Navigation – Plan du site
2011
525

Quand l’aléa devient la ressource : l’activité d’extraction des matériaux volcaniques autour du volcan Merapi (Indonésie) dans la compréhension des risques locaux

When the hazard becomes the resource: block and sand mining around Merapi volcano (Indonesia) in risk studies
Édouard de Bélizal, Franck Lavigne et Delphine Grancher

Résumés

Les écoulements pyroclastiques et volcanoclastiques du Merapi (Java, Indonésie) déposent plusieurs millions de mètres cubes de tephras dans les vallées sillonnant les flancs du volcan. Les dépôts ainsi formés sont l’objet d’une activité souvent informelle, mais qui frappe par son ampleur et la complexité de son organisation. En dépit d’un manque d’encadrement souvent problématique, l’extraction des matériaux volcaniques apparaît néanmoins comme une activité essentielle dans l’organisation des espaces et dans le cadre socioéconomique du volcan Merapi. Les aléas du volcan (coulées pyroclastiques, lahars) produisent une ressource qui implique pour son exploitation une prise de danger réelle de la part des travailleurs. Les bénéfices élevés qu’ils peuvent en retirer sont le moteur principal des extractions, amenant des personnes dans des zones exposées aux aléas volcaniques. À une autre échelle d’analyse, cette activité semble, par les interactions et rétroactions multiples qu’elle implique, jouer un rôle réel dans la vulnérabilité structurelle des communautés du Merapi. À ce titre, elle mérite d’être prise en considération dans les études de risques et de bilans de vulnérabilité autour du volcan.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs souhaitent exprimer leur gratitude à tous les travailleurs qui ont accepté de prendre de leur temps pour répondre à leurs questions, et leur expliquer le fonctionnement de leur activité. En outre, cette étude n’aurait pas été possible sans l’aide des bureaux gouvernementaux qui leur ont communiqué des données de première importance (Bureau de l’Eau et des Mines de Sleman, Proyek Merapi, BPPTK). Les auteurs remercient également les relecteurs de Cybergéo pour leurs remarques constructives et leurs corrections qui ont permis d’améliorer la qualité de cet article.

Introduction

1Aux premières lueurs de l’aube, les petites routes sillonnant les villages et les rizières accrochés aux basses pentes du volcan Merapi, sur l’île de Java, sont parcourues par un incessant ballet de camions qui durera tout le jour, jusqu’à la tombée de la nuit. Les véhicules viennent de Yogyakarta, agglomération de plus d’un million d’habitants, située à une trentaine de kilomètres au sud du volcan, mais aussi de plus loin, y compris de certains ports du nord de Java comme Semarang (fig. 1). Certains chauffeurs roulent près de douze heures par jour pour effectuer un aller-retour vers le Merapi. En effet, loin d’être un espace vide et marginal, le volcan Merapi semble au contraire être polarisant, au cœur de réseaux d’échanges économiques qu’il attire et structure. Malgré les risques de catastrophe liés à la fréquence d’occurrence élevée des écoulements pyroclastiques et des lahars (Voight et al., 2000b ; Lavigne et al., 2000 ; Lavigne & Thouret, 2002), c’est un volcan très peuplé : 1,1 millions de personnes vivent sur ses flancs, dont près de 500 000 dans la zone théoriquement interdite à l’occupation humaine (Lavigne et al., 2000 ; Lavigne et al., 2008).

2Dans les vallées radiales de l’édifice volcanique, taillées dans des dépôts anciens (Newhall et al., 2000 ; Andreastuti et al., 2000), sont extraits des matériaux très prisés : le sable et les blocs amenés par les écoulements pyroclastiques et les coulées volcanoclastiques boueuses (lahars). Ces matériaux alimentent le marché du bâtiment en béton de qualité, très demandé dans un contexte d’urbanisation très rapide sur l’île de Java. Les bénéfices de cette activité étant certains, plusieurs milliers de personnes creusent les dépôts formés par les coulées pyroclastiques et les lahars, et remplissent des camions à longueur de journée. Cette activité représente un substitut efficace pour des agriculteurs encore très mal rémunérés, et qui du reste peinent à trouver du travail dans une campagne où les densités de populations sont très élevées (900 hab/km²). Le manque de régulation aidant, les vallées du Merapi sont ainsi creusées de carrières spontanées et informelles, que rejoignent chaque jour des camions roulant sur des chemins instables. Pour freiner les dégradations environnementales dues à cette anthropisation de plus en plus dense, un parc national (Taman Nasional Gunung Merapi) a été délimité en 2004 sur les versants occidentaux du volcan, où il est désormais interdit aux populations de défricher les forêts et, surtout, d’exploiter les sables et les blocs des dépôts volcaniques dans les hautes vallées de l’ouest du volcan. La préservation de la forêt tropicale, de sa faune (singes, oiseaux, reptiles et tigres) et de certaines espèces de pins à partir de 1000 m d’altitude s’est en effet révélée incompatible avec les dérangements induits par le passage incessant des camions et par l’activité de creusement dans les carrières spontanées, qui, par définition, se développent sans aucune concertation avec les autorités.

3Dans les carrières, les travailleurs ramassent des blocs ou tamisent les fractions fines des dépôts pour ne garder que les sables, en équipe souvent inféodée à un camion précis, dont le chauffeur s’occupe de revendre la marchandise à l’un des nombreux magasins de stockage répartis autour du Merapi, à proximité des routes principales. Les camions font parfois trois aller-retour par jour entre ces magasins et les carrières. Pendant ce temps, les travailleurs se reposent, ou se restaurent grâce à la multitude de marchands ambulants qui sillonnent les vallées. De fait, les vallées du volcan sont le théâtre d’activités fourmillantes, entre les carrières spontanées et les activités secondaires de service aux travailleurs. Ceux-ci, creuseurs ou marchands, sont directement exposés aux différentes coulées d’origine volcanique. Les aléas volcaniques sont fréquents autour du Merapi, avec plus de 80 éruptions recensées depuis la fin du XVIIIe siècle (Voight et al., 2000a,b ; Newhall et al., 2000), jusqu’à celle d’octobre-novembre 2010 qui fit plus de trois cents morts. Mais c’est aussi la raison pour laquelle il est très exploité : la ressource est régulièrement et fréquemment renouvelée… par des événements potentiellement dangereux.

4Le risque est aujourd’hui très important pour les populations vivant sur les flancs du volcan. Cependant, l’activité d’extraction des sables et des blocs ne s’est pas arrêtée depuis octobre 2010, bien au contraire. Les nouveaux matériaux, disponibles en grande quantité, attirent toujours plus de monde : la ressource a été largement renouvelée. Mais son exploitation se fait dans des conditions de danger bien plus extrêmes, puisque les lahars sont beaucoup plus fréquents que d’habitude depuis la fin de l’éruption.

5L’ensemble des informations délivrées et discutées ici proposent un état des lieux de cette activité avant l’éruption de 2010, et devraient permettre de considérer avec plus d’acuité la notion de risque autour du Merapi. Les lahars qui se produiront feront immanquablement des victimes, ainsi que le montrera cet article, car ils sont au cœur d’une activité économique essentielle qui attire un grand nombre de personnes sur des espaces exposés à ces aléas. Cette étude a pour objectif de présenter l’organisation de l’extraction des matériaux volcaniques autour du Merapi, son évolution actuelle et ses enjeux économiques, puis d’en discuter les interactions pluriscalaires qui en font une activité dangereuse, et donc essentielle dans la compréhension des risques encourus par les populations autour du volcan. Les informations utilisées pour cet article sont issues d’une base de données réalisée (1) à l’aide de rapports publiés en 2001 et 2009 par le bureau de consultants Yachiyo et le Proyek Merapi ; (2) à partir de coupures de presse résumant l’ensemble de l’information événementielle concernant les extractions autour du Merapi (1985-2010) ; (3) selon des chiffres et documents officiels communiqués par le Bureau de l’Eau et des Mines de Sleman ; et enfin (4) d’après des travaux de terrains de nature variée (questionnaires, entretiens, Focus Group Discussion dans des villages pendant l’été 2010, premières observations de terrain suite à l’éruption de l’automne 2010).

Figure 1 – Les volcans de Java, Indonésie

Figure 1 – Les volcans de Java, Indonésie

L’extraction de sables et de blocs: organisation, flux et réseaux d’une activité essentielle autour du volcan Merapi 

Entre légalité et illégalité, une activité essentielle mal encadrée

Les matériaux extraits

6L’activité d’extraction concerne essentiellement les matériaux issus des dépôts d’origine volcanique dans les vallées du Merapi. Ceux-ci sont de deux natures principales :

  1. Les dépôts pyroclastiques dans le fond des vallées sont surtout mis en place par les avalanches basales des coulées pyroclastiques (voir Schwarzkopf et al., 2005 ; Charbonnier & Gertisser, 2008 ; Gomez et al., 2008 ; Thouret et al., 2010). Il s’agit de dépôts épais, mal triés et caractérisés par une grande hétérométrie (Fisher & Schminke, 1984 ; Gomez et al., 2008). L’ensemble de la gamme granulométrique y est représentée, depuis les fractions fines, généralement sableuses, jusqu’aux blocs plurimétriques. En 2006, les coulées pyroclastiques ont déposé 13,3 millions de mètres cubes de matériaux volcaniques (Charbonnier & Gertisser, 2008) jusqu’à 7,5 km du cratère, sur près de 10 m d’épaisseur (Gomez et al., 2008) dans la vallée de la Gendol (fig. 2). Le 26 octobre 2010, huit coulées pyroclastiques ont déferlé sur les flancs méridionaux du volcan. Contrairement aux événements de 2006 dont les coulées pyroclastiques avaient été moins volumineuses (Charbonnier & Gertisser, 2008 ; Gomez et al., 2008 ; Thouret et al., 2010), l’éruption de 2010 a été bien plus intense, et semble avoisiner en magnitude les éruptions à probabilité centennale de 1930-31 et de 1872 (Voight et al., 2000b). Ainsi, la Gendol a été entièrement comblée de dépôts pyroclastiques, et certaines coulées se sont étendues jusqu’à plus de 15 km du cratère.

  2. Les dépôts volcanoclastiques (formés par les lahars, coulées de boue d’origine volcanique, voir Fischer & Schmincke, 1984 ; Vallance, 2000; Lavigne & Suwa, 2004) sont également caractérisés par un granoclassement parfois absent de matériaux très hétérométriques. Les premières estimations signalent que le volume total de matériaux éjectés par le volcan en 2010 a été dix fois supérieur à celui déposé par les coulées pyroclastiques de 2006, soit près de 150 millions de mètres cubes. La fin de l’éruption en novembre 2010 coïncide avec le début de la saison humide, et les fortes pluies de mousson qui ont commencé à s’abattre sur les flancs du volcan ont déjà remobilisé les dépôts volcaniques en lahars.

7Les fractions fines et les blocs sont privilégiés dans l’extraction des matériaux : les sables sont directement incorporés aux mélanges de production du béton, tandis que les blocs sont vendus aux nombreux ateliers de sculpture localisés principalement sur les versants occidentaux du Merapi. En revanche, les dimensions intermédiaires de graviers et de cailloux sont peu souvent utilisées compte tenu de leur difficulté d’exploitation, puisqu’ils nécessitent une transformation industrielle pour être pulvérisés et utilisés comme des sables.

Les sites d’extraction autour du Merapi

Répartition à l’échelle du Merapi

8La répartition des sites d’extraction autour du Merapi dépend de la disponibilité de la ressource : les vallées régulièrement traversées par les écoulements pyroclastiques et les lahars qui renouvellent la ressource en sable et blocs sont beaucoup plus exploitées. Avant l’éruption, les vallées du sud-est étaient le plus intensément exploitées, notamment la Gendol, (fig. 2), tandis que les vallées du sud (Boyong), du sud-ouest (Krasak), de l’ouest (Blongkeng, Bebeng, Putih) et du nord-ouest (Senowo, Apu) étaient de moins en moins creusées. Ainsi près de 1000 camions par jour pouvaient être dénombrés dans la Gendol, contre une fréquentation de 280 camions dans la vallée Apu par exemple, ou de 350 dans la Bebeng avant l’éruption de 2010. L’absence d’occurrence de coulées pyroclastiques et de lahars depuis presque une décennie limitait le renouvellement de la ressource dans les secteurs occidentaux, septentrionaux et orientaux du volcan.


Répartition des sites à l’échelle d’une vallée

9À l’échelle d’une vallée, les sites d’extraction sont situés dans la partie haute, c’est-à-dire dans l’espace d’extension préférentiel des écoulements volcaniques, soit à une distance d’une petite dizaine de km depuis le sommet du volcan (Voight et al., 2000a). Dans le cas de la Gendol, les sites d’extraction les plus fréquentés s’étendent jusqu’à 6 km du cratère seulement (fig. 3). Au-delà de cette distance, la morphologie et l’utilisation de la portion aval de cette vallée, rarement envahie par les lahars, est très différente, essentiellement tournée vers l’agriculture. Le tableau 1 montre que la plupart des travailleurs en juin 2010 étaient localisés sur le site le plus en amont de la vallée, là où les dépôts de 2006 n’avaient pas encore tous été entièrement creusés.


Figure 3 – Les sites de la Gendol avant l’éruption de 2010 (d’après enquêtes de terrain)

Figure 3 – Les sites de la Gendol avant l’éruption de 2010 (d’après enquêtes de terrain)

Organisation d’un site

10Un site d’extraction est caractérisé d’abord par une ou plusieurs voies d’accès qui le relient aux axes routiers locaux puis régionaux. Le fond du chenal est parcouru de chemins  principaux et de sentiers secondaires (fig. 4), non bitumés, permettant aux camions de se garer au plus près des lieux de creusement. Ceux-ci sont aléatoirement répartis sur l’ensemble du fond de vallée. Les relevés de terrains d’avril et de mai 2010 ont montré, entre Kopeng et Kaliadem (2 km), 430 lieux de creusement actuels ou abandonnés sans qu’il n’y ait de réelle distribution spatiale : l’ensemble du chenal est creusé, près des versants aussi bien qu’en son milieu. À proximité de l’entrée du site est souvent situé un warung, restaurant traditionnel bâti de bambou, où viennent se restaurer les travailleurs pendant leurs pauses. C’est un lieu essentiel de socialisation et de discussion. Sa situation stratégique, généralement bien en vue des voies d’accès, en fait un lieu d’observation privilégié de l’organisation spatiale des sites d’extraction.

Figure 4 – Vue oblique du site de Kaliadem, vallée de la Gendol. Noter les chemins destinés au passage des camions formés directement dans les dépôts pyroclastiques composés de matériel très hétérogène et assez grossier. Sur la gauche, repérer le lobe brunâtre formé par l’effondrement d’une partie du versant oriental de la vallée. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010).

Figure 4 – Vue oblique du site de Kaliadem, vallée de la Gendol. Noter les chemins destinés au passage des camions formés directement dans les dépôts pyroclastiques composés de matériel très hétérogène et assez grossier. Sur la gauche, repérer le lobe brunâtre formé par l’effondrement d’une partie du versant oriental de la vallée. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010).

Un encadrement lacunaire

Une absence d’harmonisation des lois à l’échelle du volcan pour une activité qui s’intensifie

11L’extraction des dépôts volcaniques autour du Merapi se heurte à de réelles difficultés d’encadrement et de gestion. Les flancs du volcan sont entre effet répartis en deux provinces (propinsi) et en quatre régions (kabupaten) : Sleman (province de Yogyakarta), Klaten, Boyolali et Magelang (province de Java Centre). Depuis la décentralisation lancée  après la chute du président autoritaire Suharto à la fin des années 1990, les régions ont acquis une large autonomie de décision. L’encadrement des extractions n’est donc pas identique d’une vallée à l’autre autour du Merapi, notamment dans l’obtention des licences autorisant l’exploitation d’une carrière. Entre Magelang, Sleman et Klaten, les prix à payer et les délais d’obtention ne sont ainsi pas les mêmes. Par ailleurs, il n’existe pas non plus d’harmonisation générale de la régulation de l’activité : à Magelang, le site d’extraction de la vallée de la Putih a été fermé en décembre 2009, sous la pression du Parc National du Merapi (TNGM, Taman Nasional Gunung Merapi). Une police spéciale est chargée de surveiller les abords de la vallée pour appréhender les éventuels resquilleurs ; en revanche, les tentatives répétées de fermeture des sites d’extraction de la Woro (Klaten) ou de la Gendol (Sleman) n’ont jamais été réellement efficaces, à cause d’un encadrement plus lâche. Celui-ci n’a pas suivi l’intensification de l’activité des vingt dernières années, marquée par une augmentation très nette du nombre de travailleurs et des volumes transportés sans que l’administration ne parvienne à mettre en place une politique d’encadrement satisfaisante. L’un des points les plus complexes des extractions autour du Merapi reste le nébuleux statut des travailleurs, entre ceux qui sont rémunérés pour récupérer des matériaux et ceux qui viennent en chercher pour leur usage personnel.

De la mafia aux ONG, des travailleurs rémunérés aux particuliers

12L’examen des coupures de presse de plusieurs journaux indonésiens montre que l’extraction des dépôts volcaniques est une activité ancienne, et la visite des sites archéologiques suggère qu’elle est peut-être même traditionnelle. Les temples hindouistes et bouddhistes (Prambanan, Borobudur) construits entre les VIIIe et Xe siècles sont bâtis en pierre volcanique provenant du Merapi.

13D’après le rapport émis par le Proyek Merapi, Yachiyo et l’Université Gadjah Mada de Yogyakarta en 2001 concernant les extractions autour du Merapi, l’ensemble de l’activité en 2000 était gérée par une structure dont les méthodes d’organisation semblaient évoquer des pratiques mafieuses. En échange d’une rétribution, les travailleurs pouvaient obtenir plus facilement du matériel lourd comme des tractopelles, mais sans que le gouvernement local ne puisse officiellement contrôler quels sites étaient exploités, ni quelle quantité de matériaux était emportée. Les bénéfices réels ainsi que leur redistribution étaient également méconnus, comme en témoignent les lacunes dans les archives des bureaux gouvernementaux sur cette période. Avec la décentralisation, cette structure officieuse a disparu et a été remplacée, en même temps que l’activité s’intensifiait, par une myriade d’ONG souhaitant aider les travailleurs. Des sensibilisations aux risques sont organisées, et des aides pour l’accès aux soins sont proposées, moyennant, là encore, rétribution de la part des travailleurs. Si les gouvernements locaux ont su tirer leur épingle du jeu concernant les bénéfices, qui ne sont plus confisqués par une structure à tendance mafieuse, leur absence d’encadrement réel des conditions de travail des creuseurs laisse la place à une série d’organisations assez obscures, rendant très complexe la question de la gestion de cette activité. De fait, pour un nombre important de travailleurs qu’il est naturellement bien difficile de quantifier précisément, l’extraction se fait dans la plus complète illégalité : n’étant pas déclarés, ils ne sont absolument pas protégés en cas d’accident, et s’exposent même à des poursuites en cas de contrôle. Beaucoup viennent en effet de manière sporadique chercher des matériaux dans les vallées pour un usage privé, sans que cela soit leur métier.

Des flux et des réseaux qui dépassent l’échelle locale

À l’échelle locale, un réseau complexe : creusement, vente et/ou transformation

14Une fois la remorque remplie, le camion sort de la vallée pour emporter les matériaux vers de multiples magasins de revente (depot pasir) situés autour de la vallée. Ceux-ci sont répartis aléatoirement sur les routes autour du volcan, parfois très proches des sites d’extraction, tandis que les usines de pulvérisation sont situées principalement sur la grande route est-ouest au sud du Merapi, entre Yogyakarta, Klaten et Solo (fig. 2). À l’échelle locale, les flux quotidiens sont marqués par le passage incessant des camions, qui peuvent parfois cumuler jusqu’à 3 allers-retours par jour entre le site d’extraction et le lieu de vente de la cargaison. Dans la Gendol, ce sont en moyenne 1000 camions qui entrent et sortent chaque jour, avec un pic de fréquentation en fin de matinée (fig. 5).

Figure 5 – Nombre de camions arrivant et sortant de la Gendol par heures (moyenne des comptages bihebdomadaires réalisés d’avril à juillet 2010)

Figure 5 – Nombre de camions arrivant et sortant de la Gendol par heures (moyenne des comptages bihebdomadaires réalisés d’avril à juillet 2010)

15À l’échelle locale, le Merapi est donc un volcan caractérisé par un trafic routier dense, animé par le commerce des matériaux qu’il produit.

Des flux à échelles régionale, nationale et mondiale

16Les camions, cependant, ne proviennent pas tous de la proche région du Merapi. Des camions provenant d’autres régions de Java viennent acheter le sable ou les blocs dans les magasins de revente. D’après les observations de terrain réalisées en 2010, il peut s’agir de particuliers ayant besoin de matériel de construction, mais le plus souvent ce sont des entreprises de Semarang, Jakarta ou Pekalongan qui préfèrent acheter le sable plutôt que d’aller le creuser directement (et donc demander un permis d’exploitation aux autorités locales). Si la majorité provient des environs des vallées (55,4% en provenance de la province de Yogyakarta dans la Gendol, 56% de Solo-Klaten pour la Woro), d’autres arrivent de régions plus éloignées. Dans la Gendol, des camions viennent aussi de Semarang (8,2%), au nord de Java, ainsi que de Pati (8,2%), plus au centre de l’île, sans oublier des véhicules de Jakarta (2,6%) ou de Bandung (0,5%), situés à plusieurs centaines de kilomètres du Merapi. La même tendance s’observe dans la Woro, avec 26% de camions arrivant de Semarang par exemple. Un chauffeur de Jepara (Pati) se lève à 03h30, part de chez lui à 04h, et arrive dans la Woro en fin de matinée, vers 10h, en fonction du trafic. Il remplit son camion, repart vers 12h ou 13h, puis arrive à Jepara en début de soirée pour y vendre le sable. Ce trajet, qui représente près de 700 km en une seule journée, est effectué quasi quotidiennement.

17Les ventes de matériaux bruts ou de produits manufacturés (blocs polis pour la construction, sculptures…) produisent des flux qui dépassent largement la seule région du Merapi pour s’inscrire dans des réseaux d’échanges parfois mondiaux. La sculpture religieuse en blocs du Merapi trouve des acheteurs répartis en Asie du Sud-est ainsi que dans le Pacifique, avec des commandes à destinations d’Hawaii. Des flux réguliers existent également vers les pays du Golfe Persique ou du Maghreb, qui font commande de blocs polis pour leurs constructions. Des flux plus ponctuels concernent des achats de matériaux du Merapi par certains pays d’Europe.

18La géographie du volcan Merapi s’inscrit donc dans un réseau de flux et d’échanges de vaste dimension, couvrant presque toute la planète. La grande qualité des matériaux, bruts ou manufacturés, est la principale raison de cette abondante demande, elle-même à l’origine de l’activité d’extraction intense qui existe dans les vallées du volcan. Le nombre de travailleurs, le nombre de camions, le trafic quasi-incessant, font que l’exploitation des sables et blocs des dépôts volcaniques est une activité essentielle autour du Merapi, mais fragilisée par son organisation inaboutie. Des milliers de personnes travaillent là chaque jour, le plus souvent dans des espaces fortement exposés aux aléas du volcan : en cas d’éruption ou de coulées de boue, ils sont en réel danger.

Entre risques et bénéfices

Une activité aux bénéfices certains quand l’aléa devient ressource

Les bénéfices

19L’extraction de blocs et de sable est une activité très lucrative. En moyenne, le sable est vendu de 7500 à 8000 Rp/m3 (60 à 65 cts d’euros), et les blocs 30 000 Rp/m3 (2,5 euros). Les travailleurs gagnent souvent 40 000 à 60 000 roupies par jour (3,5 à 5 euros), alors qu’un agriculteur gagne en moyenne environ 15 000 par jour (1,1 euros). Le prix des blocs et du sable varie dans le temps et l'espace, comme indiqué dans le tableau 2.

Tableau 2 – Prix d’achat et de vente du sable dans les magasins de revente (depot pasir) autour du Merapi avant l’éruption de 2010 (données Yachiyo, 2009, traduites et réorganisées)

Tableau 2 – Prix d’achat et de vente du sable dans les magasins de revente (depot pasir) autour du Merapi avant l’éruption de 2010 (données Yachiyo, 2009, traduites et réorganisées)

20En février 2009, de nombreux travailleurs de la vallée de la Woro ont par exemple été moins payés que d’habitude parce que leurs camions étaient moins remplis, en raison d'un début d’épuisement de la ressource, les coulées volcaniques se faisant plus rares (Kedaulatan Rakyat, 12 février 2009). Suite à l’éruption de 2010, la ressource étant de nouveau très abondante, les prix ont subi une diminution sensible, puisque la cargaison d’un camion de 6m3 se vend désormais autour de 80 000 à 100 000 Rp.

21En règle générale, l'argent gagné par la vente d’une cargaison de sable ou de blocs est divisé entre les travailleurs. Près de la moitié du prix de vente (environ 300 000 Rp par camion - 25 euros) est donné au chauffeur. Toutefois, ce chiffre important comprend la location du véhicule et le prix du carburant. En 2001, les ventes quotidiennes de matériaux volcaniques ont été estimées à environ 1,14 milliards de Rp (1 million d’euros). Les gouvernements locaux prélèvent une taxe par camion de 25 000 Rp (2 euros) en moyenne dans le district de Sleman. L'impôt est payé à l'un des sept péages du district, et peut rapporter des milliards de roupies (millions d’euros). Depuis que l'activité d'extraction s’est intensifiée autour du volcan, le montant des revenus pour le gouvernement a presque triplé, comme le montre la fig. 6.  L'augmentation de l'activité d'extraction de sable à partir de 2007 peut être clairement repérée : suite à l’éruption de 2006, le plus grand nombre de travailleurs et de véhicules arrivant dans la Gendol a augmenté les revenus du district de Sleman.

Figure 6 – Évolution du revenu (en millions de rupiahs) des rétributions gouvernementales du district de Sleman (2003-2009, données du Bureau de l’Eau et des Mines de Sleman)

Figure 6 – Évolution du revenu (en millions de rupiahs) des rétributions gouvernementales du district de Sleman (2003-2009, données du Bureau de l’Eau et des Mines de Sleman)

Les activités induites

22Parallèlement aux extractions proprement dites, il existe également sur les sites une série d’activités connexes, généralement tenues par les femmes et les adolescents, qui profitent de cette manne économique, Il s’agit d’abord des warung, échoppes informelles bâties à l’entrée d’un site, où les travailleurs peuvent acheter des fritures, du thé, du café, des boissons énergisantes , mais aussi s’abriter en cas de forte pluie. Certaines femmes préparent à la maison leurs boissons et leurs plats qu’elles viennent vendre ensuite directement sur place aux travailleurs. Elles demandent dans ce cas aux chauffeurs des camions qu’elles rencontrent sur la route de bien vouloir les déposer. Quant aux enfants ou aux adolescents, il est fréquent de les voir boucher les ornières des routes avec des graviers et des palmes séchées pour faciliter le passage des camions, moyennant une maigre rétribution par les chauffeurs (fig. 7). Enfin, sur les sites très fréquentés de la Gendol, la prostitution s’est développée : quelques femmes traversent la vallée, entre les terrils et les camions, à la recherche d’éventuels clients. Ainsi, l'activité d'extraction de sable et de blocs génère des revenus monétaires conséquents pour les communautés locales. Cette tendance n'a cessé d'augmenter depuis les vingt dernières années, et plus rapidement depuis le début des années 2000. De plus en plus de personnes ne vivent plus que de cette activité, et perçoivent différemment les coulées volcaniques, qui d’intrinsèquement dangereuses deviennent bénéfiques.

Figure 7 – Un adolescent rebouche les ornières d’une route, ouest du Merapi
(Cliché E. de Bélizal, 2008)

Figure 7 – Un adolescent rebouche les ornières d’une route, ouest du Merapi (Cliché E. de Bélizal, 2008)

Une transformation de la représentation du lahar

23Les cartes de risques du gouvernement indonésien insistent beaucoup sur les aléas pouvant survenir dans les vallées du volcan. Celles-ci sont traversées par les coulées pyroclastiques en cas d’éruption, et ensuite la remobilisation des dépôts par les pluies provoque, à chaque saison des pluies, des coulées de boue de rhéologie variable, allant de l’écoulement hyperconcentré à la coulée de débris (Vallance, 2000 ; Lavigne & Suwa, 2004). Les blocs transportés sur le front des lahars, les concentrations sédimentaires élevées (de 20% à 60%, voire plus dans le cas de coulées de débris), les vitesses de l’ordre de plusieurs mètres par seconde représentent un réel danger pour les personnes. Mais comme ces phénomènes apportent les blocs et les sables, ils sont attendus par les populations, et leur aspect dangereux tend à être gommé, si ce n’est parfois escamoté. En 2004, les communautés de la vallée de la Putih, à l’ouest du volcan, ont beaucoup souffert du tarissement progressif des sables sur les sites d’extraction. Il fut donc décidé d’organiser, pendant deux jours et une nuit, une séance de prière en plein air, dans la vallée, pour que Dieu déclenche les pluies violentes pouvant faire s’écouler les lahars. Il est paradoxal de constater que la figure divine soit appelée au secours afin de provoquer un phénomène dont les conséquences peuvent être catastrophiques, tout au moins risquées. Cet exemple illustre parfaitement le glissement de la signification des coulées volcaniques, et particulièrement les lahars, dans l’imaginaire des populations locales : l’écoulement boueux n’est plus le « banjir » pouvant déborder et inonder, mais une bénédiction divine apportant la matière première. Les dépôts d’un lahar à peine stabilisés, des centaines de personnes se précipitent vers les vallées pour y prélever les matériaux, travailleurs comme particuliers, dans la plus parfaite anarchie (cf. 1.1.3).

Des conditions de travail pénibles mais acceptées

Méthodes et conditions de travail

24D’après les chiffres officiels avancés par le bureau de l’hydrologie, de l’énergie et des mines, on compte près de 1 100 travailleurs permanents sur les trois principaux sites d’extraction de la Gendol. Ces estimations ne tiennent pas compte des saisonniers, mais donnent néanmoins une bonne idée du nombre minimal de personnes qui, chaque jour, viennent travailler dans cette partie de la vallée très exposée aux aléas volcaniques (fig. 3). Plus en aval de la Gendol, dans les sites d’extraction secondaires avant l’éruption de 2010, on ne comptait que quelques vingtaines de personnes, avec deux ou trois camions. Les informations qui suivent sont issues d’un questionnaire adressé à un échantillon de 30 équipes de travail situées à Jambu et Kaliadem, les sites les plus en amonts de la Gendol, en 2009.

25Pour quelques PSE (Personnes Soumises à l’Enquête), l’extraction a été l’unique activité de leur vie. Certains d’ailleurs commencent très jeunes : 19% des PSE ont moins de 30 ans, et l’un d’eux est même âgé de 14 ans. Il travaille dans une équipe familiale, avec ses deux parents, depuis qu’il a récemment quitté le collège. Outre ces jeunes travailleurs, on trouve également des personnes plus âgées : 13% des PSE ont plus de 51 ans, et l’âge maximum de l’échantillon est de 70 ans. Des prospections et des discussions informelles menées dans d’autres vallées du Merapi, comme celle de la Senowo, ont donné d’autres exemples de travailleurs âgés de plus de 70 ans ; il ne s’agit donc pas d’une exception. Par ailleurs, les hommes représentent la grande majorité des creuseurs (87%). Les femmes travaillent le plus souvent avec leur famille ou leurs voisins, et les extractions sont toujours pour elles un complément de revenu, plutôt qu’une activité principale. Elles exercent souvent sur les sites des activités de sélection des matériaux : tamisage du sable, éviction des graviers et construction des terrils, mais il est possible également de voir des femmes creuser dans les dépôts.

26Il est en revanche plus rare de croiser des travailleurs isolés sur les sites d’extraction importants comme celui de Dam Kopeng (1 seul cas sur les 31 PSE). Charge à eux de pouvoir s’intégrer à la journée dans une équipe déjà constituée pour participer au remplissage du camion s’ils souhaitent être rémunérés ; dans d’autres cas, ils ramassent des matériaux pour leur utilisation personnelle. Ainsi, la plupart des personnes rencontrées sur les flancs du Merapi travaillent en équipes permanentes, le plus souvent invariables (98% des équipes), parfois familiales, de 6 à 9 personnes. Les PSE vivent généralement à proximité de leur site d’extraction. 88% des personnes interrogées déclarent résider dans l’un des villages adjacents du site de Kaliadem, situés au maximum à 5 km. Seuls 6% viennent de Yogyakarta, et 6% de Klaten ou Magelang, à plus de 40 km du site. On n’est donc guère surpris de constater que 36% des PSE se déplacent toujours à pied et 32% à moto pour venir travailler. Ceux qui résident le plus loin peuvent parfois demander à un camion de les avancer, voire de les conduire à Kaliadem si c’est la destination finale de ce dernier. La plupart des personnes venant de loin sont des saisonniers, qui parfois viennent d’autres régions que celle du Merapi.

27Sur leur site d’extraction, les travailleurs passent entre 6 et 10 heures par jour ; seuls 13% d’entre eux restent moins de 6 heures. Enfin, la plupart des travailleurs (81%) viennent tous les jours sur leur site. L’absence de règlement et d’encadrement officiel – mis à part les lettres d’autorisation émises par les gouvernements des districts – et l’aspect très informel de cette activité permettent un rythme de creusement permanent.

28Dans le cas d’une extraction à destination commerciale, ce sont les chauffeurs des camions qui sont véritablement au cœur de l’activité : ce sont eux les vecteurs à la fois de la marchandise et du salaire (fig. 8). Un camion peut faire 2 aller-retour par jour, voire 3 s’il est rempli avec rapidité. Le temps pour remplir un camion étant de 2 à 3 heures, en fonction du nombre d’équipiers, de leur corpulence et de leur âge, ainsi que de la capacité du camion. L’argent est donné aux chauffeurs des camions qui ensuite le répartissent entre les différents membres de l’équipe qui a contribué à le remplir.

Figure 8 – L’organisation du travail : le camion se rapproche le plus possible du site de creusement. On remarquera l’hétérogénéité du matériel du dépôt : blocs, cailloux, et fractions fines qui sont ici sélectionnées pour le remplissage du camion, par une équipe de 4 personnes. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010)

Figure 8 – L’organisation du travail : le camion se rapproche le plus possible du site de creusement. On remarquera l’hétérogénéité du matériel du dépôt : blocs, cailloux, et fractions fines qui sont ici sélectionnées pour le remplissage du camion, par une équipe de 4 personnes. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010)

Profil socioéconomique des travailleurs

29Le taux de chômage de la région du Merapi est élevé (près de 10%). La plupart des PSE ont déploré la grande difficulté à trouver du travail, dans quelque domaine que ce soit. Même l’agriculture, secteur traditionnel, n’offre pas suffisamment d’opportunités puisque les salaires y demeurent très bas pour ceux qui ne sont pas propriétaires, et ce alors même que les prix des denrées de base augmentent régulièrement. Un kilo de riz coûtait 3000 Rp en 2007 contre 5000 Rp en 2010.

30En outre, des questionnaires réalisés à l’échelle des villages sur l’ensemble du volcan ont révélé que le niveau d’éducation moyen des travailleurs reste généralement assez limité : niveau collège (scolarité jusqu’à 14-16 ans). La population étant peu qualifiée, elle se situe d’autant plus en marge d’un monde du travail déjà particulièrement fermé sur Java. Les transformations récentes de l’économie indonésienne depuis la crise de 1997 (De Koninck, 2005) et la surpopulation de l’île de Java sont à l’origine des forts taux de chômage existant. Les travailleurs des carrières du Merapi sont donc des personnes généralement de faible niveau d’éducation, peu qualifiées, et qui n’ont d’autres ressources que cette activité. L’urgence dans laquelle ils se trouvent de devoir rapidement récolter de l’argent pousse la plupart d’entre eux à ne pas déposer de demande officielle auprès des gouvernements régionaux, et à travailler dans l’illégalité la plus complète. Déjà économiquement faibles, ces personnes se trouvent ainsi contraintes de faire un travail qui, loin de leur procurer quelque assurance, les vulnérabilise encore davantage.

Une activité créatrice de vulnérabilité ?

Une vulnérabilité par exposition aux aléas

Les aléas sur les sites d’extraction

31Les aléas sur les sites d’extraction sont de deux types : les aléas volcaniques, et les aléas induits par l’activité d’extraction. Les aléas volcaniques du Merapi (coulées pyroclastiques et lahars, pluies de cendres, éjection de bombes…) se produisent dans une zone d’extension délimitée et bien connue (fig. 2-3), mais à l’intérieur de laquelle se situent les meilleurs sites d’extraction (fig. 3). C’est là en effet que se trouvent les matériaux volcaniques les plus récents et donc les moins altérés. Quant aux aléas induits, ils désignent des mouvements de versant de magnitude et d’intensité variables (des chutes de pierre aux éboulements ou aux glissements). S’ajoutant aux sapements naturels causés par le passage des lahars, les entailles artificielles faites par les extractions contribuent à déstabiliser un ensemble déjà peu solide de dépôts volcaniques quaternaires (Wirakusumah et al., 1989 ; Andreastuti et al., 2000 ; Newhall et al., 2000). En travaillant dans ces vallées, les creuseurs s’exposent directement aux aléas du volcan, et fragilisent l’équilibre déjà précaire des parois des vallées (fig. 4). Les incidents et accidents ne sont donc pas rares. La plupart des travailleurs (61%) a déjà vécu des épisodes de lahars dans la Gendol, ce qui montre la grande récurrence de cet aléa (Lavigne et al., 2000). Il existe à proximité du site de Dam Kopeng, sur la Gendol, une sirène d’alarme, seul système d’alerte précoce installé pour les travailleurs. Malgré tout, le fourmillement de l’activité dans le fond de vallée, l’encombrement quasi-permanent des chemins d’accès d’ailleurs étroits et peu consolidés posent le problème de l’évacuation des sites en cas d’alerte.

32L’aspect très informel de l’activité n’arrange rien en cas de crise volcanique. La législation interdit normalement l’accès au secteur situé à 10 km de rayon du cratère, qui a du reste été étendu durant l’éruption de 2010, mais la surveillance demeure lacunaire, et bon nombre de personnes ont quand même pu se rendre dans les vallées alors même que l’alerte maximale (4/4) n’était pas terminée. Par ailleurs, même si le niveau d’alerte a été abaissé à un échelon plus faible (2 sur une échelle de 4) le 30 décembre 2010, le risque de lahars reste toujours très important. Le remplissage de vallées qui n’avaient pas été touchées depuis plus de dix ans par les aléas volcaniques, comme la Kuning (fig. 2), amène les riverains à creuser les dépôts à peine formés. Cependant, ces personnes vivent à côté d’espaces qui n’ont pas été traversés depuis longtemps par les lahars, et peuvent manquer de la vigilance et des réflexes que d’autres creuseurs plus aguerris ont pu acquérir dans la Gendol. Dans ces nouveaux espaces spontanément ouverts à l’exploitation des blocs et des sables, des accidents sont donc à craindre durant les premiers mois de la saison des pluies 2011.

Des victimes et des dommages

Tableau 3 – Victimes et dommages dans les sites d’extraction des vallées du Merapi (d’après les chiffres de la presse indonésienne de 1987 à 2010)

Accidents 2000-2010

Incidents (dégâts matériels) 1987-2010

118 personnes tuées

131 camions emportés par des lahars

33L’étude de 312 coupures de presse a permis d’établir la fréquence des incidents (dommages sans victimes) et des accidents (dommages avec victimes) dus aux aléas volcaniques sur les sites d’extraction du Merapi depuis 1987. Il s’agit de la seule source d’information concernant les dommages dus à cette activité ; mais ces chiffres doivent être plus considérés comme des estimations que comme des valeurs exactes.

34On distingue deux grands types d’événements (tab. 3) : les blessures ou décès de personnes, et les pertes de camions, entraînés par des lahars. Dans le premier cas, les « accidents », les travailleurs sont le plus souvent ensevelis par les éboulements ou glissements de versants, aux déclenchements desquels ils contribuent largement. Quant aux « incidents », ils concernent les pertes de matériel, notamment les camions emportés par des lahars. La forte fréquence d’occurrence des lahars en saison des pluies rend ce type d’incident quasi-banal sur des sites très fréquentés comme la Gendol. Lors du retentissement de la sirène d’alarme, tous les véhicules se dirigent ensemble vers la sortie du site, sur des chemins cahoteux, à moins de 15 km/h. Il est donc inévitable que la coulée boueuse déclenchée quelques kilomètres en amont les rattrape (fig. 4 et fig. 9). Dans la totalité des cas, chauffeurs et travailleurs ont pu quitter leur véhicule à temps.

35L’activité d’extraction est une activité dangereuse compte tenu des importantes pertes subies, par exposition des personnes à des aléas fréquents. Cette vulnérabilité par exposition est le premier aspect du danger que représentent les extractions : les travailleurs remontent toujours plus en amont dans les vallées pour trouver du sable, en dépit des risques liés aux aléas volcaniques. Dans la Gendol, le site de Kaliadem (fig. 3) est ainsi exploité depuis 2008, en dépit de sa grande exposition aux coulées pyroclastiques et aux lahars.

Figure 9 – Camion emporté par un lahar, sud du Merapi (Cliché F. Lavigne, 1995)

Figure 9 – Camion emporté par un lahar, sud du Merapi (Cliché F. Lavigne, 1995)

Une problème plus grave de vulnérabilité socioéconomique structurelle

Un affaiblissement des conditions de vie

Des impacts sur la vie quotidienne

36Les études de vulnérabilité, menées depuis les travaux pionniers de Hewitt (1983) puis de Wisner & Luce (1993), Chester (2004, 2005) renforcés par ceux de Gaillard (2008) ont montré que la vulnérabilité doit se mesurer et s’exprimer non pas uniquement en tant qu’exposition aux aléas et perception du risque, mais aussi et surtout en terme de mode de vie et de structure socioéconomique. Un aléa ne cause de catastrophe que dans une communauté affaiblie, marginalisée socialement, économiquement, voire politiquement. La vie quotidienne et la gestion des ressources est un élément décisif à prendre en compte pour savoir si une communauté est vulnérable ou non, peut résister à un événement intense ou pas, et se reconstruire rapidement. Dans le cas du Merapi, les études de vulnérabilité achevées (Lavigne, 1998 ; Lavigne et al., 2007 ; Texier et al., 2008 ; Donovan, 2010a,b) ou en cours doivent prendre en compte la manière dont les communautés vivent quotidiennement, et s’intéresser absolument aux extractions de matériaux volcaniques, qui, on l’a vu, sont une activité essentielle. Les populations autour du volcan sont rarement neutres concernant ces extractions, comme l’ont montré questionnaires, Focus Group Discussions et coupures de presse. Depuis près d’une décennie, la presse indonésienne a souvent mentionné des problèmes préoccupants d’approvisionnement en eau sur les pentes du Merapi, même pendant la mousson : « air ratusan kesulitan penduduk » (des centaines d’habitants n’ont pas assez d’eau) titrait le Kedaulatan Rakyat en décembre 1996. En effet de nombreuses sources tendent à disparaître, en raison de l’activité d’extraction de sable, comme le dit le même quotidien en mai 2004 : « Petani akan tuntut Ganti rugi : penambangan di air Wedomartani Sumber matikan » (Les agriculteurs veulent être dédommagés : à Wedomartani, les extractions de sable ont fait disparaître des sources). L’incision artificielle de dépôts volcaniques tend en effet à modifier les paramètres hydrologiques des bassins versants, ce qui réduit l’infiltration et l’augmentation du ruissellement de l’eau. L’infiltration est réduite pour deux raisons principales : d’abord des changements artificiels dans la distribution granulométrique des dépôts, dont les sables sont systématiquement retirés, ensuite, le compactage des dépôts à cause du passage incessant des camions (Abasi, 1996). Finalement, l’élargissement des vallées lorsque les parois sont creusées forme des interfluves plus étroits, et donc, par corollaire, moins d’infiltrations, de sorte que le ruissellement est plus élevé. Ainsi, la circulation des eaux souterraines est profondément perturbée par l’extraction de sable, comme cela s’observe dans d’autres endroits du monde d’ailleurs (Petit et al., 1995 ; Mas-Pla et al., 1999).

37Le manque d’approvisionnement en eau menace principalement les habitudes agricoles : certaines  rizières irriguées le long des vallées, sur le flanc ouest du Merapi (région de Tanun) ont été progressivement transformées en cultures sèches produisant tomates, piment, ou arachides, en raison de la réduction drastique de l’approvisionnement en eau par irrigation. Ces modifications de l’environnement contraignent les agriculteurs à acheter ce qu’ils pouvaient auparavant produire eux-mêmes. Les extractions de sable et de blocs changent effectivement la vie des populations locales, en leur permettant d’avoir accès à une ressource qui peut rapporter beaucoup de bénéfices. Mais le revers de la médaille existe : des changements environnementaux, comme le manque d’approvisionnement en eau, accroissent la vulnérabilité de la population autour du volcan Merapi en lui imposant des contraintes qui n’existaient pas auparavant.

Une dépendance problématique des communautés locales

38Le changement s’observe aussi dans les habitudes professionnelles des habitants du Merapi, qui préfèrent extraire des matériaux plutôt que de pratiquer une profession plus traditionnelle. Le problème est que des communautés entières deviennent dépendantes de cette activité. Lorsqu’un site est fermé par le gouvernement local et/ou par le parc national du volcan, la crise est inévitable pour les populations concernées. En décembre 2009, le site de Jurangjero, situé à l’ouest du volcan sur la vallée de la Putih, a été fermé par le gouvernement régional, à la demande du parc national qui estime que les extractions menacent les pins. Pour que la fermeture soit effective, une police forestière (Polhut : Polisi hutan) a été mise en place, payée par le parc, et chargée de surveiller et d’appréhender les éventuels resquilleurs. Les peines requises sont lourdes : plusieurs milliers d’euros d’amende, et/ou jusqu’à dix ans de prison. Les habitants de Jurangjero sont donc aujourd’hui au chômage, sans indemnités puisque beaucoup travaillaient dans l’illégalité, et espèrent un improbable revirement de politique qui ferait se rouvrir le site. Cette dépendance à une seule activité d’une communauté est extrêmement vulnérabilisante, puisqu’en cas de cessation brutale les populations se retrouvent sans revenus.

Le complexe extraction et risques

39Dans le cas du volcan Merapi, les moyens d’existence actuels sont également les dangers. Ce comportement paradoxal devrait être l'une des clés pour comprendre et mesurer la vulnérabilité des populations autour du Merapi, puisque leur ressource est également leur faiblesse. La figure 10 analyse l’ensemble des interactions provoquées par l’activité d’extraction de blocs et de sable à différentes échelles. Deux rétroactions peuvent d’abord être observées : la première (et la plus large) montre que l’activité est avant tout soutenue par ses retombées économiques : les bénéfices, élevés, attirent toujours plus de travailleurs. Deuxièmement, l’autre rétroaction visible illustre la profonde interaction entre les populations et l’environnement. Des changements rapides dans la morphologie des vallées et dans la circulation des eaux souterraines entraînent des problèmes d’irrigation et, par corollaire, d’agriculture. Les agriculteurs perdent de l’argent et préfèrent alors changer d’activité, en allant creuser les dépôts volcaniques à leur tour.

40Le diagramme (fig. 10) montre également que ces interactions multi-sens sont toutes liées d’une manière ou d’une autre aux risques : depuis l’exposition aux aléas à l’ensemble des éléments de vulnérabilité. En d’autres termes, l’extraction de blocs et de sable est une activité dangereuse. Ainsi cette activité doit être incluse dans la gestion des risques et des études de réduction de la vulnérabilité autour du volcan Merapi, c’est une partie du mode de vie des populations, et un élément clé de leur vulnérabilité, pouvant être à l’origine d’une crise en cas d’incapacité de réponse face à un événement de grande intensité.

Figure 10 – Organigramme illustrant le complexe extraction-risques à plusieurs échelles autour du Merapi (Conception : E. de Bélizal).

Figure 10 – Organigramme illustrant le complexe extraction-risques à plusieurs échelles autour du Merapi (Conception : E. de Bélizal).

Conclusion

41Cet article a présenté les premiers résultats d’une thèse en cours, s’intéressant à l’intégration de cette activité d’extraction dans le fonctionnement systématique des vallées volcaniques en Indonésie. Il s’agit ici de la toile de fond de la thèse, qui méritait que l’on y accordât une certaine attention puisqu’elle soulève nombre d’interrogations sur la réalité des risques autour d’un volcan peuplé et exploité tel que le Merapi. Cette activité d’extraction des matériaux volcaniques invite à une considération systémique des vallées volcaniques du Merapi, dont le fonctionnement dépasse la seule échelle locale.

42Par ailleurs, les résultats présentés ici soulèvent le problème de la vulnérabilité : creuser les dépôts volcaniques n’est pas une activité solide et durable économiquement ; mais en plus c’est un travail dangereux, qui doit jouer un rôle particulier dans la géographie des risques autour du volcan. L’importance de cette activité implique qu’elle soit intégrée aux différentes études et simulations concernant les risques de catastrophe autour du volcan. En cas d’éruption, des centaines de travailleurs sont directement exposés dans les vallées du volcan ; les camions encombrent les routes, et contribuent en outre à les endommager… Et les populations, ne pouvant temporairement accéder aux sites, sont démunies. L’éruption de 2010, survenue pendant la relecture des épreuves de ce manuscrit, a clairement montré que l’activité n’avait pas été du tout prise en compte dans les schémas d’évacuation locaux et dans la sécurisation du périmètre exposé aux aléas. Les camions et les creuseurs ont pu passer outre les interdictions : la ressource que représentent les coulées volcaniques semble avoir pris le pas sur le danger qu’elles impliquent, même (surtout ?) en période d’éruption.

Haut de page

Bibliographie

Abasi S.H., 1996, Lahar behaviour of Merapi volcano and its associated effects on the environment between Krasak and Boyong Rivers, in Sleman District. Master's degree in Physical Geography, Department of Mathematics and Natural Sciences, 72-166.

Andreastuti, S.D., Alloway, B.V., Smith, I.E.M., 2000, “A detailed tephrostratigraphic framework at Merapi Volcano, Central Java, Indonesia: Implications for eruption prediction and hazard assessment”, Journal of Volcanoly and Geothermal Research, No.100, 51–67.

Charbonnier S.J., Gertisser R., 2008, “Field observations and surface characteristics of pristine block-and-ash flow deposits from the 2006 eruption of Merapi Volcano, Java, Indonesia”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.177, 971-982.

Chester D. K., 2004, “Volcanoes, society and culture”, in Marti J., ErsntG. (eds), Volcanoes and the Environment, Cambridge University Press.

Chester D. K., 2005, “Theology and disaster studies : the need for dialogue”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.146, 319-328.

De Koninck R., 2005, L’Asie du Sud-est, Paris, Armand Colin collection U.

Donovan, K. 2010a, Cultural responses to volcanic hazards on Mt Merapi, Indonesia, Thèse de doctorat, University of Plymouth.

Donovan, K. 2010b, “Doing social volcanology: exploring volcanic culture in Indonesia”, Area, No.42.1, 117-126

Fisher R.V., Schmincke H.U., 1984, Pyroclastic rocks, Berlin, Springer Verlag.

Gaillard J.-C., 2008, “Active paradigms of volcanic risk perception: the case of Mt. Pinatubo in the Philippines”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No. 172, 315-328.

Gomez C., Lavigne F., Lespinasse N., Hadmoko D.S., Wassmer P., 2008, “Longitudinal structure of pyroclastic flow deposits, revealed by GPR survey, at Merapi Volcano, Java, Indonesia”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.176, 439-447.

Hewitt K., 1983, “The idea of calamity in a technocratic age”, in Hewitt K. (ed),  Interpretation of calamity from the view point of human ecology,London, Allen et Unwin Inc, 3-32.

Lavigne F., 1998, Les lahars du volcan Merapi, Java Central, Indonésie : déclenchement, budget sédimentaire, dynamique, et zonage des risques associés. Thèse de doctorat, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

Lavigne F., Suwa H., 2004, “Contrasts between debris flows, hyperconcentrated flows and stream flows at a channel of Mount Semeru, East Java, Indonesia”, Geomorphology, No.61, 41-58.

Lavigne F., Thouret J.-C., Voight B., Suwa H., Sumaryono A., 2000, “Lahars at Merapi volcano: an overview”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.100, 423-456.

Lavigne F., De Coster B., Juvin N., Flohic F., Gaillard J.-C., Texier P., Morin J., Sartohadi J., 2008, “People’s behaviour in the face of volcanic hazards : perspectives from Javanese communities, Indonesia”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.172, 273-287.

Lavigne F., Thouret J.-C., 2002, “Sediment transportation and deposition by rain-triggered lahars at Merapi Volcano, Central Java, Indonesia”, Geomorphology, No.49, 45-69.

Mas-Pla J., Montaner J., Sola J., 1999, “Groundwater resources and quality variations caused by gravel mining in coastal streams”, Journal of Hydrology, No.2616, 197-213.

Newhall C.G., Bronto S., Alloway B., Banksa N.G., Bahar I.,  Del Marmol M.A., Hadisantono R.D., Holcomb R.T., McGeehin J., Miksic J.N., Rubin M., Sayudi S.D., Sukhyar R., Andreastuti S., Tilling R.I., Torley F., Trimble D., Wirakusumah A.D., 2000, “10,000 Years of explosive eruptions of Merapi Volcano, Central Java: archaeological and modern implications”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.100, 9-50.

Petit F., Poinsart D., Bravard J.-P., 1995, “Channel incision, gravel mining and bedload transport in the Rhône river upstream of Lyon, France (“canal de Miribel”), Catena, No.26, 209-226.

Schwarzkopf L.M., Schmincke H.U., Cronin S.J., 2005, “A conceptual model for block-and-ash flow basal avalanche transport and deposition based on deposits architecture of 1998 and 1994 Merapi flows”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.139, 117-134.

Texier P., Gaillard J.C., Lavigne F., 2008, “Les sociétés d'Asie du Sud-Est face aux menaces volcaniques: Entre phénomènes extrêmes et contraintes quotidiennes”, in Bertrand D., Rieutort L., Thouret J.C. (Eds.), Villes et volcans: Relations, représentations, pratiques. Presses de l'Université Blaise Pascal: Clermont-Ferrand, France, 71-95.

Thouret J.C, Gupta A., Lube G., Liew S.C., Cronin S.J., Surono,  2010, “The 2006 pyroclastic deposits of Merapi volcano, Java, Indonesia : High spatial resolution IKONOS images and complementary ground based observations”, Remote sensing of environment, No.114, 1949-1967.

Vallance, J.W., 2000, “Lahars”, in Sigurdsson H. et al., (Eds.), Encyclopedia of Volcanoes, Academic Press, San Diego, 601– 616.

Voight B., Sukhya R., Wirakusumah A.D., 2000a, “Introduction to the special issue on Merapi Volcano”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.100, 1-4, 1-8.

Voight B., Constantine E.K., Siswowidjoyo S. et Torley R., 2000b, “Historical eruptions of Merapi Volcano, Central Java, Indonesia”, Journal of Volcanology and Geothermal Research, No.100, 69-138.

Wirakusumah A.D., Juwarna H., Loebis H., 1989, “Peta geologi gunung Merapi, Provinsi di Daerah Istimewa Yogyakarta & Jawa Tengah”, Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi, Bandung.

Wisner B., Luce H. R., 1993, “Disaster vulnerability : scale, power and daily life”, GeoJournal, No.30.2, 127-140.

Yachiyo Engineering Co. Ltd, 2001, Review Master Plan study on Mt Merapi under Mt Merapi and Mt Semeru volcanic disaster countermeasures project, phase II. Tokyo, Japan, 7 vol.

Yachiyo Engineering Co. Ltd, 2009, Review Master Plan study on Mt Merapi under Mt Merapi and Mt Semeru volcanic disaster countermeasures project, phase II. Tokyo, Japan, 6 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les volcans de Java, Indonésie
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-1.png
Fichier image/png, 54k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 – Les sites de la Gendol avant l’éruption de 2010 (d’après enquêtes de terrain)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-4.png
Fichier image/png, 230k
Titre Figure 4 – Vue oblique du site de Kaliadem, vallée de la Gendol. Noter les chemins destinés au passage des camions formés directement dans les dépôts pyroclastiques composés de matériel très hétérogène et assez grossier. Sur la gauche, repérer le lobe brunâtre formé par l’effondrement d’une partie du versant oriental de la vallée. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5 – Nombre de camions arrivant et sortant de la Gendol par heures (moyenne des comptages bihebdomadaires réalisés d’avril à juillet 2010)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 2 – Prix d’achat et de vente du sable dans les magasins de revente (depot pasir) autour du Merapi avant l’éruption de 2010 (données Yachiyo, 2009, traduites et réorganisées)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6 – Évolution du revenu (en millions de rupiahs) des rétributions gouvernementales du district de Sleman (2003-2009, données du Bureau de l’Eau et des Mines de Sleman)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 7 – Un adolescent rebouche les ornières d’une route, ouest du Merapi (Cliché E. de Bélizal, 2008)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 8 – L’organisation du travail : le camion se rapproche le plus possible du site de creusement. On remarquera l’hétérogénéité du matériel du dépôt : blocs, cailloux, et fractions fines qui sont ici sélectionnées pour le remplissage du camion, par une équipe de 4 personnes. (Cliché E. de Bélizal, juin 2010)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 9 – Camion emporté par un lahar, sud du Merapi (Cliché F. Lavigne, 1995)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 10 – Organigramme illustrant le complexe extraction-risques à plusieurs échelles autour du Merapi (Conception : E. de Bélizal).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23555/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard de Bélizal, Franck Lavigne et Delphine Grancher, « Quand l’aléa devient la ressource : l’activité d’extraction des matériaux volcaniques autour du volcan Merapi (Indonésie) dans la compréhension des risques locaux », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 525, mis en ligne le 23 mars 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23555 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23555

Haut de page

Auteurs

Édouard de Bélizal

edouard.dbelizal@gmail.com
Doctorant-contractuel de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique CNRS.

Franck Lavigne

franck.lavigne@univ-paris1.fr
Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique CNRS.

Delphine Grancher

delphine.grancher@cnrs-bellevue.fr
Ingénieur de recherche, UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page