Navigation – Plan du site
2011
533

Une géographie de la famille en Europe du Sud

A Geography of Family in Southern Europe
Thomas Pfirsch

Résumés

Alors que la famille entretient toujours des rapport étroits avec l'espace, les géographes s'y sont peu intéressés. Cet article montre l'apport d'une étude géographique de la famille en prenant l'exemple de l'Europe méridionale (Italie, Espagne, Grèce et Portugal), et en développant deux approches. La première s'intéresse à la famille comme groupe domestique. La composition des ménages et les modes de formation de la famille conservent en effet une forte originalité en Europe du Sud (poids du mariage, départ tardif des jeunes adultes, basse fécondité durable), ce qui remet en cause l'idée d'une convergence spatiale des structures familiales sur le vieux continent. Une seconde lecture géographique de la famille analyse les territoires tissés au quotidien par les relations de parenté, les familles fortes de l'Europe méridionale se singularisant par une grande concentration résidentielle qui a des effets sur les mobilités et les structures urbaines. Pour finir, on propose un cadre explicatif de la persistance de ce modèle familial sud-européen. Ce dernier est lié à une division des rôles particulière entre Etat, marché et famille apparue dans les années 1950 pour faire face à un processus d'urbanisation rapide et original.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que la famille constitue un thème central des sciences sociales, les géographes s'y sont curieusement peu intéressés. Est-ce à dire que la famille entretient peu de rapport avec l'espace ? En réalité, deux idées ont longtemps gêné la prise en compte du territoire dans les études sur la famille contemporaine. La première, déjà présente chez Durkheim, est celle d'une déterritorialisation progressive de la famille sous l'effet de l'urbanisation et de l'industrialisation. A la famille traditionnelle de la société rurale centrée sur la préservation d'un patrimoine grâce à une entraide importante entre parents, et donc nécessairement territorialisée, s'opposerait la famille contemporaine centrée sur les relations personnelles entre des individus indépendants économiquement de leur parenté, et où l'enracinement spatial et communautaire n'est donc plus indispensable (Durkheim, 1892 ; Parsons, 1943). La seconde idée est celle d'une convergence spatiale des structures familiales dans les pays occidentaux liée à l'essor des valeurs d'autonomie individuelle. Les grandes évolutions observées au cours des années 1970 en Amérique ou en Europe du Nord (déclin du mariage, instabilité conjugale croissante, développement des familles monoparentales et recomposées, réduction de la taille des ménages…) seraient amenées à se diffuser dans l'ensemble des sociétés occidentales développées, contribuant ainsi à terme à gommer les divergences nationales et régionales des structures familiales encore observables aujourd'hui (Roussel, 1992).

  • 1 Ce phénomène a d'abord été relevé par de grandes enquêtes statistiques sur la parenté menées aux Et (...)

2Une série d'études menées au cours des trente dernières années ont largement remis en cause ces deux idées reçues sur la famille dans les pays développés. Dès le milieu des années 70, de grandes enquêtes ont redécouvert la force de la parenté dans les sociétés urbaines occidentales1. Aux Etats-Unis comme en Europe, parents et enfants adultes, frères et sœurs, oncles et neveux continuent à résider à proximité les uns des autres tout au long de leur cycle de vie, dans la même ville ou la même province, et ils continuent également à se voir fréquemment et à s'apporter un soutien important, notamment pour l'acquisition d'un logement. L'urbanisation, l'industrialisation et l'essor de l'individualisme n'ont donc pas affaibli la parenté, qui conserve une forte cohésion sociale et spatiale, mais ils l'ont complexifié car les relations entre un individu et sa parenté font désormais l'objet d'une négociation constante, les relations familiales étant réaménagées et réinterprétées en fonction des aspirations individuelles. Outre cette redécouverte de la parenté, c'est aussi la géographie de la famille comme groupe domestique qui a été renouvelée ces dernières années, contribuant à remettre en cause l'idée d'une convergence de la structure des ménages dans les pays développés. L'Europe a joué ici le rôle de laboratoire car encouragées et facilitées par la construction européenne, les études comparatives se sont multipliées sur le vieux continent depuis les années 80. Or avec trente ans de recul, force est de constater aujourd'hui que la convergence annoncée n'a pas eu lieu : l'Europe se caractérise toujours par la coexistence de plusieurs modèles familiaux très différents entre le Nord, l'Est et le Sud du continent, et qui ne peuvent plus être interprétés uniquement comme des étapes différentes d'un même processus qui se diffuserait progressivement sur tout le continent, avec quelques années de décalage entre les pays du Nord, pionniers du changement, et les autres (Gullestad et Ségalen, 1995).

3L'espace apparaît donc aujourd'hui plus que jamais comme une clé de compréhension majeure de la famille contemporaine. En témoignent plusieurs études récentes sur le thème des rapports entre famille et territoire : « la famille dans tous ses espaces » titrait en 2005 un numéro du périodique Espaces et sociétés, tandis que la revue Urbanisme revisitait dans un numéro spécial de 2007 le vieux thème de l'intégration de la famille dans la ville… Le problème est que la grande majorité de ces travaux émanent de sociologues, d'anthropologues ou de démographes, mais pas de géographes, qui restent curieusement à l'écart du mouvement. Quelle peut être la contribution de ces derniers à ce regain d'intérêt pour les espaces familiaux ? Et comment construire une approche résolument géographique de la famille ?

  • 2 Du point de vue des structures familiales, la France se différencie en effet nettement des autres p (...)

4Le présent article entend apporter des éléments de réponses à ces questions, en développant l'exemple de l'Europe du Sud. Deux lectures géographiques de la famille seront ainsi proposées successivement, et appliquées aux pays d'Europe méridionale (limités ici au Portugal, à l'Espagne, à l'Italie et à la Grèce)2. La première consiste à faire une géographie des structures familiales, en s'intéressant surtout à la famille en tant que groupe domestique et en cartographiant les variations nationales ou régionales de la structure des ménages. Les pays d'Europe du Sud conservent en effet des structures familiales particulières sur le continent, qui se distinguent à la fois du point de vue de la composition des ménages (I) et des modes de formation de la famille (II). Mais la famille se prête aussi à une deuxième lecture géographique, centrée non pas sur la structure des ménages, mais sur les relations de parentèle et leur territorialisation à l'échelle locale. Là encore, les pays d'Europe méridionale constituent un laboratoire privilégié car les « parentèles fortes » d'Espagne ou d'Italie se caractérisent par des taux records de proximité résidentielle entre membres d'une même famille, qui se concentrent souvent dans les mêmes rues et les mêmes immeubles (III). En guise de conclusion, on proposera un cadre explicatif de la permanence de ce « modèle familial sud-européen », qui résulte avant tout d'un consensus social sur une répartition des rôles particulière entre Etat, marché et famille, établi dans l'après-guerre pour faire face à une urbanisation rapide et originale (IV).

La composition des ménages en Europe du Sud : des familles solides mais peu fécondes

  • 3 Rappelons que le "ménage" désigne un groupe domestique, soit un ensemble d'individus résidant sous (...)

5Une première approche géographique de la famille met l'accent sur les structures plus que sur les relations familiales, en cartographiant avec précision les variations nationales et régionales de la structure des ménages à l'aide de grands indicateurs statistiques. Comment la taille et la composition des familles varient-elles dans l'espace ? Quelles sont par exemple les régions où l'on trouve le plus de familles monoparentales, ou de cohabitations hors-mariage ? Il s'agit d'une approche quantitative fondée sur les données censitaires disponibles et donc centrée sur la famille comme groupe domestique (le ménage des statisticiens3), plus que sur la famille comme groupe de parenté. C'est aussi l'approche de la famille la plus connue en géographie, qui a été développée surtout par la géographie de la population.

6Appliquée à l'Europe du Sud, cette géographie des structures familiales se révèle intéressante car elle met en lumière les profondes différences qui marquent encore le vieux continent en matière de composition des ménages d'une part, et de modes de formation de la famille d'autre part. Ce faisant, elle permet de reposer le problème de la convergence familiale sur le continent. Les fortes particularités de la structure des ménages dans les pays d'Europe du Sud sont-elles dues à un simple retard méridional dans une évolution commune des familles européennes vers plus d'autonomie individuelle, ou relèvent-elles d'un modèle familial spécifique ? Et comment expliquer alors le maintien d'un tel modèle familial dans le Sud de l'Europe ?

  • 4 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 26
  • 5 Ibid., p. 12. Données Eurostat
  • 6 Ibid., p. 22. Données du conseil de l'Europe
  • 7 En raison d'un légalisation tardive du divorce dans les pays d'Europe méridionale : en 1970 pour l' (...)
  • 8 Ibid., p. 22. Données du conseil de l'Europe
  • 9 Ibid, p. 37. Données Eurostat

7En ce qui concerne la composition des ménages, les pays d'Europe méridionale (Espagne, Italie, Grèce et Portugal) connaissent en effet le triple mouvement de fragilisation / complexification / réduction de la taille des familles à l'œuvre dans la plupart des pays développés, mais avec un décalage chronologique et sur un mode atténué. Comme en France ou en Grande Bretagne, la taille des familles d'Europe méridionale s'est ainsi fortement réduite ces dernières années, passant par exemple de 3,6 à 3 personnes par ménage en Espagne entre 1980 et 20004. Cette diminution est due aux effets conjugués de la chute de la fécondité et de l'amélioration de l'offre de logements, qui a permis une diminution très forte de la « famille élargie ». Toutefois, dans le Sud de l'Europe la famille reste globalement plus « nombreuse » que dans le Nord du continent, et les écarts sont nets entre des pays comme la France avec 2,5 personnes par foyer, et la Grèce ou l'Espagne (3 personnes par foyer)5. Le même constat vaut pour une deuxième tendance commune à tous les ménages européens depuis les années 60 : leur fragilisation, liée à la hausse des séparations et des divorces. La divortialité a ainsi fortement augmenté ces dernières années dans les pays d'Europe du Sud avec une hausse de 26 % du nombre de divorces par mariage dans les 4 pays concernés entre 1995 et 20006. Mais cette hausse a commencé très tardivement, dans les années 19807, et en valeur le nombre de divorces y reste donc très faible au regard des standards nord-européens. En 2000, on comptait ainsi à peine 0,08 divorces par mariage en Italie, et 0,15 en Grèce et en Espagne, contre 0,38 en France et 0,5 en Suède8… Enfin, moins nombreuses et plus fragiles, les familles sud-européennes sont aussi devenues plus complexes, avec une hausse importante ces dernières années des familles monoparentales et des familles recomposées. Mais là encore, cette hausse intervient avec un temps de retard par rapport aux pays d'Europe centrale ou septentrionale, et en valeur, ce type de familles restent donc très peu nombreuses en Espagne, en Grèce ou en Italie au regard des moyennes européennes : les familles monoparentales représentaient par exemple à peine 0,7 % des ménages en Grèce en 2000, contre 2,8 % en France9.

  • 10 Données Istat, 2001.

8A première vue, ces grandes évolutions semblent donc conforter la thèse d'une convergence familiale européenne : les pays d'Europe du Sud connaîtraient aujourd'hui avec un temps de retard les grandes évolutions de la structure des ménages amorcées dans le Nord de l'Europe dans les années 70, et leurs spécificités actuelles seraient amenées à disparaître avec le temps… Mais la réalité est plus complexe et il faut se garder d'une lecture trop hâtive des grands indicateurs statistiques. Une même évolution peut en effet prendre des formes concrètes très différentes d'un pays à l'autre. C'est net en ce qui concerne la diminution de la taille des ménages. Si en France ou en Angleterre cette dernière se traduit par une forte augmentation des ménages isolés – jeunes adultes ou personnes âgées vivant seules –, ces derniers restent très peu nombreux en Europe du Sud où l'on vit rarement seul, tandis que les ménages composés de deux adultes sans enfants y sont fortement surreprésentés… De même, alors que la famille élargie est devenue très marginale en Europe du Nord, elle reste présente dans les pays d'Europe méridionale. Les ménages faisant cohabiter plusieurs générations d'adultes sous le même toit y sont certes devenus minoritaires (ils représentaient 7 % des ménages en Italie en 200110), mais ils restent une solution temporaire fréquemment utilisée pour faire face aux aléas de l'existence : on prend chez soi un de ses parents âgés après le décès de son conjoint, ou une femme retournera vivre quelques années chez ses parents après une séparation.

  • 11 Données Eurostat, 2005. Voir Eurostat, 2006
  • 12 Pour les pays d'Europe du Sud, les années 1945-1965 correspondent plutôt à une "pause dans un mouve (...)
  • 13 Rappelons que dans le modèle de la "deuxième transition démographique" (Van de Kaa, 1987), débutée (...)

9Plus solides et de plus grande dimension qu'en Europe du Nord-Ouest, les ménages de l'Europe méridionale sont cependant devenus très peu féconds. Après avoir longtemps eu l'une des fécondités les plus élevées du vieux continent et nourri d'importants flux d'émigration, l'Italie, l'Espagne, la Grèce et le Portugal ont depuis la fin des années 1980 des indices de fécondité parmi les plus bas du monde, variant de 1,2 à 1,5 enfants par femme11. C'est seulement dans les pays d'Europe de l'Est, où la natalité s'est brutalement effondrée après la chute du rideau de fer, que l'on peut aujourd'hui trouver des indices de fécondité plus bas. Certes, depuis 1995 la fécondité se reprend légèrement en Italie et en Espagne, mais cette augmentation reste très timide par rapport à la hausse de la fécondité observée en Scandinavie ou en France, où les indices tendent aujourd'hui à se rapprocher de deux enfants par femme… La divergence entre Europe du Sud et Europe du Nord Ouest apparaît d'autant mieux si on raisonne sur une plus longue durée. Commencée dès la fin du 18è siècle en Europe du Nord, la transition démographique s'est en effet diffusée tardivement dans les pays d'Europe méridionale, où la mortalité n'a commencé à baisser durablement qu'à partir des années 1890, et la fécondité dans les années 1930 (Coale et Watkins, 1986 ; Bardet et Dupâquier, 1998 ; Monnier, 2006). Tardive, la baisse de la fécondité a aussi suivi une courbe originale en Europe du Sud. Encore supérieure à 3 enfants par femme dans les années 1920-30, elle a commencé à baisser mais de manière assez lente et pour marquer une pause dans les années d'après-guerre, les pays d'Europe du Sud restant à l'écart du baby-boom que connaissait alors le reste de l'Europe de l'Ouest (Monnier, 2006)12. Ce n'est donc qu'à partir du milieu des années 1970 que la fécondité a véritablement chuté, s'effondrant rapidement de 2 à1,2 enfants par femme en 10 ans, alors que la baisse de la fécondité était plus beaucoup plus modeste ailleurs sur le continent. En Italie, en Espagne, en Grèce ou au Portugal, la « deuxième transition démographique »13 constitue donc vraiment la grande période de chute de la fécondité, alors que dans le reste de l'Europe de l'Ouest, c'est plutôt la première transition, et en particulier les années d'entre-deux guerre qui ont vu une baisse décisive de la fécondité (Monnier, 2006).


  • 14 Ainsi, selon une enquête de l'UE, en 1993 la proportion d'individus considérant qu'avoir un enfant (...)
  • 15 En 2000, le taux d'emploi des femmes de 30-39 ans était par exemple de 52 % en Italie et 44 % en Es (...)
  • 16 Ainsi la ville de Bologne possède l'une des meilleures offres d'Europe en matière de crèches et de (...)

10Comment expliquer cette basse fécondité durable en Europe du Sud, et ce alors que le désir et la valorisation de l'enfant y sont parmi les plus forts du vieux continent14 ? Deux facteurs jouent un rôle décisif. Le premier tient à la position des femmes sur le marché du travail et à la difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale, le second aux modèles culturels de formation de la famille de l'Europe méridionale. L'effondrement de la fécondité espagnole ou italienne dans les années 1970-80 correspond en effet à une entrée massive des femmes sur le marché du travail salarié, dans des pays urbanisés tardivement où traditionnellement le travail féminin avait plutôt lieu dans le cadre d'entreprises familiales. Le taux d'activité féminine d'Europe méridionale reste d'ailleurs encore aujourd'hui parmi les plus bas du continent. Il tourne autour de 50 % dans les quatre pays considérés, alors qu'il est proche de 70 % en France, au Royaume Uni ou en Allemagne15. Or les marchés du travail d'Europe du Sud se sont mal adaptés à cette augmentation récente des femmes salariées. Ils restent en effet marqués par un dualisme structurel entre un secteur officiel, protégé, et rigide (la protection sociale italienne ou espagnole est fondée sur le modèle du père de famille salarié à plein temps), et un large secteur informel, garantissant la souplesse nécessaire à la flexibilité du post-fordisme, et où les femmes, les jeunes et les immigrés sont fortement surreprésentés. Les emplois officiels à temps partiel, très répandus chez les femmes françaises, anglaises ou suédoises sont en revanche rares en Europe du Sud, où les femmes qui travaillent le font en général à plein temps (Jurado Guerrero et Naldini, 1996 et 2009 ; Monnier, 2006). De même, les congés parentaux existent mais sont courts (6 mois maximum en Italie) ou non rémunérés (en Espagne), ce qui rend difficile les interruptions de carrière pour les femmes. Le modèle en « courbe à deux bosses » du travail féminin anglais ou allemand, où les femmes travaillent à la sortie de leurs études, abandonnent leur emploi pour élever leurs jeunes enfants puis reviennent sur la marché du travail après 35 ans est aussi très rare en Italie ou en Espagne (Le Bras, 1995). Plus que les services de garde pour la petite enfance - dont le faible nombre en Europe du Sud est souvent dénoncé mais qui en réalité peuvent être bien développés localement et sont largement assurés par le recours aux domestiques logés16 – c'est cette difficulté à trouver des arrangements souples entre temps de travail et temps familial qui constitue un sérieux frein à la fécondité en Italie, en Grèce ou en Espagne, car elle pousse les femmes à reporter leur projet de maternité toujours plus tard, une fois leur position professionnelle assez solidement assise sur le marché de l'emploi salarié officiel.

11Mais ce retard de la maternité répond aussi à des facteurs culturels. Les racines de la basse fécondité sont également à rechercher dans les structures mêmes du système familial sud-européen. En Italie, en Espagne ou en Grèce, la force de la famille contribue paradoxalement à « étouffer la fécondité » (Le Bras, 1995). La procréation y reste en effet encore indissociable du mariage et de modèles assez traditionnels de formation de la famille, ce qui incite les jeunes adultes à repousser toujours plus loin leur projet de mise en couple, et donc de conception : après le mariage, après l'achat d'un logement etc… La carte de la fécondité européenne est ainsi étonnamment analogue à celle des naissances hors-mariage (figures 1 et 2). C'est dans les pays où les formes alternatives de formation de la famille sont le plus développées que la fécondité est la plus élevée. Et cela est aussi vrai à l'échelle régionale : la reprise de la fécondité en Italie et en Espagne depuis le milieu des années 1990 a d'abord concerné les régions septentrionales des deux pays, qui sont aussi les régions où les naissances hors-mariage sont les plus nombreuses. La basse fécondité italienne ou espagnole n'est donc que le symptôme d'un problème plus grave : la difficulté à quitter sa famille d'origine et à former un nouveau ménage. Paradoxalement, c'est dans ces pays à familles fortes que la formation d'une nouvelle famille apparaît aujourd'hui la plus tardive et la plus difficile en Europe occidentale…


La formation de la famille en Europe du Sud : centralité du mariage et « syndrome du retard »

12Plus encore qu'en matière de composition des ménages, c'est en effet dans le domaine de la formation de la famille que les pays d'Europe méridionale conservent les plus fortes spécificités par rapport à leurs voisin d'Europe centrale ou septentrionale. En Espagne, en Grèce ou en Italie, les familles sont encore en effet indissociables du mariage et souffrent d'un véritable « syndrome du retard », les jeunes adultes repoussant de plus en plus tard le départ de chez leurs parents.

  • 17 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 22. Données Eurostat de 1997.

13Certes, les pays d'Europe du Sud connaissent la même chute de la nuptialité que dans le reste de l'Europe. En Italie, en Espagne ou en Grèce, on se marie moins et on se marie plus tard, tandis que les unions informelles et les cohabitations hors-mariage ont fortement augmenté ces dernières années. Mais en valeur ces nouveaux modes de formation de la famille restent beaucoup moins répandus qu'en Europe du Nord. En 1997, 47 % des jeunes françaises de 16-29 ans vivaient en couple hors mariage, contre seulement 9 % en Italie, 10 % en Espagne, 15 % en Grèce et 11 % au Portugal17… Surtout, ces chiffres ne doivent pas faire illusion car ils recouvrent des réalités bien différentes au Nord et au Sud de l'Europe. Les cohabitations hors-mariage danoises ou suédoises viennent souvent se substituer au mariage, alors qu'en Italie ou en Espagne, elles ne font la plupart du temps que le précéder ou le suivre. Dans ces deux derniers pays, les unions de fait concernent en effet des jeunes adultes qui vivent quelques années ensembles avant de se marier, souvent à l'occasion de la naissance de leur premier enfant, ou alors des personnes divorcées qui n'ont pas voulu se remarier, ou pu le faire, notamment du fait des interdits de l'Eglise sur le remariage religieux… En Europe du Sud, l'essor des cohabitations informelles ne remet donc pas en cause la centralité du mariage. Alors qu'en France ou en Angleterre, c'est la naissance de l'enfant qui constitue véritablement un couple en famille aux yeux de la société et de la loi, en Europe du Sud cette reconnaissance sociale et légale est encore liée au mariage, les cohabitations informelles étant socialement acceptées avant tout comme des formes de transition vers le mariage et n'ayant aucun statut légal. La faiblesse du nombre de naissances hors-mariage dans les pays d'Europe du Sud est un signe clair du fait que le mariage constitue encore dans ces pays le fondement principal de la famille. Alors que les cohabitations informelles sont en nette augmentation depuis une décennie, les naissances hors-mariages progressent très lentement en Europe du Sud, et dans ce domaine les différences sont encore plus nettes avec les pays d'Europe septentrionale (figure 1).

  • 18 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 35. Données Eurostat, base "New Chronos"

14Encore largement liée au mariage, la formation de la famille est aussi de plus en plus tardive en Europe du Sud, et c'est sans doute là que la différence avec les pays du Nord du continent est la plus frappante. les jeunes d'Italie, de Grèce et d'Espagne quittent de plus en plus tardivement la maison de leurs parents, souvent bien après l'âge de trente ans, alors qu'ils ont déjà un travail relativement stable et gagnent leur vie. Les chiffres sont saisissants. En 2000, alors que moins de 7 % des jeunes français âgés de 30 à 34 ans habitaient encore chez leurs parents, c'était le cas de 29 % de leurs homologues espagnols, de près de 27 % des jeunes italiens, et de plus de 21 % des jeunes Grecs et Portugais du même âge18 (figure 3). Si le déclin de la nuptialité et l'essor de l'autonomie des individus se sont traduits en France et en Europe du Nord par une très forte progression des unions informelles et de modes alternatifs de formation de la famille, en Europe du Sud ils se sont plutôt accompagnés d'un rallongement de la famille, qui s'étale dans la durée.

Pourcentage des 30-34 ans résidant encore chez leurs parents, année 2000.

Source : Eurostat, base de données « New Chronos », 2000.


15Comment expliquer un tel phénomène ? Certains ont évoqué les difficultés des jeunes méridionaux à s'intégrer sur le marché du travail dans des pays marqués par un fort taux de chômage des jeunes, ou encore l'étroitesse de l'offre locative dans les pays de propriétaires que sont l'Espagne ou l'Italie. D'autres ont pointé les carences des Etats-providence d'Europe du Sud, où les politiques en faveur du logement et de la famille restent peu développées. Ces arguments sont pourtant insuffisants car le phénomène de la famille longue est aussi très important dans les classes supérieures et parmi les jeunes actifs diplômés, souvent bien insérés sur le marché du travail (Jurado Guerrero et Naldini, 1996). Les études les plus récentes penchent plutôt pour une lecture culturelle de ce syndrome du retard (Barbagli et aliter, 2003). En effet, les jeunes Italiens et Espagnols ont toujours quitté la maison de leurs parents très tardivement, et beaucoup plus tard que leurs homologues anglais ou français, où existait dès le 18è siècle la tradition de placer les jeunes en dehors du foyer d'origine pour la fin de leur éducation. Pour les historiens, ce sont en fait deux modèles culturels de formation de la famille qui s'opposent clairement sur le continent (Hajnal, 1983 ; Reher, 1998). En Europe du Nord, les jeunes quittent le foyer parental assez tôt, dès qu'ils peuvent assurer leur indépendance financière, et ils le font en général en dehors du mariage, en allant vivre dans des logements en location. En Europe du Sud en revanche, le départ de la famille d'origine se fait beaucoup plus tard, il ne coïncide pas avec l'entrée sur le marché du travail mais avec le mariage, et s'accompagne de plus en plus souvent de l'installation dans un logement en propriété en général acquis grâce à l'aide de la famille. Cette différence renvoie plus généralement à deux conceptions différentes de la famille, considérée surtout comme une instance de socialisation dans les pays d'Europe du Nord, alors qu'elle reste avant tout une instance de protection en Europe du Sud. L'ouverture des familles italiennes ou espagnoles à l'autonomie de leurs membres n'a pas remis en cause ce modèle de formation de la famille. Au contraire, elle tendrait paradoxalement à accentuer le syndrome du retard. Les parents espagnols ou italiens laissent en effet une plus grande liberté à leurs enfants adultes qui résident chez eux, mais restent en revanche attachés au respect de modes de formation de la famille assez traditionnels, liés au mariage et si possible à l'installation dans un logement en propriété. Pour leurs enfants, rester n'est donc pas ressenti comme une contrainte, tandis que partir impliquerait des choix lourds qu'ils ne sont pas forcément prêts à faire…

16Au total, cette géographie des structures familiales fait ressortir la persistance de modèles culturels familiaux très différents en Europe. Elle oblige à remettre en cause les théories d'une modernisation entraînant peu à peu une convergence familiale au sein des pays occidentaux. Les familles de l'Europe du Sud connaissent bien le mouvement d'autonomisation croissante de l'individu caractéristique de la famille contemporaine, mais cette autonomisation se fait ici dans la famille, qui reste une famille forte (Barbagli et aliter, 2003). En Italie ou en Espagne, on prend son autonomie non pas « de la famille », mais « dans la famille », au sein de parentèles très soudées qui jouent un rôle fondamental dans l'accès au logement et la solidarité face aux difficultés de la vie. Ces liens forts entre parents favorisent le maintien de certains modèles traditionnels (le poids du mariage notamment…) tout en accordant une grande autonomie aux individus dans la vie quotidienne, ce qui produit des effets paradoxaux sur les structures familiales. En Europe du Sud, les effets de l'autonomisation individuelle sur la famille sont donc soit atténués (les familles restent plus nombreuses, les divorces plus rares et les cohabitations hors-mariage moins diffuses), soit originaux par rapport aux modèles familiaux de l'Europe du Nord Ouest (la famille élargie peut se reconstituer temporairement, les jeunes adultes restent de plus en plus longtemps chez leurs parents, la fécondité s'effondre durablement…).

17On le voit, les liens forts dans la famille et les relations de parentèle apparaissent comme l'une des clés majeure de compréhension des évolutions de la structure des ménages en Europe du Sud, et il nous faut donc maintenant sortir des limites du logement pour analyser les modes de territorialisation de ces parentèles fortes dans l'espace local.

Les espaces de la parentèle en Europe du Sud : des familles fortes et concentrées localement

  • 19 Ce sont ici les anthropologues qui ont ouvert la voie, dès les années 1950, avec une série de monog (...)

18Une deuxième lecture géographique de la famille, pour l'instant peu développée, consiste en effet à reconstituer les territoires tissés au quotidien par les relations de parentèle. Où résident les membres d'une même parentèle ? Où se voient-ils dans la vie quotidienne ? Comment les visites et les contacts familiaux modifient-ils les mobilités ? A l'heure où l'on redécouvre la force de la parenté dans les sociétés contemporaine, ces questions apparaissent essentielles. Elles ont pourtant longtemps été ignorées par les géographes, habitués à travailler sur des ménages ou des individus, mais mal équipés pour raisonner sur des réseaux sociaux et leur spatialisation19.

  • 20 Voir Cioni, 1997, pp. 214-224. Il faut cependant préciser que la taille des communes italiennes (37 (...)
  • 21 Voir Hank, 2005, p. 30
  • 22 Proportion d'individus mariés et âgés de 18-64 ans ayant encore leur mère en vie en 1998. D'après d (...)

19En Europe du Sud, une telle approche s'avère d'autant plus indispensable que les parentèles y apparaissent extrêmement soudées et regroupées dans l'espace. Depuis le milieu des années 80, une série de grandes enquêtes ont bien montré cette spécificité de l'Europe méridionale. Par exemple, en 1994, la proportion d'enfants adultes venant de décohabiter et résidant dans la même commune que leurs parents était de 33 % en France, contre 61 % en Italie, soit presque une différence du simple au double20… En 2004 la majorité (51,2 %) des Italiens de plus de 60 ans habitaient dans le même appartement ou le même immeuble qu'un de leurs enfants, cette proportion était également très élevée en Espagne (45 %) et en Grèce (43,5 %), mais tombait à 15,3 % en France et 6,2 % au Danemark21 (figure 4). En Italie, cette proximité résidentielle entre parents atteint même des taux records : en 1998, les deux tiers des Italiens mariés habitaient dans la même commune que leur mère, 43 % d'entre eux habitaient à moins d'un km de chez elle, et 11 % résidaient dans un appartement du même immeuble qu'elle22. Globalement, toutes ces enquêtes permettent d'opposer deux cas de figure. Aux Etats-Unis ou en Europe du Nord-Ouest, la situation qui domine est celle d'une proximité familiale dans un rayon de 25 km qui met les parents les plus proches à moins d'une heure et permet des contacts hebdomadaires avec la parentèle, tandis que dans les pays d'Europe du sud, la règle est plutôt celle d'une proximité à l'échelle du quartier, de la rue ou de l'immeuble, qui permet des interactions quotidiennes avec la famille. Dans ces pays, le déclin de la famille élargie a en fait été remplacé par un modèle de proximité familiale dans le voisinage (Viazzo et Zanotelli, 2006 ; Barbagli et aliter, 2003).


  • 23 Les rares études locales donnent toutes des chiffres voisins. A Bologne en 1988, 11 % des femmes vi (...)

20Les mécanismes et les formes concrètes de cette proximité familiale en Europe du Sud demeurent cependant mal connus à l'échelle locale. Pour en cerner les principales caractéristiques, on se limitera donc au cas italien où quelques travaux récents ont permis de mieux décrire le phénomène (Barbagli, 1991 ; Vergati, 2000 ; Pfirsch, 2008 et 2009). Ainsi, l'une des formes de proximité familiale les plus répandues en Italie et en Europe du Sud est le regroupement familial en immeuble, c'est à dire le fait pour plusieurs ménages apparentés de résider dans des logements indépendants du même immeuble, souvent sur le même palier ou à des étages contigus. Ce modèle résidentiel peut parfois concerner près du quart des ménages : c'est le cas des petites villes d'Emilie Romagne, où en 1990 25 % des habitants avaient un membre de leur famille résidant dans un autre appartement du même immeuble…(Balbo et aliter, 1990). Ici le modèle de la « cohabitation familiale » dans le même logement où se côtoyaient plusieurs générations a fait place à une « quasi-cohabitation » familiale en immeuble (Balbo et aliter, 1990), où les différents ménages de la parentèle conservent leur indépendance domestique tout en maintenant une sociabilité permanente avec la famille étendue… Ces situations de semi-indépendance sont extrêmement diffuses dans toute la péninsule, contrairement à la famille élargie qui reste plutôt une caractéristique de la troisième Italie. Les regroupements en immeubles sont plus répandus dans les campagnes et les petites villes, où les stratégies d'agrégation familiale sont facilitées par la disponibilité foncière et les possibilités d'autoconstruction ou de réaménagements des maisons familiales. Mais ils sont également importants dans les grandes villes, où ils concernent près de 10 % des ménages23. Ils peuvent même atteindre des taux encore plus élevés dans les élites urbaines, à l'image de Naples où les vastes patrimoines immobiliers et les immeubles de famille des beaux quartiers sont mis à profit pour loger la parentèle (Pfirsch, 2008 et 2009). Mais la forme de proximité familiale la plus fréquente en Italie est plutôt celle du regroupement dans des rues voisines du même quartier, avec parfois un petit pôle d'agrégation en immeuble – souvent l'immeuble des parents où un enfant a pu emménager sur le même palier ou à l'étage supérieur, et qui joue alors le rôle de point de contact pour la parentèle - si bien que 5 ou 6 ménages apparentés vivent souvent dans un rayon de moins de 2 km. La figure 5 en montre plusieurs exemples dans les beaux quartiers de Naples (Pfirsch, 2009).


21On le voit, ces regroupements familiaux en immeubles et en rues voisines se caractérisent également par leur forte diffusion sociale et spatiale dans la péninsule. Ils concernent l'Italie du Nord comme le Mezzogiorno, les petites villes et les grandes métropoles. Même si la proximité familiale tend à diminuer en fonction de la taille des villes (Istat, 2001), elle reste tout de même importante dans les grandes agglomérations au regard des standards nord-européens : en 1996 47 % des couples romains habitaient dans le même quartier que l'un des parents des deux conjoints (Vergati, 2000). D'autre part, alors qu'en Angleterre ou en France, la proximité résidentielle familiale est plus élevée dans les classes populaires et a pu apparaître comme une caractéristique du « familialisme ouvrier » (Bonvalet et Maison, 1999, Schwartz, 1990), en Italie elle est forte dans toutes les catégories sociales, et atteint même les taux les plus importants dans les classes supérieures (Barbagli et aliter, 2003). Enfin, un dernier trait distinctif de cette proximité familiale en Italie est son extension à une parentèle élargie, au delà du noyau dur constitué par les anciens membres d'un même foyer conjugal : on réside à proximité de ses parents et de ses frères et sœurs, mais aussi d'oncles et de cousins (Cioni, 1997 ; Pfirsch, 2008a).

22En revanche, si la proximité familiale varie peu en intensité dans la péninsule, ses formes subissent des variations régionales assez nettes. On l'a vu pour la famille élargie, beaucoup plus répandue dans les régions de la troisième Italie, où elle renvoie à une tradition historique très ancienne (Barbagli et aliter, 2003). Mais c'est également le cas pour les lignes de parenté qui structurent la sociabilité et l'organisation résidentielle familiale. Ainsi, dans la majeure partie du pays, la proximité familiale ne suit plus de normes rigides et claires, les nouveaux ménages s'installant indifféremment à proximité de la famille du conjoint ou de la conjointe. En revanche, en Italie centrale et en Vénétie, les couples s'installent clairement à proximité de la famille du conjoint et ont plus de contacts après le mariage avec la famille de ce dernier (Barbagli, 1991). Au sein d'une Europe où les systèmes de parenté tendent à évoluer vers des systèmes cognatiques à inflexion matrilinéaire, les régions de la troisième Italie continuent donc à se singulariser par le maintien de pratiques patrilinéaires. Le maintien d'une diversité régionale en matière d'organisation résidentielle et relationnelle familiale concerne d'ailleurs aussi l'Espagne, où les ménages complexes sont encore aujourd'hui nettement surreprésentés dans le Nord du Pays (en Catalogne, dans le Pays Basque et en Galice), régions traditionnelles de la famille souche (Reher, 1997).

23Le maintien de cette diversité régionale est un autre élément important de divergence entre l'Europe du sud et l'Europe du Nord. L'Europe moderne se caractérisait par une très forte diversité régionale des modèles de relations familiales, les coutumes d'héritages et les pratiques résidentielles variant considérablement en fonction des systèmes agraires au sein des différents Etats (Todd, 1990), et même parfois à l'échelle d'une même région (Delille, 1988). Cette diversité a aujourd'hui largement disparu en Europe du Nord Ouest, où la famille nucléaire a très tôt été majoritaire et où les systèmes de parenté ont évolué vers des systèmes cognatiques à inflexion matrilinéaire. Mais elle se maintient encore partiellement en Europe du Sud, où même si le modèle de la famille nucléaire et de la parenté cognatique domine partout, certaines régions ont conservé une proportion importante de ménages complexes ou de pratiques patrilinéaires. Comme l'avait bien souligné Emmanuel Todd, les modèles d'organisation résidentielle et relationnelle de la famille évoluent lentement et font preuve de plus d'inertie que les comportements démographiques ou les modes de formation des ménages (Todd, 1990) : alors que les écarts régionaux de fécondité – très importants pendant toute la transition démographique en Italie ou en Espagne – se sont considérablement amoindris ces dernières années en Europe du Sud, la diversité régionale y reste forte dans le domaine de la famille élargie ou des « lignes de parenté » de la sociabilité familiale.

  • 24 Chiffres issus d'une compilation de statistiques nationales pour les années 2000 et suivantes (Pogg (...)
  • 25 Ainsi, au milieu des années 1990, la durée des prêts immobiliers en Italie n'excédait pas 10 ans et (...)
  • 26 Rappelons que cette force de la propriété du logement en Europe du Sud n'a rien d'un trait culturel (...)

24Comment expliquer une telle concentration territoriale des familles de l'Europe méridionale ? Des facteurs économiques sont souvent invoqués, l'entraide familiale dans la vie quotidienne étant ici indispensable face à des systèmes d'assistance publique incomplets ou à des Etats méditerranéens peu enclins à aider directement les familles. Mais si cette explication peut jouer pour les classes populaires, elle rend mal compte de la proximité familiale dans les classes supérieures, qui pourraient a priori se passer du soutien économique de leur famille dans la vie quotidienne. En réalité, l'intensité et la diffusion de la proximité familiale en Europe du Sud renvoient à deux facteurs principaux : un système d'accès familial au logement d'une part, et un modèle culturel familial valorisant les liens forts dans la parentèle de l'autre. Des études récentes ont bien montré la présence d'un système d'accès au logement spécifique dans les pays de l'Europe méridionale (Allen et aliter, 2004 ; Poggio, 2006 ; Jurado et Guerrero, 2009). L'Italie, la Grèce, le Portugal et l'Espagne se singularisent en Europe par des taux records de ménages propriétaires de leur logement (82 % de ménages propriétaires en Espagne et 71 % en Italie, contre seulement 56 % en France et 45 % en Allemagne au début des années 200024), alors que l'offre locative privée y est très réduite et le parc de logements sociaux peu développé. Or, face à l'absence d'une intervention publique ambitieuse dans le domaine du logement et au faible développement du marché officiel du crédit25, cette accession à la fois massive et récente à la propriété26 a été possible grâce à des filières relationnelles et familiales souvent informelles (autoconstruction familiale parfois « abusive », donations de logements de famille, achats de logements par les parents…). Ce système d'accès familial au logement exerce donc une rétention très forte sur les individus – et en particulier sur les jeunes, totalement dépendants de l'aide familiale pour se loger – et ce d'autant plus qu'il a eu tendance ces dernières années à s'articuler avec le modèle traditionnel de formation de la famille fondé sur le mariage. En Italie ou en Espagne, les jeunes adultes ne « s'installent » pas, ils sont en quelque sorte « installés » par leurs parents, qui leur achètent ou leur mettent à disposition un logement à l'occasion de leur mariage et le font en général à proximité de chez eux, contribuant ainsi à retenir leurs enfants dans le territoire familial d'origine.

  • 27 Voir BARBAGLI et aliter, p. 203

25A ces mécanismes familiaux de l'accès au logement vient s'ajouter un autre facteur pour expliquer la très forte proximité familiale, c'est l'attachement à un « style de vie essentiellement fondé sur les interactions constantes entre membres de la parentèle » (Barbagli et aliter, 2003, p. 203), typique des systèmes de parenté à liens forts de l'Europe méridionale. En effet, alors qu'en France ou en Europe du Nord-Ouest, le départ des jeunes du foyer parental constitue une rupture importante dans la fréquence et l'intensité des contacts entre parents et enfants, qui se fondent moins sur le face à face, en Italie, en Grèce ou en Espagne, « les groupes primaires continuent à se fonder sur la permanence des relations de face-à-face » (Höllinger et Haller, 1990, p. 107), les contacts directs entre parents et enfants adultes restant très fréquents tout au long du cycle de vie. Ainsi, les pays d'Europe du Sud qui se caractérisent par les plus forts taux de proximité familiale, sont aussi ceux où les contacts au sein de la parentèle sont les plus fréquents (figure 6) : en 1994, 71 % des personnes âgées italiennes voyaient un membre de leur famille tous les jours, contre seulement 46 % en Allemagne, 34 % en France et 14 % au Danemark27. De plus, ces contacts physiques et quotidiens sont valorisés en Europe du Sud, là où en Europe du Nord Ouest, c'est plutôt la « bonne distance » qui est recherchée avec la famille, soit une distance qui permette de garder son indépendance tout en conservant des contacts réguliers. Plus que la nécessité matérielle de s'appuyer sur la solidarité familiale dans la vie quotidienne, c'est cet attachement plus général à un mode de vie fondé sur la fréquence des relations de face à face dans la famille qui explique les taux records de proximité résidentielle familiale en Europe du Sud.


26Mais ce modèle sud-européen de proximité familiale produit à son tour des effets à plus grande échelle. Les stratégies d'agrégation familiale orientent les mobilités des individus, suscitent la diffusion de types d'habitat particuliers, modifient les mécanismes du marché du logement, et constituent donc une clé de compréhension majeure de l'organisation spatiale des sociétés de l'Europe méridionale. Leur impact géographique reste peu étudié, mais apparaît pourtant essentiel dans deux domaines : la mobilité résidentielle, et la géographie sociale des villes. Ainsi, pour certains travaux récents, le modèle de proximité familiale serait à l'origine de la faible mobilité résidentielle caractéristique des pays d'Europe méridionale depuis la fin de la grande période d'exode rural des années 50-80 (Poggio, 2006 ; Fernandez Cordon et Leal, 2006 ; Allen et aliter, 2004). Ainsi, en 1991, seuls 5,3 % des ménages espagnols avaient déménagé au cours de l'année précédente contre plus de 9 % des ménages français, britanniques ou suédois (Allen et aliter, 2004, p. 45). Mais il faut tenir compte du fait que le système d'accès informel au logement rend la mobilité résidentielle réelle plus difficile à mesurer par les recensements officiels, les occupations à titre gratuit – et pas toujours déclarées- dans des logements de famille étant particulièrement nombreuses en Europe du Sud (Poggio, 2006 ; Pfirsch, 2008 ; Lungarella, 1999). Dans les classes supérieures napolitaines, le modèle résidentiel de proximité familiale peut ainsi s'accompagner d'une assez forte mobilité géographique. Le type de parcours résidentiel majoritaire y prend la forme de « boucles familiales » (Pfirsch, 2008 et 2009) : les phénomènes de rappels familiaux (Bertaux-Wiame, 1991) sont en effet très fréquents en Espagne ou en Italie, où après une période de forte mobilité nationale ou internationale durant la longue phase de « training » qui suit la fin de leurs études, les jeunes adultes retournent s'installer à proximité immédiate de chez leurs parents, dans les rues voire les immeubles où ils ont passé leur enfance… Ces mobilités originales ont aussi des effets importants sur la structure des villes sud-européennes, et en particulier sur leur structure socio-spatiale. Ainsi, des études récentes ont fait du modèle de proximité familiale l'un des principaux facteurs explicatifs de la faible ségrégation sociale des villes de l'Europe méditerranéenne. A Madrid et Athènes par exemple, l'attachement à la proximité de la famille aurait favorisé une inertie des formes traditionnelles de répartition des catégories sociales dans l'espace urbain, les jeunes adultes tendant à se réinstaller dans leur quartier d'origine même lorsqu'ils ont connu une phase d'ascension socioprofessionnelle (Maloutas, 1995 ; Fernandez Cordon et Leal, 2006). A Naples, au contraire, les stratégies d'agrégation familiale n'ont pas constitué un frein systématique à la mise en place de processus ségrégatifs dans la ville. Elles ont plutôt agi en catalyseur du mouvement de la ville et tendent aujourd'hui à solidifier une géographie sociale qu'elles ont au contraire contribué à redistribuer durant les périodes de forte expansion urbaine de la fin du 19è siècle ou des années 50-70, les départs en banlieue s'étant souvent effectués en famille, avant d'être suivis aux générations suivantes par des phénomènes de rétention familiale (Pfirsch, 2008). On le voit, dans des villes d'Europe du Sud marquées par un attachement à la fréquence des contacts dans la parentèle, ce sont les familles, plus que les individus, qui sont les « véritables acteurs de la transformation urbaine » (Zalio, 1999, p. 182). Pour être bien comprise, la géographie des villes italiennes, espagnoles ou grecques nécessite une prise en compte attentive des espaces tissés au quotidien par les réseaux de relation familiale.

A la recherche d'un cadre explicatif : famille, Etat et marché en Europe du Sud

27Au total, ce détour par l'Europe méridionale aura montré les rapports étroits que la famille entretient encore avec le territoire, et ce dans sa double dimension de groupe domestique et de groupe de parenté. La structure des ménages varie toujours fortement dans l'espace : l'évolution commune des familles européennes vers plus d'autonomie individuelle n'a pas fait disparaître la diversité des modèles familiaux du vieux continent, qui s'y sont adaptés de manière différente. En Europe du Sud, l'autonomisation individuelle se réalise « dans la famille » (Barbagli et aliter, 2003), et ses effets sur les structures familiales sont donc soit atténués (les divorces sont plus rares et les cohabitations hors-mariage moins diffuses), soit originaux par rapport aux modèles familiaux de l'Europe du Nord Ouest (les jeunes adultes restent de plus en plus longtemps chez leurs parents, la fécondité s'effondre durablement…). Mais surtout la famille comme groupe de parenté continue à avoir une base territoriale forte dans les sociétés urbaines développées. En Italie, en Grèce ou en Espagne, le déclin de la famille élargie a fait place à un modèle résidentiel de proximité familiale dans l'espace local servant de support à des contacts quasi quotidiens au sein de la parentèle. Il existe donc bien un « modèle familial sud européen » (Jurado Guerrero et Naldini, 1996) caractérisé par la centralité du mariage, une formation tardive et difficile des nouveaux ménages, une fécondité très basse et des liens forts et territorialisés avec la parentèle. Ce modèle est original et durable, et ne peut être interprété comme une forme de retard ou de transition vers un modèle familial « moderne » incarné par les pays d'Europe du Nord Ouest. Il ne se résume pas à la conciliation entre des traits « traditionnels » (le poids du mariage) et « modernes » (la basse fécondité), puisqu'il prend également des formes originales par rapport aux modèles familiaux du Nord de l'Europe, le rallongement de la famille et la diffusion des formes de « quasi-cohabitations familiales » en sont les exemples les plus frappants.

28Comment alors interpréter cette divergence durable de l'Europe du Sud en matière de structures familiales ? En guise de conclusion, on voudrait proposer un cadre explicatif différent de celui souvent invoqué du retard de la modernisation des sociétés d'Europe méridionale. Le modèle familial sud-européen doit plutôt s'interpréter comme le fruit d'une division des rôles particulière entre État, marché et famille apparues dans les années 1950 pour faire face à un processus d'urbanisation rapide et original, et ce dans un contexte politique marqué par la présence ou le souvenir de régimes autoritaires (Leontidou, 1990 ; Allen et aliter, 2004 ; Jurado Guerrero et Naldini, 2009).

29En effet, le Portugal, l'Italie, la Grèce et l'Espagne se distinguent en Europe par un modèle particulier d'État-providence, souvent qualifié de familialiste (Esping-Andersen, 1990 ; Allen et aliter, 2004 ; Jurado Guerrero et Naldini, 2009). Le rôle de l'État y reste subsidiaire, ce dernier n'intervenant que lorsque les familles ou la société civile (et en particulier les Églises) ne peuvent assurer seules la sécurité sociale. L'intervention de l'État y est donc limitée à certains secteurs, son action se concentrant sur les retraites, l'éducation et la santé, mais ignorant largement le problème du logement et la politique familiale. On l'a dit, le logement social et les aides publiques directes au logement sont très peu développées dans les pays d'Europe du Sud, l'accès au logement des classes moyennes et populaires se faisant alors par des filières familiales et informelles longtemps tolérées par des États clientélistes contents de trouver là un moyen de négocier un consensus politique (Allen et aliter, 2004). Enfin, les États-providences sud-européens protègent surtout les chefs de famille qui touchent l'essentiel des transferts, les aides aux femmes ou aux jeunes dépendant essentiellement de la solidarité intrafamiliale (Jurado Guerrero et Naldini, 2009). Ce caractère incomplet et subsidiaire des États-providences place donc la famille au centre de la protection sociale et de l'accès au logement dans les pays de l'Europe du Sud et constitue un facteur direct de la très forte concentration territoriale des parentèles italiennes, grecques ou espagnoles. Du coup, cette centralité de la parentèle favorise aussi le maintien d'une culture plus normative de la famille, qui a permis la perpétuation en Europe du Sud de modes de formations de la famille traditionnels et fondés sur le mariage. Si elles laissent une grande liberté aux jeunes vivant sous leur toit, les familles espagnoles ou italiennes restent attachées à des normes assez strictes de sortie de la famille qui, on l'a vu, sont largement responsables du syndrome du retard et partant de la très basse fécondité. Mais si elle est liée aux carences de l'Etat providence, la force de la famille est aussi favorisée par les spécificités du marché du travail de l'Europe méridionale. Les quatre pays étudiés se caractérisent en effet par l'importance de la petite entreprise familiale, ainsi que par un dualisme du marché du travail salarié, où un large secteur informel – où les femmes et les jeunes sont surreprésentés - s'oppose à un secteur légal protégé mais rigide. Ce dualisme contribue fortement à la basse fécondité dans la mesure où les femmes atteignent tardivement un emploi stable, et ne peuvent ensuite concilier avec souplesse temps de travail et temps familial du fait des rigidités du secteur formel. Il renforce également le système d'accès familial au logement et la course à la propriété puisque face à des emplois précaires et mal payés, la propriété du logement – qui ne peut être acquise que grâce au soutien familial - est utilisée comme instrument de protection sociale et d'enrichissement (Poggio, 2008), contribuant à son tour à retarder le départ des jeunes adultes et à les retenir ou les ramener dans le territoire d'origine de leur famille. On le voit, il est vain de vouloir opposer une approche « culturelle » (la persistance de modèles culturels typiques des systèmes familiaux à liens forts) et une approche « objective » (les carences de l'État-providence et les dysfonctionnements du marché du travail ou du logement) pour expliquer la divergence familiale sud-européenne. Culture normative de la famille, État-providence incomplet et dualisme du marché du travail font en réalité système et se renforcent l'un l'autre, contribuant à maintenir la centralité du mariage, à retarder la formation de nouveaux ménages, et à territorialiser les familles…

30Cette répartition des rôles entre État, famille et marché fait l'objet d'un consensus social fort dans les quatre pays étudiés, mais ce consensus est lié à un contexte historique particulier et n'est pas immuable. Il s'est mis en place dans les années 1950 en Italie, et un peu plus tard dans les autres pays, pour permettre aux pays d'Europe du Sud de faire face à un processus d'urbanisation rapide et original. Ces derniers n'ont en effet connu un véritable exode rural qu'au lendemain de la Seconde guerre mondiale (un peu plus tard pour le Portugal et la Grèce), et surtout, l'urbanisation y a suivi des formes assez différentes qu'en Europe du Nord-Ouest. Mis à part en Catalogne, au Pays Basque espagnol et dans les régions du triangle industriel italien, l'urbanisation des pays d'Europe du Sud a en effet été largement déconnectée du processus d'industrialisation fordiste (Leontidou, 1990 ; Allen et aliter, 2004). Le moteur de l'urbanisation y a plutôt été la crise du monde rural et l'essor du tertiaire urbain, sous forme d'un marché du travail dual associant l'administration publique et les services aux personnes dans le secteur informel. Dans ces conditions, face à une main d'œuvre peu qualifiée et de toutes façons abondante, les politiques du logement visant à fixer la main d'œuvre étaient moins nécessaires, tandis que le laisser-faire dans les domaines du logement et de l'extension urbaine permettait à la population de compenser des emplois précaires ou mal payés par une accession massive et familiale à la propriété, et au pouvoir politique de négocier un soutien populaire par la constitution de clientèles. Cette urbanisation originale s'est en effet déroulée en Europe du Sud dans un contexte de transition politique. Dans les dictatures espagnole, grecque et portugaise, l'accession familiale au logement et la tolérance vis à vis de la petite entreprise familiale et de l'économie souterraine ont clairement joué le rôle de soupape de sûreté au cours des années 60, tandis que l'appui des régimes sur les Églises pour contrôler la société a favorisé le maintien d'une culture plus normative de la famille et du poids du mariage, même après la transition démocratique. En Italie, le souvenir des politiques natalistes du fascisme a également pesé, en rendant suspecte toute intervention de l'État dans le domaine de la famille jusqu'à la fin des années 1990, tandis que le poids historique du Vatican dans le pays favorisait le maintien d'une conception subsidiaire du rôle de l'État et de modèles traditionnels de formation de la famille.

  • 28 Les domestiques logés dans les familles sont nombreux en Espagne et en Italie, y compris dans des f (...)

31La question est donc aujourd'hui de savoir si ce consensus autour des rôles de l'État, de la famille et du marché n'est pas en train de se fissurer du fait du changement profond du contexte économique et social en Europe du Sud ces 20 dernières années. Mis à part au Portugal, le grand mouvement d'urbanisation est en effet achevé en Europe méridionale, alors que les taux de propriétaires arrivent à saturation. Les inégalités sociales et intergénérationnelles tendent à s'accentuer entre la majorité de propriétaires et les autres, pour lesquels l'accès au logement se révèle de plus en plus difficile dans un contexte de hausse forte des prix de l'immobilier. Le système d'accès familial au logement et à la propriété apparaît particulièrement inadapté face à l'afflux de l'immigration étrangère dans les quatre pays étudiés depuis le début des années 1990 : les immigrés ne peuvent bénéficier de ce système et sont relégués dans les segments les plus précaires du marché locatif privé (Allen et aliter, 2004 ; Poggio, 2008). Enfin, l'accélération du vieillissement, couplé au syndrme du retard, fait peser un poids de plus en plus lourd sur les familles – et en particulier sur les femmes – ce qui suscite une demande croissante d'une intervention de l'Etat et de la mise en place d'une véritable politique familiale, en particulier en Espagne et en Italie (Guerrero Jurado et Naldini, 2009). Ces évolutions contribueront-elles à faire converger le modèle familial sud-européen vers les standards de l'Europe du Nord-Ouest ? Rien n'est moins sûr, du fait de la capacité du modèle familial sud-européen à intégrer les changements et développer des solutions originales. La question du vieillissement et de la dépendance y est ainsi en partie résolue par le recours à des services privés subventionnés par l'État, et en particulier par le recours aux domestiques logés dans les familles, phénomène massivement répandu en Europe du Sud alors que les institutions d'accueil pour les séniors y restent très peu développées28. L'étude des modes d'adaptation des parentèles fortes et territorialisées de l'Europe du Sud au nouveau contexte de la mondialisation, du vieillissement et de la périurbanisation apparaît donc comme un champ particulièrement fécond.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Allen J., Barlow J., Leal J., Maloutas T., Padovani L., 2004, Housing and Welfare in Southern Europe, Oxford, Blackwell.
DOI : 10.1002/9780470757536

Balbo L., May P., Micheli G., 1990, Vincoli e strategie della vita quotidiana, Milan, Franco Angeli.

Barbagli M., 1991, « Linee di parentela », Polis, 5-20.

Barbagli M., Castiglioni M., Dalla Zuanna G., 2003, Fare famiglia in Italia, Bologne, Il Mulino.

Bardet J-P., Dupâquier J., 1998, Histoire des populations de l'Europe, 3 vol. , Paris, Fayard.

Bertaux-Wiame I, 1991, « La force de rappel des liens familiaux. Rapports intergénérationnels et trajectoires familiales », in Bawin Legros B. et Kellerhals J. (dir), Relations intergénérationnelles, Genève, Université de Liège, pp. 185-196.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir.), 1999, La famille et ses proches. L'aménagement des territoires, Paris, PUF.

Bonvalet C., D'Arbonville D. (dir.), 2006, Quelles familles ? Quels logements ? La France et l'Europe du Sud, Paris, INED.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonvalet C., Lelièvre E., 2005, « Les lieux de la famille », Espaces et sociétés, n° 120-121, pp. 99-123.
DOI : 10.3917/esp.120.0099

Bonvalet C., Maison D., 1999, « Famille et entourage : le jeu des proximités », in Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir.), La famille et ses proches. L'aménagement des territoires Paris, Puf, pp. 27-69.

Bott E., 1957, Family and Social Network, Londres, Tavistock.

Chauviré Y., Noin D. (dir.), 1995, Atlas de France, vol. 2 : Population, Paris – Montpellier, Reclus- La documentation française.

Cioni, E. 1997, « Il sistema di parentela », dans Barbagli M. et Saraceno, C. (ed), Lo stato delle famiglie in Italia, Il Mulino, Bologne, pp. 214-224.

Coal A.J., Watkins S.C., 1986, The Decline of Fertlity in Europe, Princeton, Princeton University Press.

Delille G., 1988, Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli (XV-XIX secolo), Turin, Einaudi.

Durkheim E., 1892, « La famille conjugale », cours de 1892, Revue philosophique, 1921, et réédité dans Durkheim E., Textes III, Paris, Minuit, 1975, pp. 35-49.

Eurostat, 2006, Population in Europe 2005, first results, mis en ligne en 2006.

Esping-Andersen G., 1990, The Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity Press.

Fernandez Cordon J-A, 2006, « La situation démographique en France et dans les pays d'Europe du Sud », dans Bonvalet C. et D'arbonville D. (dir.), Quelles familles ? Quels logements ? La France et l'Europe du Sud, Paris, INED, pp. 11-41.

Fernandez Cordon J.A, Leal J., 2006, « Dynamique des ménages et comportements résidentiels en Espagne », dans Bonvalet C., D'Arbonville D. (dir.), Quelles familles ? Quels logements ? La France et l'Europe du Sud, Paris, INED, pp. 67-109.

Gullestad M., Segalen M. (dir.), 1995, La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hajnal J., 1983, « Two Kinds of Preindustrial Household Formation Systems », in Wall R. et al., Family Forms in Historic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 65-104.
DOI : 10.2307/1972376

Hank K., 2005, « Spatial proximity and contacts between elderly parents and their adult children. A european comparison », Discussion Papers, n° 510, DIW Berlin.

Höllinger F., Haller M., 1990, « Kinship and social networks in modern societies: a cross-cultural comparison », European Sociological Review, 6, pp. 103-124.

Istat, 2001, Parentele e reti di relazioni, « argomento », Rome.

Jurado Guerrero T., Naldini M., 1996, « Is the South so different? Italian and Spanish Families in a Comparative Perspective », South European Society and Politics, pp. 42-66.

Jurado Guerrero T., Naldini M., 2009, « Families, Markets and Welfare States. The Southern European Model », communication au 7è colloque de l'ESPAnet, Urbino, 17-19 sept 2009, http://www.espanet-italia.net/conference2009/paper2/3-Jurado-Naldini.pdf

Le Bras H., 1995, « Fécondité, condition de la perpétuation. Evolutions divergentes en Europe », dans Gullestad M., Segalen M. (dir.), La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, La découverte, pp. 23-44.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Leontidou L., 1990, The Mediterranean City in Transition, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511522208

Lungarella R., 1999, « Indizi sulla vita quotidiana in Emilia-Romagna : i luoghi dell'abitare e le solidarietà familiari », Metronomie, n° 15, pp. 173-186.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Maloutas T., 1995, « Ségrégation urbaine et relations familiales dans deux villes grecques : Athènes et Volos », Sociétés contemporaines, n° 22-23, pp. 89-107.
DOI : 10.3406/socco.1995.1532

Monnier A., 2006, Démographie contemporaine de l'Europe. Evolutions, tendances, défis, Paris, Armand Colin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Parsons T., 1943, « The Kinship System of the Contemporary United States », American Anthropologist, vol. 45, n° 1, pp. 22-38.
DOI : 10.1525/aa.1943.45.1.02a00030

Pfirsch, T., 2008a. Des territoires familiaux dans la ville. Classes supérieures, relations familiales et espace urbain à Naples. thèse nouveau régime de géographie, Université Paris X– Nanterre.

Pfirsch T., 2008b. « La proximité familiale, clé de compréhension des localisations des classes supérieures dans les villes d'Europe du Sud ? L'exemple de la bourgeoisie napolitaine ». Mélanges de l'Ecole de Française de Rome – Italie Méditerranée (MEFRIM), n° 120/1, pp. 297-314.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pfirsch T., 2009. « Proximité familiale et organisation résidentielle de la parentèle dans les élites d'une ville d'Europe du Sud : l'exemple de Naples ». Articulo. Revue de sciences humaines, hors-série 1/2009, (http://articulo.revues.org).
DOI : 10.4000/articulo.1052

Poggio T., 2008, « The Housing Pillar of the Mediterranean Welfare Regime: Family, State and Market in the Social Production of Home Ownership in Italy », working paper, Home Ownership and Globalisation Conference, ENHR Working Group, 13-14 nov 2008, Delft University of Technology, The Netherlands, en ligne.

Poggio T., 2006, « Different Patterns of Home Ownership in Europe », Working Paper, Home ownership in Europe Conference, Delf University of Technology, The Netherlands, 23-24 nov 2006, en ligne.

Reher D.S., 1997, Perspectives on the Family in Spain. Past and Present, Oxford, Oxford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Reher D.S., 1998, « Family Ties in Western Europe: Persistent Contrasts », Population and Development Review, vol. 24, n° 2, pp. 203-234.
DOI : 10.2307/2807972

Rogerson P.A, Weng R.H., Lin G., 1993, « The spatial distance of parents and their adult children », Annals of the American Geographers, 83 (4), pp. 656-671.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Roussel L., 1992, « La famille en Europe occidentale : divergences et convergences », Population, n° 1, pp. 133-152.
DOI : 10.2307/1533635

Roussel L., Bourguignon O., 1976, La famille après le mariage des enfants, Paris, INED, Travaux et documents, cahier n° 78.

Scrinzi F., 2007, « Migrations and the restructuring of Welfare state in Italy . Change and continuity in the domestic work sector ”, in Lutz H. (dir.), Migration and Domestic Work: a European Perspective on a Global Theme. Aldershot, Ashgate.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shelton N., Grundy E., 2000, »Proximity of adult children to their parents in Great Britain", International Journal of Population Geography, 6, pp. 181-195.
DOI : 10.1002/1099-1220(200005/06)6:3<181::AID-IJPG181>3.0.CO;2-U

Todd E., 1990, L'invention de l'Europe, Paris, Seuil.

Van de Kaa, D.J., 1987, “Europe’s Second Demographic Transition”, Population Bulletin (42) 1.

Vergati S., 2000, Affari di famiglia. Il neofamilismo : reti, valori, stili di vita, Roma, Bonanno.

Viazzo P.P, Zanotelli F., 2006, “Dalla coresidenza alla prossimità : transizione o continuità ? Il modello mediterraneo tra razionalità e cultura”, convegno triennale della Società italiana di Demografia storica, Pavie 28-30 septembre 2006, http://158.110.81.142/sides/Papers_Pavia/4_Rosina-Viazzo/Viazzo_Zanotelli.pdf

Willmott P., Young M.,1957, Family and Kinship in East London, Londres, trad.fra: Le village dans la ville, Paris, 1983.

Zalio P-P., 1999, Grandes familles de Marseille au 20è siècle, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Ce phénomène a d'abord été relevé par de grandes enquêtes statistiques sur la parenté menées aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en France dans les années 70, avant d'être observé également en Europe du Sud. Pour la France, l'enquête fondatrice est l'enquête "réseau familial" de l'INED (voir Roussel, 1976). Depuis, les études sur ce thème se sont multipliées. Les plus récentes sont, pour la France, Bonvalet, Gotman et Grafmeyer, 1999. Pour la Grande-Bretagne, Shelton et Grundy, 2000. Pour l'Italie, ISTAT, 2001. Pour les Etats-Unis, Rogerson, Weng et Lin, 1993.

2 Du point de vue des structures familiales, la France se différencie en effet nettement des autres pays méditerranéens de l'Union européenne.

3 Rappelons que le "ménage" désigne un groupe domestique, soit un ensemble d'individus résidant sous le même toit (sans forcément avoir tous des liens de famille), tandis que la" famille" désigne un groupe de personnes unis par le sang ou par l'alliance, et qui déborde donc les limites du logement.

4 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 26

5 Ibid., p. 12. Données Eurostat

6 Ibid., p. 22. Données du conseil de l'Europe

7 En raison d'un légalisation tardive du divorce dans les pays d'Europe méridionale : en 1970 pour l'Italie, 1975 pour le Portugal, 1980 pour l'Espagne, 1983 pour la Grèce (ici le divorce était auparavant légalement autorisé pour faute grave)

8 Ibid., p. 22. Données du conseil de l'Europe

9 Ibid, p. 37. Données Eurostat

10 Données Istat, 2001.

11 Données Eurostat, 2005. Voir Eurostat, 2006

12 Pour les pays d'Europe du Sud, les années 1945-1965 correspondent plutôt à une "pause dans un mouvement de baisse générale" de la fécondité (Monnier, 2006, p. 55). Des hausses passagères de la fécondité annuelle ont bien eu lieu en Italie (1960-65) et en Espagne (1955-65) mais leur ampleur est insuffisante pour parler de "baby-boom" (Ibid., p. 55).

13 Rappelons que dans le modèle de la "deuxième transition démographique" (Van de Kaa, 1987), débutée dans les années 1970, la chute de la fécondité s'accompagne d'une mutation des structures familiales traditionnelles (baisse de la nuptialité, hausse des divorces et des unions alternatives au mariage etc…), ce qui n'était pas le cas de la chute de la fécondité lors de la première transition démographique, liée au développement du contrôle des naissances à l'intérieur d'un cadre familial peu bouleversé.

14 Ainsi, selon une enquête de l'UE, en 1993 la proportion d'individus considérant qu'avoir un enfant était essentiel dans la vie s'élevait à 72,9 % en Espagne, 71 % en Italie, 67,3 % en France, mais descendait à 57 % au Royaume-Uni et 56 % en Allemagne de l'Ouest (voir Jurado Guerrero et Naldini, 1996).

15 En 2000, le taux d'emploi des femmes de 30-39 ans était par exemple de 52 % en Italie et 44 % en Espagne, contre 68 % en France, 67 % au Royaume-Uni, 66 % en Allemagne, et 79 % en Suède (voir Monnier, 2006, p. 220).

16 Ainsi la ville de Bologne possède l'une des meilleures offres d'Europe en matière de crèches et de services à la petite enfance, mais aussi l'un des plus bas indices de fécondité du continent…

17 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 22. Données Eurostat de 1997.

18 Voir Fernandez Cordon, 2006, p. 35. Données Eurostat, base "New Chronos"

19 Ce sont ici les anthropologues qui ont ouvert la voie, dès les années 1950, avec une série de monographies urbaines montrant la forte territorialisation de la parentèle dans certains types de quartiers ouvriers. Voir par exempleWillmott et Young, 1957 ; et Bott, 1957).

20 Voir Cioni, 1997, pp. 214-224. Il faut cependant préciser que la taille des communes italiennes (37 km2 en moyenne en 2010) est beaucoup plus importante que celle de leurs homologues françaises, 4 fois plus nombreuses

21 Voir Hank, 2005, p. 30

22 Proportion d'individus mariés et âgés de 18-64 ans ayant encore leur mère en vie en 1998. D'après des données Istat, enquête "Famiglie, soggetti sociali e condizioni dell'infanzia",1998.

23 Les rares études locales donnent toutes des chiffres voisins. A Bologne en 1988, 11 % des femmes vivaient dans le même immeuble (mais pas dans le même logement ) qu'un membre de leur parentèle (Balbo et aliter, 1990). A Rome en 1996, c'était le cas de 10 % des ménages des classes moyennes-supérieures (Vergati, 2000)

24 Chiffres issus d'une compilation de statistiques nationales pour les années 2000 et suivantes (Poggio, 2006)

25 Ainsi, au milieu des années 1990, la durée des prêts immobiliers en Italie n'excédait pas 10 ans et leur taux était parmi les plus élevés d'Europe (Poggio, 2008).

26 Rappelons que cette force de la propriété du logement en Europe du Sud n'a rien d'un trait culturel méditerranéen : l'Espagne et l'Italie étaient des pays de locataires dans les années 1950.

27 Voir BARBAGLI et aliter, p. 203

28 Les domestiques logés dans les familles sont nombreux en Espagne et en Italie, y compris dans des franges modestes des classes moyennes, où ils bénéficient d'un statut légal permettant des déductions fiscales (comme celui de "colf" ou "collacoratrice fissa" en Italie). Il s'agit pour l'essentiel de femmes immigrées – sud-américaines en Espagne, ukrainiennes ou polonaises en Italie – s'occupant des enfants ou des personnes âgées. Voir Scrinzi, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Pourcentage des 30-34 ans résidant encore chez leurs parents, année 2000.
Crédits Source : Eurostat, base de données « New Chronos », 2000.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/23669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pfirsch, « Une géographie de la famille en Europe du Sud », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 533, mis en ligne le 25 mai 2011, consulté le 31 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/23669 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23669

Haut de page

Auteur

Thomas Pfirsch

Maître de conférences en géographie
Université de Valenciennes (UVHC)
Laboratoire Calhistethopfirsch@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page