux champs de la connaissance ou d’appropriation des résultats de la recherche (Hamdouch, 2008).

18Enfin, M. Porter ne prend pas en compte dans ses recherches le domaine d’activité du cluster. Est-ce que ce sont des industries high tech ou des industries low tech ? Ainsi, il tend à négliger le poids de la recherche dans la dynamique du cluster. Aussi, l’idée qu’un cluster engendrerait mécaniquement de l’innovation est discutée. En effet, des auteurs comme Rui Baptista et Peter Swann (1998) réaffirment qu’une firme a plus de chance d’innover si l’emploi lié à son propre secteur est disponible dans sa région de localisation. Dans le même temps, ils remettent en cause la corrélation entre la diversité industrielle liée à une dynamique de cluster et la propension des firmes à innover dans leur ensemble. Cette idée est réaffirmée par Sven Illeris (2005) qui souligne les problèmes de "lock-in", de pétrification qui ont frappé des clusters. Selon ce dernier, un cluster n’est pas automatiquement synonyme d’innovation et l’innovation n’est pas exclusivement liée à une dynamique de cluster.

19Comme le soulignait déjà Edward J. Feser en 1998, il n’y a quasiment pas de consensus autour d’une définition précise des clusters. En effet, "ni la définition de ce qu’est un cluster, ni la délimitation de ses frontières spatiales et de son contenu, ni encore l’identification des conditions de son émergence et de son évolution, ne sont vraiment tranchées. L’étude de la question de la spécificité des clusters et des réseaux d’innovation reste encore embryonnaire" (Hamdouch, 2008). Néanmoins, trois acceptions du terme sont globalement reconnues par la communauté scientifique :

  1. La première, économique, met l’accent sur la dimension sectorielle et fait du cluster un regroupement d’entreprises liées par des relations clients-fournisseurs ou par des technologies, des zones d’emploi, des clients ou des réseaux de distribution communs.

  2. La seconde, relationnelle, s’appuie sur la mise en réseau des acteurs, la proximité géographique souvent très variable.

  3. La troisième, plus territoriale, voit d’abord dans le cluster, un lieu, un pôle, disposant d’une masse critique d’acteurs (compétences humaines ou technologiques, capacités de production...) et ce, grâce à une forte concentration d’entreprises, d’organismes de recherche et de formation, opérant dans un domaine particulier, s’appuyant sur la présence d’un capital-risque, de l’État et des collectivités territoriales et visant l’excellence internationale. L’ancrage territorial des différents acteurs est par conséquent très fort.

20S’entendre sur une seule définition du terme cluster apparaît être devenue une mission délicate. Est-il possible de dépasser ces points de désaccord théorique pour proposer une approche réellement synthétique et opérationnelle de la proximité géographique et relationnelle ?

Des précisions apportées par le concept de cluster innovant

21La question de la spécificité des clusters et des réseaux d’innovation a fait l’objet de nombreuses recherches empiriques dans le secteur des hautes technologies (Saxenian, 1994 ; Swann et Prevezer, 1996 ; Depret et Hamdouch 2000 ; Feldman, 2003). L’intérêt de ces travaux plus ou moins récents est qu’ils ont cherché à développer une approche plus précise et opérationnelle de la notion de cluster. Le terme de cluster d’innovations ou cluster innovant a alors progressivement émergé de ces travaux (Pressl et Solimene, 2003 ; Ernst, 2006 ; Depret et Hamdouch, 2006), supplantant d’autres notions jusqu’ici très régulièrement employées. Reprenant les travaux de Brigitte Pressl et de Laura Solimene (2003), Abdelillah Hamdouch (2008 : 19) propose une définition très synthétique du cluster innovant perçu comme "un ensemble d’organisations et d’institutions, qui interagissent formellement et / ou informellement au travers de réseaux inter-organisationnels et interindividuels variés, et qui contribuent à la réalisation d’innovations dans un domaine d’activités donné, défini par des champs spécifiques de connaissances, de compétences et de technologies". Cette définition de départ a pour avantage d’être très large et générique car elle ne donne pas de précisions sur le caractère territorialisé ou non, ouvert ou fermé du cluster innovant, et ne spécifie pas un domaine spécifique d’activité économique. Dans la mesure où l’innovation touche au domaine des technologies, mais aussi à ceux des idées et de la créativité, il apparaît tout à fait possible d’appliquer la théorie du cluster innovant aux hautes technologies, tout comme à des secteurs moins technologiques à l’image des industries culturelles. Quels sont les apports du cluster innovant par rapport à l’approche classique des clusters ?

Le territoire régional, l’échelle de référence du cluster innovant ?

22A la différence de l’approche classique porterienne, l’analyse des clusters les plus innovants souligne le rôle déterminant de l’échelle régionale dans le développement du cluster, dans la mesure où cette dernière favorise la rencontre de stratégies locales et globales. Grâce à la captation du bruit et à la réutilisation de l’information, les acteurs sont alors en mesure de monter des partenariats inter-institutionnels et de rassembler les fonds et les compétences nécessaires aux innovations technologiques. A la lumière de ce qu’écrivait Pierre Veltz (1996) sur les nouvelles formes industrielles et urbaines, nous pouvons considérer le cluster, sous sa forme la plus récente, comme un agrégat de réseaux. Ainsi, Michael J. Enright (Enright et al., 1996), professeur à l’Université de Hong Kong, avait déjà utilisé le terme de cluster régional pour désigner un cluster sectoriel dont les entreprises bénéficient d’une proximité géographique, s’inscrivant dans la continuité des districts industriels de Beccatini. A partir d’une analyse comparative européenne sur les clusters, Arne Isaksen (2005) reste dans le même ordre de pensée en soulignant que l’échelle régionale est celle qui stimule le développement du cluster, qui doit néanmoins conserver une ouverture multiscalaire sur l’extérieur.

23Le cloisonnement thématique de la géographie économique a conduit à traiter séparément l’analyse du développement régional et l’enchâssement des échelles relationnelles alors que ces questions sont intrinsèquement liées (Yeung et Wai-Chung, 2005). L’inertie et les interdépendances des éléments du cluster innovant (organismes de recherche, dépositaires de savoirs, entreprises de services intensifs, politique correctrice) rendent obsolète l’hyper-proximité géographique comme seul déterminant de l’échelle du cluster (Preissl et Solimene, 2003). Les processus de capture et de création de valeur dépendent du couplage stratégique entre les différentes échelles géographiques et organisationnelles (Coe, 2004). La grille de référence du cluster innovant s’appuie sur les formes complémentaires de systèmes régionaux d’innovation que décrit Philip Cooke (2004). Pour être en mesure d’absorber les chocs et de faire face aux évolutions technologiques, ces systèmes présentent un haut niveau d’interrelations verticales et horizontales. Ainsi, ce nouveau modèle territorial allie subtilement le pouvoir de décision et d’arbitrage assuré par l’État (autorité supérieure à celle de la Région) au degré élevé d’associativité entre les petites organisations privées fortement impliquées dans la recherche et les dirigeants politiques locaux et régionaux. De plus, le cluster innovant se caractérise par ces réseaux divers et variés :

  1. la multiplicité des firmes (grandes entreprises et start-up endogènes et exogènes) ;

  2. des compétences complémentaires disponibles, ajustées face aux besoins de la recherche fondamentale et appliquée (alliances fréquentes entre les agences gouvernementales et les firmes privées) ;

  3. les transferts technologiques multi-échelles (local, régional, national et supranational) ;

  4. une innovation entrepreneuriale locale dont le soutien est large et réticulé (appui institutionnel à l’innovation, coopération et construction de laboratoires régionaux de développement axés sur la connaissance) ;

  5. des montages financiers composites (capital-risque provenant d’ententes entre les banques).

24Pour que le cluster fonctionne et que le territoire régional fasse office de terreau propice aux réseaux d’innovation, non seulement entre la métropole et les territoires sous influence mais aussi entre les différents pôles de commandement d’un secteur d’activité donné, une gouvernance collégiale opérationnelle et prospectiviste s’avère être essentielle.

La gouvernance collégiale du cluster innovant

25Le cluster innovant réactive, dans une certaine mesure, l’idée ancienne soulevée par F. Perroux (1955) que le développement local peut-être soutenu par une politique publique forte façonnant ainsi un environnement favorable à l’apprentissage. Les firmes et territoires capables d’apprendre plutôt que d’utiliser des technologies prêtes à l’emploi peuvent affronter solidement le raccourcissement des cycles d'innovation. Dans la lignée de ce propos, Denis Maillat et Leïla Kebir (1999) distinguent quatre formes d’apprentissage complémentaires : l’apprentissage résiliaire interactif, l’apprentissage par l’action de faire, l’apprentissage organisationnel des savoirs et l’apprentissage institutionnel. La dernière forme d’apprentissage dépend de "la capacité des institutions, formelles et informelles, à s’adapter. Elles jouent donc un rôle essentiel dans le fonctionnement des réseaux d’innovation en réduisant l’incertitude des acteurs". Les réseaux territorialisés d’innovation sont donc généralement issus de politiques volontaristes pilotées par divers partenaires réunis en "méta-managers" (Ehlinger, Perret et Chabaud, 2007). Ils définissent une stratégie globale de cohésion et de développement des actifs des territoires en répartissant les pouvoirs de décision selon un principe de coopération sélective. Ce lieu d’interaction ouvert sur l’environnement sociétal du cluster réunit des réseaux d’acteurs individuels (dirigeants d’entreprises, élus locaux, chercheurs) et d’acteurs collectifs (entreprises, universités, associations).

26Une fois le cluster engagé sur une trajectoire technologique, se posent les questions de l’évolution et de la survie de celui-ci après le désengagement des autorités régionales ou étatiques, à la fois en tant que structure encadrante et de fonds financier majoritaire. Nous avons vu précédemment que les clusters n’étaient pas des objets spontanés situés aléatoirement dans l’espace mais qu’ils sont élaborés par des agents organisés sur un territoire approprié, c'est-à-dire stratégique d’un point de vue scalaire mais aussi vécu par les différents acteurs (Frémont, 2005). S’intéresser à l’animation du cluster sur le temps long est une condition essentielle pour comprendre en quoi consistent les facteurs de sa dynamique régénératrice. Questionner la gouvernance d’un cluster innovant revient aussi à identifier les leaders institutionnels en matière desoutien à l’innovation entrepreneuriale (Cooke, 2004) et les raisons de leur engagement dans le réseau des « méta-managers » du cluster innovant.

27L’action des agents du marché est encastrée dans des réseaux de relations plurielles (Polanyi, 1962). Opposé aux théories économiques orthodoxes, Mark Granovetter (1973, 1985) distingue l’enchâssement relationnel, qui révèle la nature des relations dyadiques entre les acteurs, de l’encastrement structurel des réseaux de relations entre plusieurs forces en présence. Il rappelle ainsi que l’action économique individuelle est fondamentalement ancrée dans une action sociale en quête de reconnaissance, de statut, de pouvoir et qu’elle est fonction du regard des autres. Ces relations sociales courantes qu’entretiennent les individus exercent des contraintes sur leur prise de décision en tant que collaborateurs au processus de gouvernance de l’innovation. Nous aboutissons donc à l’hypothèse que la gouvernance collective du cluster renforcerait le développement territorial endogène. Pour ce faire, elle doit parvenir à répondre aux objectifs conjoints des acteurs des secteurs public et privé. De plus, les moyens de la R&D doivent être préalablement définis, même si des réajustements successifs s’avèrent nécessaires. Cette gouvernance s’appuie sur des ressources hors marché activées par des formes complémentaires de proximité.

L’importance du « non-immédiatement marchand »

28Selon Gabriel Colletis et Bernard Pecqueur (2004), les ressources spécifiques nécessaires à l’innovation ne peuvent être facilement commensurables ou transférables. Parce qu’elles sont produites par un "territoire révélé", les délocalisations, la formation de la main d’œuvre, l’épargne investie dans les équipements et l’information organisée en vue d’une utilisation particulière entraînent un "coût d’irréversibilité ou de réaffectation". Formée au cours d’une histoire longue (accumulation de mémoire, apprentissage cognitif collectif), la nature hors marché des ressources spécifiques les rend davantage primordiales que des ressources marchandes génériques. La ressource territoriale spécifique est activée par des organisations stratégiques particulières qui apparaissent en vue de la résolution d’une difficulté inédite. Chaque obstacle est un facteur d’évolution qui marque une étape du cycle de vie du cluster innovant : naissance, vie, mort, régénérescence (Daumas, 2007). La solution au problème - qu’il soit de procédé ou de processus, technologique ou économique - est apportée en dehors des relations marchandes, par le partage des trois capitaux décrits en 1980 par Pierre Bourdieu (financier, social et culturel), la diffusion d’informations, le transfert de connaissances codifiées ou tacites et la coopétition entre les firmes. Cette solution est donc fonction des histoires individuelles et collectives, et se caractérise par la réciprocité contrainte générant ou non le sentiment d’appartenance à un lieu, à un corps de métier, à une entreprise (Colletis et Pecqueur, 2004).

29Roberto Camagni (1991) démontre que le réseau d’innovation repose sur plusieurs dimensions non-marchandes : cognitive, organisationnelle, normative et temporelle. Seules les relations interpersonnelles évolutives de long terme permettent aux clusters spécialisés dans plusieurs domaines complémentaires d’un secteur de se renouveler et de continuer à être un pôle du réseau. La force de ces réseaux est d’engendrer des phénomènes de réputation, à leur tour vecteurs de confiance entre les individus qui en font partie. Ce sentiment de sécurité dans les informations techniques et commerciales diffusées, permet aux investisseurs de repérer les opportunités entrepreneuriales et d’investir dans des projets innovants extrêmement risqués (Stuart et Sorenson, 2003). Dans le même temps, les relations de réciprocité offrent aux entrepreneurs la possibilité de surmonter les freins engendrés par leur extrême jeunesse et apportent des garanties face aux détenteurs des ressources marchandes (accès aux financements, aux technologies, à la main d’œuvre spécialisée). Ainsi, le "non-immédiatement marchand" (Glon, 2007) autorise la confiance entre les méta-managers du cluster innovant qui se structure autour de l’adhésion à un langage, des normes et des objectifs communs (Coleman, 1990). Georges Benko (2001) montre que le cluster innovant est fait d’avantages spécifiques parce que s’y nouent des réseaux d’échanges immatériels entre ressources, activités et marchés. Nous pouvons affirmer que le réseau fermé, s’il facilite l’action collective en favorisant le contrôle social, entraîne des risques de pétrification nuisibles à l’innovation.

Les trois formes de proximité structurante du cluster-réseau

30Ron Boschma (2005) définit trois catégories de proximité fondamentales pour la coopération en réseau des acteurs au sein du cluster innovant. La proximité géographique a été longtemps comprise comme l’agglomération permanente en un même endroit des acteurs, des organisations et des ressources nécessaires au fonctionnement du système d’innovation. Plus récemment, de nombreux auteurs sont revenus sur les frontières topologiques astreintes à cette notion, en prenant davantage en compte les travaux effectués par d’autres disciplines, dont l’espace est l’objet central de recherche. Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti (2008) montrent ainsi que les géographes ont jusqu’à présent connu une réduction de la portée de leur travail dans la notion de proximité géographique, injustement considérée comme synonyme de proximité physique ou spatiale. Marie Coris (2008) explique que la proximité géographique traduit une distance kilométrique doublement relative. Cette relativité est liée aux moyens de transport, au construit social des politiques mais surtout au jugement porté par les individus sur la distance qui les sépare. Cette distanciation spatiale est fonction de la récurrence du besoin de rencontre et du type de connaissance échangée, tacite ou codifiée. Damien Talbot (2008) ajoute que la représentation portée par les individus sur la distance qui les séparent d’un objet ou d’un individu est issue du sens commun d’un lieu particulier (limites physiques, histoire, patrimoine, usages, transports, modes de vie, coordinations précédentes réussies ou échouées). Plus récemment, André Torre (2008) a élargi l’appréhension de la proximité géographique en tenant compte non plus uniquement de la proximité topologique mais aussi de la proximité perçue et ressentie. Celles-ci sont liées à des formes de proximités géographiques temporaires ou transitoires qui permettent aux acteurs de communiquer ensemble, grâce aux technologies de communication à distance.

31Selon Ron Boschma (2005), la proximité institutionnelle est caractéristique des individus qui ont en commun des règles formelles (lois et normes) et informelles (habitudes culturelles et valeurs). Bernard Pecqueur et Jean-Benoît Zimmermann (2004) définissent deux façons de s’inscrire dans une proximité institutionnelle : l’appartenance, c’est-à-dire l’attribut des agents, et l’adhésion qui équivaut au libre arbitre des personnes, fondé sur des choix plus ou moins rationnels. La proximité institutionnelle est donc l’accession d’agents à un espace commun de représentations, d’actions et de modèles de pensée (Coris, 2008). Damien Talbot (2008) précise que l’institution est une condition nécessaire à toute coordination collective entre individus dans lequel la cognition ne peut se séparer de l’action. Elle est la règle et le comportement, la représentation et les pratiques. Elle est une "idée commune en acte" qui attribue à des acteurs hétérogènes un rôle de régulateur des conflits. Mais contrairement à ce qu’il affirme, les dimensions cognitives et politiques des conditions indispensables à la coordination ne sont pas a-spatiales. En effet, le territoire lui-même est porteur de l’identité de l’espace vécu et de l’espace perçu. L’encastrement territorial, inscrit plus ou moins durablement dans le temps, offre le terreau nécessaire aux schèmes cognitifs qui soudent une communauté (Rallet et Torre, 2004).

32Enfin, la proximité organisationnelle est une émulation particulière de la proximité institutionnelle. Elle permet de coordonner les échanges de connaissances entre les acteurs d’une même organisation et entre les différentes organisations. B. Pecqueur et J-B. Zimmermann (2004) définissent la proximité organisationnelle comme un espace doté d’une structure opérationnelle qui élabore des stratégies et les encadre par des règles d’action en vue de renforcer un positionnement (pouvoirs, intérêts). Par son existence juridique, elle autorise une action collective complexe, en coordonnant les actions des membres individuels autour d’une communauté de projets qui détermine la place de chaque organisation et structure les rapports entre ces dernières (pouvoir, priorités). La proximité organisationnelle s’inscrit dans le temps et dans l’espace et permet d’accumuler les savoirs-faire tacites tout en réduisant l’incertitude pour les agences appartenant à ladite organisation (politique, entrepreneuriale, lobbyiste, juridique). Ainsi, les institutions politiques semblent jouer un rôle clé dans l’émergence et le développement du cluster innovant.

Le cluster innovant : outil ou credo du développement territorial ?

33Le flou théorique persiste au sein de la communauté scientifique quant à la délimitation des contours exacts du cluster et de son corollaire, le cluster innovant. Cependant, dans le contexte de l’économie de la connaissance, la dimension éminemment opérationnelle du cluster - terme pratiquement synonyme d’innovation dans la pensée aménagiste - a rapidement séduit des pouvoirs publics à l’affût de nouvelles recettes pour assurer la croissance et renforcer la compétitivité de leurs territoires, indépendamment de leur niveau de développement initial. Progressivement, tout pouvoir étatique ou régional doté de compétences en matière de développement économique, décide de lancer sa propre politique de soutien à la proximité géographique et relationnelle dans l’espoir d’asseoir les forces du territoire ou d’assurer sa transformation économique. La politique en direction du « cluster innovant » est-elle en passe de devenir le nouveau paradigme du développement des territoires ?

L’engouement au sein des institutions politiques…

34Depuis les années 1990, la notion de cluster innovant est devenue aux yeux des institutions politiques un synonyme de dynamisme économique et de développement des territoires et ce, à toutes les échelles géographiques. A l’échelle internationale, l’OCDE (1999) définit les clusters innovants comme des réseaux de production dans lesquels les firmes (incluant les fournisseurs spécialisés et les clients reliés les uns aux autres dans une chaîne de production de valeur ajoutée), les agents de production du savoir (universités, instituts de recherche, entreprises), les investisseurs et les institutions bancaires (consultants, courtiers) jouent un rôle structurant. Si l’OCDE opte pour une approche résiliaire du cluster fondée sur l’association étroite des différents acteurs - élément implicitement évoqué dans les théories districales -, le principal intérêt de l’approche de l’OCDE consiste dans l’apport indispensable de ressources financières au cluster et ce, quelque soit sa forme. En effet, la finalité d’un cluster étant d’innover, les recherche fondamentales et appliquées, pourtant très capitalistique, s’avèrent être indispensable. Par cette approche très opérationnelle, l’OCDE plaide - du moins implicitement - pour une forme d’interventionnisme des institutions publiques ou privées en direction de la recherche et donc, du cluster innovant.

35Ainsi, les pouvoirs publics, quel que soit le degré de développement du pays ou du groupe de pays concernés, commandent à de grands cabinets d’experts des études pour identifier les avantages tant recherchés que peuvent procurer les clusters innovants. En Europe, ces initiatives sont largement relayées par la Commission européenne qui a lancé un projet d’Observatoire européen des clusters dont l’objectif est de suivre de manière permanente la dynamique des clusters les plus innovants et ce, afin d’établir une méthodologie commune à l’Union européenne. Les pays en développement ne sont pas en reste, dans la mesure où ils n’hésitent pas à reproduire les politiques à la mode dans les pays développés afin d’amorcer leur rattrapage sur le plan économique. Ainsi, en Asie, des évaluations sur les clusters existants ont été produites aux échelles nationales. Michael Porter et Christian Ketels (Porter et al., 2003) ont réalisé un certain nombre de travaux. Par exemple, ils ont encadré un Cluster Mapping Project en Thaïlande organisé par le Kenan Institute Asia 92, une association à but non lucratif dont le but est de renforcer la compétitivité de la région. Utilisant les méthodes de M. Porter, l’objectif de cet organisme est de rassembler des informations sur les clusters en Thaïlande, d’évaluer leur potentiel et d’identifier les défis à relever. Au total, sur 152 clusters identifiés, 60 clusters ont été analysés sur le terrain dont 20 en profondeur. Les avantages escomptés pour les économies des pays ou régions concernés sont donc de trois ordres :

  1. des gains de productivité permis par l'accès à des inputs moins chers et de meilleure qualité, et à des facteurs de production plus adaptés (organisation de formations répondant aux besoins du réseau) ;

  2. un degré d'innovation des entreprises amélioré en raison de l'interaction entre clients et fournisseurs, ce qui favorise le co-développement d'innovations tirées par le marché ;

  3. la création de nouvelles niches d’affaires voire de nouvelles entreprises, favorisée par l'existence d'une information partagée sur les opportunités du marché et une vision claire du potentiel de développement du cluster.

36La position concurrentielle des entreprises au sein du cluster innovant se trouve donc renforcée. Ainsi, les analystes des politiques publiques et les gouvernements ont très vite reconsidéré leurs politiques traditionnelles pour les réorienter vers des logiques de développement et de compétitivité territorialisée (Cassidy, Davis, Arthurs, Wolfe, 2005).

…Et des politiques publiques nationales et régionales

37En soutenant les interactions inter-firmes au sein du tissu productif, les objectifs poursuivis par les pouvoirs publics s’avèrent en réalité multiples : élever le niveau de la recherche-développement, engranger de l’innovation, créer des entreprises et consolider l’emploi. Sur un autre plan, il est indéniable que ces politiques visent à promouvoir les atouts réels ou supposés du territoire pour mieux attirer les investisseurs. Les initiatives publiques en direction des clusters peuvent être considérées comme des efforts organisés pour stimuler la croissance et la compétitivité d’un territoire donné, en impliquant les entreprises, le gouvernement et la communauté des chercheurs (Sölvell, Lindqvist et Ketels, 2003). Toutefois, il est très difficile de saisir et de comparer les résultats de ces politiques, tant elles se renouvellent rapidement et diffèrent d’un territoire à un autre. De plus, il est parfois impossible de distinguer ce qui relève d’une politique de soutien à une filière précise ou d’un choix de spécialisation, de l’effort réel pour développer les interactions entre des firmes et des institutions géographiquement proches. Enfin, si une cartographie statistique des clusters innovants s’impose petit à petit dans tous les pays, les seuils et les critères d’appréciation demeurent aléatoires et malaisément comparables.

38Quelle est l’échelle la plus pertinente pour mener une politique de cluster innovant ? Selon Kenichi Ohmae (1996), les États-Régions qui se situent à l’intérieur des frontières d’un État ou chevauchent des frontières politiques se sont avérés être les moteurs de la prospérité mondiale. Il est certain que des régions dotées de pouvoirs importants en matière économique, comme la Californie, la Bavière ou la Catalogne ont joué un rôle décisif dans l’essor de clusters innovants. Ainsi, la Medicon Valley, située dans la région transfrontalière de l’Öresund (comprenant la région de Copenhague au Danemark et le sud de la Suède), est devenue en moins de dix ans l’un des premiers clusters de biotechnologies et de produits pharmaceutiques au monde. Ce cluster appuie sa dynamique sur la production conjointe et le partage de la connaissance opérés par 12 universités, 26 hôpitaux, 15 organisations de recherche clinique (soit un total de 5 000 chercheurs) et sur l’industrie avec 140 sociétés de biotechnologies, 70 firmes pharmaceutiques et 130 entreprises de techniques médicales (soit un total de 40 000 employés).

39Toutefois, ne négligeons pas, comme le fait Kenichi Ohmae, l’importance de l’échelle nationale (Carroué, 2006) dans l’émergence de clusters innovants. En effet, dans un État fédéral comme l’Allemagne, les politiques menées en direction des clusters innovants ont restauré l’importance de l’État-nation dans le soutien à l’innovation. Au niveau fédéral, sont mis en place dès 1998 des réseaux de compétences (Kompetenznetze) associant sur le long terme les acteurs régionaux de l’éducation, de la recherche et de l’industrie au sein d’une structure dédiée dans le but de réaliser des innovations à haut potentiel et d’exploiter celles-ci sous forme de produits compétitifs. Cette initiative compte aujourd’hui 130 réseaux répartis entre 30 régions, 6 000 entreprises et 1 600 institutions de recherche. Cette politique nationale de soutien à l’innovation et à la proximité géographique a favorisé l’émergence d’initiatives régionales (Bayern Innovativ pour le Land de Bavière) ou métropolitaines (clusters de la connaissance dans la région de Munich), selon une approche top down. En effet, dès 2002, la ville de Munich a soutenu son maillage de clusters innovants, encourageant de ce fait leur ancrage territorial. Ces initiatives politiques se sont diffusées des territoires locaux au Land de Bavière (approche bottom up), qui communiquait alors essentiellement sur les effets réseaux des programmes successifs Bayern Innovativ et Cluster Offensiv. Ainsi, l’échelon national est essentiel dans l’établissement de réseaux, alors que les politiques menées au niveau régional ou local jouent un rôle primordial dans l’ancrage territorial du cluster innovant. De ce fait, l’approche des politiques nationales se réfère plutôt à la conception porterienne du cluster qu’à la dimension régionale du cluster innovant, prenant davantage en compte sa dimension économique (réseau ou proche du secteur) que la proximité territoriale. Il faut dire que le succès des thèses très opérationnelles de M. Porter appliquées à des territoires comme le Pays Basque espagnol et la fondation de son école de commerce à l’université de Harvard qui poursuit ses travaux depuis 2001, ont beaucoup contribué à cet état de fait.

40En France, les initiatives politiques en direction du cluster innovant se sont multipliées, précédant parfois même la conceptualisation, à l’image de la politique des technopôles menée dans les années 1970-80 dont les exemples les plus emblématiques sont le Sud-Ouest parisien, Sophia Antipolis à proximité de Nice, la ZIRST de Meylan à Grenoble ou le parc du Futuroscope de Poitiers. Ces exemples concrets aux réussites plus (Sophia Antipolis) ou moins (Futuroscope) éclatantes nourrissent la théorie des technopôles formalisée par Georges Benko entre 1989 et 1991, et dont nous retiendrons le caractère reproductible dans le cadre de dispositifs d’aménagement pertinents. Néanmoins, les pouvoirs publics se sont aussi inspirés de concepts développés par la communauté scientifique pour mener leur politique de cluster innovant. Les analyses de Claude Courlet et de Bernard Pecqueur sur les systèmes productifs localisés (1992) ont largement inspiré la mise en place par la DATAR d’une politique en faveur des SPL en 1998 et d’une définition opérationnelle du concept en 2002. Comme les liaisons locales entre acteurs insufflaient des dynamiques très fortes au système productif localisé (Brenner, 2000), la politique des SPL a donc davantage mis l’accent sur le tissu régional et le relationnel qui se crée entre les acteurs, principalement les PME-PMI. Le développement des pôles de compétitivité à partir 2005 semble quant à lui privilégier les impératifs d’innovation et de compétitivité à l’international, et s’appuyer sur des réseaux de grands acteurs industriels en lien avec les grands centres de recherche publique. Les acteurs des pôles de compétitivité sont parfois implantés de manière diffuse, sans réel ancrage territorial, et développent leurs activités dans la région sans impliquer suffisamment le tissu régional de PME. Ainsi, nous nous retrouvons à nouveau confrontés à la difficulté de saisir l’ensemble des enjeux des politiques de cluster innovant, tant ces derniers évoluent rapidement. Qu’en est-il des impacts territoriaux de ces politiques ?

Un atout indéniable pour les régions les plus dynamiques

41Il est indéniable que les pouvoirs publics nationaux et régionaux jouent un rôle déterminant dans le soutien à la créativité des clusters et donc, à l’innovation. Partant des deux exemples emblématiques de la Silicon Valley et de la Route 128, Claude Manzagol souligne dès 1990 que la production des connaissances qui générait de l’innovation, notamment dans le domaine des TIC, reposait en partie sur l’injection régulière et continue de financements publics dans le cadre des dépenses militaires de l’État américain. Toutefois, la proximité géographique et relationnelle ne met pas les territoires à l’abri de crises éventuelles. Même si dans le domaine du multimédia et des télécommunications, la ville de San Francisco demeure l’un des plus grands centres économiques mondiaux, grâce à la Silicon Valley, la crise de la bulle Internet a tout de même fait disparaître en dix-huit mois, du début 2001 au mois de juin 2002, environ 127 000 emplois (soit 9 % de l’emploi régional) et la moitié des gains accumulés durant la dernière période de croissance (1998-2000). Ainsi, même les pôles les plus puissants peuvent connaître d’énormes difficultés conjoncturelles. Ce qui a conduit certains auteurs, à l’image de Ron Martin et de Peter Sunley (2003) à exprimer un scepticisme certain vis-à-vis d’un concept à la mode "introduit subrepticement dans l’arène des politiques économiques" et qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé des politiques gouvernementales. Selon ces derniers, le succès de la notion reposerait plutôt sur son caractère délibérément vague et ses déclinaisons qui lui permettent de s’adapter facilement à différents types de localisation.

42Tout système de production est marqué par des périodes de croissance, de crise voire de repli, sans pour autant disparaître. Les clusters, y compris les plus innovants, n’échappent pas à ce principe cyclique. Même si les nombreux petits clusters réalisant uniquement de la sous-traitance sont les premiers à disparaître dans un contexte de crise ou de restructuration économique, la plupart d’entre eux parviennent à se maintenir, grâce à la capacité d’adaptation des acteurs du cluster (entreprises, pouvoirs publiques, centres de recherche) face aux grands enjeux de l’époque. En témoigne le cas de l’industrie horlogère dans le Jura suisse (Kebir et Crevoisier, 2009). Menacée de disparition par les montres à quartz produites en Asie, l’horlogerie suisse a dans un premier temps misé sur l’innovation technologique pour rattraper son retard, au détriment des savoir-faire de la montre mécanique. Dans un second temps, un certain nombre de firmes sont revenues vers ces savoir-faire ancestraux, dans la mesure où ils devenaient économiquement valorisables dans la fabrication de montres de luxe. Ainsi, apparaît clairement posée la question de la résilience territoriale face au changement économique, mais aussi celle de la trajectoire voulue par les acteurs du territoire. Qu’en est-il des territoires en retard sur le plan du développement économique ?

Un outil de développement dans les régions plus périphériques

43La question est largement discutée au sein de la communauté scientifique. Pour certains, les politiques de clusters régionaux d’innovation jouent un rôle déterminant dans la croissance économique des espaces en retard de développement (Cooke, 2004), dans la mesure où elles facilitent le transfert des capacités innovatrices des entreprises (Lagendijk, 1999) et donc la transformation de territoires en difficulté. Pour d’autres, les stratégies compétitives des entreprises appartenant à un cluster tendent à converger grâce au mimétisme des bonnes pratiques (Martin et Sunley, 2003). Ce modèle de développement donnerait alors naissance à une vision collective restreinte, réduisant le potentiel d’innovation et la capacité de réagir à l’environnement. L’un des principaux atouts de cette théorie est de montrer que le cluster, supposé bénéfique, peut en fait réduire l’adaptabilité des entreprises en les rendant inertes et inflexibles par rapport aux firmes non agglomérées. Ceci entraîne alors le déclin de clusters qui se seraient enfermés dans une certaine manière de penser et d’agir. Néanmoins, la réussite des "nouvelles Silicon Valley" à travers le monde (Bresnahan, Gambardella, Saxenian , 2001) ou aux États-Unis à l’instar des exemples de Cleveland ou d’Austin, tend à démontrer le contraire. En effet, à Austin, les pouvoirs publics ont cherché à soutenir financièrement la construction de réseaux entre le monde de la recherche et celui de l’industrie (Etzkowitz and Leydersdorff, 1997). Les résultats sont probants : l’université du Texas qui a su réinvestir une grande partie de son capital - provenant entre autres des institutions publiques - dans la recherche en semi-conducteurs, a favorisé l’implantation de firmes comme 3M, Dell, IBM ou Motorola. Durant les années 1990, la ville a atteint une croissance économique de 10 % par an, avec la création de 30 000 emplois chaque année. Mais, les clusters ne sont pas totalement immunisés contre les retournements conjoncturels : avec la bulle Internet, l’entreprise Dell a supprimé localement 1 500 emplois.

44Les clusters innovants constituent-ils un atout réel pour les territoires en difficulté ? Analysons le cas du Pays Basque espagnol. Cette région périphérique faisait traditionnellement fuir les investisseurs en raison de son l’enclavement, du nationalisme et de la langue régionale fortement ancrée dans le territoire. La région, dont le taux de chômage était supérieur à 30 %, ne disposait alors d’aucun atout pour assurer son virage vers l’économie de la connaissance. Or, il n’existe pas d’industries obsolètes, mais des entreprises dépassées (Porter, 1990). Le Pays Basque a ainsi pris conscience dès 1987 que le sauvetage de sa base industrielle supposait de mettre l’accent sur l’innovation dans les filières traditionnelles et sur la mise en réseau des acteurs. Ainsi, dès 1991, le Pays Basque espagnol est le premier territoire à expérimenter le concept de cluster avec l’appui de M. Porter lui-même. Des clusters prioritaires ont été définis dans des secteurs traditionnels (industrie du papier, sidérurgie, automobile, machine à outils, industries portuaire, etc.), mais aussi plus nouveaux (électroménager, environnement, informatique, télécommunications, transport logistique, aéronautique et audiovisuel). Ainsi, dans une approche nationaliste et très coopérative, s’est mis en place un front uni d’acteurs locaux, qui souhaitaient développer des services en commun et maximaliser les profits. La coordination des acteurs industriels et de la recherche s’est réalisée autour d’associations de clusters (ACICAE pour l’automobile par exemple). Les pouvoirs publics, sans renoncer à la spécialisation du Pays Basque dans les industries lourdes à faible valeur ajoutée, ont parallèlement encouragé la recherche et sa valorisation dans le monde entrepreneurial. Cette philosophie de développement économique endogène a porté ses fruits (Ignacio, 2006) : le sauvetage de la sidérurgie et la renaissance de la machine-outil, mais aussi le développement de filières innovantes (TIC, aéronautique, biotechnologies…). Au nombre de treize, les clusters basques génèrent aujourd’hui 45 % du PIB régional.

45En effet, tous les territoires, y compris ceux qui paraissent être le plus en retrait, disposent d’un minimum d’éléments fondamentaux qui leur permettent un rattrapage économique rapide, par le vote de politiques publiques favorables au cluster innovant. Ainsi, le développement de multiples plans nationaux par l’Etat indien dans les années 1980 a facilité la structuration du secteur des TIC à Bangalore. Ce qui a permis de rendre la ville compétitive grâce aux coûts de production avantageux qu’elle proposait (main d’œuvre peu chère, foncier abordable) pour l’externalisation de services depuis les États-Unis. Ainsi, s’est développé un milieu dans lequel les liens interpersonnels (importance de la diaspora indienne) et inter-institutionnels (entre les firmes, les pouvoirs publics et le monde de la recherche) ont favorisé l’essor d’une deuxième étape de développement de ce cluster innovant, désormais axé sur la production de qualité. Enfin, la bulle internet du début des années 2000 a révélé au monde le système régional d’innovation de Bangalore (Vang et Chaminade, 2006) fondé sur une communauté scientifique ouverte et hyper-concurrentielle. Grâce au soutien initial du Gouvernement central de New Delhi (État) suivi par les pouvoirs publics régionaux du Karnataka, Bangalore est devenu, en Asie du Sud, un symbole de la remontée de filière contemporaine. Cette trajectoire a suivi les trois phases successives et ascendantes du développement territorial définies par Michael Storper en 1992 (Storper et Scott, 1992) : d’abord par les prix / coûts, puis par la qualité de la production et enfin par l’émergence d’une capacité d’innovation.

46Si le bilan des politiques de clusters innovants est globalement positif, l’automatisme entre mise en place d’un cluster et redéploiement économique n’est pas systématique et suppose un suivi de longue durée. Ce qui renvoie au caractère non immédiatement marchand du cluster innovant. L’expérience wallonne en atteste. Ancienne région charbonnière et sidérurgique, la Wallonie a connu un vif déclin de ses activités traditionnelles qui n’a pas été compensé par un esprit entrepreneurial fort, ni par l’essor de nouveaux secteurs industriels (Hennart, 2004). Pensant assurer un rattrapage économique à l’instar d’autres régions européennes, le gouvernement wallon décide de lancer en 2000 une politique en faveur des clusters dans des secteurs aussi divers que l’industrie agroalimentaire, le textile-habillement, les biotechnologies et les télécommunications. Si le bilan demeure dans l’ensemble assez mitigé, les pouvoirs politiques wallons ne désespèrent pas en continuant d’animer la construction de réseaux interfirmes et inter-institutionnels. L’objectif affiché à moyen terme est de constituer une gouvernance collégiale des différents clusters, permettant ainsi leur pérennisation (Hennart, 2006).

47Ainsi, pour les politiques publiques actuelles, la construction d’une gouvernance partagée passe par la mise en réseau des acteurs et s’avère être un élément tout aussi important que la construction de locaux destinés à l’accueil des firmes. N’oublions pas que la réorientation récente de la Silicon Valley vers les cleantech est en grande partie liée aux capacités d’adaptation collective des acteurs du cluster aux nouveaux défis technologiques et marchés mondiaux. En effet, de puissantes organisations comme le Silicon Valley Leadership Group composé de deux-cents sociétés de la région ou le Environmental entrepreneurs, exercent de fortes pressions sur l’initiative public-privé Joint Venture Silicon Valley qui regroupe entrepreneurs, banquiers, avocats, élus locaux et l’Etat américain, afin d’étudier la compétitivité de la région et de prendre les décisions les plus adaptées pour pérenniser le cluster innovant. Il n’existe pas de cluster innovant si l’ensemble des acteurs (entreprises, écoles, instituts de recherche, pouvoirs publics) n’y participe pas. Dans un secteur comme les biotechnologies où la méfiance est de mise, les pouvoirs publics de la ville de Kobe éprouvent des difficultés à établir des passerelles entre les différents acteurs de la filière régionale : la concurrence a pris le pas sur la coopération et empêche toute initiative collective en faveur de l’émergence de l’innovation.

Conclusion

48Comme le souligne Ron Boschma (2005), les proximités géographique, institutionnelle et organisationnelle sont des éléments déterminants pour le développement des innovations. Cette thèse résulte d’un long cheminement scientifique amorcé dès la fin du XIXème siècle, avec les théories marshalliennes sur les districts et l’atmosphère industrielle, prolongées par le succès de l’approche porterienne des clusters. Plusieurs termes ont alors été simultanément développés - milieux innovateurs, systèmes territoriaux d’innovation, technopôles, systèmes productifs localisés - par les différentes écoles de pensée afin de souligner un processus globalement identique : l’essor d’un développement économique local fondé sur une approche non plus exclusivement concurrentielle, mais davantage résiliaire. Néanmoins, de nombreux points d’achoppement ont été révélés par la communauté scientifique, notamment à propos des acteurs, des limites géographiques de la coopération, de la nature des liens, du domaine d’activité concerné, du poids des héritages historiques ou de l’importance de l’intervention publique. Si Michael Porter avait pour objectif de faire du cluster un concept large, simple et opérationnel, force est de constater que sa théorie, victime de son succès et des nombreuses relectures faites par les différentes écoles de recherche, s’est avérée être au final extrêmement floue et parsemée d’inconnues. Afin d’éclaircir les parts d’ombres de la théorie porterienne des clusters, des économistes territoriaux travaillant sur les secteurs de hautes technologies, ont proposé un nouveau concept, celui de cluster d’innovations ou cluster innovant, dont les principales caractéristiques sont résumées sur la figure suivante :

Figure 1 : Les principaux attributs du cluster innovant

Source : D. Leducq et B. Lusso, TVES Lille 1, 2010.

49Conformément aux approches traditionnelles, la qualité de l’environnement local (infrastructures et cadre de vie), la présence de créatifs ou de talents sont des conditions indispensables à l’émergence d’un cluster innovant. Ce dernier s’apparente alors à la collaboration étroite entre des acteurs variés du développement territorial : entreprises, structures de formation, instituts de recherche publics ou privés, et pouvoirs publics. Toutefois, pour que le cluster puisse être innovant, ces quatre catégories d’acteurs regroupés en associations doivent s’accorder collégialement sur une stratégie ou une trajectoire de développement cohérente dans le but d’accroître la capacité de résilience du cluster face aux chocs extérieurs. Le cluster innovant doit néanmoins rester ouvert sur le monde extérieur, afin de s’approprier des technologies convergentes issues des clusters concurrents afin de continuer à proposer des produits répondant aux attentes d’un marché de plus en plus exigeant en termes de qualité et de diversité. Ce qui suppose des apports financiers conséquents dans le domaine de la R&D. Le cluster innovant n’a donc en aucun cas une vocation immédiatement lucrative.

50L’engouement des politiques publiques vis-à-vis du cluster innovant est certain et ce, quelque soit le niveau de développement du pays ou l’échelle territoriale (Iaurif, 2008). Pourtant, aux yeux des institutions publiques, le cluster innovant tient autant de l’outil de développement économique que de l’argument de marketing territorial. Malgré tout, le rôle des politiques publiques demeure capital dans l’émergence, la structuration, mais aussi la résilience du cluster innovant. Si l’échelle nationale, conformément à l’approche porterienne, participe plutôt à la mise en place de réseaux de toute sorte, le pouvoir régional, quant à lui, facilite davantage l’ancrage territorial des entreprises du cluster innovant. Un cluster innovant est donc avant tout un cluster qui s’appuie sur les ressources de son territoire régional situé à la croisée du milieu local et des forces globales. Tous les territoires, y compris les moins avancés, ont leurs chances - que ce soit de vieilles régions industrielles ou des pays émergents, dans la mesure où le cluster innovant s’applique autant à des secteurs hautement technologiques qu’à des domaines où l’innovation technologique n’est pas le facteur déterminant de la survie du cluster, comme par exemple dans l’agro-alimentaire, les industries numériques ou culturelles. Mais quelque soit le cas évoqué, le cluster innovant suppose des investissements humains et financiers massifs sur le long terme, ainsi qu’une coopération extrêmement étroite entre les différents acteurs du système.

Haut de page

Bibliographie

Asheim B.T., 1996, "Capital gains and net national product in open economies", Journal of public economics, 59: 419-434.

Asheim B. T., 2000, "Industrial Districts", 413-431, in Clark G., Feldman M., and Gertler M., The Oxford Handbook of Economic Geography, Oxford University Press, Oxford.

Aydalot P., 1986, (dir.) Milieux innovateurs en Europe, Paris, GREMI.

Bagnasco A., Trigilia C. (dir), 1984, Siceta è politica nelle aree di piccola impresa : il caso di basano, Venise, Arsenale.

Baptista R., Swann P., 1998, "Do firms in clusters innovate more?", Research Policy, 27(5): 525-540.

Bathelt H., 2005, "Geographies of Production: Growth Regions in Spatial Perspective (II) – Knowledge Creation and Growth in Clusters", Progress in Human Geography, 29(2): 204-216.

Bathelt H., Mälmberg A., Maskell P., 2004, "Clusters and Knowledge: Local Buzz, Global Pipelines and the Process of Knowledge Creation", Progress in Human Geography, 28(1): 31-56.

Becattini G., 1975, Lo sviluppo economico della Toscana, Firenze IRPET, Guaraldi.

Benko G., 2001, Lexique de géographie économique, Paris, Armand Colin.

Benko G., 1991, Géographie des technopôles, coll. Géographie, Masson.

Boschma R., 2005, "Proximity and innovation: a critical assessment", Regional Studies, 39: 61-74.

Bouba-Olga O., Grossetti M., 2008, "Socio-économie de proximité", Revue d’économie régionale et urbaine "La Proximité : 15 ans déjà", 3 :311-328

Bourdieu P., 1980, "Le capital social : notes provisoires", Actes de la recherche en sciences sociales, 31 : 8-19.

Brenner T., 2000, "Diffusion and Waves of Innovations: A Learning Perspective" inHolly S. (ed.), Computation in Economics, Finance and Engineering : Economic Systems, Oxford, Pergamon.

Bresnahan T., Gambardella A., Saxenian A-L., 2001, " ‘Old Economy’ Inputs for ‘New Economy’ Outcomes: Cluster Formation in the New Silicon Valleys", Industrial and Corporate Change, 10(4): 835-860

Brusco S., 1982, "The Emilian model: productive decentralisation and social integration", Cambridge Journal of economics, 6: 167-184.

Camagni R., 1991, "Introduction: from the local « milieu » to innovation through cooperation networks"in CAMAGNI R. (ed), Innovation Networks, spatial perspectives, GREMI III, Belhaven Press.

Carroué L. (dir), 2006, La Mondialisation, Paris, Cned-Sedes

Cassidy E., Davis C., Arthurs D., Wolfe D., 2005, "Measuring the national research council’s technology cluster initiatives, Beyond cluster – current practices and future strategies", CRIC Cluster conference, Ballarat, Australie, 30 juin-1er juillet, 17 p. (http://www.insme.org/documents/Cassidy-refereed.pdf)

Castel M., Hall P., 1994. Technopoles of the World, London: Routledge.

Christopherson, S., Storper, M., 1986, "The city as studio, the world as back lot: the impact of vertical disintegration on the motion picture industry", Environment and Planning D: Society and Space, 4(3): 249-254.

Coe N.M., Hess M., Yeung H.W.C., Dicken P., Henderson J., 2004, "Globalizing regional development: a global production network perspective", Transactions of the Institute of British Geographers, 29: 468-484.

Coleman J-S., 1990, Foundation of social theory, Cambridge, Harvard Business School Press.

Colletis G., Pecqueur B., 2004, "Révélation de ressources spécifiques et coordination située", Colloque international sur “ l’économie de proximité ”, Marseille, 8-9 juin, 17 p.

Cooke P., Asheim B., Martin R. (dir.), 2006, Clusters and Regional Development: critical reflections and explorations, Londres, Taylor & Francis Group.

Cooke P., 2004, "Les régions comme laboratoires de développement axés sur la connaissance : qu’est-ce qui a changé depuis 1995 ?", Géographie, Economie, Société, 6(2), 153-161.

Cooke P., Heidenreich M., Braczyk H-J., 2004, Regional Innovation Systems: the role of governance in a globalized world, Londres, Routledge

Cooke P., 2001, "Regional innovation systems, clusters, and the knowledge economy", Industrial and Corporate Change, 10(4): 945-974.

Coris M., 2008, "Proximités et délocalisations : le cas du logiciel", Revue d’économie régionale et urbaine "La Proximité : 15 ans déjà", 3 : 361-380.

Courlet C., Pecqueur B., 1992, "Les systèmes industrialisés en France, un nouveau mode de développement", in Benko G., Lipietz A, Les régions qui gagnent. District et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF

Daumas J-C., 2007, "Dans la boîte noire des districts industriels", in Daumas J-C., Lamard P., Tissot L., Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000), Entreprises, Régulations, Trajectoires, Besançon, Presses Universitaires deFranche-Comté.

Depret M.-H., Hamdouch A., 2006, "Echelles spatiales, formes de proximité et logiques institutionnelles : esquisse d’une approche co-évolutionnaire des dynamiques de changement technologique dans la pharmacie et les biotechnologies", Cinquièmes Journées de la Proximité : La proximité, entre interactions et institutions, Bordeaux, 28-30 juin, 31 p. (http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1207203)

Ehlinger S., Perret V., Chabaud D., 2007, "Quelle gouvernance pour les réseaux territorialisés d’organisations ?", Revue française de gestion, 170(1), 155-171.

Ennals R., Gustavsen B., 1999, "Creating a New European Development Agenda: Learning across Cultures", Concepts and Transformation, 4(1): 11-21.

Enright M-J., Dodwell D., Scott E.E., 1996, The Hong Kong Advantage, Londres, Oxford University Press.

Etzkowitz H., Leydersdorff L., 1997, Universities and the Global Knowledge Economy: a Triple Helix of University-Industry-Government Relations, Londres, Pinter.

Feser E-J., 1998, "Old and new theories of industry clusters", in Steiner M., Clusters and Regional Specialisation, Londres, Pion.

Florida R., 1995, "Toward the Learning Region", Futures, 27(5): 527-536.

Frémont A., 2005, Aimez-vous la géographie ?, Paris, Flammarion.

Garofoli G., 1985, "Industrialisation diffuse et petite entreprise : les modèles italiens des années 1970", Cahiers IREP Développement, 9 : 245-256.

Glon E., 2007, "Les ressources territoriales : une notion clé pour une meilleure re-connaissance des territoires dans le global", Communication au colloque de l’ASRDLF (www.edytem.univ-savoie.fr/d/asrdlf2007/pub/resumes/textes/Glon.pdf)

Gumuchian H., Pecqueur B. (dir.), 2007, La ressource territoriale, Paris, Ed. Anthropos.

Granovetter M., 1973, "The strength of weak ties", American Journal of Sociology, 78(6), 1360-1380.

Granovetter M., 1985, "Economic action and social structure: the problem of embeddedness", American Journal of Sociology, 91: 481-510.

Hamdouch A., 2008, "Conceptualizing innovation clusters and networks", Communication au colloque The Spirit of Innovation III, Innovation Networks, Tacoma,Washington, 14/16 may,
(http://rrifr.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2008/04/hamdouchinnovationclusters-tacoma-seattlemay2008-final.pdf)

Hennart F., 2006, Mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne en Région Wallonne : Rapport sur le positionnement compétitif de la Wallonie, Rapport du Ministère de la Région Wallone, 97 p.
(http://economie.wallonie.be/02PolEco/EconomieWallonne/Analyse%20compétitivité%20RW2%20-%20oct06.pdf)

Hennart F., 2004, "La révision de la politique régionale européenne après 2006 : état du débat, enjeux et perspectives pour la Région Wallonne", Contribution présentée au XLème colloque de l’ASRDLF, Bruxelles, 1-3 septembre, 16 p. (http://economie.wallonie.be/02PolEco/Territoires/Papier_FHT.pdf)

Iaurif, 2008, Clusters mondiaux : Regards croisés sur la théorie et la réalité des clusters. Identification et cartographie des principaux clusters internationaux, Paris,Agence d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Île de-France, 181 p. (http://www.iaurif.org/fileadmin/Etudes/etude_444/ClustersMondiaux.pdf)

Ignacio J., 2006, La Politique des Clusters du Pays basque : brève vision d’ensemble, repris et traduit par l’institut France-Euskadi, 18 p. (http://www.france-euskadi.org/site/templates/euskadi2/UserFiles/File/Dossierclusterseuropeens.pdf)

Illeris S., 2005, "Districts industriels, Clusters et Politiques Régionales : les Réseaux du Développement Local", Festival de Géographie de Saint-Dié des Vosges, (http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2005/illeris/article.htm)

Isaksen A., 2005, "Regional Clusters Building on Local and Non-local Relationship: A European Comparison", in Lagendijk A., Oinas P., Proximity, Distance and Diversity : Issues on Economic Interaction andLocal Development, Ashgate Publishing, Aldershot.

Kebir L., Crevoisier O., 2009, "Cultural resources, international networks and regional development", in Becattini G., Bellandi M. and De Propris L., The handbook of industrial disctricts, Cheltenham: Edward Elgar.

Lagendijk A., 1999, "Good practices in SME Cluster initiatives. Lessons from the ‘Core’ regions and beyond", Research Report, Centre for Urban and Regional Development Studies, University of Newcastle Upon Tyne.

Leamer E., Storper M., 2001, "The economic geography of the internet age", Journal of international business studies, 32(4): 641-666.

Lundvall B.-Å, Johnson B., 1994, "The learning economy", Journal of Industry Studies, 1(2): 23-42.

Maillat D., 1992, "Les relations des entreprises innovatrices avec leur milieu" in Maillat D., Perrin J-C. (dir), Entreprises innovatrices et développement territorial, EDES/ GREMI II.

Maillat D., Kébir L., 1999, "Learning Region et systèmes territoriaux de production", Revue d'économie régionale et urbaine, 3 : 429-448.

Manzagol C., 1990, "Réflexions sur la trajectoire d’une technopole, Phoenix" in Benko G. (dir), La dynamique spatiale de l’économie contemporaine, Editions de l’Espace Européen.

Marshall A., 1890, Principles of economics: an introductory volume, Londres, Macmillan.

Marshall A., 1919, Industry and trade, Londres, Macmillan.

Martin R., Sunley P., 2003, "Deconstructing clusters: chaotic concept or policy panacea?", Journal of Economic Geography, 3(1): 5-35.

Morgan K., 1997, "The learning region: institutions, innovation and regional renewal", Regional Studies, 31: 491-503.

Nalebuff B-J., Brandenburger A-M., 1996, La co-opetition, Paris, Village mondial.

Organization for Economic Co-operation and Development, 1999, Boosting Innovation: The Clusters Approach, Paris, OECD.

Ohmae K., 1996, De l'État-nation aux États-régions, Paris, Dunod.

Passiante G., Secundo G., 2002, "From Geographical Innovation Clusters to Virtual Innovation Clusters: The Innovation Virtual System", ERSA Conference 2002, Dortmund, 27-31 August.

Pecqueur B., Zimmermann J-B. (dir.), 2004, Économie de proximités, Paris, Hermès-Lavoisier.

Perroux F., 1955, "Note sur la notion de ‘pôle de croissance’", Economie appliquée n° 8

Piore M-J., Sabel C., 1984, The second industrial divide: possibilities for prosperity, New York, Basic Books.

Polanyi M., 1962, Personal Knowledge: Towards a Post-Critical Philosophy, London, Routledge.

Porter M.E., 1990, The Competitive Advantage of Nations, New York, Free Press.

Porter M. E., 1998, The Competitive Advantage of Nations (with a new foreword), New York, Free Press.

Porter M.E., 2000, "Location, Clusters, and Company Strategy" in G. Clark, M. Gertler, and M. Feldman, Oxford Handbook of Economic Geography, Oxford: Oxford University Press

Porter M.E., Ketels C., Miller K., 2003, Competitiveness in Rural US Regions: Learning and Research Agenda: Economic Development Administration, US Department of Commerce, Washington, DC.

Preissl B., Solimene L., 2003, The Dynamics of Clusters and Innovation, Physica-Verlag, Heidelberg, New-York.

Rallet A., Torre A., 2004, "Proximité et localisation", Économie rurale, 280 : 25-41.

Rosenfeld S. A., 2002, Creating Smart Systems : A guide to cluster strategies in less favoured regions, 36 p.(http://www.rtsinc.org/publications/pdf/less_favoured.pdf)

Ruffieux B., 1991, "Micro-système d'innovation et formes spatiales de développement industriel" in Arena R. et alii (dir), Traité d'économie industrielle, Paris, Economica.

Saxenian A-L, 1985, "The Genesis of Silicon Valley", in Hall P., Markusen A. (dir), Silicon Landscapes, Boston, Allen & Unwin.

Saxenian A-L, 1994, Regional advantage. Culture and cooperation in Silicon Valley and Route 128, Cambridge-Harvard University Press.

Schumpeter J.A., 1911, Théorie de l’évolution économique, Paris, Dalloz.

Scott A. J., 1997, "The cultural economy of cities", International Journal of Urban and Regional Research, 21(2), 323-339.

Scott A. J., Storper M., 1986, Production, Work, Territory : The Geographical Anatomy of Industrial Capitalism, London : Allen and Unwin.

Sölvell Ö., Lindqvist G., Ketels C., 2003, The Cluster Initiative Greenbook, Stockholm, Ivory Tower, 89 p. (www.cluster-research.org)

Storper M. ,1999, "The Resurgence of Regional Economics : Ten Years Later" in Barnes T.J & Gertler M.S. (eds), The New Industrial Geography : Regions, Regulations and Institutions. London : Routledge.

Storper M., Scott A-J., 1992, Pathways To Industrialization And Regional Development, London : Routledge.

Storper M., Venables T., 2003, "Buzz: face-to-face contact and urban economy", Topicas in economic geography: a dialogue between economist and geographers, CEPR, London.

Stuart T., Sorenson O., 2003, "The geography of opportunity: spatial heterogeneity in founding rates and the performance of biotechnology firms", Research Policy, 32: 229-253.

Swann P., Prevezer M., 1996, "A Comparison of the Dynamics of Industrial Clustering in Computing and Biotechnology", Research Policy, 25(7): 1139-1157.

Talbot D., 2008, "Les institutions créatrices de proximités", Revue d’économie régionale et urbaine "La Proximité : 15 ans déjà", 3 : 289-310.

Torre A., 2008, "Commentaire des deux propositions", Revue d’économie régionale et urbaine "La Proximité : 15 ans déjà", 3 : 329-332.

Vang J., Chaminade C., 2006, "Building RIS in Developing Countries: Policy Lessons from Bangalore, India", Globelic India 2006, Trivandrum (Kerala), 35 p.
(http://www.globelicsindia2006.org/I-4/vang%20and%20chaminade%20-%20Building%20RIS%20%20Lessons%20from%20Bangalore.pdf)

Veltz P., 1996, Mondialisation, villes et territoires, l’Economie d’archipel, Paris, PUF.

Woolcock M., 1998, "Social capital and economic development: Toward a theoretical synthesis and policy framework", Theory and Society, 27: 151-208

Yeung H., Wai-Chung, 2005, "Rethinking relational economic geography", Transactions of the Institute of British Geographers, 30(1): 37- 51.

Zuliani J-M., 2008, "Le cluster des systèmes embarqués à Toulouse : une organisation en ‘système local de compétences’ ?", Géographie, Economie, Société, 10(3) : 327-348.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Divya Leducq et Bruno Lusso, « Le cluster innovant : conceptualisation et application territoriale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 521, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23513 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23513

Haut de page

Auteurs

Divya Leducq

Doctorante et Ater au Laboratoire TVES (EA 4477), Université de Lille 1.
UFR de Géographie et Aménagement, Av. Langevin, Cité Scientifique, 59655 Villeneuve d’Ascq. Tel : + 33 (0)3 20 33 70 58.
E-mail : divya.leducq@gmail.com

Bruno Lusso

Doctorant et Ater au Laboratoire TVES (EA 4477), Université de Lille 1.
UFR de Géographie et Aménagement, Av. Langevin, Cité Scientifique, 59655 Villeneuve d’Ascq. Tel : + 33 (0)3 20 33 60 04.
E-mail : blusso@cegetel.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page