Navigation – Plan du site
2011
535

Entre patrimoine, tourisme et agriculture : difficulté d’un choix de gestion dans un espace multifonctionnel. Application aux chinampas de Xochimilco (Mexique)

Between heritage, tourism and agriculture: difficulty of a choice of management in a multifunctional space. Application to chinampas Xochimilco (Mexico).
Céline Clauzel

Résumés

Inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco pour leur témoignage des techniques préhispaniques d’agriculture sur l’eau, les chinampas de Xochimilco sont le dernier grand espace non urbanisé de la ville de Mexico. Le site est le support d’une multitude de fonctions dont la promiscuité engendre inévitablement des tensions entre les acteurs. Localisées au cœur de la capitale, les chinampas subissent également les effets de la pression urbaine qui tend à concurrencer spatialement les autres activités et à accentuer les dégradations environnementales. Depuis une dizaine d’années, les gestionnaires prennent conscience de la nécessité de protéger ce milieu. Mais la gestion d’un espace multifonctionnel est confrontée à de multiples interrogations : une protection stricte de l’environnement est-elle pertinente dans un milieu aménagé depuis des siècles ? Peut-on concilier développement touristique et protection de l’environnement dans un milieu déjà fragilisé ? Comment intervenir sur des parcelles privées ? Établir des choix de gestion dans des milieux multifonctionnels est donc un exercice complexe qui doit se faire en concertation étroite avec tous les acteurs et s’appliquer à la fois localement au plus près des problématiques et globalement pour prendre en compte les sites dans leur cadre régional.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Contexte de l’étude

  • 1  L'expression, bien qu’abusive, est devenue courante pour qualifier ces terrains maraîchers quadril (...)

1Les zones humides ont fait l’objet de mises en valeur différentes et parfois contradictoires. Si certaines d’entre elles ont été asséchées au profit de l’urbanisation ou de la mise en culture, d’autres ont joué un rôle important dans la vie économique et sociale de leurs riverains. Certaines sociétés en Europe, en Asie ou en Amérique centrale se sont adaptées à la présence permanente de l’eau en développant des techniques agricoles spécifiques : ainsi sont nés les “jardins flottants1” dont certains sont encore fonctionnels aujourd’hui.

2L’augmentation croissante de la population a permis l’essor puis le maintien de ces systèmes productifs, mais le développement des transports au milieu du XXe siècle et la concurrence des exploitations de pleins champs ont remis en cause cette relation d’interdépendance. L’agriculture déclinant, ces zones humides furent peu à peu abandonnées et vouées à l’urbanisation. À partir des années 1980, la montée en puissance des questions environnementales a favorisé la redécouverte de ces milieux et de leurs valeurs. Aujourd’hui insérés au cœur des tissus urbains, certains sont les supports de multiples enjeux : réserves naturelles et foncières, sources d’approvisionnement (eau, pêche, agriculture), zones de loisirs, lieux de résidence ou encore pôles touristiques. Leur localisation les place ainsi dans une position paradoxale, à la fois sites stratégiques pour la gestion de la ville et obstacles à l’extension urbaine.

3L’avenir de ces espaces verts intra-urbains est aujourd’hui confronté à de multiples interrogations : comment concilier toutes ces fonctions ? Une protection stricte de l’environnement est-elle pertinente dans un milieu aménagé depuis des siècles ? Peut-on associer développement touristique et protection de l’environnement dans un milieu déjà fragilisé ? L’agriculture a-t-elle encore une place dans ce système multifonctionnel ?

Démarche méthodologique

  • 2  Les règles de typographie française préconisent l’utilisation de l’italique pour les mots étranger (...)

4Pour répondre à ces questions, notre recherche (intégrée à un programme Ecos-Nord sur le devenir des zones humides urbaines) s’est focalisée sur un site soumis à de multiples pressions : les chinampas2 dans le bassin de Mexico (carte 1). Si les études de ce site sont nombreuses, elles ne traitent souvent que d’une thématique précise (l’écologie ou l’agriculture). Les chinampas sont rarement appréhendées de façon globale à travers leurs différentes utilisations et l’approche spatio-temporelle est, elle aussi, sous-représentée.

5Pour comprendre les transformations de l’occupation du sol et envisager les évolutions futures, cette approche est pourtant indispensable. Une analyse diachronique d’images satellites et de photographies aériennes entre 1982 et 2004 (Clauzel, 2008) a permis d’identifier les principales dynamiques : un déclin important de l’agriculture traditionnelle (-50 % de surfaces cultivées), une reconversion des exploitations vers l’agriculture intensive, un développement du tourisme, une densification du bâti autour et à l’intérieur du site. Ces évolutions fragilisent le fonctionnement écologique du site (assèchement des canaux, artificialisations des sols, pollutions) mais aussi l’activité agricole et touristique. Il apparaît donc primordial de définir des orientations de gestion en tenant compte des contraintes identifiées et des intérêts en jeu.

6Après confrontation des résultats de l’analyse spatiale avec les données historiques et socioéconomiques, trois grandes thématiques ressortent : la protection de l’environnement, l’agriculture traditionnelle et l’activité touristique. Des scénarios monofonctionnels sont établis pour chacun de ces thèmes en identifiant les transformations potentielles du site par le biais d’une simulation spatiale. Leur viabilité est ensuite analysée par différents critères :

  • économiques : le scénario entraîne-t-il la restriction ou la disparition de certaines activités ? Offre-t-il de nouvelles opportunités en termes d’emplois pour les populations locales ?

  • écologiques : le scénario accentue-t-il, ou au contraire réduit-il, les pressions sur l’environnement ? Son impact concerne-t-il l’ensemble du site ou seulement une partie ?

  • paysagers : le paysage, notamment celui de la chinampera (petites parcelles, canaux, haies d’arbres), est-il modifié, préservé ou altéré ?

  • sociales : les acteurs sont-ils en accord ou en opposition avec ces orientations ?

7L’analyse s’est appuyée sur des enquêtes antérieures (Davila, 1988 ; Heimo, 2005 ; Unesco, 2006) et sur 22 entretiens ponctuels menés en 2006 auprès d’agriculteurs, de guides touristiques et de gestionnaires (Clauzel, 2008). Cela nous a permis de relever d’éventuels conflits d’intérêt entre les acteurs et des propositions pour améliorer la gestion du site. Celles-ci ont ensuite servi de base à l’élaboration d’un projet de multiactivité visant à réduire les tensions actuelles entre les différents usages.


Un milieu original, support de multiples fonctions

Les chinampas, témoignages des techniques préhispaniques d’agriculture sur l’eau

8Les chinampas sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987. Ces mosaïques de parcelles entrecoupées de canaux et bordées d’arbres sont un des derniers témoignages des techniques préhispaniques d’agriculture sur l’eau (Unesco, 2006). L’agriculture lacustre a été mise en place plusieurs siècles avant notre ère dans le bassin de Mexico (Niederberger, 1987), puis elle a prit son essor au XIVe siècle avec les Aztèques et la fondation de Tenochtitlan (ancienne Mexico).

9En dépit des multiples contraintes liées à l’omniprésence de l’eau (faible superficie des terrains, difficulté d’accès, entretien régulier, etc.), l’activité y est très productive grâce à l’humidité constante et aux apports réguliers de vase qui fertilisent les sols. La production actuelle est très variée, associant cultures locales (maïs, piment, tomate, haricot rouge, etc.), légumes importés d’Europe (épinard, laitue, radis, etc.), floriculture, arboriculture et élevage (bovin et porcin).

  • 3  La délégation (ou delegación en espagnol) est une entité administrative correspondant aux arrondis (...)

10Le système est considéré comme un modèle agricole durable et respectueux de l’environnement fonctionnant en cercle quasi fermé (Stephan-Otto et Espinosa, 2001). Les intrants proviennent de la région (boue des canaux, fumier et végétaux aquatiques utilisés comme engrais) et les résidus de cultures sont réintégrés dans le système. A l’époque aztèque, les chinampas s’étendaient sur 120 km² et pouvaient nourrir jusqu’à 100 000 personnes (Canabal Cristiani, 1997). Elles ne couvrent aujourd’hui plus que 40 km² au sud de Mexico (dans la délégation3 de Xochimilco) et sont insérées dans un tissu urbain dense (Clauzel, 2008).

Un espace soumis à une forte pression urbaine

11À l’origine simple village rural, Xochimilco a été rattrapé par l’extension de la capitale mexicaine. Entre 1950 et 2005, la population de la délégation est passée de 47 000 à 405 000 habitants, soit une croissance annuelle moyenne de +4 %, mais avec des taux atteignant certaines années jusqu’à 87 % (DDF, 2006). D’après le plan d’occupation du sol de 2005 du District Fédéral, 80 % de la superficie de Xochimilco est classée en zone protégée. L’offre limitée de logements ne permettant pas de répondre aux besoins de la population, l’urbanisation s’est étendue sur des terrains non viabilisés. D’après le District Fédéral (DDF, 2006), 37 % de la population de Xochimilco (soit 137 560 habitants) vit ainsi dans des quartiers illégaux et, parmi elle, 23 % (32 800 personnes) se sont installées sur les terres agricoles des chinampas.

12Pour tenter de freiner cette extension de l’urbanisation, le gouvernement mexicain a mis en place un programme de protection de l’environnement en 1989. Il a conduit, entre autres, à la création de plusieurs zones protégées dans les chinampas. Toutefois, le programme a eu peu d’effet sur les périphéries où l’urbanisation, souvent illégale, se poursuit et s’étend jusqu’au cœur du site.

Une diversité d’usages et d’acteurs

13Au fil des années, le site est devenu un espace multifonctionnel regroupant des réserves “naturelles”, des parcelles agricoles, des infrastructures touristiques et des quartiers résidentiels. Cette multitude de fonctions crée une diversité d’usages et d’acteurs aux préoccupations souvent divergentes, débouchant parfois sur de véritables conflits spatiaux. Les entretiens auprès des agriculteurs (Clauzel, 2008) montrent ainsi que le tourisme est peu accepté. Les chinampas sont non seulement devenues un parc de loisirs pour les habitants de Mexico, mais aussi une étape dans les circuits des touristes étrangers. La fréquentation est telle (1,2 millions de visiteurs par an) que les autorités estiment être arrivées à un seuil de saturation (DDF, 2006). La multiplication des barques sur les canaux entraîne des dégradations importantes sur l’environnement (érosion des berges, pollution, etc.) et accentue les tensions entre les acteurs.

14Comment faire cohabiter l’agriculture, les loisirs et l’urbanisation sur cet espace restreint ? Comment vont évoluer à terme ces différentes activités ? Une enquête auprès des habitants de Xochimilco (Unesco, 2006) a révélé qu’ils sont assez pessimistes sur l’avenir des chinampas puisque 68 % d’entre eux pensent que le site sera détérioré – voire en danger – d’ici cinq ans. Nous avons donc établi plusieurs scénarios, puis nous les avons confrontés aux préoccupations des acteurs révélées par les enquêtes (schéma 1).


Une protection stricte est-elle pertinente dans un milieu aménagé ?

15La protection de l’environnement est une notion globale qui regroupe l’ensemble des mesures et des actions visant à garantir l’existence de l’objet à protéger. Néanmoins, elle ne s’applique pas de la même façon partout ; selon les époques et/ou les sites concernés, deux logiques peuvent être identifiées : la protection totale ou la gestion raisonnée des ressources. Selon le choix, les actions à mener et les répercussions sur le fonctionnement des écosystèmes sont très différentes.

Préservation ou conservation ?

16La première démarche est issue du courant préservationniste qui émerge dès la fin du XIXe siècle, elle a aboutit à la création des parcs nationaux et des zones protégées (Veyret, 2007). Cette branche de l’écologie radicale, assimilée au naturalisme, considère que les espaces à protéger doivent exclure toute action anthropique. Appliquée aux chinampas, cette “mise sous cloche” imposerait l’arrêt de toutes les activités considérées comme des sources de perturbation (schéma 1). Or, le maintien en l’état de ce milieu dépend de l’entretien régulier des berges et des canaux. Sans intervention humaine, le site redeviendrait une “simple” zone marécageuse et connaîtrait sans doute un processus d’atterrissement qui le transformerait en milieu de plus en plus sec. Son originalité paysagère, qui le différencie des autres zones humides, disparaîtrait, au même titre que sa valeur historique et patrimoniale. Si les gestionnaires souhaitent conserver ces éléments et l’attractivité du site, sa mise sous protection doit donc intégrer, dans une certaine limite, les activités humaines, en particulier l’agriculture traditionnelle.

17Avec la création de l'Union mondiale pour la nature (UICN) en 1948, l’écologie est devenue une science appliquée à la gestion des ressources naturelles. Le terme “conservation” y renvoie à une démarche de protection intégrant les activités humaines et dont l’objectif est de promouvoir des moyens efficaces de gestion pour préserver les ressources et la diversité biologique. En associant développement et utilisation rationnelle des ressources, ce concept apparaît plus approprié aux chinampas puisqu’il n’exclut pas les activités humaines.

18Mais quel que soit le type de démarche, il est indispensable de déterminer avant toute action ce que l’on souhaite protéger : selon le choix (espèces endémiques, biodiversité, paysage), les mesures et les actions à mener sont très différentes.

Protéger quoi ? Pour qui ?

19Les ressources naturelles, et plus particulièrement leur diversité, sont au cœur des actions de protection de l’environnement. Mais la biodiversité peut s’appréhender à différentes échelles et elle n’aura pas le même sens selon le niveau choisi. Protéger une espèce, qui serait menacée sur les chinampas, ne sera pas pertinent si elle est présente dans d’autres régions. À l’inverse, l’endémisme de certaines espèces leur confère un statut particulier qui incite à surveiller leurs dynamiques même si elles ne sont pas menacées.

20La conservation de la biodiversité pose la question du rôle de l’homme. S’il est admis que les activités humaines peuvent contribuer à diminuer la biodiversité, l’inverse est encore peu accepté. Pourtant, l’introduction des plantes cultivées et la diversification de la végétation ont augmenté le nombre d’espèces végétales dans les chinampas. Or les acteurs insistent souvent sur la protection des espèces locales. Cela amène à s’interroger sur la définition de l’adjectif “local” dans un milieu aménagé depuis des siècles. Fait-il référence aux espèces “originelles” (avant que le site ne soit transformé), “caractéristiques” du paysage de la chinampera (donc liées à l’agriculture) ou “endémiques” ? Dans ce dernier cas, il faut préciser le degré d’endémisme retenu : local (Xochimilco), régional (bassin de Mexico) ou national (Mexique) ? Il existe un consensus sur la nécessité de protéger les espèces menacées à l’échelle locale (d’autant plus si elles sont endémiques) et de lutter contre la prolifération d’espèces invasives. Ainsi, l’axolotl (Ambystoma mexicanum), batracien endémique de la région et en voie de disparition, est devenu l’emblème de la protection de l’environnement à Xochimilco (Stephan-Otto et Espinosa, 2001). À l’inverse, les espèces introduites, comme la jacinthe d’eau ou la carpe dans les canaux, font l’objet de prélèvements afin d’enrayer leur prolifération.

21La protection du paysage et du patrimoine ont été renforcées par la généralisation du concept de développement durable. L’Unesco définit d’ailleurs les chinampas comme un “paysage culturel” dont la qualité est liée à sa valeur historique, technique et économique. Le site devient ainsi un “paysage-patrimoine” considéré comme un témoignage de l’histoire et du savoir-faire des générations antérieures. Cette approche contribue à une meilleure prise en compte de l’agriculture, mais elle peut devenir réductrice en considérant le paysage comme lieu de mémoire et en refusant ses évolutions. L’Unesco préconise une protection du paysage caractéristique de la chinampera : parcelles étroites, réseaux de canaux, plantations de saules en alignement. Cet objectif induit un maintien des activités agricoles traditionnelles et l’interdiction des techniques de cultures intensives (serre, comblement des canaux, disparition des haies, etc.). Les agriculteurs seraient donc incités – voire obligés ? – de transformer leurs exploitations pour revenir vers des techniques dites “traditionnelles”. Cette proposition soulève de nombreuses questions d’ordres socio-économiques et éthiques : l’agriculture traditionnelle est-elle viable ? Comment inciter les agriculteurs à modifier leur mode de production ? A-t-on d’ailleurs le droit de les y obliger ?

22Si la protection des chinampas est indispensable, leur intégration au cœur d’un tissu urbain dense et la diversité des acteurs et des usages rend cet objectif complexe. Dans ce contexte, une “préservation” ne peut être appliquée qu’aux secteurs les plus dégradés qui ne font l’objet d’aucune utilisation et où l’objectif serait de rétablir des conditions environnementales optimales. Généraliser cette démarche à l’ensemble du site apparaît en revanche irréalisable. Une démarche de “conservation” qui associerait une gestion raisonnée des ressources et un développement économique apparaît plus appropriée. L’objectif serait alors d’obtenir un écosystème fonctionnel où les activités développées seraient en adéquation avec le milieu.

L’agriculture urbaine est-elle viable à Mexico ?

  • 4 Les données statistiques officielles sur l’agriculture dans les chinampas sont difficiles à obtenir (...)

23Les chinampas ont vu leur superficie agricole diminuer de 50 % (passant de 2 745 à 1 330 hectares d’après les résultats issus de la photo-interprétation4) entre 1974 et 2004 (Clauzel, 2008), mais le site reste encore aujourd’hui un espace de production. L’agriculture a subi d’importantes transformations avec le recours à des techniques intensives de production et une spécialisation vers la floriculture. Malgré cela, l’activité est fragilisée par la pression urbaine, les problèmes de pollution et la concurrence des autres exploitations. Pourtant, revenir à un espace agricole n’est pas utopique. Confrontés à l’extension des villes, les agriculteurs, où qu’ils soient, ont mis en place de nouvelles stratégies de production pour maintenir leur activité. Malgré les contraintes inhérentes au milieu lacustre, les chinamperos bénéficient de nombreux atouts : une forte productivité, une clientèle importante (citadins et visiteurs) et un statut de “bien patrimonial” qui apporte une valeur ajoutée à leurs produits.

Mutations récentes de l’agriculture urbaine

24La proximité de la capitale mexicaine et son extension ont entraîné une forte pression urbaine responsable de la diminution des surfaces agricoles dans les deux délégations de Xochimilco et de Tláhuac (Canabal Cristiani, 1997). Certains villages au sud des chinampas (Santa Maria Nativitas, Santa Cruz Acalpixca, Santiago Tulyehualco) ont, dès le milieu du XXe siècle, abandonné l’agriculture chinampera (Peredo, 1991).

  • 5  Réalisée auprès de 96 chinamperos en décembre 2005 et janvier 2006.
  • 6  L’enquête mentionne le commerce et le tourisme comme  “secteurs dominants” du second emploi mais n (...)

25Les difficultés techniques et financières ont contribué à modifier le profil socio-économique des exploitants. D’après une enquête5 de l’Unesco (2006), entre 33 % (à San Luis Tlaxialtemalco) et 60 % (à Xochimilco) des chinamperos ont une seconde activité, le plus souvent dans le commerce ou le tourisme6. Dans certains cas, elle est même devenue leur occupation principale puisque 40 % des chinamperos à Xochimilco ont un emploi à temps complet, hors agriculture ou floriculture, dont 20 % dans le secteur public (Tableau 1). Ces derniers cultivent donc leurs chinampas pendant leur temps libre. Ce taux est moins élevé à San Luis Tlaxialtemalco (13,4 %) et San Gregorio Atlapulco (10 %), deux villages au sud des chinampas où l’agriculture et la floriculture restent des activités importantes.

26Ces revenus complémentaires permettent aux agriculteurs de subvenir aux besoins de leurs familles et de conserver leurs parcelles. Mais dans un contexte où la pression urbaine est très forte, ce double emploi conduit souvent à l’abandon de l’activité agricole au bout de quelques années (Banzo, 1996). Les agriculteurs ont bien plus à gagner avec la vente de leur parcelle, en particulier lorsque celle-ci peut être constructible.


27Face à la diminution des terres agricoles et l’assèchement des ressources en eau, les exploitants ont recentré leur activité vers les cultures les plus rentables. Le dernier recensement agricole (INEGI, 2007a) montre une diminution globale des superficies cultivées de légumes (de -49 % à -92 % selon les villages entre 1998 et 2004) au profit de la floriculture (poinsettia et géranium). Son essor s’explique par les revenus qu’elle apporte aux exploitants (Heimo, 2005) grâce à la diversification des débouchés (vente en gros à la centrale d’achat de Mexico et vente au détail pour les touristes). Ce changement de production s’est accompagné d’une modernisation des équipements : installation de serres (photo 1, n° 2), sélection des semences, amélioration du substrat, système d’irrigation, contrôle de l’humidité et de la température, etc.

Préoccupations et attentes des exploitants

  • 7  Les terres, collectives depuis l’époque précolombienne, ont été privatisées après l’indépendance d (...)

28La première préoccupation des exploitants concerne la rentabilité de leur activité. Elle tend à diminuer dans les chinampas, c’est un phénomène commun à l’ensemble du bassin de Mexico. Les difficultés de stockage, de transport et de commercialisation favorisent l’apparition d’intermédiaires et accentuent la détérioration du rapport entre coûts de production et profits (Banzo, 1996). Les principales demandes des producteurs en matière de politiques publiques concernent l’aide à la commercialisation à un niveau national ou international, des appuis techniques pour moderniser leurs exploitations et des soutiens financiers (Clauzel, 2008). Seulement 11 % à 39 % des producteurs perçoivent une subvention du gouvernement ou un crédit des banques locales. C’est en raison du statut souvent informel du foncier que peu de chinamperos ont accès à des aides financières : 90 à 95 % d’entre eux n’ont aucun titre officiel de propriété ou d’usufruit de leurs parcelles7 (Unesco, 2006).

29Au-delà du cadre local, cette situation s’explique aussi par le désengagement de l’État mexicain à partir des années 1980 au profit d’une politique de dérèglementation (Banzo, 1999). La principale conséquence est la réduction du budget alloué au secteur primaire qui entraîne la diminution des crédits et la suppression des subventions (financement de l’appui technique et des intrants, prix garantis, taxe à l’importation, etc.). Ce changement de politique a contribué à fragiliser les plus petites exploitations. Or dans les chinampas, 89 % des exploitants cultivent moins de 5 000m² (INEGI, 2007a). En l’absence de réels soutiens, ces derniers ne peuvent s’adapter aux mutations du secteur, en particulier à la concurrence des produits importés qui bénéficient de subventions.

30Le problème de la pollution est également mis en avant par les agriculteurs (Clauzel, 2008). La contamination de l’eau et des sols, en plus d’entraîner la diminution des rendements, détériore la qualité des produits. Des analyses ont montré des concentrations importantes de polluants dans les légumes, mais rien n’a encore été prévu pour en limiter la consommation (CORENA, 2007). Ce sujet est délicat car le revenu des exploitants dépend de la commercialisation de leurs produits. En l’absence d’aides financières et de propositions alternatives, une régulation de la filière ne peut être mise en place par les autorités. Face à cette situation, la spécialisation dans la floriculture, déjà très répandue, apparaît comme une solution pour le maintien des exploitations.

Impacts d’un scénario monofonctionnel centré sur l’agriculture

31La mise en place d’un scénario qui privilégierait la fonction productive implique de s’interroger sur le type d’agriculture que l’on souhaite développer (schéma 1). Chaque mode de production a en effet ses avantages mais aussi ses inconvénients. L’agriculture traditionnelle constitue aujourd’hui un des éléments-clés du patrimoine local mais elle a décliné au XXe siècle car elle n’apportait plus de revenus suffisants à ses exploitants. À l’inverse, depuis les années 1980, la spécialisation dans la floriculture et le recours aux techniques intensives ont permis de maintenir une activité de production en s’adaptant au nouveau marché concurrentiel. Mais certaines de ces techniques fragilisent l’environnement en accentuant les problèmes de pollution et d’assèchement.

32Établir un scénario centré sur l’agriculture impose une restriction des autres activités actuellement présentes. Le tourisme serait ainsi supprimé – ou au moins limité à un ou deux circuits – et les canaux seraient réservés aux propriétaires et exploitants. Cette décision nécessiterait de réorganiser tout le système, en n’autorisant par exemple qu’un nombre limité de barques : quel seuil fixer ? Quelles alternatives économiques proposer aux guides ? Comment satisfaire la demande touristique ?

33Compte tenu des spécificités du site et de la diversification actuelle des usages, un scénario monofonctionnel tourné vers les activités agricoles apparaît aujourd’hui peu réalisable. Leur maintien et leur développement, en parallèle des autres usages, sont en revanche souhaitables, puisque le paysage caractéristique du site dépend de cette activité. Dans ce contexte, les cultures sous serre ne semblent pas être le mode d’exploitation le mieux adapté (photo 1, n° 2). Il faudrait donc renforcer le soutien technique et financier à l’agriculture traditionnelle (photo 1, n° 1). Dans cette optique, le gouvernement fédéral, à travers sa direction de l’environnement (Comisión de Recursos Naturales, CORENA), et la délégation de Xochimilco mettent en place depuis 2004 des opérations ponctuelles de restauration et d’aides aux agriculteurs (réhabilitation de berges, réouverture de canaux, prélèvement de plantes invasives, etc.).

Le tourisme : facteur de dégradation ou outil de préservation ?

34L’activité touristique a démarré au XIXe siècle avec les premiers circuits organisés (et payants) en barque (Peredo, 1991). D’abord utilisés par la population locale, les balades sur les canaux sont devenues une attraction pour les visiteurs de la région (Humboldt, 1811). La fréquentation s’est accrue au XXe siècle avec la construction des axes routiers et ferroviaires reliant Xochimilco à Mexico. Les chinampas sont un lieu de récréation très fréquenté les jours fériés et les dimanches par les classes populaires mais aussi par les touristes nationaux et étrangers. Cette fréquentation est-elle dangereuse pour le site ? Les gestionnaires doivent-ils privilégier une restriction du tourisme ou au contraire son développement ?

Concilier tourisme et protection : un difficile équilibre

35La relation étroite, et parfois paradoxale, entre protection et valorisation touristique date de la création des parcs nationaux américains au XIXe siècle. En plus de la conservation des ressources, ils ont une fonction récréative et éducative. Ces deux objectifs ne sont pas contradictoires et de nombreux sites accueillent une très forte fréquentation. Les gestionnaires utilisent d’ailleurs le statut de “zone protégée” comme un label destiné à faire connaître la qualité du lieu (Godard, 2006). De son côté, le public est attiré par cette reconnaissance institutionnelle. Cette cohabitation doit être organisée de façon à encadrer et contrôler le flux touristique (interdiction de sortir des sentiers balisés ou de ramasser des plantes protégées, etc.).

36Le tourisme peut donc être appréhendé à la fois comme facteur de dégradation et comme source de préservation (Godard, 2006). Cette ambivalence est liée à la diversité des pratiques touristiques et leurs atteintes aux écosystèmes. Depuis une vingtaine d’années, l’opposition entre un tourisme dit “de masse”, qui entraînerait de nombreux désagréments, et un tourisme “alternatif” ou “durable”, plus respectueux de l’environnement, est remise en cause par les spécialistes. Divers exemples ont prouvé qu’un tourisme de masse n’était pas forcément destructeur et, qu’à l’inverse, un tourisme même limité pouvait entraîner des dégradations importantes dans un milieu inadapté.

37L’Organisation mondiale du tourisme considère que l’attraction touristique repose sur l’existence de ressources naturelles et culturelles qui peuvent être dégradées par une surfréquentation. Ces ressources sont considérées comme non renouvelables : au-delà d’un certain seuil, elles sont altérées au point de modifier (de façon temporaire ou irréversible) l’environnement et d’entraîner un déclin de la fréquentation d’un site. Ces conceptions ont introduit les principes de “ressources touristiques”, “cycle de vie d’un lieu touristique” et surtout “capacité de charge”.

Diagnostic de la demande actuelle

38Les chinampas sont aujourd’hui l’un des derniers grands espaces non urbanisés de l’agglomération mexicaine. Elles sont aussi un élément important de son patrimoine historique et culturel : techniques et paysage d’agriculture sur l’eau ; fêtes religieuses avec la célébration du Niñopa, sculpture représentant l'Enfant-Jésus ou encore élection annuelle de la reine de beauté des chinampas, tradition héritée de l’époque coloniale. Ce patrimoine a été mis en scène dans le film María Candelaria qui remporta la Palme d'or au festival de Cannes en 1946, contribuant ainsi à sa diffusion internationale.

39Le site accueille deux types de clientèle : les résidents du District fédéral, majoritaires (84 %), qui viennent régulièrement à Xochimilco et des visiteurs extérieurs (Mexicains ou étrangers), moins nombreux (respectivement 12 % et 4 %), venant souvent pour la première fois (Dirección de Turismo, 2007).

  • 8  L’analyse s’appuie ici sur les enquêtes auprès d’un échantillon de 324 personnes dans le cadre de (...)

40D’après les statistiques officielles, ces derniers restent en moyenne six à dix jours dans le District fédéral. Leur séjour comprend la visite de Mexico et des excursions journalières sur les sites archéologiques (Teotihuacán et Tula au nord) ou dans les villes aux alentours (Cuernavaca au sud ou Puebla à l’est). Dans ces circuits condensés, Xochimilco n’est souvent qu’une visite d’une demi-journée. Malgré la présence d’autres éléments touristiques (couvent, église, musée, etc.), les touristes nationaux, et surtout étrangers, se limitent aux chinampas. Par conséquent, la durée de séjour sur place n’excède pas une à deux heures pour 86 % des étrangers (Davila Garcia8, 1988). Pour les visiteurs nationaux, elle s’allonge pour atteindre trois à cinq heures (63 %) et même au-delà des cinq heures pour 12 % d’entre eux. Dans ce cas, la visite des chinampas est associée à celle des marchés aux fleurs, des monuments ou encore des musées (Dirección de Turismo, 2007).

41À l’inverse des touristes nationaux ou étrangers, les habitants du District fédéral viennent plus souvent et restent plus longtemps dans les chinampas : 56 % entre 3 et 5 heures, 36 % plus de 5 heures. Cela s’explique par leur proximité géographique : 62 % résident à Xochimilco ou dans les trois délégations voisines (Coyoácan, Iztapalapa et Tlalpan). L’aspect historique et culturel du site n’est pas la raison principale de leur déplacement. Les balades en barques sont l’occasion pour les familles mexicaines de se retrouver autour d’un repas et de passer l’après-midi sur les canaux. Les chinampas peuvent donc être considérées comme un véritable parc urbain, au même titre que le Parc de Chapultepec dans le centre de Mexico. L’organisation des trajineras (barque touristique) témoigne de cette fonction : les bancs installés autour d’une table centrale privilégient la convivialité et tournent le dos au paysage (photo 2). Le spectacle est sur les canaux avec l’animation des mariachis, des commerçants et des restaurateurs ambulants.

trajinera

42Les chinampas accueillent plus d’un million de visiteurs par an, mais les recensements de l’INEGI (2007b) montrent que la fréquentation est en baisse depuis quelques années (-15 % entre 2005 et 2006). La détérioration de l’environnement, l’urbanisation illégale et la surfréquentation le week-end seraient responsables de cette diminution en entretenant une image négative auprès des touristes. Une baisse similaire avait déjà eu lieu au début des années 1980 à cause, cette fois, de la désorganisation des services touristiques : les abus sur les prix et les conflits entre les prestataires étaient devenus courants (Davila Garcia, 1988). La délégation de Xochimilco a donc réglementé la profession en créant un département du Tourisme en 1983 : des tarifs officiels ont été fixés pour chaque service proposé et le nombre de trajineras dans les embarcadères limité (entre 30 et 230 selon les sites). Les prestataires se sont regroupés en organisations, elles-mêmes intégrées au sein d’une fédération des travailleurs du tourisme qui sert d’interlocuteur unique avec la délégation (Dirección de Turismo, 2007).

43Les réunions de concertation entre les prestataires et les institutions ont porté sur deux points (Unesco, 2006) :

  • un manque de communication : les acteurs sont unanimes pour dire que le potentiel d’attractivité de Xochimilco est trop peu exploité, des éléments à forte valeur culturelle (les fêtes locales) ne sont pas assez mis en valeur ;

  • une offre touristique trop peu diversifiée : l’offre centrée sur les visites guidées en barque entraîne la saturation des principaux canaux, cette situation est accentuée par le fait que les dix embarcadères proposent les mêmes services.

Diversifier l’offre touristique : une solution à la surfréquentation des canaux ?

44Malgré les conséquences négatives de la surfréquentation, le tourisme peut inciter à une meilleure prise en compte de l’environnement. En effet, si l’attractivité d’un site repose sur un élément particulier, celui-ci doit être préservé pour maintenir son attrait. Dans le cas des chinampas, les visiteurs viennent sur les canaux pour se retrouver en famille dans un cadre “naturel” (en particulier les résidents du District Fédéral), mais aussi pour découvrir un paysage original façonné par le maraîchage traditionnel et à forte valeur patrimoniale et culturelle.

  • 9  Le centre d’Acuexcomatl à San Luis Tlaxialtemalco (carte 1) est le siège de la direction régionale (...)

45Si les gestionnaires souhaitent maintenir et développer l’attractivité du site, ils doivent donc résoudre le problème de la surfréquentation et conserver une activité agricole. Une des solutions pourrait être la diversification de l’offre touristique, c’est l’orientation aujourd’hui préconisée par le rapport de l’Unesco (2006), puis soutenue par la délégation de Xochimilco (Dirección de Turismo, 2007). Il s’agit de diversifier les thèmes des visites (agriculture, biodiversité, culture) et de développer de nouveaux modes de fréquentation (visite de parcelles agricoles, promenades pédestres ou équestres, etc.). Avec l’engouement actuel pour le tourisme alternatif, les chinampas pourraient bénéficier de ces nouvelles pratiques. Des bénévoles locaux participent déjà à des chantiers de nettoyage et de reforestation. Selon les animateurs du centre d’Acuexcomatl9, ces activités pourraient être élargies à des personnes extérieures, et complétées par des rencontres avec les exploitants (Clauzel, 2008). Ces derniers pourraient d’ailleurs adapter leur activité à cette nouvelle clientèle (vente directe, publicité, etc.)

46Certains exploitants en bordure des canaux touristiques ont déjà fait évoluer leur activité. Leurs parcelles ont été réaménagées pour la vente directe de leurs produits aux visiteurs. À l’inverse des parcelles maraîchères classiques (photo 3, n° 1), les jardineries sont ouvertes et visibles depuis les canaux (photo 3, n° 2). Des pontons permettent d’y accéder et les conducteurs de barques y accostent à la demande des clients. L’offre s’est diversifiée avec la vente d’espèces très prisées par les visiteurs (plantes carnivores par exemple) en plus des plantes ornementales.


47En plus de ces thématiques, l’offre de services sur le site pourrait être renforcée par la présence de monuments historiques dans le centre-ville de Xochimilco et la construction de musées sur l’histoire locale, les fêtes, les coutumes ou l’agriculture chinampera. Le secrétariat du Tourisme travaille à l’identification du potentiel touristique de la délégation de Xochimilco en vue d’une diversification de l’offre (Dirección de Turismo, 2007). Dans ce scénario, le site serait étroitement lié au milieu urbain. Les deux pôles ne seraient plus voisins, mais imbriqués l’un à l’autre. Le succès de ces propositions passe par une bonne organisation de la filière et une large publicité. À terme, on peut d’ailleurs imaginer le lancement de packages dans les agences de voyage incluant, dans un prix unique, un accès aux monuments du centre-ville et aux différentes visites guidées sur les chinampas.

48Ce scénario de diversification touristique apparaît pertinent sur le plan économique et écologique, il est en outre soutenu par les institutions (Clauzel, 2008). Les différents modes de fréquentation, répartis sur l’ensemble du site, décongestionneraient les canaux et limiteraient les pressions sur l’environnement. En plus d’apporter un revenu complémentaire aux prestataires de services (guides, commerçants, artisans, musiciens et même exploitants), le tourisme permettrait de financer des programmes de soutien à l’agriculture, des opérations de nettoyage, de restauration paysagère, etc. Avec des thématiques centrées sur l’agriculture traditionnelle, la biodiversité ou le paysage, il contribuerait à la valorisation du site. Sur cet espace situé au cœur d’une mégapole, le tourisme peut être considéré comme “un ultime rempart” contre la pression urbaine et le déclin de l’agriculture (Musset, 2003).

Vers un projet concerté de multiactivité

49L’analyse des scénarios monofonctionnels montre que, quelle que soit la thématique choisie, leur réalisation est entravée par la multitude d’acteurs et d’usages présents sur le site (Clauzel, 2008). Le statut privé des parcelles rend impossible une reconversion totale (en zone protégée ou en parc urbain par exemple) sans accord avec les propriétaires et les exploitants. En 1989, la création d’une zone centrale protégée sur des parcelles communautaires partiellement inexploitées en raison de la pollution avait conduit à l’expropriation de centaines d’exploitants. Malgré les indemnisations, cette opération avait provoqué d’importantes protestations de la part des expropriés, dont l’hostilité à l’égard des autorités est encore perceptible dans les entretiens de 2006 (Clauzel, 2008).

50Dans chaque scénario, certaines propositions apparaissent pertinentes sur le plan socioéconomique, paysager ou écologique. Le maintien d’une activité agricole est par exemple indispensable pour conserver un “paysage vivant”, c'est-à-dire un paysage qui ait encore un rôle social actif et dans lequel le processus évolutif continue. Un “paysage-relique” (ou fossile) où toute évolution serait stoppée n’aurait que peu d’intérêt dans ce type de milieu puisque la dynamique “spontanée” des zones humides conduirait à un atterrissement et donc à sa disparition. En parallèle à l’amélioration des conditions environnementales, les gestionnaires (Unesco, 2006) et les agriculteurs (Clauzel, 2008) sont unanimes sur la nécessité de réorganiser la filière agricole, de la production à la commercialisation : formation et appui technique pour sensibiliser les producteurs aux techniques écologiques ; regroupement des exploitants en organisation pour réduire les coûts de production et augmenter leur pouvoir de négociation ; amélioration des circuits de commercialisation avec la création de nouveaux marchés et une communication plus poussée sur leurs produits.

51Dans un espace devenu multifonctionnel, les agriculteurs doivent (re)trouver leur place. La satisfaction des besoins alimentaires de la population n’est plus leur fonction principale, ils peuvent par contre répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Pour cela, ils bénéficient de deux grands atouts :

  • la proximité d’un centre urbain touristique : la ville exerce une pression foncière importante, mais sa population constitue un “réservoir” potentiel de clientèle. Pour en profiter, les agriculteurs doivent réorganiser leur activité pour s’adapter aux nouveaux besoins (produits de qualité, floriculture, proposition d’activités récréatives, etc.) ;

  • un statut de “bien patrimonial” qui apporte une valeur ajoutée à leurs produits, la vente directe permettrait aux consommateurs de soutenir l’activité des chinamperos.

Conclusion

52S’interroger sur l’avenir d’un site multifonctionnel implique une approche globale qui tienne compte des différents enjeux. L’élaboration de scénarios prospectifs sur la totalité des chinampas a ainsi permis d’identifier les transformations potentielles du site (changements d’usages, reconversion des parcelles, modifications paysagères, etc.) et leurs répercussions sur son fonctionnement économique et écologique. La confrontation des résultats avec les attentes des acteurs a révélé de nombreux risques de tension entre les activités. Paradoxalement, les enquêtes (Unesco, 2006, Dirección de Turismo, 2007) et les 22 entretiens sur le terrain (Clauzel, 2008) montrent que les habitants, les visiteurs et les gestionnaires restent très attachés à la pluriactivité actuelle. Il faut donc orienter les chinampas vers une multifonctionnalité acceptée et “valorisée”. Pour qu’elle soit “durable”, les gestionnaires doivent améliorer la cohabitation entre les différentes activités mais aussi coordonner leurs actions. A l’heure actuelle, la gestion du site est répartie entre plusieurs services (urbanisme, environnement, agriculture, tourisme) des délégations de Xochimilco et de Tláhuac, les agriculteurs et les professionnels du tourisme. La mise en place d’une structure de gestion unique permettrait de limiter les conflits (Clauzel, 2008). L’analyse a également mis en évidence la nécessaire prise en compte de l’environnement régional dans la gestion du site. Les pressions extérieures comme l’extension de l’urbanisation ou la pollution des eaux et des sols ne peuvent pas être traitées à l’échelle locale. Pour être efficace, les actions doivent donc concerner l’ensemble du bassin de Mexico.

Haut de page

Bibliographie

Banzo M., 1996, “Agriculteurs et changement d’usage du sol dans la frange périurbaine de Mexico”, Cahiers Agriculture, n° 5, 23-32.

Banzo M., 1999, “Mexico : de la ville à la mégapole”, Autrepart, vol. 11, 7-25.

Canabal Cristiani B., 1997, Xochimilco: una identidad recreada, Mexico, UAM-Xochimilco.

Clauzel C., 2008, Dynamiques de l’occupation du sol et mutations des usages dans les zones humides urbaines. Étude comparée des hortillonnages d’Amiens (France) et des chinampas de Xochimilco (Mexique), Th. Doct, Université Paris IV-Sorbonne.

CORENA (Dirección general de la comisión de recursos naturales y desarrollo rural), 2007, ¿Que es el suelo de conservación ?, http://www.sma.df.gob.mx/corenader/ (consulté le 14.12.2009)

Davila Garcia J., 1988, Le tourisme de proximité dans la délégation de Xochimilco, Th. Doct, Université Aix-Marseille III.

DDF, 2006, Gaceta oficial del distrito federal, Mexico, Gobierno del Distrito federal.

Dirección de Turismo, 2007, Turismo sustentable diagnostico, Mexico, Gobierno del Distrito federal.

Godard M-F., 2006, “L’impact du tourisme sur l’environnement”, in Decroly J-M. (éd.), Tourisme et sociétés : Mutations, enjeux et défis, Bruxelles, Éditions de l’Université.

Heimo M., 2005, A political ecology of conservation: Peri-urban agriculture and urban water needs in Mexico city, Th. Doct. : University of British Columbia.

Humboldt A., 1811, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris, Chez F. Schoell, 5 volumes.

INEGI, 2007a, Censo Agrícola Ganadero y Ejidal.

INEGI, 2007b, Cuaderno estadísticos municipales y delegacionales (District Fédéral, Xochimilco).

Musset A., 1991, De l'eau vive à l'eau morte : enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico, ERC, Paris.

Musset A., 2003, “L'agriculture sur l'eau en milieu urbain : Les hortillonnages d'Amiens et les chinampas de Xochimilco”, Bulletin de l’Association des géographes français, septembre, 325-337.

Niederberger C., 1987, Paléo-paysages et archéologie pré-urbaine du Bassin de Mexico, Mexico, CEMCA.

Peredo P.V., 1991, La chinamperia de Xochimilco, Th. Doct. : INAH, Mexico-DF.

Stephan-Otto E., Espinosa A.Z., 2001, La chinampa. Evaluación y sustentabilidad, Mexico, UAM-Parc Ecologique de Xochimilco.

Unesco, 2006, Xochimilco, un proceso de gestión participativa, Mexico, Unesco.

Veyret Y., 2007, Dictionnaire de l’environnement, Paris, A. Colin.

Haut de page

Notes

1  L'expression, bien qu’abusive, est devenue courante pour qualifier ces terrains maraîchers quadrillés par de multiples canaux dans diverses régions du monde.

2  Les règles de typographie française préconisent l’utilisation de l’italique pour les mots étrangers, mais le terme  “chinampas” ainsi que ses dérivations (“chinampera” qui qualifie l’agriculture dans les chinampas, “chinampero” qui désigne les agriculteurs dans les chinampas) sont volontairement transcrits en fonte normale pour faciliter la lecture.

3  La délégation (ou delegación en espagnol) est une entité administrative correspondant aux arrondissements de certaines métropoles mais avec des pouvoirs décisionnaires plus étendus.

4 Les données statistiques officielles sur l’agriculture dans les chinampas sont difficiles à obtenir car elles sont établies par délégation (INEGI, 2007a), alors que les chinampas sont à cheval sur les deux délégations de Xochimilco et de Tláhuac. L’Université autonome de Mexico (UAM) et la délégation de Xochimilco réalisent, depuis 2007, un recensement des surfaces agricoles et des producteurs dans les chinampas qui permettra d’avoir une vision plus précise de l’activité et ainsi d’adapter les politiques en matière de conservation de l’agriculture chinampera.

5  Réalisée auprès de 96 chinamperos en décembre 2005 et janvier 2006.

6  L’enquête mentionne le commerce et le tourisme comme  “secteurs dominants” du second emploi mais ne révèle pas les informations complètes sur cette activité, d’où un manque de données.

7  Les terres, collectives depuis l’époque précolombienne, ont été privatisées après l’indépendance du pays. La réforme agraire de 1917 a nationalisé les grandes exploitations et les a redistribuées aux exploitants. Les parcelles se transmettaient alors par hérédité (usufruit privé) mais ne pouvaient, en théorie, être vendues. En pratique, leur vente était courante en périphérie de Mexico où la pression foncière était très forte (Banzo, 1996). En 1992, la nouvelle loi agraire a rétabli la privatisation des parcelles communautaires, les usufruitiers peuvent désormais louer ou vendre leurs terres en toute légalité.

8  L’analyse s’appuie ici sur les enquêtes auprès d’un échantillon de 324 personnes dans le cadre de la thèse “tourisme de proximité dans la délégation de Xochimilco” (Davila Garcia, 1988). Si l’étude date déjà d’une vingtaine d’années et n’a jamais été réactualisée, ses résultats sont convergents avec ceux du département du Tourisme et de l’Unesco.

9  Le centre d’Acuexcomatl à San Luis Tlaxialtemalco (carte 1) est le siège de la direction régionale des ressources naturelles (CORENA). Ses animateurs organisent des visites guidées et des formations sur les pratiques agricoles respectueuses de l’environnement (techniques d’exploitation écologique, utilisation rationnelle de l’eau, importance de la biodiversité, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Clauzel, « Entre patrimoine, tourisme et agriculture : difficulté d’un choix de gestion dans un espace multifonctionnel. Application aux chinampas de Xochimilco (Mexique) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 535, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/23733 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23733

Haut de page

Auteur

Céline Clauzel

Maître de conférences en géographie
UMR ThéMA 6049 CNRS / Université de Franche-Comté
celine.clauzel@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page