Navigation – Plan du site
2011
534

Les nouvelles frontières de l’Asie centrale : États, nations et régions en recomposition

New borders in Central Asia: the restructuring of states, nations and regions
Julien Thorez

Résumés

Devenues internationales en 1991, les nouvelles frontières de l’Asie centrale, dont l’existence et le tracé furent souvent discutés, sont désormais appropriées et instrumentalisées dans le cadre de la construction territoriale de l’indépendance par les Etats post-soviétiques (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan). Fonctionnalisées et équipées, elles sont devenues des structures territoriales essentielles dans le système spatial régional, en contribuant à l’individualisation des territoires nationaux et à la consolidation des États. Leur activation a révélé des situations d’enclavement et d’écartèlement menaçant la cohésion des espaces nationaux mais a favorisé l’émergence de territorialités nationales. Le cloisonnement inédit de l’Asie centrale invite à réfléchir à la cohabitation des nations et des régions et à l’articulation, originale, entre mondialisation et dérégionalisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La rédaction de cet article repose sur des enquêtes de terrain menées entre 1996 et 2010 au Kazakh (...)

1La carte de l’Europe et de l’Asie a connu des changements fondamentaux et des modifications durables depuis le tournant des années 19901. L’URSS a laissé place à quinze Etats indépendants et souverains ; l’effondrement du bloc de l’Est a provoqué une redéfinition des équilibres géopolitiques marquée notamment par l’influence croissante du pôle euro-atlantique, à l’ouest, et du pôle asiatique, à l’est ; la généralisation des logiques capitalistes a entraîné une restructuration et une relocalisation des activités économiques et des échanges commerciaux ; la multiplication des acteurs modifie les dynamiques sociales et les mécanismes de la production d’espace. La disparition de l’URSS a inauguré une phase de profonde transformation de l’organisation de l’espace, une transition territoriale marquée par des formes de tension, de contradiction et d’ajustement (Elissalde, 2000).

  • 2  À cette occasion, la frontière entre le Kazakhstan et la Russie, qui couvre 6846 km, est devenue l (...)

2En Asie centrale, la partition de l’URSS a conduit à l’indépendance du Kazakhstan, du Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan, évolution géopolitique qui s’est traduite par l’apparition de 15 230 km de frontières internationales (Figure 1 et Tableau 1). Huit limites administratives internes à l’URSS – les frontières inter-républicaines – ont accédé au statut de dyades inter-étatiques, de sorte que les nouvelles frontières de l’Asie centrale représentent plus de la moitié de la longueur des frontières instituées dans le monde depuis 1991 (Foucher, 2007)2. Dans le même temps, l’ancienne frontière méridionale de l’URSS, qui avait été établie au XIXe siècle dans le contexte de la confrontation entre les empires tsariste, britannique et chinois durant le “Grand Jeu”, a été fractionnée en sept portions.


Sources : Comités des statistiques


3De façon classique, les pays d’Asie centrale assignent aux frontières un rôle éminent dans le cadre de la construction territoriale de l’indépendance (Thorez, 2007). Pour s’insérer dans l’espace mondialisé, ils favorisent l’ouverture de leurs frontières communes avec la Chine, l’Afghanistan et l’Iran, afin de soutenir les dynamiques de désenclavement. Inversement, s’appropriant un héritage territorial soviétique pourtant controversé, ils instrumentalisent les nouvelles frontières pour renforcer leur stabilité et leur individualité dans le champ géopolitique régional, en conduisant une politique de fermeture et de cloisonnement de l’espace. L’activation des nouvelles limites inter-étatiques stimule les dynamiques de disjonction socio-spatiale mais participe à l’édification et à la consolidation des espaces nationaux. Marquée par l’expression de territorialités antagonistes, la transition territoriale occasionne une redéfinition de l’articulation entre les nations et les régions, dont les effets politiques, économiques et sociaux sont d’autant plus conséquents que les trois-quarts de la population centre-asiatique résident dans les régions frontalières.

Une horogénèse3 récente

Des frontières et des territoires “soviétiques”

  • 4  Le khanat de Kokand avait disparu dès la conquête de l’Asie centrale par les armées tsaristes, en (...)
  • 5  Avant l’intégration de l’Asie centrale dans l’Empire tsariste, le territoire des États – khanat de (...)

4Les pays d’Asie centrale, héritiers des républiques socialistes soviétiques (RSS) fondées dans les années 1920 et 1930 dans le cadre de la politique soviétique des nationalités, sont des constructions politiques et territoriales récentes. Les RSS du Turkménistan et de l’Ouzbékistan, dont le Tadjikistan fut séparé en 1929, furent créées en 1924 tandis que le Kazakhstan et le Kirghizstan ont accédé au statut de république fédérée en 1936. Dans des frontières redessinées, ces entités se substituaient aux républiques populaires soviétiques du Khorezm et de Boukhara, ainsi qu’aux républiques socialistes soviétiques autonomes (RSSA) du Turkestan et du Kazakhstan, qui avaient respectivement succédé au khanat de Khiva, à l’émirat de Boukhara, au gouvernement du Turkestan et au gouvernement des Steppes après 19174 (Figures 2, 3, 4 et 5). Manifestation de l’ampleur des transformations du maillage, à l’issue de la réforme territoriale, Boukhara, Khiva et Kokand, où siégeaient les principaux États pré-coloniaux, se trouvaient sur le territoire de l’Ouzbékistan dont la capitale fut d’abord implantée à Samarkand, avant d’être transférée à Tachkent en 19305.





  • 6  L’attribution du statut de République socialiste soviétique à un territoire national dépendait aus (...)

5Fondées sur une nationalité éponyme, les républiques devaient théoriquement recouvrir un espace de peuplement homogène6. De taille très variable, elles étaient séparées par des frontières associant de longues portions rectilignes dans la dépression aralo-caspienne et des segments indentés sur les piémonts et les avant-chaînes du Tian-Chan, en particulier dans le Ferghana, vaste dépression intramontagnarde partagée entre le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan (Figure 1, Tableau 1). Ainsi créées, les républiques d’Asie centrale présentaient la caractéristique de posséder des foyers de peuplement situés à la périphérie des nouveaux territoires, séparés par des étendues steppiques ou désertiques au Kazakhstan et au Turkménistan et par des axes montagneux au Kirghizstan et au Tadjikistan (Figure 1). L’écartèlement de l’espace républicain procédait de la combinaison de ces deux formes de discontinuité en Ouzbékistan.

6La délimitation [razmeževanie] de l’Asie centrale impliquait une redéfinition de l’architecture des pouvoirs et une évolution des identités socio-spatiales. Phénomène classique des changements de régime, la réforme territoriale insufflée par les bolcheviques se voulait un moyen d’homogénéiser et de hiérarchiser le maillage, depuis les républiques socialistes soviétiques jusqu’aux régions, aux districts et aux communes. À l’instar de nombreuses politiques soviétiques, elle combinait des dynamiques contraires voire contradictoires, en associant des logiques centralisatrices et décentralisatrices (Haugen, 2003). Les limites entre les républiques ont quelquefois été déplacées par la suite – la frontière entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan a été modifiée en 1929, 1930, 1956, 1963 et en 1971 (Hamraev, 2005) –, mais la configuration générale de la carte politique contemporaine de l’Asie centrale est héritée de l’intense production territoriale ayant caractérisé les premières décennies du pouvoir soviétique (Maurel, 1982). À ce titre, les pays d’Asie centrale sont nés en tant qu’États indépendants de la disparition du système politique et territorial – l’URSS – qui les a engendrés.

Des frontières controversées : retour sur l’horogénèse

Diviser pour régner

  • 7  Par exemple, Tursunov H. (dir.) (1967), Istoriâ uzbekskoj SSR, tom 3, Pobeda velikoj oktâbr’skoj s (...)

7La politique d’aménagement du territoire menée en Asie centrale par les autorités soviétiques a suscité des critiques portant sur le fondement, la forme et les modalités d’élaboration de la réforme territoriale. De nombreux auteurs – historiens, politistes, géographes – ont mis en cause la création des entités nationales et le dessin des frontières de leur territoire tandis que les historiens soviétiques ont, à l’inverse, justifié l’existence des républiques centre-asiatiques, en associant un argumentaire politique lié à la nature idéologique du projet soviétique et un argumentaire scientifique permettant de légitimer historiquement le découpage territorial. En particulier, l’historiographie soviétique présentait le nouveau maillage comme une conséquence de la reconnaissance des droits nationaux accordés par l’Etat bolchevique en 1917 et comme une condition de l’émancipation socialiste des populations centre-asiatiques7.

  • 8  M. Sultan-Galiev fut ainsi écarté du pouvoir en 1923 pour avoir développé une doctrine conciliant (...)
  • 9  A. Khalid considère toutefois que, malgré l’accusation de séparatisme formulée par le pouvoir sovi (...)
  • 10  L’expression “frontière artificielle”, qui néglige les processus politiques et sociaux d’édificati (...)

8Mais le partage de l’Asie centrale a plus souvent été analysé comme l’application arbitraire par le pouvoir soviétique du principe de “diviser pour régner” dans une périphérie soumise à l’activité de forces contre-révolutionnaires et séparatistes (Bennigsen, Allworth, Carrère d’Encausse, Balland, Roy). Permise par la fabrication discrétionnaire de catégories nationales sous l’égide du pouvoir impérial, tsariste puis soviétique, la création des territoires nationaux aurait concouru à la disparition de l’unité régionale turkestanaise et accompagné la neutralisation des courants “panislamiques” et “panturquistes”8. La réforme territoriale aurait aussi constitué une riposte à l’action des basmatchis [brigands], i.e. une réponse à la guérilla menée à partir de 1918 par des groupes combattants qui furent souvent assimilés à des acteurs d’un mouvement de libération nationale anti-soviétique9. Par ailleurs, ce courant historiographique dénonçait l’absurdité des frontières et de leur tracé, en soulignant l’inadaptation des catégories nationales et des nouvelles entités territoriales à la réalité des structures socio-spatiales centre-asiatiques. Incohérentes et exogènes, les frontières centre-asiatiques sont considérées comme “artificielles” (Roy, 1997, Balland, 1997, Djalili, Kellner, 2003, Cariou, 2007)10. Et les dyades du Ferghana, où l’on recense huit enclaves-exclaves, apparaissent comme archétypiques des frontières de domination qui ôtent cohérence et fonctionnalité à un espace régional homogène, en ne respectant pas son “intégrité géohistorique” (Cariou, 2007) (Figures 1, 7 et 9).

9Conduite par le pouvoir moscovite au détriment des populations indigènes dans la perspective d’établir un contrôle absolu sur la société, la réforme territoriale soviétique se serait ainsi inscrite dans un schéma colonial classique, caractérisé par la domination du centre sur une périphérie centre-asiatique exploitée (Maurel, 1982). Contenir les velléités d’indépendance des républiques fédérées aurait conduit les autorités soviétiques à tracer par machiavélisme des frontières enchevêtrées, de façon à créer des entités nationales trop imbriquées pour prétendre s’autonomiser (Roy, 1997).

Délimiter, moderniser et rationaliser le système administratif

10L’ouverture récente des archives a profondément renouvelé l’historiographie du monde russe et soviétique. L’accès à des matériaux inédits a donné lieu à une relecture du passé colonial et soviétique de l’Asie centrale et a permis de fonder l’histoire politique, et notamment l’histoire de l’horogénèse, sur des sources issues de tous les échelons des organes décisionnels de l’URSS (Kojčiev, 2001, Haugen, 2003). L’histoire de l’URSS fait désormais une large place aux acteurs locaux et aux prérogatives des élites nationales, à leurs relations avec l’Etat central soviétique. Le livre d’A. Haugen The Establishment of National Republics in Soviet Central Asia est à cet égard emblématique de ce renouveau historiographique. Il retrace la création des républiques et des frontières centre-asiatiques à partir des archives du Sredazburo [bureau d’Asie moyenne] – l’organe exécutif chargé de l’Asie centrale entre 1920 et 1936 – et aboutit à une analyse renouvelée de la réforme territoriale soviétique.

  • 11  Sur les rapports de l’Etat soviétique aux clans et aux lignages en Asie centrale, voir Ohayon I. ( (...)
  • 12  Le Karakalpakistan n’a jamais accédé au statut de république fédérée et fut successivement intégré (...)

11Conforme à la doctrine nationale adoptée par les bolcheviques après leur accession au pouvoir, la décision des autorités soviétiques de partager l’Asie centrale en territoires nationaux aurait aussi relevé d’une approche pragmatique (Haugen, 2003). La création d’entités territoriales fondées sur une base nationale devait en effet faciliter l’administration de la région, en limitant les tensions inter-ethniques et en favorisant l’implantation du pouvoir soviétique. Or, à la veille de la réforme territoriale, les républiques populaires soviétiques de Boukhara et du Khorezm n’avaient pas rejoint l’URSS et plusieurs populations, notamment les Turkmènes, étaient exclues des organes de pouvoir et demeuraient donc en marge de la soviétisation, selon les dirigeants du Sredazburo (Figure 4). Pensée comme un levier d’intégration et d’unification, la réforme du maillage devait aussi permettre de produire des unités supra-lignagères, des nations, qui étaient conçues en tant que stade de développement historique comme un élément important du projet modernisateur soviétique. Il s’agissait d’affaiblir les loyautés locales et les institutions sociales des clans et des lignages dont l’archaïsme et l’anti-soviétisme présumés contrariaient la transformation des sociétés centre-asiatiques11. Confronté à des conflits inter-ethniques entre les Ouzbeks et les Turkmènes dans la basse vallée de l’Amou Daria, le Sredazburo souhaitait par ailleurs créer des territoires nationaux séparés pour réduire l’instabilité de la région. Dans ce contexte, un premier projet de délimitation fut présenté en février 1924 ; conçu par les autorités centrales, il prévoyait la formation de trois républiques – kazakhe, turkmène, ouzbèke. Pourtant, à l’issue de la réforme territoriale, la carte de l’Asie centrale comprendrait six territoires nationaux, après la création d’entités nationales kirghize, tadjike et karakalpake (Figures 4 et 5)12.

12Si le projet politique et idéologique de l’URSS a défini les principes de la politique d’aménagement conduite en Asie centrale dans les années 1920 et 1930, l’émergence de la question nationale au sein des sociétés centre-asiatiques précédait la politique soviétique des nationalités. Seule cette antériorité permet de comprendre la mobilisation des élites locales dans le processus de construction nationale. Dès la période tsariste, les identités de groupes ont glissé vers un registre national, de sorte que la création des catégories et des territoires nationaux ne peut être réduite à une simple décision impériale (Khalid, 1998). La catégorie nationale ouzbèke moderne s’est ainsi esquissée à la fin de la période coloniale sous l’influence des élites réformatrices du Turkestan – djadid –, dans le contexte politique et intellectuel de l’Empire tsariste. Pendant la mise en œuvre de la réforme territoriale, ce changement social s’est traduit dans le champ politique par des revendications territoriales. En adoptant un argumentaire fidèle aux principes idéologiques soviétiques, égalitaristes et émancipateurs, des dirigeants centre-asiatiques, notamment kirghizes, ont mené des actions en faveur de la création de territoires nationaux supplémentaires par rapport au projet initial. Ainsi, à la suite d’une résolution du Sredazburo du 11 mai 1924, le pouvoir moscovite approuva la formation d’un territoire kirghize, décision qui conduisit à l’établissement de l’oblast’ autonome des Kara-Kirghizes [Kirghizes] le 14 octobre 1924, puis à la création de la RSS du Kirghizstan le 5 décembre 1936 (Haugen, 2003). Révélateur de l’implication des représentants centre-asiatiques dans la délimitation de l’Asie centrale, cet épisode permet de reconsidérer les modes de circulation du pouvoir au sein de l’URSS. L’intervention des acteurs locaux fut en effet décisive dans la formation du Kirghizstan, tout comme dans la création du Karakalpakistan et du Tadjikistan. L’engagement de la réforme territoriale a animé la scène politique régionale et suscité des revendications nationales qui, après avoir été entérinées par les autorités centrales à l’exception de l’autonomie demandée par les Ouïgours, ont alimenté la dynamique de fragmentation de l’Asie centrale.

Une réforme mise en œuvre par les institutions d’Asie centrale

13Les élites soviétiques d’Asie centrale ont tenu un rôle essentiel dans la fixation des frontières des territoires dont la création avait été décidée ou approuvée par le pouvoir central. Bien qu’initiée, contrôlée ou in fine arbitrée par les autorités moscovites, la réforme territoriale fut largement élaborée aux échelons inférieurs du pouvoir. En particulier, les décisions du Comité central du parti bolchevique relatives à la localisation des frontières centre-asiatiques se sont appuyées sur les résolutions du Sredazburo, qui étaient elles-mêmes fondées sur les travaux du Comité territorial (Haugen, 2003). En 1924, le travail de définition des frontières a donc surtout été accompli au sein de cette instance où avaient été créés des sous-comités nationaux chargés d’élaborer des projets concurrents. À cet échelon, les représentants des groupes nationaux confrontaient leurs propositions et leurs arguments et, le plus souvent, s’accordaient sur un tracé de compromis. Le Comité territorial transmettait alors ses propositions au Sredazburo, où elles furent quelquefois amendées. Un seul cas fut entièrement arbitré par le pouvoir central : la ville de Tachkent, dont la possession était revendiquée par les Kazakhs et les Ouzbeks, fut attribuée à l’Ouzbékistan par une décision du Politburo en mai 1924 (Haugen, 2003).

14Pour établir la localisation des frontières, les organes locaux et régionaux ont mobilisé différents critères, des arguments démographiques et ethniques comme des arguments socio-économiques et politiques. Le principe d’attribuer à chaque région une grande ville fut ainsi retenu dans la perspective d’assurer l’ancrage régional du pouvoir soviétique et de diffuser le projet modernisateur à partir des centres administratifs (Haugen, 2003). Aussi Tachauz et Och furent-elles respectivement intégrées au Turkménistan et au Kirghizstan, malgré la composition ethnique de leur population. Au sein du Comité territorial, les discussions furent néanmoins intenses, car les sous-comités nationaux, qui souhaitaient étendre leur souveraineté, ont fréquemment soutenu des positions opposées. Effectuée entre 1924 et 1929, la définition des frontières du Ferghana a ainsi été un sujet de discorde. Les Kirghizes revendiquaient la possession de nombreuses portions de la plaine centrale, au sud de la ville de Ferghana, au sud de la ville de Namangan et autour de la ville d’Andijan, où ils prévoyaient de localiser le chef-lieu de la partie kirghizstanaise (Kojčiev, 2001). De même, ces représentants ont lutté pour obtenir le rattachement des enclaves du sud de la région au Kirghizstan. Inversement, les dirigeants communistes de l’Ouzbékistan souhaitaient intégrer les villes de Djalal-Abad et d’Och. Les Kirghizes se fondaient sur des arguments socio-économiques, qui les conduisaient à classer les populations selon leur mobilité pastorale et les villes en fonction de la population de leur aire d’influence. Les Ouzbeks tenaient surtout compte des critères ethniques et de l’unité des systèmes d’irrigation, ce qui justifiait leurs revendications sur les espaces de piémonts et sur l’amont des vastes cônes de déjection où sont situées les principales oasis. Tout au long du travail de fixation des frontières, les populations du Ferghana ont par ailleurs porté auprès des autorités des appels demandant des modifications frontalières, par voie de pétition notamment (Hirsch, 2005). Au terme de la réforme territoriale, la carte du Ferghana fut très éloignée des projets formulés par les sous-comités nationaux car le tracé des frontières, nécessairement insatisfaisant compte tenu des imbrications socio-spatiales, apparaissait comme le résultat des longues négociations menées aux échelons locaux et régionaux (Haugen, 2003).

15La réforme territoriale réalisée de 1924 à 1936 a conduit à une transformation fondamentale du maillage dans toutes les régions de l’Asie centrale. En se fondant sur le critère national, le pouvoir soviétique, incarné par une multiplicité d’instances depuis les autorités centrales jusqu’aux administrations locales, a créé des territoires inédits. Mû par une volonté réformatrice et rationalisatrice, il a élaboré un nouvel ordre territorial, dont les contours ont fait l’objet de discussions au moment de la disparition de l’URSS.

Pouvoirs vs territoires : des frontières assumées et légitimées

Déplacer les frontières ? Territoires hérités et territoires rêvés

  • 13  La région connut plusieurs conflits inter-ethniques : en 1989, les populations meskhètes d’Ouzbéki (...)
  • 14  Au recensement de 1989, 1 197 000 Ouzbeks habitaient au Tadjikistan, 550 000 au Kirghizstan, 332 0 (...)

16Au tournant des années 1990, l’Asie centrale a été le théâtre de plusieurs revendications territoriales, car la question nationale, indissociable des problématiques frontalières en raison de la catégorisation et de la territorialisation des populations, a rapidement investi les champs politique et scientifique13. Ce phénomène fut commun à l’ensemble du monde soviétique où la quête de frontières idéales, censées intégrer les lieux de mémoire et correspondre aux aires de peuplement, apparaissait à de nombreux acteurs comme une aspiration légitime des pays nouvellement indépendants et comme une réponse aux crises soviétique et post-soviétique. Devenues des frontières internationales, toutes les dyades d’Asie centrale furent potentiellement susceptibles de connaître des modifications de tracé, d’autant que la carte politique présentait des inadéquations avec la carte ethnique (Figure 6). En raison de l’imbrication des populations et de la diversité des critères retenus pour tracer les frontières, les États indépendants sont ainsi liés à des minorités co-ethniques de l’étranger, dont l’implantation préexistait à la formation des territoires nationaux (Ferrando, 2010) : au recensement de 1989, 933 000 Tadjiks, 808 000 Kazakhs, 174 000 Kirghizes et 121 000 Turkmènes résidaient en Ouzbékistan ; inversement, près de 2,5 millions d’Ouzbeks vivaient en Asie centrale soviétique, à l’extérieur des frontières de l’Ouzbékistan14.

17À l’exception des velléités indépendantistes du Karakalpakistan, les projets de translation territoriale s’inscrivaient dans le cadre politique élaboré dans les années 1920 et 1930. Les revendications des courants nationalistes portaient sur la révision du tracé des frontières, sur la redéfinition des aires d’exercice de la souveraineté étatique. Mais la nature des propositions – irrédentistes ou sécessionnistes – traduisait une assimilation du modèle de l’État-nation. À contrario, en dehors de quelques cercles panislamiques, aucun projet ne prévoyait de réunir les républiques centre-asiatiques dans un État “turkestanais” ou “touranien” (Balland, 1997).


  • 15  Boukhara fut la capitale des Samanides, dynastie persane dont le règne, de 874 à 1004, correspond (...)
  • 16  A. Haugen souligne toutefois que la distinction entre les catégories “tadjik” et “ouzbek” selon de (...)
  • 17  Le Kirghizstan a finalement refusé de procéder à cet ajustement frontalier car cet échange territo (...)

18Le transfert des régions septentrionales du Kazakhstan à la Russie comptait parmi les principales revendications (Figure 6). Ce projet était soutenu par les mouvements nationalistes russes de Russie et du Kazakhstan, notamment cosaques (Poujol, 1997), au motif que ces régions frontalières étaient situées dans la continuité du foyer de peuplement russe et imbriquées dans l’espace ouralo-sibérien. Dénoncée depuis les années 1920, l’attribution de Samarkand et de Boukhara à l’Ouzbékistan fut de nouveau contestée à la fin de la perestroïka dans les milieux nationalistes tadjiks, lesquels rappelaient l’appartenance historique de la vallée du Zeravchan au monde iranien15. L’ouvrage de l’historien R. Masov Istoriâ topornogo razdeleniâ [Histoire d’un découpage à la hache] se présentait comme la démonstration scientifique du préjudice subi par les Tadjiks en 1924 (Masov, 1991). Soulignant l’absence de Tadjiks dans les organes ayant réalisé la réforme territoriale, ce travail condamnait un maillage considéré comme l’expression des positions pro-turciques de l’État soviétique16. Un appel à une modification du tracé des frontières au profit du Tadjikistan concluait ce livre aujourd’hui interdit en Ouzbékistan. Ce projet ressurgit régulièrement sur la scène politique tadjikistanaise mais les autorités de Douchanbe, confrontées à une guerre civile de 1992 à 1997, n’ont pas officiellement relayé cette proposition. D’ailleurs, devant les risques de déstabilisation régionale associés à toute modification frontalière, les États d’Asie centrale n’ont pas opéré de translation territoriale. Pourtant, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan avaient hérité de territoires appendiculaires, fragmentés et perforés par des exclaves et des enclaves (Figure 7). En 2001, un accord prévoyant l’établissement de corridors, entre l’exclave de Sokh et le territoire ouzbékistanais d’une part et entre l’exclave de Barak et le territoire kirghizstanais d’autre part, fut cependant signé, avant d’être dénoncé par le Kirghizstan (ICG, 2002)17.


  • 18  Au Tadjikistan, la guerre civile fut menée sur des bases régionales par des coalitions opposées id (...)

19Après les indépendances, le maillage international n’a pas connu de changement significatif : aucune apparition ou disparition de dyade, aucun déplacement majeur de frontière ne transformèrent la carte de l’Asie centrale. Cette stabilité a fondamentalement résulté de la solidité des structures politiques construites dans le cadre du système soviétique, i.e. de leur appropriation par les populations et les élites18. Chaque État a inscrit son développement dans l’ordre territorial produit par la délimitation soviétique, en dépit des critiques fréquemment formulées à son endroit. Du fait des conditions historiques et politiques de la formation des entités nationales, États, nations et territoires semblent indissociables en Asie centrale, tandis que les nouvelles frontières apparaissent, dans ce contexte, comme des outils de la construction étatique et nationale post-soviétique.

Délimiter les territoires étatiques : la fixation des frontières

  • 19  Pour définir le tracé de leur frontière commune, l’Ouzbékistan souhaitait se fonder sur les cartes (...)

20En 1991, les pays d’Asie centrale ont hérité de frontières dont la fixation était inachevée sur de longues portions (Megoran, 2004). Les nouvelles dyades étaient seulement définies, de sorte qu’il était nécessaire de réaliser leur délimitation et leur démarcation, c’est-à-dire de procéder aux dernières phases de la définition des aires d’exercice de la souveraineté des nouveaux États. Ce travail, qui renvoie à la nature fondamentalement politique et idéologique des frontières (Guichonnet, Raffestin, 1974), est conduit par des commissions bilatérales. En leur sein, les États confrontent leurs propositions, en s’appuyant sur des matériaux archivistiques et cartographiques souvent divergents19. Ces négociations hautement symboliques occasionnent des tensions d’autant qu’elles se déroulent dans un contexte politique dégradé, marqué, d’une part, par la contradiction entre les aspirations nationales d’autonomisation et les impératifs régionaux de régulation et d’intégration et, d’autre part, par des rivalités entre les pays. Pour anticiper le résultat des discussions, l’Ouzbékistan a d’ailleurs équipé certains segments de frontière de façon à s’approprier unilatéralement quelques portions de territoire discutées (ICG, 2002).

21Le travail de fixation des frontières a révélé de nombreux litiges territoriaux. La commission chargée de la démarcation de la frontière entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan a ainsi identifié 150 points de désaccord entre les deux États, presque tous situés dans le Ferghana, où des différends opposent également ces deux pays au Tadjikistan. Inversement, les discussions entre le Kirghizstan et le Kazakhstan n’ont pas suscité de contentieux frontaliers particuliers. L’avancement du processus de délimitation des territoires étatiques diffère donc suivant les dyades (Figure 6). Certaines frontières sont définies et délimitées telle la frontière entre le Kazakhstan et le Kirghizstan, depuis 1996, et celle entre le Turkménistan et l’Ouzbékistan, depuis 2000 (ICG, 2002). D’autres restent l’objet de négociations, comme la frontière entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan. Aussi, près de vingt ans après les indépendances, ce “jeu des frontières” (Gonon, Lasserre, 2003) demeure-t-il inachevé.

22Les autorités d’Asie centrale ont tendance à médiatiser les discussions inter-gouvernementales portant sur la délimitation et la démarcation des dyades de façon à introduire les nouvelles frontières dans les représentations politiques et territoriales (Megoran, 2004). De la sorte, les États exploitent la dimension idéologique des discontinuités politiques qui, reposant sur une dialectique intérieur-extérieur, dedans-dehors, sien-autre, impose une altérité qui contribue à leur consolidation. Dans les discours gouvernementaux, les frontières, dont l’intangibilité renvoie à la stabilité et à la souveraineté des États, sont aussi associées aux vertus politiques promues par les nouveaux régimes. Sous différentes formes, la médiatisation des questions frontalières tente de donner du sens aux territoires étatiques et une cohésion aux États post-soviétiques.

Fermer les frontières, construire les nations

Fonctionnaliser les frontières, une “teichopolitique”20

  • 20  Une “teichopolitique” (de teichos, le mur) est une politique de cloisonnement de l’espace (Ballif, (...)

23La politique d’aménagement du territoire conduite par les pays centre-asiatiques depuis leur indépendance accorde aux frontières une place importante dans la consolidation étatique. Institutions essentielles de l’État, les frontières sont instrumentalisées et fonctionnalisées pour accompagner la construction territoriale de l’indépendance. La décision des autorités centre-asiatiques d’activer les nouvelles frontières, prise dans la seconde moitié des années 1990, traduit leur volonté d’accélérer le processus de différenciation et d’individualisation des territoires étatiques. Marqueurs d’identité, les frontières sont mobilisées en tant que ressource politique pour territorialiser les populations centre-asiatiques. Cette politique, qui vise à assigner un territoire étatique, une citoyenneté et une identité inédites aux individus, repose également sur des opérations de passeportisation. Car, de même que les frontières, les nouveaux passeports inscrivent dans les représentations la disparition de l’URSS, la partition de l’Asie centrale et la séparation des États. Indissociables, la fonctionnalisation des frontières et la passeportisation concourent à l’affermissement des nouveaux États. À cet égard, la dynamique de clôture des territoires est en Asie centrale fondamentalement politique, alors que les ressorts de la teichopolitique sont souvent économiques et civilisationnels (Ballif, Rosière, 2009). Fermer les frontières contribue d’abord à la fabrication des nations et à la consolidation des États.

  • 21  Le Turkménistan a dressé une liste exhaustive des produits, notamment alimentaires, dont “l’export (...)
  • 22  Les populations des bandes frontalières bénéficient néanmoins d’un statut spécifique, allégé.

24L’action des gouvernements sur les frontières repose classiquement sur la production d’un appareil législatif définissant les conditions d’accès et de sortie des territoires étatiques. Contrôler la circulation des personnes, des biens, des capitaux et des informations, taxer la mobilité renvoient à la mise en oeuvre des fonctions communément associées aux frontières (fonction légale, fonction fiscale, etc.) (Guichonnet, Raffestin, 1974). Pour affirmer leur souveraineté, exercer leurs prérogatives, assurer leur sécurité et maîtriser leur territoire, les États centre-asiatiques ont donc adopté des dispositifs législatifs contraignants21 qui, par un effet d’enchaînement, ont suscité une dynamique de cloisonnement de l’espace régional. Le Turkménistan a instauré en 1998 un régime de visa, suite à la détérioration de ses relations avec l’Ouzbékistan (ICG, 2002). Puis, en arguant d’un principe de réciprocité, l’Ouzbékistan s’est doté d’une législation comparable, avant d’étendre en 1999 cette disposition aux ressortissants du Kirghizstan et du Tadjikistan pour, selon les discours officiels, protéger son territoire des incursions islamistes. Répondant à cette mesure, le Kirghizstan et le Tadjikistan ont à leur tour établi un système de visa, de sorte que les nouvelles frontières sont devenues des barrières juridiques22. Cette fonctionnalisation marque une rupture fondamentale avec le statut soviétique des frontières inter-républicaines car ces limites administratives étaient parfaitement perméables et défonctionnalisées. Pourtant, l’accord signé en octobre 1992 à Bichkek par les pays de la CEI prévoyait que leurs ressortissants puissent continuer de circuler librement au sein de l’espace post-soviétique (de Tinguy, 2004).

25La teichopolitique engagée par les pays d’Asie centrale depuis les années 1990 assujettit la mobilité transfrontalière à un contrôle politique et administratif inédit à l’échelle régionale qui, à bien des égards, renvoie à l’autoritarisme des régimes politiques centre-asiatiques. Mais les ressorts du cloisonnement sont également économiques, à travers le développement de la fonction fiscale, dont l’un des objectifs est la protection des marchés nationaux. Conforme au modèle de développement autocentré adopté par le Turkménistan et l’Ouzbékistan, l’instauration de barrières douanières, qui participe également à la régulation des rivalités géopolitiques et économiques régionales, exacerbe les contraintes économiques de l’enclavement. En 2002, l’Ouzbékistan a ainsi établi des droits de douane de 50 % sur les produits alimentaires et de 90 % sur les produits manufacturés, alors que les économistes estiment que l’enclavement a pour effets d’augmenter les coûts de transport d’environ 50 %, de réduire d’environ 80 % le niveau des échanges et d’occasionner un déficit de croissance de 0,3 % à 1,5 % par an dans les pays enclavés par rapport aux pays littoraux (Raballand, 2005). La mobilité des personnes est aussi affectée par l’élévation des coûts de transport car le franchissement des frontières est désormais lié à l’acquittement de taxe et/ou à l’acquisition d’un visa. En 2002, l’Ouzbékistan et le Turkménistan ont instauré une taxe, dont le montant, équivalent à 6 dollars, représentait la moitié du revenu moyen mensuel des ruraux en Ouzbékistan (Thorez, 2005). À ces dispositifs coercitifs peuvent de surcroît s’ajouter ou se substituer des prélèvements illégaux qui, par le biais de mécanismes de redistribution pyramidaux, enrichissent les détenteurs de l’autorité légitime mais entravent la mobilité transfrontalière.

La frontière, un espace en construction

26Investies et instrumentalisées par les États, les nouvelles frontières sont aménagées et équipées pour permettre leur fonctionnalisation. Depuis la fin des années 1990, les États tendent à doter d’infrastructures de contrôle et de défense des frontières jusqu’alors vierges d’équipements et de marqueurs territoriaux. Parallèlement au durcissement de la législation régissant la circulation transfrontalière, le Turkménistan et l’Ouzbékistan ont été les premiers pays à aménager les nouvelles frontières à partir de 1998-1999. Dans ce cadre, des postes-frontières sont érigés, des miradors édifiés, des barbelés installés, des murs construits, des tranchées creusées, selon un rythme et une intensité qui varient selon les dyades, les capacités d’investissements et les politiques des États. Des infrastructures sommaires et discontinues équipent la frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizstan tandis que le Turkménistan a décidé en 2000 de clôturer son territoire. Les dyades situées dans les régions désertiques de la dépression aralo-caspienne et dans les régions montagneuses du Pamir et du Tian-Chan possèdent de longues portions non équipées, à la différence des frontières établies dans les foyers de peuplement des oasis et des piémonts du “Turkestan”.

27L’aménagement des frontières est toutefois un processus commun à l’ensemble des dyades. Aussi les nouvelles lignes frontières acquièrent-elles une matérialité. À cette occasion, les États se mettent en scène et théâtralisent leurs limites, à travers l’édification d’infrastructures censées marquer la grandeur étatique et véhiculer les valeurs nationales. Les postes-frontières sont habillés aux couleurs des drapeaux ; slogans étatiques et maximes présidentielles ornent les bâtiments. Cette confrontation symbolique est évidente sur les grands axes, notamment sur la route qui relie Tachkent à Chymkent, où se font face les deux principaux pays, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, et les deux principaux présidents, N. Nazarbaev et I. Karimov.

  • 23  Babakulov U. (2007), Svoimi glazami. Velikij šelkovyj put’ segodnâ – čast’ 1 [Vu de ses propres ye (...)

28Plus fondamentalement, les programmes d’aménagement entraînent des transformations radicales des espaces frontaliers. Sur les dyades ouzbékistanaises, le surgissement de grillages, qui selon la localisation de la frontière peuvent barrer ou partager les rues, fractionne des villages du Ferghana, du Khorezm et de l’oasis de Tachkent (Megoran, 2006). Dans ces localités, il arrive que la frontière traverse des maisons et des jardins, de sorte que la fixation, la fonctionnalisation et l’équipement des dyades, loin de rationaliser la gestion de la frontière, accroissent ponctuellement la complexité de ses pourtours. Inversement, pour dégager la ligne frontière, dans plusieurs villages, bourgs et villes, des bâtiments ont été détruits sur une bande de quelques dizaines de mètres de largeur23. À Kara-Suu, ville du Ferghana partagée entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan, la dyade a comme support le Chakhrikhonsai, qui irrigue le sud de la dépression (Figure 9). Toutefois, pour améliorer la surveillance de la frontière et limiter les échanges illégaux et informels, les autorités ouzbékistanaises ont rasé les maisons situées sur la rive droite du canal. Concomitante avec l’ouverture d’un poste-frontière moderne, cette opération devait permettre de contrôler les flux commerciaux provenant du bazar de redistribution régionale qui est situé dans la partie kirghizstanaise de la ville et qui est approvisionné en produits manufacturés depuis Kachgar et Bichkek (Thorez, 2008, Zhaparov, 2008).

29Phénomène post-soviétique classique, l’aménagement des frontières s’accompagne de leur militarisation (Kolossov, O’Loughlin, 1998). L’érection d’infrastructures de défense et le déploiement de l’armée le long des nouvelles frontières – le Kazakhstan et le Kirghizstan disposent de 5000 à 6000 gardes-frontières tandis que l’Ouzbékistan mobilise environ 10 000 hommes (Gavrilis, 2003) – façonnent une nouvelle géographie militaire. Si les anciennes frontières, qui héritent du dispositif soviétique conçu dans le contexte du monde bipolaire, conservent un rôle fondamental dans la sécurité régionale, les États prêtent une attention soutenue à la surveillance des nouvelles dyades. En particulier, les frontières méridionales sont appréhendées par tous les pays comme sensibles et vulnérables car, tout en instrumentalisant les menaces islamistes, les gouvernements craignent une diffusion de l’instabilité depuis l’Afghanistan. À la suite d’attaques de combattants islamistes au sud du Ferghana en 1999 et en 2000, l’Ouzbékistan a ainsi décidé de miner plusieurs portions de ses frontières avec le Tadjikistan et le Kirghizstan pour accroître la sécurité de son territoire (ICG, 2002). Cette mesure était également motivée par la volonté des autorités ouzbékistanaises d’affirmer leur position dans le champ géopolitique régional. Quoiqu’il en soit, la militarisation des limites étatiques apparente certains espaces frontaliers à des « zones-frontières », à des « fronts », alors même que la rhétorique officielle valorise « l’amitié éternelle » unissant autour des frontières les pays nouvellement indépendants (Megoran, 2004).

  • 24  L’Union Européenne a développé, depuis 2002, un programme intitulé Border Management Programme in (...)

30Conduite par les États, la teichopolitique à l’œuvre depuis les années 1990 fait, sous différentes formes, surgir les nouvelles dyades dans le paysage centre-asiatique24. Cette matérialisation des frontières, inscrite dans une dynamique de fermeture des espaces nationaux, suscite une redéfinition des pratiques et des représentations socio-spatiales. Longtemps défonctionnalisées et désincarnées, les frontières de l’Asie centrale tendent à devenir des territoires à part entière.

Frontières vs réseaux : enclavements, souveraineté et construction nationale

31La teichopolitique transforme l’architecture du système spatial centre-asiatique. Les nouvelles frontières sont ossifiées, de sorte que les mailles étatiques acquièrent un statut inédit dans l’organisation de l’espace régional. Les territoires nationaux deviennent les entités géographiques de référence. Suite à la cristallisation des frontières, un ordre territorial national se substitue à une approche régionale de l’espace et de l’aménagement. Toutefois, l’assise territoriale des États demeure déficiente car, à la différence de la Biélorussie ou des Pays baltes, les territoires étatiques ne sont pas des espaces cohérents en Asie centrale.

  • 25  Combinant continuité aréolaire et discontinuité réticulaire, les périclaves sont des portions d’es (...)
  • 26  Dans le cadre du système de circulation soviétique, le principe était de contourner les montagnes (...)

32La partition de l’URSS et l’activation des nouvelles frontières ont entraîné une généralisation des phénomènes d’enclavement à l’échelle nationale, en raison des discontinuités du maillage et des inadéquations entre le maillage et le treillage héritées de la période soviétique (Thorez, 2007). Outre les enclaves et les exclaves, les espaces nationaux centre-asiatiques recelaient au moment des indépendances des périclaves25, dont la situation géographique s’était révélée avec la fonctionnalisation des frontières et le report de la mobilité au sein des territoires nationaux – dans le cadre du système de circulation soviétique, le principe était de contourner les montagnes et les déserts et de traverser les limites inter-républicaines, tandis que le nouvel environnement géopolitique exige d’éviter les frontières et de traverser les montagnes et les déserts (Figures 7 et 8)26. Les principales périclaves étaient situées au nord du Turkménistan, au sud du Kazakhstan et au sud du Kirghizstan, cependant que des périclaves secondaires affectaient la cohésion de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan (Figures 7 et 8). Les déficits d’accessibilité liés aux carences du système de transport, conçu à l’échelle régionale et inadapté à l’échelle nationale, instauraient donc entre les pays nouvellement indépendants des formes de dépendance contradictoires avec leurs aspirations à la souveraineté et à l’autonomie. Dans ce jeu géopolitique complexe, qui souligne combien la fermeture des frontières s’apparente aussi à un outil de politique extérieure, l’Ouzbékistan occupait une position dominante et centrale, en contrôlant l’accès aux principales périclaves.


33Après les indépendances, la cohésion des territoires étatiques était aussi menacée par des phénomènes d’enclavement temporaire. Dans les pays montagneux, lorsque la circulation domestique était interrompue par les conditions climatiques, l’enclavement s’intensifiait et s’étendait durant la période hivernale. Au Tadjikistan, l’impossibilité d’emprunter les cols d’Anzob (3370 m) et de Chakhristan (3359 m), entre le sud et le nord, et le col de Khaburabad (3270 m), entre l’ouest et l’est, fractionnait l’espace national en quatre sous-ensembles régionaux. Au Kirghizstan, le sud et le nord étaient séparés par les hauts cols du Tian-Chan. Frontières extérieures et barrières intérieures produisaient des périclaves saisonnières qui, s’ajoutant aux périclaves permanentes, soulignaient l’inadaptation des entités géographiques nationales au nouvel environnement géopolitique. Les espaces nationaux, écartelés par le dessin des frontières, étaient cloisonnés et fragmentés par la fermeture des nouvelles frontières, par la politique de construction étatique.

  • 27  Sur la nécessité de limiter les formes de cloisonnement et de surenclavement pour assurer la viabi (...)

34L’écartèlement, le cloisonnement et l’émiettement des espaces nationaux ont imposé aux autorités d’Asie centrale d’accompagner la fonctionnalisation des frontières d’un remodelage des réseaux de transport. Adapter le treillage au maillage doit donner une cohésion aux mailles étatiques susceptible de renforcer la viabilité et la stabilité des États27. Ajuster l’espace au territoire doit réduire les dépendances vis-à-vis des pays voisins. Depuis la seconde moitié des années 1990, des aménagements routiers et ferroviaires sont donc réalisés, parallèlement à la mise en conformité des réseaux énergétiques, pour faire des espaces nationaux des entités cohérentes et fonctionnelles (Thorez, 2007). La construction et/ou la modernisation des routes et des voies ferrées permettent d’améliorer l’accessibilité en élevant la connexité et la connectivité des réseaux domestiques. Toutefois cette politique présente des résultats inégaux selon les pays. L’Ouzbékistan, le Turkménistan et le Kazakhstan disposent de capacités d’investissement supérieures au Kirghizstan et au Tadjikistan où l’enclavement et le cloisonnement sont pourtant exacerbés. L’unification des réseaux domestiques est donc engagée mais inachevée. En particulier, malgré l’élimination de plusieurs points de blocage sur le réseau routier – un tunnel réalisé avec le soutien de l’Iran a par exemple été inauguré en 2006 sur l’axe Douchanbe-Khodjent pour éviter de gravir le col d’Anzob et ainsi favoriser la circulation entre le sud et le nord –, les liaisons inter-régionales demeurent incertaines au Tadjikistan. Cependant, le réaménagement des réseaux et la réorganisation de la mobilité contraints par l’activation des nouvelles frontières débouchent partout sur une relocalisation progressive des principaux axes de circulation au cœur des espaces nationaux. Ce processus se déroule selon un rythme lent, qui rappelle combien le temps des changements spatiaux est moins rapide que le temps des changements sociaux, économiques et politiques (Maurel, 1997).

35À travers la réorientation des réseaux, les États tentent de réduire les contraintes géographiques, géopolitiques et économiques liées à la fonctionnalisation des nouvelles frontières. Toutefois, le fondement de leur politique territoriale demeure la teichopolitique. Les gouvernements centre-asiatiques semblent privilégier la construction des Etats et l’individualisation des territoires étatiques, considérant que, dans la phase de transformation contemporaine, la stabilité des structures territoriales et politiques prime sur la résolution des difficultés économiques et sociales que favoriseraient l’ouverture des frontières et l’intégration régionale (Poujol, 2003, Raballand, 2005).

Les nations contre les régions ?

36La politique territoriale des États post-soviétiques, conçue à l’échelle nationale, s’inscrit en rupture avec la politique d’aménagement conduite par l’État soviétique, qui était caractérisée par une approche régionale et inter-régionale de l’organisation de l’espace. Malgré la création des territoires nationaux, la planification soviétique reposait sur la spécialisation des territoires et la création de relations interdépendantes entre les républiques et entre les régions : l’État souhaitait édifier un espace soviétique cohérent et unifié. En Asie centrale, les limites administratives n’étaient pas fonctionnalisées, de sorte que la région présentait la particularité, à l’échelle de l’URSS, de comprendre plusieurs régions inter-républicaines : le Ferghana, le Khorezm, la vallée du Zeravchan, etc. (Minc, 1969). Le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan étaient par ailleurs regroupés au sein d’une région économique d’importance fédérale – l’Asie moyenne (srednââ Aziâ) –, dont le siège était situé à Tachkent.

L’Asie centrale cloisonnée, les régions menacées

  • 28  Tout en proposant une fusion entre l’OTSC et la CEEA, l’Ouzbékistan a suspendu sa participation à (...)

37Depuis la disparition de l’URSS, les pays d’Asie centrale ont reconnu leur appartenance à une région commune et ont, dans ce cadre, signé des accords visant à préserver des organisations régionales héritées de la période soviétique et à renforcer les coopérations internationales. À l’exception du Turkménistan, ils participent par ailleurs à des structures supra-étatiques promouvant l’intégration régionale, telles l’Organisation de coopération centre-asiatique (OCCA), qui fut créée en 2002 avant d’intégrer la Communauté économique eurasiatique (CEEA)28, l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) ou l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Toutefois, cette dynamique institutionnelle est contredite par le mouvement de fractionnement de l’espace régional, tant la politique d’activation des nouvelles frontières et la réorganisation du système de production et d’échanges stimulent les processus de disjonction socio-spatiale.

  • 29  La part de l’Asie centrale dans le commerce extérieur du Kazakhstan s’est rétractée entre 1990 et (...)

38Depuis les indépendances, la cohésion des régions d’Asie centrale est menacée par l’émergence du nouvel ordre territorial. La recomposition des systèmes de mobilité combine repli national et ouverture mondiale, au détriment de la circulation régionale. La contraction des échanges affecte toutes les mobilités et tous les modes de transport, tandis que la coupure de nombreux axes secondaires entraîne une déconnexion des réseaux nationaux. Aucun vol n’a été exploité entre l’Ouzbékistan et le Tadjikistan depuis 1992 ; aucun train régional ne relie plus les capitales centre-asiatiques entre elles ; les liaisons transfrontalières assurées par autocar, par minibus et par taxi ont quasiment disparu, à l’exception des lignes entre le Kazakhstan et le Kirghizstan (Thorez, 2005). Sur les autres itinéraires, la traversée des frontières tend à s’effectuer à pied, ce qui accroît la durée et la pénibilité des trajets. Quoique des transporteurs internationaux circulent sur les routes centre-asiatiques, cette rupture de charge affecte également la circulation des marchandises. De nombreux porteurs convoient donc sacs, colis, cabas et produits en vrac à travers les postes-frontières, tandis que de part et d’autre des postes de police et de douane se sont greffées des gares routières où stationnent des véhicules en cours de chargement et de déchargement ou bien en attente de chargeurs et/ou de passagers. L’animation qui naît sur les grands axes de cette logistique sommaire relève toutefois davantage de l’éparpillement des charges que du volume des flux transfrontaliers, d’autant que la part de l’Asie centrale dans le commerce extérieur se réduit, en particulier au Kazakhstan29.

39L’activation des frontières ainsi que le redéploiement et le repli des échanges tendent à fractionner l’Asie centrale et à morceler les régions. Accolées à des frontières hermétiques, Tachkent, Douchanbe de même que Samarkand, Namangan, Och ou Khodjent ont vu leur aire d’influence se réduire et se limiter au territoire national. Aussi, Tachkent, concurrencée par les capitales étatiques, a-t-elle perdu sa fonction de métropole régionale. Par ailleurs, la dynamique de fragmentation touche toutes les régions inter-étatiques. Partagé entre l’Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan, le Ferghana, vaste dépression peuplée de plus de 10 millions d’habitants, se fractionne. Malgré la formation des territoires républicains, le Ferghana était jusqu’aux années 1990 une entité géographique unie, structurée d’une part par d’intenses relations verticales, entre les oasis de la plaine centrale, les piémonts loessiques, les avant-chaînes et les montagnes du Tian-Chan, et d’autre part, par des relations horizontales entre les centres urbains (Minc, 1969) (Figure 9). Au sommet de la hiérarchie urbaine, les sept grandes villes de l’anneau ferghanien – Khodjent (alors Leninabad), Kokand, Namangan, Andijan, Och, Margilan et Ferghana – dominaient une armature urbaine polycentrique, cependant que l’organisation des réseaux de transport et des réseaux hydrauliques renforçaient l’intégration des sous-ensembles régionaux (Saliev, 1986). Alors que le Ferghana conserve une carte politique d’une grande complexité, la fonctionnalisation des nouvelles frontières conduit au cloisonnement de la région, à la disjonction des trois ensembles “nationaux” et, dans certaines enclaves et périclaves, à des phénomènes de surenclavement qui concourent au morcellement de la partie kirghizstanaise (Thorez, 2003, 2005). Sur le piémont méridional, la multiplication des discontinuités provoque en effet des formes d’enclavement emboîté dans les régions d’Och et de Batken, malgré les investissements programmés dans la rénovation du réseau routier (Figures 7 et 9). Dans ce contexte, les pratiques socio-spatiales des populations ferghaniennes tendent à se conformer à la carte politique. Des territorialités nationales se substituent aux territorialités régionales, tandis que certaines activités s’effacent. L’organisation des mariages s’inscrit de plus en plus dans les contours des territoires étatiques et marque une rupture avec l’assise spatiale traditionnelle des familles ferghaniennes, qui était indépendante des limites administratives (Thorez, 2005, Reeves, 2007). La transhumance entre la plaine ouzbékistanaise et les pâturages kirghizstanais du Tian-Chan et du Pamir, pratique ancestrale, s’est largement interrompue au profit d’un élevage stationnaire associé à une réorganisation des productions agricoles fondée sur le développement d’une seconde culture annuelle (Minc, 1969, Thorez, 2005). Permise par le recul de la production cotonnière, cette intensification de l’agriculture fait succéder au blé d’hiver moissonné en juin, des cultures fourragères ou des cultures maraîchères, de sorte qu’elle répond également à la politique d’autosuffisance édictée par les autorités de Tachkent pour s’affranchir des interdépendances régionales.


40Si le processus d’émiettement apparaît comme exacerbé dans le Ferghana, l’activation des nouvelles frontières fragilise toutes les entités régionales inter-étatiques. La construction des nations tend à s’opérer au détriment de régions, dont l’existence et l’organisation géographique n’avaient pas connu de remise en cause comparable durant la période soviétique. À cet égard, la transition territoriale post-soviétique ne s’apparente pas en Asie centrale à un retour à une organisation spatiale “traditionnelle” ni à un démantèlement des entités territoriales soviétiques.

Frontières, tensions et conflits : de l’espace vécu à l’espace subi

41Parmi les populations des régions frontalières, le changement de statut des dyades transforme profondément les pratiques et les représentations territoriales. Dans le Ferghana, ce n’est que durant les années 1990 que les habitants de Sokh, de Vorukh ou de Chakhimardan ont véritablement pris conscience de résider dans des enclaves, dans des “îles” ou plus négativement dans des “cellules de prison” (Reeves, 2007) (Figures 7 et 9). Car, dans la géographie quotidienne, à une circulation libre a succédé une mobilité contrainte et entravée, bornée par des frontières dont le franchissement implique une soumission à la violence réelle et symbolique exercée par les États et leurs représentants (Reeves, 2007). Si les dispositifs législatifs garantissent aux populations des bandes frontalières un statut spécifique, moins contraignant, le nouvel environnement géopolitique suscite des réactions hostiles et des tensions. Des territorialités contraires s’opposent : les politiques d’aménagement du territoire reposent sur une approche nationale, concrétisée localement par la militarisation et l’équipement des frontières, tandis que les acteurs non-étatiques cherchent à conserver des territorialités transfrontalières. Dans ce contexte, les populations centre-asiatiques ont acquis au cours des quinze dernières années un savoir-faire et une expérience pour franchir les frontières. Pour rendre visite à leur famille ou se rendre sur un bazar, les habitants du Ferghana ou du Khorezm ont appris à faire preuve d’habileté avec les gardes-frontières et les douaniers, et à négocier avec eux leur passage le cas échéant. Moyennant le versement d’une somme d’argent, il est ainsi possible de traverser les frontières sans visa ni autorisation officielle. Autre forme locale d’ajustement, les systèmes de barbelés ont été sectionnés en plusieurs endroits. De même que sur les portions non-équipées des dyades, une circulation alternative peut alors se développer, grâce à la tolérance des gardes-frontières conscients de l’importance sociale et économique de cette mobilité parallèle et de leur intérêt à l’autoriser.

42Malgré ces aménagements informels, le cloisonnement des régions rend la politique frontalière impopulaire : à plusieurs reprises des postes-frontières ont été attaqués par des populations hostiles au fractionnement de leur espace vécu, sur les dyades entre le Turkménistan et l’Ouzbékistan, entre l’Ouzbékistan et le Tadjikistan, entre l’Ouzbékistan et le Kirghizstan et entre le Kirghizstan et le Tadjikistan (Bichsel, 2009). Les difficultés à participer aux cérémonies et aux fêtes qui cimentent les communautés turkestanaises (mariages, circoncisions, etc.), l’impossibilité d’accomplir les pèlerinages de proximité ou les entraves aux activités agricoles et pastorales affectent les sociétés frontalières et attisent le mécontentement. La crise territoriale peut se muer en crise politique. Dans le Ferghana, le mouvement islamiste Hizb-ut-Tahrir tient d’ailleurs une partie de sa popularité de la dénonciation des nouvelles frontières. Or, outre cette confrontation entre les Etats et les populations locales, les frontières cristallisent les tensions liées à la répartition des ressources (partage de l’eau, attribution des pâturages, etc.) entre les populations kirghizstanaises, ouzbékistanaises et tadjikistanaises, entre les populations kirghizes et tadjikes, entre les communautés d’agriculteurs et d’éleveurs (Bichsel, 2009).

  • 30  Les mouvements nationalistes kirghizes, qui revendiquent une approche ethnique de l’État et de la (...)

43L’évolution contrainte des territorialités dans les régions frontalières fait de l’espace vécu un espace subi. Pourtant, malgré l’opposition des populations locales à la mise en œuvre des nouvelles frontières, la politique conduite par les États a connu une réelle efficacité. Les frontières politiques sont devenues des frontières identitaires, à la faveur de l’appropriation des catégories d’appartenance étatiques et civiques par les populations centre-asiatiques. Dans le Ferghana, les Ouzbeks des régions d’Och et de Djalal-Abad ont ainsi nettement pris conscience d’être citoyens du Kirghizstan et d’être des ressortissants étrangers pour l’État ouzbékistanais (Megoran, 2006). En juin 2010, les violences inter-ethniques dont ils furent les victimes ont d’ailleurs, dans la douleur, confirmé leur statut de minorité kirghizstanaise, alors que ces événements survenus dans un contexte politique et économique instable et dégradé posent la question de la nature de la politique nationale conduite par les autorités de Bichkek (Pétric, 2010)30.

44Ces contours de la redéfinition des identités confèrent une stabilité aux États, dont témoigne peut-être l’amorce d’un assouplissement de la politique frontalière – un accord entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan avait supprimé le régime de visa pour les déplacements inférieurs à soixante jours en octobre 2006 avant cependant que des tensions ne réduisent la perméabilité de la frontière. L’instrumentalisation des frontières et, plus largement, du territoire étatique démontre que la politique de construction nationale ne s’est pas limitée à valoriser la dimension ethnique des États, à travers la promotion de la langue, de l’histoire et des “valeurs” de la nationalité éponyme ou la nationalisation du personnel politique, bien que des politistes qualifient désormais les républiques d’Asie centrale d’“ethnocraties” (Laruelle, Peyrouse, 2006). La construction d’une identité civique par le territoire souligne à l’inverse la complexité des mécanismes politiques et sociaux à l’œuvre dans les sociétés centre-asiatiques et la coexistence de processus à priori contradictoires.

Exploiter les différentiels frontaliers : vers des régions transfrontalières ?

  • 31  La participation du Kazakhstan à une union douanière commune avec la Russie et la Biélorussie depu (...)
  • 32  Dans un registre très différent, en mai 2005, à la suite de la répression de l’insurrection d’Andi (...)

45La fonctionnalisation des frontières participe à la segmentation de l’espace économique centre-asiatique, alors même que les spécificités nationales des itinéraires de transition et la sélection des lieux et des territoires opérée par des acteurs économiques ayant adopté les principes capitalistes de régulation de l’offre et de la demande amplifient les différenciations territoriales. Dans ce contexte, les différentiels frontaliers n’ont cessé de croître depuis le début de la transformation post-soviétique (Figure 9)31. Dans les régions frontalières, des travailleurs, des producteurs, des commerçants et des transporteurs exploitent cette différenciation croissante des marchés de sorte que des migrations journalières, temporaires ou saisonnières, ainsi que des flux commerciaux, se développent sur les nouvelles frontières. Des mobilités inédites naissent en réaction à l’activation des frontières, lesquelles conservent ainsi une certaine porosité32. Coexistent des flux officiels, des flux informels et des flux illégaux, l’essor de la contrebande et des “flux de contournement” (Bennafla, 2002) répondant classiquement à la fonctionnalisation des frontières (Guichonnet, Raffestin, 1974).


  • 33  Un adulte, ayant ramassé 100 kg de coton dans la journée, recevait 1,8 dollars en Ouzbékistan mais (...)

46Au sein de l’Asie centrale, les flux migratoires internationaux prennent la forme de migrations à longues distances, polarisées par les capitales politique (Astana), économique (Almaty) et pétrolières (Atyrau, Aktau) du Kazakhstan, mais également de migrations frontalières locales et régionales. À cette échelle, depuis l’Ouzbékistan, des travailleurs migrent vers les régions de Djalal-Abad et d’Och au Kirghizstan et vers la région de Chymkent au Kazakhstan. Depuis le Kirghizstan, un flux de main d’œuvre se développe à destination de la région d’Almaty, où une partie des migrants, surexploitée, travaille dans la tabaculture de mars-avril à octobre. Dans ces régions inter-étatiques, les migrations frontalières présentent une grande diversité. Des brigades d’ouvriers du bâtiment, se déplaçant le temps d’un chantier (une semaine, un mois, un trimestre), cohabitent avec des ouvriers agricoles, ou plus rarement avec des employés des services. Chaque automne, la cueillette du coton mobilise au Kazakhstan et au Kirghizstan plusieurs milliers de paysans ouzbékistanais, malgré la volonté des autorités de Tachkent de limiter le phénomène. En 2001, dans la Steppe de la Faim, le prix du coton brut était presque trois fois supérieur au Kazakhstan, ce qui stimulait les mobilités frontalières, la matière première faisant par ailleurs l’objet d’un trafic clandestin pénalisant pour l’Ouzbékistan33. Durant la saison de la cueillette, des migrants franchissent quotidiennement la frontière, mais la catégorie “travailleurs frontaliers” s’applique mal aux conditions de travail et de circulation qui caractérisent le quotidien des ramasseurs de coton. En revanche, outre les représentants de l’État, il existe de nombreux travailleurs de la frontière – des commerçants, des manœuvres – dont la mobilité incessante les différencie des travailleurs migrants. Tributaires de l’environnement politique et économique, ils animent des flux commerciaux dont l’ancrage territorial est fluctuant, bien que ces derniers soient conditionnés par l’existence des bazars frontaliers et par les gradients qui structurent l’espace économique centre-asiatique (Thorez, 2008).

47Les nouvelles mobilités frontalières permettent d’atténuer les effets négatifs de l’activation des frontières sans toutefois réduire sensiblement les différenciations socio-spatiales (Thorez, 2005). Les activités commerciales contribuent par ailleurs à l’enrichissement et au renforcement des élites régionales qui contrôlent les réseaux marchands officiels et informels. Dans le Ferghana, le développement des échanges entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan a ainsi bénéficié aux élites politiques et économiques des régions d’Och et d’Andijan. En contrepartie, chaque fermeture de la frontière, où se répètent des incidents mineurs, affecte la position acquise par ces groupes. De ce fait, il semble que fermer la frontière soit aussi pour le pouvoir ouzbékistanais, dominé par les factions de Samarkand et de Tachkent, un moyen de contenir la position des groupes ferghaniens dans le jeu politique national, en limitant leurs ressources économiques. En ce sens, la teichopolitique apparaîtrait non seulement comme un vecteur de la construction identitaire et étatique, mais également comme un instrument de régulation des luttes politiques et économiques nationales.

48Depuis l’enclenchement du cycle de fermeture des nouvelles frontières, les régions inter-républicaines, dont l’unité et la cohésion s’étaient maintenues dans le cadre du système spatial soviétique, sont devenues des entités géographiques fractionnées. Depuis le Semiretche, scindé par la frontière entre le Kirghizstan et le Kazakhstan, jusqu’aux vallées pré-pamiriennes, partagées entre le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, les oasis des deltas et des piémonts sont divisées en régions frontières juxtaposées (Figure 1). Toutefois, la persistance des territorialités régionales – le Ferghana est toujours appréhendé par ses habitants comme “la Vallée” –, la réactivation et l’émergence de mobilités frontalières, ainsi que la stabilité des États posent la question de l’évolution à moyen terme de ces entités vers des régions transfrontalières, où les dyades ne seraient plus des barrières, certes poreuses, mais des interfaces.

Conclusion

49Instrumentalisées par les États pour assurer leur pérennité et leur stabilité, les nouvelles frontières de l’Asie centrale sont devenues des structures territoriales fondamentales dans le système spatial régional. Confirmées, ossifiées et fonctionnalisées, elles bornent des territoires étatiques différenciés et aujourd’hui appropriés. Dans le contexte contemporain, la territorialisation de la “fabrication des nations” (Roy, 1997) concourt à la restructuration des sociétés centre-asiatiques sur des fondements étatiques et contribue à l’individualisation des entités géographiques nationales. Ce processus marque une évolution essentielle dans la trajectoire géo-historique de l’Asie centrale. L’émergence et l’activation des nouvelles frontières introduisent dans l’espace centre-asiatique des ruptures inédites et des distanciations matérielles et idéelles qui segmentent les constructions territoriales régionales. La généralisation des entraves à la mobilité frontalière, locale et régionale, conduit à des modifications contraintes des territorialités qui provoquent à différentes échelles des tensions sociales et politiques. De ce fait, l’Asie centrale connaît, parallèlement à son insertion dans l’espace mondialisé, une recomposition des nations et des régions qui, paradoxalement, s’apparente, sous différentes formes, à une dérégionalisation (Richard, Tobelem-Zanin, 2009). Longtemps “introuvables” (Balland, 1997) bien que décriées, les frontières divisent désormais les sociétés et les territoires de l’Asie centrale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abašin S. N., Buškov V. I. (eds.), 2004, Ferganskaâ dolina – êtničnost’, êtničeskie processy, êtničeskie konflikty [La vallée du Ferghana – ethnicité, processus ethniques, conflits ethniques], Moscou, Nauka.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anderson M., 1997, “Les frontières : un débat contemporain”, Cultures & Conflits, No.26-27, 15-34.
DOI : 10.4000/conflits.359

Balland D., 1997, “Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques”, Hérodote, No.84, 77-123.

Ballif F., Rosière S., 2009, “Le défi des ‘teichopolitiques’. Analyser la fermeture contemporaine des territoires”, L’Espace géographique, vol. 38, No.3, 193-206.

Bennafla K., 2002, Le commerce frontalier en Afrique centrale – Acteurs, espaces, pratiques, Paris, Kharthala.

Bichsel C., 2009, Conflict Transformation in Central Asia. Irrigation disputes in the Ferghana Valley, London, Routledge.

Braconnay V., 2008, “La vallée du Ferghana. Coeur en fragments de l’Asie centrale”, Cahiers de l’Orient, No.89, 103-112.

Cariou A., 2007, “Entre repli et ouverture : nouveaux enjeux et recomposition des déserts centrasiatiques”, Maghreb-Machrek, No.193, 109-131.

Cuisinier-Raynal A., 2001, “La frontière au Pérou entre fronts et synapses”, L’Espace géographique, vol. 30, No.3, 213-229.

Djalili M.-R., Kellner T., 2003, Géopolitique de l’Asie centrale, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Elissalde B., 2000, “Géographie, temps et changement spatial”, L’Espace géographique, vol. 29, No.3, p. 224-236.
DOI : 10.3406/spgeo.2000.2008

Groupe Frontière, Arbaret-Schulz C. et Alii, 2004, “La frontière, un objet spatial en mutation”, Espaces-Temps.net, http://www.espacestemps.net/document842.html

Ferrando O., 2010, “Politiques diasporiques et flux migratoires : Les États-nations et leurs minorités co-ethniques de l’étranger”, in Laruelle M. (dir.), Dynamiques migratoires et changements sociétaux en Asie centrale, Paris, Pétra, 49-76.

Foucher M., 1991, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard.

Foucher M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin.

Gavrilis G., 2003, “Policing the Periphery : Security Repertoires and Border control among central Asian States 1991-2003”, intervention à l’occasion de la IVe conférence de CESS, Harvard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gonon E., Lasserre F., 2003, “Une critique de la notion de frontières artificielles à travers le cas de l’Asie centrale”, Cahiers de géographie du Québec, vol. 47, No.132, 433-464.
DOI : 10.7202/008090ar

Golunov S., 2001, Postsovetskie granicy central’noj Azii v kontekste bezopasnosti i sotrudničestva [Les frontières post-soviétiques d’Asie centrale dans le cadre de la sécurité collective et de la coopération], Central’naâ Aziâ i Kavkaz, No.5, 66-178.

Guichonnet P., Raffestin C., 1974, Géographie des frontières, Paris, PUF.

Hamraev F., 2005, Konflikty na uzbeksko-kazahskoj granice : problemy i rešeniâ [Les conflits sur la frontière ouzbeko-kazakhe : problèmes et solutions], Tachkent, IFEAC.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Haugen A., 2003, The Establishment of National Republics in Soviet Central Asia, New York, Palgrave Macmillan.
DOI : 10.1057/9780230502840

Hirsch F., 2005, Empire of nations – Ethnographic knowledge & the making of the Soviet Union, Ithaca, Cornell University Press.

International Crisis Group, 2002, Central Asia: border disputes and conflict potential, Bruxelles-Och, ICG Asia Report No.33.

Khalid A., 1998, The Politics of Muslim Cultural Reform – Jadidism in Central Asia, Berkeley, University of California Press.

Kojčiev A., 2001, Nacional’no-territorial’noe razmeževanie v ferganskoj doline (1924-27), [La délimitation des territoires nationaux dans la vallée du Ferghana (1924-27)], Bichkek.

Kolossov V. A., O’Loughlin J., 1998, “New borders for new world orders: territorialities at the fin-de-siècle”, GeoJournal, vol. 44, No.3, 259-273.

Laruelle M., Peyrouse S., 2006, Asie centrale, la dérive autoritaire, Paris, Autrement / CERI.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Leresche J.-P., Saez G., 1997, “Identités territoriales et régimes politiques de la frontière”, Pôle Sud, vol. 7, No.1, 27-47.
DOI : 10.3406/pole.1997.978

Martin-Maze M. (2008), “Frontières européennes, frontières centre-asiatiques : un modèle unique de gestion ?”, Regards sur l’Est, http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=829

Masov R., 1991, Istoriâ topornogo razdeleniâ [Histoire d’un découpage à la hache], Douchanbe, Irfon.

Maurel M.-C., 1982, Territoire et stratégie soviétique, Paris, Economica.

Maurel M.-C., 1997, “Géographie de la transformation post-socialiste en Europe centrale” in Maurel M.-C. (dir.), Recompositions de l’Europe médiane, Paris, Sedes, 29-61.

Megoran N., 2004, “The Critical Geopolitics of the Uzbekistan-Kyrgyzstan Ferghana Valley Boundaries Dispute”, Political Geography, vol. 23, No.6, 731-764.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Megoran N., 2006, “For ethnography in political geography: Experiencing and re-imagining Ferghana Valley boundary closures”, Political Geography, vol. 25, No.6, 622-640.
DOI : 10.1016/j.polgeo.2006.05.005

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Megoran N., 2007, “On Researching ‘ethnic conflict’: Epistemology, Politics, and Central Asian Boundary Dispute”, Europe-Asia Studies, vol. 59, No.2, 253-277.
DOI : 10.1080/09668130601125585

Minc A.A. (ed.), 1969, Srednââ Aziâ. Èkonomiko-geografičeskaâ harakteristika i problemy razvitiâ hozâjstva [L’Asie moyenne. Géographie économique et problèmes de développement], Moscou, Mysl’.

Pérouse J.-F., 2008, “La Turquie : une construction territoriale récente”, Mappemonde, No.90, http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08204.html

Pétric B., 2010, “Pogroms contre les Ouzbeks à Och”, Hérodote, No 138, 58-65.

Poujol C., 1997, “Cosaques contre Kazakhs : nationalismes, identités et territoires au Kazakhstan”, Hérodote, No.84, 124-144.

Poujol C., 2003, “L’Ouzbékistan ou la stratégie du ‘surenclavement’”, Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, No.35, 61-70.

Raballand G., 2005, L’Asie centrale ou la fatalité de l’enclavement ?, Paris, L’Harmattan / IFEAC.

Radvanyi J., 1982, Le géant aux paradoxes. Fondements géographiques de la puissance soviétique, Paris, Messidor – Éditions sociales.

Reeves M., 2007, “Travels in the Margins of the State: Everyday Geography in the Ferghana Valley Borderlands” in Sahadeo J., Zanca R. (eds.), Everyday Life in Central Asia – Past and Present, Bloomington, Indiana University Press, 281-300.

Renard J.-P. (dir.), 1997, Le géographe et les frontières, Paris, L’Harmattan.

Richard Y., Tobelem-Zanin C., 2009, “L’Europe dans la régionalisation de l’espace mondial. Etude des flux commerciaux par un modèle d’interaction spatiale”, Géocarrefour, vol. 84, No.3, 137-179.

Roy O., 1997, La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Paris, Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sabol S., 1995, “The creation of Soviet Central Asia: The 1924 national delimitation”, Central Asian Survey, vol. 14, No.2, 225-241.
DOI : 10.1080/02634939508400901

Saliev A.S., 1986, Faktory i tendencii razvitiâ sovremennogo rasseleniâ v respublikah srednej Azii [Facteurs et tendances du développement du peuplement contemporain dans les républiques d’Asie moyenne], Thèse de doctorat d’État, Tachkent.

Thorez J., 2003, “Enclaves et enclavement dans le Ferghana post-soviétique”, Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, No.35, 28-39.

Thorez J., 2005, Flux et dynamiques spatiales en Asie centrale – Géographie de la transformation post-soviétique, Thèse de doctorat, université de Paris X – Nanterre.

Thorez J., 2007, “La construction territoriale de l’indépendance : réseaux et souveraineté en Asie centrale post-soviétique”, Flux, No.70, 33-48.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thorez J., 2008, “Bazars et routes commerciales en Asie centrale – Transformation post-soviétique et ‘mondialisation par le bas’”, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 24, No.3, 167-189.
DOI : 10.4000/remi.4844

Tinguy (de) A., 2004, La grande migration – La Russie et les Russes depuis l’ouverture du rideau de fer, Paris, Plon.

Zhaparov A., 2008, “The issue of Chinese migrants in Kyrgyzstan”, China and Eurasia Forum Quarterly, vol. 7, No.1, 79-91.

Haut de page

Notes

1  La rédaction de cet article repose sur des enquêtes de terrain menées entre 1996 et 2010 au Kazakhstan, au Kirghizstan, en Ouzbékistan et au Tadjikistan. Ce travail s’inscrit dans le programme de recherche “Le Caucase et l’Asie centrale post-soviétiques : un autre Sud ?”, coordonné par C. Mouradian (CERCEC-EHESS) et financé par l’ANR.

2  À cette occasion, la frontière entre le Kazakhstan et la Russie, qui couvre 6846 km, est devenue la plus longue dyade continentale. Sa configuration actuelle, qui diffère suivant les portions, présente des spécificités par rapports aux frontières internes à l’Asie centrale, liées notamment à la nature des relations entretenues par le Kazakhstan et la Russie. Les évolutions récentes de la frontière russo-kazakhstanaise ne sont donc pas étudiées dans cet article.

3  Le terme “horogenèse”, proposé en 1989 par M. Foucher dans son ouvrage Fronts et frontières – Un tour du monde géopolitique, désigne le processus de formation des frontières.

4  Le khanat de Kokand avait disparu dès la conquête de l’Asie centrale par les armées tsaristes, en 1876.

5  Avant l’intégration de l’Asie centrale dans l’Empire tsariste, le territoire des États – khanat de Khiva, khanat de Kokand, émirat de Boukhara – correspondait à l’aire sur laquelle s’exerçait la suzeraineté d’une dynastie régnante. En raison de la fluctuation des alliances et des équilibres politiques, leurs frontières, qui ne répondaient pas à un modèle linéaire, n’étaient pas fermement établies.

6  L’attribution du statut de République socialiste soviétique à un territoire national dépendait aussi de sa localisation, toute RSS devant être bordée par une frontière internationale (Radvanyi, 1982).

7  Par exemple, Tursunov H. (dir.) (1967), Istoriâ uzbekskoj SSR, tom 3, Pobeda velikoj oktâbr’skoj socialističeskoj revolûcii i postroenie socializma v Uzbekistane (1917-1937 gg.) [Histoire de la RSS d’Ouzbékistan, tome 3, La victoire de la grande révolution socialiste d’octobre et la construction du socialisme en Ouzbékistan (1917-1937)], Tachkent, Fan, 707 p.

8  M. Sultan-Galiev fut ainsi écarté du pouvoir en 1923 pour avoir développé une doctrine conciliant “islam” et “communisme” et milité pour la création d’une république du Touran dont les contours auraient correspondu au bassin aralo-caspien.

9  A. Khalid considère toutefois que, malgré l’accusation de séparatisme formulée par le pouvoir soviétique central à l’endroit des insurgés, le mouvement basmatchi, qui était enraciné dans des solidarités locales, apparaissait fondamentalement comme une réaction à la crise économique et sociale (Khalid, 1998).

10  L’expression “frontière artificielle”, qui néglige les processus politiques et sociaux d’édification des frontières, est pourtant un “concept scientifiquement vide” (Gonon, Lasserre, 2003).

11  Sur les rapports de l’Etat soviétique aux clans et aux lignages en Asie centrale, voir Ohayon I. (2008), « Lignages et pouvoirs locaux. L’indigénisation au Kirghizstan soviétique (années 1920-1930) », Cahiers du Monde russe, 49/1, 145-182.

12  Le Karakalpakistan n’a jamais accédé au statut de république fédérée et fut successivement intégré au Kazakhstan puis à l’Ouzbékistan.

13  La région connut plusieurs conflits inter-ethniques : en 1989, les populations meskhètes d’Ouzbékistan furent victimes de pogroms ; en 1990, la région kirghizstanaise d’Och connut des affrontements entre Kirghizes et Ouzbeks.

14  Au recensement de 1989, 1 197 000 Ouzbeks habitaient au Tadjikistan, 550 000 au Kirghizstan, 332 000 au Kazakhstan et 317 000 au Turkménistan.

15  Boukhara fut la capitale des Samanides, dynastie persane dont le règne, de 874 à 1004, correspond à une période d’intense activité intellectuelle et artistique.

16  A. Haugen souligne toutefois que la distinction entre les catégories “tadjik” et “ouzbek” selon des critères linguistiques se serait essentiellement opérée après la création de la RSS d’Ouzbékistan, devant la politique de “turcisation” menée dans la république (Haugen, 2003). La conscience nationale tadjike, unifiant les Tadjiks des montagnes et les Tadjiks des villes, se serait donc largement construite en réaction à la réforme territoriale, ce qui expliquerait d’une part, la composition nationale des organes en charge du partage territorial et, d’autre part, la création tardive – en 1929 – de la RSS du Tadjikistan. À l’occasion de ce changement de statut, le pouvoir soviétique ne répondit pas aux revendications tadjikes, en refusant d’intégrer Samarkand et Boukhara à la nouvelle république fédérée mais, par nécessité de compromis, lui attribua la région de Khodjent.

17  Le Kirghizstan a finalement refusé de procéder à cet ajustement frontalier car cet échange territorial, qui aurait accru les difficultés de circulation dans le sud du pays, était inégal en terme de superficie concédée et de population concernée.

18  Au Tadjikistan, la guerre civile fut menée sur des bases régionales par des coalitions opposées idéologiquement, mais la territorialisation du champ politique n’a pas entraîné l’éclatement du pays, malgré les discontinuités de l’espace national.

19  Pour définir le tracé de leur frontière commune, l’Ouzbékistan souhaitait se fonder sur les cartes de 1927, le Kirghizstan sur celles de 1954.

20  Une “teichopolitique” (de teichos, le mur) est une politique de cloisonnement de l’espace (Ballif, Rosière, 2009).

21  Le Turkménistan a dressé une liste exhaustive des produits, notamment alimentaires, dont “l’exportation” est interdite. Meredov M. (2009), Turkmeniâ : u želaûŝih pereseč’ granicu s Uzbekistanom prograničiki otbiraût hleb [Tukménistan : les gardes-frontières confisquent le pain de ceux qui souhaitent traverser la frontière avec l’Ouzbékistan], www.ferghana.ru, 14/01/2009.

22  Les populations des bandes frontalières bénéficient néanmoins d’un statut spécifique, allégé.

23  Babakulov U. (2007), Svoimi glazami. Velikij šelkovyj put’ segodnâ – čast’ 1 [Vu de ses propres yeux. La Route de la soie aujourd’hui – 1ère partie], www.ferghana.ru, 2/11/2007.

24  L’Union Européenne a développé, depuis 2002, un programme intitulé Border Management Programme in Central Asia (BOMCA), qui vise à améliorer la gestion des frontières centre-asiatiques, dans la perspective de faciliter les échanges commerciaux (officiels) et d’accroître la sécurité (Martin-Maze, 2008). Mais cette initiative n’entraîne pas une diffusion en Asie centrale du modèle “européen” des frontières.

25  Combinant continuité aréolaire et discontinuité réticulaire, les périclaves sont des portions d’espace non détachées du territoire national mais exclusivement accessibles après un transit par un pays étranger.

26  Dans le cadre du système de circulation soviétique, le principe était de contourner les montagnes et les déserts et de traverser les limites inter-républicaines, tandis que le nouvel environnement géopolitique exige d’éviter les frontières et de traverser les montagnes et les déserts.

27  Sur la nécessité de limiter les formes de cloisonnement et de surenclavement pour assurer la viabilité de l’État dans les pays enclavés, voir Doumenge F., 1986, Enclavement et développement, Paris, Agence de coopération culturelle et technique, 92 p.

28  Tout en proposant une fusion entre l’OTSC et la CEEA, l’Ouzbékistan a suspendu sa participation à la CEEA en 2008.

29  La part de l’Asie centrale dans le commerce extérieur du Kazakhstan s’est rétractée entre 1990 et 2000, passant de 16 % à 3 % ; elle conserve un niveau supérieur en Ouzbékistan, au Kirghizstan et surtout au Tadjikistan (Thorez, 2005).

30  Les mouvements nationalistes kirghizes, qui revendiquent une approche ethnique de l’État et de la société fondée sur une distinction fondamentale entre la “nationalité titulaire” et les autres nationalités, occupent une place centrale sur la scène politique kirghizstanaise.

31  La participation du Kazakhstan à une union douanière commune avec la Russie et la Biélorussie depuis juillet 2010 tend à renforcer les contraintes qui pèsent sur la circulation transfrontalière des marchandises et contribue à accroître les disparités au sein de l’espace économique centre-asiatique.

32  Dans un registre très différent, en mai 2005, à la suite de la répression de l’insurrection d’Andijan, la discontinuité frontalière a été exploitée comme ligne protectrice par plusieurs milliers d’Ouzbékistanais qui fuyaient au Kirghizstan. En juin 2010, plusieurs dizaines de milliers d’Ouzbeks résidant dans les régions d’Och et de Djalal-Abad, au Kirghizstan, ont fui les violences dont ils étaient la cible, en se réfugiant en Ouzbékistan. Tout en refusant d’intervenir militairement au Kirghizstan, les autorités de Tachkent ont en effet assuré un soutien aux populations ouzbèkes, en ouvrant, dans un premier temps, la frontière entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan. Depuis, cette frontière est de nouveau fermée, comme elle le fut après le renversement des présidents kirghizstanais A. Akaev, au printemps 2005, et K. Bakiev, au printemps 2010.

33  Un adulte, ayant ramassé 100 kg de coton dans la journée, recevait 1,8 dollars en Ouzbékistan mais 4,6 dollars au Kazakhstan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Thorez, « Les nouvelles frontières de l’Asie centrale : États, nations et régions en recomposition », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 534, mis en ligne le 25 mai 2011, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/23707 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23707

Haut de page

Auteur

Julien Thorez

Chargé de recherche au CNRS
Mondes iranien et indien
UMR 7528 (CNRS, Paris 3 – Sorbonne nouvelle, EPHE, INaLCO)
27, rue Paul Bert, 94 204 Ivry-sur-Seine
julienthorez@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page