Navigation – Plan du site
2006
337

Pour une théorie de la relativité géographique(Vers une généralisation du modèle gravitaire)

Generalising the gravity model : towards a theory of geographical Relativity

Daniel Parrochia

Résumés

Depuis la fin du XIXe et le début du XXe siècle, la loi d’attraction universelle de Newton a été transposée en géographie, constituant ce qu’on a pu appeler le « modèle gravitaire ». Dès la fin des années 1960, les géographes utilisent, par ailleurs, des espaces non-euclidiens. Or on sait que les espaces de Riemann, depuis la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein (1915), constituent le cadre formel le plus approprié pour comprendre la gravitation, assimilée à une courbure de l’espace-temps. Il restait à mettre en relation les phénomènes géographiques avec ce cadre physico-mathématique, en examinant les difficultés épistémologiques soulevées par cette transposition. Ce travail, qui trouve son inspiration dans un texte de R. Brunet, rappelle d’abord l’origine et la nature du modèle gravitaire ainsi que les problèmes posés par la généralisation de la formule de Newton. Après avoir rappelé quelques définitions concernant les notions mathématiques de distance, courbure et espace, il présente ensuite de façon succincte les fondements de la théorie einsteinienne, restreinte et générale, et développe, pour finir, les fondements d’une théorie de la relativité géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parrochia, « Pour une théorie de la relativité géographique(Vers une généralisation du modèle gravitaire) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 337, mis en ligne le 23 mai 2006, consulté le 16 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2407 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2407

Haut de page

Auteur

Daniel Parrochia

Université Jean Moulin - Lyon III

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page