Navigation – Plan du site
2011

Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G. (dir), 2010, Villes et régions européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Lavoisier, Série Aménagement et Gestion du territoire, 345 p.

Clémentine Cottineau

Texte intégral

1Villes et Régions européennes en décroissance est l’ouvrage collectif de 24 universitaires français (Paris, Rennes et Clermont-Ferrand) et européens (Roumanie, Suède, Pologne, Italie, Portugal, Belgique et Allemagne). Ces auteurs proviennent en majorité du champ de la géographie, avec quelques contributions d’économistes et d’aménageurs. Comme l’indique le titre, deux objets guident la réflexion de cet ouvrage : la problématique de la décroissance (démographique) et celle de la cohésion des territoires dans le cadre européen. L’objectif est clairement explicité : il s’agit d’identifier les espaces en décroissance, leur évolution et les politiques qui y sont appliquées pour proposer des scenarii prospectifs et des choix politiques aux aménageurs et autres acteurs de la gestion du territoire à différentes échelles.

2Cette recherche fait suite à deux appels d’offres consacrés aux shrinking cities et shrinking regions, lancés en 2006 par l’ANR jeunes chercheurs et en 2007 par le Parlement européen. Comme il est rappelé tôt dans l’ouvrage, la préoccupation pour les villes et régions en décroissance, si elle n’est pas nouvelle, est tout de même un tabou récemment brisé sur le plan politique, relativement à la prégnance du phénomène : 57 % des villes centres moyennes et grandes de l’Union européenne perdraient de la population d’après l’Audit Urbain (p. 25). De plus, les auteurs font référence à une métaphore systémique pour poser l’hypothèse forte que la décroissance démographique n’est pas un processus anodin ni réversible, mais une véritable “bifurcation qui affecte durablement un système de peuplement, son fonctionnement et forcément les relations et les interactions entre les éléments qui en font partie” (p. 33). Ce livre s’adresse donc à la fois aux géographes, aux aménageurs et aux acteurs politiques des différentes échelles territoriales, afin qu’ils considèrent désormais le phénomène de décroissance comme un facteur décisif de l’évolution à venir des territoires, des sociétés et des activités qui les lient. Pour rendre cette complexité d’échelle et d’interaction, la recherche vise à articuler le lien entre décroissance démographique, économie, migration, vieillissement et fourniture de services dans les villes et régions européennes, sans oublier l’influence de l’Union européenne, des États et des collectivités locales dans la gestion de ces interactions.

3Une première partie s’attache à définir et décrire le phénomène de la décroissance en Europe, ainsi que ses mécanismes. Sont ensuite discutés les apports de différents niveaux d’observation pour étudier la décroissance, principalement la région et la ville. Enfin, l’ouvrage se clôt sur les enjeux de gouvernance multiscalaire que pose la décroissance des villes et régions européennes.

4Le choix de la traduction de Shrinking cities (regions) et Schrumpfende Städte (Regionen) en “villes et régions en décroissance” est explicité au regard de l’évolution de la notion depuis les années 1930 aux États-Unis, en Allemagne et au Japon (chapitre 2). L’expression est préférée aux adjectifs “rétrécissant”, “perdant” ou “en déclin”, principalement pour son sens statistique comptable et secondairement parce que “décroissant” peut aussi évoquer le mouvement économique alternatif de la décroissance. Si les auteurs se détachent de cette référence, elle réapparaît toutefois au cours de la lecture lorsque les stratégies locales d’acceptation et de gestion de la décroissance démographique sont vantées, dans certaines villes d’Allemagne orientale par exemple. L’approche statistique des évolutions démographiques en Europe permet à l’équipe de recherche de classer les régions de l’UE en quatre classes selon leur évolution démographique prospective entre 2005 et 2030 : régions dont la croissance est certaine ou probable, régions dont la décroissance est certaine ou probable. Cette typologie s’écarte du modèle standard de la transition démographique et révèle deux lignes de différenciation en Europe : une ligne Est-Ouest opposant un Ouest en croissance démographique et un Est en décroissance ; une ligne Nord-Sud opposant un Nord plutôt en décroissance et un Sud plutôt en croissance à venir.

5Les mécanismes auto-cumulatifs ou régulateurs de la décroissance démographique sont ensuite analysés. C. Grasland présente trois boucles de rétroaction : entre décroissance et densité de population au niveau local ; entre décroissance et vieillissement ; et entre décroissance et migration. Dans ce dernier cas, on pourrait espérer une boucle régulatrice entre décroissance et immigration. L’auteur montre au contraire que les régions en décroissance ont tendance à être moins attractives que les autres (p. 113). G. Van Hamme quant à lui cherche la relation entre décroissance et situation économique au niveau régional. Pour l’auteur, celle-ci n’existe pas dans les dynamiques, bien que les régions en décroissance “[soient] en moyenne les plus pauvres, [aient] des taux de chômage plus élevés et [aient] des structures économiques plus périphériques” (p. 131).

6La partie suivante s’appuie sur des études plus empiriques et fait intervenir des territoires-exemples, amarrant le propos à des situations concrètes dont l’évocation de différents aspects renforce l’argumentation et sa compréhension. Ainsi, les régions de l’Upper Norrland (Suède), de Basilicate (Italie), de Bretagne (France), de Saxe (Allemagne) ou de Moldavie (Roumanie) illustrent les différents types d’évolution démographique à venir en Europe. Les territoires-exemples tissent des fils empiriques que l’on retrouve tout au long de l’ouvrage.

7Notamment, la comparaison entre une région “en croissance certaine” (la Bretagne) et une région “en décroissance certaine” (la Basilicate) au chapitre 6 permet d’aborder la complexité des territoires régionaux et la nécessité d’aborder plusieurs niveaux géographiques pour analyser la décroissance, ses configurations spatiales et ses effets. Ainsi, par exemple, la Bretagne dans son ensemble est destinée à une croissance démographique certaine selon les projections d’Eurostat, mais ce n’est pas le cas pour toutes les communes la composant, en particulier les communes rurales isolées au centre de la région. Les chapitres de la deuxième partie évoquent la complexité de la décroissance en termes d’échelle, mais aussi de manifestations : de la tendance démographique aux aspects financiers des budgets locaux, en passant par les aspects physiques des démolitions ou vacances de logement. Les facteurs ayant favorisé la décroissance démographique sont présentés comme non moins complexes : ils articulent mondialisation, métropolisation, changement de régime politique et économique, etc.

8Enfin, les aspects de gouvernance de la décroissance sont analysés à différents échelons. Celui de l’UE est abordé via la politique de cohésion. En effet, il s’agit du levier le plus fort de l’Union pour aider les régions en décroissance (qui coïncident pour la plupart avec les régions “de convergence” de cette politique comptant pour un tiers du budget européen). L’État est invoqué au nom de son rôle “providentiel” de redistribution, de solidarité nationale et d’égalitarisme spatial. L’exemple du système de santé français montre la fragilité de ces ambitions et la difficulté de leur réalisation dans le contexte budgétaire, économique et démographique actuel. La région est abordée comme échelle d’impulsion et de transmission entre les niveaux supérieurs et les collectivités locales. Si les auteurs notent son rôle renforcé par la politique européenne de cohésion territoriale, ils rappellent que la région représente aussi le cadre des égoïsmes territoriaux (espagnols, allemands ou italiens). Enfin, les villes et les territoires locaux sont appelés à participer à la gouvernance territoriale de la décroissance. Les stratégies de villes comme Glasgow, Saint-Étienne ou Leipzig sont présentées comme la composante locale des initiatives de gestion de la décroissance (chapitre 11). En l’occurrence, deux stratégies s’opposent : la recherche de la croissance à Glasgow et Saint-Étienne, notamment par des mesures de marketing urbain (“villes du design”) ; au contraire du smart shrinking des bailleurs de logements sociaux de Leipzig, qui vise à réduire le parc de logements pour l’adapter au plus près des habitants (par des services sociaux ou environnementaux). L’ouvrage s’achève sur la présentation de scenarii prospectifs d’évolution et de gestion politique de la décroissance en Europe, ainsi que des préconisations des auteurs à tous les étages de la gouvernance territoriale cités ci-dessus.

9L’ouvrage a la qualité appréciable de ne pas cantonner la problématique de la décroissance à une discussion purement démographique et a-spatiale. Au contraire, il démontre l’intérêt d’une approche territoriale et inter-territoriale complexe permettant seule d’envisager la décroissance comme un processus complet et de mieux cerner les réponses à apporter à ce défi européen. L’unité de l’écriture et des chapitres reflète bien ce plaidoyer pour l’intégration des échelles et des disciplines. En effet, les vingt-quatre auteurs ont composé des chapitres à plusieurs mains (quatre à cinq en moyenne) avec une fluidité interne et externe, puisque les références aux chapitres précédents et suivants abondent dans le texte. Enfin, la bibliographie présente l’intérêt d’être en partie disponible en ligne, sur un site dédié à l’ouvrage : http://shrinking.ums-riate.fr/​index.php. Sur ce même site sont accessibles des cartes, graphiques et photos présents dans l’ouvrage, ainsi que des ressources liés aux thèmes du livre (notamment l’Atlas territorial de Roumanie et le logiciel HyperAtlas).

10Malgré l’accessibilité de ces ressources complémentaires, il est cependant à déplorer la relative rareté de cet ouvrage dans les bibliothèques et son prix élevé (95 €), qui risquent d’en limiter une diffusion souhaitable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Cottineau, « Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G. (dir), 2010, Villes et régions européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Lavoisier, Série Aménagement et Gestion du territoire, 345 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 29 avril 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23623

Haut de page

Auteur

Clémentine Cottineau

Etudiante en M2 Géoprisme, Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, clementine.cottineau@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page