Navigation – Plan du site
2011

Serigne Mansour Tall, 2009, Investir dans la ville africaine - Les émigrés et l'habitat à Dakar, Paris, Karthala, 286 p.

Armelle Choplin

Texte intégral

1Serigne Mansour Tall convie le lecteur à une visite étonnante de Dakar, loin du fameux quartier du Plateau qui domine la Presqu’île. Son ouvrage nous conduit en périphérie de la capitale sénégalaise, au-delà de la ville officielle, dans des quartiers, pour certains irréguliers, qui connaissent de profonds changements. C’est en effet dans ces franges urbaines qu’investissent aujourd’hui massivement les Sénégalais de l’extérieur.

2“Investir dans la ville africaine”, voilà une dynamique profondément spatiale qui s’est récemment généralisée parmi les migrants internationaux. Dans son passionnant ouvrage, Serigne Mansour Tall, géographe et aménageur sénégalais, se propose de décrypter, à partir du cas de Dakar, les liens entre deux faits récents majeurs : migration et transformations urbaines.

Dakar, capitale en chantier

3Le texte de Mansour Tall donne à voir l’Afrique de l’Ouest sous un angle nouveau, celui d’une région en voie d’urbanisation et en pleine mutation. Rompant ainsi avec une géographie africaniste traditionnellement centrée sur le monde rural, Mansour Tall incarne la nouvelle génération de chercheurs sénégalais qui invite à un renouvellement des paradigmes. La focale est désormais posée sur la ville, porte d’entrée de la mondialisation et en particulier sur la capitale (Chapitre 1). Dakar se verticalise, au centre-ville comme dans les lointaines périphéries. Les bâtiments “R+3” se dressent désormais en nombre dans le ciel dakarois tandis que les quartiers se densifient. Les formes et modèles architecturaux évoluent : carrelage, marbre, staff et faux plafonds agrémentent désormais façades et intérieurs. Ces transformations sont largement initiées par les migrants internationaux. Ces derniers sont qualifiés de “catalyseur du changement” par Jean-Luc Piermay, qui offre à son ancien doctorant une belle préface. Les descriptions de Dakar en chantier, qui se construit “parpaing par parpaing”, font d’ailleurs écho à l’ouvrage récent de son directeur de thèse sur “La ville sénégalaise, une invention aux frontières du monde” (Piermay, Sarr, 2007), auquel Tall avait d’ailleurs contribué.

L’émigré, nouveau promoteur urbain

4À travers une analyse fine des périphéries urbaines et grâce à un travail d’enquête auprès d’émigrés investisseurs, l’auteur montre combien les Sénégalais de l’extérieur, nombreux et actifs (Diop, 2008), sont devenus des acteurs urbains de premier ordre (Chapitre 2). Installés dans les pays de la sous-région (Mauritanie, Mali, Côte d’Ivoire), en Afrique centrale (Congo), en Europe (France, Italie, Espagne) ou encore aux États-Unis, la diaspora sénégalaise initie de nouveaux modes de fabrique urbaine. Après le village d’origine, c’est désormais dans la capitale qu’ils investissent et développent de véritables “compétences citadines” (Berry, Deboulet, 2000). A leur savoir-circuler s’ajoute désormais un savoir-investir. Jouant sur les frontières entre formel et informel, sur des règles foncières floues, ces migrants diversifient les modes de production immobilière en impliquant dans la gestion urbaine de nouveaux intermédiaires (pouvoirs locaux, réseaux de voisinage, délégués de quartiers). L’analyse de Mansour Tall permet alors de rompre avec la figure du migrant ouest-africain miséreux ou aventurier (Schmitz, 2008) ou encore de l’immigré doublement absent ici et là-bas (Sayad, 1999). Plus que jamais présent, l’émigré est devenu un véritable promoteur de la ville et producteur de morceaux de ville. En cela, il incarne l’élite urbaine émergente.

Transformations urbaines et mutations sociales

5Le lecteur se réjouira de lire des pages éclairantes sur les transferts d’argent (Chapitre 3). Pour nombre de migrants africains, investir dans le foncier apparaît comme un moyen de thésauriser l’argent gagné à l’étranger. Les risques sont moindres et les transferts sécurisés. Investir dans l’immobilier permet également d’asseoir la position du migrant : le bâtiment est symbole de réussite, laquelle peut être affichée de façon très ostentatoire. L’investissement foncier répond ainsi à des intérêts particuliers en permettant de dégager une forte rente locative. Aussi, comme le souligne J.-L. Piermay dans sa préface, on pourra reprocher aux migrants de spéculer et de faire “dormir leur argent” dans la pierre plutôt que de l’investir dans des secteurs productifs. Mais, comme l’explique Mansour Tall, “investir dans l’immobilier, c’est aussi investir dans le social” (p. 199). En faisant construire, l’émigré répond à un devoir familial puisqu’il peut loger les membres de sa famille. Par ailleurs, les transformations ne sont pas que physiques. Dans un quatrième et dernier chapitre, l’auteur évoque également de profonds changements sociaux : l’émigré peut déléguer la gestion de ses biens à des membres de sa famille (cadets, épouse). L’accès à la propriété devient alors un moyen pour certaines femmes émigrées et d’émigrés, transformées en chef de ménage, de gagner en indépendance. La structure familiale elle-même évolue puisque la taille des ménages est amenée à diminuer. Les réseaux se resserrent à leur tour sur la famille du migrant investisseur.

Mondialisation, néolibéralisme et privatisation “made in Africa”

6L’investissement des émigrés se révèle facilité par la défaillance de l’État (Chapitre 2). Depuis l’indépendance, celui-ci, principal propriétaire foncier, encadrait la construction et l’extension de la capitale. Mais, la mauvaise gestion et les politiques d’ajustement structurels des années 1980 ont entraîné un glissement des mécanismes de production foncière vers des filières informelles fortement monétarisées et privées. A l’évidence, l’État cherche à capter cette manne financière liée à la migration mais peine à l’encadrer. Avec la libéralisation, la ville elle-même semble “à vendre”, pour reprendre ici l’expression de B. Bertoncello, S. Bredeloup et J. Lombard (2008) qui parlent de “privatisation made in Africa”.

  • 1  Touba est la seconde ville du Sénégal en taille. Elle s’est développée grâce à l’argent de la très (...)

7Au-delà du seul cas de Dakar, ce travail montre l’importance prise par les stratégies foncières spéculatives dans les villes africaines et plus largement leur entrée dans la compétitivité internationale. L’ouvrage de Mansour Tall fait écho à de multiples travaux conduits récemment dans d’autres villes ouest-africaines et qui éclairent sur ces liens entre migration, mondialisation et mutations urbaines à l’heure du néolibéralisme. Nous pensons en particulier à ceux menés sur Touba1 (Gueye, 2002), Ouagadougou (Bertoncello, 2010), Nouakchott (Choplin, 2009), Bamako (Bertrand, 2003 ; 2011), Lomé (Gervais-Lambony, Nyassogbo, 2008 ; Spire, 2011).

8Le lecteur ne manquera pas de reprocher une écriture un peu rapide, répétitive par moments, voire décousue. L’économie générale de l’ouvrage aurait mérité une réorganisation pour une plus grande cohérence. Si le premier chapitre, qui revient sur les grands trais de l’urbanisation et de la migration sénégalaise, est assez clair, on comprend moins la structure du chapitre 2 qui porte à la fois sur l’État défaillant et l’émigré investisseur. Les logiques d’accès au sol de ce dernier sont de nouveau évoquées dans le chapitre 3 (qui porte initialement sur les transferts d’argent). Le chapitre 4 est de loin le plus maladroit, abordant pêle-mêle (et encore) les différentes formes d’investissement, les transformations des paysages urbains comme les changements sociaux. Ces quatre chapitres auraient pu facilement être refondus en trois, évitant ainsi les redites. Mais, ces problèmes de forme ne doivent pas faire oublier que cet ouvrage, d’une grande richesse, est d’un intérêt majeur pour comprendre cette Afrique urbaine en train de se faire. Le travail de Mansour Tall doit être envisagé comme un apport majeur non seulement pour le Sénégal ou les études africanistes, mais aussi sur la ville en général. Pour qui en doutait encore, cet ouvrage est la preuve que l’Afrique est belle et bien entrée dans la géographie urbaine…

Haut de page

Bibliographie

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le monde arabe : penser, faire et transformer la ville, Paris, Karthala ; Tours, Urbama ; Tunis, IRMC.

Bertrand M., 2003, “Mondialisation, marché foncier et dynamiques sociales à Bamako, Mali”, in Osmont A., Goldblum C., Villes et citadins dans la mondialisation, Paris, Karthala, 151-173.

Bertrand M., 2011, De Bamako à Accra. Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala.

Bertoncello B., 2010, “Diaspora, développement et urbanisation : des Burkinabè de l’étranger acteurs des projets urbains de Zaca et Ouaga 2000 à Ouagadougou (Burkina Faso)”, Annales de géographie, Vol. 675, No.5.

Bredeloup S., Bertoncello B., Lombard J. (dir.), 2008, Abidjan, Dakar : des villes à vendre ? La privatisation made in Africa des services urbains, Paris, L’Harmattan.

Choplin A., 2009, Nouakchott au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris, Karthala.

Diop M.-C., 2008, Le Sénégal des migrations, Paris, Karthala.

Gervais-Lambony P., Nyassogbo G., 2007, Lomé, dynamiques d’une ville africaine, Paris, Karthala.

Gueye C., 2002, Touba, la capitale des Mourides, Dakar, Enda ; Paris, Karthala, IRD.

Piermay J.-L., Sarr C., 2007, La ville sénégalaise : une invention aux frontières du monde, Paris, Karthala.

Sayad Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illusions aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

Schmitz J. (dir.), 2008, “Migrants ouest-africains, miséreux, aventuriers ou notables?”, Politique africaine, dossier spécial, No.109.

Spire A., 2011, L’étranger et la ville en Afrique de l’Ouest. Lomé au regard d’Accra, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1  Touba est la seconde ville du Sénégal en taille. Elle s’est développée grâce à l’argent de la très puissante confrérie mouride et à ses marabouts “urbanisants”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Serigne Mansour Tall, 2009, Investir dans la ville africaine - Les émigrés et l'habitat à Dakar, Paris, Karthala, 286 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 29 avril 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23625

Haut de page

Auteur

Armelle Choplin

Maître de conférences en géographie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, armelle.choplin@univ-paris-est.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page